FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Max Morlock

Max Morlock.jpg
Max Morlock

 

Maximilian Wilhelm Morlock

Né le 11 mai 1925 à Nuremberg (ALL)
Décédé le 10 septembre 1994 à Nuremberg (ALL)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, Attaquant, 1m70
Surnoms: Max, Maxl
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 26 sélections, 21 buts
(Matchs amicaux: 17 sélections, 9 buts)
(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 6 buts)
(Coupe du Monde: 5 sélections, 6 buts)
 
1ère sélection : le 22 novembre 1950 contre la Suisse (1-0)
Dernière sélection : le 28 décembre 1958 contre l'Egypte (1-2)
 
1940/64 FC Nuremberg (ALL) 532 matchs, 332 buts
(Championnat d'Allemagne: 21 matchs, 8 buts)
(Oberliga Süd: 451 matchs, 286 buts)
(Deutsche Meisterschaft: 42 matchs, 21 buts)
(Coupe d'Allemagne: 8 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)
(Coupe des Coupes: 4 matchs, 2 buts)
 
Champion du monde 1954, Max Morlock aura, comme tous ses coéquipiers présents lors du "Miracle de Berne", donné de la joie et de la bonne humeur à toute l'Allemagne de l'après-guerre et ainsi pu redorer le blason de la cité anciennement associée au IIIème Reich. Aujourd'hui, c'est plutôt pour sa carrière en club qu'on se souvienne de lui. Né à Nuremberg en 1925, l'attaquant n'a jamais quitté sa ville. Après avoir commencé sa carrière à l'Eintracht Nuremberg, il intègre à quinze ans le 1. FCN. Une équipe surnommée "Der Club", car avant l'avènement de son ennemi bavarois c'est bien le 1. FC Nuremberg qui possédait le plus de titres de champion. Jusqu'en 1964, il jouera près de cinq cents matchs sous les mêmes couleurs et inscrira près de trois cents buts. Champion d’Allemagne à deux reprises en 1948 et en 1961, Maximillian Morlock, de son nom complet, connaîtra même l’instauration de la Bundesliga en 1963. Sa fidélité envers son club alors que plusieurs écuries européennes, notamment italiennes, cherchaient à le recruter au début des années 1950 ont fait de lui le chouchou du public. Retraité à l'âge de trente-neuf ans, la légende voudrait qu'il n'ait ensuite jamais raté un match à domicile de son équipe de cœur. Décédé en 1994 dans sa ville natale, des milliers de citoyens se sont retrouvés au cimetière St. Leonhard pour lui rendre un dernier hommage lors de ses funérailles. Un an après sa mort, la ville de Nuremberg décide de renommer la place située devant le stade "Max-Morlock-Platz". Pas assez pour les Ultras du club qui ont demandés, lors d'un vote officiel en 2006, de renommer le nom du Stade "Max-Morlock-Stadion". Chose faite en 2017 après dix ans d'attente et de passage de sponsors et de naming en tout genre.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1954 (RFA)
Champion d'Allemagne en 1948 et 1961 (FC Nuremberg)
Vice-champion d'Allemagne en 1962 (FC Nuremberg)
Vainqueur de la Coupe d'Allemagne en 1962 (FC Nuremberg)
Vainqueur de l'Oberliga Süd en 1947, 1948, 1951,1957, 1961 et 1962 (FC Nuremberg)
Finaliste de l'Oberliga Süd en 1946, 1952, 1958 et 1963 (FC Nuremberg)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu Footballeur de l'année d'Allemagne en 1961
Meilleur buteur de l'Oberliga Süd en 1951 (28 buts) et 1952 (26 buts) (FC Nuremberg)
À reçu la médaille Silbernes Lorbeerblatt en 1954

16/11/2019
0 Poster un commentaire

Bob McPhail

Bob McPhail.jpg
Bob McPhail

 

Robert Lowe McPhail

Né le 25 octobre 1905 à Barrhead (ECO)
Décédé le 24 août 2000 à Netherlee (ECO)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5083067_201508290140447.png Écossais, Ailier gauche
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5083067_201508290140447.png 17 sélections, 7 buts
(Matchs amicaux: 5 sélections, 2 buts)
(British Home Championship: 12 sélections, 5 buts)
 
1ère sélection : le 2 avril 1927 contre l'Angleterre (1-2)
Dernière sélection : le 10 novembre 1937 contre l'Irlande (1-1)
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5083067_201508290140447.png Scottish League XI: 6 sélections, 5 buts
 
1923/27 Airdrieonians (ECO) ? matchs, 75 buts
1927/40 Rangers (ECO) 354 matchs, 230 buts
 
PALMARÈS
Champion d'Écosse en 1928, 1929, 1930, 1931, 1933, 1934, 1935, 1937 et 1939 (Rangers)
Vice-champion d'Écosse en 1924, 1925, 1926 (Airdrieonians), 1932 et 1936 (Rangers)
Vainqueur de la Coupe d'Écosse en 1924 (Airdrieonians), 1928, 1930, 1932, 1934, 1935 et 1936 (Rangers)
Finaliste de la Coupe d'Écosse en 1929 (Rangers)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Intronisé au Hall of Fame des Glasgow Rangers
Intronisé au Hall of Fame du football écossais en 2012

16/11/2019
0 Poster un commentaire

Kevin Hector

Kevin Hector.jpg
Kevin Hector

 

Kevin James Hector

Né le 2 novembre 1944 à Leeds (ANG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png Anglais, Attaquant, 1m73

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png 2 sélections

(Match amical: 1 sélection)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 17 octobre 1973 contre la Pologne (1-1)

Dernière sélection : le 14 novembre 1973 contre l'Italie (0-1)

 

1962/66 Bradford Park Avenue (ANG) 176 matchs, 113 buts
1966/78 Derby County (ANG) 523 matchs, 193 buts
(Championnat d'Angleterre: 348 matchs, 110 buts)
(Championnat d'Angleterre de D2: 82 matchs, 37 buts)
(Coupe d'Angleterre: 32 matchs, 12 buts)
(Coupe de la ligue anglaise: 40 matchs, 17 buts)
(Charity Shield: 1 match, 1 but)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 11 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs, 12 buts)
1978 Vancouver Whitecaps (USA) 28 matchs, 21 buts
1978/79 Boston United (ANG) (Prêt) 13 matchs, 4 buts
1979 Vancouver Whitecaps (USA) 25 matchs, 15 buts
1979/80 Burton Albion (ANG) (Prêt) 11 matchs, 9 buts
1980 Vancouver Whitecaps (USA) 10 matchs, 3 buts
1980/82 Derby County (ANG) 60 matchs, 9 buts
(Championnat d'Angleterre de D2: 56 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs, 1 but)
 
PALMARÈS
Champion d'Angleterre en 1972 et 1975 (Derby County)
Champion des Etats-Unis en 1979 (Vancouver Whitecaps)
Vainqueur de la Charity Shield en 1975 (Derby County)
Champion d’Angleterre de D2 en 1969 (Derby County)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur du championnat d’Angleterre de D4 en 1966 (44 buts) (Bradford)
Élu joueur de l'année de Derby County en 1973

16/11/2019
0 Poster un commentaire

Martin Chivers

Martin Chivers.jpg
Martin Chivers

 

Martin Harcourt Chivers

Né le 27 avril 1945 à Southampton (ANG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png Anglais, Attaquant, 1m85

Surnom: "Big Chiv"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png 24 sélections, 13 buts

(Matchs amicaux: 5 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections)

(Qualif Euro: 8 sélections, 5 buts)

(British Home Championship: 7 sélections, 5 buts)

 

1ère sélection : le 3 février 1971 contre Malte (1-0)

Dernière sélection : le 17 octobre 1973 contre la Pologne (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png U23: 17 sélections, 7 buts

 

1962/68 Southampton (ANG) 190 matchs, 106 buts
(Championnat d'Angleterre: 66 matchs, 26 buts)
(Championnat d'Angleterre de D2: 109 matchs, 70 buts)
(Coupe d'Angleterre: 7 matchs, 4 buts)
(Coupe de la ligue anglaise: 8 matchs, 6 buts)
1968/76 Tottenham Hotspur (ANG) 367 matchs, 174 buts
(Championnat d'Angleterre: 278 matchs, 118 buts)
(Coupe d'Angleterre: 24 matchs, 11 buts)
(Coupe de la ligue anglaise: 33 matchs, 23 buts)
(Coupe de l'UEFA: 32 matchs, 22 buts)
1976/78 Servette Genève (SUI) 70 matchs, 33 buts
(Championnat de Suisse: 66 matchs, 33 buts)
(Coupe des Coupes: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1978/mars 79 Norwich City (ANG) 11 matchs, 4 buts
mars 1979/80 Brighton & Hove Albion (ANG) 5 matchs, 1 but
1980 Dorchester Town (ANG) 5 matchs, 3 buts
1981 SK Vard Haugesund (NOR) 2 matchs
1982/83 Barnet (ANG) 10 matchs
 
Nul n'a oublié Martin Chivers à Tottenham. Son talent, sa stature, sa classe innée ont fait de lui l'un des meilleurs buteurs de l'histoire du club londonien. Révélé à Southampton marquant 96 buts en 175 matchs, ce jeune buteur très prometteur arrive aux Spurs et pousse à 22 ans le légendaire Jimmy Greaves vers la sortie. Ses deux premières saisons pleines (1970-1972) sont triomphales : 3ème et 6ème du championnat, une victoire en Coupe de l'UEFA, une League Cup, 78 buts en 122 matchs et 13 capes anglaises (7 buts). "Big Chiv" forme un prolifique duo avec l’écossais Alan Gilzean. Les séquelles d'une mauvaise blessure à un genou lui gâche sa fin de carrière à Tottenham (Bill Nicholson et Gilzean partis, le club a faillit descendre en D2 en 1975 - ce sera chose faite en 1977). Il quitte les Spurs pour la Suisse (Servette de Genève) où il est sacré "Meilleur joueur étranger" lors de la saison 1977-78. Il tente un come-back hasardeux à Norwich en première division anglaise sans grande réussite. Il avait rejeté auparavant l'idée de s'expatrier aux Etats-Unis. Il mettra un terme à sa carrière pro en 1980 à Brighton avant de continuer dans le monde amateur jusqu'à l'âge de 38 ans.
 
PALMARÈS
Vainqueur du British Home Championship en 1971, 1972 et 1973 (Angleterre)
Vainqueur de la Coupe UEFA en 1972 (Tottenham Hotspur)
Finaliste de la Coupe UEFA en 1974 (Tottenham Hotspur)
Vice-champion de Suisse en 1977 et 1978 (Servette Genève)
Vainqueur de la Coupe de la Ligue Anglaise en 1971 et 1973 (Tottenham Hotspur)
Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1978 (Servette Genève)
Vainqueur de la Coupe de la ligue suisse en 1977 (Servette Genève)
Vice-champion d’Angleterre de D2 en 1966 (Southampton) et 1979 (Brighton & Hove Albion)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur joueur étranger du championnat de Suisse en 1978
Meilleur buteur du Championnat d'Angleterre de D2 en 1966 (30 buts) (Southampton)
Intronisé au Hall of Fame de Tottenham Hotspur

14/11/2019
0 Poster un commentaire

Ademir Da Guia

Ademir Da Guia.jpg
Ademir Da Guia

 

Ademir Da Guia

Né le 3 avril 1942 à Rio de Janeiro (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Milieu offensif, 1m80

Surnom: "O Divino"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 9 sélections

(Matchs amicaux: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 2 juin 1965 contre la Belgique (2-0)

Dernière sélection : le 6 juillet 1974 contre la Pologne (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png non-officiel: 3 sélections

 

1960/61 Bangu (BRE) 59 matchs, 14 buts
1961/77 Palmeiras (BRE) 901 matchs, 153 buts
 
"O Divino": le surnom d'Ademir da Guia, fils de Domingos da Guia (légendaire défenseur du Brésil 1938 et de Flamengo), dit tout de l'empreinte laissée par celui-ci à Palmeiras. Divin comme le talent du milieu offensif qui, en 16 saisons et 900 matchs disputés sous le maillot alviverde (un record), s'est imposé comme l'idole absolue du club paulista! D'abord dans l'ombre du Santos de Pelé, qui truste l'essentiel des titres dans la première moitié des années 60, Palmeiras se rebiffe sous l'impulsion d'Ademir, meneur de jeu virtuose et fabuleux passeur, au toucher de balle exceptionnel et à la vision du jeu hors pair. Arrivé au Verdão à l'âge de 20 ans, en 1962, en provenance de Bangu, il connaît des débuts timides avant d'exploser au sein d'une équipe au casting cinq étoiles : Djalma Santos et Julinho, puis Luis Pereira, Tupãzinho, Dudu, Leivinha, Cesar Maluco, Leão... Résultat des courses : Palmeiras est sacré champion du Brésil à cinq reprises entre 1967 et 1973 et passe tout près du sacre en Copa Libertadores 1968, défait par Estudiantes à l'issue d'une finale au goût amer. Battus 2 buts à 1 à l'aller, les Brésiliens s'imposent 3 buts à 1 au retour. Manque de chance, le goal-average particulier n'est alors pas pris en compte en Libertadores et il faut donc jouer un match d'appui, remporté par les Argentins (2 buts à 0). En 1972, le journal "Placar" lui décerne le ballon d’Argent qui récompense enfin ses prestations. Forcément, la question brûle les lèvres: comment Ademir da Guia peut-il ne compter que neuf sélections avec le Brésil? Après ses premières capes en 1965, le nouvel international doit ainsi attendre neuf ans pour revoir la Seleçao, avec un seul match disputé lors du Mondial 1974 (défaite lors du match pour la 3ème place contre la Pologne) qu'il passe le reste du temps dans l'ombre de Rivelino et Dirceu. Pour beaucoup d'observateurs brésiliens, il aurait dû être titulaire cet été-là. Pour le Mondial 1970, en revanche, la réponse est simple : la concurrence démentielle au poste de meneur de jeu ! Le Brésil 70 comptait en effet quatre numéros 10 de génie, tous alignés dans le onze : Pelé, Tostão, Gerson et Rivelino. Dommage, Ademir, alors au top de sa carrière, n'aurait certainement pas dépareillé dans cette équipe mythique. Une histoire contrariée avec la Canarinha qui l’a sans doute empêché d’obtenir la reconnaissance internationale que son talent méritait. Autre paradoxe, il n’a jamais inscrit le moindre but sous le maillot brésilien. Socrates, dont Ademir fut l’un des modèles et idoles, déplorait ainsi que la Seleçao n’ait "jamais su utiliser son arsenal de qualités " ni "écouté la clameur populaire " réclamant sa sélection, évoquant une véritable injustice sportive.

 

PALMARÈS


4ème de la Coupe du Monde en 1974 (Brésil)

Finaliste de la Copa Libertadores en 1968 (Palmeiras)

Champion du Brésil en 1967, 1969, 1972 et 1973 (Palmeiras)

Vice-champion du Brésil en 1970 (Palmeiras)

Vainqueur de la Taça Brasil en 1967 (Palmeiras)

Vainqueur du Championnat de São Paulo en 1963, 1966, 1972, 1974 et 1976 (Palmeiras)

Finaliste du Championnat de São Paulo en 1964, 1965, 1969, 1970, 1971, 1973 (Palmeiras)

Vainqueur du Tournoi Rio-São Paulo en 1965 (Palmeiras)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Bola de Prata en 1972


14/11/2019
0 Poster un commentaire

Umberto Barberis

Umberto Barberis.jpg
Umberto Barberis

 

Umberto Barberis

Né le 5 juin 1952 à Sion (SUI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png Suisse, Meneur de jeu, 1m70

Surnom: Bertine

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338114_201512090350163.png 54 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 26 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 17 sélections, 3 buts)

(Qualif Euro: 11 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 11 mai 1976 contre la Pologne (2-0)

Dernière sélection : le 2 juin 1985 contre l'Eire (0-3)

 

1970/75 FC Sion (SUI) 125 matchs, 23 buts
(Championnat de Suisse: 106 matchs, 18 buts)
(Coupe de Suisse: 15 matchs, 4 buts)
(Coupe des Coupes: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs, 1 but)
1975/76 Grasshopper Zurich (SUI) 33 matchs, 8 buts
(Championnat de Suisse: 25 matchs, 8 buts)
(Coupe de Suisse: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1976/80 Servette Genève (SUI) 156 matchs, 64 buts
(Championnat de Suisse: 125 matchs, 50 buts)
(Coupe de Suisse: 17 matchs, 10 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 4 matchs, 2 buts)
(Coupe des Coupes: 8 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs, 1 but)
1980/83 AS Monaco (FRA) 121 matchs, 36 buts
(Championnat de France: 103 matchs, 29 buts)
(Coupe de France: 13 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)
(Coupe des Coupes: 2 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
1983/86 Servette Genève (SUI) 78 matchs, 35 buts
(Championnat de Suisse: 58 matchs, 27 buts)
(Coupe de Suisse: 12 matchs, 6 buts)
(Coupe des Coupes: 8 matchs, 2 buts)
 
Meneur de jeu remarquable, virevoltant, adroit techniquement et souvent buteur, Umberto Barberis est l'une des premières stars Suisse des années 1970-80. Né en 1952 à Sion, fils d’un footballeur italien, il effectue l’essentiel de sa carrière dans son pays natal. Il débute tout d'abord au FC Sion, au début de l'année 1970 et remporte son premier trophée, la coupe de Suisse, à la fin de la saison 1974. Umberto Barberis.jpgAprès un passage éphémère aux Grashoppers Zurich, il signe chez le "géant" du Servette Genève. De son passage chez les Grenats, Umberto développe le sens de la victoire et les lignes sur son CV. Un palmarès qui grossit sur les bords du lac Léman - coupe de la ligue (1977 et 1980), de Suisse (1978) - avec en point d'orgue une somptueuse année 1979 durant laquelle Barberis et le Servette raflent quatre trophées dans la saison: les coupes de Suisse, de la ligue et des Alpes (déjà remportée en 1976) et enfin le championnat. Seul la Coupe des Coupes fera défaut cette année-là à cause d'une élimination en quarts de finale, sans perdre, contre le Fortuna Düsseldorf. Considéré comme l’un des meilleurs joueurs locaux de tout les temps, Barberis évolue pourtant dans un relatif anonymat dans un championnat et une sélection qui n’est à la mesure de son talent. Il pose ainsi ses bagages sur le Rocher monégasque et s’adapte immédiatement au plus haut niveau. Joueur clef de la formation monégasque, Barberis est un milieu relayeur qui sait tout faire: défendre, organiser le jeu et marquer régulièrement. Doté d’une vision de jeu et d’une technique largement au dessus de la moyenne, Barberis possède la lucidité d’un grand stratège. Élu meilleur joueur étranger du championnat deux années de suite (à égalité avec l'attaquant polonais d'Auxerre Andrzej Szarmach), "Bertine" obtient la consécration en 1982 avec un titre de Champion de France avec Monaco. C'est d'ailleurs lui qui inscrit le but vainqueur lors de l'ultime journée contre Strasbourg, mettant fin à un haletant chassé-croisé avec l'AS Saint-Étienne de Platini. Son entente avec l’attaquant Ralf Edström étant le pilier d’une très jeune formation monégasque. En trois saisons à l’ASM, Barberis aura impressionné par sa constance irréprochable et la densité de son activité. Revenu au Servette en 1983, il accède encore au rang de champion suisse en 1985. Il fut sans doute le meilleur meneur de jeu de toute l’histoire de la Suisse. Justement, pour son pays natal, Barberis honorera 54 sélections et inscrira 7 buts. Malheureusement, la Nati n’était pas en mesure de lui offrir un palmarès international à la hauteur du talent du joueur. Surtout, un joueur, si talentueux soit-il, ne peut pas faire de miracle. 
 
PALMARÈS
Champion de France en 1982 (AS Monaco)
Champion de Suisse en 1979 et 1985 (Servette Genève)
Vice-champion de Suisse en 1977, 1978 et 1984 (Servette Genève)
Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1974 (FC Sion), 1978, 1979 et 1984 (Servette Genève)
Vainqueur de la Coupe de la ligue suisse en 1977, 1979 et 1980 (Servette Genève)
Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1976, 1978 et 1984 (Servette Genève)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu footballeur Suisse de l'année en 1975, 1979 et 1980

12/11/2019
0 Poster un commentaire