FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Bixente Lizarazu

Bixente Lizarazu.jpg
Bixente Lizarazu

 

Bixente Lizarazu

Né le 9 décembre 1969 à Saint-Jean-de-Luz (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur gauche, 1m69

Surnom: "Liza"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 97 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 39 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 18 sélections, 1 but)

(Euro: 12 sélections)

(Coupe des Confédérations: 7 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection)

(Tournoi de France: 3 sélections)

(Tournoi Hassan II: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 14 novembre 1992 contre la Finlande (2-1)

Dernière sélection : le 25 juin 2004 contre la Grèce (0-1)

 

Pays Basque.png Pays Basque: 1 sélection

 

1988/96 Bordeaux (FRA) 299 matchs, 28 buts

(Championnat de France: 213 matchs, 22 buts)

(Coupe de France: 20 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 33 matchs, 5 buts)

(Championnat de France de D2: 33 matchs)

1996/97 Athletic Bilbao (ESP) 18 matchs

(Championnat d'Espagne: 16 matchs)

(Coupe d'Espagne: 2 matchs)

1997/2004 Bayern Munich (ALL) 224 matchs, 8 buts

(Championnat d'Allemagne: 152 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Allemagne: 16 matchs, 1 but)

(Ligue des Champions: 54 matchs)

(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

2004 Olympique de Marseille (FRA) 15 matchs

(Championnat de France: 14 matchs)

(Coupe de France: 1 match)

2005/06 Bayern Munich (ALL) 46 matchs

(Championnat d'Allemagne: 31 matchs)

(Coupe d'Allemagne: 5 matchs)

(Ligue des Champions: 10 matchs)

 

C’est l’arrière gauche de la meilleure ligne défensive de l’histoire des Bleus. Entre 1992 et 2004, Bixente Lizarazu a tout connu, de la défaite au Parc contre l'Israël aux titres européens et mondiaux. En club, "Liza" a débuté sa carrière à Bordeaux avec Zizou et Duga avant de faire les beaux jours du Bayern Munich. Avec le club bavarois, il remporta de nombreux titres dont la prestigieuse Ligue des Champions en 2001. Né le 9 décembre 1969 à Saint-Jean-de-Luz, Bixente Lizarazu rejoint les Girondins de Bordeaux à l’âge de 15 ans. Entraîné par un certain Aimé Jacquet, le basque bondissant débute sa carrière pro en 1987 mais connaît très vite la relégation. Bixente Lizarazu.jpgNéanmoins l'épisode girondin en D2 ne durera pas longtemps et Bixente Lizarazu sera un des artisans, sur son côté de gauche, du titre de 1992, synonyme de remontée. Malgré les blessures, il connaît une progression régulière qui l'amène en équipe de France dès 1992 sans toutefois s'imposer avant 1996. Cette année-là est d'ailleurs un grand cru pour le bordelais puisque son équipe, bien qu'à la rue en championnat, atteint la finale de la Coupe UEFA, perdue sans trembler contre le Bayern Munich qui le remarquera à l'occasion. En tout il dispute 299 matches et inscrit 28 buts sous le maillot Marine et Blanc de 1988 à 1996. Il enchaîne avec l'Euro en Angleterre, où il prend enfin la place d'Eric Di Meco, mi-figue mi-raisin, pour les bleus qui se hissent en demi-finale, perdant au tir aux but face au tchèques et laissant un goût d'inachevé à une nation traumatisée par les bulgares. Il signe l'année suivante pour l'Athletic Bilbao, qui ne recrute que des basques. Premier non-espagnol à évoluer avec l’Athletic Bilbao, il garde néanmoins un souvenir douloureux de son passage là-bas lors de la saison 1996/97, en raison d’une vilaine blessure, contractée quelques mois avant sa signature. Pourtant, son attachement à ses terres reste total. En 1996, il avait ainsi déjà demandé à ce que son prénom "Vincent" (Vicente) soit modifié en "Bixente" sur sa carte nationale d’identité, conformément au souhait de ses parents. En 1997, il rejoint le second club de son cœur: le grand Bayern Munich. Peu de français ont réussi à s'imposer en Allemagne, Lizarazu est de ceux-là : 6 championnats, 5 coupes et 1 ligue des Champions en huit années passées outre-Rhin. En bleu, sa carrière est toujours florissante puisqu'il est de la génération dorée qui cumulera Coupe du monde 98 et Euro 2000. La fin de carrière est plus délicate toutefois. Il rejoint l'OM en 2004. Si les débuts sont prometteurs, avec une réelle influence sur l'équipe (José Anigo passe d'un 3-5-2 inadapté à un 4-4-2 plus académique sur ses conseils), il va s'effondrer un soir de novembre. Après une défaite à Paris, l'OM reçoit son meilleur ennemi en Coupe de la Ligue. L'équipe bis parisienne revient à 2-2 un peu par miracle et à la 92ème, Lizarazu tente une passe en retrait de la tête à son gardien depuis le milieu de terrain... Bernard Mendy s'est engouffré et s'en va marquer calmement... José Anigo démissionne le soir même et Troussier le remplace : les stars sont mises au placard et Bixente est prié d'aller faire ses passes en retrait ailleurs, au Bayern... avec qui il fera une dernière saison. Après sa carrière de joueur, il s’in­ves­tit rapi­de­ment dans le jour­na­lisme spor­tif. Canal+ l’en­gage en tant que consul­tant et en 2008, il anime sa propre émis­sion de commen­taires de l’Euro sur RTL, le "Club Liza". Depuis 2009, il commente les grands matchs sur TF1.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Vainqueur de l'Euro 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2001 et 2003 (France)

Vainqueur du Tournoi Hassan II en 1998 et 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994 (France)

Vainqueur de la Ligue des champions en 2001 (Bayern Munich)

Finaliste de la Ligue des champions en 1999 (Bayern Munich)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 2001 (Bayern Munich)

Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 2001 (Bayern Munich)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1996 (Bordeaux)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1995 (Bordeaux)

Champion d’Allemagne en 1999, 2000, 2001, 2003, 2005 et 2006 (Bayern Munich)

Vice-champion d'Allemagne en 1998 et 2004 (Bayern Munich)

Vice-champion de France en 1990 (Bordeaux)

Vainqueur de la Coupe d'Allemagne en 1998, 2000, 2003, 2005 et 2006 (Bayern Munich)

Finaliste de la Coupe d'Allemagne en 1999 (Bayern Munich)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue Allemande en 1997, 1998, 1999, 2000 et 2004 (Bayern Munich)

Champion de France de D2 en 1992 (Bordeaux)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé dans l'équipe type UEFA de l'année en 2001

Nommé dans l'équipe type de l'association ESM en 1999

Nommé dans l'équipe type spéciale 20 ans des trophées UNFP en 2011

Nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1998

À reçu le Prix Guy Wildenstein en 2007

 

DIVERS


- Lizarazu faisait parti de la défense de fer de l'équipe de France entre 1998 et 2000 et qui n'a jamais perdu lorsqu'elle était aligné ensemble : Barthez, Blanc, Desailly, Thuram et Lizarazu.

- Il prénomme ses propres enfants avec deux prénoms basques: Tximista (l’éclair) et Uhaina (la vague).

 

VIDÉO



18/02/2018
0 Poster un commentaire

Clarence Seedorf

Clarence Seedorf.jpg
Clarence Seedorf

 

Clarence Clyde Seedorf

Né le 1er avril 1976 à Paramaribo (SUR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Milieu de terrain, 1m76

Surnoms: "Il professore", "Opa", Mr. Champions League

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 87 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 41 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 13 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Qualif Euro: 19 sélections, 5 buts)

(Euro: 10 sélections)

 

1ère sélection : le 14 décembre 1994 contre le Luxembourg (5-0)

Dernière sélection : le 26 mars 2008 contre l'Autriche (4-3)

 

1992/95 Ajax Amsterdam (HOL) 90 matchs, 11 buts

(Championnat des Pays-Bas: 65 matchs, 11 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 8 matchs)

(Supercoupe des Pays-Bas: 1 match)

(Ligue des Champions: 11 matchs)

(Coupe des Coupes: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 1 match)

1995/96 Sampdoria Gênes (ITA) 34 matchs, 4 buts

(Championnat d'Italie: 32 matchs, 3 buts)

(Coupe d'Italie: 2 matchs, 1 but)

1996/99 Real Madrid (ESP) 159 matchs, 20 buts

(Championnat d'Espagne: 121 matchs, 15 buts)

(Coupe d'Espagne: 9 matchs, 1 but)

(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs, 1 but)

(Ligue des Champions: 25 matchs, 3 buts)

(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

2000/02 Inter Milan (ITA) 92 matchs, 14 buts

(Championnat d'Italie: 64 matchs, 8 buts)

(Coupe d'Italie: 10 matchs, 3 buts)

(Supercoupe d'Italie: 1 match)

(Ligue des Champions: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 15 matchs, 3 buts)

2002/12 Milan AC (ITA) 432 matchs, 63 buts

(Championnat d'Italie: 300 matchs, 48 buts)

(Coupe d'Italie: 25 matchs, 5 buts)

(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)

(Ligue des Champions: 93 matchs, 9 buts)

(Coupe de l'UEFA: 7 matchs)

(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

(Coupe du Monde des Clubs: 2 matchs, 1 but)

2012/14 Botafogo (BRE) 95 matchs, 31 buts)

(Championnat du Brésil: 72 matchs, 23 buts)

(Coupe du Brésil: 8 matchs)

(Copa Sudamericana: 1 match, 1 but)

(Championnat de Rio: 14 matchs, 7 buts)

 

Une force de la nature. Clarence Seedorf est l'un des milieux de terrain européens les plus complets des dernières décennies. Partout où il est passé il a fait briller ses partenaires et bonifié le jeu de son équipe. Infatigable travailleur, technique de balle largement au dessus de la moyenne, vision de jeu, frappe de balle surpuissante. Son excellente préparation physique lui a permis d'avoir une longue carrière dans le football professionnel durant laquelle il a tout gagné. Né en 1976 au Surinam, il sait que son grand-père, Frederick, était le fils d'un esclave libéré par son patron allemand dont il a pris le nom, Seedorf. Par la suite, Clarence fait connaissance avec les joies du ballon rond. Comme beaucoup de ses prédécesseurs surinamiens (Ruud Gullit, Edgar Davids, Patrick Kluivert), Seedorf immigre en Hollande et rejoint le centre de formation de l’Ajax Amsterdam. En 1992 à seulement 16 ans, Clarence fait ses débuts en championnat avec l’Ajax Amsterdam, dirigé à l’époque par l’excellent Louis Van Gaal. Clarence Seedorf.jpgIl restera 3 saisons, le temps pour lui de remporter la coupe des Pays-Bas en 1993, le championnat en 1994 et 1995 et surtout la Ligue des Champions à seulement 19 ans. À son âge, il compte déjà un meilleur palmarès que la moitié de la planète foot. Outre Seedorf, l’Ajax vainqueur de la LDC avait une sacré gueule. Disposé en 3-4-3 ultra offensif, le club d’Amsterdam aligne les plus grands noms hollandais de l’époque. Dans les cages, Edwin Van Der Sar. Devant, Patrick Kluivert et Marc Overmars. Et en guise de colonne vertébrale, De Boer, Rijkaard, Seedorf, Davids, De Boer. Tranquille. Ces performances lui permettent d’être sélectionné en équipe nationale en décembre 1994. Il marque pour sa première apparition sous le maillot “Oranje”. À l’été 1995, convoité par de grosses écuries européennes, il décide de signer à la Sampdoria de Gênes. Choix surprenant pour un joueur qui aurait déjà eu sa place dans la plupart des grands clubs européens. Il n’y restera qu’une saison avant de s'envoler sous le soleil espagnol, le temps de jouer avec Mihajlovic, Karembeu, Roberto Mancini et Enrico Chiesa. Mais Seedorf continue de grandir. Culture tactique, labeur physique, il côtoie le meilleur championnat pour assimiler le jeu. Entre-temps, Seedorf participe à l'Euro 96 en Angleterre. Les Pays-bas sont éliminés en quart de finale par l’équipe de France, à cause en grande partie d’un penalty raté de Seedorf pendant la séance de tirs au but. Une expérience difficile pour le jeune Néerlandais qui décide par la même occasion de changer d’air et de signer en faveur du Real Madrid de Fabio Capello. À 20 ans, Seedorf devient merengue et rejoint un club en grande difficulté. Il démontre sa personnalité dès ses débuts avec l'équipe blanche. Il est impressionnant de par son activité au milieu de terrain et sa lourde frappe. Ces qualités font de lui l’un des numéros 10 les plus talentueux du championnat. Chaque saison, il participe à plus de 40 rencontres, à chaque fois avec la même régularité, l’une de ses grandes forces. Il évolue d'abord au milieu avec Fernando Redondo puis s'est ensuite décalé sur le côté droit. Le Hollandais a contribué à remporter la Liga dès sa première année, la Ligue des Champions lors de sa seconde et la Coupe Intercontinentale lors de sa troisième. Ayant perdu sa place au profit de Savio, il signe à l’Inter au mercato d’hiver en janvier 2000. Il y reste deux saisons et demi. Seedorf ne connait pas la même réussite qu’auparavant, moins percutant et primordial qu’au Real Madrid, il reste tout de même d’une grand importance dans le système de jeu des Nerazzurri. Il ne remporte aucun trophée, ce qui le pousse en 2002 à changer de club mais pas de ville ni de stade. Il signe au Milan AC et devient "Il Professore". Le Maestro du Calcio va s’offrir les plus belles années de sa carrière. Pendant 10 saisons, Seedorf participe aux succès du Milan AC sous les ordres notamment de Carlo Ancelotti (2001-2009). En seulement une saison, Clarence réussit à faire oublier à tout le monde le fait qu’il a passé 2 saisons sous les couleurs ennemies. Il devient un véritable Rossoneri et gagne toute la confiance de son entraîneur, de son président Silvio Berlusconi et des tifosis Milanais. Il va simplement tout rafler avec le Milan AC : deux fois le championnat italien, la Supercoupe d’Italie, la Supercoupe d’Europe, la Ligue des Champions et une fois la coupe d’Italie et le championnat du monde des clubs. Seedorf, c’est aussi 5 finales de Ligues des Champions, dont une de perdu (la célèbre finale historique d’Istanbul face à Liverpool en 2005). Il est l’unique joueur à avoir remporté cette compétition à 4 reprises avec 3 clubs différents. Durant ces années milanaises, il monte en puissance en raison du rôle qui lui est donnée par Ancelotti et son célèbre 4-3-2-1. Entre la hargne de Gattuso, la facilité de Pirlo et Seedorf, le talent de Kaka et Shevchenko et bien évidemment la roublardise de Super Pippo Inzaghi, bien difficile de trouver un point faible à cette équipe. Hormis le brésilien Dida dans les buts. Mais étant donné qu’il était protégé par Maldini et Nesta on ne se faisait pas trop de soucis pour lui. Seedorf est donc l’un des joueurs les plus complets des années 2000: puissant, technique, capable d’alterner jeu court et jeu long, d’être à la fois à la récupération et à la finition. 432, comme le nombres de matchs disputés par Seedorf sous le maillot milanais : il est le joueur étranger qui a porté le plus de fois la tunique des rouges et noirs. En mai 2012, arrivé à la fin de son contrat avec l’AC Milan, il décide de s’en aller au Brésil à Botafogo pour tranquillement finir sa carrière. En 1 an et demi, il dispute près de 90 rencontres avant de mettre un terme à sa carrière de joueur et d'entamer celle d'entraîneur. Il n’y a qu’en "Oranje" que Seedorf n’a pas connu de satisfaction réelle et il y a même subi de nombreuses déceptions, atteignant au maximum les demies finales de l’Euro 2000, 2004 et du Mondial 98. Ses 20 ans au plus haut niveau et son palmarès incroyable en font tout de même une légende vivante du football néerlandais.

 

PALMARÈS


4ème de la Coupe du Monde en 1998 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Ligue des Champions en 1995 (Ajax Amsterdam), 1998 (Real Madrid), 2003 et 2007 (Milan AC)

Finaliste de la Ligue des Champions en 2005 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe du Monde des clubs en 2007 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1998 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe Intercontinentale en 2003 (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 2003 et 2007 (Milan AC)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1998 (Real Madrid)

Champion d’Italie en 2004 et 2011 (Milan AC)

Vice-champion d'Italie en 2003 et 2012 (Milan AC)

Champion d’Espagne en 1997 (Real Madrid)

Vice-champion d'Espagne en 1999 (Real Madrid)

Champion des Pays-Bas en 1994 et 1995 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 2003 (Milan AC)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 2000 (Inter Milan)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1993 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 2004 et 2011 (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en 1997 (Real Madrid)

Vainqueur de la Supercoupe des Pays-Bas en 1993 et 1994 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur du Championnat de Rio en 2013 (Botafogo)

Vainqueur de la Coupe Guanabara en 2013 (Botafogo)

Vainqueur de la Coupe de Rio en 2013

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur milieu de terrain de l'année UEFA en 2007

2ème meilleur joueur de la Coupe du Monde des clubs en 2007

Bola de Prata en 2013

Élu talent néerlandais de l'année du championnat des Pays-Bas en 1993 et 1994

Nommé dans l'équipe type UEFA de l'année en 2003 et 2007

Nommé dans l'équipe type de l'association ESM en 1997

Nommé au FIFA 100

Intronisé au Hall of Fame du Milan AC

Nommé membre de l'Ordre d'Orange-Nassau en 2011

Nommé Commandeur de l'Ordre de l'Étoile jaune de la République du Surinam en 2011

Nommé "Champion de l'héritage" de la Fondation Nelson Mandela en 2009

 

DIVERS


- Il reste le seul joueur de l'histoire du football a avoir gagné 4 ligues des champions avec 3 clubs différents (Ajax en 1995, Real Madrid en 1998 et Milan A.C en 2003 et 2007).

- Les trois frères de Clarence, Chedric, Rhamlee et Jürgen, ainsi que ses neveux Regilio et Stefano, sont tous footballeurs professionnels.

 

VIDÉO



13/02/2018
0 Poster un commentaire

Tigres UANL

Tigres UANL.jpg
Tigres UANL

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4973363_201507062617752.png Tigres de la Universidad Autónoma de Nuevo León, fondé le 7 mars 1967

Surnoms: Felinos, Los Tigres, Auriazules

Couleurs: jaune et bleu

Ennemis jurés: Monterrey, Santos Laguna

Stade: Universitario (42 000 places)


L'HISTOIRE


Le club est fondé le 7 mars 1967 en raison de problèmes économiques du club de Nuevo Léon, qui est cédé à l'Université autonome du Nuevo León et prend le surnom de "Tigres".


13/02/2018
0 Poster un commentaire

Luis Hernandez

Luis Hernandez.jpg
Luis Hernández

 

Luis Arturo Hernández Carreón

Né le 22 décembre 1968 à Poza Rica (MEX)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4973363_201507062617752.png Mexicain, Attaquant, 1m75

Surnoms: El Matador, "El Pájaro"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4973363_201507062617752.png 85 sélections, 35 buts

(Matchs amicaux: 34 sélections, 13 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 14 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 7 sélections, 4 buts)

(Copa America: 11 sélections, 9 buts)

(Gold Cup: 7 sélections, 5 buts)

(Coupe des Confédérations: 4 sélections, 1 but)

(Coupe Kirin: 2 sélections)

(US Cup: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 1er février 1995 contre l'Uruguay (1-0)

Dernière sélection : le 17 juin 2002 contre les Etats-Unis (0-2)

 

1990/91 Cruz Azul (MEX) 18 matchs, 1 but

1991/92 Querétaro (MEX) 28 matchs, 11 buts

1992/94 CF Monterrey (MEX) 62 matchs, 15 buts

1994/98 Necaxa (MEX) 125 matchs, 37 buts

1997 Boca Juniors (ARG) (Prêt) 4 matchs, 2 buts

1998/2000 Tigres UANL (MEX) 64 matchs, 39 buts

2000/03 Los Angeles Galaxy (USA) 40 matchs, 15 buts

2001/03 Club América (MEX) (Prêt) 43 matchs, 9 buts

2003 Veracruz (MEX) 18 matchs, 5 buts

2004 Jaguares de Chiapa (MEX) 5 matchs, 1 but

2004/05 Lobos BUA Puebla (MEX) 9 matchs, 4 buts

 

Surnommé "El Matador" par les supporters de la sélection mexicaine, Hernandez était un excellent attaquant qui a fait le bonheur de l'ère moderne d'El Tri. Avec 35 buts en sélection nationale, il a inscrit son nom parmi les tous meilleurs buteurs de l’histoire du Mexique. Mais, oublions les chiffres, c’est avant tout un neuf qui incarnait une identité de jeu très forte et un style inimitable. Hargneux et physique, il symbolisait l’alliance parfaite du talent et de l’athlétisme, partageant quelques similitudes avec l’inoubliable Gabriel Batistuta. Reconnaissable avec ses longs cheveux blonds qu'il gardera presque toute sa carrière, Luis Hernandez a joué dans de nombreux clubs au Mexique et sur le continent américain, mais c'est en devenant le meilleur buteur mexicain en Coupe du Monde qu'il a atteint le statut d'icône. "El Matador" a aussi formé des associations à faire pâlir les défenses. En 1997, il arrive en prêt à Boca Juniors sur les recommandations de Diego Maradona, avec qui il ne jouera pourtant que quelques matches, avant de repartir au pays. Son duo avec Cuauhtémoc Blanco à la pointe de la sélection sera plus pérenne, au point qu’ils feront la pluie et le beau temps du football mexicain, à partir du milieu des années 90, jusqu’à la Coupe du Monde 2002.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 1999 (Mexique)

Vainqueur de la Gold Cup en 1996 et 1998 (Mexique)

3ème de la Copa America en 1997 et 1999 (Mexique)

Vainqueur de la Coupe des Coupes de la CONCACAF en 1994 (Necaxa)

Vainqueur de la Coupe des Géants de la CONCACAF en 2001 (Club América)

Champion du Mexique en 1995, 1996 (Necaxa) et 2002 (Verano) (Club América)

Vice-champion du Mexique en 1993 (Monterrey) et 1996 (Invierno) (Necaxa)

Vainqueur de la Coupe du Mexique en 1995 (Necaxa)

Vainqueur de la Coupe des Etats-Unis en 2001 (Los Angeles Galaxy)

Vainqueur de la Supercoupe du Mexique en 1995 (Necaxa)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Copa America en 1997 (6 buts)

Meilleur buteur de la Gold Cup en 1998 (4 buts)


11/02/2018
0 Poster un commentaire

Vavá

Vava.jpg
Vavá

 

Edvaldo Izidio Neto

Né le 12 novembre 1934 à Recife (BRE)

Décédé le 19 janvier 2002 à Rio de Janiero (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Attaquant, 1m74

Surnoms: Peito de Aço, Leão da Copa

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 20 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 3 sélections, 3 buts)

(Coupe du Monde: 10 sélections, 9 buts)

(Copa Oswaldo Cruz: 5 sélections, 3 buts)

(Taça das Nações: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 13 novembre 1955 contre le Paraguay (3-0)

Dernière sélection : le 3 juin 1964 contre l'Argentine (0-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png olympique: 3 sélections, 1 but

 

1949/50 Sport Recife (BRE)

1951/58 Vasco de Gama (BRE)

1958/61 Atletico Madrid (ESP) 71 matchs, 31 buts

1961/63 Palmeiras (BRE) 142 matchs, 71 buts

1964/67 Club América (MEX)

1968 San Diego Toros (USA) 28 matchs, 5 buts

1969 AA Portuguesa (BRE)

 

Coéquipier de Pelé et de Garrincha, sacré lors du Mondial 1958 puis 1962, Edvaldo Izidio Neto dit "Vavá" restera à jamais le premier joueur à marquer dans deux finales de Coupe du monde distincte. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7580978_201802114349112.jpgLe natif de Recife, malgré une carrière courte avec le maillot du Brésil (20 sélections), a vécu certainement la période la plus faste du football auriverde. Auteur de neuf buts en deux éditions, il est en effet le troisième meilleur buteur de la Seleçao au Mondial derrière Ronaldo et Pelé. Pas de quoi rougir ! Attaquant athlétique malgré un gabarit pas impressionnant (1,74m), doté d’un excellent jeu de tête et plus combattant que réel talent, Vava complétait parfaitement la génération ultra-technique de l’époque. Il partage, avec Pelé, Breitner et Zidane, la performance d’avoir marqué au moins un but lors de deux finales différentes. En 1958, Vavá se distingue avec un doublé en finale du Mondial suédois (5 buts à 2), à l’instar de son jeune compatriote Pelé. Le Brésilien, loin d'être un titulaire en puissance début juin, offre sa première Coupe du Monde au Brésil. Quatre ans plus tard, il scelle le succès des siens face à la Tchécoslovaquie (3 buts à 1) et reçoit le Soulier d’or de la compétition (4 buts). Milieu de terrain de Recife à ses débuts en 1952, c’est à Vasco de Gama qu’il va vraiment éclater en devenant champion de l'État de Rio en 1956 et 1958. Entre ces deux Coupes du Monde, Vavá rejoint l’Atletico Madrid avec lequel il remporte deux coupes d’Espagne de suite en 1960 et 1961. Après un retour au pays, et quelques piges au Mexique et aux Etats-Unis, il raccroche définitivement les crampons à Portuguesa en 1967, à l'âge de 33 ans. Il décède le 19 janvier 2002 à Rio de Janeiro à l'âge de 67 ans des suites d'une insuffisance cardiaque. Si Pelé et Garrincha lui font régulièrement de l'ombre dans les livres d'Histoire, son apport sous le maillot du Brésil en restera tout aussi important.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1958 et 1962 (Brésil)

Finaliste de la Taça das Nações en 1964 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Oswaldo Cruz en 1958 et 1962 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1960 et 1961 (Atletico Madrid)

Vainqueur du championnat de Rio en 1952, 1956, 1958 (Vasco de Gama)

Vainqueur du championnat de São Paulo en 1963 (Palmeiras)

Vainqueur du championnat de Pernambouc en 1949 (Sport Recife)

Vainqueur du tournoi Rio-São Paulo en 1958 (Vasco de Gama)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1962 (4 buts)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1962

Intronisé au Hall of Fame du football brésilien


11/02/2018
0 Poster un commentaire

Guinée

Palmarès

 

Championnat de Guinée (Ligue 1)

Championnat de Guinée de D2 (Ligue 2)

Coupe de Guinée

Supercoupe de Guinée

 

Les clubs

 

ASFAG

Fello Star

Hafia FC

Horoya AC

AS Kaloum Star

Satellite FC


10/02/2018
0 Poster un commentaire