FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Rafael Gordillo

Rafael Gordillo-.jpg
Rafael Gordillo

 

Rafael Gordillo Vasquez

Né le 24 février 1957 à Almendralejo (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, défenseur/ milieu gauche, 1m80

Surnom: Le toréro de Séville

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 75 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 45 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 6 sélections)

(Qualif Euro: 9 sélections, 1 but)

(Euro: 10 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 29 mars 1978 contre la Norvège (3-0)

Dernière sélection : le 17 juin 1988 contre la RFA (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png amateur: 4 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U23: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png espoirs: 1 sélection, 1 but

 

1976/85 Bétis Séville (ESP) 333 matchs, 29 buts

(Championnat d'Espagne: 238 matchs, 16 buts)

(Championnat d'Espagne de D2: 38 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Espagne: 45 matchs, 5 buts)

(Coupe de la ligue espagnole: 3 matchs, 1 but)

(Coupe des Coupes: 5 matchs)

(Coupe de l'UEFA 4 matchs)

1985/92 Real Madrid (ESP) 254 matchs, 27 buts

(Championnat d'Espagne: 182 matchs, 20 buts)

(Coupe d'Espagne: 25 matchs, 3 buts)

(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 29 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 16 matchs, 4 buts)

1992/95 Bétis Séville (ESP) 81 matchs, 13 buts

(Championnat d'Espagne: 9 matchs)

(Championnat d'Espagne de D2: 59 matchs, 8 buts)

(Coupe d'Espagne: 13 matchs, 5 buts)

1995/96 Écija (ESP) 20 matchs, 1 but

(Championnat d'Espagne de D2: 18 matchs, 1 but)

(Coupe d'Espagne: 2 matchs)

 

Rafael Gordillo appartient au monde très restreint des footballeurs au palmarès impressionnant. Baptisé le "toréro" de Séville, peut être pour faire référence à un rôle joué au cinéma par le passé, l'espagnol n'a connu que deux grands clubs dans sa carrière (trois si on compte son passage éclair en deuxième division à Écija). Le Bétis Séville, celui avec lequel il a entamé sa carrière professionnelle en 1976. Puis le Real Madrid, dont il a porté la casaque blanche de 1985 à 1992. Rafael Gordillo.jpgSes qualités, son dévouement et son charisme sur et hors du terrain ont charmé tous ses admirateurs, charmés par sa silhouette anormal, et sa manière si particulière de se déplacer. Il débute donc avec les "Verdiblancos" en 1977 et remporte la Coupe d'Espagne pour sa première saison, son seul trophée avec le club même si il est resté sur le banc des remplaçants. Très rapide et inlassable sur son côté gauche, il quitte le club sévillan pour des raisons financières au bout de neuf saisons. À l'âge de 28 ans, il débarque alors le Real Madrid et côtoie la légendaire "Quinta del Buitre". Cependant, sa première saison n'est pas à la hauteur de ses attentes. Le malheur s'est en effet abattu sur l'espagnol à coup de blessures qui l'ont éloigné des terrains. Après s'être remis de ses pépins physiques, Gordillo a pu pleinement s'illustrer dans une équipe de vainqueur, l'une des meilleurs de l'histoire du club. Les prémices d'un groupe qui allait conquérir le football espagnol en remportant cinq titres de Liga consécutifs. Il gagne aussi une coupe de l'UEFA en 1986, une coupe du Roi et trois Supercoupes d'Espagne. En juin 1992, il quitte la Maison-Blanche pour revenir dans son club d'origine, le Bétis, afin de l’aider à retrouver l’élite. Considéré en Espagne comme un bon joueur, pas comme une star, Gordillo a pourtant marqué le football espagnol et international d'une empreinte profonde. Il fait ses débuts en équipe nationale le 29 mars 1978 face à la Norvège (3 buts à 0). Retenu pour les coupes du Monde 1982 et 1986 et les éditions de l'Euro 1980, 1984 et 1988, il a toujours réussi à faire l'unanimité chez les sélectionneurs. Kubala, Santamaria et Munoz n'ont, à leur époque respective, jamais hésité à le retenir. Son plus grand succès en tant qu’international reste la qualification pour le Championnat d'Europe des nations en 1984, obtenue à l'issue d'un match contre Malte, qui s'est soldé sur un score sans appel de 12 buts à 1. Avec au total 75 sélections pour 3 pions inscrits, le précurseur du rôle de latéral très offensif reste l'un des joueurs le plus sélectionné du Bétis. Toujours présent grâce à une condition physique irréprochable, il prend sa retraite à l'âge de 39 ans à Écija, un club local de Balompié. Il sera par la suite président de son club formateur durant un peu plus de six mois.

 

PALMARÈS


Finaliste de l'Euro en 1984 (Espagne)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1986 (Real Madrid)

Champion d’Espagne en 1986, 1987, 1988, 1989 et 1990 (Real Madrid)

Vice-champion d’Espagne en 1992 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1977 (finale non-jouée) (Bétis Séville) et 1989 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1990 et 1992 (finale non-jouée) (Real Madrid)

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en 1988, 1989 et 1990 (finale non-jouée) (Real Madrid)

Vice-champion d’Espagne de D2 en 1994 (Bétis Séville)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur espagnol de l’année en 1980

À reçu la médaille de l'Andalousie en 1991

 

SOURCES/RESSOURCES


- Real Madrid/Onze/So Foot

- 1ère photo: ©Camisetas de la selección.es

- 2ème photo: ©As

 

VIDÉO




15/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1146 autres membres