FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Fernando Peyroteo

Fernando Peyroteo.jpg
Fernando Peyroteo

 

Fernando Baptista de Seixas Peyroteo

Né le 10 mars 1918 à Humpata (ANG)

Décédé le 28 novembre 1978 à Lisbonne (POR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png Portugais, attaquant

Surnom: O Maior, "Rei Peyroteo"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png 20 sélections, 14 buts

(Matchs amicaux: 19 matchs, 13 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 1 match, 1 but)

 

1936 Sporting Luanda (AGO)

1937/49 Sporting Portugal (POR) 334 matchs, 544 buts

(Championnat du Portugal: 197 matchs, 332 buts)

(Coupe du Portugal: 43 matchs, 74 buts)

(Championnat de Lisbonne: 91 matchs, 133 buts)

(Supercoupe du Portugal: 1 match, 2 buts)

(Coupe Latine: 2 matchs, 3 buts)

 

Son nom ne vous dit certainement rien, mais Fernando Peyroteo est très certainement l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football portugais. Il a régalé durant les années 40, avant même que les compétitions européennes n'existent. Membre des légendaires "Cinq Violons", aux côtés d’Albano, Jesus Correia, José Travassos et Manuel Vasques, l'héros d'Alvalade a contribué à la gloire du Sporting Club Portugal. Musclé, Corpulent et poilu, le puissant Fernando ressemblait plus à un joueur de rugby qu'à un goleador. Mais son jeu ne reposait pas sur la puissance. Il pouvait marquer avec les deux pieds et avait suffisamment d'intelligence pour prendre le jeu à son compte. Fernado Peyroteo.jpgNé le 10 mars 1918 en Angola au sein d'une famille de colons blancs, il est élevé par sa mère après le décès de son paternel lors de sa première année. Entre deux entraînements de gymnastique, le jeune Fernando tape dans le ballon. Après avoir débuté dans des petites équipes locales, il rejoint en 1936 le plus grand club angolais de l’époque, le Sporting de Luanda. Un club qu’il quittera un an seulement après son arrivée, le 26 juin 1937, à l'âge de dix-neuf ans, lorsque sa mère est contrainte de rentrer au Portugal, à Lisbonne, en raison de la détérioration de sa santé. Son ami Aníbal Paciência lui suggère alors de signer pour le Sporting, alors qu'il avait reçu une offre plus attrayante de Porto. L'argent ne l'intéresse pas. Il décide de signer pour les Vert et Blanc et dédie tout son talent pour les Lions de Lisbonne. Il débute le 12 septembre 1937 lors d'un tournoi contre le Benfica (5 buts à 3) et s'offre déjà son premier doublé (sa future spécialité face aux Benfiquistas). Il se signale dès sa première saison en inscrivant un but lors des dix dernières rencontres du championnat. Le plus fort, c'est qu'il a accumulé pas moins de 31 buts lors de ces dix matchs, soit plus de trois réalisations en moyenne. Il devient alors une véritable machine à buts durant ses douze saisons avec les Leões. Pendant cette période, il remporte cinq titres de champion, cinq coupes nationales et la première Supercoupe du Portugal en 1944. Avec 332 buts marqués en 197 matches (tous pour le compte du Sporting), il reste le meilleur buteur de l'histoire du championnat portugais devant une autre légende, Eusébio (319 buts). Grâce à cela, il remporte le trophée de meilleur buteur à six reprises, établissant un premier record de buts en une saison avec 43 buts inscrits, battu en 1974 par l'argentin Hector Yazalde avec 46 buts. Leader de l'attaque de son pays, il a également inscrit 14 pions lors de ses 20 sélections avec l'équipe du Portugal entre 1938 et 1948, une carrière internationale qui a été affectée par la Seconde Guerre Mondiale. Malheureusement, il décide de quitter le club en 1949 pour rembourser les dettes de son magasin de sport ouvert à Lisbonne. Les recettes du match d'adieu face à l'Atlético Madrid le 5 octobre 1949 ont permis de s'acquitter d'une bonne partie des frais. Il raccroche ensuite définitivement les crampons à seulement 31 ans. Selon certaines sources, il aurait disputé une ultime saison chez le voisin de Belenenses. Certains penchent plus sur un retour en Angola pour oublier ses affaires à Lisbonne. Il reviendra plus tard entraîner brièvement (2 matches seulement) la sélection portugaise mais échoue dans la qualification pour la coupe du Monde 1962. Lors de la défaite face au Luxembourg (5 buts à 4), il lance pour la première fois dans le bain un certain Eusébio. Quelques années plus tard, il rechausse les crampons lors d'un match des anciens à Barcelone. Une blessure durant le match l'emmène directement sur la table d'opération. L'intervention tourne mal et l’ancien attaquant finit par avoir la jambe amputée. Un destin tragique pour le héros du Sporting Portugal qui décède le 28 novembre 1978 d'une crise cardiaque. Il avait 60 ans.

 

PALMARÈS


Champion du Portugal en 1941, 1944, 1947, 1948 et 1949 (Sporting CP)

Vice-champion du Portugal en 1939, 1940, 1942, 1943 et 1945 (Sporting CP)

Vainqueur de la Coupe du Portugal en 1938, 1941, 1945, 1946 et 1948 (Sporting CP)

Vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 1944 (Sporting CP)

Vainqueur du championnat de Lisbonne en 1937, 1938, 1939, 1941, 1942, 1943, 1945, 1947 et 1948 (Sporting CP)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du Championnat du Portugal en 1938 (34 buts), 1940 (29 buts), 1941 (29 buts), 1946 (37 buts), 1947 (43 buts) et 1949 (40 buts) (Sporting CP)

À reçu le Prix "Stromp" du Sporting Portugal dans la catégorie "légende" en 1997

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©DR

- 2ème photo: ©Imortais do Futebol



30/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1141 autres membres