FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Pays-Bas


René Van de Kerkhof

Rene Van de Kerkhof.jpg
René Van de Kerkhof

 

Reinier Lambertus van de Kerkhof

Né le 16 septembre 1951 à Helmond (HOL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Ailier droit, 1m82

Surnom: "De Blinde" ("l'aveugle")

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 47 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 8 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 10 sélections, 2 buts)

(Euro: 4 sélections)

(Mundialito: 2 sélections)

 

1970/73 FC Twente (HOL) 122 matchs, 42 buts
(Championnat des Pays-Bas: 99 matchs, 34 buts)
(Coupe des Pays-Bas: 6 matchs, 2 buts)
(Coupe UEFA: 17 matchs, 6 buts)
1973/83  PSV Eindhoven (HOL) 317 matchs, 93 buts
(Championnat des Pays-Bas: 278 matchs, 85 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 13 matchs, 6 buts)
(Coupe des Coupes: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 22 matchs, 2 buts)
1983/84 Apollon Smyrnis (GRE) 23 matchs, 3 buts
1984/85 Seiko SA (HGK)
1985/88 Helmond Sport (HOL) 61 matchs, 8 buts
1988/89 Eindhoven VV (HOL) 30 matchs, 3 buts
 
Voir son histoire ici avec son frère:
 
 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1974 et 1978 (Pays-Bas)

3ème de l'Euro 1976 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1978 (PSV Eindhoven)

Champion des Pays-Bas en 1975, 1976 et 1978 (PSV Eindhoven)

Vice-champion des Pays-Bas en 1977 et 1982 (PSV Eindhoven)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1974 et 1976 (PSV Eindhoven)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé au FIFA 100


17/03/2018
0 Poster un commentaire

Willy Van de Kerkhof

Willy Van de Kerkhof.jpg
Willy Van de Kerkhof

 

Wilhelmus Anthonius van de Kerkhof

Né le 16 septembre 1951 à Helmond (HOL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Milieu de terrain, 1m82

Surnoms: "De Stofzuiger" ("l'aspirateur"), Le meurtrier

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 63 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 16 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 17 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 7 sélections,1 but)

(Qualif Euro: 16 sélections, 1 but)

(Euro: 5 sélections, 2 buts)

(Mundialito: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 5 juin 1974 contre la Roumanie (0-0)

Dernière sélection : le 16 octobre 1985 contre la Belgique (0-1)

 

1970/73 FC Twente (HOL) 115 matchs, 16 buts

(Championnat des Pays-Bas: 93 matchs, 14 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 5 matchs, 1 but)

(Coupe UEFA: 17 matchs, 1 but)

1973/88 PSV Eindhoven (HOL) 485 matchs, 65 buts

(Championnat des Pays-Bas: 418 matchs, 57 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 22 matchs, 2 buts)

(Coupe des Coupes: 7 matchs, 2 buts)

(Coupe UEFA: 38 matchs, 4 buts)

 

Koeman, Witschge, Mühren, De Boer : les frères, ça n'est pas ce qui manque dans le football néerlandais. Mais les premiers à s'être fait un prénom dans le même club restent sans doute les frangins Van de Kerkhof. Même gueule, même classe, même parcours. De leur village natal, Helmond, René et Willy van de Kerkhof gardent un souvenir nostalgique. C'est là, entre l'école et l'église, qu'ils découvrent leurs premiers émois avec un ballon en jouant au foot après la classe comme des petits diables. Une passion enflammée pour le football. Véritables élèves de Kees Rijvers, les jumeaux VDK débuteront à Twente, puis suivront leur entraîneur jusqu'au PSV en 1973. Chez les Boeren, le duo remportera trois championnats, deux Coupes des Pays-Bas et une Coupe UEFA face à Bastia en 1978. Du lourd pour nos inséparables frangins nés sous le signe de la haute fidélité. À Eindhoven, Willy restera jusqu'à la fin de sa carrière (1988) tandis que René fait bande à part au milieu des années 80. Pas vraiment du haut de gamme: la Grèce à Apollon Smyrnis puis Hong-Kong au Seiko S.A où il joue au football avec un certain dilettantisme. Retour à la case départ, Helmond et chez le rival Eindhoven VV pour finir. Les deux néerlandais pèsent 110 sélections à eux deux. 63 pour le milieu droit Willy, 47 pour René, l’ailier. Ensemble, ils ont été de tous les succès, présents lors des finales perdues de Coupe du Monde en 1974 et 1978. Juste le temps de faire valoir des surnoms sans équivoque : "l'aveugle" pour la tendance de René à oublier ses partenaires, "l'aspirateur" et "le meurtrier" pour la science du tacle de Willy. René était le plus efficace, Willy le plus élégant. Dommage, les deux joueurs (nés le 16 septembre 1951) auraient pu devenir les premiers jumeaux champions du monde.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1974 et 1978 (Pays-Bas)

3ème de l'Euro 1976 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1988 (PSV Eindhoven)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1978 (PSV Eindhoven)

Champion des Pays-Bas en 1975, 1976, 1978, 1986, 1987 et 1988 (PSV Eindhoven)

Vice-champion des Pays-Bas en 1977, 1982, 1984 et 1985 (PSV Eindhoven)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1974 et 1976 (PSV Eindhoven)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé au FIFA 100


17/03/2018
0 Poster un commentaire

Clarence Seedorf

Clarence Seedorf.jpg
Clarence Seedorf

 

Clarence Clyde Seedorf

Né le 1er avril 1976 à Paramaribo (SUR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Milieu de terrain, 1m76

Surnoms: "Il professore", "Opa", Mr. Champions League

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 87 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 41 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 13 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Qualif Euro: 19 sélections, 5 buts)

(Euro: 10 sélections)

 

1ère sélection : le 14 décembre 1994 contre le Luxembourg (5-0)

Dernière sélection : le 26 mars 2008 contre l'Autriche (4-3)

 

1992/95 Ajax Amsterdam (HOL) 90 matchs, 11 buts

(Championnat des Pays-Bas: 65 matchs, 11 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 8 matchs)

(Supercoupe des Pays-Bas: 1 match)

(Ligue des Champions: 11 matchs)

(Coupe des Coupes: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 1 match)

1995/96 Sampdoria Gênes (ITA) 34 matchs, 4 buts

(Championnat d'Italie: 32 matchs, 3 buts)

(Coupe d'Italie: 2 matchs, 1 but)

1996/99 Real Madrid (ESP) 159 matchs, 20 buts

(Championnat d'Espagne: 121 matchs, 15 buts)

(Coupe d'Espagne: 9 matchs, 1 but)

(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs, 1 but)

(Ligue des Champions: 25 matchs, 3 buts)

(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

2000/02 Inter Milan (ITA) 92 matchs, 14 buts

(Championnat d'Italie: 64 matchs, 8 buts)

(Coupe d'Italie: 10 matchs, 3 buts)

(Supercoupe d'Italie: 1 match)

(Ligue des Champions: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 15 matchs, 3 buts)

2002/12 Milan AC (ITA) 432 matchs, 63 buts

(Championnat d'Italie: 300 matchs, 48 buts)

(Coupe d'Italie: 25 matchs, 5 buts)

(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)

(Ligue des Champions: 93 matchs, 9 buts)

(Coupe de l'UEFA: 7 matchs)

(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

(Coupe du Monde des Clubs: 2 matchs, 1 but)

2012/14 Botafogo (BRE) 95 matchs, 31 buts)

(Championnat du Brésil: 72 matchs, 23 buts)

(Coupe du Brésil: 8 matchs)

(Copa Sudamericana: 1 match, 1 but)

(Championnat de Rio: 14 matchs, 7 buts)

 

Une force de la nature. Clarence Seedorf est l'un des milieux de terrain européens les plus complets des dernières décennies. Partout où il est passé il a fait briller ses partenaires et bonifié le jeu de son équipe. Infatigable travailleur, technique de balle largement au dessus de la moyenne, vision de jeu, frappe de balle surpuissante. Son excellente préparation physique lui a permis d'avoir une longue carrière dans le football professionnel durant laquelle il a tout gagné. Né en 1976 au Surinam, il sait que son grand-père, Frederick, était le fils d'un esclave libéré par son patron allemand dont il a pris le nom, Seedorf. Par la suite, Clarence fait connaissance avec les joies du ballon rond. Comme beaucoup de ses prédécesseurs surinamiens (Ruud Gullit, Edgar Davids, Patrick Kluivert), Seedorf immigre en Hollande et rejoint le centre de formation de l’Ajax Amsterdam. En 1992 à seulement 16 ans, Clarence fait ses débuts en championnat avec l’Ajax Amsterdam, dirigé à l’époque par l’excellent Louis Van Gaal. Clarence Seedorf.jpgIl restera 3 saisons, le temps pour lui de remporter la coupe des Pays-Bas en 1993, le championnat en 1994 et 1995 et surtout la Ligue des Champions à seulement 19 ans. À son âge, il compte déjà un meilleur palmarès que la moitié de la planète foot. Outre Seedorf, l’Ajax vainqueur de la LDC avait une sacré gueule. Disposé en 3-4-3 ultra offensif, le club d’Amsterdam aligne les plus grands noms hollandais de l’époque. Dans les cages, Edwin Van Der Sar. Devant, Patrick Kluivert et Marc Overmars. Et en guise de colonne vertébrale, De Boer, Rijkaard, Seedorf, Davids, De Boer. Tranquille. Ces performances lui permettent d’être sélectionné en équipe nationale en décembre 1994. Il marque pour sa première apparition sous le maillot “Oranje”. À l’été 1995, convoité par de grosses écuries européennes, il décide de signer à la Sampdoria de Gênes. Choix surprenant pour un joueur qui aurait déjà eu sa place dans la plupart des grands clubs européens. Il n’y restera qu’une saison avant de s'envoler sous le soleil espagnol, le temps de jouer avec Mihajlovic, Karembeu, Roberto Mancini et Enrico Chiesa. Mais Seedorf continue de grandir. Culture tactique, labeur physique, il côtoie le meilleur championnat pour assimiler le jeu. Entre-temps, Seedorf participe à l'Euro 96 en Angleterre. Les Pays-bas sont éliminés en quart de finale par l’équipe de France, à cause en grande partie d’un penalty raté de Seedorf pendant la séance de tirs au but. Une expérience difficile pour le jeune Néerlandais qui décide par la même occasion de changer d’air et de signer en faveur du Real Madrid de Fabio Capello. À 20 ans, Seedorf devient merengue et rejoint un club en grande difficulté. Il démontre sa personnalité dès ses débuts avec l'équipe blanche. Il est impressionnant de par son activité au milieu de terrain et sa lourde frappe. Ces qualités font de lui l’un des numéros 10 les plus talentueux du championnat. Chaque saison, il participe à plus de 40 rencontres, à chaque fois avec la même régularité, l’une de ses grandes forces. Il évolue d'abord au milieu avec Fernando Redondo puis s'est ensuite décalé sur le côté droit. Le Hollandais a contribué à remporter la Liga dès sa première année, la Ligue des Champions lors de sa seconde et la Coupe Intercontinentale lors de sa troisième. Ayant perdu sa place au profit de Savio, il signe à l’Inter au mercato d’hiver en janvier 2000. Il y reste deux saisons et demi. Seedorf ne connait pas la même réussite qu’auparavant, moins percutant et primordial qu’au Real Madrid, il reste tout de même d’une grand importance dans le système de jeu des Nerazzurri. Il ne remporte aucun trophée, ce qui le pousse en 2002 à changer de club mais pas de ville ni de stade. Il signe au Milan AC et devient "Il Professore". Le Maestro du Calcio va s’offrir les plus belles années de sa carrière. Pendant 10 saisons, Seedorf participe aux succès du Milan AC sous les ordres notamment de Carlo Ancelotti (2001-2009). En seulement une saison, Clarence réussit à faire oublier à tout le monde le fait qu’il a passé 2 saisons sous les couleurs ennemies. Il devient un véritable Rossoneri et gagne toute la confiance de son entraîneur, de son président Silvio Berlusconi et des tifosis Milanais. Il va simplement tout rafler avec le Milan AC : deux fois le championnat italien, la Supercoupe d’Italie, la Supercoupe d’Europe, la Ligue des Champions et une fois la coupe d’Italie et le championnat du monde des clubs. Seedorf, c’est aussi 5 finales de Ligues des Champions, dont une de perdu (la célèbre finale historique d’Istanbul face à Liverpool en 2005). Il est l’unique joueur à avoir remporté cette compétition à 4 reprises avec 3 clubs différents. Durant ces années milanaises, il monte en puissance en raison du rôle qui lui est donnée par Ancelotti et son célèbre 4-3-2-1. Entre la hargne de Gattuso, la facilité de Pirlo et Seedorf, le talent de Kaka et Shevchenko et bien évidemment la roublardise de Super Pippo Inzaghi, bien difficile de trouver un point faible à cette équipe. Hormis le brésilien Dida dans les buts. Mais étant donné qu’il était protégé par Maldini et Nesta on ne se faisait pas trop de soucis pour lui. Seedorf est donc l’un des joueurs les plus complets des années 2000: puissant, technique, capable d’alterner jeu court et jeu long, d’être à la fois à la récupération et à la finition. 432, comme le nombres de matchs disputés par Seedorf sous le maillot milanais : il est le joueur étranger qui a porté le plus de fois la tunique des rouges et noirs. En mai 2012, arrivé à la fin de son contrat avec l’AC Milan, il décide de s’en aller au Brésil à Botafogo pour tranquillement finir sa carrière. En 1 an et demi, il dispute près de 90 rencontres avant de mettre un terme à sa carrière de joueur et d'entamer celle d'entraîneur. Il n’y a qu’en "Oranje" que Seedorf n’a pas connu de satisfaction réelle et il y a même subi de nombreuses déceptions, atteignant au maximum les demies finales de l’Euro 2000, 2004 et du Mondial 98. Ses 20 ans au plus haut niveau et son palmarès incroyable en font tout de même une légende vivante du football néerlandais.

 

PALMARÈS


4ème de la Coupe du Monde en 1998 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Ligue des Champions en 1995 (Ajax Amsterdam), 1998 (Real Madrid), 2003 et 2007 (Milan AC)

Finaliste de la Ligue des Champions en 2005 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe du Monde des clubs en 2007 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1998 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe Intercontinentale en 2003 (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 2003 et 2007 (Milan AC)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1998 (Real Madrid)

Champion d’Italie en 2004 et 2011 (Milan AC)

Vice-champion d'Italie en 2003 et 2012 (Milan AC)

Champion d’Espagne en 1997 (Real Madrid)

Vice-champion d'Espagne en 1999 (Real Madrid)

Champion des Pays-Bas en 1994 et 1995 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 2003 (Milan AC)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 2000 (Inter Milan)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1993 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 2004 et 2011 (Milan AC)

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en 1997 (Real Madrid)

Vainqueur de la Supercoupe des Pays-Bas en 1993 et 1994 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur du Championnat de Rio en 2013 (Botafogo)

Vainqueur de la Coupe Guanabara en 2013 (Botafogo)

Vainqueur de la Coupe de Rio en 2013

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur milieu de terrain de l'année UEFA en 2007

2ème meilleur joueur de la Coupe du Monde des clubs en 2007

Bola de Prata en 2013

Élu talent néerlandais de l'année du championnat des Pays-Bas en 1993 et 1994

Nommé dans l'équipe type UEFA de l'année en 2003 et 2007

Nommé dans l'équipe type de l'association ESM en 1997

Nommé au FIFA 100

Intronisé au Hall of Fame du Milan AC

Nommé membre de l'Ordre d'Orange-Nassau en 2011

Nommé Commandeur de l'Ordre de l'Étoile jaune de la République du Surinam en 2011

Nommé "Champion de l'héritage" de la Fondation Nelson Mandela en 2009

 

DIVERS


- Il reste le seul joueur de l'histoire du football a avoir gagné 4 ligues des champions avec 3 clubs différents (Ajax en 1995, Real Madrid en 1998 et Milan A.C en 2003 et 2007).

- Les trois frères de Clarence, Chedric, Rhamlee et Jürgen, ainsi que ses neveux Regilio et Stefano, sont tous footballeurs professionnels.

 

VIDÉO



13/02/2018
0 Poster un commentaire

Piet Keizer

Piet Keizer.jpg
Piet Keizer

 

Petrus Johannes Keize

Né le 14 juin 1973 à Amsterdam (HOL)

Décédé le 10 février 2017 à Amsterdam (HOL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Ailier gauche, 1m75

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 34 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 17 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 12 sélections, 7 buts)

 

1ère sélection : le 5 septembre 1962 contre les Antilles Néerlandaises (8-0)

dernière sélection : le 19 juin 1974 contre la Suède (0-0)

 

1961/74 Ajax Amsterdam (HOL) 490 matchs, 189 buts

(Championnat des Pays-Bas: 365 matchs, 146 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 66 matchs, 29 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 43 matchs, 12 buts)

(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 1 but)

(Supercoupe de l'UEFA: 4 matchs, 1 but)

(Coupe Intercontinentale: 2 matchs)

 

Moins connu que son compatriote Johan Cruyff, Piet Keizer n'en était pas moins un grand footballeur. Doté d'une patte gauche particulièrement efficace, le numéro 11 de l'Ajax évoluait au poste d'ailier et distribuait les caviars pour ses coéquipiers. Habile techniquement, Piet Keizer appréciait les débordements sur son côté en éliminant successivement ses adversaires. Passeur adroit, le Néerlandais savait également mettre à profit ses talents de finisseur pour conclure les actions de but. Piet Keizer.jpgIcône du club hollandais, Piet Keizer a disputé 490 rencontres officielles entre 1961 et 1974, pour 189 buts, à chaque fois sous le maillot des Rouge et Blanc. Il a débuté en équipe première contre Feyenoord le 5 février 1961, et a joué son 490ème et dernier match le 13 octobre 1974. Il fut le premier joueur professionnel à temps plein de l'Ajax Amsterdam, ce qui en dit long sur la nécessité du bonhomme dans l'effectif Amstellodamois dans les années 60. Lorsque l'on se penche sur sa carrière, une donnée sportive apparaît majeure. Il n'a en effet évolué que sous les couleurs de l'Ajax après des débuts prometteurs en amateur à Amstel. Fidèle à son club de cœur, le Néerlandais a marqué les supporters Ajacides par sa contribution aux nombreux titres obtenus par l'institution néerlandaise. À l'échelle locale, Piet Keizer est parvenu à remporter 6 championnats (1966, 1967, 1968, 1970, 1972 et 1973) et 5 Coupes nationales. Sur le plan international, l'ailier a sensiblement contribué à la grandeur de l'Ajax d'Amsterdam sur le vieux continent, en témoignent ses 3 titres (en 1971 contre le Panathinaïkos, en 1972 contre l'Inter et en 1973 contre la Juventus) remportés en Coupe d'Europe des clubs champions. C'est l'époque des cheveux longs, l'avènement de Johan Cruyff et des méthodes progressistes entamées par Rinus Michels puis relayées par Stefan Kovacs. Avec l'explosion du football total, l'Ajax torpille ses adversaires et rafle tout sur son passage. Il remporte également la Coupe intercontinentale face aux Argentins d'Independiente en 1973 et la Supercoupe d'Europe aux dépens des Rangers et du Milan AC. La déculottée au stade Olympique d'Amsterdam en janvier 1974 6 buts à 0 face aux Rossoneri sera le dernier titre international de l’âge d’or seventies de l’Ajax. Piet avait marqué, puis soulevé le lourd trophée continental. Quelques mois après, l'ancien joueur avait mis un terme à sa carrière à l'âge de 31 ans à la surprise générale après un conflit avec son coach Hans Kraay (entraîneur de l'Ajax durant la saison 1974-1975). Reste peut-être le seul point noir de sa carrière: "seulement" 34 apparitions sous les couleurs nationales pour 11 buts, Piet Keizer n'a pas autant marqué les esprits des supporters Oranje qu'on aurait pu attendre, au vu de son talent. La faute à une autre relation relativement délicate avec le sélectionneur de l'époque, Rinus Michels. Il avait joué son dernier match avec les Oranje lors de la Coupe du monde 1974 contre la Suède (0-0), sans participer à la finale perdue contre l'Allemagne (2 buts à 1). Malgré des sautes d'humeur, Piet Keizer a grandement contribué au football néerlandais des années 60 et 70. Il décède le 10 février 2017 à l'âge de 73 ans des suites d'un cancer du poumon, onze mois après celui de Johan Cruyff.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1974 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1971, 1972 et 1973 (Ajax Amsterdam)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1969 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1972 et 1973 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1972 (Ajax Amsterdam)

Champion des Pays-Bas en 1966, 1967, 1968, 1970, 1972 et 1973 (Ajax Amsterdam)

Vice-champion des Pays-Bas en 1963, 1969 et 1971 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1967, 1970, 1971 et 1972 (Ajax Amsterdam)

Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 1968 (Ajax Amsterdam)

 

VIDÉO




25/01/2018
0 Poster un commentaire

Ruud Geels

Ruud Geels.png
Ruud Geels

 

Geertruida Maria Geels

Né le 28 juillet 1948 à Haarlem (HOL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Attaquant, 1m81

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 20 sélections, 11 buts

 

1964/66 SC Telstar (HOL) 8 matchs, 5 buts

1966/70 Feyenoord Rotterdam (HOL) 89 matchs, 46 buts

1970/72 Go Ahead Eagles (HOL) 62 matchs, 35 buts

1972/74 FC Bruges (BEL) 53 matchs, 28 buts

1974/78 Ajax Amsterdam (HOL) 131 matchs, 123 buts

1978/79 RSC Anderlecht (BEL) 28 matchs, 25 buts

1979/81 Sparta Rotterdam (HOL) 48 matchs, 35 buts

1981/82 PSV Eindhoven (HOL) 32 matchs, 15 buts

1982/84 NAC Breda (HOL) 22 matchs, 6 buts

 

Ruud Geels est un buteur incroyable, 318 buts en 473 rencontres de championnat en 17 saisons. Cet avant-centre blond au coup de rein prodigieux est considéré comme une machine à marquer des buts. De 1974 à 1978 à l'Ajax Amsterdam, il dispute 131 rencontres de championnat et inscrit 123 buts tout de même. Presque aux antipodes du "football total", Geels sera néanmoins l'un des piliers du club amstellodamois en pleine reconstruction pendant ses quatre saisons. Pas obligatoirement leader sur le terrain, les chiffres parlent avant tout pour lui, ce qui lui permit de terminer quatre saisons de suite meilleur buteur du championnat des Pays-Bas. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7465378_201711255020589.jpgRévélé au Feyenoord Rotterdam avec lequel il remporte la Coupe d'Europe des clubs champions en 1970 (premier club néerlandais à remporter une compétition européenne), il passe deux saisons au Go Ahead Eagles avant de signer au FC Bruges en 1972. En Belgique, il ronge tout d'abord son frein sur le banc des réserves, l'équipe alignant déjà deux étrangers. Un accident cardiaque de son compatriote Nico Rijnders lui donne une chance. Il la saisit en inscrivant 15 buts en un demi-championnat. Il termine second au classement des buteurs cette saison-là. Il rentre donc en Hollande par la grande porte en 1974. À l'Ajax, il justifie sa réputation d'efficacité. Et pourtant durant cette période si l’équipe des Pays-Bas dispute deux finales de coupe du Monde lui n’y prend pas part. En 1974, Rinus Michel le sélectionne dans le groupe mais il ne disputera pas une seule minute de la coupe du Monde en RFA. Pourtant à quelques jours de l’ouverture, il dispute l’intégralité de la rencontre amicale face à la Roumanie mais ne convainc pas. Et c’est du banc de touche qu’il voit les Cruyff, Rensenbrink et Rep animé l’attaque des Oranje. En 1978, c’est autre chose. Cruyff n’est pas en Argentine et Johnny Rep n’est plus aussi magique alors que Geels enfile de plus en plus de buts. La réponse remonte à 1970, et Geels raconte : "Le plus grand regret de ma carrière reste mon éviction de la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions à Milan entre le Celtic Glasgow et Feyenoord. Ernst Happel (son entraîneur à Feyenoord) n’avait même pas jugé bon de me retenir à titre de remplaçant. Le contact était difficile avec lui". Mais quel rapport avec la coupe du monde 1978 ? Et bien le sélectionneur Rinus Michel est parti et remplacé par un certain... Ernst Happel. Si bien que l’attaquant le plus prolifique de l’histoire des Pays-Bas décline la sélection et refuse de se rendre en Argentine. Il réapparaît avec la sélection batave à l'automne 1978, une fois Happel remplacé. C'est cette saison là qu'il repart en Belgique à Anderlecht pour un contrat fastueux. Il devient recordman de buts marqués pour une première saison à Anderlecht : 34 en 1978-1979. Le plus régulier des buteurs européens repasse en Eredivisie au Sparta, au PSV avant de raccrocher les crampons au NAC Breda à l'âge de 36 ans. Il aura eu la particularité d'être le seul avec Ronald Koeman à avoir joué pour les trois grands clubs hollandais. Très comparable au bombardier Gerd Müller, il n’a jamais eu l’aura des Cruyff, Rep ou Neeskens surement du à son attitude et son allure.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1974 (Pays-Bas)

3ème de l'Euro 1976 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1970 (Feyenoord)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1978 (RSC Anderlecht)

Champion des Pays-Bas en 1969 (Feyenoord) et 1977 (Ajax Amsterdam)

Vice-champion des Pays-Bas en 1967, 1968, 1970 (Feyenoord), 1978 (Ajax Amsterdam) et 1982 (PSV Eindhoven)

Champion de Belgique en 1973 (FC Bruges)

Vice-champion de Belgique en 1979 (RSC Anderlecht)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1969 (Feyenoord)

Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 1978 (Ajax Amsterdam)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 1976 (10 buts) (Ajax Amsterdam)

Meilleur buteur du championnat des Pays-Bas en 1975 (30 buts), 1976 (29 buts), 1977 (34 buts), 1978 (30 buts) (Ajax Amsterdam) et 1981 (22 buts) (Sparta Rotterdam)

 

VIDÉO




25/11/2017
0 Poster un commentaire

Pierre Van Hooijdonk

Pierre Van Hooijdonk.jpg
Pierre Van Hooijdonk

 

Petrus Ferdinandus Johannes van Hooijdonk
Né le 29 novembre 1969 à Steenbergen (HOL)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, Attaquant, 1m93
Surnom: Pi-Air
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 46 sélections, 14 buts
 
1989/91 RBC Roosendaal (HOL) 69 matchs, 33 buts
1991/94 NAC Breda (HOL) 115 matchs, 81 buts
1995/97 Celtic Glasgow (ECO) 69 matchs, 44 buts
1997/99 Nottingham Forest (ANG) 71 matchs, 36 buts
1999/2000 Vitesse Arnhem (HOL) 29 matchs, 25 buts
2000/01 Benfica (POR) 30 matchs, 19 buts
2001/03 Feyenoord Rotterdam (HOL) 61 matchs, 52 buts
2003/05 Fenerbahçe (TUR) 53 matchs, 32 buts
2005/06 NAC Breda (HOL) 17 matchs, 5 buts
2006/07 Feyenoord Rotterdam (HOL) 37 matchs, 8 buts
 
Les Pays-Bas en ont connu des serial buteurs de légende. Sans doute méconnu au vu de sa capacité à faire trembler les filets, Pierre Van Hooijdonk n'en demeure pas moins un goleador exceptionnel. Le natif de Steenbergen débute du côté du RBC Roosendaal. Cassant la baraque d’entrée de jeu, l’avant-centre ne tarde pas à attiser la convoitise, et c’est au NAC Breda qu’il atterrit. Pierre Van Hooijdonk.jpg115 matches et 81 buts plus tard, l’attaquant aux origines surinamiennes affole les compteurs tout comme les recruteurs européens, tentant sa première expérience hors des Pays-Bas en signant en Écosse, au Celtic Glasgow. Il y passe deux saisons, et trouve le chemin des filets à 52 reprises. Il poursuit son chemin outre-Manche et s’engage ensuite en faveur de Nottingham Forest, continuant à faire souffrir les gardiens de but adverses, avec 41 réalisations. L’international néerlandais (46 sélections, 14 buts) passe ensuite au Vitesse Arnhem, avant de traumatiser les défenseurs portugais sous le maillot de Benfica. Le redoutable tireur de coups francs retourne ensuite au pays, au Feyenoord, se faisant surnommer "Pi-Air" par les supporters de Rotterdam. Avec le club hollandais, il côtoie notamment Bonaventure Kalou, Robin Van Persie ou encore Jon Dahl Tomasson. L'apogée de sa carrière arrive en 2002, avec une finale de Coupe de l'UEFA remportée au Stade De Kuip de Rotterdam contre le Borussia Dortmund (3 à 2), avec un doublé de Pierre Van Hooijdonk. Il marquera également lors de la Supercoupe d'Europe quelques semaines plus tard, mais n'empêchera pas la défaite des siens (3 à 1) contre les Galactiques du Real Madrid, vainqueurs grâce à des buts de Guti et Roberto Carlos. Il faut dire qu’avec 79 matches disputés et 62 buts plantés, le buteur a tout fait pour devenir la coqueluche du public. Le goleador fait ensuite valoir ses qualités à Fenerbahçe, avant finalement de rentrer définitivement aux Pays-Bas. Et, après deux expériences en forme de come-back du côté du NAC Breda et du Feyenoord Rotterdam, Petrus Ferdinandus Johannes van Hooijdonk de son nom complet raccroche définitivement les crampons en 2007. Son bilan est juste exceptionnel : 369 buts marqués en 618 matches en club, soit 0,6 réalisation par rencontre!
 
PALMARÈS
4ème de la Coupe du Monde en 1998 (Pays-Bas)
Vainqueur de la Coupe UEFA en 2002 (Feyenoord Rotterdam)
Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 2002 (Feyenoord Rotterdam)
Champion de Turquie en 2004 et 2005 (Fenerbahçe)
Champion d’Angleterre de D2 en 1998 (Nottingham Forest)
Vice-champion d’Ecosse en 1996 et 1997 (Celtic Glasgow)
Vainqueur de la Coupe d'Écosse en 1995 (Celtic Glasgow)
Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 2003 (Feyenoord Rotterdam)
Finaliste de la Coupe de Turquie en 2005 (Fenerbahçe)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 2002 (8 buts) (Feyenoord Rotterdam)
Meilleur buteur du championnat des Pays-Bas en 2002 (24 buts) (Feyenoord Rotterdam)
Meilleur buteur du championnat d’Écosse en 1996 (26 buts) (Celtic Glasgow)
Meilleur buteur du championnat d’Angleterre de D2 en 1998 (29 buts) (Nottingham Forest)
Nommé dans l'équipe type PFA de l'année du championnat d'Angleterre de D2 en 1998
Élu joueur de l'année de Nottingham Forest en 1998
 
VIDÉO


04/08/2017
2 Poster un commentaire