Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Alim Ben Mabrouk

Alim Ben Mabrouk.jpg
Photo: ©Onze

 

Alim Ben Mabrouk

 

Abdelhalim Benmabrouk (عبد الحميد حليم بن مبروك)

Né le 25 juin 1960 à Lyon (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png Algérien, Milieu défensif, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png ? sélections

 

1979/81 AS Saint-Priest (FRA) 39 matchs, 10 buts
1981/82 Paris FC (FRA) 22 matchs, 1 but
1982/90 RC Paris (FRA) 232 matchs, 20 buts
(Championnat de France: 127 matchs, 9 buts)
(Championnat de France de D2: 79 matchs, 9 buts)
(Coupe de France: 26 matchs, 2 buts)
1990/91 Bordeaux (FRA) 19 matchs, 1 but
(Championnat de France: 17 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
1991/93 Olympique Lyonnais (FRA) 15 matchs
(Championnat de France: 13 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1992/93 Olympique Lyonnais B (FRA) 7 matchs

 

Milieu récupérateur infatigable, Alim Ben Mabrouk est un joueur emblématique du Racing Club de Paris.

 

Né dans la banlieue lyonnaise, il grandit à Vénissieux au sein du quartier des Minguettes, en même temps qu'un certain Luis Fernandez. Devenu très proche, ils vont apprendre les rudiments du foot dans le club local avant d'être formé à la célèbre école de l'AS Saint-Priest. Recalé par l'OL, c'est dans la capitale que Alim réalisera l'essentiel de sa carrière, sans jamais porter les couleurs du Paris SG. En effet, il signe un contrat avec le Paris-FC avant que celui-ci ne fusionne avec le Racing, repris par l’homme d’affaires Jean-Luc Lagardère ambitieux de faire un second grand club à Paris. Une formation qui se transforme au fil des années en équipe cinq étoiles avec Pierre LittbarskiMaxime BossisEnzo FrancescoliPascal Olmeta ou encore son ami d'enfance Luis Fernandez. Milieu physique et combatif, l'homme aux trois poumons et au mental d'acier dispute huit saisons pleines jusqu'à la chute des Ciel et Blanc, participant à sa dernière épopée en Coupe de France en 1990 avec l'élimination de Bordeaux et Marseille avant de chuter en finale face à Montpellier. Le Matra n'arrivera jamais à avoir les résultats escomptés, le projet démesuré se termine sur une relégation. Parti une saison aux Girondins de Bordeaux, le guerrier au crâne chauve raccroche les crampons dans son club de cœur l’Olympique Lyonnais, là où il idolâtrait plus petit les ChiesaLacombe et autre Di Nallo. Au total, le Gone des Minguettes aura disputé près de 300 rencontres au niveau professionnel. International algérien, il dispute avec les Vert les trois rencontres du Mondial au Mexique en 1986, éliminé dès le premier tour de la compétition. Depuis la fin de sa carrière de joueur, il exerce toujours dans le milieu du ballon rond.

 

PALMARÈ

 

Finaliste de la Coupe de France en 1990 (Racing Club de Paris)

Champion de France de D2 en 1986 (Racing Club de Paris)


06/12/2022
0 Poster un commentaire

Luigi Martini

Luigi Martini.png
Photo: ©DR

 

Luigi Martini

 

Né le 15 juin 1949 à Capannori (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, défenseur droit, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 1 sélection

(Match amical: 1 sélection)

 

1ère et dernière sélection : le 29 décembre 1974 contre la Bulgarie (0-0)

 

1966/68 Lucchese (ITA) 33 matchs
1968/69 Sienne (ITA) 34 matchs, 2 buts
1969/71 Livourne (ITA) 63 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie de D2: 55 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 8 matchs, 1 but)
1971/79 Lazio Rome (ITA) 249 matchs, 10 buts
(Championnat d'Italie: 199 matchs, 7 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 34 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 39 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs)
1979 Chicago Sting (USA) 7 matchs
1981 Toronto Blizzard (CAN) 14 matchs
 
Membre éminent de la Lazio championne d'Italie en 1974, Luigi Martini était un véritable guerrier dans son couloir comme dans le vestiaire.
 
Originaire de Toscane, il effectue ses débuts dans le monde du foot dans sa région, à Lucchese puis à Sienne. En 1971, il rejoint la Lazio qui évolue alors en Série B. À 22 ans, il contribue grandement à la montée du club romain en première division. Repositionné en arrière latéral par son coach Tommaso Maestrelli, il devient un des patrons de vestiaire. Ouvertement partisan du MSI (le parti post-fasciste), il participe amplement au mythe de la Lazio politisée (alors que la plupart des autres joueurs jouaient la provoc mais ne l'étaient pas en réalité). Vainqueur de la Série A en 1974, il se casse la clavicule le jour du titre et agonise seul dans le vestiaire avant d'être transférer à l'hôpital pendant que les autres fête la victoire. Toujours habillé avec la tenue biancoceleste, il demande à un membre du staff de récupérer ses vêtements. Seul joueur à débarquer dans sa chambre, le portier Felice Pulici. Heureux de le voir, il lui annonce qu'il est seulement venu pour récupérer ... ses chaussures, qui ont été échangés par confusion. Incroyable. Voilà l'histoire d'une équipe qui se détestait entre eux. Luigi Martini, Luciano Re Cecconi d’un côté, Pino Wilson et bien sûr la vedette Giorgio Chinaglia de l’autre, des têtes brulés se méfiant les uns des autres. Il était strictement interdit de laisser ses affaires dans la moitié du clan rival, ni même de mettre un pied du mauvais côté du vestiaire sous peine de bagarre générale. Pour éviter ce genre de désagrément en Nazionale, il n'est pas sélectionné pour la Coupe du Monde en 1974 alors que la Squadra Azzurra lui tendait les bras. Après la disparition de son meilleur ami Re Cecconi en 1977, il décide carrément d'abandonner le foot à seulement 29 ans. Si il joue pour le plaisir en NASL, il passe entre-temps son brevet de pilote et intègre la compagnie aérienne d'Alitalia. Par la suite, il deviendra député durant deux mandants de parlementaire sous l'étiquette Alleanza Nazionale (le parti né de la scission avec le MSI).
 
PALMARÈS
 

Champion d'Italie en 1974 (Lazio Rome)

Vice-champion d'Italie de D2 en 1972 (Lazio Rome)


02/12/2022
0 Poster un commentaire

Luciano Re Cecconi, braquage à l'italienne

Luciano Re Cecconi.jpg
Photo: ©Press Association Images

 

Luciano Re Cecconi

 

Né le 1er décembre 1948 à à Nerviano (ITA)

Décédé le 18 janvier 1977 à Rome (ITA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png Italien, Milieu offensif, 1m76

Surnoms: L'Angelo Biondo (L'Ange Blond), CeccoNetzer

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825568_201505165019624.png 2 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 28 septembre 1974 contre la Yougoslavie (0-1)

Dernière sélection : le 29 décembre 1974 contre la Bulgarie (0-0)

 

1967/69 Pro Patria (ITA) 36 matchs
1969/72 Foggia (ITA) 81 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie: 74 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 7 matchs)
1972/77 Lazio Rome (ITA) 139 matchs, 9 buts
(Championnat d'Italie: 109 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 24 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)

 

Brillant milieu de la Lazio championne d’Italie en 1974, Luciano Re Cecconi est bêtement parti trop tôt. À tout juste 28 ans, pour une blague de mauvais goût, alors qu'il était au sommet de son art avec les Biancocelesti.

 

Originaire de Lombardie, près de Milan, ce fils de maçon débute sa carrière dans un petit club de Série C, le Pro Patria. Deux belles saisons pour commencer, avant de rejoindre Foggia, où il découvre un entraîneur, Tommaso Maestrelli, qui l'avait repéré et fait venir chez les Satanelli. Parti à la Lazio en 1972, le coach récupère dans la capitale italienne son diamant surnommé dans les Pouilles le "CeccoNetzer", en référence à sa large ressemblance au meneur de jeu allemand Gunter Netzer, qui a fait le bonheur du Borussia Mönchengladbach et du Real Madrid. Le début d'une belle histoire.

 

Luciano Re Cecconi.jpg

Photo: ©DR

 

Positionné dans un véritable rôle de numéro de 10, il devient alors le maître à jouer de cette formation laziale. Une folle équipe constituée de Giorgio Chinaglia, Mario Frustalupi et Pino Wilson qui passe tout près du Scudetto en 1973, avant de remporter le titre dans la foulée, en 1974. Pourtant, les années se suivent mais ne se ressemblent pas. L'ambiance est très particulière avec des joueurs qui clairement se détestaient, portaient des flingues et avaient tendance aussi à pas mal martyriser les équipes adverses sur le terrain comme dans les couloirs. Première grosse perte: la star Giorgio Chinaglia qui s'envole pour les Etats-Unis et signe aux New York Cosmos avec Pelé. Entre-temps, le coach Maestrelli tombe malade. Il se soigne, réapparait, mais le mal ressurgit. Le 2 décembre 1976, il s'éteint, rongé par une tumeur. Mais le pire arrive pour le meneur de jeu international italien qui aura passé le Mondial 74 sur le banc. Le 3 octobre 1976, il brille face à la Juventus et inscrit un but magnifique, le tout dernier de sa carrière. Quelques semaines après, il se fait les ligaments croisés à Bologne. Mais le 18 janvier 1977, c'est le drame.

 

Avec son ami et coéquipier Pietro Ghedin, ils vont dîner en ville puis s'arrête en cours de chemin pour rendre visite à un ami en commun, George Fraticcioli, qui tient une parfumerie. Après les retrouvailles, ce dernier invite les deux compères à l'accompagner chez un client bijoutier à qui il doit livrer quelques échantillons de flacons dans le quartier calme de Flaminio. Le calme avant la tempête. L'Ange Blond entre et fait une blague au vendeur. Avec la main dans son imperméable simulant un pistolet, il s'écrit "Haut les mains, ceci est un braquage." Paniqué, le patron, un dénommé Bruno Tabochini, vigilant depuis qu'il a été victime de plusieurs tentatives de vol, dégaine son arme et tire sur Re Cecconi en pleine poitrine. Le joueur qui venait de fêter ses 28 ans un mois plus tôt aurait prononcé selon les trois autres témoins de la scène "c’est une blague, ce n’est qu’une blague." Trop tard, le faux hold-up tourne mal. Il décède à l'hôpital trente minutes après avoir reçu le coup. Le peuple laziale et tout le foot italien sont profondément heurtés par ce drame. Le bijoutier est arrêté puis inculpé avant d'être acquitté au titre de la légitime défense. Un épisode souvent mis à mal par de nouveaux récits ou des contre-enquêtes de journalistes. Le mystère demeure toujours. Mais rien ne changera. Le Roi Cecconi aura joué jusqu'à sa mort.

 

PALMARÈS

 

Champion d'Italie en 1974 (Lazio Rome)

Vice-champion d'Italie de D2 en 1970 (Foggia)


01/12/2022
0 Poster un commentaire

Eugeniusz Faber

Eugeniusz Faber.jpg
Photo: ©La Voix du Nord

 

Eugeniusz Faber

 

Né le 6 avril 1939 à Chorzów (POL)
Décédé le 24 septembre 2021 à Liévin (FRA)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, Ailier gauche/Attaquant, 1m69
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 36 sélections, 11 buts
(Matchs amicaux: 29 sélections, 11 buts)
(Qualif Coupe du monde: 2 sélections)
(Qualif Euro: 4 sélections)
(Qualif Jeux Olympiques: 1 sélection)
 
1ère sélection : le 8 novembre 1959 contre la Finlande (6-2)
Dernière sélection : le 7 septembre 1969 contre les Pays-Bas (2-1) 
 
1959/71 Ruch Chorzów (POL) 284 matchs, 104 buts
1971/75 RC Lens (FRA) 126 matchs, 53 buts
(Championnat de France: 55 matchs, 15 buts)
(Championnat de France de D2: 49 matchs, 29 buts)
(Coupe de France: 22 matchs, 9 buts)
 
Petit attaquant polonais très rapide, Eugeniusz Faber fait partie de ces noms qui resteront à jamais gravés dans l’histoire du RC Lens.
 
Le jeune bourré de talent débute sa carrière à l'âge de 20 ans dans le plus grand club de sa ville natale, le Ruch Chorzow, qui est devenu l'une des meilleures équipes de Pologne aux belles épopées européennes. Bien qu'ailier, il est un redoutable buteur. Avec sa formation, il remporte deux titres de champion de Pologne, en 1960 et 1968, et deviendra international. Pilier de l'équipe nationale, il portera à 36 reprises le maillot de la "Białe Orły" et inscrira onze pions en tout. Au début des années 70, le joueur âgé de 33 ans est autorisé à partir. Il est recruté gratuitement par le RC Lens en même temps que son compatriote Ryszard Gregorzyck. Petit par la taille mais immense par le talent, le polonais va être l'un des grands acteurs du renouveau du club artésien. Son ancien coéquipier Farès Bousdira a déclaré dans les colonnes de "La voix du Nord": "Eugeniusz, et je pèse mes mots, a révolutionné le football à Lens." Sacré champion de France de D2 en 1973, il dispute la fameuse finale de Coupe de France perdue face à Saint-Étienne en 1975 au Parc des Princes (défaite 2 buts à 0). A l'issue de cette rencontre, il raccroche les crampons, ce qui permettra l'arrivée d'un autre concitoyen, Joachim Marx, devenu par la suite très proche. Homme d'une grande humilité doté d'une redoutable efficacité, il inscrit au total 53 buts en 130 matchs entre 1971 et 1975. Il retourne alors en Pologne et se lance dans une carrière d'entraîneur. De passage dans le Nord en 1981 pour fêter le réveillon chez des amis, il ne peut plus rentrer au pays quelques jours plus tard à cause du général Jaruzelski qui ferme les frontières de la Pologne. Obligé de rester dans la région lensoise, il s’y installe définitivement, à Liévin précisément. Il entre d'ailleurs au service des sports de la ville et s’occupe de l’école de football du club local. Malheureusement, Faber est décédé le 24 septembre à l'âge de 82 ans. Le lutin de Bollaert a incontestablement marqué l'histoire du club Sang et Or. Icône pour les anciennes générations comme Arnold Sowinski avant lui, Eugeniusz laissera lui aussi un souvenir impérissable du côté de Bollaert, comme pour la communauté polonaise présente dans le bassin minier dont il était un digne représentant.
 
PALMARÈS
 
Champion de Pologne en 1960 et 1968 (Ruch Chorzow)
Vice-champion de Pologne en 1963 et 1970 (Ruch Chorzow)
Finaliste de la Coupe de France en 1975 (RC Lens)
Champion de France de D2 en 1973 (RC Lens)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES


01/12/2022
0 Poster un commentaire

Günther Neukirchner

Gunther Neukirchner.jpg
Photo: ©Sturm Graz

 

Günther Neukirchner

 

Né le 2 décembre 1971 à Grambach (AUT)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png Autrichien, Défenseur, 1m77

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png 14 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 9 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 19 août 1998 contre la France (2-2)

Dernière sélection : le 15 août 2001 contre la Suisse (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png espoirs: 10 sélections, 2 buts

 

1989/2006 Sturm Graz (AUT) 421 matchs, 28 buts
2006/07 FC Gratkorn (AUT) 16 matchs, 1 but
 
Légende du Sturm Graz, Günther Neukirchner a connu les plus grands succès du club autrichien.
 
Avec les Blackies, l'imposant défenseur très polyvalent (il était attaquant au début de sa carrière) a remporté au total deux titres de champion, trois victoires en coupe nationale, trois Supercoupes d'Autriche et a participé à trois éditions de la Ligue des champions. Lors de la saison 2000-2001, le club s'était qualifié pour le second tour de la C1 au détriment de l'AS Monaco et des Glasgow Rangers, une première historique pour les Schwarz-Weißen. Côté sélection, il compte seulement 14 capes obtenue en 1998 et 2001. Si il ne participe à aucune compétition majeure, sa carrière internationale prend fin après avoir refusé de s'envoler pour l'Israël et de participer à la dernière rencontre de qualification pour la Coupe du Monde 2002 organisé au Japon et en Corée du Sud. Il raccroche les crampons en 2007 au FC Gratkorn en First League autrichienne.
 
PALMARÈS
 

Champion d’Autriche en 1998 et 1999 (Sturm Graz)

Vice-champion d’Autriche en 1995, 1996, 2000 et 2002 (Sturm Graz)

Vainqueur de la Coupe d'Autriche en 1996, 1997 et 1999 (Sturm Graz)

Finaliste de la Coupe d'Autriche en 1998 et 2002 (Sturm Graz)

Vainqueur de la Supercoupe d'Autriche en 1996, 1998 et 1999 (Sturm Graz)

Finaliste de la Supercoupe d'Autriche en 1997 et 2002 (Sturm Graz)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Prix d'honneur du "Bruno Gala" en 2011


01/12/2022
0 Poster un commentaire