FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Yoo Sang-Chul

Yoo Sang-Chul.jpg
Yoo Sang-Chul

 

유상철

Né le 18 octobre 1971 à Séoul (CRS)

Décédé le 7 juin 2021 à Séoul (CRS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png Sud-Coréen, Milieu central, 1m84

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png 120 sélections, 18 buts

(Matchs amicaux: 64 sélections, 8 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 18 sélections, 3 buts)

(Coupe du Monde: 10 sélections, 2 buts)

(Coupe d'Asie des Nations: 8 sélections)

(Jeux asiatiques: 8 sélections, 3 buts)

(Coupe d'Asie de l'Est: 3 sélections, 1 but)

(Gold Cup: 2 sélections)

(Coupe des Confédérations: 3 sélections, 1 but)

(Dynasty Cup: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 11 septembre 1994 contre l'Ukraine (1-0)

Dernière sélection : le 3 juin 2005 contre l'Ouzbékistan (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png non-officiel: 6 sélections

 : 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png Olympique: 8 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png U19: 6 sélections, 1 but

 

1990/93 Konkuk University (CRS)
1994/98 Ulsan Hyundai (CRS) 105 matchs, 24 buts
(Championnat de Corée du Sud: 75 matchs, 21 buts)
(Coupe de la ligue sud-coréenne: 30 matchs, 3 buts)
1999/2000 Yokohama F. Marinos (JAP) 59 matchs, 29 buts
(Championnat du Japon: 44 matchs, 24 buts)
(Coupe du Japon: 6 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue japonaise: 9 matchs; 4 buts)
2001/02 Kashiwa Reysol (JAP) 34 matchs, 14 buts
(Championnat du Japon: 33 matchs, 14 buts)
(Coupe du Japon : 1 match)
2002/03 Ulsan Hyundai (CRS) 18 matchs, 12 buts
2003/04 Yokohama F. Marinos (JAP) 48 matchs, 7 buts
(Championnat du Japon: 36 matchs, 6 buts)
(Coupe du Japon: 3 matchs)
(Coupe de la ligue japonaise: 5 matchs)
(Ligue des champions asiatiques: 4 matchs, 1 but)
2005/06 Ulsan Hyundai (CRS) 19 matchs, 1 but
(Championnat de Corée du Sud: 13 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue sud-coréenne: 6 matchs)
 
Joueur star des années 1990 et 2000 et membre de la génération 2002, Yoo Sang-chul était une figure du football sud-coréen. Très polyvalent, ce joueur combatif à la lecture du jeu au-dessus de la moyenne a effectué toute sa carrière en Asie, oscillant entre le Japon et la Corée du Sud. Le point culminant de sa carrière est cette Coupe du Monde 2002 à domicile où les Sud-Coréens ont atteint les demi-finales. Sous la houlette de Guus Hiddink, Le milieu de terrain ratisseur de ballons a participé activement à cette belle campagne puisqu'il a inscrit l’un des deux buts de la Corée du Sud contre la Pologne en phase de groupes (2 buts à 0), avant d'éliminer l'Italie (2 buts à 1), puis l'Espagne aux tirs au but (0-0, 5 tab à 3). La Corée du Sud avait ensuite échoué contre l'Allemagne (défaite 1 but à 1) en demi-finale, puis contre la Turquie (perdu 3 buts à 2) dans le match pour la troisième place du Mondial. Ses performances sont saluées par une place dans l'équipe type de la compétition. Au total, il compte 120 sélections avec les Guerriers Taegeuk, faisant de lui l'un des joueurs les plus capés du pays. Et dire que la carrière de Yoo Sang-chul aurait pu tourner court. En 2010, il dévoile dans la presse qu'il est pratiquement aveugle de l'œil gauche. Atteint d’une maladie génétique diagnostiquée trop tard, il n'a pas pu suivre de traitement ou bien subir d'intervention chirurgicale et a donc dû jouer avec une gêne visuelle notamment la nuit. En 2006, après une dernière année compliquée, il met un terme à sa riche carrière de footballeur qui l’aura vu devenir une icône pour toute une génération et l’un des plus grands joueurs de l’histoire de la Corée du Sud. Il était devenu ensuite l’entraîneur de Daejeon Citizen et d’Incheon United jusqu’en 2019, date à laquelle on lui a décelé un cancer du pancréas qui lui a été fatal le 7 juin 2021. Il avait 49 ans.
 
PALMARÈS
4ème de la Coupe du Monde en 2002 (Corée du Sud)
3ème de la Coupe d'Asie des nations en 2000 (Corée du Sud)
4ème de la Gold Cup en 2002 (Corée du Sud)
Vainqueur de la Coupe d'Asie de l'Est en 2003 (Corée du Sud)
Vainqueur des Jeux Asiatiques de l'Est de Shanghai en 1993 (Corée du Sud)
Médaille d'argent de l'Universiade de Buffalo en 1993 (Corée du Sud)
Vainqueur du Championnat d'Asie des moins de 19 ans en 1990 (Corée du Sud)
Vainqueur de la Coupe des champions de l'A3 en 2006 (Ulsan Hyundai)
Finaliste de la Coupe des champions de l'A3 en 2004 (Yokohama F Marinos)
Champion du Japon en 2003 et 2004 (Yokohama F Marinos)
Vice-champion du Japon en 2000 (Yokohama F Marinos)
Champion de Corée du Sud en 1996 et 2005 (Ulsan Hyundai)
Vice-champion de Corée du Sud en 2002 et 2003 (Ulsan Hyundai)
Finaliste de la Coupe de Corée du Sud en 1998 (Ulsan Hyundai)
Vainqueur de la Coupe de la ligue sud-coréenne en 1995 et 1998 (Ulsan Hyundai)
Vainqueur de la Supercoupe de Corée du Sud en 2006 (Ulsan Hyundai)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur joueur de la Coupe d'Asie de l'Est en 2003 (Corée du Sud)
Meilleur buteur du championnat de Corée du Sud en 1998 (14 buts) (Ulsan Hyundai)
Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 2002
Nommé dans l'équipe type asiatique de l'année en 1998
Nommé dans l'équipe type du championnat de Corée du Sud en 1994, 1998 et 2002
 
SOURCES/RESSOURCES
Yoo Sang-chul : une légende s'en est allée - Lucarne opposée
- Photo: ©YonHapNews

12/06/2021
0 Poster un commentaire

Ramon Diaz

Ramon Diaz.jpg
Ramón Díaz

 

Ramón Ángel Díaz

Né le 29 août 1959 à La Rioja (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant, 1m73

Surnom: El Pelado

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 22 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 18 sélections, 9 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 12 septembre 1979 contre la RFA (1-2)

Dernière sélection : le 2 juillet 1982 contre le Brésil (1-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png espoirs: 1 sélection, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png U20: 11 sélections, 13 buts

 

1978/81 River Plate (ARG) 136 matchs, 64 buts
(Championnat d'Argentine: 123 matchs, 57 buts)
(Copa Libertadores: 13 matchs, 7 buts)
1982/83 SSC Naples (ITA) 38 matchs, 8 buts
(Championnat d'Italie: 25 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 9 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 2 buts)
1983/86 Avellino (ITA) 92 matchs, 24 buts
(Championnat d'Italie: 78 matchs, 22 buts)
(Coupe d'Italie: 14 matchs, 2 buts)
1986/88 Fiorentina (ITA) 67 matchs, 22 buts
(Championnat d'Italie: 53 matchs, 17 buts)
(Coupe d'Italie: 12 matchs, 5 buts)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1988/89 Inter Milan (ITA) 43 matchs, 15 buts
(Championnat d'Italie: 33 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Italie: 7 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs, 2 buts)
1989/91 AS Monaco (FRA) 78 matchs, 29 buts
(Championnat de France: 60 matchs, 24 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 7 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 2 buts)
1991/93 River Plate (ARG) 67 matchs, 30 buts
(Championnat d'Argentine: 52 matchs, 27 buts)
(Copa Libertadores: 5 matchs, 1 but)
(Supercopa Sudamericana: 10 matchs, 2 buts)
1993/95 Yokohama Marinos (JAP) 90 matchs, 59 buts
(Championnat du Japon: 75 matchs, 52 buts)
(Coupe du Japon: 15 matchs, 7 buts)
 
Attaquant argentin formé à River Plate, Ramon Diaz a fait une grosse partie de sa carrière en Italie avant de rejoindre l’AS Monaco en 1989 pour seconder Mark Hateley. Surnommé "El Pelado" ("le tondu"), par opposition à la bande de chevelus argentins de l’époque, il ne jouera que la Coupe du Monde 1982, avant de disparaître bizarrement de la sélection. Joueur de classe, racé et intelligent, il était capable de marquer et de faire marquer. Après des débuts à River Plate à partir de 1978, le natif de La Rioja s’affirme assez vite comme un bon attaquant, efficace et adroit. Révélé lors du championnat du Monde des moins de 20 ans en 1979, où il a formé un duo infernal avec Diego Maradona, il remporte quatre titres de champion d'Argentine. À l’été 1982, Ramon s’envole pour l’Italie où il rejoint les rangs de Naples. A l’ombre du Vésuve, il n'honore pas une saison vraiment volcanique. 3 buts en 25 matchs de Série A, c’est trop peu pour honorer la légende du goleador argentin. Dépassé physiquement, pas à l’aise face au Catenaccio encore très en vogue, il a beaucoup de mal à s’adapter au jeu italien. Le transfert fait donc flop et Ramon se voit refourgué à l’US Avellino. Ramon Diaz.jpgLe modeste club de Campanie avait réussit à monter en D1 à la fin des années 70 et à se maintenir plusieurs saisons grâce à un bon centre de formation, de bonnes idées et une bonne cellule de recrutement, capable de relancer des bons joueurs en perdition. Ramon retrouve donc du plaisir à jouer et par conséquent le chemin des filets. C’est au cours de sa troisième saison avec Avellino qu’il réalisera son meilleur exercice, avec 10 buts. Devenu un honnête joueur du Calcio, il est alors recruté par la Fiorentina. Pour sa première année, Ramon fera une assez bonne saison avec 10 pions. La seconde sera dans la même veine. Bien installé dans le championnat, il rejoint la légion étrangère de l’Inter Milan où il retrouve un peu son Argentine natale, avec sa colonie germanique (Brehme et Matthäus). Sous les ordres de Giovanni Trapattoni, l’Inter termine champion (le dernier titre avant une très longue traversée du désert). Associé à Aldo Serena, Ramon Diaz multiplie les prestations de haut vol et contribue largement au succès de son équipe avec 12 réalisations. Alors à son apogée, le lutin argentin va quitter le club pour faire de la place à Jürgen Klinsmann. L’AS Monaco le fait venir sur le Rocher pour l’associer à l’attaquant vedette du club, Mark Hateley. Offensivement les rouge et blanc font assez peur avec Youssouf Fofana, aka "Monsieur je veux dribbler", George Weah mais également José Touré, un peu en fin de carrière. Malgré cet effectif alléchant, Monaco ne parviendra pas à faire mieux que 3ème, à 7 points de l’OM et 5 de Bordeaux. Pourtant Ramon Diaz est en pleine bourre, avec 15 buts. La saison suivante sera marqué par la grande lessive: Youri DjorkaeffFranck Sauzée, Gérald Passi et Rui Barros viennent renforcer le milieu de terrain et Mark Hateley, auteur d’une dernière saison minée par les blessures, rentre chez lui. Monaco disputera le titre jusqu’au bout contre l’OM mais s'inclinera finalement. En revanche, le club prendra sa revanche en Coupe face à l'ogre marseillais. En finale, Monaco arrache le trophée au bout du temps règlementaire. Sur une passe lumineuse de Ramon Diaz, Gérald Passi trompe Pascal Olmeta d’une fantastique frappe de 30 mètres qui termine sa course en pleine lucarne… Ramon Diaz, qui a déjà 32 ans, sent que les jeunes pousses monégasques, et le "Snake" en tête, représentent une menace… Il décide donc de rentrer chez lui. Revenu à River Plate, il remporte le championnat d’ouverture dès son arrivée, dernier fait d’arme notable d’une belle carrière. Après deux ans avec les "Milionarios", il part au Japon, histoire de se faire plaisir. En l’espace de trois saisons, il va planter 52 buts, finir une fois dans l'équipe type du championnat et s'offrir le titre de meilleur buteur de J-League en 1993!! Côté Albiceleste, il est sélectionné pour le Mondial 1982 mais loupe ceux de 1986 et 1990. Il n'est pas du goût du sélectionneur Carlos Bilardo, qui manque pourtant de forces vives aux avant-postes pour épauler "El pibe de Oro". L'entraîneur qui revendique l'invention du 3-5-2 lui préfère, par exemple, Jorge Valdano, notamment pour des choix tactiques. Mais une autre raison est invoqué par la presse argentine: un veto posé par Maradona. Pourquoi? parce que les Nerazzurri que Diego a toujours détesté avait remporté le scudetto aux dépens de Naples lors de la saison 1988-1989. Mais celui-ci démentira quelques années plus tard, indiquant qu'il avait au contraire recommandé Ramon Diaz à Bilardo. Bref, le mystère demeure... Par la suite, il fera le choix d’une carrière d’entraîneur, comme beaucoup.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde des moins de 20 ans en 1979 (Argentine)
Champion d'Italie en 1989 (Inter Milan)
Vice-champion de France en 1991 (AS Monaco)
Champion d'Argentine en 1979 (Met.), 1979 (Nac.), 1980 (Met.), 1981 (Nac.) et 1991-1992 (Ap.) (River Plate)
Vice-champion d'Argentine en 1978 (Nac.) (River Plate)
Champion du Japon en 1995 (Yokohama Marinos)
Vainqueur de la Coupe de France en 1991 (AS Monaco)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
2ème Meilleur joueur Sud-Américain de l'année en 1991
Meilleur buteur du championnat d'Argentine en 1991 (Ap.) (14 buts) (River Plate)
Meilleur buteur du championnat du Japon en 1993 (28 buts) (Yokohama Marinos)
Nommé dans l'équipe type sud-américaine de l'année en 1991
Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat du Japon en 1993
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©Icon Sport
- 2ème photo: ©DR

09/06/2021
0 Poster un commentaire

Darren Anderton

Darren Anderton.png
Darren Anderton

 

Darren Robert Anderton

Né le 3 mars 1972 à Southampton (ANG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png Anglais, Ailier droit, 1m85

Surnom: "Sicknote"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png 30 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 14 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 3 sélections)

(Euro: 5 sélections)

(Coupe Umbro: 3 sélections, 2 buts)

(Tournoi Hassan II: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 9 mars 1994 contre le Danemark (1-0)

Dernière sélection : le 10 novembre 2001 contre la Suède (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png espoirs: 12 sélections, 5 buts

 

1990/92 Portsmouth (ANG) 77 matchs, 13 buts
(Championnat d'Angleterre de D2: 62 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Angleterre: 8 matchs, 5 buts)
(Coupe de la ligue anglaise: 5 matchs, 1 but)
(Full Members Cup: 2 matchs)
1992/2004 Tottenham Hotspur (ANG) 358 matchs, 48 buts
(Championnat d'Angleterre: 299 matchs, 34 buts)
(Coupe d'Angleterre: 28 matchs, 6 buts)
(Coupe de la ligue anglaise: 31 matchs, 8 buts)
2004/05 Birmingham City (ANG) 24 matchs, 3 buts
(Championnat d'Angleterre: 20 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs)
2005/06 Wolverhampton Wanderers (ANG) 26 matchs, 2 buts
(Championnat d'Angleterre de D2: 24 matchs, 1 but)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 1 match, 1 but)
2006/08 Bournemouth (ANG) 78 matchs, 13 buts
(Championnat d'Angleterre de D3: 48 matchs, 9 buts)
(Championnat d'Angleterre de D4: 18 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 4 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs)
(Football League Trophy: 6 matchs, 1 but)
 
Darren Anderton connaît Tottenham comme sa poche puisque l'ancien international anglais a joué plus de 300 matchs toutes compétitions confondues pour les Spurs entre 1992 et 2004. Formé à Portsmouth, le jeune garçon rejoint le club du Nord de Londres à l'âge de 20 ans. Ailier droit anglais de grande classe, il devient rapidement le grand espoir du football Albion. En 1995, Manchester United fait de Darren sa priorité pour son prochain mercato estival histoire de former un trident infernal avec Ryan Giggs et Eric Cantona. Finalement, il décide de prolonger son aventure Londonienne et brille au milieu des Nineties aux côtés de Teddy SheringhamDavid Ginola et (brièvement) Jürgen Klinsmann. Malheureusement sa chance a tourné. Un certain David Beckham fait son apparition sur l'aile droite des Red Devils et prend sa place tout en haut des charts anglais... Préféré dans un premier temps au Spice Boy en équipe d'Angleterre, celui qui a failli inscrire le premier but en or de l'histoire et par la même occasion envoyer les Three Lions en finale de leur Euro 1996 perd progressivement sa place au fil de ses nombreuses blessures à répétition qui empêcheront de montrer tout l'étendu de son talent (cruellement surnommé "sicknote" alias "certificat médical"). Il quitte finalement Tottenham en 2003 pour Birmingham (2004) puis Wolverhampton (2005) avant de raccrocher les crampons à Bournemouth en Division One...
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe de la Ligue Anglaise en 1999 (Tottenham Hotspur)
Finaliste de la Coupe de la Ligue Anglaise en 2002 (Tottenham Hotspur)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu joueur de l'année de Tottenham Hotspur en 1993
Élu joueur de l'année de Portsmouth en 1992
Intronisé au Hall of Fame de Tottenham Hotspur
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Matthew Ashton/EMPICS

09/06/2021
0 Poster un commentaire

Edinho

Edinho.jpg
Edinho

 

Edino Nazareth Filho

Né le 5 juin 1955 à Rio de Janeiro (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Défenseur central, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 45 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 23 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 1 but)

(Copa America: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 9 mars 1977 contre la Colombie (6-0)

Dernière sélection : le 21 juin 1986 contre la France (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Olympique: 18 sélections, 1 but

 

1975/82 Fluminense (BRE) 88 matchs, 11 buts
1982/87 Udinese (ITA) 138 matchs, 22 buts
1987/88 Flamengo (BRE) 11 matchs
1988/89 Fluminense (BRE) 27 matchs, 3 buts
1989/90 Grêmio (BRE) 8 matchs, 1 but
 
Défenseur central brésilien et idole de Fluminense, Edinho a fait partie de la mythique "Maquina Tricolor", la grande équipe du "Flu" double championne carioca en 1975 et 1976, aux côtés des Rivelino, Carlos Alberto TorresDirceu... Une véritable "Dream Team"! Après un troisième championnat carioca remporté en 1980, il débarque en Italie à l'Udinese en 1982 où il est rejoint un peu plus tard par Zico. Ce stoppeur puissant et technique reste cinq ans sur la Botte avant de rentrer au Brésil, d'abord chez le grand rival Flamengo puis de nouveau au Fluminense et enfin à Grêmio où il raccroche les crampons en 1990 à l'âge de 35 ans. Avec l'une des plus belles générations de la Seleção, il dispute trois Coupes du Monde et une Copa America, mais sans parvenir à étoffer son palmarès. Il a également participé aux Jeux olympiques de Montréal en 1976.
 
PALMARÈS
3ème de la Coupe du Monde en 1978 (Brésil)
4ème des Jeux Olympiques de Montréal en 1976 (Brésil)
Vainqueur des Jeux Panaméricains de Mexico en 1975 (Brésil)
Finaliste du Mundialito en 1980 (Brésil)
Vainqueur de la Coupe du Brésil en 1989 (Grêmio)
Vainqueur du Championnat de Rio en 1975, 1976 et 1980 (Fluminense)
Finaliste du Championnat de Rio en 1979 (Fluminense)
Vainqueur du Championnat du Rio Grande do Sul en 1989 (Grêmio)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Bola De Prata en 1982
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©DR

08/06/2021
0 Poster un commentaire

Stefano Eranio

Stefano Eranio.jpg
Stefano Eranio

 

Né le 29 décembre 1966 à Gênes (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Milieu droit, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 20 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 9 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 22 décembre 1990 contre Chypre (4-0)

Dernière sélection : le 29 mars 1997 contre la Moldavie (3-0)

 

1984/92 Genoa (ITA) 250 matchs, 14 buts
(Championnat d'Italie: 86 matchs, 6 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 126 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Italie: 29 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs)
1992/97 Milan AC (ITA) 140 matchs, 12 buts
(Championnat d'Italie: 98 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 15 matchs, 3 buts)
(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 16 matchs, 1 buts)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 2 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
1997/2001 Derby County (ANG) 97 matchs, 7 buts
(Championnat d'Angleterre: 95 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 1 match)
2002/03 Pro Sesto (ITA) 15 matchs, 1 but
 
Stefano Eranio, c’est dix-sept ans au Genoa et cinq saisons dans le grand Milan AC, sans oublier une expérience très réussie à Derby County. Convoqué à vingt reprises avec la Nazionale, il a été trois fois champion d'Italie et a perdu avec le club lombard la finale de la Ligue des Champions en 1993 contre l'Olympique de Marseille. Après avoir tenté une reconversion en tant qu’entraîneur, l'ancien milieu incontournable des années 90 s'était essayé au métier de consultant. Mais il été limogé après avoir dit que les joueurs "de couleur" jouaient moins bien quand il fallait "réfléchir".
 
PALMARÈS
Finaliste de la Ligue des champions en 1993 (Milan AC)
Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1994 (Milan AC)
Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 1993 (Milan AC)
Champion d'Italie en 1993, 1994 et 1996 (Milan AC)
Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 1993 et 1994 (finale non-jouée) (Milan AC)
Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 1996 (Milan AC)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Calcissimo

07/06/2021
0 Poster un commentaire