FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Anders Linderoth

Anders Linderoth.jpg
Anders Linderoth

 

Anders Karl Gustaf Linderoth
Né le 21 mars 1950 à Kristianstad (SUE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Suédois, Milieu de terrain, 1m70

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png 40 sélections, 2 buts

 

1967 Stattena IF (SUE)

1968/70 Helsingborgs IF (SUE) 61 matchs, 7 buts

1971/77 Östers IF (SUE) 158 matchs, 23 buts

1977/80 Olympique de Marseille (FRA) 84 matchs, 6 buts

1980/81 Mjällby AIF (SUE) 21 matchs

1982/84 Näsby IF (SUE)

 

Anders Linderoth, père de Tobias, est un des rares suédois passé par le championnat de France, et plus précisément à Marseille, où il a vécu la relégation improbable du club en 1980, avec des mecs comme Marius Trésor ou Didier Six dans l’équipe. À part ça, une belle carrière au pays et en équipe nationale, avec une participation à la Coupe du monde 1978. Originaire de Kristianstad, au sud du pays, Anders Linderoth débute sa carrière à Helsingborg à la fin des années 60. Du haut de ses 18 ans, il s’affirme immédiatement comme titulaire en milieu de terrain où son abattage fait merveille. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7460227_201711210222861.jpgJoueur de poche au pays des géants (1,70m seulement), il compense un déficit physique certain par une bonne technique et une grande activité. Véritable fourmi, il ratisse un maximum de ballons et accélère l'échange lorsque le besoin s'en fait sentir. En 1970, il décide de changer d’air et s’engage avec Osters dont il devient un des piliers. Il y restera 7 ans, remportant au passage quelques trophées mais manquera bêtement le titre, parti un an trop tôt. Durant les années 70, le club tourne bien grâce à une belle génération dont Linderoth fait bien sur parti. Le petit milieu est d’ailleurs appelé en sélection dès 1972 (à Göteborg contre la Tchécoslovaquie). Il manquera la Coupe du monde 1974 mais sera de l’aventure 4 ans plus tard en Argentine. Entre temps, avec son club, il va réussir quelques performances : une 2ème place en championnat en 1973, derrière Atvidabergs FF. Finaliste de la Coupe de Suède en 1974, le club termine de nouveau 2ème en 1975. Cette saison est d’ailleurs étonnante à plus d’un titre puisque Linderoth, positionné plus haut sur le terrain se mue en buteur, avec 10 réalisations. Sacré meilleur joueur de Suède en 1976, le récupérateur n’est pas maladroit et a une belle frappe devant la cage. À force de persévérance, il finira par gagner quelque chose : la coupe nationale, remportée en 1977 aux dépens d'Hammarby (1 à 0). International reconnu, jouissant d’une bonne côte sur le marché, il se décide alors à quitter sa Suède natale et descend vers le sud, à l’Olympique de Marseille, qui a perdu notamment Raoul Nogues dans l’entre jeu. Sur la Canebière, on évoque encore avec la voix qui tremble Gunnar Andersson, le chasseur de buts des années cinquante, et Roger Magnusson, le roi du dribble, qui brillait au stade Vélodrome à la fin des années soixante. Et Linderoth, bien que n’évoluant pas au même poste, va respecter la tradition. Rapide, talentueux et doté de grandes qualités techniques, il était très apprécié chez les Olympiens. 37 matchs, 2 buts et une régularité de performance qui en fait une des satisfactions de la saison. L’OM termine 4ème en 1978, après avoir été leader à 5 journées de la fin. En Coupe, le club est éliminé en quart de finale contre Sochaux. Bref, tous les voyants sont au vert. Dans la foulée, Linderoth enchaîne donc avec la Coupe du Monde, mais les suédois passent totalement à côté, avec une élimination sans gloire dès le premier tour, dans un groupe difficile (Brésil, Autriche et Espagne). L’OM, 4ème en 1978, va alors plonger au classement. Pourtant, avec des renforts du calibre de Didier Six, on pouvait sans doute espérer mieux. Linderoth est un des rares à évoluer à son niveau. Les changements d’entraîneurs n’y font rien et l’OM termine 12ème en 1979, un classement peu révélateur des difficultés dans le jeu. Et l’incroyable va se produire la saison suivante, Malgré un effectif riche de Marius Trésor, Anders Linderoth, Marc Berdoll, ou Didier Six, tous internationaux, l’OM est rétrogradé en D2 à l’issue de la saison. Au bord du dépôt de bilan, le club vire tous ses joueurs. Mais de cette désillusion naîtra une page historique du club, qui décide de s'appuyer sur une génération de jeunes joueurs locaux pour relancer la machine. Linderoth lui quitte donc la France sur cette incroyable note. À son retour au pays, le joueur âgé de 30 ans, ne trouve pas vraiment de quoi se relancer. Considéré comme fini, il pose son sac à Mjallby, modeste équipe de D2. Il y reste 2 saisons, durant lesquelles, il ne jouera pas beaucoup, miné par les blessures. Après une dernière pige de 2 ans à Näsby, il raccroche définitivement les crampons en 1984.

 

PALMARÈS


Vice-champion de Suède en 1973 et 1975 (Östers IF)

Vainqueur de la Coupe de Suède en 1978 (Östers IF)

Finaliste de la Coupe de Suède en 1974 (Östers IF)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or Suédois en 1976 


21/11/2017
0 Poster un commentaire

Maccabi Haïfa

Maccabi Haifa.jpg
Maccabi Haïfa

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4959680_201507035045781.png Maccabi Haifa Football Club (מועדון הכדורגל מכבי חיפה), fondé en 1913
Surnom: The Green Locomotive
Couleurs: vert et blanc
Ennemis jurés: Maccabi Tel-Aviv, Hapoël Haifa
Stade: Sammy Ofer (30 870 places)
 
L'HISTOIRE
Le club est fondé en 1913 par un groupe d'ouvriers d'Haïfa. Refondé en 191, la Première Guerre Mondiale avait mis fin au tout jeune club israélien. La même situation se représente de 1935 à 1942. Depuis, rien n'est venu perturber l'histoire d'un des plus grands clubs du pays.

21/11/2017
0 Poster un commentaire

Hapoël Tel-Aviv

Hapoel Tel-Aviv.png
Hapoël Tel-Aviv

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4959680_201507035045781.png Hapoël Tel-Aviv Football Club (מועדון כדורגל הפועל תל אביב), fondé en 1923

Surnoms: The Red Demons, The Workers

Couleurs: rouge et blanc

Ennemis jurés: Maccabi Tel-Aviv, Beitar Jerusalem

Stade: HaMoshava Stadium (11 500 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé en 1923 par la Histadrout, la fédération des travailleurs de la Terre d'Israël, mais est dissous peu de temps après. Le club est refondé deux fois (en 1925 et 1926) avant de fusionner avec l'Allenby FC en 1927.


20/11/2017
0 Poster un commentaire

Israël

Palmarès

 

Championnat d’Israël (Ligat HaAl)

Meilleur buteur du championnat d'Israël

Championnat d'Israël de D2 (Liga Leumit)

Championnat d'Israël de D3 (Liga Alef)

Championnat d'Israël de D4 (Liga Bet)

Championnat d'Israël de D5 (Liga Gimel)

Coupe d'Israël

Supercoupe d'Israël

Coupe de la ligue israélienne

Footballeur de l'année du championnat d'Israël

 

Les clubs

 

Beitar Jerusalem

Hapoël Beer-Sheva

Hapoël Haïfa

Hapoël Petah-Tikvah

Hapoël Tel-Aviv

Maccabi Haïfa

Maccabi Netanya

Maccabi Tel-Aviv


20/11/2017
0 Poster un commentaire

Jimmy Jones

Jimmy Jones.jpg
Jimmy Jones

 

James Jones

Né le 25 juillet 1928 à Lurgan (NIR)

Décédé le 13 février 2014 à Lurgan (NIR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4820610_201505141152511.png Nord-Irlandais, Attaquant

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4820610_201505141152511.png 3 sélections, 1 but

 

1947/49 Belfast Celtic (NIR) 33 matchs, 43 buts

1949/50 Larne FC (NIR)

1950/51 Fulham (ANG) 0 match

1951/62 Glenavon (NIR) 222 matchs, 269 buts

1962/63 Portadown (NIR) 14 matchs, 8 buts

1963/64 Bangor FC (NIR) 20 matchs, 12 buts

1964/65 Newry Town (NIR) 

 

Si une ode aux joueurs d'Irlande du Nord devait être écrite, le nom de Jimmy Jones y figurerait en bonne place. "Je suis là pour marquer des buts", disait de lui celui dont l'intelligence de jeu et la finesse technique étaient parfois décriées. C'est ainsi que Jimmy Jones a clairement qualifié son rôle. Une telle détermination a bien servi l'Irlandais du Nord: il a inscrit 269 buts pour Glenavon, remportant trois titres de champion et trois coupes nationales. Il reste meilleur buteur du club dix saisons d'affilée, de 1952-53 à 1961-62. En 1956-57, le costaud et courageux attaquant a inscrit 74 buts toutes compétitions confondues, un record qui tient toujours. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7449200_201711154330601.jpgLes 333 buts de sa carrière, un autre record, ne sont pas prêts d'être battus. Ces chiffres sont d'autant plus impressionnants que Jones a presque perdu une jambe au début de sa carrière à la suite d'un lynchage lors du derby entre son premier club, le Belfast Celtic, et Linfield, le 27 décembre 1948. Situé à moins d'un kilomètre l'un de l'autre, les deux rivaux avaient des racines religieuses différentes: le Belfast Celtic était catholique (bien que Jones soit protestant) et Linfield fièrement protestant. Dans l'un des plus célèbres matchs nuls de l'histoire du football nord-irlandais (1-1), Jimmy Jones casse accidentellement la cheville du défenseur Bob Bryson lors d'une collision. Après le coup de sifflet final et l'égalisation de Linfield à la dernière minute, trente supporters déchaînés ont voulu venger leurs joueurs se ruant sur Jones et le jetant comme une poupée de chiffon avant de le piétiner. Lorsqu'il a été secouru, Jones était ensanglanté  et à peine conscient. Bilan pour Jones : un K.-O. et une jambe fracturée sauvée de justesse par des chirurgiens. L'attaquant se voit interdit des terrains par le Celtic à la fin de la saison. À seulement 20 ans, Jones se retrouve avec une carrière compromise. Après avoir entrepris de s'entraîner de nouveau, malgré la douleur, il se rétablit pour jouer pour Larne puis la réserve de Fulham. Il aurait pu jouer en équipe première mais la Fédération anglaise invalide sa licence sur un aspect technique. Une vrai frustration pour l'international nord-irlandais sélectionné trois fois avec les verts et blancs. En 1957, il décide de retourner en Irlande et revit à Glenavon aux côtés de Jackie Denver, un ancien du Belfast Celtic. Il n'y avait pas trop de finesse dans le jeu de Jones. Il pouvait marquer du pied droit, du pied gauche et avait un excellent jeu de tête ainsi qu'une frappe de balle incroyable. Finalement, le plus gros défaut de Jimmy Jones était sa passion pour la moto. Il rendait fou son entraîneur à Glenavon, Jimmy McAlinden, en participant régulièrement au Grand Prix de l'Ulster. À juste titre puisqu'il se casse la clavicule lors d'une chute. Mais sa carrière ne s'arrête qu'en 1965, à Newry Town, à l'âge de 37 ans. Bien qu'il ait marqué 333 buts dans sa carrière, on peut se demander ce que Jones aurait pu accomplir sans ce jour maudit de 1948. Décédé le 13 février 2014 à l'âge de 85 ans, celui qui enfilait but sur but faisait partie du célèbre onze du Glenavon FC qui apporta à Lurgan son premier sacre national, en 1952.

 

PALMARÈS


Champion d’Irlande du Nord en 1948 (Belfast Celtic), 1952, 1957 et 1960 (Glenavon)

Vice-champion d’Irlande du Nord en 1949 (Belfast Celtic), 1955, 1956, 1958 et 1959 (Glenavon)

Vainqueur de la Coupe d'Irlande du Nord en 1957 et 1959 (Glenavon)

Finaliste de la Coupe d'Irlande du Nord en 1955 (Glenavon)

Vainqueur de la City Cup en 1948, 1949 (Belfast Celtic), 1955, 1956 et 1961 (Glenavon)

Vainqueur de la Gold Cup en 1948 (Belfast Celtic), 1955 et 1957 (Glenavon)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du championnat d’Irlande du Nord en 1948 (28 buts) (Celtic), 1952 (27 buts), 1954 (32 buts), 1956 (26 buts), 1957 (33 buts) et 1960 (29 buts) (Glenavon)


14/11/2017
0 Poster un commentaire

Joueurs Hongkongais

GARDIENS DE BUT

 

Yapp Hung Fai

 

DÉFENSEURS LATÉRAUX

 

Poon Yiu Cheuk

Lee Chi Ho

 

DÉFENSEURS CENTRAUX

 

Chan Wai Ho

 

MILIEUX DÉFENSIFS

 

Lee Wai Man

 

MILIEUX OFFENSIFS

 

Cheung Sai Ho

Wu Kwok Hung

 

ATTAQUANTS

 

Wan Chi Keung

Chian Su Ki

Au Wai Lun


14/11/2017
0 Poster un commentaire