FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Bruno Nicolé

Bruno Nicole.jpg
Bruno Nicolé

 

Bruno Nicolé

Né le 24 février 1940 à Padoue (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Attaquant, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 8 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 5 sélections, 2 buts)

(Coupe Internationale: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 9 novembre 1958 contre la France (2-2)

Dernière sélection : le 5 décembre 1964 contre le Danemark (3-1)

 

1956/57 Padoue (ITA) 12 matchs, 2 buts
1957/63 Juventus Turin (ITA) 170 matchs, 63 buts
(Championnat d'Italie: 141 matchs, 47 buts)
(Coupe d'Italie: 20 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 9 matchs, 4 buts)
1963/64 Mantova (ITA) 19 matchs, 2 buts
1964/65 AS Roma (ITA) 13 matchs, 2 buts
1965 Sampdoria Gênes (ITA) 8 matchs
1965/67 Alessandria (ITA) 24 matchs, 4 buts
 
On se souvient de Boniperti, de Charles et de Sivori. Mais on se souvient beaucoup moins du quatrième très grand joueur de cette attaque bianconera des années 1950-1960 : Bruno Nicolè. Avant-centre formé à Padoue, il va rapidement s'imposer à la Juve, à tel point qu'il a failli être convoqué à 18 ans pour le Mondial 1958, et devient pour sa première cape, contre la France (2-2) le plus jeune buteur de l'histoire de la sélection italienne à 18 ans et 258 jours, record qui tient toujours. Rapide et technique, Nicolè était, en quelque sorte, un Del Piero avant l'heure. Pas étonnant, d'ailleurs, que les deux hommes aient été formés dans le même club avant de venir écrire leur légende à la Juve.
 
PALMARÈS
Champion d’Italie en 1958, 1960 et 1961 (Juventus Turin)
Vice-champion d’Italie en 1963 (Juventus Turin)
Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1959, 1960 (Juventus Turin) et 1964 (AS Roma)
Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1963 (Juventus Turin)

11/12/2018
0 Poster un commentaire

Gianluca Pessotto

Gianluca Pessotto.jpg
Gianluca Pessotto

 

Gianluca Pessotto

Né le 11 août 1970 à Latisana (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png italien, Défenseur gauche, 1m73

Surnoms: "Gazza", "Il Professore"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 22 sélections

(Matchs amicaux: 10 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qualif Euro: 1 sélection)

(Euro: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 9 octobre 1996 contre la Georgie (1-0)

Dernière sélection : le 17 avril 2002 contre l'Uruguay (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png U17: 6 sélections, 1 but

 

1989/91 Varese (ITA) 64 matchs, 1 but
1991/92 Massese (ITA) 22 matchs, 1 but
1992/93 Bologne (ITA) 21 matchs, 1 but
1993/94 Hellas Vérone (ITA) 34 matchs, 3 buts
1994/95 Torino (ITA) 36 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie: 32 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 4 matchs, 1 but)
1995/2006 Juventus Turin (ITA) 364 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie: 243 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 39 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 68 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)
(Coupe Intertoto: 4 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
 
Tout au long de sa carrière Gianluca Pessotto aura revêtu la tunique de l’équipier modèle. Surnommé "Il Professore" grâce à l'obtention d’un diplôme en droit, c’est bien sur le terrain, de par son élégance et sa fougue que le joueur marqua les esprits. Formé au Milan AC, c’est avec le Torino qu’il fait ses débuts en Série A lors de la saison 1994-1995 après des passages à Varese, Massese, Bologne puis l’Hellas Verone. Ses prestations lui permettent rapidement de taper dans l’œil du voisin turinois qu’il rejoindra un an plus tard. Avec la Juve, Gianluca Pessotto aura tout connu. Le goût enivrant de la gloire d’une victoire en Ligue des Champions et de quatre scudetti remportés entre 1996 et 2003. Mais aussi l'abysse terrifiant que peut constituer une fin de carrière pour un footballeur professionnel. Le 27 juin 2006, il se jette du haut du siège de la Juve, avec un chapelet dans les mains, alors que la Vieille Dame est prise dans la tourmente du Calciopoli. Par miracle, il s’écrase sur le toit de la voiture de Roberto Bettega, ce qui amortit sa chute. Après plusieurs jours de coma, le réveil, puis des mois de convalescence, Gianluca Pessotto témoignera dans un livre de la crise existentielle dont il fut frappé ("Le match le plus important").
 
PALMARÈS
Finaliste de l'Euro 2000 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des champions en 1996 (Juventus Turin)

Finaliste de la Ligue des champions  en 1997, 1998 et 2003 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1999 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1997, 1998, 2002 et 2003 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1996, 2000 et 2001 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1995 (Juventus Turin)

Finaliste de la  Coupe d’Italie en 2002 et 2004 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1995, 1997, 2002 et 2003 (Juventus Turin)

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1998 et 2005 (Juventus Turin)

Champion d'Italie de D4 en 1990 (groupe B) (Varese)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


À reçu le Prix Gaetano Scirea en 1995

Nommé Chevalier de l'Ordre du Mérite de la République italienne en 2000


11/12/2018
0 Poster un commentaire

Angelo Di Livio

Angelo Di Livio.jpg
Angelo Di Livio

 

Angelo DI Livio

Né le 26 juillet 1966 à Rome (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Milieu de terrain, 1m73

Surnom: "Il Soldatino"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 40 sélections

(Matchs amicaux: 13 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 13 sélections)

(Coupe du Monde: 6 sélections)

(Qualif Euro: 4 sélections)

(Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 6 septembre 1995 contre la Slovénie (1-0)

Dernière sélection : le 18 juin 2002 contre la Corée du Sud (1-2)

 

1984/85 AS Roma (ITA)
1985/86 Reggiana (ITA) 13 matchs
1986/87 Nocerina (ITA) 31 matchs, 1 but
1987/89 Perouse (ITA) 72 matchs, 4 buts
1989/93 Padoue (ITA) 138 matchs, 13 buts
1993/99 Juventus Turin (ITA) 266 matchs, 4 buts
(Championnat d'Italie: 186 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 27 matchs, 2 buts)
(Supercoupe d'Italie: 3 matchs)
(Ligue des Champions: 35 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 12 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
1999/2005 Fiorentina (ITA) 212 matchs, 8 buts
(Championnat d'Italie: 105 matchs, 4 buts)
(Championnat d'Italie de D4: 21 matchs)
(Championnat d'Italie de D2: 43 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Italie: 17 matchs)
(Coupe d'Italie de Série C: 5 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 14 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)

 

Milieu de terrain défensif adepte du sacrifice, Angelo Di Livio a été l’un des coureurs de fond attitrés de la Juve de Marcello Lippi. C’est donc en natif de Rome qu’il se présente à l’été 1993 du côté de Turin. Dès lors, ce sont six saisons pleines réalisées dans l’effectif bianconero qui viendront sublimer la carrière du milieu de terrain international. Cette arrivée est cruciale pour le joueur, qui à 27 ans fait alors ses premiers pas en Série A après des passages sans grand succès dans les divisions inférieures. Toutefois, il connaît déjà un joueur, et pas des moindres. C’est en effet avec Alessandro Del Piero qu’Angelo Di Livio avait déjà joué, du côté du Padoue. L’inclusion du joueur dans l’équipe est immédiate. Il débute en septembre et marque son premier but en Coupe d'Italie dès le mois d’octobre. En 186 matchs avec la Juventus, il remporte 3 Championnats, une Coupe d’Italie, deux Supercoupes italiennes ainsi que la Ligue des Champions en 1996. Le moment est d’ailleurs digne des plus beaux rêves de sportif, puisque c’est dans sa ville, la cité éternelle, que la Juventus remporte ce trophée suprême. Incontestablement, Di Livio marque alors de son empreinte l’histoire du club malgré qu'il soit dans l'ombre des plus grands joueurs. Quand Baggio, Vialli, Del Piero et Ravanelli, les artistes turinois, érigeaient des œuvres d’art éphémères à coups de buts et d’actions mémorables, lui était condamné à figurer éternellement au second plan. Pas un problème pour "Soldatino", comme le surnommait les tifosi de la Juve, qui se dépouiller comme un mort de faim sur le terrain. A l’été 1999, Di Livio quitte Turin et rejoint la Fiorentina pour six saisons. Là-bas, il marquera notamment les esprits par sa fidélité au club. Bien qu’âgé, sa réputation aurait pu le conduire à quitter le club lors de la descente en Série C2, en 2002. Il n’en fait rien. Angelo contribue en tant que capitaine à la remontée progressive de la Viola. Mais ses meilleures années sont à Turin, en tout cas sur le plan sportif. Il connaîtra également 40 sélections en Nazionale et participera aux coupes du Monde 98 et 2002. Rage de vaincre, tempérament de feu, nuée de trophées, Angelo Di Livio restera dans les yeux de tous un combattant sur le terrain et un grand homme en dehors.

 

PALMARÈS


Finaliste de l'Euro 2000 (Italie)

Vainqueur de la Ligue des champions en 1996 (Juventus Turin)

Finaliste de la Ligue des champions en 1997 et 1998 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1995 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1996 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1995, 1997 et 1998 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1994 et 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1995 (Juventus Turn) et 2001 (Fiorentina)

Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 1995 et 1997 (Juventus Turin)

Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 1998 (Juventus Turin) et 2001 (Fiorentina)

Champion d'Italie de D4 en 1988 (groupe C) et 2003 (groupe B)

Vainqueur du Tournoi de Viareggio en 1983 (AS Roma)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé Chevalier de l'Ordre du Mérite de la République italienne en 2000


11/12/2018
0 Poster un commentaire

Luis Del Sol

Luis Del Sol.jpg
Luis Del Sol

 

Luis del Sol Cascajares

Né le 6 avril 1935 à Arcos de Jalón (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Milieu offensif, 1m72

Surnoms: Siete Pulmones, Cepillito, Postino

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 16 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 7 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 15 mai 1960 contre l'Angleterre (3-0)

Dernière sélection : le 15 juillet 1966 contre la Suisse (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png B: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png espoirs: 1 sélection

 

1953/59 Betis Seville (ESP) 101 matchs, 27 buts
1953/54 Utrera (ESP) (Prêt)
1960/62 Real Madrid (ESP) 96 matchs, 32 buts
(Championnat d'Espagne: 55 matchs, 22 buts)
(Coupe d'Espagne: 24 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 15 matchs, 4 buts)
(Coupe intercontinentale: 2 matchs)
1962/70 Juventus Turin (ITA) 294 matchs, 29 buts
(Championnat d'Italie: 228 matchs, 20 buts)
(Coupe d'Italie: 27 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 9 matchs)
(Coupe des Coupes: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 28 matchs, 3 buts)
1970/72 AS Roma (ITA) 50 matchs, 4 buts
1972/73 Betis Seville (ESP) 17 matchs

 

Ce milieu espagnol né en 1935 commence sa carrière avec le Bétis Séville. Un temps travailleur dans une industrie de construction aéronautique, Luis del Sol Cascajares passe pro chez les Blanquiverdes et se révèle durant sept saisons en Andalousie. Joueur complet, puissant et doté d'une grande intelligence de jeu, il savait toujours quelle décision prendre et luttait à chaque instant pour récupérer le ballon. Acheté par le Real Madrid en 1960, Luis Del Sol va se montrer particulièrement prolifique sous le maillot Merengue : avec 32 buts en 96 matchs, il remporte une coupe des clubs champions lors de la saison 1959-1960. Puis, 2 saisons réussies plus tard, il débarque à la Juventus en 1962 avec le statut de premier joueur espagnol du club turinois et remplace un autre fameux étranger de la Vieille Dame, le gallois John Charles. Vainqueur de l’Euro 1964 avec l’Espagne après sa première année en Italie, le milieu de terrain devient l’une des grandes figures de la Vecchia Signora des années 60, adulée par les supporters turinois. Son parcours bianconero ressemble à une histoire d’amour: avec un total de 29 buts en 294 matchs, ce milieux surnommé "Siete Pulmones" enrichit son palmarès d'un Scudetto, d'une coupe nationale et d'une coupe des clubs champions. Un modèle d’intégration et d’expatriation en somme. Après 8 années de bons et loyaux services, il sera même considéré comme l’un des 50 plus grands joueurs de la Juventus. Le milieu offensif gauche terminera sa carrière de la meilleure des manières, avec un retour en grâce pour une dernière saison dans son Betis Séville. Peu de temps après, il occupe différents postes administratifs dans le club andalou. Luis Del Sol reste une figure marquante de la Juve et du Real.

 

PALMARÈS


Vainqueur de l'Euro 1964 (Espagne)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des club champions en 1960 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe d’Europe des club champions en 1962 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe d’Europe des villes de foires en 1965 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1960 (Real Madrid)

Champion d’Espagne en 1961 et 1962 (Real Madrid)

Champion d’Italie en 1967 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1963 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1962 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1965 (Juventus Turin)

Champion d’Espagne de D2 zone Sud en 1958 (Betis Séville)

Vainqueur de la Coupe Anglo-Italienne en 1972 (AS Roma)


09/12/2018
0 Poster un commentaire

Giuseppe Furino

Giuseppe Furino.jpg
Giuseppe Furino

 

Giuseppe Furino

Né le 5 juillet 1946 à Palerme (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Milieu défensif, 1m67

Surnoms: L'Omino di ferro, Furia-furin-furetto

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 3 sélections

(Match amical: 1 sélection)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 6 juin 1970 contre l'Uruguay (0-0)

Dernière sélection : le 29 décembre 1974 contre la Bulgarie (0-0)

 

1966/68 Savone FBC (ITA) 61 matchs, 7 buts
(Championnat d'Italie de D2: 32 matchs, 1 but)
(Championnat d'Itali de D3: 29 matchs, 6 buts
1968/69 Palerme (ITA) 27 matchs, 1 but
1969/84 Juventus Turin (ITA) 528 matchs, 19 buts
(Championnat d'Italie: 361 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Italie: 89 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 30 matchs, 2 buts)
(Coupe des Coupes: 7 matchs)
(Coupe d'Europe des villes de foires/Coupe de l'UEFA: 41 matchs, 2 buts)

 

Giuseppe Furino fait partie de ces joueurs qui n'ont jamais enthousiasmé les foules par leur style de jeu. "Beppe" Furino n'avait en effet pas les dons d'attaquant de ses coéquipiers de l'époque Bettega ou Anastasi, ni l'élégance et la technique de Fabio Capello. Milieu défensif, il se faisait plutôt remarquer par son intense activité de ratisseur de ballons et ses tacles aussi efficaces qu'impressionnants. Ce travail de récupération quelque peu ingrat, Furino l'accomplit avec perfection à la Juve durant quinze saisons consécutives. Formé dans les équipes de jeunes de la Juventus, il a fait l'objet d'un prêt de trois saisons. Il joue deux années sur la côte Ligure à Savone, connaissant même une relégation en Série C, et une à Palerme, où il dispute son premier match en Série A pour le club de sa ville natale. Il revint ensuite à Turin pour y rester jusqu'à sa retraite des terrains. Il s'impose en titulaire indiscutable dès sa première saison en bianconero, grâce à sa grinta et son abnégation sans failles sur le terrain. Giuseppe devient ainsi rapidement un maillon indispensable de l'équipe par son sens tactique et sa faculté à enrailler les attaques adverses. Une exemplarité sans faille, qui vaut à Furino d’assurer pendant huit longues années le capitanat des Bianconeri, de 1976 à 1984. Considéré en Italie comme trop limité techniquement, il fut sélectionné que trois fois en équipe nationale (dont une fois durant la coupe du Monde 1970 à l'occasion du match contre l'Uruguay (0-0), où il remplace Domenghini en seconde période). Mais ça ne l'empêche pas de se construire un palmarès de géant : Furino remporte ainsi huit championnats d’Italie avec la Vieille Dame, un record absolu au sein du club piémontais dépassé depuis 2018 par Gianluigi Buffon, ainsi qu'une Coupe UEFA et une Coupe des Coupes en bonus.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1970 (Italie)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1973 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1984 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1977 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe des villes de foires en 1971 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1972, 1973, 1975,1977,1978, 1981, 1982 et 1984 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1974, 1976, 1980 et 1983 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1979 et 1983 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe d'Italie en 1973 (Juventus Turin)


09/12/2018
0 Poster un commentaire

Virginio Rosetta

Virginio Rosetta.jpg
Virginio Rosetta

 

Virginio Rosetta

Né le 25 février 1902 à Vercelli (ITA)

Décédé le 31 mars 1975 à Turin (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Arrière droit, 1m72

Surnom: "Viri"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 52 sélections

(Matchs amicaux: 37 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe Internationale: 14 sélections)

 

1ère sélection : le 31 août 1920 contre la Norvège (2-1)

Dernière sélection : le 27 mai 1934 contre les Etats-Unis (7-1)

 

1919/23 Pro Vercelli (ITA) 85 matchs, 11 buts
1923/36 Juventus Turin (ITA) 366 matchs, 18 buts
(Championnat d'Italie: 338 matchs, 15 buts)
(Coupe d'Italie: 3 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Europe centrale: 25 matchs)
 
Latéral droit intelligent et technique, Virginio Rosetta est doté d'une grosse frappe de balle et aussi d'une qualité de passe remarquable. Capitaine de la Juventus de 1929 à 1935, il s'octroie cinq Scudetti de suite au début des années 1930. Il fit partie d'un trio de folie avec ses coéquipiers aussi bien à la Juve qu’en sélection, Gianpiero Combi (gardien) et Umberto Caligaris (arrière gauche). Et justement il remporte avec la "Nazionale" la Coupe du Monde en 1934. Il n’a toutefois joué que la première rencontre de la compétition avant d’être remplacé par Eraldo Monzeglio. Enfin, Rosetta et son passage très controversé de la Pro Vercelli à la Juve sont indirectement à l’origine de la professionnalisation du championnat italien. Rosetta peut même être considéré comme le premier transfert de l’ère Agnelli à la Juve. Un vrai pionnier.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1934 (Italie)

Médaille de bronze aux Jeux Olympiques d’Amsterdam en 1928 (Italie)

Vainqueur de la Coupe Internationale en 1927-30 et 1933-35 (Italie)

Champion d’Italie en 1921, 1922 (Pro Vercelli), 1926, 1931, 1932, 1933, 1934 et 1935 (Juventus Turin)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé Chevalier de l'Ordre de la Couronne d'Italie en 1933


09/12/2018
0 Poster un commentaire