FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Maniche

Maniche.jpg
Maniche

 

Nuno Ricardo de Oliveira Ribeiro

Né le 11 novembre 1977 à Lisbonne (POR)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png Portugais, Milieu de terrain, 1m73

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png 53 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 17 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 14 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 7 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 8 sélections, 1 but)

(Euro: 6 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 29 mars 2003 contre le Brésil (2-1)

Dernière sélection : le 31 mars 2009 contre l'Afrique du Sud (2-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png B: 2 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png espoirs: 10 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png U20: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png U18: 8 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png U17: 4 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4968680_201507054500403.png U15: 4 sélections

 

1995/96 Benfica (POR) 2 matchs
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1996/99 Alverca (POR) 81 matchs, 12 buts
(Championnat du Portugal: 26 matchs, 3 buts)
(Championat du Portugal de D2: 52 matchs, 7 buts)
(Coupe du Portugal: 3 matchs, 2 buts)
1999/2002 Benfica (POR) 67 matchs, 13 buts
(Championnat du Portugal: 54 matchs, 11 buts)
(Coupe du Portugal: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 1 but)
2002 Benfica B (POR) 1 match
2002/05 FC Porto (POR) 123 matchs, 23 buts
(Championnat du Portugal: 80 matchs, 16 buts)
(Coupe du Portugal: 8 matchs, 2 buts)
(Ligue des Champions: 20 matchs, 3 buts)
((Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 2 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
2005/06 Dynamo Moscou (RUS) 12 matchs, 2 buts
2006 Chelsea (ANG) (Prêt) 11 matchs
(Championnat d'Angleterre: 8 matchs)
(Coupe d'Angleterre: 3 matchs)
2006/09 Atlético Madrid (ESP) 84 matchs, 8 buts
(Championnat d'Espagne: 64 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Espagne: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 9 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
(Coupe Intertoto: 2 matchs)
2008 Inter Milan (ITA) (Prêt) 11 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 8 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 3 matchs)
2009/10 FC Cologne (ALL) 30 matchs, 3 buts
(Championnat d'Allemagne: 26 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Allemagne: 4 matchs, 1 but)
2010/11 Sporting CP (POR) 18 matchs, 1 but
(Championnat du Portugal: 17 matchs, 1 but)
(Coupe du Portugal: 1 match)
 
Avec sa frappe de balle incroyable, et son sens tactique au-dessus de la moyenne, Maniche avait tout pour devenir un grand milieu de terrain au niveau international. Et pourtant, malgré un parcours plus qu'honorable en sélection, le petit protégé de Mourinho a bien galéré en club. S’il fait ses véritables débuts officiels avec le petit club d’Alverca, Maniche va vraiment apprendre le football en débarquant au centre de formation de Benfica. Lancé lors d'un match de Coupe UEFA à Lierse en Belgique à tout juste 18 ans, le polyvalent milieu de terrain va vraiment rayonner avec le maillot du Benfica les années suivantes. À l'origine de l'éclosion de Maniche, un homme : José Mourinho. Les deux hommes se rencontrent pour la première fois, alors que le Mou assure un intérim au Benfica. Lors d’un match d’entraînement contre l’équipe B, en 2000, la star montante du club s’était fendu d’un vilain tacle sur un jeunot qui venait de lui chiper le ballon. Punition du Mou: deux tours de terrain. Maniche.jpgEffectués par le milieu de terrain en… 45 minutes. Mourinho laisse faire, mais le lendemain, envoie Maniche au soin : "Un joueur qui ne peut faire que deux tours de terrain en 45 minutes n'est pas en état de jouer. Jusqu'à nouvel ordre, tu iras t'entraîner seul avec le préparateur physique. " Une semaine plus tard, il le titularise contre toute attente, et en fait son capitaine: "Je veux désormais que tu sois un exemple pour tous les jeunes du club. " Une leçon d'humilité que le milieu de terrain oubliera trop souvent. En 2002, Maniche refuse de prolonger son contrat et est donc écarté du groupe jusqu'à la fin de la saison. Mourinho, fraîchement arrivé à Porto, saute sur l'occasion et l'attire dans son nouveau club. Avec le succès que l'on connaît : deux championnats, une Coupe du Portugal et surtout une Coupe de l'UEFA en 2003 et une Ligue des champions en 2004. Plus populaire dans son pays que Pauleta ou Deco, il va être l'auteur d'un Euro 2004 ahurissant. Le 30 mai, le Portugal joue la demi-finale de "sa" compétition contre les Pays-Bas. C'est la 58ème minute. Cristiano Ronaldo joue rapidement le corner en retrait. Maniche le réceptionne à l'angle de la surface. Il contrôle, il lève la tête, repousse légèrement le ballon, arme, et déclenche une frappe dont il a le secret. La balle reste un temps interminable en l'air avant de se loger aussi violemment que délicatement dans la lucarne du très grand Van der Sar. Le break est fait. Maniche vient d'envoyer son pays en finale du Championnat d'Europe contre la Grèce, en signant le plus beau but de la compétition. Et de devenir le véritable symbole de cette sélection portugaise. Même si les Lusitanos échoue à l'étape finale, celui qui tient son surnom d'une vague ressemblance avec Michael Manniche, un joueur danois du Benfica, vient de réaliser un Euro 2004 incroyable. Sorte de mutant aux fulgurances techniques parcimonieuses, doté d'une frappe à déclenchement automatique dès les 25 mètres franchis et d'un sens du placement qui rappelle Frank Lampard, Maniche s'impose comme un pion essentiel de Luiz Felipe Scolari. Parmi Figo, Cristiano Ronaldo, Deco et Pauleta, il assure l'équilibre avec Costinha. Pourtant, il souffre d'un déficit flagrant et récurrent de reconnaissance sur le marché international. En 2005, c'est par dépit qu'il quitte Porto pour le Dynamo Moscou pour 16 millions d'euros, soit le plus gros transfert du championnat russe à l'époque. Les grands clubs auquel le métronome lisboète croyait ne se sont finalement pas manifestés. En une saison, il ne dispute que douze matchs et inscrit deux buts. C'est alors que Mourinho tente de le remettre sur pied avec un prêt à Chelsea. Là encore, l'acclimatation est difficile. Il se distingue pourtant dès sa première titularisation, aussi furtive que cataclysmique, par une expulsion à la 14ème minute. C'est l'objet d'un divorce, semble-t-il irréversible, avec Mourinho. Le boss des Blues, déjà riche en milieux récupérateurs (Essien, Makelele et Lampard), refuse de lever l'option d'achat de sept millions d'euros à la fin de la saison. Après un Mondial 2006 honorable où il est nommé parmi les dix meilleurs joueurs du tournoi, ponctué d'un but fabuleux, toujours contre les Pays-Bas, Maniche est pourtant sans club. Il signe finalement à l'Atlético Madrid. Après trois années au temps de jeu famélique et un prêt à l'Inter, Maniche ne comprend pas pourquoi son statut n'est pas le même en club qu'en sélection et le fait savoir à son club. Exclu du groupe pour "manquement au règlement intérieur du club", son contrat est finalement résilié deux mois avant son terme. Il part donc dans un cinquième championnat, à Cologne sans que personne ne s'en soucie. Après une saison aux côtés de son compatriote Petit, son contrat est à nouveau résilié. À l'amiable, cette fois-ci. Maniche veut retourner au pays, là où tout le monde l'aime et le considère comme un grand joueur. Souvent taxé d'arrogance, ses coups de sang sont acceptés là-bas. Alors même s'il écope de trois matchs de suspension en répondant aux insultes des supporters adverses, les quatre buts qu'il inscrit font tout oublier. Aux côtés de Pedro Mendes et André Santos, le milieu de terrain du Sporting Portugal est impénétrable. Ainsi, Maniche a pu terminer sa carrière sur une note plus joyeuse. Si seulement il avait retenu la petite leçon de Mourinho...
 
PALMARÈS
Finaliste de l'Euro 2004 (Portugal)
4ème de la Coupe du Monde en 2006 (Portugal)
Vainqueur de la Ligue des champions en 2004 (FC Porto)
Vainqueur de la Coupe UEFA en 2003 (FC Porto)
Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 2004 (FC Porto)
Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 2003 et 2004 (FC Porto)
Champion du Portugal en 2003 et 2004 (FC Porto)
Vice-champion du Portugal en 1996 (non-joué) (Benfica) et 2005 (FC Porto)
Champion d'Angleterre en 2006 (Chelsea)
Champion d'Italie en 2008 (Inter Milan)
Vainqueur de la Coupe du Portugal en 2003 (FC Porto)
Finaliste de la Coupe du Portugal en 2004 (FC Porto)
Finaliste de la Coupe d'Italie en 2008 (Inter Milan)
Vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 2003 et 2004 (non-joué) (FC Porto)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 2004
Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 2006
Nommé dans l'équipe type de l'année UEFA en 2004
Élu joueur de l'année du FC Porto en 2004
À reçu la Médaille du Mérite de l'Ordre de l'Immaculée Conception de Vila Viçosa en 2006


04/09/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1031 autres membres