FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Klaus Allofs

Klaus Allofs.jpg
Klaus Allofs

 

Klaus Allofs

Né le 5 décembre 1956 à Dusseldorf (ALL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, Attaquant, 1m74

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 56 sélections, 17 buts

 

1975/81 Fortuna Düsseldorf (ALL) 169 matchs, 71 buts

1981/87 FC Cologne (ALL) 177 matchs, 88 buts

1987/89 Olympique de Marseille (FRA) 53 matchs, 20 buts

1989/90 Bordeaux (FRA) 37 matchs, 14 buts

1990/93 Werder Brême (ALL) 78 matchs, 18 buts

 

Fine moustache, regard perçant, Klaus Allofs, frère ainé de Thomas, était un redoutable attaquant comme l’Allemagne savait en produit dans les années 80. Avec ses grandes chevauchées et ses dribbles chaloupés, tout le jeu de Klaus résidait dans son placement et son sang froid : un vrai renard des surfaces. Il fait ses débuts avec le TuS Gerresheim avant de rejoindre le Fortuna Düsseldorf, le club phare de sa vile de naissance. À 19 ans, il fait ses débuts avec l’équipe et s’impose en fin de saison avec 12 apparitions. Propulsé titulaire indiscutable dès 1976, il commence doucement sa carrière d’avant-centre, tournant à 7 buts en moyenne. Son irrésistible attention se concrétise par une place de finaliste malheureux de la Coupe d’Allemagne en 1978. En face, c’est le FC Cologne, et ses stars : Harald Schumacher dans les buts et Dieter Muller devant, sans oublier le japonais Yasuhiko Okudera. Klaus Allofs.jpgBattu 2 à 0, Düsseldorf récupère tout de même un ticket pour la Coupe des coupes. Pour Klaus ce sera le déclic : l’attaquant anonyme de bundesliga se transforme en une véritable machine à marquer : 22 pions dans la saison et un passeport pour la gloire et les trophées : vainqueur de la Coupe d’Allemagne, le club atteint également la finale de la C2. En face c’est le Barça de Johan Neeskens et Hans Krankl. Le club allemand tient la dragée haute aux catalans dans une première mi-temps folle qui se solde sur un 2-2, avant de sombrer 4 buts à 3 en prolongation. Klaus, meilleur buteur du championnat, est logiquement appelé en sélection et débute contre la Tchécoslovaquie en octobre 1978, premier match d’une série de 56 sélections. Dusseldorf rentrera dans le rang après ses exploits européens. Pour Klaus en revanche, la courbe reste ascendante : en 1980 il remporte l’Euro avec la Mannschaft. Décidément, à l’étroit dans son club, il laisse son frangin à quai et, à l’été 1981, signe au FC Cologne, grand club de l’époque. Il fait une bonne première saison sous ses nouvelles couleurs, mais se blesse peu avant la fin du championnat. Il manquera donc la Coupe du Monde espagnole en 1982. Il remporte une nouvelle coupe d’Allemagne la saison suivante. Après un Euro 84 décevant, il renoue avec des stats impressionnantes, tournant à plus de 20 buts, et terminant meilleur buteur en 1985, avec 26 réalisations. Qualifié en Coupe UEFA, les allemands atteindront la finale, après un beau parcours. À nouveau des espagnols leur barreront la route, après le Barca, Klaus se frotte au Real Madrid, pour le même résultat. Etrillé 5 à 1 au stage Santiago Bernabeu, le match retour n’a que peu d’intérêt. Dans la foulée, Klaus dispute la coupe du Monde. Par rapport à 1982, on prend les mêmes et on recommence : l’Allemagne élimine la France assez facilement en demi mais perd contre l’Argentine de Diego Maradona en finale. Décidément Klaus commence a avoir un côté chat noir : déjà 8 finales disputées et 4 de perdues. Après une dernière saison du côté de Cologne, Klaus envisage un départ. Il débarque sur la Canebière en 1987. L’OM va souffler le chaud et le froid toute la saison, pour au final un gros flop… ça se marche dessus entre les stars et l’équipe ne trouve jamais la bonne carburation. Klaus est dans une situation compliquée, d’autant plus qu’en sélection, l’émergence de Rudi Völler et Jürgen Klinsmann précipite sa fin de carrière international. Il reste néanmoins à l’OM, qui comme à l’accoutumée fait un gros ménage à l’intersaison. Avec 13 buts en 31 matchs, Klaus est un des rares à donner satisfaction… Sérieusement concurrencé par l'arrivée d'Eric Cantona, il fait toute de même sa saison et contribue grandement au doublé Coupe-Championnat réalisé par l’OM cette saison là, mettant quelques buts importants. Victime d’un marché de dupe, Klaus est refourgué à Bordeaux en échange d'Alain Roche et Jean Tigana. Il fait la doublette avec Piet den Boer le géant venu du FC Malines. Leader quasiment toute la saison, Bordeaux craque à quelques journées de la fin, après une défaite à Nantes. L’OM sera sacré champion. Avec 14 buts, il n’aura pas démérité. Il quitte les Girondins pour des raisons économiques et termine sa riche carrière au Werder Brême. Alors qu’on le croit finit, il va engranger quelques trophées. Vainqueur de la coupe d’Allemagne en 1991, il remporte enfin une Coupe d'Europe en 1992, la Coupe des coupes, disposant de Monaco en finale par 2 buts à 0. Pour sa dernière saison, Klaus remporte enfin le graal, un titre de champion d’Allemagne après lequel il a longtemps couru. Au final, Klaus Allofs, le plus doué des 2 frères, aura connu une magnifique carrière. À l’aise de ses 2 pieds, très adroit devant le but, doté d’un bon jeu de tête, il compensait largement sa lenteur relative et sa technicité moyenne par un sens du placement, un flair et un mental d’acier, typiquement allemand.

 
PALMARÈS
Vainqueur de l'Euro 1980 (RFA)
Finaliste de la Coupe du Monde en 1986 (RFA)
Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1992 (Werder Brême)
Finaliste de la Coupe UEFA en 1985 (FC Cologne)
Finaliste de la Coupe des Coupes en 1979 (Fortuna Düsseldorf)
Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1993 (Werder Brême)
Champion d’Allemagne en 1993 (Werder Brême)
Vice-champion d’Allemagne en 1982 (FC Cologne)
Champion de France en 1989 (Marseille)
Vice-champion de France en 1990 (Bordeaux)
Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 1979, 1980 (Fortuna Düsseldorf), 1983 (FC Cologne) et 1991 (Werder Brême)
Finaliste de la Coupe d’Allemagne en 1978 (Fortuna Düsseldorf)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur de l’Euro 1980 (3 buts)
Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 1986 (9 buts) (FC Cologne)
Meilleur buteur du championnat d’Allemagne en 1979 (22 buts) (Fortuna Düsseldorf) et 1985 (26 buts) (FC Cologne)
 
DIVERS
- Il est le frêre aîné de Thomas Allofs, ancien international allemand de 1985 à 1988.
- Le football n'était pas la seule passion de l'enfant chéri du Rheinstadion. Il entretenaît une écurie de course. Il a même disputé des courses de trot sur l'hippodrome de Düsseldorf.
 
Klaus Allofs.jpg


19/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 901 autres membres