FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Philippe Bergeroo

Philippe Bergeroo.jpg
Philippe Bergeroo

 

Philippe Bergeroo

Né le 13 janvier 1954 à Ciboure (FRA)

https://www.blog4ever-fichiers.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Gardien de but, 1m91

https://www.blog4ever-fichiers.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 3 sélections

 

1971/78 Bordeaux (FRA) 133 matchs

1978/83 Lille OSC (FRA) 180 matchs

1983/88 Toulouse (FRA) 172 matchs

 

Philippe Bergeroo est un ancien gardien de but international français (1,91 m, 83 kg à l'époque), devenu entraîneur au terme de sa carrière de joueur professionnel en 1988. Philippe Bergeroo est natif de Ciboure au pays basque. Après des débuts à Saint Jean de Luz, il est remarqué par le club phare des Girondins de Bordeaux. Très précoce, il fait ses premières apparitions en D1 à 17 ans à peine. Doté d’un immense gabarit, il jouit d’une envergure incroyable dans ses buts, d’autant plus que sa grande souplesse et sa vivacité lui permettent de se coucher rapidement au sol. Après 3 saisons d’apprentissage, il s’installe dans le but à la fin de la saison 74/75. Comme souvent dans le cas des joueurs très prometteur, il va connaître un creux une fois arrivé au poste de numéro 1. Philippe Bergeroo.jpgEn effet, la surprise laisse place à la pression et en tant que dernier rempart d’une équipe qui, au cours des années 70, fait la danse du ventre mou, il est souvent victime de critiques. L’effectif bordelais de l’époque est en effet assez moyen : Alain Giresse est trop jeune, Didier Couécou est en fin de carrière et Jean Gallice manque de soutien devant pour faire vraiment quelque chose. Arrivé en fin de cycle au sein de son club formateur, Philippe va rebondir au LOSC à partir de 1978. Ses années lilloises lui offriront la reconnaissance de ses pairs comme une valeur sûre du championnat. Il fait une très belle première saison et Lille termine 6ème grâce au trident offensif Pleimelding, Olarevic et Cabral et à sa défense de fer, tradition locale, composé de Dreossi, Besnard, Denneulin et Zagar. La saison suivante le LOSC retrouve son rang en championnat, est éliminé rapidement en Coupe d’Europe mais Philippe Bergeroo connaît la consécration en obtenant sa première cape en Equipe de France lors d'un match amical organisé à Moscou face à l’URSS. Le LOSC s’enlise dans le bas de tableau et il paye sans doute le classement médiocre de son équipe dans le choix de Michel Hidalgo pour le poste de gardien de but pour la Coupe du Monde… avec la réussite que l’on sait. Après l’expérience de Bordeaux, Philippe ne veut pas commettre les mêmes erreurs et affirme une certaine ambition en quittant le LOSC pour le Toulouse FC en 1983. Les violets, sous la houlette de Daniel Jandupeux, connaissent alors un âge d’or. Philippe Bergeroo est la vertèbre manquante d’un squelette de qualité : Christian Lopez comme libéro, Guy Lacombe en meneur de jeu et Gérard Soler en avant centre. En renouant avec sa région d’origine, le gardien atteint la maturité à l’approche de ses 30 ans. Un peu à la surprise générale, il obtient une place de 3ème gardien pour l’Euro 84. Un choix finalement logique étant donné sa régularité au plus haut niveau. Il devient champion d’Europe sans jouer un seul match. Ce sera son unique titre d’ailleurs. Avec l’arrivée de Jacques Santini en 1985, les violets connaissent un nouveau souffle et leurs jeunes pousses comment à se montrer intéressants : Jean-Philippe Durand bien sûr mais également Gérald Passi, Mickael Debève, Pascal Despeyroux sans oublier bien sûr la star locale Beto Marcico. Dans la continuité de 1984, Philippe est du voyage au Mexique pour la Coupe du Monde 1986. Il ne disputera pas une seule rencontre mais terminera 3ème de la compétition. Après la coupe du Monde, il s’illustrera dans son duel à distance face à Rinat Dassaev lors du 2ème tour de la Coupe UEFA. Après l’exploit d’avoir sorti le Napoli de Maradona, le TFC affronte le Spartak. Grâce un Gérald Passi de feu, les violets gagnent 3 buts à 1 à domicile. Ils en prendront 5 au retour... Non Bergeroo n’était pas le meilleur gardien du Monde. Après une dernière saison un peu ratée, Philippe range les gants sur plus de 15 ans de professionnalisme et opte immédiatement pour une carrière d’entraîneur.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1986 (France)

Vainqueur de l'Euro 1984 (France)



27/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 906 autres membres