FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

John Fashanu

John Fashanu.jpg
John Fashanu

 

Né le 18 septembre 1962 à Kensington (ANG)

Anglais, Attaquant, 1m85

Surnom: "Fash the bash"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png 2 sélections

(Rous Cup: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 23 mai 1989 contre le Chili (0-0)

Dernière sélection : le 27 mai 1989 contre l'Écosse (2-0)

 

1978/83 Norwich City (ANG) 7 matchs, 1 but
1982 Miramar Rangers (NZL) (Prêt) 11 matchs, 15 buts 
1983 Crystal Palace (ANG) (Prêt) 1 match
1983/84 Lincoln City (ANG) 36 matchs, 11 buts
1984/86 Millwall (ANG) 50 matchs, 12 buts
1986/94 Wimbledon (ANG) 276 matchs, 107 buts
1994/95 Aston Villa (ANG) 16 matchs, 3 buts
(Championnat d'Angleterre: 13 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)

 

Attaquant puissant des années 80 passé par Wimbledon et Aston Villa, John Fashanu est surtout connu pour être le frère de Justin, le premier footballeur noir transféré pour un montant supérieur à un million de livres mais surtout l'un des tout premiers joueurs à avoir assumé publiquement son coming-out. Deux frères élevés ensemble dans la même famille d'accueil du Norfolk, après la séparation des parents. "Fash the flash" et "Fash the bash" écrira-t-on, pour comparer leurs styles. L'éclair et le cogneur. Si Justin n'a pas dépassé les promesses d'un début de parcours exceptionnel, c'est bien le Bash qui a réussi sa carrière, même si ce n'était pas un saint, loin de là. Cauchemar de tous les défenseurs, le style de jeu du colosse est parfaitement décrit par Ronnie Brooks, un recruteur de Norwich City où il a commencé sa carrière: "Fash ne faisait pas de prisonniers. John Fashanu.jpgMême quand il était gamin, vous préfériez toujours l’avoir dans votre camp plutôt que dans celui d’en face." Peut-être parce que, tout gamin, John a été traumatisé quand son père a décidé de repartir au Nigeria. Placé dans un orphelinat, il reste complètement muet pendant plusieurs mois. C'est le foot qu'il l'aidera à s'en sortir. Après Norwich, Lincoln et Millwall, il connaît la gloire avec le "Crazy Gang" de Wimbledon aux côtés de Vinnie Jones et Dennis Wise, et, consécration, honore deux capes pour les Three Lions en 1989. Seulement voilà, il a également baigné dans beaucoup de mauvais coups, au propre comme au figuré. Sur le terrain, "Fash le cogneur" était surtout connu pour son flying-elbow (coup de coude volant). Il a multiplié suspensions et amendes, et a aussi été mouillé (mais acquitté faute de preuves suffisantes) dans une grosse affaire de matches truqués en 1995, où il était poursuivi avec l'ancien gardien de Liverpool, Bruce Grobbelaar. En 1990, quand son aîné de 19 mois avait déclarer son homosexualité, John l'avait quasiment renié, déclarant à la presse que Justin n'était "pas vraiment gay ", qu'il était "un paria qui veut qu'on parle de lui." En vérité, il était furieux car il venait de le payer 75 000 livres (100 000 € à l'époque) "pour qu'il la ferme ", a-t-il admis dans un documentaire retraçant l'histoire des deux frères, ajoutant: "On était des durs à Wimbledon, on était une équipe de machos, nos supporters adoraient cette image virile. Et là soudainement, voilà mon frère qui dit ça? J'avais peur qu'on pense que c'était moi le gay.Justin avait encaissé le chèque mais avait quand même vendu sa confession au Sun. "J'ai vécu ça comme une trahison", a expliqué le cadet des Fashanu dans une bouleversante interview accordée au Daily Mail, en février 2019. "Je me suis comporté comme un monstre avec Justin, a-t-il déploré. Je m'en veux de ne pas avoir été capable de communiquer plus et mieux avec lui. Des années après, j'ai mesuré sa solitude, sa détresse. À cette époque, c'était atroce. On ne pouvait même pas prononcer le mot homosexualité..." Pourtant, celui qui a très longtemps présenté un show TV improbable après avoir raccroché les crampons l'a souvent défendu. Peu de temps après son arrivée à Wimbledon, il suit ses coéquipiers en discothèque lorsqu'on lui rapporte qu’un joueur de QPR, également présent à la soirée, répand des rumeurs sur les penchants homosexuels de son frère. John suit le corbeau jusqu’aux toilettes pendant que ses collègues du Crazy Gang sécurisent la zone... mais Justin intervient avant qu’il n’ait eu le temps de lui démolir le portrait. Plus tard, il évoquera l’incident en ces termes: "Aujourd’hui, Justin n’est plus là, et s’il ne m’avait pas arrêté ce jour-là, ce joueur ne serait plus là non plus. Donc s’il lit ça, il ferait mieux de faire ses prières et de remercier mon frère, parce que sans lui, il ne serait plus de ce monde, mon pote. " Espérant que ce joueur mystérieux l'ai entendu.

 
PALMARÈS
Vainqueur de la Rous Cup en 1989 (Angleterre)
Vainqueur de la Coupe d'Angleterre en 1988 (Wimbledon)
Finaliste de la Charity Shield en 1988 (Wimbledon)
Vice-champion d'Angleterre de D3 en 1985 (Millwall)
 
SOURCES/RESSOURCES
- L'Équipe/So Foot
- 1ère photo: ©PA Archive
- 2ème Photo: ©Popperfoto/Getty images


14/08/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1146 autres membres