Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Ramón Quiroga

Ramon Quiroga.jpg
Photo: ©Imago

 

Ramón Quiroga

 

Ramón Quiroga Arancibia

Né le 23 juillet 1950 à Rosario (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4824536_201505162137905.png Péruvien/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Gardien de but, 1m77

Surnom: "El Loco"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4824536_201505162137905.png 40 sélections

(Matchs amicaux: 20 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 11 sélections)

(Coupe du Monde: 9 sélections)

 

1ère sélection : le 9 février 1977 contre la Hongrie (3-2)

Dernière sélection : le 3 novembre 1985 contre le Chili (0-1)

 

1968/71 Rosario Central (ARG) 30 matchs
1972/75 Sporting Cristal (PER)
1976 Independiente (ARG) 25 matchs
1976/82 Sporting Cristal (PER)
1983 Barcelona SC (EQU)
1984 CNI (PER)
1985/86 Universitario (PER)

 

Surnommé "El Loco" ("le fou"), Ramon Quiroga a gardé les cages du Pérou lors des Mondiaux 78 et 82.

 

Cinq fois champion en Argentine et au Pérou, il a été durant une bonne partie de sa carrière le portier du Sporting Cristal, un club souvent décrit comme le troisième du pays derrière l’Alianza Lima et l'Universitario. Anticonformiste, il aimait jouer les gardiens volants au-delà de la ligne médiane. Devenu international péruvien, il est haï par les Argentins pour avoir accepté de jouer avec la Blanquirroja la Coupe du Monde 1978, disputé dans son pays de naissance. Auteur d'un premier tour somptueux, cette fabuleuse génération qui enchantera le football mondial durant plus d'une décennie emmené par le génial Teofilo Cubillas en maestro, le roc Hector Chumpitaz derrière et le subtil perforateur Hugo Sotil s'écroule soudainement au second tour. Pire, Quiroga est fortement soupçonné de s'être laissé aller durant la deuxième phase de poules. En effet, le 21 juin 1978, l'Albiceleste reçoit le Pérou pour le dernier match et a besoin d'une victoire de quatre buts ou plus pour se qualifier pour la finale. Impensable à l'époque, la rencontre se termine pourtant sur un improbable 6 buts à 0. Principal coupable: Ramón Quiroga, né à Rosario... en Argentine, qui n'a pas manqué d'alimenter les suspicions. Mais aucune preuve n'a été donnée. Une sorte de cadeau pour sa petite trahison inca. Beaucoup le considère toujours comme un excellent gardien.

 

PALMARÈS

Vainqueur de la Copa Interamericana en 1976 (Independiente)

Champion d'Argentine en 1971 (Nac.) (Rosario Central)

Champion du Pérou en 1972, 1979, 1980 (Sporting Cristal) et 1985 (Universitario)

Vice-champion du Pérou en 1973 et 1977 (Sporting Cristal) 



20/07/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1193 autres membres