FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Espagne


Justo Tejada

Justo Tejada.jpg
Justo Tejada

 

Justo Tejada Martínez

Né le 6 janvier 1933 à Barcelone (ESP)

Décédé le 31 janvier 2021 à Barcelone (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Ailier droit, 1m71

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 8 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 6 sélections, 4 buts)

(Qualif Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 13 avril 1958 contre le Portugal (1-0)

Dernière sélection : le 2 avril 1961 contre la France (2-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png B: 6 sélections, 5 buts

 Catalogne: 3 sélections, 1 but

 

1951/53 España Industrial (ESP) 27 matchs, 13 buts
(Championnat d'Espagne de D2: 23 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Espagne: 4 matchs, 1 but)
1952/61 FC Barcelone (ESP) 192 matchs, 91 buts
(Championnat d'Espagne: 149 matchs, 73 buts)
(Coupe d'Espagne: 31 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des villes de foires: 10 matchs, 4 buts)
1961/63 Real Madrid (ESP) 51 matchs, 22 buts
(Championnat d'Espagne: 33 matchs, 10 buts)
(Coupe d'Espagne: 10 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 8 matchs, 7 buts)
1963/65 Espanyol Barcelone (ESP) 21 matchs, 2 buts
(Championnat d'Espagne: 16 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Espagne: 5 matchs)

 

Grand ailier droit dans les années 50 et 60, Justo Tejada avait remporté notamment deux fois la Liga avec le Barça en 1959 et 1960 puis deux autres avec le Real Madrid en 1962 et 1963. Joueur de seconde division à Condal (España Industrial à l'époque, le troisième club de Barcelone), il ne signe au Barça en 1953 qu'en raison de l'échec du recrutement de Alfredo Di Stéfano. Sa venue ressemble à un choix par défaut et pourtant il s'impose immédiatement dans l'équipe de Daučík en devenant le principal pourvoyeur de Ladislao Kubala. Pour son premier clasico, il s'offre un doublé pour une victoire des Catalans 5 buts à 1 à Les Corts. Il signe ensuite chez l'ennemi juré, transfert osé déjà à l’époque. Gento à gauche, Tejada à droite, difficile de trouver plus beau duo d’ailiers. Il ne reste malheureusement que deux saisons à Madrid puisque le talentueux Amancio explose littéralement avec les Merengues. Il retourne alors à Barcelone, pour finir sa carrière chez un autre rival: l'Espanyol. Si il a eu l'occasion de briller avec des géants de son époque, comme PuskasKocsisCzibor ou encore Luis Suárez, il n'aura au final jamais soulevé la Coupe d'Europe des clubs champions, échouant contre le Benfica Lisbonne de Eusébio en finale, en 1961 (avec le Barça) et en 1962 (avec le Real). Celui qui compte huit sélections avec la Roja est décédé le 31 janvier 2021 à l'âge de 88 ans. Pour l'anecdote, il a offert la première passe décisive de l'histoire du Camp Nou en 1957. C'était pour Eulogio Martínez, qui est donc le premier buteur de l'antre du Barça.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1961 (FC Barcelone) et 1962 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe d'Europe des villes de foires en 1958 et 1960 (FC Barcelone)

Champion d'Espagne en 1959, 1960 (FC Barcelone), 1962 et 1963 (Real Madrid)

Vice-champion d'Espagne en 1954, 1955 et 1956 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1957 (finale non-jouée), 1959 (FC Barcelone) et 1962 (Real Madrid)

Vice-champion d'Espagne de D2 (groupe Sud) en 1953 (España Industrial)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Coupe d'Europe des villes de foires en 1958 (4 buts) (FC Barcelone)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©Mundo Deportivo


16/06/2021
0 Poster un commentaire

Iván de la Peña

Ivan de la Pena.jpg
Iván de la Peña

 

Iván de la Peña López

Né le 6 mai 1976 à Santander (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Meneur de jeu, 1m69

Surnom: Little Buddha

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 5 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 9 février 2005 contre Saint-Marin (5-0)

Dernière sélection : le 12 octobre 2005 contre Saint-Marin (6-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png olympique: 4 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png espoirs: 9 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U20: 5 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U18: 7 sélections, 3 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U17: 4 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U16: 17 sélections, 2 buts

 

1993/95 FC Barcelone B (ESP) 37 matchs, 5 buts
1995/98 FC Barcelone (ESP) 107 matchs, 15 buts
(Championnat d'Espagne: 81 matchs, 11 buts)
(Coupe d'Espagne: 9 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Espagne: 1 match, 1 but)
(Ligue des Champions: 2 matchs)
(Coupe des Coupes: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 2 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
1998/2002 Lazio Rome (ITA) 25 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 16 matchs)
(Coupe d'Italie: 4 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Coupe des Coupes: 4 matchs, 1 but)
1999/2000 Olympique de Marseille (FRA) (Prêt) 19 matchs, 1 but
(Championnat de France: 12 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 7 matchs)
2000/01 FC Barcelone (ESP) (Prêt) 13 matchs
(Championnat d'Espagne: 9 matchs)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
(Ligue des Champions: 3 matchs)
2002/11 Espanyol Barcelone (ESP) 211 matchs, 9 buts
(Championnat d'Espagne: 179 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Espagne: 12 matchs)
(Supercoupe d'Espagne: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 18 matchs, 1 but)
 
Iván de la Peña est ce genre de joueurs dont on se souvient pour leur jeu, mais aussi pour leur physique et surtout leur surnom. Little Buddha. Si Keanu Reeves n'avait pas incarné ce rôle en 1993 au cinéma, Iván aurait peut-être été affublé d'un autre sobriquet mais la presse aurait trouvé un autre symbole, parce que ce petit bonhomme qui traînait son crâne luisant sur les terrains était un phénomène du foot européen. Pur produit de la Masia et lancé dans le grand bain par Johan Cruyff, il est considéré comme un grand espoir du foot espagnol. Révélation de l'année en 1996, le meneur de jeu s'est imposé au milieu des GuardiolaLuis Enrique et Figo avant de s'affirmé juste derrière le brésilien Ronaldo avec qui il gagne notamment la Coupe des Coupes face au PSG en 1997 (1 but à 0). Et puis, Van Gaal l'a écarté de l'équipe. Parti à la Lazio Rome, il ne s'impose pas en Italie. 14 matchs de Série A, 0 but, et une finale de Coupe des coupes contre Majorque suivie depuis le banc. Alors âgé de 23 ans, l'OM arrive à se le faire prêter dès la saison suivante afin de mener les phocéens en Ligue des champions. Une condition physique précaire et des attitudes de diva surpayée gâchent les belles ambitions marseillaises. N'ayant jamais fait l'effort de s'adapter au championnat de France, le stratège espagnol n'apparaît que douze fois en championnat sous le maillot de l'OM et ne délivre que bien peu de passes magiques, sa prétendue marque de fabrique. Son comportement, sur et en dehors du terrain, laisse penser à une carrière en forme d'étoile filante pour "Little Buddha". Prêté au Barça, revenu à la Lazio, il retrouve finalement ses marques en Catalogne. Arrivé en bout de piste à l'Espanyol en 2002 après une saison presque blanche chez les Biancocelesti, de la Peña retrouve son coup de patte et sa vision du jeu chez les Pericos, où il finira par devenir une légende. Il sera même appelé par Luis Aragones pour porter le maillot de la Roja pendant cinq matchs en 2005. Son dernier fait d'arme a lieu le 21 février 2009 où il vient crucifier au Camp Nou le FC Barcelone de Xavi et Messi que l'on croyait imbattable en inscrivant un doublé. Il raccroche finalement les crampons en 2011 à l'âge de 35 ans. Joseba Exteberria, compagnon d'attaque lors du Mondial des moins de 20 ans au Qatar en 1995, dit de lui "qu'il a marqué l'histoire du football mondial de par sa qualité à faire le spectacle avec une simple passe ". Son ancien coéquipier au Barça Ronaldo rajoutera: "le football est triste. Le départ d'Ivan De La Peña est une grande perte, pour tous ceux qui aiment l'art du football ". Tout simplement.
 
PALMARÈS
Finaliste de l'Euro espoirs en 1996 (Espagne)
Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1997 (FC Barcelone) et 1999 (finale non-jouée) (Lazio Rome)
Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1997 (FC Barcelone)
Finaliste de la Coupe UEFA en 2007 (Espanyol Barcelone)
Champion d'Espagne en 1998 (FC Barcelone)
Vice-champion d'Espagne en 1997 (FC Barcelone)
Vice-champion d'Italie en 1999 (Lazio Rome)
Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1997, 1998 (FC Barcelone) et 2006 (Espanyol Barcelone)
Finaliste de la Coupe d'Espagne en 1996 (FC Barcelone)
Vainqueur de la Supercoupe d'Espagne en 1996 (FC Barcelone)
Finaliste de la Supercoupe d'Espagne en 2006 (Espanyol Barcelone)
Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 1998 (Lazio Rome)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu Révélation de l'année du championnat d'Espagne en 1996
 
SOURCES/RESSOURCES
- So Foot/Le Figaro/Le phocéen
- Photo: ©Marca

27/05/2021
0 Poster un commentaire

Luis Arconada

Luis Arconada.jpg
Luis Arconada

 

Luis Miguel Arconada Echarri

Né le 26 juin 1954 à Saint-Sébastien (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Gardien de but, 1m78 

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 68 sélections

(Matchs amicaux: 40 sélections)

(Qualif Coupe du monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 10 sélections)

(Euro: 8 sélections)

 

1ère sélection : le 27 mars 1977 contre la Hongrie (1-1)

Dernière sélection : le 30 avril 1985 contre le Pays de Galles (0-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png olympique: 2 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U18: 4 sélections

 Pays Basque: 1 sélection

 

1972/75 San Sebastián (ESP) 40 matchs
1975/89 Real Sociedad (ESP) 551 matchs
(Championnat d'Espagne: 414 matchs)
(Coupe d'Espagne: 92 matchs)
(Coupe de la ligue espagnole: 12 matchs)
(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 10 matchs)
(Coupe des Coupes: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 17 matchs)

 

Considéré comme l'un des meilleurs gardiens dans les années 80, beaucoup retiendront malheureusement de Luis Arconada sa seule bourde dans sa carrière. Finale de l'Euro 1984, le dernier rempart de la Roja commet l’irréparable sur un coup-franc sans conviction de Michel Platini. L’Espagne s’incline. Le traumatisme est immense. L’Ibère quitte Paris en paria. Son nom devient un terme universel pour désigner une erreur du gardien. Le lendemain de son anniversaire. Cruel football. Pourtant, le plus capé des internationaux espagnols à l'époque (68 capes) a démontré durant tout le tournoi qu’il n’avait rien perdu de ses qualités. Luis Arconada.jpgIntraitable sur sa ligne, véritable chef de sa défense, Arconada a pris une part prépondérante dans la qualification de son équipe pour la finale. Garçon modéré, calme et mesuré, le portier dissimulait cependant une farouche volonté de gagner. Avec lui, pas d'explosion de joie, pas de geste inutile, mais du travail d'artiste sur sa ligne de but. Du haut de son petit mètre 78, il impressionnait par sa détente et son explosivité. Ce Basque, fidèle parmi les fidèles, n'a jamais voulu quitter son club de toujours, la Real Sociedad, avec lequel il a obtenu deux fois de suite le titre de champion d'Espagne en 1981 et 1982. Et pourtant les "grands" d'Espagne comme le Real Madrid ou le FC Barcelone étaient prêts à dépenser une fortune pour s'attacher ses services. Il en tire d'ailleurs une certaine fierté, celle d'être basque et de vouloir le rester. À tel point que si Arconada n'avait pas été footballeur, il aurait voulu devenir joueur... de pelote basque. Tout un symbole. C'est donc contre son gré que Luis a légué son nom à un geste. À la 55ème minute de ce France-Espagne, dans un Parc des Princes plein à craquer, les Bleus de Michel Hidalgo obtiennent un coup franc à l’entrée de la surface de réparation. Michel Platini enroule sa frappe, qui contourne le mur espagnol. Arconada qui semblait avoir capté le ballon, le voit en réalité, glisser sous son corps et terminer sa course au fond des filets. Après cette grosse "boulette", les Espagnols ne parviennent pas à se reprendre. Ils encaissent même un deuxième but dans le temps additionnel inscrit par Bruno Bellone. Difficile à avaler pour l’ancien gardien, même des années après: "Le poste de gardien, c’est pour le bon comme pour le mauvais côté. Mais le plus dur, c’est que les gens se souviennent de moi seulement pour cette action " a-t-il expliqué, il y a quelques années à la télévision espagnole. La carrière internationale d’Arconada a pris du plomb dans l'aile le lendemain de son trentième anniversaire. Remplacé par Andoni Zubizarreta, il fera lui aussi une boulette des années après, lors du premier tour lors du Mondial 98, face au Nigéria... Néanmoins, au-delà du mirage que représente ce sombre abîme, la vérité de la surface verte demeure. Pendant quinze années, ses brillantes parades ont illuminés les travées populaires du stade d’Atocha. Il est encore possible d’entendre le célèbre "No pasa nada, tenemos a Arconada " ("Il n’y a rien à craindre, nous avons Arconada ") résonner dans les ruelles de San Sebastián. Son écho constitue aujourd’hui la plus formidable des réhabilitations.

 

PALMARÈS


Finaliste de l'Euro en 1984 (Espagne)

Champion d’Espagne en 1981 et 1982 (Real Sociedad)

Vice-champion d’Espagne en 1980 et 1988 (Real Sociedad)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1987 (Real Sociedad)

Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1988 (Real Sociedad)

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en 1982 (Real Sociedad)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Vainqueur du Trophée Zamora en 1980, 1981 et 1982

 

SOURCES/RESSOURCES


- Football Vintage/Streams/Le Figaro

- 1ère photo: ©DR

- 2ème Photo: ©A Football Archive


21/05/2021
0 Poster un commentaire

Miguel Pardeza

Miguel Pardeza.jpg
Miguel Pardeza

 

Miguel Pardeza Pichardo

Né le 8 février 1965 à La Palma del Condado (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Attaquant, 1m65

Surnom: "Ratoncito"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 5 sélections

(Matchs amicaux: 3 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 11 octobre 1989 contre la Hongrie (2-2)

Dernière sélection : le 21 juin 1990 contre la Belgique (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Olympique: 2 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espoirs: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U18: 13 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png U16: 3 sélections, 1 but

 

1982/85 Real Madrid Castilla (ESP) 77 matchs, 19 buts
(Championnat d'Espagne de D2: 69 matchs, 14 buts)
(Coupe d'Espagne: 6 matchs, 4 buts)
(Coupe de la ligue espagnole de D2: 2 matchs, 1 but)
1984/87 Real Madrid (ESP) 39 matchs, 7 buts
(Championnat d'Espagne: 28 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Espagne: 5 matchs, 1 but)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)
(Coupe de la ligue espagnole: 4 matchs, 1 but)
1985/86 Real Saragosse (ESP) (Prêt) 39 matchs, 10 buts
(Championnat d'Espagne: 26 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Espagne: 13 matchs, 5 buts)
1987/97 Real Saragosse (ESP) 328 matchs, 85 buts
(Championnat d'Espagne: 271 matchs, 71 buts)
(Coupe d'Espagne: 32 matchs, 8 buts)
(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)
(Coupe des Coupes: 12 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 3 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
1997/99 Puebla CF (MEX) 36 matchs, 6 buts
 
Miguel Pardeza est connu pour avoir fait partie de la légendaire "Quinta del Buitre" du Real Madrid, composé de Manolo Sanchis, Rafael Martín Vázquez, Míchel et Emilio ButraguenoLe surnom du groupe apparaît pour la première fois dans un article du quotidien "El Pais" en novembre 1983, signé par un journaliste espagnol qui décrit les cinq lurons menant l'équipe réserve au titre de Segunda Division en 1984. Et lancés sous l'égide d'un seul homme: Alfredo Di Stefano, revenu aux affaires en 1982 dans le club qui lui a tout donné. Malheureusement, le seul à ne pas être Madrilène de naissance ne réussissant pas à s'imposer sous le maillot de la Casa Blanca quitte très vite le navire, prêté au Real Saragosse en 1985, avant d'y être cédé deux ans plus tard. Devenu le leader ainsi que le capitaine emblématique des "Blanquillos" durant plusieurs saisons, le feu-follet espagnol sélectionné à cinq reprises remporte en point d'orgue la Coupe des Coupes à Paris contre Arsenal en 1995, avec le fameux but de Nayim qui lobe Seaman du milieu de terrain à la 120ème minute. Il raccroche les crampons au Mexique, comme ses proches coéquipiers de l'époque Míchel et Emilio Butragueno.
 
PALMARÈS
Vainqueur du Championnat d'Europe espoirs en 1986 (Espagne)
Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1995 (Real Saragosse)
Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 1995 (Real Saragosse)
Champion d'Espagne en 1987 (Real Madrid)
Vice-champion d'Espagne en 1984 (Real Madrid)
Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1986 et 1994 (Real Saragosse)
Finaliste de la Supercoupe d'Espagne en 1994 (Real Saragosse)
Champion d'Espagne de D2 en 1984 (Real Madrid Castilla)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Scoopnest

20/05/2021
0 Poster un commentaire

Delfi Geli

Delfi Geli.jpg
Delfí Geli

 

Delfí Geli i Roura

Né le 22 avril 1969 à Salt (ESP)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Défenseur droit, 1m81

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 4 sélections

(Matchs amicaux: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 15 janvier 1992 contre le Portugal (0-0)

Dernière sélection : le 27 janvier 1993 contre le Mexique (1-1)

 

 Catalogne: 2 sélections

 

1987/89 Girona FC (ESP) 20 matchs, 3 buts
1989/91 FC Barcelone B (ESP) 65 matchs, 20 buts
1990/92 FC Barcelone (ESP) 1 match
1991/92 Albacete Balompié (ESP) (Prêt) 33 matchs, 1 but
(Championnat d'Espagne: 32 matchs)
(Coupe d'Espagne: 1 match, 1 but)
1992/94 Albacete Balompié (ESP) 78 matchs, 9 buts
(Championnat d'Espagne: 71 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Espagne: 7 matchs)
1994/99 Atlético Madrid (ESP) 182 matchs, 11 buts
(Championnat d'Espagne: 139 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Espagne: 25 matchs, 2 buts)
(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 8 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs)
1999/2000 Albacete Balompié (ESP) 24 matchs, 6 buts
(Championnat d'Espagne de D2: 23 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
2000/03 Alavés (ESP) 122 matchs, 5 buts
(Championnat d'Espagne: 100 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Espagne: 7 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 15 matchs)
2003/05 Girona FC (ESP) 63 matchs, 7 buts
(Championnat d'Espagne de D3: 60 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Espagne: 3 matchs, 1 but)
 
Attaquant reconverti défenseur droit, Delfi Geli restera à jamais comme le premier international espagnol de l'histoire du plus ancien club de football de La Mancha, l'Albacete Balompié. Passé ensuite par l'Atlético Madrid où il remporte le doublé coupe-championnat en 1996, il connaît au début des années 2000 avec Alavés l'une des plus belles finales de C3. C'était le 16 mai face aux anglais de Liverpool. Un match de tous les records: nombre de buts dans une finale de Coupe de l'UEFA, palme du plus beau scénario, avec 4 buts partout à une poignée de minutes des tirs au but. Mais c'est un autre record qui vaut au coéquipier de Jordi Cruijff, Dan Eggen et Javi Moreno de figurer dans cette liste. À la 116ème minute, le latéral espagnol marque un but de la tête et délivre une bonne partie du stade. Problème: Geli vient de tromper, d'un joli coup de tête, son propre gardien Martin Herrera sur un coup-franc impeccable tiré par l'écossais Gary McAllister. Et détient désormais une performance inégalée: marquer un but en or contre son camp lors d'une finale européenne. Cruel. Sûr que Delfi n'a toujours pas oublié cette soirée à Dortmund.
 
PALMARÈS
Finaliste de la Coupe UEFA en 2001 (Alavés)
Champion d'Espagne en 1996 (Atlético Madrid)
Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1990 (finale non-jouée) (FC Barcelone) et 1996 (Atlético Madrid)
Finaliste de la Coupe d'Espagne en 1999 (Atlético Madrid)
Finaliste de la Supercoupe d'Espagne en 1996 (Atlético Madrid)
Champion d'Espagne de D3 en 1991 (FC Barcelone B)
Vice-champion d'Espagne de D3 en 1990 (FC Barcelone B)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu Révélation de l'année du championnat d'Espagne en 1992
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Mundo Deportivo

20/05/2021
0 Poster un commentaire