Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Jimmy Adjovi-Boco

Jimmy Adjovi-Boco.jpg
Photo: ©
Matthew Ashton/EMPICS

 

Jimmy Adjovi-Boco

 

Jean-Marc Adjovi-Boco

Né le 22 décembre 1963 à Cotonou (BEN)

Benin.png Béninois, Défenseur gauche, 1m84

 

Benin.png 4 sélections

(Match amical: 1 sélection)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 22 décembre 1996 contre le Gabon (3-3)

Dernière sélection : le 22 juin 1997 contre le Mali (1-3)

 

1983/84 US Chantilly (FRA)
1984/86 AS Creil (FRA)
1986/87 Amiens (FRA) 22 matchs
1987/88 FC Rouen (FRA) 30 matchs
(Championnat de France de D2: 28 matchs)
(Coupe de France: 2 matchs)
1988/91 Tours FC (FRA) 101 matchs
(Championnat de France de D2: 68 matchs)
(Championnat de France de D3: 25 matchs)
(Coupe de France: 8 matchs)
1991/97 RC Lens (FRA) 219 matchs
(Championnat de France: 195 matchs)
(Coupe de France: 12 matchs)
(Coupe de la ligue: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs)
1997/98 Hibernian (ECO) 32 matchs
(Championnat d'Écosse: 29 matchs)
(Coupe d'Écosse: 1 match)
(Coupe de la ligue écossaise: 2 matchs)
 
Ancien joueur emblématique du RC Lens, Jimmy Adjovi-Boco a ce blaze culte qui fleure bon la vieille D1 des années 90.
 
Béninois de naissance, né à Cotonou, le jeune bambin arrive en France à l'âge de deux ans. Il grandit dans l'Oise, près de Chantilly et commence à jouer au football tout en continuant ses études dans l’aéronautique. Il rejoint ensuite Creil, une sympathique équipe picard qui évolue en troisième division. Après deux saisons, il tape dans l’œil des recruteurs d’Amiens, le grand club de la région qui lui propose un contrat semi-pro. Mais l’aventure amiénoise tourne court. En fin de saison, Jimmy file à Rouen, solide club de D2. Il joue pas mal de rencontres et le club termine à une honorable 4ème place. Pourtant il quitte les "Diables Rouges" en fin de saison et signe au Tours FC, qui évolue en 3ème division. Jean-Marc va porter durant trois années le maillot Ciel et Noir. Dès son premier exercice, le club remonte en D2 et se stabilise dans le ventre mou. Grâce à ses qualités athlétiques et son intelligence de jeu, il est titulaire indiscutable dans l'arrière-garde tourangelles. Nous voila en 1991 et Jean-Marc a déjà 28 ans quand le soleil s’éclaire enfin.
 
Jimmy Adjovi-Boco.jpg
Photo: ©DR
 
Le RC Lens qui est de retour parmi l'élite du football français s'offre le béninois. Ça sent le recrutement de promu, un mec solide de D2 qui n’a aucune expérience du plus haut niveau mais qui est habitué aux rudes combats sur le terrain. Comme son premier match en professionnel face au FC Metz qui s’est soldé par une expulsion au bout de douze minutes. Mais derrière, c’est six années exceptionnelles. Droitier devenu latéral gauche, Lens fait mieux que se maintenir et commence à monter en puissance. Avec des guerriers comme Eric Sikora, Robbie Slater, Jean-Guy Wallemme, Hervé Arsène et Pierre Laigle, la magie du football opère et révèle au plus haut niveau une génération qui a fait le bonheur du club Artois. Les Sang et Or remportent même la coupe d'été en 1994, qui était alors l'ancêtre de la coupe de la ligue joué durant la période estivale. Puissant et rapide, hargneux et courageux, le rasta a laissé beaucoup de souvenir dans le Nord-Pas-de-Calais. Comme cette chevauchée fantastique de 80 mètres contre le grand OM de Bernard Tapie un soir de février 1992 dans un stade Bollaert plein a craqué. Où son centre pour un retourné-ciseau lumineux du sénégalais Jules Bocandé, à Nîmes, pour sa deuxième apparition alors qu'il avait pour consigne de ne pas lâcher d'une semelle Éric Cantona. Autre fait d'armes pour JAB, aucun but en première division de toute sa carrière. En 1995-96, ses coéquipiers le désignent tous pour tirer un penalty lors du dernier match à Bollaert contre Le Havre. Jimmy ne le rate même pas, c'est bien le regretté Christophe Revault qui le détourne. C’est sans doute en partie pour cela qu’il est devenu aussi populaire auprès des supporters qui ont multiplié les produits dérivé, comme cette perruque collée sur le casque de mineur. En 1997, l’histoire d’amour prend fin et l'international béninois (4 sélections) est transféré pour une dernière pige en Écosse, à Hibernian, avant la saison du titre de 1998, laissant sa place à Yoann Lachor.
 
Après avoir raccroché les crampons, Jimmy Adjovi-Bocco a repassé des diplômes de commerce pour structurer sérieusement de magnifiques projets. Le plus iconique étant Diambars crée en 2003 avec d'autres footballeurs comme Patrick Vieira et Bernard Lama, centre de formation sénégalais mais surtout centre d'éducation qui a pour vocation d'apprendre aussi de vrais métiers à côté du ballon rond. Depuis l'objectif est atteint avec plusieurs joueurs qui évoluent dans différents championnats européens, Idrissa Gueye en est l'exemple parfait. Mais aussi des réussites extra-sportives comme un jeune Talibé sénégalais qui ne savait ni lire ni écrire, et qui est depuis diplômé d’une école d’ingénieur informatique en France.


22/12/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1212 autres membres