FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Colin Grainger

Colin Grainger.jpg
Colin Grainger

 

Né le 10 juin 1933 à Havercroft (ANG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png Anglais, Ailier gauche, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png 7 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 4 sélections, 3 buts)

(British Home Championship: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 9 mai 1956 contre le Brésil (4-2)

Dernière sélection : le 6 avril 1957 contre l'Écosse (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4851450_201505250042828.png The Football League XI: 2 sélections, 1 but

 

1950/53 Wrexham (ANG) 5 matchs
1953/57 Sheffield United (ANG) 95 matchs, 27 buts
(Championnat d'Angleterre: 67 matchs, 14 buts)
(Championnat d'Angleterre de D2: 21 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Angleterre: 7 matchs, 1 but)
1957/60 Sunderland (ANG) 124 matchs, 14 buts
(Championnat d'Angleterre: 43 matchs, 5 buts)
(Championnat d'Angleterre de D2: 77 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Angleterre: 4 matchs)
1960/61 Leeds United (ANG) 43 matchs, 6 buts
(Championnat d'Angleterre: 41 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
1961/64 Port Vale (ANG) 49 matchs, 8 buts
(Championnat d'Angleterre de D3: 39 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Angleterre: 10 matchs, 2 buts)
1964/66 Doncaster Rovers (ANG) 40 matchs, 3 buts
1966 Macclesfield Town (ANG) 3 matchs
1969/72 Newmillerdam (ANG) (entraîneur-joueur)
1972/78 Woolley Miners Welfare (ANG)

 

Colin Grainger est la seule personne au monde à avoir partagé le vestiaire de Stanley Matthews... et celui des Beatles. À la fin des années 50, et au début des sixties, il était aussi à l’aise à Wembley que sur la scène du London Palladium. Ce mélange de Robbie Williams et de Ryan Giggs débute sa carrière à Wrexham avant d'être vite transféré à Sheffield UTD, ce dernier ayant mis £2500 sur la table pour s’attacher ses services. Joueur talentueux, il est vite considéré comme "le joueur le plus rapide au monde." En 1956, il fait même ses débuts en sélection dans un Wembley bondé. Pas moins de 100 000 personnes avaient fait le déplacement dans le nord de Londres pour voir l’Angleterre affronter le Brésil, futurs champions du monde. Colin Grainger.jpgLes Three Lions l’emportent 4 buts à 2, grâce à deux buts de Grainger. "L’atmosphère à Wembley était incroyable, se souvient-il. C’était le rêve de chaque joueur de se trouver là." D’autant plus qu’il se trouvait en bonne compagnie. "J’avais du mal à croire que j’allais jouer avec Stanley Matthews. C’est le meilleur joueur de tous les temps. Il était entouré de cette aura que ne possèdent que les grands, comme Muhammad Ali ou Tiger Woods, et c’était un vrai gentleman." C'est pendant l’un de ses regroupements internationaux que ses talents vocaux sont reconnus. "J’ai commencé à chanter grâce aux films d’Al Jolson. Je pouvais l’imiter parfaitement. Lors d’un banquet avec la sélection, Nat Lofthouse monte sur scène et annonce à l’équipe que j’allais chanter, ce que j'ai fait. À mon retour à Sheffield, toute la ville était au courant. J'allais bientôt remplir le Sheffield Empire." En effet, il se retrouve quelques semaines plus tard sur la scène au sein de l’orchestre américain The Hilltoppers. L’orchestre lui propose ensuite de l’accompagner en tournée pour 5000 £ par an, soit cinq fois son salaire de footballeur. La tentation est grande, mais notre homme est casanier et refuse la proposition. L'attaquant poursuit sa carrière à Sunderland en 1957, puis à Leeds United en 1960, sans que sa gloire pop ne se tarisse en aucun cas. Il a son propre fan club. Ces concerts lui rapportent £100 par soirée, soit beaucoup plus que sa paie de footballeur estimée à £20 par semaine. "C’était fou. Je recevais des dizaines de lettres de filles et commençais à apparaitre à la télévision " se souvient-il. "J’avais un contrat avec HMV, j'ai joué au London Palladium et j'ai enregistré deux albums." Si on le voit encore foulé les terrains à Port Vale puis au Doncaster Rovers, il partage également l’affiche d’un jeune groupe de Liverpool en 1963: les Beatles. "Ils venaient juste de sortir leur premier tube, et je savais qu’ils deviendraient énormes. Quand je suis rentré dans le vestiaire, Ringo était à genoux en train de jouer avec des voitures miniatures." S’il ne pouvait choisir qu’une profession? "J’ai joué au football jusqu’à 40 ans, mais je choisirai le chant. On peut le faire éternellement." En effet, s’il a depuis longtemps raccroché les crampons, il sort ensuite régulièrement un nouvel album. Colin s’est ensuite reconverti dans la vente, un vrai métier qui lui assurait des revenus plus réguliers. En octobre 2019, il publie son autobiographie “The Singing Winger”. "J’étais beaucoup plus nerveux avant un concert qu’avant un match, expliquera l’ailier chantant. Au foot, j’étais un homme parmi onze. Dans la musique, j’étais seul face au public."

 

PALMARÈS


Vainqueur du British Home Championship en 1957 (Angleterre)

Vainqueur du championnat d'Angleterre de D4 en 1966 (Doncaster Rovers)

 

SOURCES/RESOURCES


- extrait d'interview de Four Four Two sorti en février 2006

- 1ère Photo: ©Popperfoto/Getty images

- 2ème photo: ©The FA



04/10/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1146 autres membres