FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Espagne


Ivan Helguera

Ivan Helguera.jpg
Ivan Helguera

 

Iván Helguera Bujía

Né le 28 mars 1975 à Santander (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Défenseur central/Milieu défensif, 1m85

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 47 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 19 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 7 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 9 sélections, 1 but)

(Euro: 7 sélections)

 

1ère sélection : le 18 novembre 1988 contre l'Italie (2-2)

Dernière sélection : le 8 septembre 2004 contre la Bosnie (1-1)

 

1994/95 Racing Santander B (ESP)
1995 Revilla (ESP)
1995/96 CD Manchego (ESP) 54 matchs, 9 buts
(Championnat d'Espagne de D3: 13 matchs, 2 buts)
(Championnat d'Espagne de D4: 39 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Espagne: 2 matchs)
1996/97 Albacete Balompié (ESP) 14 matchs, 2 buts
1997/98 AS Roma (ITA) 9 matchs
(Championnat d'Italie: 8 matchs)
(Coupe d'Italie: 1 match)
1998/99 Espanyol Barcelone (ESP) 40 matchs, 2 buts
(Championnat d'Espagne: 37 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Espagne: 3 matchs)
1999/2007 Real Madrid (ESP) 346 matchs, 33 buts
(Championnat d'Espagne: 229 matchs, 18 buts)
(Coupe d'Espagne: 27 matchs)
(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 83 matchs, 15 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 2 matchs)
(Coupe du Monde des clubs: 1 match)
2007/08 Valence CF (ESP) 42 matchs, 2 buts
(Championnat d'Espagne: 25 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 7 matchs)
(Ligue des Champions: 7 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)

 

Il est dur de se faire une place au soleil de Madrid quand on n'est pas un Galactique. Coéquipier modèle et leader de vestiaire, Ivan Helguera a fait partie de ces hommes de l'ombre qui ont emmené la constellation de stars recrutée par Florentino Pérez vers le succès. Le natif de Cantabrie n'était pourtant pas destiné à une si grande carrière. Formé au Racing Santander, le frêle joueur capable d'évoluer en défense centrale mais aussi en qualité de milieu récupérateur a pas mal bourlingué avant de connaître son heure de gloire. Après un début de formation compliqué, qui le voit être refusé par tous les clubs de la façade nord d’Espagne, il est finalement accepté à Manchego, situé à 200km au sud de Madrid. Ivan Helguera.jpgPassé ensuite par l’Albacete Balompié, il est acquis par l'AS Roma après une seule saison chez les pros. L’écart de niveau entre la D2 espagnole et la Série A est abyssale. La marche, trop haute pour le jeune Iván, le contraint donc à cirer le banc de touche de l’Olimpico. Une année noire marquée par neuf apparitions. Malheureux de son temps de jeu, il pose ses valises du côté de l'Espanyol Barcelone dirigé par un certain Marcelo Bielsa. Encore une petite saison, mais celle-ci plus positif. Repositionnement en charnière centrale, première convocation avec la Roja et transfert au Real Madrid en 1999. La suite est alors grandiose. Helguera remporte la Ligue des Champions en 2000 aux dépens du FC Valence. La génération madrilène n'est alors pas des plus flamboyantes, mais un vrai état d'esprit anime ce groupe. Puis c'est l'arrivée des Galactiques. Luis Figo, Zinedine ZidaneRonaldo ou bien encore David Beckham débarquent tour à tour à Santiago Bernabeu. Pas de quoi enrayer la machine merengue, bien au contraire. Le palmarès du joueur parle d'ailleurs de lui-même: trois titres de champion d'Espagne, deux C1, une Coupe Intercontinentale et une Supercoupe de l'UEFA... n'en jetez plus, ce joueur-là est un crack. Grâce à son fabuleux jeu aérien et son efficacité dans les duels, il a profité de l’expérience de Fernando Hierro avec lequel il a évolué au début de son séjour pour prendre de la bouteille et devenir le patron de la défense après son départ. Mais à trop être dans l'ombre, on finit par se griller. Florentino Pérez étant un amoureux fou des stars, il va finir par se lasser de cet homme de vestiaires, de ce talent certes peu bling bling mais diablement efficace à son poste. Le temps fait alors son œuvre et Helguera tombe dans l'oubli. Même l'arrivée de Ramon Calderon n'y changera rien. Pour l'anecdote, quand Mahamadou Diarra débarque à Madrid, il se voit attribuer le 6. Un numéro qui n'est autre que celui d'Ivan Helguera. Lassé de ne plus compter aux yeux de ses dirigeants, il finit par rallier le FC Valence en 2007, après huit années de bons et loyaux services. Il remporte la Coupe du Roi, dernier titre national manquant à son palmarès. Mais le défenseur peine à justifier son statut et ne joue que très peu à Mestalla, lui qui était venu remplacer Roberto Ayala parti à Saragosse. Il quitte donc d'un commun accord les Merengots en décembre 2008. Il n'a plus jamais rechausser les crampons après ce départ. Côté sélection, il a également fait son trou au sein de la sélection ibérique. International à 47 reprises, il a participé à une Coupe du Monde (2002) et deux Euros (2000 et 2004).

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Ligue des Champions en 2000 et 2002 (Real Madrid)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 2002 (Real Madrid)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 2000 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 2002 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 2000 (Real Madrid)

Champion d’Espagne en 2001, 2003, et 2007 (Real Madrid)

Vice-Champion d’Espagne en 2005, 2006 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 2008 (Valence CF)

Finaliste de la Coupe d’Espagne en 2002 et 2004 (Real Madrid)

Vainqueur de la Supercoupe de l’Espagne en 2001 (finale non-jouée) et 2003 (Real Madrid)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Quand Ivan Helguera jouait à l'AS Roma - So Foot

↑ Auteur: 

- 1ère photo: ©Agencias

- 2ème photo: ©Managing Madrid


27/03/2021
0 Poster un commentaire

Kiko

Kiko.jpg
Kiko

 

Francisco Miguel Narváez Machón

Né le 26 avril 1972 à Jerez de la Frontera (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Attaquant, 1m89

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 26 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 8 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 9 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 3 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 3 sélections, 1 but)

(Euro: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 16 décembre 1992 contre la Lettonie (5-0)

Dernière sélection : le 14 octobre 1998 contre l'Israël (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png olympique: 12 sélections, 7 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png espoirs: 5 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U19: 1 sélection

 

1990/91 Cádix B (ESP)
1991/93 Cádix (ESP) 79 matchs, 12 buts
(Championnat d'Espagne: 78 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
1993/2001 Atlético Madrid (ESP) 278 matchs, 64 buts
(Championnat d'Espagne: 193 matchs, 48 buts)
(Championnat d'Espagne de D2: 32 matchs)
(Coupe d'Espagne: 26 matchs, 7 buts)
(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 7 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 18 matchs, 7 buts)
2002 Extremadura (ESP) 11 matchs, 1 but

 

Attaquant frisson dans les années 90, Kiko, Francisco Miguel Narváez Machón pour les intimes, a tout connu avec l'Atlético Madrid: le doublé historique en 1996 et l'enfer de la D2. L'homme qui se transformait en archer quand il marquait possédait un très bon jeu de corps et avait la science des déplacements pour s’engouffrer dans les brèches adverses et toujours se retrouver à des endroits où les défenseurs ne s’y attendaient pas. Il était l’attaquant intelligent et subtil par excellence pour combiner sur le front de l’attaque. Formé à Cadiz, il rejoint l'Atlético Madrid en 1993 où il portera les couleurs des Colchoneros pendant près de dix ans. En 1996, il sera de l’aventure du doublé championnat-Coupe du Roi et signera sa meilleure saison au plus haut niveau. Avec la Roja, il connaît son heure de gloire lors des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992. Après avoir marqué trois buts dans le tournoi, il plante un doublé en finale contre la Pologne, synonyme de médaille d’or pour sa nation. Kiko est alors considéré comme le plus grand espoir de la péninsule ibérique au poste d’attaquant. Mais la suite de sa carrière en sélection va être éphémère. Dépassé par José Luis Caminero et Alfonso Perez, il manque la Coupe du monde 1994 et n’est que remplaçant à l’Euro 1996 et au Mondial français. En club, il perd de plus en plus en efficacité. En 1999, Kiko entame une série de deux ans sans marquer le moindre but. Le début de la fin pour les Matelassiers qui connaissent une terrible relégation à la fin de la saison 1999-2000. Il raccroche les crampons à seulement 30 ans après un bref passage à Extremadura. À l’image du club sur la période des années 90, Kiko a connu les montagnes russes en termes de résultats de la gloire à une fin brutalement terrible. Il n’en reste pas moins une légende et laisse un souvenir fort aux supporters du club. Un souvenir qui est même allé jusqu’à contagier Fernando Torres, qui s’est inspiré de la célébration de l’archer initiée par Kiko pour célébrer ses buts: "Dans la rue, depuis que j'étais petit, je voulais être Kiko. C'était mon idole. " C'est de cette façon qu'il a célébré l’unique but de l’Espagne contre l’Allemagne en finale de l’Euro 2008.

 

PALMARÈS


Médaille d'or aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 (Espagne)

3ème Championnat d'Europe espoirs en 1994 (Espagne)

Champion d’Espagne en 1996 (Atlético Madrid)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1996 (Atlético Madrid)

Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1999 (finale non-jouée) et 2000 (Atlético Madrid)

Finaliste de la Supercoupe d’Espagne en 1996 (Atlético Madrid)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


À reçu la Médaille d'Andalousie en 1998

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©Cope


26/01/2021
0 Poster un commentaire

Alvaro Arbeloa

Alvaro Arbeloa.jpg
Álvaro Arbeloa

 

Álvaro Arbeloa Coca

Né le 17 janvier 1983 à Salamanque (ESP)

 Espagnol, Défenseur droit, 1m83

Surnom: "El Espartano"

 

 57 sélections

(Matchs amicaux: 28 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 7 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 6 sélections)

(Euro: 7 sélections)

(Coupe des Confédérations: 7 sélections)

 

1ère sélection : le 26 mars 2008 contre l'Italie (1-0)

Dernière sélection : le 19 novembre 2013 contre l'Afrique du Sud (0-1)

 

 espoirs: 1 sélection

 U19: 4 sélections

 U17: 1 sélection

 

2002/03 Real Madrid C (ESP) 16 matchs
2003/06 Real Madrid B (ESP) 84 matchs
2004/06 Real Madrid (ESP) 2 matchs
2006/07 Deportivo La Corogne (ESP) 20 matchs
2007/09 Liverpool (ANG) 66 matchs, 2 buts
2009/16 Real Madrid (ESP) 153 matchs, 3 buts
2016/17 West Ham (ANG) 3 matchs
 
Champion du monde 2010 et double champion d'Europe avec l'Espagne, Alvaro Arbeloa a eu une carrière riche en club. Joueur discret et exemplaire, il était indispensable dans son couloir droit. Sans pour autant être le meilleur arrière de sa génération, il a été ni trop fort ni trop faible, ni génial, ni catastrophique. Né à Salamanque en 1983, il démarre chez les juniors du Real Saragosse, après le déménagement de ses parents alors qu'il n'avait que quatre ans, avant de poursuivre sa formation au Real Madrid en 2001. Devenu ensuite capitaine de la Castilla aux côtés de Soldado, Negredo et Mata, le Madridista a eu du mal faire à faire son trou en équipe première. En quatre saisons, il n'apparaît que quatre fois avec les A. Souhaitant désespérément lancer sa carrière, le latéral rejoint le Deportivo La Corogne. Il s’y impose automatiquement et tape dans l’œil de Rafa Benitez qui le fait venir chez les Dockers de Liverpool en janvier 2007. Titulaire avec les Reds et finaliste de la Ligue des Champions, il intègre la Roja et devient dans la foulée international. C'est alors que le Real Madrid le reprend à l’intersaison 2009. Cette fois, Arbeloa saisit sa chance et devient indéboulonnable sur le flanc droit. Il dispute au total 233 matchs et inscrit 6 buts sous la tunique des Merengues entre 2009 et 2016. Le numéro 17 remporte une Coupe du monde des clubs, deux ligues des champions, un titre de champion d'Espagne, une Supercoupe d'Espagne et deux Copas del Rey avec la Maison Blanche. L’émergence de Dani Carvajal va progressivement le reléguer sur le banc. En 2016, il opte alors pour un changement brut d’environnement en signant à West Ham. Pas dans les plans de Slaven Bilić, Álvaro Arbeloa ne fait que de la figuration chez les Hammers. C'est alors que l'homme qui compte 57 sélections avec la Roja et qui a fait partie de toutes les sélections espagnoles à partir de la catégorie des moins de 17 ans prend une retraite bien méritée sur cette dernière expérience professionnelle en demi-teinte.
 
Photo: ©La Prensa

16/01/2021
0 Poster un commentaire

Guillermo Amor

Guillermo Amor.jpg
Guillermo Amor
 

 

Guillermo Amor Martínez

Né le 4 décembre 1967 à Benidorm (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Milieu central, 1m74

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 37 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 12 sélections)

(Qaulif Coupe du Monde: 15 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qaulif Euro: 4 sélections; 1 but)

(Euro: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 14 novembre 1990 contre la Tchécoslovaquie (2-3)

Dernière sélection : le 5 septembre 1998 contre le Chypre (2-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png espoirs: 6 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U18: 1 sélection

 

1984/88 FC Barcelone B (ESP) 49 matchs, 10 buts
1988/98 FC Barcelone (ESP) 427 matchs, 72 buts
(Championnat d'Espagne: 311 matchs, 47 buts)
(Coupe d'Espagne: 41 matchs, 12 buts)
(Supercoupe d'Espagne: 14 matchs, 2 buts)
(Ligue des Champions: 29 matchs, 5 buts)
(Coupe des Coupes: 21 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs, 1 but)
(Supercoupe de l'UEFA: 4 matchs, 1 but)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
1998/2000 Fiorentina (ITA) 37 matchs
(Championnat d'Italie: 24 matchs)
(Coupe d'Italie: 8 matchs)
(Ligue des Champions: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)
2000/02 Villarreal (ESP) 69 matchs, 1 but
(Championnat d'Espagne: 64 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 5 matchs)
2003 Livingston (ECO) 3 matchs
 
Avec sa solidarité à toute épreuve et un superbe jeu vertical, Guillermo Amor a passé près d'une décennie au Barça (1988-98) chez les pros après une formation à la Masia. En ayant fait ses preuves, il faisait partie des joueurs sur lequel Johan Cruyff aimait se reposer. Il a été l'un des premiers joueurs les plus titrés de l'histoire du club avec dix-sept titres, avant que les XaviMessi et Iniesta ne le dépassent. Son seul regret avec les Blaugranas sera son absence lors de la finale remportée de Ligue des Champions face à la Sampdoria de Gênes (1 but à 0 ap) en 1992 à Wembley pour cause de suspension. Il débarque ensuite en Italie à la Fiorentina en 1998 après avoir tout gagné en Catalogne. Il repartira avec une belle étiquette de "Bidone", ce petit sobriquet affublé amicalement aux recrues farces que l'on se remémore finalement avec nostalgie. L'ancien international espagnol aux 37 sélections est allé ensuite jouer à Villarreal avant de finir sa carrière à Livingston en Écosse.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Ligue des Champions en 1992 (finale non-jouée) (FC Barcelone)

Finaliste de la Ligue des Champions en 1994 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1989 et 1997 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1991 (finale non-jouée) (FC Barcelone)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1992 et 1997 (FC Barcelone)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1989 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1992 (FC Barcelone)

Champion d’Espagne en 1991, 1992, 1993, 1994 et 1998 (FC Barcelone)

Vice-Champion d’Espagne en 1989 et 1997 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1990, 1997 et 1998 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1996 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe d'Italie en 1999 (Fiorentina)

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en 1991, 1992, 1994 et 1996 (FC Barcelone)

Finaliste de la Supercoupe d’Espagne en 1990, 1993 et 1997 (FC Barcelone)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©Imago


04/12/2020
0 Poster un commentaire

Estanislao Basora

Estanislao Basora.jpg
Estanislao Basora

 

Estanislao Basora Brunet

Né le 18 novembre 1926 à Colonia Valls (ESP)

Décédé le 16 mars 2012 à Las Palmas (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Attaquant, 1m68

Surnom: Le monstre de Colombes

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 22 sélections, 13 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections, 3 buts)

(Coupe du monde: 6 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 12 juin 1949 contre l'Eire (4-1)

Dernière sélection : le 26 mai 1957 contre l'Écosse (4-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5547265_201603165813547.png : 5 sélections, 2 buts

 

1943/46 CD Manresa (ESP)
1946/58 FC Barcelone (ESP) 302 matchs, 113 buts
(Championnat d'Espagne: 237 matchs, 89 buts)
(Coupe d'Espagne: 53 matchs, 21 buts)
(Coupe Eva Duarte: 2 matchs)
(Coupe Latine: 4 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 6 matchs)
1955/56 Lleida (ESP) (Prêt) 16 matchs, 6 buts

 

Considéré comme l'un des meilleurs ailiers droits de toute l'histoire du football espagnol, Estanislao Basora fait partie du "Barça de les Cinc Copes", cette équipe qui a remporté tous les titres espagnols en jeu de la saison 1951-52: championnat d'Espagne, Coupe d'Espagne, Coupe Eva Duarte, Coupe Latine et Trophée Martini & Rossi. En 1980, le chanteur Joan Manuel Serrat s'inspire de l'attaque de feu qui a dominé la première moitié des années 50 composé de Basora, César, Kubala, Moreno et Manchón pour écrire la chanson "Temps era temps". Au total, il remporte quatre titres de champion, quatre Coupes d'Espagne, deux Coupes Latines, trois Coupes Eva Duarte et une Coupe des villes de Foires en 1953, buteur à deux reprises lors du match retour face à la Sélection de Londres (6 buts à 0). De 1946 à 1958, il a réussi à faire trembler les filets merengue 113 fois en 302 rencontres. Surnommé "Le monstre de Colombes", il avait notamment écœuré la défense française au stade Yves du Manoir le 19 juin 1946, en inscrivant un triplé en douze minutes avec la sélection espagnole (victoire 5 buts à 1). Présent lors de la Coupe du Monde au Brésil en 1950 où la sélection ibérique termine 4ème, le natif de Colònia Valls a été nommé par la presse mondiale de l'époque comme le meilleur ailier droit du Monde. Il est décédé le 16 mars 2012 à l'âge de 85 ans.

 

PALMARÈS


4ème de la Coupe du Monde en 1950 (Espagne)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des Villes de foires en 1958 et 1960 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe Latine en 1949 et 1952 (FC Barcelone)

Vainqueur de la petite coupe du monde des clubs en 1957 (FC Barcelone)

Champion d’Espagne en 1948, 1949, 1952 et 1953 (FC Barcelone)

Vice-Champion d’Espagne en 1954 et 1955(FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1951, 1952 et 1953 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1954 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Copa Eva Duarte en 1952 et 1953 (FC Barcelone)

Finaliste de la Copa Eva Duarte en 1951 (FC Barcelone)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Vainqueur du Trophée Monchín Triana en 1954

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©creacionesdesonia.blogspot.com


17/11/2020
0 Poster un commentaire