FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Bum-Kun Cha

Bum-Kun-Cha--2-.jpg

Bum-Kun Cha

Cha-Bum-Geun (차범근)

Né le 22 mai 1953 à Hwaseong (CRS)

Coree du Sud.png Sud-Coréen, attaquant, 1m79

Surnom: Cha-Boom

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png 128 sélections, 56 buts

(Matchs amicaux: 11 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 20 sélections, 7 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Qualif Coupe d'Asie des Nations: 3 sélections)

(Coupe d'Asie des Nations: 5 sélections, 1 but)

(Jeux Asiatiques: 12 sélections, 2 buts)

(Coupe Merdeka: 34 sélections, 21 buts)

(Coupe du Président: 21 sélections, 15 buts)

(King's Cup: 19 sélections, 7 buts)

 

1ère sélection : le 7 mai 1972 contre l'Irak (0-0)

Dernière sélection : le 10 juin 1986 contre l'Italiue (2-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7122835_201704262527142.png olympique: 6 sélections, 2 buts

 

1972/75 Korea University (CRS)

1976 Seoul Trust Bank FC (CRS)

1976/78 Korea Air Force (CRS) (armée)

1978/79 SV Darmstadt 98 (ALL) 1 match

1979/83 Eintracht Francfort (ALL) 156 matchs, 58 buts

(Championnat d'Allemagne: 122 matchs, 46 buts)

(Coupe d'Allemagne: 12 matchs, 6 buts)

(Coupe des Coupes: 6 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 16 matchs, 5 buts)

1983/89 Bayer Leverkusen (ALL) 215 matchs, 63 buts

(Championnat d'Allemagne: 185 matchs, 52 buts)

(Coupe d'Allemagne: 15 matchs, 7 buts)

(Coupe de l'UEFA: 15 matchs, 4 buts)

 

Élu joueur asiatique du 20ème siècle en 1999, il reste toujours une idole en Corée du Sud et en Allemagne. Après des débuts à l'Université de Corée, il intègre l'équipe nationale des moins de 19 ans et obtient sa première sélection en 1972. Il rejoint ensuite la force aérienne de Séoul et se fait repérer au Jeux asiatiques de Bangkok par le club promu en Bundesliga le SV Darmstadt et devient le premier coréen à signer en Europe. Bum-Kun-Cha--1-.jpgAprès une saison compliquée qui l'ont forcé à passé son service militaire au pays, l'Eintracht Francfort recrute Cha à la fin des années 70, la Corée du Sud ne représente aucun enjeu économique pour lui. Ambition a priori démesurée, mais qui se révèle payante. Cha triomphe au niveau européen dans deux clubs n'occupant pas le devant de la scène allemande, à une époque où il est rarissime pour un étranger de s'imposer en Bundesliga. Sans impressionner avec son mètre 79 et ses 78 kg, Cha se révèle un attaquant puissant, volontaire et efficace à défaut d'être élégant. Six ans durant, Cha Bum va défendre les couleurs de l'Eintracht Francfort. Il remporte la Coupe de l'UEFA en 1980 mais est de surcroît élu meilleur joueur étranger de Bundesliga. En 1983, il rejoint le Bayer Leverkusen qui ont des arguments financiers de poids pour le faire venir et en profite pour ajouter une deuxième Coupe de l'UEFA à son palmarès en 1988. Après un match aller dramatique à l'Espanyol avec une défaite 3 buts à 0, les joueurs refont leur retard de buts au retour à la BayArena après un dernier but décisif du Sud-Coréen. Leverkusen remporte finalement la rencontre aux tirs au but. 17 buts inscrits lors de la saison 85/86 vont confirmer la valeur sûre de ce coréen parfaitement fondu dans le moule allemand. À 35 ans, Cha Bum a toujours du tonus mais plus trop la forme. Il effectue une dernière saison et termine ensuite sa carrière en 1989. Une carrière placée sous le signe du fair-play. Un seul carton jaune à son actif. Il sera pendant un temps recordman de but pour un joueur étranger en Allemagne avec 98 pions inscrits (battu en 1999 par le suisse Stéphane Chapuisat). Il débute ensuite une carrière d'entraîneur en 1991. Il prend la sélection en main en 1997 et qualifie la Corée pour la coupe du Monde organisé en France en 1998. La sélection restera un mauvais souvenir, un peu comme Michel Platini version Euro 92 : l'ancien leader devenu sélectionneur qualifie l'équipe nationale en phase finale mais les résultats s'avèrent catastrophiques (en partie grâce à Guus Hiddink: ses Pays-Bas atomisant la Corée du Sud 5 buts à 0). L'honneur est sauvé face à la Belgique mais il est déjà trop tard pour lui. Seul ombre au tableau, Cha Bum-Geun aura eu le malheur d'être trop en avance sur le football de son pays : il ne jouera que la coupe du Monde en 1986 au Mexique alors que la Corée se qualifiera pour les 5 éditions suivantes, et n'aura même pas l'honneur de jouer en K-League (le nom du championnat de Corée du Sud), qui ne sera créé qu'en 1983. Lui qui portera tout de même à 128 reprises le maillot de la sélection pour 56 buts inscrits entre 1972 et 1986. À l'instar de Franz Beckenbauer, Cha Bum-Geun n'hésite pas à décocher des critiques acerbes sur le football actuel et ses acteurs.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d’Asie des Nations en 1972 (Corée du Sud)

Médaille d’or au Jeux Asiatiques de Bangkok en 1978 (Corée du Sud)

Vainqueur du Tournoi de Merdeka en 1972, 1975, 1977 et 1978 (Corée du Sud)

Finaliste du Tournoi de Merdeka en 1974 (Corée du Sud)

Vainqueur de la King’s Cup en 1973, 1974, 1975 et 1977 (Corée du Sud)

Vainqueur de la Coupe du Président en 1974, 1975, 1976 et 1978 (Corée du Sud)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1980 (Eintracht Francfort) et 1988 (Bayer Leverkusen)

Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 1981 (Eintracht Francfort)

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu Meilleur joueur asiatique du 20ème siècle en 1999 (IFFHS)

Élu meilleur joueur Sud-Coréen de l’année en 1973

Intronisé au Hall of Fame du football coréen

 

DIVERS 


- Son fils Cha Du-Ri est lui aussi footballeur et à joué également à l'Eintracht Francfort entre 2003 et 2006.

 

VIDÉO





30/12/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 981 autres membres