FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Frantisek Planicka

Frantisek-Planicka.jpg

František Plánička

 

František Plánička

Né le 2 juin 1904 à Prague (AUT-HON)

Décédé le 20 juillet 1996 à Prague (RTC)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859506_201505274847180.png Tchécoslovaque/Autriche-Hongrie.png Austro-Hongrois, Gardien de but, 1m72

Surnom: Le chat de Prague

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859506_201505274847180.png 73 sélections

(Matchs amicaux: 43 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections)

(Coupe du Monde: 6 sélections)

(Coupe Internationale: 22 sélections)

 

1ère sélection : le 17 janvier 1926 contre l'Italie (1-3)

Dernière sélection : le 12 juin 1938 contre le Brésil (1-1)

 

1923/39 Slavia Prague (TCH) 196 matchs

 

Considéré comme le meilleur portier de tous les temps de la Tchécoslovaquie, Frantisek Planicka est le gardien le plus capé de l'histoire de l'ex pays d'Europe centrale avec 73 sélections. Joueur très talentueux avec un style assez acrobatique, il compense sa petite taille pour ce poste (1,72 m) par une vivacité et une détente impressionnante qui lui a valu le surnom du "chat de Prague". https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_8214579_201905164527998.jpgIl n'aura connu qu'un seul club durant toute sa carrière, le Slavia Prague avec lequel il a disputé 196 matches de championnat entre 1923 et 1939 et a remporté 8 titres de champion, une des époques les plus réussis dans l'histoire du club de Prague. Il s'offre son premier titre de champion en 1925, date à laquelle le championnat Tchécoslovaque débute dans le professionnalisme. Sur la scène européenne, il remporte la coupe Mitropa en 1938 face au club hongrois du Ferencvaros qui reste le seul trophée hors du territoire Tchécoslovaque remporté par le gardien. Fidèle au Slavia Prague jusqu'au bout de sa carrière et à sa ville quasiment toute sa vie, il était aussi un modèle pour sa modestie et son courage. Il a surtout atteint le sommet de son art sous les couleurs de sa sélection nationale, en 1934. La deuxième édition de la Coupe du Monde restera à jamais marquée du sceau du gardien tchécoslovaque. Grâce à ces performances et ces réflexes remarquables durant le tournoi, Planicka a ainsi multiplié les interventions décisives. Entourés de Antonin Puc et de Oldrich Nejedly, ils perdent en finale face à l'Italie de Giuseppe Meazza (2 buts à 1). "Nous avions perdu mais nous avons été accueillis en héros à notre retour ", racontait le dernier rempart tchécoslovaque qui portait ce soir-là à Rome un maillot col roulé en laine. "Nous étions revenus en train et, à chaque station, des milliers de supporters venaient nous applaudir. " Quatre ans plus tard, "Le chat" a eu l'occasion de démontrer l'étendue de son courage à l'occasion d'un fameux quart de finale contre le Brésil. Le gardien tchécoslovaque a ainsi participé à la "bataille de Bordeaux" jusqu'au terme de la prolongation (1-1) avec une fracture de la clavicule ! Il ne jouera pas la revanche deux jours plus tard et mettra un terme définitive à sa carrière après cette blessure. Le natif de Prague s'était déjà taillé la réputation d'un solide gaillard quelques années plus tôt. Touché à la tête par un jet de projectile en provenance des tribunes, il avait refusé de quitter ses coéquipiers, disputant ainsi l'intégralité de la demi-finale de la Coupe Mitropa en 1932 avec le Slavia Prague. Sur ses 73 rencontres internationaux, Frantisek Plánička a porté le brassard de capitaine à 37 reprises. Il a également été caractérisé par son esprit sportif pour n'avoir jamais été averti ni expulsé durant sa carrière. Il reçoit en reconnaissance de sa carrière le prix du Fair-play par l'UNESCO en 1985. Il restera tout de même comme l'un des meilleurs gardiens d'avant guerre avec l'Espagnol Ricardo Zamora et l'Italien Giampiero Combi. Frantisek Planicka s'éteint paisiblement dans sa ville natale le 20 juillet 1996 alors que son pays - devenu la République tchèque - sort d'une finale d'Euro perdue 2 buts à 1 au but en or contre l'Allemagne. Il était le dernier survivant de l'équipe tchécoslovaque finaliste du Mondial 1934. La tristesse est telle pour les Tchèques que le milieu de terrain Karel Poborsky a même reporté sa signature à Manchester UTD, qui devait se produire le jour-même, pour assister à l'enterrement.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1934 (Tchécoslovaquie)

Vainqueur de la coupe Mitropa en 1938 (Slavia Prague)

Champion de Tchécoslovaquie en 1925, 1929, 1930, 1931, 1933, 1934, 1935 et 1937 (Slavia Prague)

Vice-Champion de Tchécoslovaquie en 1926, 1927, 1928, 1932, 1936 et 1938 (Slavia Prague)

Vainqueur de la Coupe de Bohême en 1926, 1927, 1928, 1930, 1932 et 1935 (Slavia Prague)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur gardien de la Coupe du Monde en 1938

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1938

Prix UNESCO du joueur international le plus Fair-play en 1985

À reçu le Prix Václava Jíry en 1993

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©DR

- 2ème photo: ©Slavia Praha



05/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1089 autres membres