FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Lucio

Lucio.jpg
Lúcio

 

Lucimar da Silva Ferreira

Né le 8 mai 1978 à Planaltina (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Défenseur central, 1m88

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 105 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 36 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 31 sélections)

(Coupe du Monde: 17 sélections)

(Copa America: 4 sélections)

(Coupe des Confédérations: 17 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 15 novembre 2000 contre la Colombie (0-0)

Dernière sélection : le 5 septembre 2011 contre le Ghana (1-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png non-officiel: 2 sélections, 1 but
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png olympique: 1 sélection
 
1997 CR Guará (BRE)
1997/2000 Internacional (BRE) 55 matchs, 4 buts
(Championnat du Brésil: 49 matchs, 4 buts)
(Coupe du Brésil: 6 matchs)
2001/04 Bayer Leverkusen (ALL) 123 matchs, 21 buts
(Championnat d'Allemagne: 92 matchs, 15 buts)
(Coupe d'Allemagne: 6 matchs, 3 buts)
(Regionalliga Nord: 1 match)
(Ligue des Champions: 24 matchs, 3 buts)
2004/09 Bayern Munich (ALL) 218 matchs, 12 buts
(Championnat d'Allemagne: 144 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Allemagne: 23 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue allemande: 6 matchs)
(Ligue des Champions: 32 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 13 matchs, 2 buts)
2009/12 Inter Milan (ITA) 136 matchs, 5 buts
(Championnat d'Italie: 96 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 8 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 27 matchs, 1 but)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
(Coupe du Monde des clubs: 2 matchs)
2012 Juventus Turin (ITA) 4 matchs
(Championnat d'Italie: 1 match)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 2 matchs)
2013 São Paulo (BRE) 31 matchs, 2 buts
(Championnat du Brésil: 10 matchs, 1 but)
(Championnat de São Paulo: 11 matchs, 1 but)
(Copa Libertadores: 8 matchs)
(Recopa Sudamericana: 2 matchs)
2014/15 Palmeiras (BRE) 47 matchs, 2 buts
(Championnat du Brésil: 25 matchs, 2 buts)
(Championnat de São Paulo: 15 matchs)
(Coupe du Brésil: 7 matchs)
2015/16 FC Goa (IND) 19 matchs
2017/18 SE Gama (BRE)
2018 Brasiliense (BRE)
 

Ancien roc du Bayern Munich et de l’Inter Milan, avec lesquels il aura presque tout gagné, Lucio était un capitaine à l’éternel air sévère, plus doué pour l’art martial que le football samba. Leader, aussi rude sur le terrain qu’il est doux dans la vie, insufflait discipline et rage de vaincre aux troupes, surtout quand elles sont gagnées par une désinvolture toute brésilienne. Ce défenseur reconnu et redouté était souvent pointé du doigt pour son jeu rude, son sens du vice et son expérience pour des fautes qu’il savait cacher à l’arbitre, parfois jusque dans la surface de réparation. Né à Planaltina, dans la région de Brasília, en 1978, Lucimar da Silva Ferreira, plus connu sous le nom de Lucio, a débuté sa carrière dans le club de sa ville natale, avant de taper dans l'oeil de l'Internacional Porto Alegre, qui l'a recruté en 1997. Ses belles performances avec le club du sud du Brésil ont attiré l'attention du Bayer Leverkusen, qui l'a recruté en 2001. En 2002, il a marqué le seul but du Bayer lors de la finale de Ligue des Champions perdue 2 buts à 1 face au Real Madrid, avec la reprise de volée d'anthologie du Français Zinedine Zidane. Il a ensuite rejoint le Bayern Munich, avec qui il a réalisé trois doublés historiques coupe-championnat en 2005, 2006 et 2008. Mais c'est en Italie que le Brésilien a connu sa saison la plus faste en club, au côté de Walter Samuel, avec le fabuleux triplé Série A, Coupe d'Italie et Ligue des Champions de l'Inter Milan, où il a évolué 2009 à 2012. Une performance qui lui vaudra le mérite de figurer dans l'équipe FIFA de l'année 2010. À cette époque-là, il était un enfer pour les attaquants adverses dans les duels, mais aussi épuisant pour les milieux de terrain avec ses montées de balle. Devenu Bianconero en 2012, il n'a joué que six mois avec la Juventus, qu'il a quittée pour revenir au Brésil et jouer notamment au São Paulo FC et à Palmeiras. Avec son équipe nationale, Lucio a été un titulaire indiscutable lors de l'obtention de la cinquième étoile de la Seleçao, au Japon et en Corée du Sud. Autre performance, il a passé aussi les 100 sélections avec le Brésil. Solide, très solide carrière.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 2002 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2005 et 2009 (Brésil)
4ème de la Coupe des Confédérations en 2001 (Brésil)
Vainqueur de la Ligue des champions en 2010 (Inter Milan)
Finaliste de la Ligue des champions en 2002 (Bayer Leverkusen)
Finaliste de la Recopa Sudamericana en 2013 (São Paulo)
Vainqueur de la Coupe du Monde des clubs en 2010 (Inter Milan)
Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 2010 (Inter Milan)
Champion d’Italie en 2010 (Inter Milan) et 2013 (Juventus Turin)
Vice-champion d’Italie en 2011 (Inter Milan)

Champion d’Allemagne en 2005 et 2006 et 2008 (Bayern Munich)

Vice-Champion d’Allemagne en 2002 (Bayer Leverkusen) et 2009 (Bayern Munich)

Vice-champion d'Indian Super League en 2015 (FC Goa)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 2010 (finale non-jouée) et 2011 (Inter Milan)

Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 2005, 2006 et 2008 (Bayern Munich)

Finaliste de la Coupe d’Allemagne en 2002 (Bayer Leverkusen)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue allemande en 2004 et 2007 (Bayern Munich)

Finaliste de la Coupe de la Ligue allemande en 2006 (Bayern Munich)

Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 2010 (Inter Milan) et 2012 (Juventus Turin)
Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 2009 et 2011 (finale non-jouée) (Inter Milan)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Ballon d'argent brésilien en 2000
Nommé dans l'équipe type de l'année FIFA/FIFPro en 2010
Nommé dans l'équipe type de l'année de l'association en 2002, 2006 et 2010
Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat d'Allemagne en 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006
Élu joueur de l'année de l'Inter Milan en 2012
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Taringa

01/05/2021
0 Poster un commentaire

Carlos Curbelo

Carlos Curbelo.jpg
Carlos Curbelo

 

Né le 28 avril 1954 à San José de Mayo (URU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png Uruguayen, Défenseur central, 1m82

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 2 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 24 avril 1976 contre la Pologne (2-0)

Dernière sélection : le 22 mai 1976 contre la Hongrie (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png olympique: 4 sélections

 

1971/72 CA Cerro (URU)
1972/80 AS Nancy-Lorraine (FRA) 281 matchs, 35 buts
(Championnat de France: 211 matchs, 30 buts)
(Championnat de France de D2: 32 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 34 matchs, 3 buts)
(Coupe des Coupes: 4 matchs, 1 but)
1980/88 OGC Nice (FRA) 287 matchs, 28 buts
(Championnat de France: 164 matchs, 10 buts)
(Championnat de France de D2: 102 matchs, 16 buts)
(Coupe de France: 21 matchs, 2 buts)

 

Solide libéro uruguayen, naturalisé français, Carlos Curbelo, le père de Gaston, est arrivé très jeune en France. Il a connu essentiellement deux clubs dans sa carrière: l'AS Nancy-Lorraine, avec qui il remporte la coupe de France en 1978 et L’OGC Nice où il passera huit années, mais à la mauvaise époque… Né en Uruguay, formé à Montevideo au CA Cerro, il décide de quitter le continent sud-américain pour tenter sa chance en Europe. C’est Claude Cluny, le président historique de l’ASNL qui le repère lors d’un voyage en Amérique du Sud et décide de le ramener dans ses bagages. À l’époque, le jeune espoir de la baie de Rio del Plata qui approche de ses 18 ans joue plutôt milieu offensif, voire attaquant. Sa première saison à Nancy est un échec total. D’une part Carlos ne parle pas un mot de français mais surtout il a beaucoup de mal à s’adapter au jeu européen, radicalement différent de celui pratiqué en Uruguay, où les défenses sont très basses. Carlos Curbelo.jpgCe qui va complètement changer sa carrière, c’est la présence de Roger Lemerre en défense centrale. L'ex-futur sélectionneur, qui part pour Lens en fin de saison suggère à l’entraîneur de l’époque d’essayer l’uruguayen… en défense centrale. Et là, le miracle. Doté d’une bonne technique, calme et très serein, Carlos s’impose illico en charnière centrale aux côtés de José Lopez.  Cela ne l'empêche pas d'aller prêter main forte à ses attaquants et d'inscrire en moyenne cinq buts par saisons. Bon le miracle n’est pas non plus énorme puisque les lorrains terminent la saison relégable, mais ils ont gagné un bon libero et un chef de défense hors pair. La saison en D2 est l’occasion de permettre à la jeune génération, issue du tout récent centre de formation, de s’aguerrir avant d’aller conquérir les sommets: Jean-Pierre Raczynski, Jean-Marc Giachetti et bien sûr Michel Platini. Les lorrains se baladent en D2. Leader du championnat toute l’année, il se promène contre Valenciennes 4 buts à 0 lors du match du titre. De retour parmi l’élite, Nancy surprend grâce à sa superbe génération (Olivier Rouyer revient de prêt, Paco Rubio arrive de Montluçon et Philippe Jeannol sort du centre). Après un début de saison délicat, les lorrains se ressaisissent pour remonter à la 7ème place. Cette année là, Carlos, qui a été naturalisé français, est même appelé en bleu pour un match amical, quelques jours après la naissance de son fils. Il honore deux capes internationales avant que l’on ne découvre qu’il avait déjà joué en sélection pré-olympique avec la Céleste. À cette époque, il n’est en effet pas possible à un footballeur de changer de nationalité sportive. Il ne pourra plus jamais jouer en sélection. Il a ensuite été contacté par la fédération uruguayenne en vue de la Coupe du Monde 1982 en Espagne, mais la Celeste ne s’est pas qualifiée. Il n’a ainsi jamais eu de carrière internationale à la hauteur de son immense talent. Entretemps, Carlos a été promu capitaine de Nancy tandis que Platini est au sommet de son art grâce à ses coups francs fantastiques. C’est au cours de la saison 1977-78 que les lorrains entreront enfin dans l’histoire. En championnat c’est assez moyen, mais en Coupe de France, Nancy atteint la finale face à Nice. C’est l’inévitable Platoche qui donnera la victoire à l’équipe du chardon. Quand le génial meneur de jeu quitte l'Est en 1979, le club semble promis à un retour sur terre, d’autant plus que le président Historique Claude Cluny passe la main. Carlos qui est au club depuis neuf ans aspire à autre chose et lui aussi part de Nancy en 1980 pour rejoindre l’OGC Nice en pleine mutation après une bonne période à la fin des années 70. Il arrive pour apporter son expérience à une équipe très jeune composé entre autres de Gérard Buscher et Daniel Bravo. Les Aiglons commencent bien la saison mais s’écroulent dès les premiers frimas de l’hiver. L’ambiance n’est pas terrible et l’équipe se retrouve à lutter pour le maintien. Relégable à deux journées de la fin, les niçois se sauvent de justesse. Ce ne sera que partie remise, puisqu’ils descendent l’année suivante, la faute essentiellement à une attaque en berne. Fidèle parmi les fidèles, Carlos le moustachu reste au Gym pour aider le club à remonter. Il devra patienter trois saisons. Malgré une belle équipe, Nice manque le titre de champion de D2 face au Havre. Carlos vivra une fin de carrière assez tranquille, bien calé dans le ventre mou. Titulaire jusqu’au bout, il raccrochera les crampons en 1988, à 34 ans, après huit belles années passé à Nice. Retourné vivre en Uruguay, son réseau et son œil d’expert ont longtemps aidé l’ASNL à profiter d’une filière sud-américaine de qualité dans le recrutement. Symbole de fidélité et d’engagement, Carlos est sans doute passé à côté d’une carrière plus riche en trophées à cause de cela.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe de France en 1978 (AS Nancy-Lorraine)

Champion de France de D2 en 1975 (AS Nancy-Lorraine)

Vice-champion de France de D2 en 1985 (OGC Nice)

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère Photo: ©DR

- 2ème photo: ©Le Républicain Lorrain


28/04/2021
0 Poster un commentaire

Louis Provelli

Louis Provelli.jpg
Louis Provelli

 

Né le 21 avril 1939 à Crusnes (FRA)

Décédé le 7 octobre 2014 à Valenciennes (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur central, 1m82

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 1 sélection

(Match amical: 1 sélection)

 

Première et dernière sélection : le 22 mars 1967 contre la Roumanie (1-2)

 

1957/70 US Valenciennes (FRA) 296 matchs, 1 but

(Championnat de France: 238 matchs)

(Championnat de France de D2: 24 matchs)

(Coupe de France: 23 matchs, 1 but)

(Coupe Charles Drago: 11 matchs)

 

Louis Provelli est l'un des plus grands défenseurs de l'histoire de Valenciennes. C'était l'intelligence associée à la technique et au physique. C'était une personne magnifique, quelqu'un de respectueux, avec beaucoup d'humilité et de talent. Il a permis au club de Nungesser de vivre ses plus belles années, avec notamment deux places sur le podium de Division 1 lors des saisons 1964-65 et 1965-66. Si le natif de Crusnes s'est imposé dès ses 19 ans dans l'arrière-garde nordiste, Il doit attendre l'éclosion de Jean-Claude Piumi pour former une charnière centrale mythique. Élue à trois reprises meilleure défense de Division 1 (1964,1965 et 1967), Louis voit son talent récompensé. Appelé en sélection par Just Fontaine le 22 mars 1967 pour un France-Roumanie (défaite 2 buts à 1)… avec Piumi, il honore sa seule cape internationale en Bleu. "Je ne m’y attendais pas. Et ça a été le début de tous mes problèmes. " Il n'a joué que vingt minutes, le temps de se faire arracher une dent par un attaquant qui, en lui retombant dessus, lui explose le genou. En 1970, il termine la saison entraîneur, après le départ de Robert Domergue pour mauvais résultats. Il poursuit sa carrière comme commercial à VA (1970-1975) puis chez Adidas. Louis Provelli est décédé le 7 octobre 2014 à l'âge de 75 ans. L'ancien international français Serge Masnaghetti lui a rendu hommage ce jour-là: "C'était un joueur formidable. J'ai joué six ans avec Louis et il n'y a jamais eu de problèmes. Nous étions même restés amis pendant une dizaine d'années... C'était un bon joueur mais aussi un bon camarade... Pour moi, Louis Provelli était un des tout meilleurs défenseurs de France. Nous avions la meilleure défense de D1, cela était du à la valeur de la paire d'arrières centraux Piumi-Provelli. Il n'était pas très connu sur le plan international, mais sur le plan national..."

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1959 (US Valenciennes)

Vice-champion de France de D2 en 1962 (US Valenciennes)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©FFF


21/04/2021
0 Poster un commentaire

Stanislas Curyl

Stanislas Curyl.jpg
Stanislas Curyl

 

Né le 24 avril 1929 à Wittelsheim (FRA)

Décédé le 17 avril 2017 à Saint-Brieuc (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, attaquant

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 2 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 11 novembre 1952 contre l'Irlande du Nord (3-1)

Dernière sélection : le 16 novembre 1952 contre l'Eire (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélection, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 1 sélection

 

1947/50 ASCA Wittelsheim (FRA)
1950/51 FC Mulhouse (FRA)
1951/53 FC Sète (FRA) 68 matchs, 22 buts
(Championnat de France: 63 matchs, 20 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)
1953/56 Racing Club Paris (FRA) 101 matchs, 26 buts
(Championnat de France: 55 matchs, 12 buts)
(Championnat de France: 34 matchs, 13 buts)
(Barrages D2: 2 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 4 matchs)
(Coupe Charles Drago: 6 matchs, 1 but)
1956/58 Olympique de Marseille (FRA) 56 matchs, 14 buts
(Championnat de France: 48 matchs, 9 buts)
(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)
(Coupe Charles Drago: 5 matchs, 4 buts)
1958/59 FC Metz (FRA) 42 matchs, 14 buts
(Championnat de France de D2: 36 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 3 buts)
1959/61 AS Troyes-Savinienne (FRA) 73 matchs, 12 buts
(Championnat de France: 29 matchs, 5 buts)
(Championnat de France de D2: 37 matchs, 7 buts)
(Coupe de France: 3 matchs)
(Coupe Charles Drago: 4 matchs)
1961/62 Sportive Thionvilloise (FRA)

 

Joueur emblématique du foot français dans les années 50, Stanislas Curyl avait compté parmi les grands attaquants de l'Hexagone. Né dans le Haut-Rhin, ce fils d'émigré polonais est repéré dans le club de sa ville natale par les recruteurs du FC Mulhouse. Un changement radical pour cet apprenti "gueule noire" destiné à être mineur toute sa vie. Habile balle au pied avec une technique surprenante, cet attaquant de poche porte dans la foulée les couleurs du FC Sète, alors devenu un club de second plan de première division. François Catarina, futur capitaine du club et alors jeune débutant, se souvient d'une anecdote le concernant: "J'ai eu l'occasion de m'entraîner avec lui et Joseph Ujlaki. Ce jour là, ils se sont lancés un défi. Savoir qui était le plus rapide. Ils sont partis du tunnel du stade Bayrou jusqu'au bout du terrain, côté rue. Je ne me souviens plus qui était arrivé premier. En tout cas, c'était deux rapides." Grande révélation du championnat, c'est sous ce maillot qu'il décroche ses deux seules capes, devenant ainsi le dernier international français des "Dauphins". Lors de sa première sélection, à Colombes contre l'Irlande du Nord, il offre à l'espoir des Bleus Raymond Kopa, sur une passe en profondeur, la balle du 3 buts à 1. Sa carrière le conduit ensuite au Racing Club Paris, à Marseille, à Metz et à Troyes. Il compte à son palmarès une victoire en Coupe Charles Drago en 1957, sous le maillot marseillais. Il raccroche les crampons à cause d'une blessure au genou. Installé à Saint-Brieuc par la suite, il travaille dans une fabrique de caoutchouc et rejoint par la même occasion le COB comme entraîneur-joueur. Ce qui avait alors eu un énorme retentissement dans le foot costarmoricain. Il disparaît le 17 avril 2017 d'une attaque cardiaque, à quelques jours de ses 88 ans. Il est inhumé dans sa ville natale de la banlieue de Mulhouse, où un stade porte son nom depuis 1998.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1957 (Olympique de Marseille)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Le Télégramme/Ouest France

- Photo: ©DR


18/04/2021
0 Poster un commentaire

Peter Stöger

Peter Stoger.jpg
Peter Stöger

 

Né le 11 avril 1966 à Vienne (AUT)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png Autrichien, Milieu offensif, 1m76

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png 65 sélections, 15 buts

(Matchs amicaux: 30 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 18 sélections, 5 buts)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

(Qualif Euro: 15 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 5 février 1988 contre la Suisse (1-2)

Dernière sélection : le 13 novembre 1994 contre le Portugal (1-0)

 

1984/86 Favoritner AC (AUT)
1986/87 Vorwärts Steyr (AUT) 15 matchs
1987/88 First Vienna FC (AUT) 36 matchs, 6 buts
1988/94 Austria Vienne (AUT) 228 matchs, 59 buts
(Championnat d'Autriche: 181 matchs, 52 buts)
(Coupe d'Autriche: 22 matchs, 4 buts)
(Supercoupe d'Autriche: 3 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 10 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)
(Coupe Intertoto: 6 matchs)
1994/95 FC Tirol Innsbruck (AUT) 35 matchs, 6 buts
1995/97 Rapid Vienne (AUT) 111 matchs, 22 buts
(Championnat d'Autriche: 84 matchs, 17 buts)
(Coupe d'Autriche: 5 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 7 matchs)
(Coupe des Coupes: 9 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs, 3 buts)
1997/98 LASK Linz (AUT) 32 matchs, 5 buts
1999/2000 Austria Vienne (AUT) 39 matchs, 5 buts
(Championnat d'Autriche: 35 matchs, 4 buts)
(Coupe Intertoto: 4 matchs, 1 but)
2000/02 VfB Admira Wacker Mödling (AUT) 47 matchs, 6 buts
2002/04 SC Untersiebenbrunn (AUT) 62 matchs, 29 buts
 
International Autrichien, Peter Stöger a été un bon milieu durant les années 90. Sa silhouette mince et son problème d'asthme plus jeune ne l'ont pas empêché de jouer près de vingt ans au plus haut niveau, sans jamais quitter sa patrie. En effet, il a refusé des offres de l’Eintracht Francfort et du Munich 1860 pour rester dans sa chère Autriche. Son bilan comme numéro 10 n'est pas trop mal: une finale de Coupe des Coupes face au Paris SG perdue avec le Rapid Vienne, quatre titres de champion et trois coupes nationales, sans compter qu’il a fait partie de la sélection autrichienne engagée lors de la Coupe du Monde 1998 en France. Avec son coéquipier et ami Dietmar Kühbauer, ils ont menés un projet peu croyable. Les deux joueurs auraient appris au grand buteur allemand Carsten Jancker les quelques gestes techniques lui ayant permis de faire sa petite carrière. Pas trop une réussite tout de même. Depuis, il poursuit son bonhomme de chemin comme entraîneur qu'il cumule avec un rôle d'expert à la télévision.
 
PALMARÈS
Finaliste de la Coupe des Coupes en 1996 (Rapid Vienne)

Champion d’Autriche en 1991, 1992, 1993 (Austria Vienne) et 1996 (Rapid de Vienne)

Vice-champion d’Autriche en 1988, 1990, 1994 (Austria Vienne) et 1997 (Rapid de Vienne)

Vainqueur de la Coupe d'Autriche en 1990, 1992 et 1994 (Austria Vienne)

Vainqueur de la Supercoupe d'Autriche en 1990, 1991, 1992, 1993 (Austria Vienne) et 1996 (Rapid de Vienne)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©GEPA


10/04/2021
0 Poster un commentaire