FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Danemark


Jon Dahl Tomasson

Jon Dahl Tomasson.jpg
Jon Dahl Tomasson

 

Jon Dahl Tomasson

Né le 29 août 1976 à Copenhague (DAN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Danois, Attaquant, 1m82

Surnom: Tommie

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png 112 sélections, 52 buts

(Matchs amicaux: 44 sélections, 15 buts)
(Qualif Coupe du Monde: 31 sélections, 10 buts)
(Coupe du Monde: 6 sélections, 5 buts)
(Qualif Euro: 24 sélections, 19 buts)
(Euro: 7 sélections, 3 buts)
 
1ère sélection : le 29 mars 1997 contre la Croatie (1-1)
Dernière sélection : le 24 juin 2010 contre le Japon (1-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png espoirs : 10 sélections, 5 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png U19 : 16 sélections, 12 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png U17 : 8 sélections, 8 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png U16 : 3 sélections, 2 buts

 

1992/94 Køge BK (HOL) 48 matchs, 28 buts
1994/97 SC Heerenveen (HOL) 78 matchs, 37 buts
1997/98 Newcastle United (ANG) 23 matchs, 3 buts
1998/2002 Feyenoord (HOL) 122 matchs, 55 buts
2002/05 Milan AC (ITA) 76 matchs, 22 buts
2005/07 VfB Stuttgart (ALL) 30 matchs, 8 buts
2007/08 Villarreal (ESP) 36 matchs, 7 buts
2008/11 Feyenoord (HOL) 37 matchs, 20 buts

 

Le grand attaquant danois du 21ème siècle, même s'il n'a jamais eu l'aura d'un Elkjaer-Larsen. Mais ses 52 buts en 112 sélections forcent le respect. Passé par le Milan AC, le Feyenoord Rotterdam, Stuttgart ou bien encore Villarreal, Jon Dahl Tomasson a connu une jolie carrière en club. Natif de Roskilde, le canonnier démarre son parcours du côté de Køge BK, club avec lequel il trouve le chemin des filets à 38 reprises en l’espace de 55 matches. Jon Dahl Tomasson.jpgDes statistiques alléchantes, qui lui ouvrent alors les portes de l’étranger et plus précisément des Pays-Bas, lui qui débarque à Heerenveen. L’ascension est en marche, et le voilà ensuite à Newcastle, pour franchir encore un palier. Mais, avec un triste bilan de 3 buts en 23 matches, le joueur passe à côté de son aventure chez les Magpies, et retourne alors en Eredivisie, prenant la direction du Feyenoord. C’est avec le club de Rotterdam que cet attaquant complet a réalisé ses plus belles années. Un come-back en forme de réussite pour lui, qui retrouve de sa superbe. Il régale quatre saisons durant avec Pierre Van Hooijdonk à la pointe de l'attaque, et attire alors l’attention du Milan AC. Et s’il ne s’impose finalement pas comme un titulaire à part entière chez les Rossoneri, l’international danois garnit son palmarès comme il se doit en compagnie de joueurs tels que Maldini, Pirlo ou Shevchenko, remportant le championnat d’Italie, la Coupe nationale, la Ligue des Champions et la Supercoupe de l’UEFA. Mais toutes les bonnes choses ont une fin comme le veut l’adage, et l’avant-centre quitte la Lombardie pour s’essayer à d’autres championnats, découvrant la Bundesliga à Stuttgart puis la Liga à Villarreal, sans vraiment régaler. En équipe nationale, Jon Dahl Tomasson a représenté son pays de 1997 à 2010, inscrivant même 8 buts en 13 matches de plusieurs phases finales de grandes compétitions (Coupe du Monde et Euro). Auteur de 4 buts lors du Mondial 2002, il est élu joueur danois de l’année dans la foulée, avant de récidiver en 2004 après un bon Euro, lui permettant d’être élu dans l’équipe du tournoi. Il est co-recordman de buts de la sélection danoise avec Poul "Tist" Nielsen qui avait marqué 52 buts en ... 38 sélections entre 1910 et 1925. Après un dernier retour au Feyenoord Rotterdam, le joueur met un terme à sa carrière en 2011.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Ligue des champions en 2003 (Milan AC)

Finaliste de la Ligue des champions en 2005 (Milan AC)
Vainqueur de la Coupe de l’UEFA en 2002 (Feyenoord)
Finaliste de la Coupe intercontinentale en 2003 (Milan AC)
Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 2003 (Milan AC)
Champion d’Italie en 2004 (Milan AC)
Vice-champion d’Italie en 2005 (Milan AC)
Champion d’Allemagne en 2007 (VfB Stuttgart)
Champion des Pays-Bas en 1999 (Feyenoord)
Vice-champion d’Espagne en 2008 (Villarreal)
Vice-champion des Pays-Bas en 2001 (Feyenoord)
Vainqueur de la Coupe d’Italie en 2003 (Milan AC)
Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 2010 (Feyenoord)
Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 2004 (Milan AC)
Vainqueur de la Supercoupe des Pays-Bas en 1999 (Feyenoord)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu joueur danois de l’année en 2002 et 2004
Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 2004
 
VIDÉO


02/07/2018
0 Poster un commentaire

Boldklubben 1903

Boldklubben 1903.png
Boldklubben 1903

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Boldklubben af 1903, fondé le 2 juin 1903

Fusion en 1992 avec le KB Copenhague pour devenir le FC Copenhague

Surnom: B 1903

Couleurs: blanc et noir

Ennemis jurés: Skovshoved

Stade: B 1903's anlæg (1 000 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 2 juin 1903 par des jeunes du quartier d'Østerbro situé à Copenhague. En 1992,le club fusionne avec le KB Copenhague pour former le FC Copenhague, toutefois l'équipe existe toujours en amateur.


22/05/2018
0 Poster un commentaire

Per Frandsen

Per Frandsen.jpg
Per Frandsen

 

Per Frandsen

Né le 6 février 1970 à Copenhague (DAN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Danois, Milieu offensif, 1m84

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png 23 sélections

(Matchs amicaux: 12 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

(Qualif Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 30 mai 1990 contre la RFA (0-1)

Dernière sélection : le 2 avril 2003 contre la Bosnie-Herzegovine (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png espoirs: 21 sélections, 8 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png U19 : 5 sélections

 

1988/90 B 1903 Copenhague (DAN) 25 matchs, 15 buts
1990/94 Lille OSC (FRA) 109 matchs, 19 buts
1994/96 FC Copenhague (DAN) 55 matchs, 19 buts
1996/99 Bolton Wanderers (ANG) 130 matchs, 19 buts
1999/2000 Blackburn Rovers (ANG) 31 matchs, 5 buts
2000/04 Bolton Wanderers (ANG) 135 matchs, 13 buts
2004/05 Wigan Athletic (ANG) 9 matchs, 1 but

 

Milieu très offensif, Per Frandsen est un des éléments les plus notables de la fameuse filière danoise du LOSC, depuis Kim Vilfort jusqu’à Jacob Friis Hansen. Après 4 ans au LOSC, Per Frandsen connaîtra une belle carrière en Angleterre, dans des clubs de bas de tableau... Formé au BK Skjold, Per Frandsen rejoint en 1988 les rangs du Boldklubben 1903. Il va s’imposer rapidement comme un tout meilleur joueur du pays et après une saison d’adaptation, trouve sa vitesse de croisière. Per Frandsen.jpgAppelé en Espoir puis avec les A à partir de 1990, il fait figure de grand espoir danois. Son histoire avec la sélection sera toutefois faite de haut et de bas; Non retenu pour participer à l’Euro 92, il se contentera des Jeux Olympiques de Barcelone. Absent pendant près de 5 ans de la sélection, il fera son retour à partir de 1996 et participera même à la Coupe du Monde 1998. Mais revenons à cet été 1990. Per Frandsen, sort d’une saison à 15 buts, lui permetttant de finir 3ème meilleur buteur de l'élite danoise. Milieu combatif, capable de jouer en 9 et demi, il intéresse plusieurs club, dont un particulièrement friand de danois : le LOSC. Le meneur ghanéen Abedi Pelé est reparti à Marseille et il faut bien le remplacer. Fin Août, il débarque donc chez les dogues où il retrouve son compatriote Jacob Friis-Hansen en défense, Michael Mio-Nielsen au milieu et Henrik Nielsen devant. La "danish connection" va tourner à plein régime avec un Per Frandsen incontournable, d’un effectif somme toute plutôt moyen. En effet, à l’époque, on peut se demander si il a fait le bon choix en signant à Lille : joueur très prometteur, il s’est probablement enlisé dans une équipe qui jouait le ventre mou. Titulaire indiscutable, Per fait une grosse saison 91-92 avec 8 buts avant qu'un tacle assassin d'Antoine Kombouaré vienne lui briser sa progression. 6ème en 1991, Lille glisse à la 13ème place l’année suivante. En 1992/93, il est à peu près la seule satisfaction lilloise et confirme son statut de leader technique des Dogues, certes alors assez pauvres en la matière. Conscient que sa rédemption n’est pas à Lille, qui semble bien parti pour finir par descendre, Per rentre au pays après 4 ans dans le Nord. Il passera deux belles saisons au FC Copenhague, marquant 19 buts en Superligaen. Il enlève son premier trophée en 1995, avec une Coupe du Danemark. Ce sera le seul. Ce retour au pays sera tout de même salvateur puisqu’il est également synonyme de retour en sélection. La carrière de Per est cependant encore loin d'être finie: il signe ainsi à Bolton en 1996 et en deviendra un meneur de jeu reconnu jusqu'en 2004 avec un intermède d'un an à Blackburn en 1999/2000. Il termine sa carrière à Wigan sur une blessure en 2005. De la "Danish Connection" de Lille, c'est incontestablement Per Frandsen qui  a réussi la meilleure carrière.

 

PALMARÈS


Vice-champion du Danemark en 1990 (B 1903 Copenhague)

Vainqueur de la Coupe du Danemark en 1995 (FC Copenhague)

Finaliste de la Coupe de la ligue anglaise en 2004 (Bolton Wanderers)

Vainqueur de la Supercoupe du Danemark en 1995 (FC Copenhague)

Champion d’Angleterre de D2  en 1997 (Bolton Wanderers)

Vice-champion d’Angleterre de D2 en 2005 (Wigan Athletic)


21/05/2018
0 Poster un commentaire

Henrik Agerbeck

Henrick Agerbeck.jpg
Henrik Agerbeck

 

Henrik Herbert Agerbeck

Né le 10 septembre 1956 à Frederiksberg (DAN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Danois, Attaquant/Ailier, 1m76

Surnom: "Tintin"

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png 4 sélections

 

1975/78 IFK Malmö (SUE) 71 matchs, 26 buts

(Championnat de Suède de D2: 64 matchs, 23 buts)

(Coupe du Danemark: 7 matchs, 3 buts)

1978 KB Copenhague (DAN) 15 matchs, 13 buts

(Championnat du Danemark: 15 matchs, 13 buts)

1978/80 Hertha Berlin (ALL) 70 matchs, 14 buts

(Championnat d'Allemagne: 55 matchs, 12 buts)

(Coupe d'Allemagne: 10 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)

1980/83 FC Nantes (FRA) 55 matchs, 17 buts

(Championnat de France: 47 matchs, 13 buts)

(Coupe de France: 6 matchs, 4 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 1 match)

(Coupe de l'UEFA: 1 match)

1983/86 FC Sochaux (FRA) 107 matchs, 22 buts

(Championnat de France: 92 matchs, 16 buts)

(Coupe de France: 15 matchs, 6 buts)

1986/88 US Orléans (FRA) 71 matchs, 13 buts

(Championnat de France de D2: 67 matchs, 12 buts)

(Coupe de France: 4 matchs, 1 but)

1988/90 USL Dunkerque (FRA)

(Championnat de France de D2: 58 matchs, 8 buts)

(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)

1990/93 Calais RUFC (FRA) 78 matchs, 11 buts

(Championnat de France de D3: 78 matchs, 11 buts)

1993/94 Stade Portelois (FRA)

 

Petit attaquant aux cheveux d'or venu du grand froid Danois, Henrik Agerbeck aura fait l'essentiel de sa carrière en France. Après un crochet par l'Allemagne, il fréquentera Nantes, Sochaux, Orléans, avant de sillonner le Nord de la France... Natif de Frederiksberg, au Danemark, Henrik Agerbeck aime courir derrière les ballons. Il faut croire qu'il a du talent pour ça, car après un test il est intégré dans le centre de formation du KB Boldklub, un des plus grands clubs du pays. Assez talentueux balle au pied, Henrik se démarque grâce à une rage de vaincre hors du commun et une bonne pointe de vitesse. Petit et râblé, il déboule sur son aile pour envoyer des centres au cordeau. Logiquement, sa réputation franchit les frontières, et il quitte son pays natal pour commencer son long périple, non sans avoir accroché un titre de champion du Danemark à son palmarès. Il s'expatrie à côté en Suède au sein de l'IFK Malmö où il dispute trois saisons pleines en D2. Après un retour dans son club de formation en 1978, il rejoint l'année suivante le Hertha Berlin à l'âge de 22 ans. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7516847_201712291555950.jpgEn Allemagne, Henrik découvre le haut niveau. Sans être un cador, le Hertha se bat pour les places européennes, et se hisse en finale de la Coupe d'Allemagne, perdue face à Dusseldorf. S'il n'a pas marqué les esprits lors de sa première saison au club, il a en revanche explosé la seconde, avec 9 buts inscrits. Pas si mal pour un ailier! C'est donc un néo-international qui s'envole vers la France. Car Henrik vient d'être débauché par le grand FC Nantes, celui des années 80, qui paraît tellement loin pour les supporters d'aujourd'hui... À la lutte avec Bruno Baronchelli, Fabrice Picot ou encore Loïc Amisse, Henrik n'apparaît pas comme un titulaire en puissance. Pourtant, son caractère de battant en faisait un joueur apprécié par les habitués de Marcel-Saupin, faisant honneur à son maillot et se sacrifiant pour l'équipe. Il en héritera d'ailleurs un surnom: Tintin, en référence à ses cheveux presque blancs tellement ils étaient clairs. Troisième du championnat, les Canaris peuvent compter sur une belle équipe articulée autour de Jean-Paul Bertrand-Demanes, Henri Michel, Gilles Rampillon et le fantasque José Touré. La saison suivante, c'est un concurrent supplémentaire qui débarque sur les bords de l'Erdre; Patrice Lecornu. Tintin commence à comprendre qu'il n'a pas beaucoup de chance de s'imposer dans cette équipe, alors il se laisse traîner de poste en poste pour tout simplement jouer. Après une vingtaine de matchs, il pense mériter sa place dans le groupe, mais non. Jean-Claude Suaudeau ne compte absolument pas sur lui, alors il quitte le club avec ses neuf petits matchs... Et son titre de champion de France! C'est dans le Doubs, à Sochaux, qu'il compte se refaire une santé. À vingt-six ans, Henrik n'est plus un gamin, et va le prouver en s'installant directement dans le onze. À ses côtés, Philippe Anziani, qui explose littéralement, et Jean-Santos Muntubila, qui galère un peu plus... Équipe bancale, le FC Sochaux est à la croisée de deux générations; l'une quitte le club après l'avoir presque emmené sur le toit de l'Europe, et l'autre semble partie pour relever le défi de faire aussi bien... L'avenir prouvera la déchéance des jeunes Lionceaux. Mais pour l'heure, Henrik boucle sa première saison, et c'est plutôt pas mal: 8 buts en 37 matchs, voilà qui pourrait lui rouvrir les portes de sa sélection, fermées depuis son départ de l'Allemagne. Mais pas suffisant... Et oui, Sochaux vogue dans le ventre mou du classement, et les jeunes tardent à confirmer. Pour preuve: Muntubila a laissé la place au goléador allemand Uwe Krause, échangé à Monaco contre Anziani, qui peinera à réaliser le même tableau que le jeune échevelé. Il se passera une troisième saison dans le ronron de la routine avant que Agerbeck ne refasse ses valises, direction Orléans. Dans le Loiret, Henrik arrive dans une équipe ambitieuse. Pascal Janin dans les cages est bien défendu par Jean-Luc Arribart, et en attaque avec Christophe Solomenko et Milan Calasan. Malgré tout ces noms ronflants, le club ne fait pas mieux qu'une piètre onzième place. Henrik se laisse convaincre de repartir pour un tour, malgré les départs de ses collègues d'attaque. Il compose avec Gérard Soler le trentenaire une attaque expérimentée pour les joutes musclées de la D2. Insuffisant toutefois pour monter en D1, malgré une honorable cinquième place. Henrick, toujours en quête de challenge, accepte la proposition qui lui est faite. Rejoindre l'USL Dunkerque. Quelle drôle d'idée lorsqu'on est en fin de carrière! Alors que tout le monde se bat pour rejoindre le Sud, Henrik arrive dans le Nord pour encadrer les jeunes pousses locales, les Nicolas Huysman, Philippe Schuth ou autres Mario Tannaï... Pas facile, mais ils réussiront tous à stabiliser le club à la huitième place; pas si mal, finalement. Le rajeunissement de l'effectif est continué à l'intersaison, et après une année délicate où il se fait titiller par Michel Furic ou Alain Zemb, il décide de quitter le club. Après tout, il a 33 ans, et une belle carrière derrière lui. Mais le ballon lui manque. Il reprend une licence, à Calais cette fois-ci. Il y jouera pendant trois ans, cotoyant d'autres anciennes gloires en pré-retraite, telles Mustapha Merry ou encore Werner Licka le Tchèque... Mais à 36 ans, son physique commence à lui jouer des tours, et même s'il n'est "que" en D3, il préfère quitter le monde pro et son purgatoire... Il prendra encore un peu de plaisir au Portel, avant de raccrocher définitivement, à 37 ans, avec des souvenirs plein la tête. Par la suite, il s'est reconverti dans l'import-export de poissons. Pour autant, Henrik Agerbeck n’en a pas coupé avec le football. En effet, l’ancien Canaris joue encore parfois avec l’équipe C de Boulogne-sur-Mer (Promotion de deuxième division de District). Drôle de parcours quand même…

 

PALMARÈS


Champion de France en 1983 (FC Nantes)

Vice-champion de France en 1981 (FC Nantes)

Finaliste de la Coupe de France en 1983 (FC Nantes)

Finaliste de la Coupe d’Allemagne en 1979 (Hertha Berlin)


29/12/2017
0 Poster un commentaire

Naestved BK

Naestved.jpg
Næstved BK

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Næstved Boldklub A/S, fondé le 5 mars 1939

Refondé le 1er octobre 1996

Ancien nom: Næstved IF (1939-1996)

Surnom: "De Grønne"

Couleurs: vert et blanc

Ennemis jurés: Slagelse, Nykøbing FC

Stade: Næstved Stadion (12 300 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 5 mars 1939 de la fusion de deux clubs locaux: le Næstved Idræts Klub et le Næstved Boldklub.


29/06/2017
0 Poster un commentaire

Jesper Olsen

Jesper Olsen.jpg
Jesper Olsen

 

Jesper Olsen

Né le 20 mars 1961 à Fakse (DAN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Danois, Ailier gauche, 1m68

Surnoms: "La puce", "L'intouchable"

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png 43 sélections, 5 buts

 

1977/81 Næstved (DAN) 64 matchs, 11 buts

1981/84 Ajax Amsterdam (HOL) 85 matchs, 23 buts

1984/88 Manchester UTD (ANG) 139 matchs, 21 buts

1988 Næstved (DAN) (Prêt) 2 matchs, 1 but

1989/90 Bordeaux (FRA) 54 matchs, 3 buts

1990/92 SM Caen (FRA) 58 matchs

 

Jesper Olsen s’impose rapidement dans les années 80 comme un des meilleurs danois de sa génération, grâce à sa vitesse, sa technique et son petit gabarit, qui lui ont valu les surnoms d’Intouchable et de Puce. Il débute dans le modeste club danois de Naestved où il s’impose rapidement comme un ailier gaucher vif. Son passage correspond à l’âge d’or d’un club plus habitué à l’anonymat des divisions inférieurs danoises qu’à la D1 local. Ainsi, à 20 ans, il quitte son cocon pour descendre un peu plus au sud et atterrit dans le prestigieux club néerlandais de l’Ajax. Chez les rouge et blanc, il connaîtra la gloire et ses premières sélections internationales. Jesper Olsen.jpgTandis qu’il met à profit son passage hollandais pour déflorer son palmarès, avec une coupe et 2 titres de champion des Pays-Bas, il se fait remarquer sur la scène internationale lors de l’Euro 84. En effet, au cours du premier match, le Danemark est opposé au pays organisateur la France. À la suite d’une altercation, Manuel Amoros, l’arrière droit des bleus, lui assène un coup de boule : carton rouge direct pour le défenseur français. Titulaire indiscutable du 11 danois, Jesper Olsen est un des symboles de la Danish Dynamite qui enflamma l’Euro 84 puis le Mondial mexicain. C’est sûrement grâce à cet Euro français qu’il franchit un pallier. Lors de cet été, il rejoint Manchester United. Le club anglais, à la recherche de son passé glorieux, amorce une phase de reconquête sous la houlette de son coach écossais Alex Ferguson. Cela se symbolisera par un nouveau titre pour notre sympathique danois : la Cup en 1985, remportée au terme d’une victoire 1 à 0 face à Everton. En 86, on retrouve Jesper sur son côté gauche de la sélection. Son équipe atteint brillamment les huitièmes de finale, face à l’Espagne. Mais l'histoire tourne au drame. Sur une passe en retrait un peu trop molle d'Olsen pour son gardien Ole Qvist, "El Buitre" se faufile pour aller tromper la vigilance du gardien et égaliser. Il en plantera 3 autres en seconde mi-temps pour un 5 buts à 1 qui met fin à l’aventure danoise. De ce geste malheureux est née l’expression "faire une passe en retrait à la Jesper Olsen". Au retour du Mondial, la concurrence s’avive à Manchester et peu à peu, Jesper se retrouve sur le banc des remplaçants. Ainsi, en 1988, après l’Euro, il quitte l’Angleterre et rentre chez lui, à Naestved où il est prêté l'espace de 6 mois avant de revenir du côté d'Old Trafford terminer la saison. Au bout d’un an, le président bordelais Claude Bez va le chercher pour en alimenter l’attaque Klaus Allofs – Piet Den Boer. L’équipe tourne bien avec une seconde place derrière l’ennemi marseillais. Toutefois les difficultés financières commencent à gangrener le club. Il quitte les girondins à l’été 90. Il rejoint alors le SM Caen, l’équipe qui monte. En Normandie, il vivra une première saison assez sympa, avec un confortable maintien. L’enfant chéri du Calvados, Fabrice Divert claque but sur but et Jesper Olsen est descendu d’un cran. La saison suivante, il passe arrière gauche. Mais très vite les premiers signes de l'âge arrivent. Tout comme Christophe Point, il est victime d’une pubalgie tenace. Tandis que le premier se fait opérer, le danois refuse et traînera sa douleur toute la saison. Il rompt son contrat à l’amiable en fin d’exercice et disparaît dans la nature. Depuis sa fin de carrière caenaise, Jesper Olsen quitte le monde du football. Il resurgit dans la page fait divers un certain 9 juin 2006. Victime d’une hémorragie cérébrale, il est transporté à l’hôpital pour y être opéré. Ses jours ne sont plus en danger.

 

PALMARÈS


Champion des Pays-Bas en 1982 et 1983 (Ajax Amsterdam)

Vice-champion d’Angleterre en 1988 (Manchester UTD)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1983 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe d’Angleterre en 1985 (Manchester UTD)

 

DIVERS


- L’ailier gauche est également connu pour avoir aidé Johann Cruyff à marquer un penalty en deux temps. En 1982, le mythique numéro 14 des Pays-Bas avait ainsi inventé, avec l'Ajax Amsterdam, une nouvelle manière de tirer les penalties. Surprenant le gardien de Helmond Sport, Johan Cruyff avait décalé sur la gauche vers son coéquipier Jesper Olsen, qui lui avait remis dans la foulée, Cruyff n'ayant ensuite plus qu'à pousser la balle dans le but vide.

 

VIDÉO



28/06/2017
0 Poster un commentaire