FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Corée du Sud


Seo Jung-Won

Seo Jung-Won.jpg
Seo Jung-Won

 

Jung-Won Seo (서정원)

Né le 17 décembre 1970 à Gwangju (CRS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png Sud-Coréen, Ailier droit, 1m73

Surnom: Nalssen Dori (Speedy Gonzales en coréen)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png 89 sélections, 16 buts

 

1ère sélection : le 27 juillet 1990 contre le Japon (2-0)

Dernière sélection : le 26 avril 2001 contre l'Egypte (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png olympique: 23 sélections, 12 buts

 

1990/91 Korea University (CRS)

1992/97 Anyang LG Cheetahs (CRS) 66 matchs, 13 buts

1998/99 RC Strasbourg (FRA) 30 matchs, 7 buts
(Championnat de France: 16 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(CFA: 11 matchs, 2 buts)
1999/2004 Suwon Samsung Bluewings (CRS) 143 matchs, 36 buts
2005 Austria Salzbourg (AUT) 13 matchs, 2 buts
(Championnat d'Autriche: 12 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Autriche: 1 match)
2005/07 SV Ried (AUT)
(Championnat d'Autriche: 55 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Autriche: 3 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
2007/08 FC Blau-Weiß Linz (AUT) 1 match
 
Sa pointe de vitesse exceptionnelle avait fait de lui un joueur à part. Seo Jung-Won est encore aujourd'hui considéré comme l'attaquant le plus rapide de l'histoire du football coréen. Cet ailier à l'ancienne passait le plus clair de son temps sur le flanc droit, à perforer les défenses les plus hermétiques. Avec lui, tout paraissait plus facile. Quand il n'expédiait pas ses centres millimétrés à destination de ses partenaires, il concluait lui-même ses actions avec une facilité presque déconcertante. Seo Jung-Won.jpgParmi tous ses exploits, les supporters coréens n'oublieront probablement jamais le but égalisateur inscrit dans les dernières minutes du match contre l'Espagne durant la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis. Fou de joie, Seo avait fêté le "but de sa vie" en serrant rageusement le poing en direction du ciel. Entré en cours de jeu, l'ailier coréen s'était habilement infiltré côté droit avant de recevoir une passe de Hong Myung-Bo et de tromper Santiago Canizares d'une frappe tendue. Né à Gwangju, Seo se fait remarquer dans un tournoi interscolaire et intègre rapidement les rangs des différentes sélections de jeunes. Très vite, il s'impose comme un titulaire indiscutable au sein de l'équipe olympique qui dispute les JO de Barcelone en 1992. Malgré son but contre la Suède, la République de Corée est éliminée dès le premier tour. Cela n'empêche pas plusieurs grands clubs européens de lui faire une cour assidue. On dit même que le FC Barcelone se serait intéressé de près à lui. Malheureusement, Seo doit impérativement rentrer au pays pour effectuer un service militaire de deux ans. Puis vient 1994. Après un parcours extrêmement chaotique lors des éliminatoires, les "Guerriers Taeguk" arrivent sur le sol américain en piteux état. Personne ne donne cher de la peau des Coréens à la veille de leur entrée en lice contre l'Espagne. Cela n'empêche pas les partenaires de Seo de réussir l'un des plus invraisemblables come-backs de l'histoire du tournoi. Menés 2 buts à 0 par la Furia Roja, ils trouvent les ressources nécessaires pour revenir au score en marquant à deux reprises dans les cinq dernières minutes. Un moment de pur bonheur pour l'ailier droit. Quatre ans plus tard, le deuxième passage de Seo dans un Mondial ne sera pas plus long que le premier. Une fois de plus, la Corée du Sud est éliminée dès le premier tour. Pourtant, l'international coréen profite de son séjour en France pour s'engager en faveur de Strasbourg, devenant ainsi le premier coréen à évoluer dans l'hexagone. Malheureusement, un changement d'entraîneur au sein du club alsacien va cantonner Seo au banc de touche et l'obliger à revoir ses plans. Il décide finalement de rentrer au pays, où il connaîtra six saisons flamboyantes avec Suwon. Il est écarté de la sélection sud-coréenne pour le Mondial 2002 après une rupture des ligaments croisés en décembre 2000 qu'il éloigne des terrains pendant 8 mois. À 34 ans, Seo ne peut laisser passer une dernière occasion de faire carrière en Europe. Il signe en Autriche au SV Austria Salzbourg puis au SV Ried. En 2006, il est nommé parmi les meilleurs joueurs de la Bundesliga autrichienne et finit 5ème meilleur buteur du championnat. Après 15 années de carrière, l'ancien international coréen raccroche finalement les crampons en 2007, à l'âge de 37 ans, pour ouvrir son propre centre de formation en Corée du Sud.
 
PALMARÈS
3ème aux Jeux Asiatiques de Pékin en 1990 (Corée du Sud)
4ème aux Jeux Asiatiques d'Hiroshima en 1994 (Corée du Sud)
Vainqueur de la Coupe d’Asie des clubs champions en 2001 et 2002 (Suwon Bluewings)
Vainqueur de la Supercoupe d’Asie en 2001 et 2002 (Suwon Bluewings)
Vainqueur de la Coupe Intertoto en 2006 (SV Ried)
Champion de Corée du Sud en 1999 et 2004 (Suwon Bluewings)
Vice-champion de Corée du Sud en 1993 (Anyang LG Cheetahs)
Vainqueur de la Coupe de Corée du Sud en 2002 (Suwon Bluewings)
Vainqueur de la Coupe de la ligue sud-coréenne en 1999, 2000 et 2001 (Suwon Bluewings)
Finaliste de la Coupe de la ligue sud-coréenne en 1992 et 1994 (Anyang LG Cheetahs)
Vainqueur de la Supercoupe de Corée du Sud en 1999 et 2000 (Suwon Bluewings)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé dans l'équipe type du championnat de Corée du Sud en 1999, 2001 et 2002

04/04/2019
0 Poster un commentaire

Pohang Steelers

Pohang Steelers.png
Pohang Steelers

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png Football Club Pohang Steelers (포항 스틸러스 프로축구단), fondé le 1er avril 1973
Anciens noms: POSCO Football Club (1973-1984), POSCO Dolphins (1984-1985),
POSCO Atoms (1895-1995), Pohang Atoms (1995-1997)
Couleurs: rouge et bleu
Ennemis jurés: Ulsan Hyundai, Suwon Bluewings
Stade: Steel Yard (25 000 places)
 
L'HISTOIRE
Le club est fondé en 1973 dans la ville de Pohang et devient le propriétaire de la multinationale sidérurgique "POSCO". L'équipe adopte son nom définitif en 1997.

16/10/2017
0 Poster un commentaire

Joueurs Sud-Coréens

GARDIENS DE BUT

 

Woon-Jae Lee

 

DÉFENSEURS LATÉRAUX

 

Young-Pyo Lee

 

DÉFENSEURS CENTRAUX

 

Young-Il Choi

Myung-Bo Hong

Tae-Young Kim

 

MILIEUX DÉFENSIFS

 

Nam-Il Kim



MILIEUX OFFENSIFS

 

Jung-Moo Huh

Ji-Sung Park

Jung-Won Seo

Sang-Chul Yoo

 

ATTAQUANTS

 

Bum-Kun Cha

Seon-Hong Hwang

Do-Hoon Kim

Joo-Sung Kim


26/04/2017
0 Poster un commentaire

Corée du Sud

Palmarès

 

Championnat de Corée du Sud (K-League Classic)

Championnat de Corée du Sud de D2 (K League Challenge)

Championnat de Corée du Sud de D3 (National League)

Championnat de Corée du Sud de D4 (K3 League)

 

Championnat national de Corée du Sud (1946-2000)

 

All Joseon Football Championship (1921-1940)

Coupe de Corée du Sud

Coupe de la ligue sud-coréenne (1986-2011)

Supercoupe de Corée du Sud (1999-2006)

President's Cup (1952-2009)

 

Meilleur joueur sud-coréen de l'année

Meilleur joueur de l'année du championnat de Corée du Sud

 

Les clubs

 

Busan I'Park

Jeju United

Jeonbuk Hyundai Motors

Pohang Steelers

Seongnam FC

FC Séoul

Suwon Samsung Bluewings

Ulsan Hyundai


26/04/2017
0 Poster un commentaire

Hong Myung-Bo

Myung-Bo-Hong--1-.jpg

Myung-Bo Hong

 

Hong Myung-Bo (홍명보)

Né le 12 février 1969 à Séoul (CRS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png Sud-Coréen, défenseur central, 1m82

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png 136 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 48 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 20 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 16 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe d'Asie des Nations: 3 sélections, 1 but)

(Coupe d'Asie des Nations: 9 sélections)

(Coupe des Confédérations: 3 sélections)

(Jeux Asiatiques: 9 sélections, 1 but)

(Coupe d'Asie de l'Est: 8 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 4 février 1990 contre la Norvège (2-3)

Dernière sélection : le 20 novembre 2002 contre le Brésil (2-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png olympique: 1 sélection

 

1987/90 Université de Corée (CRS)

1991 Sangmu FC (CRS) (armée)

1992/97 Pohang Steelers (CRS) 110 matchs, 14 buts

1997/98 Bellmare Hiratsuka (JAP) 47 matchs, 1 but

(Championnat du Japon: 42 matchs)

(Coupe du Japon: 5 matchs, 1 but)

1999/2001 Kashima Reysol (JAP) 88 matchs, 11 buts

(Championnat du Japon: 72 matchs, 7 buts)

(Coupe du Japon: 6 matchs, 2 buts)

(Coupe de la ligue japonaise: 10 matchs, 2 buts)

2002 Pohang Steelers (CRS) 19 matchs

2003/04 Los Angeles Galaxy (USA) 38 matchs

 

Ancien grand défenseur sud-coréen, il est considéré, avec Cha Bum-Kun, comme l'un des meilleurs footballeurs asiatiques de tous les temps. Plus qu’un banal footballeur, Hong Myung-bo est devenu une icône. Patron de la défense des "Guerriers Taeguk" pendant plus de 10 ans, il détient le record de matchs pour son équipe nationale (136 sélections) et devient aussi le premier joueur asiatique à participé à quatre coupes du Monde consécutives. Il possédait toutes les qualités qu'un libéro doit avoir : une défense intelligente, la capacité de barrer l'attaque adverse, des passes précises, un tir puissant... (défenseur, il a malgré tout réussi un jour à réaliser un coup du chapeau). https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4727577_201504104553244.jpgSon autorité naturelle et son charisme ont fait de lui, partout où il est passé, le capitaine, le phare dans la nuit, celui qui montre la voie à des partenaires rêvant tant de lui ressembler. Né le 12 février 1969 à Séoul, il commence sa carrière au Pohang Steelers où il développe son enseignement en libéro pur et se considère lui-même comme l'un des meilleurs tacleurs d'Asie. Il devient par la suite une grande figure en Corée et remporte de nombreux titres de meilleurs joueurs et conduit son club tout droit au sommet avec une victoire en Coupe d'Asie des clubs champions en 1997 face au club rival de Seongnam (2 buts à 1 a.p.). Après cinq ans de bons et loyaux services passé au club, il signe au Japon en 1997 et rejoint les rangs du Bellmare Hiratsuka. Après un bref passage, il plie bagage et s'engage ensuite avec le Kashima Reysol où il devient le premier coréen à être capitaine hors de son pays, ultime distinction quand on connaît la rivalité séculaire existant entre les deux nations. Il termine sa carrière au pays de l'oncle Sam avec le club américain de Los Angeles Galaxy. Hormis la 1ère Coupe du Monde dont la Corée du Sud à pris part, en 1986, Hong n'a rien manqué des participations sud-coréennes à la plus grande compétition internationale jusqu'à la fin de sa carrière en 2004. Il participe donc à quatre Mondial (1990, 1994, 1998 et 2002). En 1990, trois matchs joués pour autant de défaites (face à la Belgique, l'Espagne et l'Uruguay). En 1994, seconde élimination avec cette fois-ci deux matchs nuls et une défaite. Seul fait notable, un retour au score lors du premier match face à l'Espagne avec un but inscrit à la clé (2-2). Grâce à ce tournoi, plusieurs clubs de foot prestigieux de Bundesliga et de Série A se sont intéressés à lui, mais il a décliné toutes les propositions. Louis Van Gaal, entraîneur de l'époque du FC Barcelone, a lui aussi tenté de lui faire intégrer son équipe après l'avoir vu jouer plusieurs matchs regroupant les stars du football du monde entier, mais en vain. En 1998, même scénario (un nul pour deux défaites). Seul celle de 2002 laissera une trace à jamais pour le football Sud-Coréen en se classant à une quatrième place historique à domicile. Deux victoires inédites face à l'Italie en huitième (2 buts à 1) et l'Espagne en quart de finale (0-0 après prolongations 5 tirs au but à 3) avant cette défaite de justesse face aux Allemands de Michael Ballack (1 but à 0) qui stoppa net les espoirs de victoire de Myung-Bo Hong. Il sera tout de même élu troisième meilleur joueur du tournoi, devenant le premier asiatique à être nommé dans le top 3 des meilleurs joueurs de la Coupe du Monde. Fiers de son parcours, il met un terme à sa carrière internationale après ce Mondial avec la satisfaction du devoir accompli. Il sera nommé au FIFA 100 par Pelé comme l'un des plus grands footballeurs du siècle.

 

PALMARÈS


4ème de la Coupe du Monde en 2002 (Corée du Sud)

3ème de la Coupe d’Asie des Nations en 2000 (Corée du Sud)

Médaille de bronze aux Jeux asiatiques de Pékin en 1990 (Corée du Sud)

Vainqueur de la Coupe d'Asie de l'Est en 1990 (Corée du Sud)

Médaille d'or de l'Universiade de Sheffield en 1991 (Corée du Sud)

Vainqueur de la Coupe d’Asie des clubs champions en 1997 (Pohang Steelers)

Champion de Corée du Sud en 1992 ( Pohang Steelers)

Vice-champion de Corée du Sud en 1995 (Pohang Steelers)

Finaliste de la Conférence Est de la MLS en 2004 (Los Angeles Galaxy)

Vainqueur de la Coupe de Corée du Sud en 1996 (Pohang Steelers)

Finaliste de la Coupe de Corée du Sud en 2002 (Pohang Steelers)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue Sud-coréenne en 1993 et 1997 (Pohang Steelers)

Finaliste de la Coupe de la Ligue Sud-coréenne en 1996 (Pohang Steelers)

Vainqueur de la Coupe de la ligue japonaise en 1999 (Kashima Reysol)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de l’année du championnat Sud-Coréen en 1992

3ème meilleur joueur de la Coupe du Monde en 2002

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 2002

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe d'Asie des Nations en 2000

Nommé dans l'équipe type du championnat de Corée du Sud en 1992, 1994, 1996 et 2002

Nommé dans l'équipe type du championnat du Japon en 2000

Nommé au FIFA 100

Intronisé au Hall Of Fame du football asiatique en 2014

 

VIDÉO



10/04/2015
0 Poster un commentaire

Bum-Kun Cha

Bum-Kun-Cha--2-.jpg

Bum-Kun Cha

Cha-Bum-Geun (차범근)

Né le 22 mai 1953 à Hwaseong (CRS)

Coree du Sud.png Sud-Coréen, attaquant, 1m79

Surnom: Cha-Boom

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png 128 sélections, 56 buts

(Matchs amicaux: 11 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 20 sélections, 7 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qualif Coupe d'Asie des Nations: 3 sélections)

(Coupe d'Asie des Nations: 5 sélections, 1 but)

(Jeux Asiatiques: 12 sélections, 2 buts)

(Coupe Merdeka: 34 sélections, 21 buts)

(Coupe du Président: 21 sélections, 15 buts)

(King's Cup: 19 sélections, 7 buts)

 

1ère sélection : le 7 mai 1972 contre l'Irak (0-0)

Dernière sélection : le 10 juin 1986 contre l'Italiue (2-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png olympique: 6 sélections, 2 buts

 

1972/75 Korea University (CRS)

1976 Seoul Trust Bank FC (CRS)

1976/78 Korea Air Force (CRS) (armée)

1978/79 SV Darmstadt 98 (ALL) 1 match

1979/83 Eintracht Francfort (ALL) 156 matchs, 58 buts

(Championnat d'Allemagne: 122 matchs, 46 buts)

(Coupe d'Allemagne: 12 matchs, 6 buts)

(Coupe des Coupes: 6 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 16 matchs, 5 buts)

1983/89 Bayer Leverkusen (ALL) 215 matchs, 63 buts

(Championnat d'Allemagne: 185 matchs, 52 buts)

(Coupe d'Allemagne: 15 matchs, 7 buts)

(Coupe de l'UEFA: 15 matchs, 4 buts)

 

Élu meilleur joueur asiatique du 20ème siècle en 1999, il reste toujours une idole en Corée du Sud et en Allemagne. Après des débuts à l'Université de Corée, il intègre l'équipe nationale des moins de 19 ans et obtient sa première sélection en 1972. Il rejoint ensuite la force aérienne de Séoul et se fait repérer au Jeux asiatiques de Bangkok par le club promu en Bundesliga le SV Darmstadt et devient le premier coréen à signer en Europe. Bum-Kun-Cha--1-.jpgAprès une saison compliquée qui l'ont forcé à passé son service militaire au pays, l'Eintracht Francfort recrute Cha à la fin des années 70, la Corée du Sud ne représente aucun enjeu économique pour lui. Ambition a priori démesurée, mais qui se révèle payante. Cha triomphe au niveau européen dans deux clubs n'occupant pas le devant de la scène allemande, à une époque où il est rarissime pour un étranger de s'imposer en Bundesliga. Sans impressionner avec son mètre 79 et ses 78 kg, Cha se révèle un attaquant puissant, volontaire et efficace à défaut d'être élégant. Six ans durant, Cha Bum va défendre les couleurs de l'Eintracht Francfort. Il remporte la Coupe de l'UEFA en 1980 mais est de surcroît élu meilleur joueur étranger de Bundesliga. En 1983, il rejoint le Bayer Leverkusen qui ont des arguments financiers de poids pour le faire venir et en profite pour ajouter une deuxième Coupe de l'UEFA à son palmarès en 1988. Après un match aller dramatique à l'Espanyol avec une défaite 3 buts à 0, les joueurs refont leur retard de buts au retour à la BayArena après un dernier but décisif du Sud-Coréen. Leverkusen remporte finalement la rencontre aux tirs au but. 17 buts inscrits lors de la saison 85/86 vont confirmer la valeur sûre de ce coréen parfaitement fondu dans le moule allemand. À 35 ans, Cha Bum a toujours du tonus mais plus trop la forme. Il effectue une dernière saison et termine ensuite sa carrière en 1989. Une carrière placée sous le signe du fair-play. Un seul carton jaune à son actif. Il sera pendant un temps recordman de but pour un joueur étranger en Allemagne avec 98 pions inscrits (battu en 1999 par le suisse Stéphane Chapuisat). Il débute ensuite une carrière d'entraîneur en 1991. Il prend la sélection en main en 1997 et qualifie la Corée du Sud pour la coupe du Monde organisé en France en 1998. La sélection restera un mauvais souvenir, un peu comme Michel Platini version Euro 92 : l'ancien leader devenu sélectionneur qualifie l'équipe nationale en phase finale mais les résultats s'avèrent catastrophiques (en partie grâce à Guus Hiddink: ses Pays-Bas atomisant la Corée du Sud 5 buts à 0). L'honneur est sauvé face à la Belgique mais il est déjà trop tard pour lui. Seul ombre au tableau, Cha Bum aura eu le malheur d'être trop en avance sur le football de son pays : il ne jouera que la coupe du Monde en 1986 au Mexique alors que la Corée se qualifiera pour les 5 éditions suivantes, et n'aura même pas l'honneur de jouer en K-League (le nom du championnat de Corée du Sud), qui ne sera créé qu'en 1983. Lui qui portera tout de même à 128 reprises le maillot de la sélection pour 56 buts inscrits entre 1972 et 1986. À l'instar de Franz Beckenbauer, le tout nouveau patronyme Cha Bum-Geun n'hésite pas à décocher des critiques acerbes sur le football actuel et ses acteurs.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d’Asie des Nations en 1972 (Corée du Sud)

Médaille d’or au Jeux Asiatiques de Bangkok en 1978 (Corée du Sud)

Vainqueur du Tournoi de Merdeka en 1972, 1975, 1977 et 1978 (Corée du Sud)

Finaliste du Tournoi de Merdeka en 1974 (Corée du Sud)

Vainqueur de la King’s Cup en 1973, 1974, 1975 et 1977 (Corée du Sud)

Vainqueur de la Coupe du Président en 1974, 1975, 1976 et 1978 (Corée du Sud)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1980 (Eintracht Francfort) et 1988 (Bayer Leverkusen)

Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 1981 (Eintracht Francfort)

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu Meilleur joueur asiatique du 20ème siècle en 1999

Élu meilleur joueur Sud-Coréen de l’année en 1973

Intronisé au Hall of Fame du football coréen

 

DIVERS 


- Son fils Cha Du-Ri est lui aussi footballeur et à joué également à l'Eintracht Francfort entre 2003 et 2006.

 

VIDÉO




30/12/2014
1 Poster un commentaire