FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Christian Karembeu

Christian Karembeu.jpg
Christian Karembeu

 

Christian Lali Kake Karembeu

Né le 3 décembre 1970 à Lifou (NCL)

https://www.blog4ever-fichiers.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu défensif, Arrière droit et central, 1m78

Surnom: Le cheval fou

https://www.blog4ever-fichiers.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 53 sélections, 1 but

 

1990/95 FC Nantes (FRA) 130 matchs, 5 buts

1995/97 Sampdoria Gênes (ITA) 62 matchs, 6 buts

1997/2000 Real Madrid (ESP) 51 matchs, 1 but

2000/01 Middlesbrough (ANG) 33 matchs, 4 buts

2001/04 Olympiakos (GRE) 88 matchs, 5 buts

2004/05 Servette FC (SUI) 23 matchs, 2 buts

2005 SC Bastia (FRA) 7 matchs

 

Christian Karembeu crève l'écran avec le FC Nantes et sa génération dorée. Il s'impose rapidement en Equipe de France, à qui il apporte une superbe qualification pour l'Euro 96 grâce à un but plein d'abnégation en Roumanie. Surnommé le Cheval fou, Christian Karembeu n'a pas hérité de ce surnom grâce à sa coupe de cheveux légendaire et ses dreadlocks, mais bien par sa rapidité et son endurance sur les terrains de football. https://www.blog4ever-fichiers.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7375044_201709280530832.jpgChampion du monde 98 et d'Europe en 2000 avec l'équipe de France, il doit aussi sa renommée à son mariage avec la mannequin Adriana Karembeu. Né en Nouvelle-Calédonie, il gran­dit dans la tribu de Nang avec ses quatre frères et soeurs. Le petit garçon, élevé dans la reli­gion protes­tante, partage avec son père la passion du foot­ball qu'il pratique tout jeune. Au collège, en cours de sport, il se distingue de ses petits cama­rades. Pension­naire au lycée de Nouméa, il remporte des compé­ti­tions inter­sco­laires puis intègre le FC Gaït­cha, le club de Nouméa. Encou­ragé par son père et son entraî­neur, et malgré les réti­cences de sa mère, Chris­tian Karem­beu s'envole pour la France et passe des tests à La Jone­lière, le centre de forma­tion du FC Nantes. L'entraî­neur des jeunes repère vite le talent du jeune joueur et lui propose de signer son premier contrat de joueur profes­sion­nel. Auteur de 130 matches chez les Jaune-et-Vert, Karembeu brille de mille feux et remporte avec l'équipe le titre de cham­pion de France en mai 1995. En 1992, il est appelé pour la première fois pour jouer en équipe de France.  Le titre en poche, on l'imagine prendre la direction de grands clubs tant son jeu impressionne. Il signe pourtant à la Sampdoria de Gênes, qui, il est vrai, jouissait d'un statut encore intéressant à l'époque. Mais très vite cela se passe mal, d'autant plus que le Real le veut. Il y parviendra en 1998, après un bras de fer avec son club. Tout de suite son arrivée coïncide avec le retour en grâce de la Casa Blanca qui remporte la C1 cette même année, ce qui n'était plus arrivé depuis l'ère Di Stefano. Mais la consé­cra­tion arrive le 12 juillet 1998, dix ans après son arri­vée en France, avec le titre de cham­pion du Monde remporté avec les Bleus d'Aimé Jacquet et l'Euro 2000 de Roger Lemerre. Les années passant son volume de jeu, basé uniquement sur son physique, se réduit comme une peau de chagrin. Sur un plan international, c'est un peu pareil. Victime de sa grande polyvalence, les sélectionneurs ne savent pas trop où le faire jouer, si ce n'est sur le banc de touche. Petit à petit donc, l'oiseau quitte son nid et après une escapade ratée en Angleterre, il s'envole pour la Grèce. Là-bas, il va connaître la gloire avec deux titres de champion de Grèce (en 2002 et 2003), ainsi qu'un poste de n°10 par moment. En fin de carrière, après un passage en Suisse, au Servette de Genève, il ira aider Bastia à se sauver, pour finir la saison 2004-05. Mais sa présence en défense centrale ne parvient pas à sortir le club corse de la relégation. Il annonce sa retraite sportive la-dessus. Seule ombre au tableau dans son parcours idyllique en Bleu (53 capes, 1 but), le joueur refusait de chanter La Marseillaise, pour montrer son exaspération face aux propos de Jean-Marie Le Pen, estimant que l’équipe de France était trop noire. Rarement footballeur aura fait couler autant d’encre que Christian Karembeu, la faute à quelques passages à vide et à un franc-parler qui n’était pas du goût de tout le monde. Pourtant, Christian Karembeu était un très bon footballeur. Désormais Retraité, il voyage beau­coup au gré de ses nombreuses acti­vi­tés. En 2005, il est nommé ambas­sa­deur de la Fifa en Océa­nie, chargé de restruc­tu­rer chaque fédé­ra­tion (Fidji, Vanuatu, Tahiti, Nouvelle-Calé­do­nie..). En 2006, Il devient égale­ment consul­tant pour commen­ter les matchs sur France Télé­vi­sions puis pour la chaîne Orange Sport. Il colla­bore également avec la chaîne Planète pour une série docu­men­taires "Des îles et des Hommes", diffu­sée en 2010 et en 2011. Le Kanak au palmarès exceptionnel reste donc très actif depuis sa retraite.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Vainqueur de l'Euro 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe des confédérations en 2001 (France)

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994 (France)

Vainqueur de la Ligue des champions en 1998 et 2000 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1998 (Real Madrid)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1998 (Real Madrid)

Champion de France en 1995 (FC Nantes)

Vice-champion d’Espagne en 1999 (Real Madrid)

Champion de Grèce en 2002 et 2003 (Olympiakos)

Vice-champion de Grèce en 2004 (Olympiakos)

Finaliste de la Coupe de France en 1993 (FC Nantes)

Finaliste de la Coupe de Grèce en 2002 et 2004 (Olympiakos)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


3ème meilleur joueur océanien du 20ème siècle

Élu joueur océanien de l’année en 1995 et 1998

Nommé dans l'équipe type spéciale 20 ans des trophée UNFP en 2011

À reçu la Légion d'honneur en 1998

 

DIVERS


- Côté vie privée, Chris­tian Karem­beu a été marié au mannequin slovaque Adriana Karem­beu de 1998 à 2011. Il a une fille, née en 1995 d'une précé­dente union. Fin avril 2017, il se rema­rie avec Jackie Chamoun, une skieuse d'origine liba­naise, en Grèce.

- En 2012, le téléfilm diffusé sur France 2 "Kanak, l’histoire oubliée" lui est consacré, retraçant un moment important de la carrière de Karembeu, son passage de la Nouvelle-Calédonie au FC Nantes. Un récit beau et émouvant qui rend hommage au combat de ces hommes, à travers le regard innocent du futur champion du monde. Cette réalisation lève le voile avec pudeur et sensibilité sur une page sombre de l'Histoire de France.

 

VIDÉO




28/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 906 autres membres