FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Rachid Mekhloufi

Rachid Mekhloufi.png
Rachid Mekhloufi

 

Rachid Mekhloufi

Né le 12 août 1936 à Sétif (ALG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png Algérien / https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Meneur de Jeu, 1m74

Surnom: Mek

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 4 sélections, https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png 10 sélections, 5 buts

 

1954/58 Saint-Etienne (FRA) 102 matchs, 59 buts

1958/62 Équipe du Front de libération nationale algérien (FLN) 40 matchs

1962 Servette Genève (SUI) 10 matchs, 8 buts

1962/68 Saint-Etienne (FRA) 192 matchs, 78 buts

1968/70 SC Bastia (FRA) 67 matchs, 20 buts

 

Footballeur de génie, joueur intuitif et percutant, qui, est sans aucun doute, le plus doué et le plus attachant des footballeurs algériens de l'époque. International français, il a abandonné Saint-Etienne et ses espoirs de disputer la coupe du Monde 1958, pour rejoindre clandestinement huit de ses compatriotes et fonder l’équipe du FLN. Une équipe qui deviendra le symbole de la nouvelle Algérie, jusqu’à son indépendance en 1962. Né le 18 août 1936 dans la ville de Sétif, une charmante localité des Hauts-Plateaux d'Aïn-Fouara, Rachid Mekhloufi aura eu l’extrême privilège de porter haut la bannière de l'Algérie combattante sur les terrains de football d’Afrique, d’Asie et d’Europe. Rachid Mekhloufi.pngInter-gauche, distributeur de jeu hors-pair, toujours en mouvement, il excelle dans l'art du contre-pied et celui d'envoyer le cuir au fond des filets grâce à des tirs aussi soudains que précis. C’est dans le club de sa ville natale l’USM Sétif que Rachid Mekhloufi débute sa carrière de footballeur. En 1954, à l’âge de 18 ans, les recruteurs de l’AS Saint-Etienne viennent le chercher pour lui faire signer son premier contrat professionnel. Trois ans plus tard, le 14 juillet 1957, à Buenos Aires, il est sacré champion du monde avec l’équipe de France militaire ; quelques semaines auparavant, il s'adjuge le titre de champion de France avec son club pour lequel il a inscrit 25 buts au cours de la saison. Titulaire indiscutable à l’ASSE, il porte par quatre fois le maillot de l’équipe de France et figure sur les tablettes du sélectionneur national en vue de la Coupe du Monde 1958 devant se dérouler en Suède au mois de mai. Or, au cours du printemps 1958, sa carrière prend une tournure totalement inattendue. En effet, le 14 avril, en compagnie de Mokhtar Arribi et d’Abdelhamid Kermali, il rejoint la Tunisie via la Suisse afin de participer à la création de l’équipe du FLN. Dès lors, devenu le footballeur de la Révolution, il sillonne le monde afin de populariser la lutte de libération nationale algérienne (1958-1962). Pourtant, à l’indépendance de l’Algérie acquise à l’été 1962, il décide de retourner en France afin d’y reprendre sa carrière professionnelle. En décembre, après une période de transition au Servette de Genève où se trouvait son ex-entraîneur Snella, l’international algérien retrouve Saint-Etienne. Artiste par excellence, soliste et chef d'orchestre. Ses partitions exécutées avec le plus pur style du maître enthousiasment les puristes du ballon rond. Pendant six ans, il se constitue un palmarès conséquent (trois fois champion de France et une Coupe de France) avant de quitter définitivement le Forez pour Bastia. Le club insulaire qui vient d’accéder à la Première division, lui confie rapidement le rôle d’entraîneur-joueur. Rachid Mekhloufi a l’intelligence d’incorporer dans l’équipe de jeunes joueurs corses qui feront par la suite de belles carrières à l’image de Claude Papi. Au printemps 1970, sollicité par le gouvernement algérien afin de relancer le football national, il quitte la Corse pour Alger. Débute alors la dernière partie de la carrière professionnelle du Sétifois, celle consacrée, d’une manière ou d’une autre, à l’équipe nationale algérienne. Après un premier passage à la tête de la sélection nationale, il revient et conduit l’équipe d’Algérie à la victoire lors des Jeux Méditerranéens d’Alger (1975) avant, de nouveau, d’être victime de règlements de comptes internes au régime. Revenu brièvement en grâce en 1982, il conduit l’équipe d’Algérie lors de la mémorable campagne au Mundial espagnol, puis, après un court passage à la tête de la Fédération algérienne de football à la fin des années 1980, il quitte définitivement le monde du ballon rond algérien, déçu et désabusé. Rachid Mekhloufi a été celui qui a ramené le renouveau au football algérien, qui a offert les premiers titres continentaux à son pays. Il avait réussi à donner une belle image du football en mettant dans le bain des joueurs de la classe des Belloumi, Assad et autres. Il avait atteint les cimes de la gloire. Un grand Monsieur, respectable et respectueux qui mérite tous les égards.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde militaire en 1957 (France)

Champion de France en 1957, 1964, 1967 et 1968 (Saint-Etienne)

Champion de France de D2 en 1963 (Saint-Etienne)

Vainqueur de la Coupe de France en 1968 (Saint-Etienne)

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1955 et 1958 (Saint-Etienne)

Vainqueur du Challenge des Champions en 1967 (Saint-Etienne)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Etoile d'or France Football en 1964, 1966 et 1967

 

Rachid Mekhloufi.png



29/05/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 895 autres membres