FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Wim Jansen

Wim Jansen.jpg
Photo: ©Bob Thomas Sports Photography

 

Wim Jansen

 

Wilhelmus Marinus Anthonius Jansen

Né le 28 octobre 1946 à Rotterdam (HOL)

Décédé le 25 janvier 2022 à Hendrik-Ido-Ambacht (HOL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Milieu défensif, 1m65

Surnom: "Stille Willem"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 65 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 22 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 14 sélections)

(Qualif Euro: 17 sélections)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 4 octobre 1967 contre le Danemark (2-3)

Dernière sélection : le 16 juin 1976 contre la Tchécoslovaquie (3-1)

 

1965/80 Feyenoord Rotterdam (HOL) 415 matchs, 33 buts
1980 Washington Diplomats (USA) 27 matchs
1980/82 Ajax Amsterdam (HOL) 49 matchs
 
Finaliste des Mondiaux 1974 et 1978 avec les Oranje, Wim Jansen est une légende du Feyenoord Rotterdam, avec qui il a tout gagné.
 
Redoutable milieu défensif intraitable, cet homme de devoir était un travailleur acharné dans l'entrejeu pour mettre en valeur les stars de l'équipe des Pays-Bas des années 70 Neeskens ou Cruyff, une sélection néerlandaise qui termine deux fois finaliste de la Coupe du Monde défaite par l'Allemagne en 1974 (2 buts à 1) puis par l'Argentine en 1978 (3 buts à 1). Il connaît ses plus belles années avec Feyenoord en décrochant trois titres de champion des Pays-Bas, ainsi que la Coupe de l'UEFA en 1974 et la Coupe d'Europe des clubs champions en 1970, juste avant l'incroyable triplé de l'Ajax Amsterdam dans cette compétition. Une équipe dirigé par le génial autrichien Ernst Happel avec un jeu révolutionnaire façon hand basé sur une circulation du ballon sur toute la largeur du terrain dont les principaux atouts était Wim Jansen, le gaucher virtuose Willem Van Hanegem, l'ailier volant Coen Moulijn et le buteur suédois Ove Kindvall. Après un passage aux Washington Diplomats en 1980, celui qui compte 65 sélections est revenu au Pays-Bas à l'Ajax Amsterdam, sur les conseils de Johan Cruyff, pour gagner un dernier titre de champion. Ressemblant à un peintre flamand avec une coupe datant de l'époque baroque, il fait partie des joueurs les plus capé d'Eredivisie et représente l'un des plus beaux palmarès de l'équipe de Rotterdam. Après avoir raccroché les crampons, il est devenu entraîneur de son club de toujours, remportant notamment à deux reprises la Coupe des Pays-Bas et atteignant le dernier carré de la Coupe des Coupes en 1992. Il avait également coaché le Celtic Glasgow durant une saison (1997-1998), empêchant leur rival historique, les Rangers, de remporter un dixième titre consécutive de champion, grâce à une signature de choix de l'entraîneur néerlandais: un certain Henrik Larsson, qui a marqué au total 242 buts en 313 matches avec les "Bhoys". L'icone de l'antre de De Kuip est décédé le 25 janvier 2022 à l'âge de 75 ans. Il était atteint de démence depuis plusieurs années, comme il le révélait lui-même dans sa biographie "Mastermind" publié trois mois avant sa disparition.
 
PALMARÈS
 

Finaliste de la Coupe du Monde en 1974 et 1978 (Pays-Bas)

3ème de l'Euro 1976 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1970 (Feyenoord)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1970 (Feyenoord)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1974 (Feyenoord)

Champion des Pays-Bas en 1969, 1971 et 1974 (Feyenoord) et 1982 (Ajax Amsterdam)

Vice-champion des Pays-Bas en 1966, 1967, 1968, 1970, 1972, 1973, 1975, 1976, 1979 (Feyenoord) et 1981 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1969 et 1980 (Feyenoord)

Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 1978 (Ajax Amsterdam)


27/01/2022
0 Poster un commentaire

Georges Peyroche

Georges Peyroche.jpg

Photo: ©DR


Georges Peyroche

 

Né le 27 janvier 1937 à Roche-la-Molière (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu offensif/Ailier/Attaquant, 1m73

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 3 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 16 mars 1960 contre le Chili (6-0)

Dernière sélection : le 12 novembre 1961 contre la Bulgarie (0-1)

 

1955/61 Saint-Étienne (FRA) 184 matchs, 33 buts
(Championnat de France: 159 matchs, 23 buts)
(Coupe de France: 17 matchs, 9 buts)
(Coupe Charles Drago: 7 matchs, 1 but)
(Coupe Latine: 1 match)
1961/63 RC Strasbourg (FRA) 59 matchs, 12 buts
(Championnat de France: 56 matchs, 10 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 2 buts)
(Coupe Charles Drago: 1 match)
1963/65 Stade Français (FRA) 66 matchs, 14 buts
(Championnat de France: 59 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 2 matchs)
1965/67 Lille OSC (FRA) 76 matchs, 10 buts
(Championnat de France: 67 matchs, 10 buts)
(Barrages: 3 matchs)
(Coupe de France: 6 matchs)
1967/69 Nîmes Olympique (FRA) 62 matchs, 9 buts
(Championnat de France: 19 matchs, 1 but)
(Championnat de France de D2: 34 matchs, 5 buts)
(Barrages: 3 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 6 matchs, 2 buts)
 
Avant d'être l'entraîneur qui a offert les deux premiers trophées au PSG en remportant les coupes de France 1982 et 1983, Georges Peyroche a été un excellent joueur qui possédait une science du jeu exceptionnel qui lui permettait d’évoluer à n’importe quel poste sur le flan de l'attaque, que ce soit ailier, attaquant ou meneur de jeu.
 
Ailier droit à Saint-Etienne à la fin des années 50, il devient un titulaire chez les Verts après le départ de Rachid Mekhloufi parti rejoindre l'équipe du FLN. Il y remporte un titre de champion, perd en finale de coupe de France face à l'AS Monaco (défaite 4 buts à 2) et obtient ses trois seules sélections en équipe de France. Il passera ensuite par le RC Strasbourg, le Stade Français, le LOSC avant de raccrocher les crampons chez les Crocos du Nîmes Olympique. Devenu par la suite un très bon coach, il connaît ses plus belles heures dans la capitale au Paris SG. Arrivé en 1979, il apparaît le premier comme ce qui peut ressembler le plus à un entraîneur. Après deux ans de brouillons, il rafle les deux premiers trophées de l'histoire du club francilien, les Coupes de France de 1982 et 1983, et obtient les premières qualifications européennes. Après une année sabbatique, il accepte un retour au club 10 mois plus tard pour faire le pompier et sauver le club de la D2. Malheureusement, le conseil d'administration finit par le licencier dans la foulée. Une annonce faite par son président Francis Borelli ... à l'hôpital avant une intervention bénigne à la cheville. Une nouvelle qui avait choqué le personnel de l’hôpital, et dont Peyroche en gardera un amer souvenir: "Moi j’étais tellement des les vapes avant l’opération que je n’ai pas pu réagir". La fin de l'histoire d'amour entre Georges et le Paris Saint-Germain. Une histoire dans laquelle il aura laissé sa trace. Peyroche, c’est également 211 matches sur le banc du PSG. Un seul français le dépassera, Luis Fernandez, avec 244 rencontres.
 
PALMARÈS
 
Champion de France en 1957 (Saint-Etienne)
Finaliste de la Coupe de France en 1960 (Saint-Etienne)
Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1958 (Saint-Etienne)
Vainqueur du Challenge des Champions en 1957 (finale non-jouée) (Saint-Etienne)
Vice-champion de France de D2 en 1968 (Nîmes Olympique)

26/01/2022
0 Poster un commentaire

Roger Magnusson

Roger Magnusson.jpg
Photo: ©DR

 

Roger Magnusson

 

Né le 20 mars 1945 à Mönsterås (SUE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Suédois, Ailier droit, 1m81

Surnom: le Magicien, le Garrincha suédois

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png 14 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 7 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qualif Euro: 1 sélection)

(Championnat Nordique: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 28 juin 1964 contre le Danemark (4-1)

Dernière sélection : le 1er novembre 1969 contre la France (0-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Espoirs: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Juniors: 9 sélections, 3 buts

 

1961/66 Åtvidaberg FF (SUE) 97 matchs, 40 buts
1966/67 FC Cologne (ALL) 22 matchs, 4 buts
(Championnat d'Allemagne: 20 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Allemagne: 2 matchs)
1967/68 Juventus Turin (ITA) 6 matchs, 2 buts
1968/74 Olympique de Marseille (FRA) 201 matchs, 33 buts
(Championnat de France: 157 matchs, 23 buts)
(Coupe de France: 28 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)
(Coupe des Coupes: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 1 but)
1974/76 Red Star (FRA) 28 matchs, 2 buts
(Championnat de France: 16 matchs, 2 buts)
(Championnat de France de D2: 11 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
1976 Helsingborgs IF (SUE) 6 matchs, 1 but
1977/78 Vilans BoIF (SUE) 16 matchs, 11 buts
1979/80 Landskrona BoIS (SUE) 12 matchs, 3 buts

 

Ancienne icone du Stade Vélodrome, Roger Magnusson a enchanté le public marseillais par ses dribbles chaloupés et ses envolées sur l'aile droite. Les centres au cordeau du "Magicien" ont régalé immanquablement son parfait complément, Josip Skoblar.

 

Natif de Mönsteras situé dans le comté de Kalmar, ce talentueux ailier droit débute sa carrière à l'âge de 15 ans, dans le club d'Åtvidabergs FF, en D2 suédoise, en 1961. Si le club manque plusieurs fois la montée dans l'élite, son talent dépasse les frontières grâce à sa quarantaine de buts inscrits en cinq saisons, il aurait aussi délivré plus de 90 passes décisives selon les journaux locaux. C'est alors que les dirigeants de la Juventus Turin le repère lors d'un stage de formation au Brésil à Flamengo et le recrute en 1966. Mais durant cet été, l'Italie perd face à la Corée du Nord durant le premier tour de la Coupe du Monde, synonyme d'élimination. De vieux démons de l'époque mussolinienne ressurgissent, ceux qui poussent les dirigeants italiens à fermer leur frontière. Par conséquent, il est prêté un an au FC Cologne. Revenu chez la Vieille Dame, la loi interdisant les étrangers à jouer sur le sol italien toujours en vigueur, il ne disputera que quelques rencontres de Coupe d'Europe à ... l'extérieur, où il inscrira notamment le but de la qualif qui emmène les Bianconeri en demi-finale de la C1. Mais ne pouvant se contenter de quelques apparitions, on lui propose d'être prêté cette fois-ci à l'OM. Un choix qu'il trouve judicieux parce qu'il sait que c'est le club où ont brillé Gunnar Johansson, Dan Ekner et Gunnar Andersson.

 

Roger Magnusson.jpg

Photo: ©Universal/Corbis/VCG

 

Nous sommes en 1968, et un ange débarque sur la Canebière. Il va devenir une légende du dribble, une idole marseillaise, une véritable icone. Quand il s'envole sur son aile droite, le public est en ivresse, le jeu se transforme en ballet dont le blond suédois est l'étoile. Premier match et premier but contre Bordeaux. Techniquement au dessus du lot, il avait pour habitude de fixer son défenseur en baladant à toute vitesse le ballon de son pied droit à son pied gauche, toujours en mouvement. Il n’était pas rare qu’il efface ainsi 3 ou 4 joueurs dans la foulée, comme un certain GarrinchaMarseille l'adore, il va aimer la cité phocéenne et en devenir l'un des plus grands joueurs, transféré définitivement en 1970, refusant d'aller chez le vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions, le Feyenoord Rotterdam, pour gagner des trophées avec l'OM. Présidé par Marcel Leclerc, entraîné par Mario Zatelli puis Lucien Leduc, Roger a formé une attaque flamboyante avec Loubet dans l'autre couloir, Couécou en joker, Bonnel et Gress en pourvoyeurs et surtout "l'Aigle Dalmate" Skoblar en finisseur, à qui il a permis notamment de planter 44 buts et de terminer meilleur buteur européen lors de l’année 1971. Après 23 ans de disette, ils remportent tous ensemble le titre de champion cette saison-là et réalisent le doublé l'année suivante. Après cinq années à éclabousser sur tous les terrains du pays, le chouchou du public marseillais est relégué sur le banc à partir de 1973. La faute à l'arrivée du malien Salif Keita sur la Canebière et la règle interdisant aux clubs français d'aligner plus de deux joueurs d’origine étrangère. Les résultats ne suivent plus, le génial scandinave s'en va au Red Star en 1974 où il forme d'ailleurs un sacré trident offensif avec "la Foudre" Nestor Combin et "le petit ange de Gerland" Fleury Di Nallo, un trio incroyable qui n'arrivera malheureusement pas à maintenir le club de Saint-Ouen parmi l'élite. International à 14 reprises avec les Blågult, il rentrera ensuite dans sa Suède natale finir tranquillement sa carrière. Toujours attaché à l'Olympique de Marseille, il avait d'ailleurs lancé, en 2015 dans une interview, un vibrant: "J'ai Marseille dans le cœur."

 

PALMARÈS

 

Vainqueur du Championnat Nordique en 1967 (Suède)

Champion de France en 1971 et 1972 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1970 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe de France en 1969 et 1972 (Olympique de Marseille)

Vainqueur du Challenge des champions en 1971 (Olympique de Marseille)

Finaliste du Challenge des champions en 1969 et 1972 (finale non-jouée) (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France de D2 (groupe B) en 1976 (Red Star)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu meilleur Joueur étranger de l'année du championnat de France en 1969

Intronisé au Hall of Fame du football suédois en 2012


25/01/2022
0 Poster un commentaire

Wim Jonk

Wim Jonk.png
Photo: ©Imago

 

Wim Jonk

 

Wilhelmus Maria Jonk

Né le 12 octobre 1966 à Volendam (HOL)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, milieu défensif, 1m84
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 49 sélections, 11 buts
(Matchs amicaux: 18 sélections, 2 buts)
(Qualif Coupe du Monde: 12 sélections, 4 buts)
(Coupe du Monde: 11 sélections, 2 buts)
(Qualif Euro: 7 sélections, 3 buts)
(Euro: 1 sélection)
 
1ère sélection : le 27 mai 1992 contre l'Autriche (3-2)
Dernière sélection : le 18 août 1999 contre le Danemark (0-0)
 
1986/88 Volendam (HOL) 59 matchs, 28 buts
1988/93 Ajax Amsterdam (HOL) 125 matchs, 26 buts
(Championnat des Pays-Bas: 96 matchs, 18 buts)
(Coupe des Pays-Bas: 10 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 19 matchs, 4 buts)
1993/95 Inter Milan (ITA) 67 matchs, 13 buts
(Championnat d'Italie: 54 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Italie: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 5 buts)
1995/98 PSV Eindhoven (HOL) 114 matchs, 26 buts
(Championnat des Pays-Bas: 89 matchs, 20 buts)
(Coupe des Pays-Bas: 6 matchs, 1 but)
(Supercoupe des Pays-Bas: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 6 matchs, 2 buts)
(Coupe des Coupes: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 3 buts)
1998/2001 Sheffield Wednesday (ANG) 82 matchs, 5 buts
(Championnat d'Angleterre: 68 matchs, 5 buts
(Championnat d'Angleterre de D2: 2 matchs)
(Coupe d'Angleterre: 7 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 4 matchs)
 

Passé par l'Ajax Amsterdam et l'Inter Milan, Wim Jonk a été durant des années le parfait pendant de Dennis Bergkamp. Il délivrait les caviars, lui les marquait.

 

Formé au FC Volendam avec qui il sera promu en 1987 en Eredivisie, il débarque un an plus tard à l'Ajax Amsterdam. Celui qui est passait du rôle d’arrière central à milieu défensif remporte avec les Lanciers un titre de champion, une coupe ainsi que la C3 en 1992 face au Torino (0-0; 2 buts à 0). Tous ça sous la houlette de Louis Van Gaal qui commence à peaufiner le second âge d'or du club. Ceux qui n’adhèrent pas aux idées de celui que l’on surnomme "la tulipe de fer" pour son intransigeance, sont invités à partir. Wim Jonk, régulateur et organisateur du milieu, et Dennis Bergkamp, alors triple meilleur buteur du pays, sont poussés vers la sortie par l’entraîneur ayant peur que leur statut mette à mal l’osmose voulue au sein de l’équipe. Il signe avec son compère à l’Inter Milan et dispute deux belles saisons en Italie avec une nouvelle coupe de l'UEFA remportée aux dépens des autrichiens du Casino Salzbourg (1 but à 0 pour les Nerazzurri à l'aller comme au retour). L'association des deux inséparables prend fin quand Dennis signe à Arsenal, Wim craint pour son temps de jeu et rentre alors aux Pays-Bas au PSV Eindhoven. Après avoir ajouté un nouveau championnat et une nouvelle coupe à son palmarès, celui qui termine deux fois meilleur passeur d'Eredivisie tente l'aventure en Premier League à Sheffield Wednesday à l'âge de 32 ans. Le joueur expérimenté raccroche les crampons sur une blessure en 2001. International Oranje (49 sélections) à la frappe très lourde, il a fait partie des sélections néerlandaises qui ont participé à la Coupe du Monde 1994 et 1998 et à l'Euro 1992.

 

PALMARÈS

 

4ème de la Coupe du Monde 1998 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1992 (Ajax Amsterdam) et 1994 (Inter Milan)

Champion des Pays-Bas en 1990 (Ajax Amsterdam) et 1997 (PSV Eindhoven)

Vice-champion des Pays-Bas en 1989, 1991, 1992 (Ajax Amsterdam), 1996 et 1998 (PSV Eindhoven)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1993 (Ajax Amsterdam) et 1996 (PSV Eindhoven)

Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 1998 (PSV Eindhoven)

Vainqueur de la Supercoupe des Pays-Bas en 1996 et 1997 (PSV Eindhoven)

Champion des Pays-Bas de D2 en 1987 (FC Volendam)


22/01/2022
0 Poster un commentaire

Claudio Sala

Claudio Sala.jpg
Photo: ©Toro.it

 

Claudio Sala

 

Né le 8 septembre 1947 à Macherio (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Milieu de terrain, 1m74

Surnom: "Il Poeta del gol"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 18 sélections

(Matchs amicaux: 12 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

(Qualif Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 20 novembre 1971 contre l'Autriche (2-2)

Dernière sélection : le 8 novembre 1978 contre la Tchécoslovaquie (0-3)

 

1965/68 Monza (ITA) 75 matchs, 24 buts
1968/69 SSC Naples (ITA) 24 matchs, 2 buts
1969/80 Torino (ITA) 286 matchs, 25 buts
1980/82 Genoa (ITA) 41 matchs
 
Claudio Sala est un joueur emblématique du Torino.
 
Trequartista évoluant parfois comme milieu droit ou ailier droit, il avait quand même un rôle plus offensif en soutien des deux attaquants. Surnommé "Il Poeta del gol" par le célèbre journaliste italien Gianpaolo Ormezzano, il a été élu meilleur joueur de Série A en 1976 et 1977. En onze saisons avec le Toro, il remporte un titre de champion d'Italie en 1976 et soulève la coupe en 1971. L'international italien aux 18 sélections seulement, souvent barré avec la Nazionale par Franco Causio, a disputé le Mondial 1978 où il termine au pied du podium en compagnie de quatre autres joueurs des Granata: les "gemelli del gol" Francesco Graziani et Paolo Pulici, Renato Zaccarelli, Eraldo Pecci et son homonyme Patrizio Sala, avec qui il n'a aucun lien de parenté. Ils ont pourtant été tous deux formés à Monza à quelques années d'intervalle avant de jouer ensemble plusieurs saisons au Torino.
 
PALMARÈS
 

4ème de la Coupe du Monde en 1978 (Italie)

Champion d’Italie en 1976 (Torino)

Vice-champion d’Italie en 1977 (Torino)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 197 (Torino)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1980 (Torino)

Champion d'Italie de D3 (groupe A) en 1967 (Monza)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu meilleur joueur du championnat d’Italie (Guerin d'or) en 1976 et 1977

Intronisé au Hall of Fame du Torino en 2016


21/01/2022
0 Poster un commentaire