Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Ali Gagarine

Ali Gagarine.jpg
Photo: ©DR
 
Ali Gagarine
 
Haydar Hassan Haj Al-Sidig Eltoum
Né le 1er avril 1949 à Omdurman (SDN)
Soudan.png Soudanais, Attaquant
 
Soudan.png 33 sélections, 12 buts
(Coupe d'Afrique des Nations: 5 sélections, 4 buts)
 
1966/75 Al-Hilal (SDN)
1975/76 Al-Nassr (ARS)
1976/78 Al-Hilal (SDN)
1978/79 Stade d'Abidjan (CIV)
1979/80 Al-Hilal (SDN)
 
Légende d’Al Hilal, Ali Gagarine est le symbole de la période dorée du foot Soudanais qui remporte la Coupe d’Afrique des Nations en 1970 à domicile.
 
Haidar Ali Sediq, mieux connu sous le pseudonyme de "Gagarine", nom du cosmonaute soviétique, Yuri Gagarine, premier homme à avoir voyagé dans l’espace, passe l’essentiel de sa carrière dans la grande équipe d’Omdurman, où il s’est spécialisé dans les surfaces de réparation adverses! C’est dans cette zone de vérité qu’il plantera la bagatelle de 350 buts en douze ans, record pour un joueur soudanais, raflant au passage la palme du meilleur marqueur (19 buts) lors des différentes confrontations entre Al Hilal et El Merreikh, le plus grand derby du pays. Pour les supporters du club d'Al Hilal, le décollage du buteur avait quelque chose de céleste. Athlétique et puissant, c’est avec une certaine aisance qu’il remportait ses duels aériens. La facilité avec laquelle Sediq réussissait tout ce qu’il entreprenait sur la pelouse était véritablement ahurissant. Le géant soudanais intègre la sélection nationale en 1968 lors des éliminatoires du Mondial 70. Avec les Faucons du désert, il remporte la Coupe d’Afrique des Nations, aux côtés d'une autre icône du peuple, Nasr Eddin Abbas, connu sous le nom de Jaksa. Le 16 février 1970 au Stade municipal de Khartoum, ils battent en finale le Ghana 1 but à 0. L'équipe avait même participé aux Jeux olympiques de Munich en 1972, où elle s'est relativement bien conduit malgré les trois défaites au premier tour. Absent lors de la CAN au Cameroun en 1972, Gagarine est présent à l'édition suivante en Ethiopie. Au sein d’une formation soudanaise mal inspirée, Ali tire tout de même son épingle du jeu: deux buts face au Maroc et un troisième contre le Zaïre, avant de sortir au premier tour, terminant meilleur attaquant du tournoi avec le Marocain Ahmed Faras. De retour au pays après la mésaventure éthiopienne, le président de la république, le général Gaafar Mohammed Nimeiry donne un coup d’arrêt au football national en ordonnant la dissolution de toutes les associations, des clubs, réduisant ainsi les joueurs aux compétitions locales. Une situation bien difficile qui oblige Gagarine à s’exiler une saison en 1976 dans le golfe arabe à Al-Nassr, en Arabie Saoudite. Il revient lorsque la politique gouvernementale est abandonnée et décide en parallèle du ballon rond de poursuivre ses études supérieures. Envoyé comme deuxième secrétaire d’ambassade en Côte d’Ivoire, il signe avec le Stade d’Abidjan en 1978 pour un exercice. il met un terme à sa carrière de footballeur en 1980 dans son club de toujours. Par la suite, il débarque à Paris où il s’inscrit à l’Institut International d’Administration Publique, où il obtient un DESS (Diplôme d’études supérieures et spécialisées) avant de décrocher un doctorat en droit public. Nommé ambassadeur de son pays à Oman en 1994, il rallie New York en qualité de représentant permanent adjoint aux Nations Unies. Passé par la Turquie et le RD Congo, Ali rentre à Khartoum pour repartir comme ambassadeur en Algérie pendant cinq ans. En 2008, il est nommé Directeur général du protocole et secrétaire général adjoint au Ministère des Affaires Etrangères. Si il a toujours un pied dans le milieu du football, il gardera à jamais en tête cette anecdote qui lui tient particulièrement à cœur: "En 1987, Al Hilal dans le cadre de la Coupe d’Afrique des clubs champions est allé rencontrer le Canon à Yaoundé. Un enfant qui devait avoir 7 ou 8 ans, est venu voir l’équipe en criant, je veux le maillot de Gagarine, je veux le numéro 9, je veux le maillot de Gagarine. Vous savez comment il s’appelait ce tout jeune garçon. Samuel Eto’o. Il porte le numéro 9, non…"
 
PALMARÈS
 
Vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 1970 (Soudan)
Champion du Soudan en 1966, 1969 et 1973 (Al-Hilal)
Vice-champion du Soudan en 1968, 1971, 1972, 1974 et 1977 (Al-Hilal)
Vainqueur de la Coupe du Soudan en 1977 (Al-Hilal)
Vainqueur de la Coupe du Roi d'Arabie Saoudite en 1976 (Al-Nassr)


24/10/2022
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1212 autres membres