Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Kim Joo-Sung

Kim Joo-Sung.jpg
Photo: ©DR

 

Kim Joo-Sung

 

Né le 17 janvier 1966 à Yangyang (CRS)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png Sud-coréen, Libéro/Milieu/Ailier, 1m77

Surnom: Le cheval sauvage

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png 77 sélections, 13 buts

 

1983/86 Chosun University (CRS)
1987/92 Busan Daewoo Royals (CRS) 100 matchs, 31 buts
1992/94 VfL Bochum (ALL) 34 matchs, 4 buts
1994/99 Busan Daewoo Royals (CRS) 103 matchs, 3 buts

 

Prodige du foot sud-coréen, Kim Joo-Sung a eu une longue et riche carrière qui le mènera de succès en succès.

 

Surnommé le Cheval sauvage en raison de sa vitesse de pointe et de sa longue chevelure, Kim était capable d'occuper avec talent n'importe quelle position sur le terrain. Adroit des deux pieds, ce joueur de classe a toujours su se servir de son sens du placement hors du commun pour se tirer de toutes les situations. Même après être passé chez le coiffeur, il est toujours resté, dans l'esprit des fans, ce fier destrier capable de tout donner pour son club et son pays.
 
Originaire de la petite ville de Yangyang dans la province de Gangwon, Kim n'a que peu d'occasions de s'initier au football de haut niveau durant sa jeunesse. En fait, il lui faudra attendre que sa famille déménage à Séoul pour pouvoir s'inscrire dans une école dotée d'une équipe. Son talent ne tarde pas à crever l'écran. Il est rapidement appelé en équipe espoirs réserve, mais doit se contenter de suivre les exploits des siens, demi-finalistes de la Coupe du Monde des moins de 20 ans en 1983 au Mexique, à la télévision.
 
Kim Joo-Sung.jpg
Photo: ©Getty images 
 
La déception sera cependant de courte durée: dès l'année suivante, la star de Chosun University fait partie de la sélection qui dispute le championnat d'Asie de la catégorie U20. Malheureusement, la République de Corée peine à s'imposer sur la scène mondiale à cette époque. Il faut attendre 1985 pour que sa carrière prenne un tournant décisif. Kim inscrit en effet le but de la victoire de la sélection espoir sur l'équipe nationale lors d'un match amical organisé à l'occasion du jour de l'an. Six mois plus tard, les deux formations se retrouvent pour une revanche et, cette fois encore, Kim se montre très à son avantage. Il n'en faut pas plus pour convaincre le sélectionneur de lui donner sa chance, quelques mois à peine avant le coup d'envoi du Mondial 1986. Les Guerriers Taeguk rentrent les mains vides de leur nouvelle aventure mexicaine, ce qui n'empêche nullement Kim de poursuivre sa progression. Pour sa première saison aux Daewoo Royals en 1987, le jeune homme inscrit dix buts en 28 matches et s'impose rapidement comme la grande vedette du stade Busan's Gudeok. Correctement payé, il bénéficie également de nombreux avantages. Comme sa période militaire réduite de trente mois à six semaines pour lui permettre de se consacrer entièrement au ballon rond.
 
Pendant ce temps, la République de Corée connaît de nouvelles déceptions aux Jeux Olympiques de Séoul en 1988 puis à la Coupe du Monde italienne en 1990. L'année suivante, Kim se console en menant son club au titre, grâce notamment à ses 14 réalisations en championnat. La même année, l'international coréen réussit l'exploit d'être sacré Joueur asiatique pour la troisième année consécutive. Après un passage de deux ans à Bochum, en Bundesliga, Kim rentre au pays et dispute sa troisième phase finale de Coupe du Monde en 1994. Malheureusement, cette fois encore, la République de Corée ne parvient pas à franchir l'écueil du premier tour. Pour ne rien arranger, Kim est victime d'une grave blessure au genou. On croit alors que sa carrière va s'arrêter là, mais le Cheval sauvage n'a pas dit son dernier mot: il revient quelques mois plus tard... au poste de libéro !
 
Avant de raccrocher les crampons, Kim fête un troisième titre de champion avec les Busan Daewoo Royals en 1997. Promu capitaine de l'équipe, il est également élu Joueur de l'année, une distinction rarement accordée à un défenseur. Deux ans plus tard, Kim met un point final à sa carrière pour reprendre ses études. En hommage à son talent, les dirigeants de Busan I'Park ont décidé que le numéro 16 ne serait plus porté. Une façon pour eux de souligner le formidable impact qu'aura eu cette légende vivante sur l'histoire du club.
 
PALMARÈS
 
Finaliste de la Coupe d'Asie des nations en 1988 (Corée du Sud)
Vainqueur des Jeux Asiatiques de Séoul en 1986 (Corée du Sud)
Médaille d'argent des Universiade de Zagreb en 1987 (Corée du Sud B)
Champion de Corée du Sud en 1987, 1991 et 1997 (Busan Daewoo Royals)
Vice-champion de Corée du Sud en 1990 et 1999 (Busan Daewoo Royals)
Vainqueur du Championnat national de Corée du Sud en 1989 (Busan Daewoo Royals)
Vainqueur de la Coupe de la ligue sud-coréenne en 1997 (Busan Daewoo Royals)
Vainqueur de la Prospecs Cup en 1997 (Busan Daewoo Royals)
Vainqueur de la Philip Morris Korea Cup en 1998 (Busan Daewoo Royals)
Champion d'Allemagne de D2 en 1994 (VfL Bochum)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 
Élu Footballeur asiatique de l'année en 1989, 1990 et 1991
Élu jeune joueur de l'année du championnat de Corée du Sud en 1987
Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe d'Asie des Nations en 1988
Nommé dans l'équipe type de la Corée du Sud en 1985, 1986, 1987 et 1988
Nommé dans l'équipe type du championnat de Corée du Sud en 1987, 1991, 1996, 1997 et 1999
 
SOURCES/RESSOURCES

- FIFA


28/02/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1180 autres membres