FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Graeme Le Saux

Graeme Le Saux.jpg
Graeme Le Saux

 

Graeme Pierre Le Saux

Né le 17 octobre 1968 à Saint-Hélier (ANG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png Anglais, Défenseur gauche, 1m77

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png 36 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 16 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Qualif Euro: 4 sélections)

(Umbro Cup: 2 sélections, 1 but)

(Tournoi de France: 3 sélections)

(Tournoi Hassan II: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 9 mars 1994 contre le Danemark (1-0)

Dernière sélection : le 7 octobre 2000 contre l'Allemagne (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png B: 2 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png espoirs: 4 sélections

 

1989/93 Chelsea (ANG) 120 matchs, 9 buts
(Championnat d'Angleterre: 89 matchs, 8 buts)
(Championnat d'Angleterre de D2: 1 match)
(Coupe d'Angleterre: 8 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 13 matchs, 1 but)
(Full Members Cup: 9 matchs)
1993/97 Blackburn Rovers (ANG) 154 matchs, 7 buts
(Championnat d'Angleterre: 129 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Angleterre: 8 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 10 matchs)
(Charity Shield: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1997/2003 Chelsea (ANG) 192 matchs, 7 buts
(Championnat d'Angleterre: 140 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Angleterre: 20 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue anglaise: 10 matchs, 1 but)
(Charity Shield: 1 match)
(Ligue des Champions: 4 matchs)
(Coupe des Coupes: 11 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
2003/05 Southampton (ANG) 47 matchs, 2 buts
(Championnat d'Angleterre: 44 matchs, 1 but)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 1 match, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
2012 Wembley FC (ANG)

 

Solide parcours dans les couloirs gauches britanniques durant les années 90, Graeme Le Saux a remporté un titre de champion d'Angleterre, a honoré 36 sélections avec la sélection anglaise et a disputé un huitième de finale de Coupe du Monde. Mais il est surtout connu pour autre chose: l’homme serait, selon la rumeur, gay. Dans les mémoires collectives, l’image assimilée demeure cette échange absurde avec Robbie Fowler le 27 février 1999 lors d'un Chelsea-Liverpool. Tout au long de la rencontre, l’attaquant de Liverpool va rabaisser le latéral de Chelsea sur sa supposée homosexualité. D’abord par un "lève-toi, pédé " après un tacle vigoureux du buteur vedette de LFC sur le défenseur des Blues puis en pointant à plusieurs reprises son postérieur juste devant Le Saux. "Mais je suis marié ", se défend-il face à Fowler, qui réplique dans la foulée: "Elton John l'était également, mon pote." C'en est trop pour Graeme qui envoie son coude dans la nuque de Robbie, ce qui conduira la FA à ouvrir une enquête sur l'incident. À l’arrivée, Le Saux s’est malgré tout bâti une superbe carrière. Issu de Saint-Hélier, à Jersey, la plus méridionale des îles britanniques, c’est sur ce bout de terre propice aux paysages de carte postale, au large des remparts de Saint-Malo, que grandit ce petit jeune au nom à consonance française. Repéré par Chelsea à l'âge de 18 ans, il commence avec les Blues à la fin de la saison 1988-89. Sa carrière décolle lorsqu'il signe dans le Blackburn dirigé par Kenny Dalglish, vainqueur de la Premier League en 1995 au nez et à la barbe de Manchester UTD, avant de poursuivre son aventure à Chelsea enfin comme un titulaire à part entière, aux cotés de Frank Lebœuf, Dennis WiseGianfranco Zola et Dan Petrescu. Deux fois nommé dans le onze de l’année du championnat anglais (1995 et 1998), le premier dans l’histoire des îles anglo-normandes à représenter les Three Lions se fait une place autour de David Beckham, Sol CampbellAlan Shearer & compagnie au Mondial 98. Il avait aussi une place pour l’Euro 96 à domicile jusqu’à ce qu’un tacle de Juninho Paulista ne l’éloigne des terrains au mauvais moment, lui qui avait inscrit un bijou contre le Brésil lors de l’Umbro Cup de 1995. Alors, question, Graeme Le Saux, pourtant marié à la ravissante Mariana avec laquelle il a eu deux enfants, aurait-il accompli une telle carrière s’il avait été réellement homosexuel? il le reconnaît dans son autobiographie: "Si un jour, un jeune footballeur homosexuel me demandait conseil sur comment aborder la question de sa sexualité dans le milieu du foot, j’aurais du mal à lui donner une réponse franche. Si tu veux réussir en tant que footballeur, mieux vaut taire le fait d’être gay. "

 

PALMARÈS


Vainqueur du Tournoi de France en 1997 (Angleterre)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1998 (Chelsea)

Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1998 (Chelsea)

Vainqueur de la Full Members Cup en 1990 (Chelsea)

Champion d'Angleterre en 1995 (Blackburn Rovers)

Vice-champion d'Angleterre en 1994 (Blackburn Rovers)

Vainqueur de la Coupe d'Angleterre en 2000 (finale non-jouée) (Chelsea)

Finaliste de la Coupe d'Angleterre en 2002 (Chelsea)

Vainqueur de la Coupe de la ligue anglaise en 1998 (Chelsea)

Vainqueur de la Charity Shield en 2000 (Chelsea)

Finaliste de la Charity Shield en 1994 et 1995 (Blackburn Rovers)

Champion d'Angleterre de D2 en 1989 (Chelsea)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé dans l'équipe type PFA de l'année du championnat d'Angleterre en 1995 et 1998

 

SOURCES/RESSOURCES


- Left Field, par Graeme Le Saux et le journaliste Oliver Holt, Harper Sport

- Photo: ©These Football Times


16/10/2021
0 Poster un commentaire

Ismael Urzaiz

Ismael Urzaiz.jpg
Ismael Urzáiz

 
Ismael Urzáiz Aranda
Né le 7 octobre 1971 à Tudela (ESP)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Attaquant, 1m88
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 25 sélections, 8 buts
(Matchs amicaux: 10 sélections, 2 buts)
(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)
(Qualif Euro: 6 sélections, 6 buts)
(Euro: 4 sélections)
 
1ère sélection : le 9 octobre 1996 contre la Rep. Tchèque (0-0)
Dernière sélection : le 28 février 2001 contre l'Angleterre (0-3)
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Olympique: 2 sélections
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png espoirs: 6 sélections, 1 but
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U20: 5 sélections, 4 buts
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U19: 9 sélections, 3 buts
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U18: 7 sélections, 6 buts
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U17: 1 sélection, 2 buts
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U16: 11 sélections, 5 buts
 Pays Basque: 8 sélections, 3 buts
 
1989/93 Castilla CF (ESP) 50 matchs, 13 buts
1990/93 Real Madrid (ESP) 2 matchs
(Coupe d'Espagne: 1 match)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 1 match)
1991/92 Albacete Balompié (ESP) (Prêt) 12 matchs, 1 but
(Championnat d'Espagne: 11 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
1993 Celta Vigo (ESP) (Prêt) 6 matchs, 1 but
1993/94 Rayo Vallecano (ESP) 26 matchs, 5 buts
(Championnat d'Espagne: 20 matchs, 1 but)
(Barrages: 3 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 3 matchs, 3 buts)
1994/95 Salamanque (ESP) 28 matchs, 6 buts
(Championnat d'Espagne de D2: 21 matchs, 3 buts)
(Barrages: 2 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Espagne: 5 matchs, 1 but)
1995/96 Espanyol Barcelone (ESP) 51 matchs, 15 buts
(Championnat d'Espagne: 41 matchs, 13 buts)
(Coupe d'Espagne: 10 matchs, 2 buts)
1996/2007 Athletic Bilbao (ESP) 419 matchs, 128 buts
(Championnat d'Espagne: 367 matchs, 115 buts)
(Coupe d'Espagne: 34 matchs, 12 buts)
(Ligue des Champions: 7 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 11 matchs)
2007/08 Ajax Amsterdam (HOL) 3 matchs
 
Solide attaquant, Ismael Urzaiz a été le canonnier de l'Athletic Bilbao durant une dizaine d'années. Pur produit de la Castilla, l’avant-centre basque signe son premier contrat professionnel en 1989 avec le Real Madrid. Laissé en réserve où il joue régulièrement, il ne parviendra jamais à s'imposer sous les couleurs de la Casa Blanca. Prêté à Albacete puis au Celta Vigo, les deux expériences ne seront pas concluante. Il se révèle chez le rival merengue, le Rayo Vallecano, puis bourlingue sans grand éclat à Salamanque puis à l’Espanyol Barcelone, avant de signer en 1996 à l'Athletic Bilbao, un club à la forte "spécificité culturelle", profitant d'un assouplissement des conditions de recrutement. Là, il devient un monstre tranquille. Son jeu de corps imposant et la qualité invraisemblable de son jeu de tête, servi par l'une des plus belles pattes ibériques, Julen Guerrero, en feront l'un des buteurs les plus réguliers de l'époque. Entre 1996 et 2007, il termine vice-champion d'Espagne avec Luis Fernandez en 1998 et participe malheureusement qu'une seule fois à la Ligue des Champions. Car niveau palmarès, il n'y a rien à se mettre sous la dent à part un titre de champion d'Europe des moins de 16 ans. International à 25 reprises (8 buts), il figure dans le groupe de la Roja pour l’Euro 2000. Sans succès. Il rejoint ensuite l'Ajax Amsterdam en 2007 et raccroche les crampons après une année de galère dans la cité ajacide à l'âge de 36 ans. Aujourd’hui, il possède une agence de joueurs de l’Athletic Bilbao et de la Real Sociedad, et devient par la même occasion ambassadeur de la Liga sur le plan international.
 
PALMARÈS
Champion d'Europe des moins de 16 ans en 1988 (Espagne)
Vice-champion d'Espagne en 1998 (Athletic Bilbao)
Vice-champion des Pays-Bas en 2008 (Ajax Amsterdam)
Champion d'Espagne de D3 en 1991 (Castilla CF)
 
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Txetxu Berruezo

07/10/2021
0 Poster un commentaire

Mohamed Kallon

Mohamed Kallon.jpg
Mohamed Kallon

 

Né le 6 octobre 1979 à Kenema (SRL)

 Sierra Leone.png Sierra-Léonais, Attaquant, 1m78

Surnom: "Small Kallon"

 

Sierra Leone.png 39 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 2 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 23 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 12 sélections, 4 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 7 janvier 1995 contre la Gambie (2-0)

Dernière sélection : le 8 septembre 2012 contre la Tunisie (2-2)

 

1994 Old Edwardians (SRL) 13 matchs, 4 buts
1994/95 Al-Tadamon (LIB) 24 matchs, 15 buts
1995 Spånga IS (SUE) 25 matchs, 15 buts
1995/97 Lugano (SUI) 18 matchs, 1 but
1995/99 Inter Milan (ITA)
1997 Bologne (ITA) (Prêt) 6 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie: 2 matchs)
(Coupe d'Italie: 4 matchs, 2 buts)
1997/98 Genoa (ITA) (Prêt) 26 matchs, 10 buts
1998/99 Cagliari (ITA) (prêt) 30 matchs, 7 buts
(Championnat d'Italie: 26 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 4 matchs, 1 but)
1999/2000 Reggina (ITA) 37 matchs, 14 buts
(Championnat d'Italie: 30 matchs, 11 buts)
(Coupe d'Italie: 7 matchs, 3 buts)
2000/01 Vicenza (ITA) 29 matchs, 8 buts
(Championnat d'Italie: 25 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Italie: 1 match)
2001/04 Inter Milan (ITA) 65 matchs, 20 buts
(Championnat d'Italie: 43 matchs, 14 buts)
(Coupe d'Italie: 3 matchs)
(Ligue des Champions: 8 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 11 matchs, 6 buts)
2004/07 AS Monaco (FRA) 64 matchs, 18 buts
(Championnat de France: 48 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 9 matchs, 4 buts)
2005/06 Al-Ittihad (ARS) (Prêt) 22 matchs, 12 buts
2008 AEK Athènes (GRE) 11 matchs, 3 buts
2008/09 Al-Sha'ab Sharjah (EAU) 4 matchs, 1 but
2009/10 FC Kallon (SRL) 11 matchs, 2 buts
2010 Shaanxi Chanba (CHN) 21 matchs, 7 buts
2011 Viva Kerala (IND)
2012/14 FC Kallon (SRL)

 

Ancien attaquant passé par l'Inter Milan et l'AS Monaco, Mohamed Kallon a alterné le bon et le moins bon tout au long de sa carrière de globe-trotteur. Rapide, puissant, doté d'un sens du but remarquable et d'une qualité de frappe assez exceptionnelle, l'ancien international sierra-léonais (35 sélections, 14 buts) n’a néanmoins jamais réussi à trouver de la stabilité dans les dix-huit clubs où il a bourlingué. Natif de Kenema en Sierra Leone, le petit Mohamed est l'avant-dernier d'une famille de sept enfants. Il semble prédisposé à jouer au football où ses qualités de vitesse et de buteur impressionnent déjà à l'époque. Talent précoce, il débute en Première division de Sierra Leone à l'âge de 14 ans! Mohamed Kallon.jpgEn 1994, pour sa première année en Première division sous les couleurs des Old Edwardians, Kallon inscrit 4 buts en 13 matchs de championnat. Des performances jamais vues pour un garçon de son âge et qui lui vaut un transfert à Al-Tadamon Sour, un club libanais. Un an plus tard, il découvre l'Europe en Suède, sous les couleurs de Spanga. Entre temps, le 22 avril 1995, Mohamed Kallon est devenu à l'âge de 15 ans, 6 mois et 18 jours le plus jeune joueur à inscrire un but lors d'un match international. C'était lors d'un match éliminatoire de Coupe d'Afrique face au Congo. Une ascension fulgurante qui lui permet de signer en 1995 à l'Inter Milan et d'enchaîner deux saisons en Suisse à Lugano en prêt. Finalement en 1997 et à tout juste 17 ans, le jeune buteur va découvrir une Italie dans laquelle il restera un long moment. Il enchaîne encore les clubs en prêt ou en co-propriété (Bologne, le Genoa, Cagliari, la Reggina et Vicenza) et finit par défendre les couleurs des Nerazzurri en 2001. Sous les ordres de l'entraîneur argentin Hector Cuper, il se fait une place aux côtés des VieriRonaldo et autre Recoba. Aux contacts de ces grands joueurs, Kallon progresse. Trois saisons durant, le jeune espoir laisse entrevoir quelques belles promesses mais sans vraiment réussir à convaincre. Pire, il est contrôlé positif à la nandrolone en 2004. Suspendu huit mois dans un premier temps, la sanction a ensuite été réduite à 6 mois. Et c'est fort logiquement qu'il quitte le club milanais, direction l'AS Monaco pour une somme avoisinant les 4 millions d'euros avec l'ambition de relancer sa carrière et gagner des titres. Mais la Ligue 1 ne lui réussit pas vraiment. Malgré quelques bons mouvements et surtout plusieurs buts décisifs, Kallon va peu à peu faire de moins en moins d’effort, entrant même en conflit avec son entraîneur de l'époque Didier Deschamps. Après un passage éclair par la case Al Ittihad en Arabie Saoudite, il finit par quitter le Rocher et s'envole pour l'AEK Athènes en 2007. C'est ici le début de la fin pour l'attaquant qui multiplie les expériences exotiques en passant successivement par Al Sha'ab Sharjah, Kallon FC (club qu'il a crée en 2002), et Shaanxi Zhongxin. Il raccroche les crampons en 2014 dans son club de Freetown dont il est accessoirement le président! Il devient ainsi le premier joueur professionnel de l'histoire à évoluer dans un club portant son nom. En effet, le joueur s'est lancé dans une aventure en 2002 avec le Kallon FC. Après avoir racheté pour 30 000 dollars les Sierra Fisheries, l'attaquant a donc pris le parti de lancer une école de football destinée à venir en aide aux jeunes de son pays et à leur donner une plus grande exposition. Une initiative remarquable, et qui porte ses fruits! Petit à petit, les espoirs issus de cette équipe se font une place de choix en Europe. Plus que son parcours de footballeur, Mohamed Kallon a réussi l'incroyable challenge de permettre à des dizaines de jeunes talents d'éclore peu à peu sur le Vieux continent. Cela mérite bien un sacré coup de chapeau.

 
PALMARÈS
Vainqueur de la Ligue des champions de l'AFC en 2005 (Al-Ittihad)
Vice-champion d'Italie en 2003 (Inter Milan)
Vice-champion de Grèce en 2008 (AEK Athènes)
Vice-champion de Sierra Leone en 2010, 2011 et 2012 (FC Kallon)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur de la ligue des champions de l'AFC en 2005 (Al-Ittihad) (6 buts)
À reçu l'Ordre de Rokel de la République de Sierra Leone en 2013
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©Jamie McDonald/Getty images
- 2ème photo: ©Strettoweb

06/10/2021
0 Poster un commentaire

Roger Claessen

Roger Claessens.jpg
Roger Claessen

 

Né le 27 septembre 1941 à Warsage (BEL)

Décédé le 3 octobre 1982 à Liège (BEL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png Belge, Attaquant, 1m81

Surnom: "Roger-la-honte"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png 17 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 2 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 20 mai 1961 contre la Suisse (1-2)

Dernière sélection : le 24 avril 1968 contre l'URSS (0-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png B: 4 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5038639_201508073926836.png U19: 7 sélections

 

1958/68 Standard de Liège (BEL) 226 matchs, 160 buts
(Championnat de Belgique: 177 matchs, 122 buts)
(Coupe de Belgique: 20 matchs, 16 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 8 matchs, 6 buts)
(Coupe des Coupes: 21 matchs, 16 buts)
1968/70 Alemannia Aachen (ALL) 46 matchs, 11 buts
(Championnat d'Allemagne: 44 matchs, 11 buts)
(Coupe d'Allemagne: 2 matchs)
1970/72 Beerschot VAV (BEL) 7 matchs, 3 buts
1972/74 Crossing Schaerbeek (BEL) 58 matchs, 2 buts
1974/77 RJS Bas-Oha (BEL) (entraîneur-joueur)

 

Idole immortelle du Standard des années 60, Roger Claessens était un attaquant mythique dont son visage christique et aviné incarne une fresque géante peinte sur les parois du stade de Sclessin, inaugurée un soir d’octobre 2004. Surnommé "Roger-la-honte", la réplique belge de George Best en moins bling-bling mais plus destroy était aussi spectaculaire que ingérable, dragueur invétéré, flambeur, amateur de poésie et polyglotte, cultivé et abonné au bistrot du coin où il allait boire des verres avec les supporters, roi des accidents de voiture, grand pote d'Eddy Merckx et Jacques Brel, il avait la réputation d'être une tête de mule mais a toujours été très lucide sur le foot-business que devenait ce sport à son époque: "Je n’ai jamais voulu être tributaire d’une forme de sport où, pour réussir, il faut brimer sa personnalité et son amour-propre. […] Je n’ai jamais eu envie de thésauriser comme le font ceux qui ne vivent que pour l’argent, sous prétexte d’assurer leur sécurité matérielle. Car, comme le dit ce vrai poète qu’était mon vieux copain Jacques Brel, cette sécurité-là est une forme de médiocrité de l’âme…Roger Claessens.jpgUn texte qui l'a rédigé lui-même pour la postface de sa biographie. Un emblème. Sur le terrain, ce personnage hors-du-commun était le joueur le plus influent et le plus généreux de son époque, parce qu’il en a toujours donné pour leur argent à ceux qui payaient pour le voir jouer, mais aussi parce qu’il avait le cœur sur la main, qu’il était d’une intelligence et d’une culture largement au-dessus de la moyenne. Le légendaire numéro 9 des Rouches avait tout: technique, vitesse, physique, sens du but, frappe de balle, ainsi qu’un jeu de tête phénoménal et une détente verticale impressionnante. Il fait ses premiers pas au Standard à l'âge de 17 ans en 1959. On le pensait définitivement lancé mais la confirmation se fait attendre. C'est pour l'exercice 1960-61 qui marque la véritable entame de carrière de celui qui allait devenir le Joueur du Siècle des Standardman. C'est lui qui propulse le club vers leur deuxième titre après un coude à coude homérique avec le voisin de Rocourt. L'année suivante, il hisse le Standard en demi-finale de la Coupe d'Europe des clubs champions (élimination face au Real Madrid). Il décroche un autre titre de champion de Belgique en 1963. Le gamin de Warsage brûle aussi les étapes sur le plan international. Il devient un buteur remarquable. Avec les Diables Rouges, Roger ne dispute pas toutes les rencontres en raison d’un nombre incalculable de suspensions et, surtout, de blessures. Car si c'est le début de la gloire pour Claessen, les ennuis débarquent également. En 1965, par exemple, lorsque le Standard effectue une tournée au Zaïre, il fait le mur tous les jours. Mais, pour s'amuser, Roger n'a pas besoin de quitter la Belgique, ni la cité Ardente... tous les bars lui sont familiers. El l'argent lui file entre les doigts. Roger adore aussi les voitures et la vitesse. C'est ainsi qu'il a des accidents de la route (en 1962, avec 3 semaines d'hôpital, et en 1963) et connaît aussi la prison à deux reprises. Alors que le Standard dispute le tournoi de Montréal dans le cadre de l'expo universelle, Roger fait une "fugue" de deux jours puis réapparaît dans le réfectoire bondé d'Allemands, de Mexicains, de Russes et d'Anglais, coiffé d'un chapeau sur lequel est brodé "Roger-la-Honte", nom d'un célèbre truand du début du 20ème siècle. Son plus beau fait d'armes reste probablement cette qualif pour les demi-finales de la Coupe des Coupes en 1967 face aux Hongrois de Vasas Györ, avec un bras cassé en écharpe, et du whisky pour se donner du courage, il marque le but synonyme de qualification avant d'amener le deuxième pour Jurkiewicz. En 1968, il termine co-meilleur buteur du championnat avec 20 réalisations (ex-aequo avec la vedette d'Anderlecht Paul Van Himst) et vient sans doute de réussir sa meilleure saison en ayant failli décrocher le "Soulier d'or belge". Il décide cependant de quitter Sclessin en pleine gloire alors qu'il n'a que 27 ans! La Bundesliga attire Roger Claessen. Le football allemand correspond bien à son tempérament offensif, bagarreur et spectaculaire. C'est une des raisons pour lesquelles Roger s'exile à Aix-la-Chapelle pour la saison 1968-1969. Son transfert rapporte 4,5 millions de francs au Standard, record absolu payé par un club allemand! Roger devient donc le joueur le plus cher d'outre-Rhin et le premier gros transfert belge à l'étranger si l'on excepte celui de Raymond Braine au temps des premiers balbutiements du plat pays. Il termine vice-champion en 1969 où des centaines de supporters liégeois se déplaçaient tous les quinze jours pour voir évoluer leur ex-enfant terrible… mais toujours chéri. En 1970, Roger rentre en Belgique, au Beerschot. C'est un véritable fiasco. Tout cela à cause d'une blessure mal soignée. En 1972, il joue au Crossing de Schaerbeeck. Un changement de direction au club en fin de saison et en toute dernière minute oblige Roger, en 24 heures, à trouver un autre club. Il se retrouve à Bas-Oha en troisième division. Il y reste trois années comme joueur-entraîneur avant de raccrocher définitivement les crampons. Il jouera encore parfois lors de rencontres de bienfaisance ou lors de ses passages en amateur à Saint-Vith (1ère Provinciale) et à Queue-du-Bois (2ème Provinciale). Footballeur plus que populaire, il a toujours été adulé du public qui lui pardonnait toutes ses incartades. Bon vivant au franc-parler sympathique mais parfois grossier, il a vécu à 100 à l'heure. Il s'est fait construire une villa à la Heydt. C'est là qu'il vivait avec sa femme et son fils. Il disparaît dans la nuit du 2 au 3 octobre 1982 à 41 ans à peine. Beaucoup trop tôt. Un suicide? C'est une version parmi tant d'autres, le sujet reste sensible en Belgique mais pour beaucoup l'hypothèse la plus plausible. Personnage brin tragique, et à bien des égards resté secret assurément, Roger Claessens reste à tout jamais un monument du football belge.

 

PALMARÈS


Champion de Belgique en 1961 et 1963 (Standard Liège)

Vice-champion de Belgique  en 1962 et 1965 (Standard Liège)

Vice-champion d'Allemagne en 1969 (Alemannia Aachen)

Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1966, 1967 (Standard Liège) et 1971 (Beerschot VAV)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Coupe des Coupes en 1967 (10 buts) (Standard Liège)

Meilleur buteur du championnat de Belgique en 1968 (20 buts) (Standard Liège)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Christian Hubert - journaliste à la DH/Les Sports et auteur du livre "Roger la Honte"

- Hall of Fame du Standard de Liège - Claude Henrot

- 1ère photo: ©Harry Pot/Anefo/National Archief

- 2ème photo: ©Standard Liège


06/10/2021
1 Poster un commentaire

Colin Grainger

Colin Grainger.jpg
Colin Grainger

 

Né le 10 juin 1933 à Havercroft (ANG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png Anglais, Ailier gauche, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png 7 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 4 sélections, 3 buts)

(British Home Championship: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 9 mai 1956 contre le Brésil (4-2)

Dernière sélection : le 6 avril 1957 contre l'Écosse (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png The Football League XI: 2 sélections, 1 but

 

1950/53 Wrexham (ANG) 5 matchs
1953/57 Sheffield United (ANG) 95 matchs, 27 buts
(Championnat d'Angleterre: 67 matchs, 14 buts)
(Championnat d'Angleterre de D2: 21 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Angleterre: 7 matchs, 1 but)
1957/60 Sunderland (ANG) 124 matchs, 14 buts
(Championnat d'Angleterre: 43 matchs, 5 buts)
(Championnat d'Angleterre de D2: 77 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Angleterre: 4 matchs)
1960/61 Leeds United (ANG) 43 matchs, 6 buts
(Championnat d'Angleterre: 41 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
1961/64 Port Vale (ANG) 49 matchs, 8 buts
(Championnat d'Angleterre de D3: 39 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Angleterre: 10 matchs, 2 buts)
1964/66 Doncaster Rovers (ANG) 40 matchs, 3 buts
1966 Macclesfield Town (ANG) 3 matchs
1969/72 Newmillerdam (ANG) (entraîneur-joueur)
1972/78 Woolley Miners Welfare (ANG)

 

Colin Grainger est la seule personne au monde à avoir partagé le vestiaire de Stanley Matthews... et celui des Beatles. À la fin des années 50, et au début des sixties, il était aussi à l’aise à Wembley que sur la scène du London Palladium. Ce mélange de Robbie Williams et de Ryan Giggs débute sa carrière à Wrexham avant d'être vite transféré à Sheffield UTD, ce dernier ayant mis £2500 sur la table pour s’attacher ses services. Joueur talentueux, il est vite considéré comme "le joueur le plus rapide au monde." En 1956, il fait même ses débuts en sélection dans un Wembley bondé. Pas moins de 100 000 personnes avaient fait le déplacement dans le nord de Londres pour voir l’Angleterre affronter le Brésil, futurs champions du monde. Colin Grainger.jpgLes Three Lions l’emportent 4 buts à 2, grâce à deux buts de Grainger. "L’atmosphère à Wembley était incroyable, se souvient-il. C’était le rêve de chaque joueur de se trouver là." D’autant plus qu’il se trouvait en bonne compagnie. "J’avais du mal à croire que j’allais jouer avec Stanley Matthews. C’est le meilleur joueur de tous les temps. Il était entouré de cette aura que ne possèdent que les grands, comme Muhammad Ali ou Tiger Woods, et c’était un vrai gentleman." C'est pendant l’un de ses regroupements internationaux que ses talents vocaux sont reconnus. "J’ai commencé à chanter grâce aux films d’Al Jolson. Je pouvais l’imiter parfaitement. Lors d’un banquet avec la sélection, Nat Lofthouse monte sur scène et annonce à l’équipe que j’allais chanter, ce que j'ai fait. À mon retour à Sheffield, toute la ville était au courant. J'allais bientôt remplir le Sheffield Empire." En effet, il se retrouve quelques semaines plus tard sur la scène au sein de l’orchestre américain The Hilltoppers. L’orchestre lui propose ensuite de l’accompagner en tournée pour 5000 £ par an, soit cinq fois son salaire de footballeur. La tentation est grande, mais notre homme est casanier et refuse la proposition. L'attaquant poursuit sa carrière à Sunderland en 1957, puis à Leeds United en 1960, sans que sa gloire pop ne se tarisse en aucun cas. Il a son propre fan club. Ces concerts lui rapportent £100 par soirée, soit beaucoup plus que sa paie de footballeur estimée à £20 par semaine. "C’était fou. Je recevais des dizaines de lettres de filles et commençais à apparaitre à la télévision " se souvient-il. "J’avais un contrat avec HMV, j'ai joué au London Palladium et j'ai enregistré deux albums." Si on le voit encore foulé les terrains à Port Vale puis au Doncaster Rovers, il partage également l’affiche d’un jeune groupe de Liverpool en 1963: les Beatles. "Ils venaient juste de sortir leur premier tube, et je savais qu’ils deviendraient énormes. Quand je suis rentré dans le vestiaire, Ringo était à genoux en train de jouer avec des voitures miniatures." S’il ne pouvait choisir qu’une profession? "J’ai joué au football jusqu’à 40 ans, mais je choisirai le chant. On peut le faire éternellement." En effet, s’il a depuis longtemps raccroché les crampons, il sort ensuite régulièrement un nouvel album. Colin s’est ensuite reconverti dans la vente, un vrai métier qui lui assurait des revenus plus réguliers. En octobre 2019, il publie son autobiographie “The Singing Winger”. "J’étais beaucoup plus nerveux avant un concert qu’avant un match, expliquera l’ailier chantant. Au foot, j’étais un homme parmi onze. Dans la musique, j’étais seul face au public."

 

PALMARÈS


Vainqueur du British Home Championship en 1957 (Angleterre)

Vainqueur du championnat d'Angleterre de D4 en 1966 (Doncaster Rovers)

 

SOURCES/RESOURCES


- extrait d'interview de Four Four Two sorti en février 2006

- 1ère Photo: ©Popperfoto/Getty images

- 2ème photo: ©The FA


04/10/2021
0 Poster un commentaire