FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Peter Stöger

Peter Stoger.jpg
Peter Stöger

 

Né le 11 avril 1966 à Vienne (AUT)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png Autrichien, Milieu offensif, 1m76

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png 65 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 30 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 18 sélections, 5 buts)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

(Qualif Euro: 15 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 5 février 1988 contre la Suisse (1-2)

Dernière sélection : le 13 novembre 1994 contre le Portugal (1-0)

 

1984/86 Favoritner AC (AUT)
1986/87 Vorwärts Steyr (AUT) 15 matchs
1987/88 First Vienna FC (AUT) 36 matchs, 6 buts
1988/94 Austria Vienne (AUT) 228 matchs, 59 buts
(Championnat d'Autriche: 181 matchs, 52 buts)
(Coupe d'Autriche: 22 matchs, 4 buts)
(Supercoupe d'Autriche: 3 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 10 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)
(Coupe Intertoto: 6 matchs)
1994/95 FC Tirol Innsbruck (AUT) 35 matchs, 6 buts
1995/97 Rapid Vienne (AUT) 111 matchs, 22 buts
(Championnat d'Autriche: 84 matchs, 17 buts)
(Coupe d'Autriche: 5 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 7 matchs)
(Coupe des Coupes: 9 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs, 3 buts)
1997/98 LASK Linz (AUT) 32 matchs, 5 buts
1999/2000 Austria Vienne (AUT) 39 matchs, 5 buts
(Championnat d'Autriche: 35 matchs, 4 buts)
(Coupe Intertoto: 4 matchs, 1 but)
2000/02 VfB Admira Wacker Mödling (AUT) 47 matchs, 6 buts
2002/04 SC Untersiebenbrunn (AUT) 62 matchs, 29 buts
 
International Autrichien, Peter Stöger a été un bon milieu durant les années 90. Sa silhouette mince et son problème d'asthme plus jeune ne l'ont pas empêché de jouer près de vingt ans au plus haut niveau, sans jamais quitter sa patrie. En effet, il a refusé des offres de l’Eintracht Francfort et du Munich 1860 pour rester dans sa chère Autriche. Son bilan comme numéro 10 n'est pas trop mal: une finale de Coupe des Coupes face au Paris SG perdue avec le Rapid Vienne, quatre titres de champion et trois coupes nationales, sans compter qu’il a fait partie de la sélection autrichienne engagée lors de la Coupe du Monde 1998 en France. Avec son coéquipier et ami Dietmar Kühbauer, ils ont menés un projet peu croyable. Les deux joueurs auraient appris au grand buteur allemand Carsten Jancker les quelques gestes techniques lui ayant permis de faire sa petite carrière. Pas trop une réussite tout de même. Depuis, il poursuit son bonhomme de chemin comme entraîneur qu'il cumule avec un rôle d'expert à la télévision.
 
PALMARÈS
Finaliste de la Coupe des Coupes en 1996 (Rapid Vienne)

Champion d’Autriche en 1991, 1992, 1993 (Austria Vienne) et 1996 (Rapid de Vienne)

Vice-champion d’Autriche en 1988, 1990, 1994 (Austria Vienne) et 1997 (Rapid de Vienne)

Vainqueur de la Coupe d'Autriche en 1990, 1992 et 1994 (Austria Vienne)

Vainqueur de la Supercoupe d'Autriche en 1990, 1991, 1992, 1993 (Austria Vienne) et 1996 (Rapid de Vienne)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©GEPA


10/04/2021
0 Poster un commentaire

Marco Delvecchio

Marco Delvecchio.jpg
Marco Delvecchio

 

Né le 7 avril 1973 à Milan (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Attaquant, 1m86

Surnoms: Super Marco, Uomo Derby

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 22 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 2 sélections)

(Euro: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 16 décembre 1998 contre la FIFA (6-2)

Dernière sélection : le 18 février 2004 contre la Rep. Tchèque (2-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png olympique: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png U23: 3 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png espoirs: 20 sélections, 6 buts

 

1990/92 Inter Milan (ITA) 5 matchs 
(Championnat d'Italie: 4 matchs)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1992/93 Venezia (ITA) 21 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie de D2: 20 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1993/94 Udinese (ITA) 8 matchs
(Championnat d'Italie: 7 matchs)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1994/95 Inter Milan (ITA) 39 matchs, 5 buts
(Championnat d'Italie: 33 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Italie: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1995/2005 AS Roma (ITA) 300 matchs, 83 buts
(Championnat d'Italie: 231 matchs, 62 buts)
(Coupe d'Italie: 26 matchs, 8 buts)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 14 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 28 matchs, 11 buts)
2005 Brescia (ITA) 5 matchs
2005/06 Parme AC (ITA) 9 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 8 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 1 match)
2006/07 Ascoli (ITA) 10 matchs, 2 buts
2008/09 Pescatori Ostia (ITA) 39 matchs, 34 buts
2009/11 AS Corneto Tarquinia (ITA)
 
Marco Delvecchio aurait pu être le héros de tout une nation. Celui qui offre l'Euro 2000 à l'Italie. À 13 secondes près. Immense buteur de la Roma des années 90, il avait échappé à la vigilance de Lilian Thuram pour inscrire un plat du pied parfait devant un Fabien Barthez impuissant. Sylvain Wiltord égalisera dans les derniers instants, David Trezeguet fera le reste. Un twist final mythique qui conclut un match agonique. Dommage pour lui. Ça aurait été le plus beau but des quatre petits pions marqués par l’une des plus belles crinières du foot italien avec la Squadra Azzurra.
 
PALMARÈS
Finaliste de l'Euro 2000 (Italie)
Vainqueur du Championnat d’Europe Espoirs en 1996 (Italie)
Champion d’Italie en 2001 (AS Roma)
Vice-champion d’Italie en 2002 et 2004 (AS Roma)
Finaliste de la Coupe d’Italie en 2003 (AS Roma)
Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 2001 (AS Roma)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé Chevalier de l'Ordre du mérite de la République italienne en 2000
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Forza Roma

08/04/2021
0 Poster un commentaire

Pietro Vierchowod

Pietro Vierchowod.jpg
Pietro Vierchowod

 

Né le 6 avril 1959 à Calcinate (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Défenseur central, 1m80

Surnoms: Lo Zar ("Le Tsar"), Il Russo, Orso, Nonno

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 45 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 28 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 7 sélections)

(Qualif Euro: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 6 janvier 1981 contre les Pays-Bas (1-1)

Dernière sélection : le 12 octobre 1991 contre l'URSS (0-0)

 

1975/76 Romanese (ITA) 3 matchs
1976/81 Côme (ITA) 123 matchs, 6 buts
(Championnat d'Italie: 30 matchs, 2 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 51 matchs, 1 but)
(Championnat d'Italie de D3: 34 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 8 matchs)
1981/82 Fiorentina (ITA) 34 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie:  28 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 6 matchs)
1982/83 AS Roma (ITA) (Prêt) 43 matchs
(Championnat d'Italie:  30 matchs)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs)
1983/95 Sampdoria Gênes (ITA) 493 matchs, 9 buts
(Championnat d'Italie: 358 matchs, 25 buts
(Coupe d'Italie: 90 matchs, 11 buts)
(Supercoupe d'Italie: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 9 matchs)
(Coupe des Coupes: 30 matchs, 3 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
1995/96 Juventus Turin (ITA) 31 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie:  21 matchs, 2 buts
(Coupe d'Italie: 1 match)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 8 matchs)
août 1996 Pérouse (ITA)
sep. 1996/97 Milan AC (ITA) 18 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 16 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
1997/2000 Piacenza (ITA) 83 matchs, 6 buts
(Championnat d'Italie: 79 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 4 matchs)

 

Personne n'a oublié Pietro Vierchowod. Un défenseur central passé par Milan, la Juve et la Sampdoria, qui a aussi joué pour la Squadra Azzurra. Un de ces défenseurs rugueux qui ne te laissaient pas une seconde de répit. C'était un chien, un pitbull. Il était de marbre. C’était incroyable. Il lâchait rien et il était plutôt rapide, en plus. Dès qu'un joueur se libérait de son marquage, il revenait très vite à la charge. Marco SimoneFabrizio Ravanelli et même Diego Maradona s'en souviennent encore. El Pibe de Oro raconte à El Grafico: "C’était un animal. Il avait des muscles sur les cils. C’était facile de le passer. Mais quand je relevais la tête, il était encore en face de moi. " Surnommé "le Tsar" pour ses origines soviétiques, le fils d'un ancien prisonnier de l'armée rouge formé chez les jeunes de Romanese débute chez les pros à Côme en 1976. Deux montées successifs lui ouvrent les portes de la Série A. C'est la Sampdoria de Gênes qui flaire la bonne affaire. Relégué à l'échelon inférieur, il est prêté à la Fiorentina. Son ascension est fulgurante. La Viola termine deuxième, juste derrière la Juventus. Vierchowod réalise une saison parfaitement accomplie. Convoqué par Enzo Bearzot avec la Nazionale, il fait partie de l’équipe championne du Monde en 1982, mais sans jouer la moindre seconde. La faute à une trop grosse concurrence. Après le tournoi, il est prêté de nouveau. En effet, la Samp' a toujours du mal à remonter, c'est la Roma de la légende suédoise Nils Liedholm qui accueille le défenseur. Il remporte son premier grand titre, le Scudetto. Malgré le succès, le prêt se termine et il retourne chez leBlucerchiati trois ans après avoir signé son premier contrat. Aucun regret, il va connaître les épopées à la fin des années 80 aux côtés de Gianluca Vialli et Roberto Mancini. Du titre en 1991 à la Coupe des Coupes en 1990 en passant par la finale perdue de C1 contre le FC Barcelone de Ronald Koeman en 1992. Il la remportera tout de même en 1996 lors de son unique saison à la Juventus. Associé au centre de la défense turinoise avec Ciro Ferrara, Pietro fait bénéficier de toute son expérience et de son sens du marquage. Après une expérience manquée à Pérouse et au Milan AC, il démontre que l'âge n'a pas d'emprise sur lui, et du haut de sa défense et la quarantaine passé, il guide Piacenza vers deux maintiens consécutifs mérités. Malgré tout, il dit stop sur une relégation à l'âge de 41 ans. Mais on ne va pas lui en vouloir. Après quelques expériences sur les bancs de Catane (C1), de la Florentia Viola (C2) et de la Triestina (B), il était devenu opinioniste pour la Rai avant de se lancer en politique.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1982 (Italie)

3ème de la Coupe du Monde en 1990 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des Champions en 1996 (Juventus Turin)

Finaliste de la Ligue des Champions en 1992 (Sampdoria Gênes)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1990 (Sampdoria Gênes)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1989 (Sampdoria Gênes)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1990 (Sampdoria Gênes)

Champion d’Italie en 1983 (AS Roma) et 1991 (Sampdoria Gênes)

Vice-champion d’Italie en 1982 (Fiorentina) et 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1985, 1988, 1989 et 1994 (Sampdoria Gênes)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1986 et 1991 (Sampdoria Gênes)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1991 (Sampdoria Gênes) et 1995 (Juventus Turin)

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1988, 1989 et 1994 (Sampdoria Gênes)

Champion d'Italie de Série B en 1980 (Côme)

Champion d'Italie de Série C1 groupe A en 1979 (Côme)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Guérin d’Or en 1983

À reçu le Prix Gaetano Scirea en 1995

Nommé Officier de l'Ordre du Mérite de la République italienne en 1991

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©LaPresse


06/04/2021
0 Poster un commentaire

Franck Silvestre

Franck Silvestre.jpg
Franck Silvestre

 

Franck Claude Silvestre

Né le 5 avril 1967 à Paris (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, défenseur central, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 11 sélections

(Matchs amicaux: 6 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections)

(Qualif Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 7 février 1989 contre l'Eire (0-0)

Dernière sélection : le 27 mai 1992 contre la Suisse (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png A': 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 11 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png juniors: 4 sélection

 

1982/85 FC Sochaux B (FRA) 71 matchs, 6 buts
1985/93 FC Sochaux (FRA) 270 matchs, 19 buts
(Championnat de France: 208 matchs, 11 buts)
(Championnat de France de D2: 32 matchs, 3 buts)
(Coupe de France: 26 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 2 buts)
1993/98 AJ Auxerre (FRA) 206 matchs, 6 buts
(Championnat de France: 160 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 17 matchs)
(Coupe de la ligue: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 4 matchs)
(Coupe des Coupes: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 1 but)
(Coupe Intertoto: 7 matchs)
1998/2002 Montpellier HSC (FRA) 160 matchs, 27 buts
(Championnat de France: 101 matchs, 14 buts)
(Championnat de France de D2: 33 matchs, 9 buts)
(Coupe de France: 7 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 7 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
(Coupe Intertoto: 8 matchs, 1 but)
2003 SC Bastia (FRA) 16 matchs, 2 buts
2003/05 Sturm Graz (AUT) 84 matchs, 4 buts
(Championnat d'Autriche: 75 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Autriche: 5 matchs)
(Coupe Intertoto: 4 matchs)
2006 FC Sète (FRA) 13 matchs

 

Pilier de D1, de Sochaux à Montpellier, en passant évidemment par Auxerre, l'immense Franck Silvestre a disputé une vingtaine années en pro, 485 matchs de D1, 79 matchs de D2 et 11 sélections en équipe de France au cours d'une très belle carrière ensoleillé. Né en 1967 à Paris, le jeune bambin fait ses premiers pas en Seine-Saint-Denis. C'est Sochaux qui le récupère à l'âge de 13 ans après avoir remarqué ses qualités défensives. Le jeune défenseur débute en pro en 1985 dans le Doubs et joue le maintien. Pour sa seconde saison, il descend à l'échelon inférieur. 2ème en D2, Sochaux remonte dans la foulée et atteint même la finale de la coupe de France, perdue face au rival messin au tirs aux buts. Cette année 1988 s'achève en beauté pour Francky qui va lancer sa carrière. En effet, avec son pote de club Stéphane Paille, il remporte le Championnat d'Europe espoirs avec les Bleuets face à la Grèce. Franck Silvestre.jpgJugé indispensable par ses dirigeants, le club conserve précieusement son diamant brut. Pour son retour dans l'élite, il forme une charnière centrale efficace avec Faruk Hadzibegic. Les Lionceaux jouent désormais le haut de tableau, se qualifiant même en coupe d'Europe. Après avoir aisément sorti la jeunesse d'Esch (7 buts à 0 puis 5 buts à 0), le club frise l'exploit face à la Fiorentina de Roberto Baggio. Franck est toutefois malheureux à Sochaux: condamné à rester malgré un talent incontestable qui lui permet d'incorporer l'équipe de France et de disputer l'Euro suédois en 1992, il souffre d'un écart de salaire conséquent vis-à-vis de ses coéquipiers. À force de lutter pour le maintien en Franche-Comté, il tombe dans un certain anonymat. Longtemps fidèle à son club formateur, il a enfin un bon de sortie en 1993 et signe à l'AJ Auxerre de l'emblématique Guy Roux. Il débarque en Bourgogne où il a la lourde charge de faire oublier William Prunier. Associé à Franck Verlaat, puis Laurent Blanc et Frédéric Danjou, sa carrière va définitivement décoller. Il remportera tous ses succès à Auxerre: Coupe de France en 1994, puis le doublé en 1996. Franck dispute également les trois coupes européennes, pour une demi-finale et un quart, perdus tous deux face au Borussia Dortmund. À l'approche du Mondial, il fait même partie d'une liste élargie d'Aimé Jacquet, mais ce dernier lui préfèrera un Frank Leboeuf, pas forcément meilleur d'ailleurs. À quoi ça tient un titre de champion du Monde. Après les fastes années auxerroises, il part noyer son chagrin dans le sud chez Loulou Nicollin. À Montpellier, il passe encore deux bonnes saisons et retrouve même l'Europe via la Coupe Intertoto. Promu Capitaine par Michel Mezy, il conduit les Philippe Delaye, Pascal Fugier, Jean-Christophe Rouvière, Pascal Baills et autre Bruno Carotti vers les sommets. Mais avec le temps, l'équipe se désagrège, à force de brader ses meilleurs éléments chaque été, l'inéluctable arrive. En 2003, le cousin germain de l'ex mancunien Mikaël Silvestre ne peut empêcher la descente du club. Après un passage à Bastia, il va découvrir l'étranger en fin de carrière, en Autriche, au Sturm Graz, avant de revenir en France et raccrocher les crampons au FC Sète, vieille gloire du championnat des années 30... Celui qui était le sourire et la lenteur, l’indispensable qu’on ne retenait pas à sa juste valeur, a bouclé la boucle avec un jubilé organisé en Guadeloupe face au Gwada Boys en 2009.
 
PALMARÈS
Vainqueur du Championnat d'Europe espoirs en 1988 (France)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1997 (AJ Auxerre) et 1999 (Montpellier HSC)

Champion de France en 1996 (AJ Auxerre)
Vainqueur de la Coupe de France en 1994 et 1996 (finale non-jouée) (AJ Auxerre)
Finaliste de la Coupe de France en 1988 (FC Sochaux)
Vice-champion de France de D2 en 1988 (FC Sochaux)
Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1983 (FC Sochaux)
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©DR
- 2ème photo: ©UNFP

05/04/2021
0 Poster un commentaire

Robert Kovac

Robert Kovac.jpg
Robert Kovač

 

Né le 6 avril 1974 à Berlin (ALL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png Croate/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, Défenseur central, 1m82

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923043_201506180143449.png 84 sélections

(Matchs amicaux: 34 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 18 sélections)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 21 sélections)

(Euro: 6 sélections)

 

1ère sélection : le 28 avril 1999 contre l'Italie (0-0)

Dernière sélection : le 18 août 2004 contre l'Israël (1-0)

 

1991/95 Hertha Zehlendorf (ALL) 112 matchs, 12 buts
1995/96 FC Nuremberg (ALL) 37 matchs, 1 but
(Championnat d'Allemagne de D2: 33 matchs, 1 but)
(Coupe d'Allemagne: 4 matchs)
1996/2001 Bayer Leverkusen (ALL) 162 matchs, 3 buts
(Championnat d'Allemagne: 127 matchs, 1 but)
(Coupe d'Allemagne: 8 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue allemande: 6 matchs)
(Ligue des Champions: 13 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 1 but)
2001/05 Bayern Munich (ALL) 141 matchs, 1 but
(Championnat d'Allemagne: 94 matchs, 1 but)
(Coupe d'Allemagne: 10 matchs)
(Coupe de la ligue allemande: 1 match)
(Ligue des Champions: 34 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
2005/07 Juventus Turin (ITA) 43 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 18 matchs, 1 but)
(Championnat d'Italie de D2: 17 matchs)
(Coupe d'Italie: 3 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 4 matchs)
2007/08 Borussia Dortmund (ALL) 34 matchs
(Championnat d'Allemagne: 26 matchs)
(Coupe d'Allemagne: 7 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
2009/10 Dinamo Zagreb (CRO) 22 matchs
 
Quand il était joueur, Robert Kovac n'était pas le plus délicat des défenseurs. Né en 1974 à Berlin d’une famille bosno-croate originaire de Livno, à la frontière des deux nations, lui et son frère Niko représentent bien ce que l’immigration yougoslave a pu apporter au football allemand. Après avoir débuté au Herta Berlin, il a joué à Nuremberg, au Bayer Leverkusen, au Bayern Munich, où il a été champion d'Allemagne à deux reprises en 2003 et 2005 avec le géant bavarois, à la Juventus Turin et au Borussia Dortmund. Après un joli petit tour des grands clubs allemands, il raccroche les crampons, et c’est assez rare pour le souligner, au Dinamo Zagreb. Un pays, la Croatie, qu’il aura représenté fièrement même si il a toujours vécu en Allemagne. Lancé en 1999 contre l'Italie, il est vite devenu incontournable pendant une dizaine d’années. Sélectionné à 89 reprises, il a disputé deux Coupes du Monde (2002 et 2006) et deux Euros (2004 et 2008).
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 2001 (Bayern Munich)
Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 2001 (Bayern Munich)
Champion d’Allemagne en 2003 et 2005 (Bayern Munich)
Vice-champion d’Allemagne en 1997, 1999, 2000 (Bayer Leverkusen) et 2004 (Bayern Munich)
Championnat de Croatie en 2009 et 2010 (Dinamo Zagreb)
Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 2003 et 2005 (Bayern Munich)
Finaliste de la Coupe d’Allemagne en 2008 (Borussia Dortmund)
Vainqueur de la Coupe de Croatie en 2009 (Dinamo Zagreb)
Vainqueur de la Coupe de la ligue allemande en 2004 (Bayern Munich)
Vainqueur de la Supercoupe d'Allemagne en 2008 (Bayern Munich)
Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 2005 (Juventus Turin)
Championnat d'Italie de Série B en 2007 (Juventus Turin)
 
SOURCES/RESSOURCES
Photo: ©DR

04/04/2021
0 Poster un commentaire