FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Jorge Campos

Jorge Campos.jpg
Jorge Campos

 

Jorge Campos Navarrete

Né le 15 octobre 1966 à Acapulco (MEX)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4973363_201507062617752.png Mexicain, Gardien de but/Attaquant, 1m68
Surnoms: El Brody, El Inmortal, Chiqui-Campos, El Chapulin
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4973363_201507062617752.png 130 sélections
(Matchs amicaux: 59 sélections)
(Qualif Coupe du Monde: 26 sélections)
(Coupe du Monde: 8 sélections)
(Gold Cup: 9 sélections)
(Copa America: 15 sélections)
(Coupe des Confédérations: 8 sélections)
(US Cup: 4 sélections)
(Coupe Kirin: 1 sélection)
* dont 2 sélections comme attaquant et 7 sélections comme gardien et attaquant
 
1ère sélection : le 20 novembre 1991 contre l'Uruguay (1-1)
Dernière sélection : le 19 novembre 2003 contre l'Islande (0-0)
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4973363_201507062617752.png non-officiel: 1 sélection
 
1988/95 Pumas UNAM (MEX) 243 matchs, 40 buts
(Championnat du Mexique: 205 matchs, 28 buts)
(Coupe du Mexique: 26 matchs, 5 buts)
(Ligue des champions de la CONCACAF: 12 matchs, 7 buts)
1995/96 Atlante (MEX) 48 matchs
(Championnat du Mexique: 39 matchs)
(Coupe du Mexique: 9 matchs)
1996/97 Los Angeles Galaxy (USA) 46 matchs, 1 but
(Championnat des Etats-Unis: 43 matchs)
(Ligue des Champions de la CONCACAF: 3 matchs, 1 but)
1997 Cruz Azul (MEX) 2 matchs
1998 Chicago Fire (USA) 10 matchs
(Championnat des Etats-Unis: 9 matchs)
(Coupe des Etats-Unis: 1 match)
1998/99 Pumas UNAM (MEX) 43 matchs, 6 buts
2000 Tigres UANL (MEX) 17 matchs
2000/01 Atlante (MEX) 33 matchs
2001/02 Pumas UNAM (MEX) 26 matchs
2002/04 CF Puebla (MEX) 28 matchs

 

Avec son tout petit mètre soixante-huit, ses 130 sélections en équipe du Mexique et ses maillots de gardien de but hauts en couleur, nul besoin de présenter Jorge Campos, "El Brody", "Chiqui-Campos" ou encore "El Chapulin". Il demeure la légende la plus folle du football mexicain, loin devant les ciseaux retournés d’Hugo Sanchez. L'ancien gardien du Mexique est encore dans toutes les mémoires après avoir éclairé la Coupe du Monde aux Etats-Unis en 1994 et en France en 1998... littéralement ! Il attirait forcément l'attention avec ses tenues excentriques, fluorescentes, à damiers verts, jaunes, violets ou roses, inspirées de la mode "surf" d'Acapulco où il est né. Une collection entièrement dessinée par lui. Comme beaucoup des gardiens de but, Campos avait pour habitude de sortir de sa surface et de tenter sa chance. Sa petite taille n'était pas un handicap dans la mesure où il compensait par son agilité et ses sauts. Jorge Campos.jpgPour la caméra, il avait l'habitude de faire le spectacle et de se détendre dans les airs, même s'il n'avait aucun espoir d'arrêter le cuir. L'ascension de Jorge Campos a été tardive mais rapide. Issu d'une famille aisée d'Acapulco, propriétaire de bananeraies et plantations de cocotiers, élève au collège de la Saile, il a commencé à jouer chez les Dauphins de la célèbre station balnéaire. Il y a naturellement fait ses débuts sur les vagues comme sur les terrains. Son mètre 68 et ses 69 kilos ne le destinaient pas à garder les poteaux. Il débute d'abord sa carrière en tant qu’avant-centre. Et, même si, il a rapidement reculé pour garder les cages, son goût pour l’attaque ne s’est, lui, jamais envolé. Il aimait partager ses matchs en deux : une mi-temps dans les buts, une mi-temps sur le champ, en attaque. Tout au long de sa carrière, il lui est ainsi arrivé de monter d'un cran sur le terrain au gré des substitutions, voire de semer la panique balle au pied dans les défenses sans ôter ses gants ! Remarqué en 1983 par l'entraîneur des Pumas et ancien coach de la sélection nationale, Miguel Mejia Baron, il refuse son invitation afin de rejoindre Cruz Azul. Cependant le club refuse de lui signer un contrat en raison de sa "petite" taille. Ce n'est qu'après l'insistance de Baron qu'il entre véritablement chez les Pumas en 1988. On le verra faire des débuts internationaux la même année, remporter la Coupe des clubs champions de la CONCACAF et marquer un but comme avant-centre. En deux ans, il en marquera quinze, devenant meilleur buteur de son club, et mènera les Pumas UNAM au titre de champion du Mexique en 1990/91. Lorsque, au sein de l'équipe nationale, il devient titulaire indiscutable, Jorge Campos donnera aussitôt à l'équipe mexicaine un jeu plus offensif. Il invente, il feint, il joue à l'impulsion mais il est aussi capable de patience. Le jeu de Campos est imprévisible pour celui qui lui fait face car il refuse les stéréotypes. Nommé 3ème meilleur portier mondial en 1993 par la FIFA, il remporte deux Gold Cups de la CONCACAF. Lors de la première, il n'a concédé que deux buts. Lors de la seconde, il est resté invaincu de la première à la dernière minute. Il compte également une Coupe des Confédérations à son tableau de chasse. Mondialement reconnu pour son talent, il s'engage en 1996 avec le Los Angeles Galaxy et attire les foules. Le Mexicain est effectivement à cette époque une formidable vitrine pour la Major League Soccer nouvellement crée. Une vitrine que les gens venaient admirer en masse. Peu étaient ceux qui venaient alors voir un match du Galaxy. Les gens venaient avant tout voir un match de Jorge Campos. Aujourd'hui encore, les 92 000 spectateurs le 16 juin 1996 face au Tampa Bay Munity constituent un record pour un match de MLS. En 16 saisons, toutes passées sur le continent américain, il dispute plus de 400 matchs de championnat et inscrit une trentaine de buts. Il marque le plus beau but jamais inscrit par un gardien de métier à l'époque où il portait la liquette du CF Atlante : une volée en ciseau. Une perle. Arlequin joyeux et inattendu, il raccroche les crampons en 2004 et s'occupe de sa franchise de fast-food spécialisée dans les tortas, "Sportortas Campos". Il est également commentateur sur les chaînes mexicaines. 4ème meilleur gardien du 20ème siècle d’Amérique Centrale et du Nord selon l'IFFHS, ses tenues et son style qui n'avait rien d'habituel sur les terrains resteront à jamais dans les mémoires du football.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Gold Cup en 1993 et 1996 (Mexique)

Finaliste de la Copa America en 1993 (Mexique)

3ème de la Copa America en 1999 (Mexique)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 1999 (Mexique)

3ème de la Coupe des Confédérations en 1995 (Mexique)

Vainqueur de la Ligue des champions de la CONCACAF en 1989 (Pumas UNAM)

Finaliste de la Ligue des champions de la CONCACAF en 1997 (Los Angeles Galaxy)

Champion du Mexique en 1991 (Pumas UNAM) et 1997 (Inv.) (Cruz Azul)

Vice-champion du Mexique en 1990 (Pumas UNAM)

Champion des Etats-Unis en 1998 (Chicago Fire)

Vainqueur de la Coupe des Etats-Unis en 1998 (Chicago Fire)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur gardien de l'année du championnat du Mexique en 1991, 1992, 1993, 1994 et 1995

Ballon d'or d'honneur Mexicain pour sa trajectoire dans le championnat du Mexique en 2016

 

DIVERS


- À Hong Kong pour y disputer la Coupe du Nouvel an lunaire avec la sélection mexicaine en février 1999, Jorge Campos n'aura pas l'honneur de disputer la finale de ce tournoi amical injustement méconnu. Le petit gardien mexicain doit rentrer au pays d'urgence. Du côté de sa ville natale plus précisément, où papa Alvaro a été capturé par huit hommes armés appartenant à la guérilla de l'Armée populaire révolutionnaire. Relâché après six jours de captivité (on évoque la somme d'1,5 million de pesos), Campos senior déclare avec une pointe d'amertume que ses ravisseurs le "nourrissaient mieux que sa propre femme".

 

VIDÉO




05/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 975 autres membres