Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

URSS (disparu)


Murtaz Khurtsilava

Murtaz Khurtsilava.png
Photo: ©Alamy

 

Murtaz Khurtsilava

 

Murtaz Kalistratovich Khurtsilava/მურთაზ ხურცილავა

Né le 5 janvier 1943 à Bandza (URSS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7311095_201708140221592.png Georgien/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png Soviétique, Défenseur central, 1m75

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png 69 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 29 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 9 sélections)

(Coupe du Monde: 6 sélections)

(Qualif Euro: 13 sélections, 2 buts)

(Euro: 2 sélections)

(Qualif Jeux Olympiques: 4 sélections, 1 but)

(Jeux Olympiques: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 3 octobre 1965 contre la Grèce (4-1)

Dernière sélection : le 5 août 1973 contre la Suède (0-0)

 

1961/75 Dinamo Tbilissi (URSS) 331 matchs 16 buts
(Championnat d'URSS: 293 matchs, 15 buts)
(Coupe d'URSS/ 32 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)
1975/76 Torpedo Kutaisi (URSS) 47 matchs, 4 buts
 
Élu joueur en or de la Géorgie pour les 50 ans de l'UEFA, Murtaz Khurtsilava est un emblématique défenseur central des années 60 de l'ex-URSS.
 
Cet arrière central solide, combatif et habile dans les airs mènera l'Union Soviétique jusqu'en finale de l'Euro 1972, six ans après avoir décroché une très belle quatrième place lors du Mondial 1966 en Angleterre. Titulaire tout au long de la compétition, il termine dans l'équipe-type du tournoi au côté de Franz Beckenbauer. On le voit également disputé la Coupe du Monde 1970 au Mexique et les Jeux Olympiques de Munich, en 1972, où il obtient la médaille de bronze. Appelé sous le maillot Rouge à 69 reprises, il est l'un des deux seuls joueurs géorgiens (avec Aleksandr Chivadze) à avoir porté le brassard de capitaine de l'équipe nationale d'URSS. Découvert alors qu'il tapait dans la balle dans son école de Gegechkori, une petite ville du Caucase, il passera près de quinze saisons au Dinamo Tbilissi, remportant son seul titre de champion en 1964. Entouré des vedettes Mikheil Meskhi et Slava Metreveli, le club ouvre son palmarès et devient la seconde équipe non-russe à remporter le championnat, trois petites années après le Dynamo Kiev. Lui n'obtiendra pas de médaille à cause d'une grave blessure, qui le prive d'une bonne partie de la saison auquel il ne participe qu'à neuf rencontres. Il restera tout de même une figure de proue du club de la capitale, qui termine troisième dans la course au titre à cinq reprises, et qui a également perdu la finale de la Coupe d'URSS en 1970 contre le Dinamo de Moscou. Devenu par la suite entraîneur après avoir raccroché les crampons en D2 au Torpedo Kutaisi, il décroche notamment avec son club de cœur deux titres de champion de Géorgie coup sur coup, en 1998 et 1999.
 
PALMARÈS
 
Finaliste de l'Euro 1972 (URSS)
4ème de la Coupe du Monde en 1966 (URSS)
4ème de l'Euro 1968 (URSS)
Médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Munich en 1972 (URSS)
Champion d'URSS en 1964 (Dinamo Tbilissi)
Finaliste de la Coupe d'URSS en 1970 (Dinamo Tbilissi)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 

Élu 2ème meilleur joueur soviétique de l’année en 1967 et 1968

Élu 3ème meilleur joueur soviétique de l’année en 1972

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1972
Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat d'URSS en 1968, 1969, 1971, 1972 et 1973
Nommé dans la seconde équipe type de l'année du championnat d'URSS en 1965 et 1966
Nommé dans la troisième équipe type de l'année du championnat d'URSS en 1963 et 1970
Élu "joueur en or" des 50 dernières années de la Géorgie par l'UEFA en 2003
Nommé Maître émérite du sport de l'URSS en 1969
À reçu l'Ordre de Vakhtang Gorgasali en 2003

05/01/2022
0 Poster un commentaire

Volodymyr Veremeyev

Volodymyr Veremeyev.jpg
Photo: ©Gerard Bedeau/Getty images

 

Volodymyr Veremeyev

 

Vladimir Grigoryevich Veremeev

Né le 8 novembre 1948 à Spassk-Dalni (URSS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4928983_201506213924286.png Ukrainien, Milieu de terrain, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png 26 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections)

(Qualif Euro: 9 sélections, 1 but)

(Jeux Olympiques: 4 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 28 mars 1973 contre la Bulgarie (0-1)

Dernière sélection : le 31 octobre 1979 contre la Finlande (2-2)

 

1966/67 FC Zirka Kirovohrad (URSS) 24 matchs, 5 buts
1968/82 Dynamo Kiev (URSS) 399 matchs, 38 buts
(Championnat d'URSS: 310 matchs, 33 buts)
(Coupe d'URSS: 45 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 22 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 7 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 14 matchs, 2 but)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
 
Souvent appelé "l'ombre de Blokhine", Vladimir Veremeyev était pourtant bien plus.
 
Travailleur acharné, un grand meneur de jeu, il était célèbre pour son art de la passe, sa vision du jeu et surtout ses fameux coups francs et corners. Avec le grand Dynamo Kiev des années 70, il a remporté sept titres de champion, trois Coupe d'URSS, la Coupe des Coupes et la Supercoupe de l'UEFA en 1975, et a obtenu aussi une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Montréal en 1976 avec l'équipe nationale d'Union Soviétique.
 
PALMARÈS
Médaille de Bronze aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976 (URSS)
Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1975 (Dynamo Kiev)
Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1975 (Dynamo Kiev)
Champion d'URSS en 1968, 1971, 1974, 1975, 1977, 1980 et 1981 (Dynamo Kiev)
Vice-champion d'URSS en 1969, 1972, 1973, 1978 et 1982 (Dynamo Kiev)
Vainqueur de la Coupe d'URSS en 1974, 1978 et 1982 (Dynamo Kiev)
Finaliste de la Coupe d'URSS en 1973 (Dynamo Kiev)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu 2ème meilleur joueur soviétique de l’année en 1974 et 1975
Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat d'URSS en 1974, 1975, 1976 et 1977
Nommé dans la seconde équipe type de l'année du championnat d'URSS en 1980 et 1981
Nommé dans la troisième équipe type de l'année du championnat d'URSS en 1971, 1972, 1973 et 1979
Maître des sports émérite de l'URSS en 1975
À reçu l'Ordre du mérite ukrainien 3ème classe en 2004, 2ème classe en 2006 et 1ère classe en 2015
À reçu l'Ordre du Prince Iaroslav le Sage 5ème classe en 2020

07/11/2021
0 Poster un commentaire

URSS

Palmarès

 

Championnat d'URSS (1936-1991)

Meilleur buteur du championnat d'URSS

Coupe d'URSS (1936-1992)

Supercoupe d’URSS (1977-1989)

Meilleur footballeur de l'année de l'URSS (1936-1991)

Meilleur gardien de but de l'année en Russie

Meilleur gardien de but de l'année en URSS (1960-1991)

 

Les Clubs

 

voir ici


21/07/2020
0 Poster un commentaire

Viktor Kolotov

Viktor Kolotov.jpg
Photo: ©Gerard Bedeau/Onze

 

Viktor Kolotov

 

Viktor Mikhailovich Kolotov (Ви́ктор Миха́йлович Ко́лотов)

Né le 3 juillet 1949 à Yudinov (URSS)

Décédé le 3 janvier 2000 à Kiev (UKR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4928983_201506213924286.png Ukrainien/https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png Soviétique, Milieu central, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png 55 sélections, 22 buts

(Matchs amicaux: 26 sélections, 9 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 13 sélections, 7 buts)

(Euro: 2 sélections)

(Jeux Olympiques: 11 sélections, 5 buts)

 

1ère sélection : le 28 octobre 1970 contre la Yougoslavie (4-0)

Dernière sélection : le 14 mai 1978 contre la Roumanie (1-0)

 

1967 Chaika Zelenodolsk (URSS) 38 matchs, 23 buts
1968 Trudovye Rezervy Kazan (équipe B) (URSS)
1969/70 Rubin Kazan (URSS) 72 matchs, 19 buts
(Championnat d'URSS: 68 matchs, 16 buts)
(Coupe d'URSS: 4 matchs, 3 buts)
1971/81 Dynamo Kiev (URSS) 292 matchs, 81 buts
(Championnat d'URSS: 218 matchs, 62 buts)
(Coupe d'URSS: 34 matchs, 11 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 15 matchs, 4 buts)
(Coupe des Coupes: 9 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 14 matchs, 2 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
 
Légende du football ukrainien, Viktor Kolotov a fait les beaux jours du Dynamo Kiev dans les années 70.
 
En onze années passées au club, il a disputé 292 matchs, marqué 81 buts toutes compétitions confondues et remporté six titres de champion. Ce footballeur rapide et robuste a également mené les siens comme capitaine à la victoire finale en Coupe des Coupes en 1975 contre les Hongrois de Ferencvaros à Bâle (3 buts à 0). Sélectionné 53 fois avec l'ex-URSS, Viktor a obtenu deux médailles de bronze olympiques en 1972 et 1976. Il est décédé d’une crise cardiaque le 3 janvier 2000 à l'âge de 51 ans.
 
PALMARÈS
 
Finaliste de l'Euro 1972 (URSS)
Médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Munich en 1972 et de Montréal en 1976 (URSS)
Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1975 (Dynamo Kiev)
Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1975 (Dynamo Kiev)
Champion d'URSS en 1971, 1974, 1975, 1977, 1980 et 1981 (Dynamo Kiev)
Vice-champion d'URSS en 1972, 1973 et 1978 (Dynamo Kiev)
Vainqueur de la Coupe d'URSS en 1974 et 1978 (Dynamo Kiev)
Finaliste de la Coupe d'URSS en 1973 (Dynamo Kiev)
Vainqueur de la Supercoupe d'URSS en 1980 (Dynamo Kiev)
Finaliste de la Supercoupe d'URSS en 1977 (Dynamo Kiev)
Vice-champion d'URSS de D2 en 1969 (Rubin Kazan)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 
Élu meilleur débutant de la saison par la revue russe "Smena" en 1971
Nommé dans l'équipe-type Mondial de l'année par "World Soccer" en 1976
Nommé dans l'équipe type du championnat d'URSS en 1971, 1972, 1974, 1975 et 1976
Nommé dans la 2ème équipe type du championnat d'URSS en 1977
Nommé dans la 3ème équipe type du championnat d'URSS en 1973
Maître émérite du sport de l'URSS en 1975
Membre du Club Grigory Fedotov
À reçu l'Ordre du mérite ukrainien de 3ème classe à titre posthume en 2016

06/07/2020
0 Poster un commentaire

Vsevolod Bobrov

Vsevolod Bobrov.jpg
Photo: ©DR

 

Vsevolod Bobrov

 

Vsevolod Mikhailovich Bobrov

Né le 1er décembre 1922 à Morchansk (URSS)

Décédé le 1er juillet 1979 à Moscou (URSS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png Soviétique, Attaquant, 1m80

Surnom: "Seva", "jambes en or"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4939633_201506243735982.png 3 sélections, 5 buts

(Jeux Olympiques: 3 sélections, 5 buts)

 

1ère sélection : le 15 juillet 1952 contre la Bulgarie (2-1)

Dernière sélection : le 22 juillet 1952 contre la Yougoslavie (1-3)

 

1945/49 CDKA Moscou (URSS) 99 matchs, 100 buts
(Championnat d'URSS: 79 matchs, 82 buts)
(Coupe d'URSS: 20 matchs, 18 buts)
1950/52 VVS Moscou (URSS) 35 matchs, 18 buts
(Championnat d'URSS: 32 matchs, 14 buts)
(Coupe d'URSS: 3 matchs, 4 buts)
1953 Spartak Moscou (URSS) 4 matchs, 3 buts

 

Dans l'histoire des Jeux olympiques, un seul homme a été capitaine de son équipe dans deux sports différents: Vsevolod Bobrov. Si les footballeurs-hockeyeurs étaient nombreux dans les années cinquante, nul n'était aussi doué que lui.

 

Bobrov était la personnalité dominante au moment où l'Union soviétique s'est ouverte aux sports olympiques. Né à Morchansk, dans la province de Tambov, "Seva" ne tarde pas à être remarqué pour ses qualités athlétiques et intègre le Dynamo Leningrad à 16 ans. C'est Mikhaïl Butusov, le premier capitaine de l'équipe de Russie, qui détecte en lui un grand talent et recommande son intégration en équipe première. Malheureusement la guerre éclate. L'URSS est attaquée conjointement par les Nazis et par les Finlandais. Il doit partir à Omsk où il travaille 16 heures par jour à confectionner des pièces d'artillerie pour l'effort de guerre. Il entre dans la sélection de la ville dans laquelle il côtoie de nombreux anciens athlètes de Leningrad. Le joueur participe alors à des rencontres de foot organisé en Sibérie, dans l'Oural et dans la région de la Volga pour réunir des fonds aux enfants évacués à Omsk. Conscrit à l'automne 1942, il n'est pas envoyé au front, car il participe à la formation sportive des jeunes soldats. Préservé, sa valeur sportive n'est pas inconnue des officiers de haut rang. Quand la guerre s'achève, il revient à Moscou à l'été 1944 et rejoint tout naturellement l'équipe de l'armée, le CDKA Moscou (ex-CSKA).

 

Dès sa première saison, il termine meilleur buteur du championnat soviétique et attire l'œil des dirigeants du Dynamo, qui s'apprêtent à effectuer une tournée historique en Grande-Bretagne, invité d'honneur pour fêter sa contribution à la victoire des Alliés. Le buteur du CSKA est débauché le temps du voyage et va devenir la star et le héros de la délégation russe en inscrivant 6 buts au total, au cours de matchs opposant la formation moscovite à des équipes du calibre de Chelsea, Arsenal, les Rangers ou Cardiff. Clairement, ce Vsevolod Bobrov est la star du football de cet immédiat après-guerre. À la suite de cette tournée britannique réussite, celui qui est surnommé "jambes en or" par un journaliste russe va confirmer qu'il est bien l'un des plus illustres joueurs du moment, tout du moins le plus grand d'URSS, inscrivant un total de 96 buts en 116 matchs disputés dans le championnat soviétique. D'abord sous les couleurs du CDKA, puis du club de l'armée de l'air, le VVS Moscou dirigé par Vassili Staline, le fils du dictateur, et enfin du Spartak, remportant au passage quatre titres nationaux et terminant deux fois meilleur buteur du championnat.


Vsevolod Bobrov.jpg

Photo: ©Trivela

 

Son expérience en sélection est brève mais spectaculaire. Lors des Jeux olympiques de 1952 en Finlande, l'équipe nationale fait ses débuts en compétition internationale avec Bobrov capitaine et déjà buteur pour sa première sélection lors du premier match de l'URSS face à la Bulgarie (2 buts à 1). Le deuxième adversaire est plus coriace puisqu'il s'agit de la Yougoslavie, finaliste des JO quatre ans auparavant. À un quart d'heure de la fin de la rencontre, les "Plavi" mènent 5 buts 1 avec le seul but pour l'URSS signé de l'inévitable Bobrov, qui décide alors de prendre très vite les choses en main. Il entame sa mission impossible par une passe décisive à Vassili Trofimov qui concrétise. Dans la foulée, il réduit encore l’écart d’une frappe puissante, puis triple son total personnel à la 87ème, portant le score à 4 buts à 5. Le milieu Aleksandr Petrov prend alors le relais et égalise à quelques secondes du coup de sifflet final. Quatre buts assénés dans les 14 dernières minutes à un adversaire resté coi: l’URSS peut s’enorgueillir de l’une des remontées les plus spectaculaires de l’histoire du football. Le match d'appui disputé deux jours plus tard sera cependant remporté 3 buts à 1 par la Yougoslavie, malgré la rapide ouverture du score de Bobrov, qui fêtait alors sa dernière apparition avec la Russie. Bilan de l'éphémère carrière internationale de Bobrov: 3 sélections, 5 buts. Curieusement, il décroche l’or olympique dans une tout autre discipline que le football. Aussi étincelant sur le rectangle vert que sur les patinoires, il était le meilleur hockeyeur sur glace de l’Union soviétique, qui lui doit en grande partie sa victoire aux Jeux Olympiques d’hiver en 1956.

 

Car parallèlement, il s'était mis au patin, c'est le côté pratique des choses, football l'été, hockey l'hiver. International avant de l'être dans le foot, il échappe miraculeusement au crash d'un avion qui va décimer la sélection soviétique. Le 5 janvier 1950, le Lisunov Li-2 de l'armée s'écrase. Les secouristes retrouvent dans les décombres les onze joueurs plus le staff et les membres de l'équipage, mais pas Bobrov venu en train. Un vrai miraculé qui va ensuite devenir l'homme fort et le capitaine de la sélection renaissante, championne du monde 1954 pour la première participation de l'URSS au tournoi. Bobrov termine meilleur buteur et l'invincible Canada est balayé 7 à 2 en finale, une sensation! Ses stats personnelles sur la glace sont encore plus invraisemblables que sur la pelouse: 254 buts en 130 matchs de championnat soviétique, 89 buts en 59 matchs avec la sélection. Il mène ensuite une brillante carrière d'entraîneur, en football, mais encore plus en hockey, puisqu'il a été le sélectionneur de la fameuse "Machine rouge" qui gagnait tout sur son passage. Le destin qui a plusieurs fois souri à Vsevolod Bobrov lui a cependant été fatal. Un jour, il s'est plaint à son masseur d'une douleur à la jambe. Or, il s'agissait d'une thrombose veineuse. Le caillot de sang s'est détaché et a migré dans l'artère pulmonaire. Transporté à l'hôpital dans la nuit en raison d'un rythme cardiaque irrégulier, il y meurt le lendemain, le 1er juillet 1979 à l'âge de 56 ans, d'une embolie pulmonaire. Il est enterré au cimetière de Kuntsevo sous une stèle monumentale dans laquelle une de ses authentiques crosses est moulée dans une sculpture en bronze. Il figure à la troisième place des athlètes russes du 20ème siècle derrière le légendaire gardien de but Lev Yachine et le champion de lutte gréco-romaine Alexander Karelin, poids lourd historique du sport mondial. Il n'était pas le joueur le plus complet, pas le plus aimé de ses entraîneurs, certains relativisaient sa valeur et le décrivaient comme nonchalant, d'autres au contraire considéraient que sa force était son engagement total durant un match. Ce qui est certain, c'est qu'il était capable de rallier une équipe, de la mener. Sa vie a tout d'une légende.

 

PALMARÈS

 

Champion d’URSS en 1946, 1947, 1948 (CDKA Moscou) et 1953 (Spartak Moscou)

Vice-champion d’URSS en 1945 et 1949 (CDKA Moscou)

Vainqueur de la Coupe d'URSS en 1945 et 1948 (CDKA Moscou)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Meilleur buteur du championnat d’URSS en 1945 (24 buts) et 1947 (14 buts) (CDKA Moscou)

Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat d'URSS en 1948

Membre du Club Grigory Fedotov (124 buts)

À reçu la Médaille de l'Ordre de Lénine en 1957

À reçu l'Ordre de l'insigne d'honneur soviétique

À reçu la Médaille pour la victoire sur l'Allemagne dans la Grande Guerre patriotique de 1941-1945

 

DIVERS

 

- Son fils Mikhaïl Bobrov, diplômé de l'institut militaire d'éducation physique, est décédé à 28 ans dans un accident de moto, percuté par la voiture d'un voisin. Le fils de Mikhail, Vsevolod Bobrov jr, prénommé comme son grand-père, n'a pas poursuivi de carrière sportive mais a suivi des études de langues à l'université de Moscou.

 

SOURCES/RESSOURCES

 

- Marc Branchu sur Hockeyarchives.info


24/05/2019
2 Poster un commentaire