FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Vata

Vata.jpg
Vata

 

Vata Matanu Garcia

Né le 19 mars 1961 à Damba (AGO)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7116502_201704222430852.png Angolais, Attaquant, 1m79

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7116502_201704222430852.png 65 sélections, 20 buts

 

1980/83 Progresso (AGO)
1983/84 RD Águeda (POR)
1984/88 Varzim (POR) 77 matchs, 26 buts
1988/91 Benfica Lisbonne (POR) 94 matchs, 45 buts
(Championnat du Portugal: 77 matchs, 37 buts)
(Coupe du Portugal: 5 matchs, 3 buts)
(Supercoupe du Portugal: 1 match, 1 but)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 7 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
1991/92 Estrela Amadora (POR) 17 matchs, 3 buts
1992/93 Torreense (POR) 23 matchs
1993/94 Floriana (MLT) 9 matchs, 5 buts
1995/97 Gelora Dewata (IDN) ? matchs, 14 buts
1998/99 Persija (IDN)
 

Vata Matanu Garcia n’en démord pas. S’il est célèbre, il sait qu’il le doit à sa main et uniquement à cela. 18 avril 1990. Demi-finale retour de Coupe d'Europe des clubs champions face à l’Olympique de Marseille. Après la défaite 2 buts à 1 au stade Vélodrome, le Benfica Lisbonne est dans l’obligation de gagner au Estádio da Luz. Voyant ses hommes incapables de perçer les filets de Jean Castaneda, Sven-Göran Eriksson fait alors entrer son joker de luxe, Vata. Alors que Marseille semble assurer le 0-0, les Portugais obtiennent un corner. Devant le but, et à la lutte avec Eric Di Meco, l'international Angolais délivre le public portugais en reprenant de la main une déviation de la tête de Mats Magnusson. Malgré les contestations des olympiens, l’arbitre belge, Marcel Van Langenhove, accorde le but sans se poser de questions et la qualification du Benfica pour la finale de C1. Si, en France, son nom n'évoquait rien avant cette fameuse main, Vata n'était pas un inconnu au Portugal. Arrivé au Benfica un an plus tôt, il fut aussitôt sacré meilleur buteur du championnat, contribuant ainsi au vingt-huitième titre du grand club lisboète. Mais la saison suivante, l'entraîneur suédois a préféré en faire un remplaçant. Lors de la finale à Vienne, contre l'intouchable Milan AC, Vata entrera bien dans le dernier quart d'heure. Mais il ne rééditera pas son exploit. Ironiquement, ce but signe le début de la fin pour Vata au Benfica Lisbonne qu’il quittera un an plus tard. Il devient un véritable globe trotter. Libre de tout contrat, son nom sera évoqué par les recruteurs de quelques clubs français. Sans suite. Lors de la saison 1991/92, il s’engage à Estrella Amadora et au SCU Torreense l’année suivante. Sa célébrité en prend un coup, il retombe dans l’oubli. Ses penchants pour les voyages prennent tous leur sens puisqu’il déménage à Malte, à Floriana en 1993, et y gagne une coupe nationale. Sa dernière saison de joueur, il la passe en Indonésie et rejoint un certain Roger Milla déjà en place dans un autre club. Entraîneur-joueur à Gelora, Vata réussit sa reconversion. Après un bref passage aux Etats-Unis où il s'est essayé au futsal, il endosse définitivement la tenue d'entraîneur en 1999 avec Bali, et décroche un titre de champion pour sa première saison. Malheureusement, son but restera associé pour toujours à l'une des plus grandes déceptions de l'histoire de l'OM en Coupe d'Europe.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1990 (Benfica)

Champion du Portugal en 1989 et 1991 (Benfica)

Vice-champion du Portugal en 1990 (Benfica)

Vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 1989 (Benfica)

Vainqueur de la Coupe de Malte en 1994 (Floriana)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du championnat du Portugal en 1989 (16 buts) (Benfica)



07/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1021 autres membres