FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Allemagne/RFA/RDA


Klaus Allofs

Klaus Allofs.jpg
Klaus Allofs

 

Klaus Allofs

Né le 5 décembre 1956 à Dusseldorf (ALL)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, Attaquant, 1m74

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 56 sélections, 17 buts

 

1975/81 Fortuna Düsseldorf (ALL) 169 matchs, 71 buts

1981/87 FC Cologne (ALL) 177 matchs, 88 buts

1987/89 Olympique de Marseille (FRA) 53 matchs, 20 buts

1989/90 Bordeaux (FRA) 37 matchs, 14 buts

1990/93 Werder Brême (ALL) 78 matchs, 18 buts

 

Fine moustache, regard perçant, Klaus Allofs, frère ainé de Thomas, était un redoutable attaquant comme l’Allemagne savait en produit dans les années 80. Avec ses grandes chevauchées et ses dribbles chaloupés, tout le jeu de Klaus résidait dans son placement et son sang froid : un vrai renard des surfaces. Il fait ses débuts avec le TuS Gerresheim avant de rejoindre le Fortuna Düsseldorf, le club phare de sa vile de naissance. À 19 ans, il fait ses débuts avec l’équipe et s’impose en fin de saison avec 12 apparitions. Propulsé titulaire indiscutable dès 1976, il commence doucement sa carrière d’avant-centre, tournant à 7 buts en moyenne. Son irrésistible attention se concrétise par une place de finaliste malheureux de la Coupe d’Allemagne en 1978. En face, c’est le FC Cologne, et ses stars : Harald Schumacher dans les buts et Dieter Muller devant, sans oublier le japonais Yasuhiko Okudera. Klaus Allofs.jpgBattu 2 à 0, Düsseldorf récupère tout de même un ticket pour la Coupe des coupes. Pour Klaus ce sera le déclic : l’attaquant anonyme de bundesliga se transforme en une véritable machine à marquer : 22 pions dans la saison et un passeport pour la gloire et les trophées : vainqueur de la Coupe d’Allemagne, le club atteint également la finale de la C2. En face c’est le Barça de Johan Neeskens et Hans Krankl. Le club allemand tient la dragée haute aux catalans dans une première mi-temps folle qui se solde sur un 2-2, avant de sombrer 4 buts à 3 en prolongation. Klaus, meilleur buteur du championnat, est logiquement appelé en sélection et débute contre la Tchécoslovaquie en octobre 1978, premier match d’une série de 56 sélections. Dusseldorf rentrera dans le rang après ses exploits européens. Pour Klaus en revanche, la courbe reste ascendante : en 1980 il remporte l’Euro avec la Mannschaft. Décidément, à l’étroit dans son club, il laisse son frangin à quai et, à l’été 1981, signe au FC Cologne, grand club de l’époque. Il fait une bonne première saison sous ses nouvelles couleurs, mais se blesse peu avant la fin du championnat. Il manquera donc la Coupe du Monde espagnole en 1982. Il remporte une nouvelle coupe d’Allemagne la saison suivante. Après un Euro 84 décevant, il renoue avec des stats impressionnantes, tournant à plus de 20 buts, et terminant meilleur buteur en 1985, avec 26 réalisations. Qualifié en Coupe UEFA, les allemands atteindront la finale, après un beau parcours. À nouveau des espagnols leur barreront la route, après le Barca, Klaus se frotte au Real Madrid, pour le même résultat. Etrillé 5 à 1 au stage Santiago Bernabeu, le match retour n’a que peu d’intérêt. Dans la foulée, Klaus dispute la coupe du Monde. Par rapport à 1982, on prend les mêmes et on recommence : l’Allemagne élimine la France assez facilement en demi mais perd contre l’Argentine de Diego Maradona en finale. Décidément Klaus commence a avoir un côté chat noir : déjà 8 finales disputées et 4 de perdues. Après une dernière saison du côté de Cologne, Klaus envisage un départ. Il débarque sur la Canebière en 1987. L’OM va souffler le chaud et le froid toute la saison, pour au final un gros flop… ça se marche dessus entre les stars et l’équipe ne trouve jamais la bonne carburation. Klaus est dans une situation compliquée, d’autant plus qu’en sélection, l’émergence de Rudi Völler et Jürgen Klinsmann précipite sa fin de carrière international. Il reste néanmoins à l’OM, qui comme à l’accoutumée fait un gros ménage à l’intersaison. Avec 13 buts en 31 matchs, Klaus est un des rares à donner satisfaction… Sérieusement concurrencé par l'arrivée d'Eric Cantona, il fait toute de même sa saison et contribue grandement au doublé Coupe-Championnat réalisé par l’OM cette saison là, mettant quelques buts importants. Victime d’un marché de dupe, Klaus est refourgué à Bordeaux en échange d'Alain Roche et Jean Tigana. Il fait la doublette avec Piet den Boer le géant venu du FC Malines. Leader quasiment toute la saison, Bordeaux craque à quelques journées de la fin, après une défaite à Nantes. L’OM sera sacré champion. Avec 14 buts, il n’aura pas démérité. Il quitte les Girondins pour des raisons économiques et termine sa riche carrière au Werder Brême. Alors qu’on le croit finit, il va engranger quelques trophées. Vainqueur de la coupe d’Allemagne en 1991, il remporte enfin une Coupe d'Europe en 1992, la Coupe des coupes, disposant de Monaco en finale par 2 buts à 0. Pour sa dernière saison, Klaus remporte enfin le graal, un titre de champion d’Allemagne après lequel il a longtemps couru. Au final, Klaus Allofs, le plus doué des 2 frères, aura connu une magnifique carrière. À l’aise de ses 2 pieds, très adroit devant le but, doté d’un bon jeu de tête, il compensait largement sa lenteur relative et sa technicité moyenne par un sens du placement, un flair et un mental d’acier, typiquement allemand.

 
PALMARÈS
Vainqueur de l'Euro 1980 (RFA)
Finaliste de la Coupe du Monde en 1986 (RFA)
Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1992 (Werder Brême)
Finaliste de la Coupe UEFA en 1985 (FC Cologne)
Finaliste de la Coupe des Coupes en 1979 (Fortuna Düsseldorf)
Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1993 (Werder Brême)
Champion d’Allemagne en 1993 (Werder Brême)
Vice-champion d’Allemagne en 1982 (FC Cologne)
Champion de France en 1989 (Marseille)
Vice-champion de France en 1990 (Bordeaux)
Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 1979, 1980 (Fortuna Düsseldorf), 1983 (FC Cologne) et 1991 (Werder Brême)
Finaliste de la Coupe d’Allemagne en 1978 (Fortuna Düsseldorf)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur de l’Euro 1980 (3 buts)
Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 1986 (9 buts) (FC Cologne)
Meilleur buteur du championnat d’Allemagne en 1979 (22 buts) (Fortuna Düsseldorf) et 1985 (26 buts) (FC Cologne)
 
DIVERS
- Il est le frêre aîné de Thomas Allofs, ancien international allemand de 1985 à 1988.
- Le football n'était pas la seule passion de l'enfant chéri du Rheinstadion. Il entretenaît une écurie de course. Il a même disputé des courses de trot sur l'hippodrome de Düsseldorf.
 
Klaus Allofs.jpg

19/04/2017
0 Poster un commentaire

Ulf Kirsten

Ulf Kirsten.jpg
Ulf Kirsten

 

Ulf Kirsten

Né le 4 décembre 1965 à Riesa (ALL)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, Attaquant, 1m72

Surnom: "Der Schwatte"

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 51 sélections, 20 buts http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4868438_201505305821710.png 49 sélections, 14 buts

 

1983/90 Dynamo Dresde (ex-RDA) 154 matchs, 57 buts

1990/2003 Bayer Leverkusen (ALL) 350 matchs, 182 buts

 

Un peu à l'image de Gerd Müller, Ulf Kirsten aura essentiellement fait une chose pendant toute la durée de sa carrière : marquer des buts. Technique et vif grâce à son petit gabarit (1m72 pour 81 kg), Ulf Kirsten a porté l'attaque du Bayer Leverkusen pendant treize ans avec 182 pions inscrits. Né dans la région de la Saxe, il débute au Dynamo Dresde en 1983 et y passe sept saisons. Il est l'un des meilleurs joueurs du championnat de RDA, inscrivant 57 buts en 154 matchs sous les couleurs du Dynamo. Souvent privé du titre par le Dynamo de Berlin, il remporte tout de même deux championnats et une coupe nationale. Après la chute du mur de Berlin en 1990, Ulf Kirsten quitte le navire pour rejoindre le Bayer Leverkusen. Trois fois meilleur buteur de la Bundesliga, il termine sa carrière en club avec 290 buts au compteur. Ulf Kirsten est le seul joueur d'origine est-allemande à avoir joué quasiment autant de matchs avec la RFA (51 sélections) qu'avec sa RDA natale (49 sélections), ce qui lui confère encore aujourd'hui une très grande popularité un peu partout en Allemagne. Avec 34 buts internationaux, il participe à sa première grande compétition sur le tard à l'âge de 29 ans. C'était la Coupe du Monde 1994. Il est également de la partie lors du Mondial 1998 et de l'Euro 2000. Surnommé "der Schwatte", en raison de ses cheveux noirs et de sa barbe de trois jours, il met un terme à sa carrière en 2003 à l'âge de 37 ans.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Ligue des Champions en 2002 (Bayer Leverkusen)

Vice-champion d’Allemagne en 1997, 1999, 2000 et 2002 (Bayer Leverkusen)

Champion de RDA en 1989 et 1990 (Dynamo Dresde)

Vice-champion de RDA en 1984, 1985 et 1987 (Dynamo Dresde)

Finaliste de la Coupe d’Allemagne en 2002 (Bayer Leverkusen)

Vainqueur de la Coupe de RDA en 1985 et 1990 (Dynamo Dresde)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu footballeur est-allemand de l'année en 1990

Meilleur buteur de la Coupe des Coupes en 1994 (5 buts) (Bayer Leverkusen)

Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 1995 (10 buts) (Bayer Leverkusen)

Meilleur buteur du championnat d’Allemagne en 1993 (20 buts), 1997 (22 buts) et 1998 (22 buts) (Bayer Leverkusen)

 

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5025211_201507305157868.jpg


24/01/2017
0 Poster un commentaire

Jupp Heynckes

Jupp Heynckes.jpg
Jupp Heynckes

 

Josef Heynckes

Né le 9 mai 1945 à Mönchengladbach (ALL)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, Attaquant, 1m80

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 39 sélections, 14 buts

 

1963/67 Borussia Mönchengladbach (ALL) 82 matchs, 50 buts

1967/70 Hanovre (ALL) 86 matchs, 25 buts

1970/78 Borussia Mönchengladbach (ALL) 226 matchs, 168 buts

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1974 (RFA)

Vainqueur de l'Euro 1972 (RFA)

Finliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1977 (Borussia M'Gladbach)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1975 (Borussia M'Gladbach)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1973 (Borussia M'Gladbach)

Champion d’Allemagne en 1971, 1975, 1976 et 1977 (Borussia M'Gladbach)

Vice-champion d’Allemagne en 1974 et 1978 (Borussia M'Gladbach)

Vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 1973 (Borussia M'Gladbach)

Vainqueur de la Supercoupe d’Allemagne en 1977 (Borussia M'Gladbach)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Coupe d'Europe des clubs champions en 1976 (6 buts) (Borussia M'Gladbach)

Meilleur buteur de la Coupe des Coupes en 1974 (8 buts) (Borussia M'Gladbach)

Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 1973 (12 buts) et en 1975 (11 buts) (Borussia M'Gladbach)

Meilleur buteur du championnat d’Allemagne en 1974 (30 buts) et 1975 (27 buts) (Borussia M'Gladbach)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1972

À reçu la médaille Silbernes Lorbeerblatt en 1974


16/01/2017
0 Poster un commentaire

Oliver Bierhoff

Oliver Bierhoff.jpg
Oliver Bierhoff

 

Oliver Bierhoff

Né le 1er mai 1968 à Karlsruhe (ALL)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, attaquant, 1m91

Surnom: Ollie

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 70 sélections, 37 buts

 

1986/88 Bayer Uerdingen (ALL) 31 matchs, 4 buts

1988/90 Hambourg SV (ALL) 34 matchs, 6 buts

1990 Borussia M'Gladbach (ALL) 8 matchs

1990/91 Austria Salzburg (AUT) 32 mactchs, 23 buts

1991/95 Ascoli (ITA) 117 matchs, 48 buts

1995/98 Udinese (ITA) 86 matchs, 57 buts

1998/2001 Milan AC (ITA) 91 matchs, 37 buts

2001/02 AS Monaco (FRA) 18 matchs, 5 buts

2002/03 Chievo Verone (ITA) 26 matchs, 7 buts

 

Réputé pour son jeu de tête, Oliver Bierhoff s'est révélé lors de l'Euro 96, après son double exploit réalisé en finale face aux Tchèques. De 1986 à 1990, il n'est qu'un anonyme attaquant du championnat allemand. Bierhoff quitte son pays natal en 1990 et rejoint un championnat de seconde zone, le championnat autrichien. Après une saison réussie à Salzbourg (23 buts), il rejoint la deuxième division italienne où il a quand même été sacré meilleur buteur de Série B en 1993. Il rejoint ensuite l'Udinese en 1995. Dans le Frioul, Bierhoff devient l'un des meilleurs buteurs en Europe, il se fait remarquer lors de sa première saison en inscrivant 17 buts en 31 matchs. Oliver Bierhoff.jpgCette efficacité conduit le sélectionneur Berti Vogts à lui offrir sa chance en équipe nationale et à le retenir avec la sélection pour l'Euro 1996. À 28 ans, il n'est que remplaçant. En phase de poule, le buteur de l'Udinese ne joue que le deuxième match avec ses partenaires de la "Mannschaft". Puis, en quart comme en demi-finale, le sélectionneur allemand Berti Vogts ne le fait même pas jouer une seule minute. Alors, quand Oliver Bierhoff remplace Mehmet Scholl à la 69ème minute de la finale, son entrée paraît anecdotique. Pourtant, après seulement 4 minutes de jeu, le grand attaquant allemand réceptionne un coup-franc de Christian Ziege et envoie la balle de la tête au fond des filets. Son égalisation permet à l'Allemagne de jouer les prolongations. Pour la première fois de l'histoire de l'Euro, c'est la règle du but en or qui s'applique. L'équipe qui marque en premier gagne la finale. Oliver Bierhoff, décidément intenable, trompe la défense tchèque après un contrôle de balle dos au but et inscrit son deuxième but de la soirée, du pied gauche cette fois-ci. Il offre la victoire à son pays et devient un vrai héros national. Le capitaine Matthias Sammer, futur Ballon d’or 1996 et meilleur joueur de l’Euro, pouvait brandir un trophée bien mérité. La suite de sa carrière sera plus conforme à son nouveau statut. En 1997-98, il est le meilleur buteur du Calcio, avec 27 réalisations et termine troisième de Série A avec les noirs et blancs. Au cours de l'été, il signe en faveur du grand Milan AC. Il est l'un des protagonistes de la course poursuite avec la Lazio qui débouche sur son premier titre de champion d'Italie. Il jouera pour le club lombard de 1998 à 2001. Il devient aussi un cadre de la Mannschaft et participe à la Coupe du monde 1998 et l'Euro 2000 avec le brassard de capitaine. La fin de sa carrière est plus difficile. Peu utilisé au Milan AC, il rejoint l'AS Monaco où il dispute une saison sans relief. Malgré cela, il est retenu avec la sélection pour la Coupe du monde 2002. Contre toute attente, la Mannschaft arrive à se hisser en finale. Lors de celle-ci, Bierhoff entre en jeu à la 74ème minute pour tenter de rééditer l'exploit de 1996. Sans succès, l'Allemagne sera battue 2 à 0. Il joue sa dernière saison en 2002-2003 avec le Chievo Vérone avant de prendre sa retraite. Pour son dernier match, il inscrit un triplé contre la Juventus Turin. Son bilan en équipe nationale est raisonnable, Il inscrit 37 buts en 70 sélections avec l'Allemagne de 1996 à 2002. Il intègre la fédération allemande en 2004.
 
PALMARÈS
Vainqueur de l'Euro 1996 (Allemagne)
Finaliste de la Coupe du Monde en 2002 (ALlemagne)
Champion d’Italie en 1999 (Milan AC)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu footballeur allemand de l’année en 1998
Meilleur buteur du championnat d’Italie en 1997 (27 buts) (Udinese)
Meilleur buteur du championnat d'Autriche en 1991 (23 buts) (Austria Salzburg)
Meilleur buteur du championnat d'Italie de D2 en 1993 (20 buts) (Ascoli)
Intronisé au Hall of Fame du Milan AC
À reçu La médaille Silbernes Lorbeerblatt en 1996 et 2002

16/03/2016
0 Poster un commentaire

Ernest Willimoski

Ernst Willimoski.jpg
Ernest Willimoski

 

Ernst Otto Pradella Willimoski

Né le 23 juin 1916 à Kattowitz (ALL)

Décédé le 30 août 1997 à Karlsruhe (ALL)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png Polonais, http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, attaquant, 1m72

Surnom: "Ezi"

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4949842_201506290903363.png 22 sélections, 21 buts  Allemagne nazie.png 8 sélections, 13 buts

 

1927/34 FC Katowice (POL)

1934/39 Ruch Chorzow (POL) 86 matchs, 112 buts

1939 Bismarckhütter SV (ALL)

1939/40 1. FC Kattowitz (ALL)

1940/42 Chemnitzer FC (ALL)

1942/43 TSV Munich 1860 (ALL)

1943 LSV Mölders Krakau (ALL)

1944 Karlsruher FV (ALL)

1946/47 Ascota Chemnitz (ALL)

1947 SG Babelsberg (ALL) (non-officiel)

1947 TSG Arolsen (ALL) (non-officiel)

1948/49 BC Augsburg (ALL) 6 matchs, 3 buts

1949 RC Strasbourg (FRA) (non-officiel)

1949/50 Offenburger FV (ALL)

1950/51 FC Singen 04 (ALL) 30 matchs, 16 buts

1951/55 VfR Kaiserslautern (ALL) 90 matchs, 70 buts

1956/59 Kehler FV (ALL)

 

Surnommé "Ezi", Ernst Willimowski a dû accomplir sa carrière en pleine guerre. L’annexion de la Pologne et l’interdiction du sport aux Polonais d’origine ne le freinent pourtant pas. Willimowski inscrit but sur but et devient le premier joueur de l’histoire à marquer 4 buts en un seul match en phase finale d’un Mondial. C’était lors de Pologne-Brésil (5-6) à Strasbourg en 1938. Né sous le nom de Ernst Otto Pradella en Haute-Silésie, il a grandi dans une famille germanophone. Il débute dans le meilleur club de la minorité allemande en Pologne, le FC Katowice. Il rejoint ensuite en 1932 le club voisin champion en titre le Ruch Wielkie Hajduki, l'ancêtre du Ruch Chorzow. Dès sa première saison, il inscrit 33 buts et s'impose très vite l'un des leaders de l'équipe. http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5165961_20151003132823.jpgAvec Teodor Peterek et Gerard Wodarz, il forme l'attaque la plus efficace dans l'histoire du championnat polonais. Avec le club, il remporte 5 fois le championnat de Pologne (1933, 1934, 1935, 1936 et 1938). Il inscrit 112 buts en 86 matchs et fini deux fois meilleur buteur, en 1934 et 1936. Il détient aussi le record de buts inscrits dans un match du championnat de Pologne, 10 buts lors d'une victoire 12 à 1 contre l'Union Touring Lodz le 21 mai 1939. Wilimowski a la même réussite en sélection, avec 21 buts inscrits en 22 matchs entre 1934 et 1939. Il est donc le premier joueur de l'histoire à avoir inscrit quatre but en un seul match en phase finale de coupe du monde, lors du deuxième tour contre le Brésil perdu 6 à 5 à Strasbourg lors du Mondial 1938. Son dernier match avec la Pologne a lieu le 27 aôut 1939 à Varsovie contre la Hongrie, vice-championne du monde. Un dernier triplé (victoire 4 à 2) avant l'envahissement de l'Allemagne nazie quatre jours plus tard. Devenu citoyen allemand après l'annexion de son pays, il continue à jouer au football alors que le sport est interdit aux Polonais d'origine. Après un match pour son ancienne équipe Ruch, qui s'appelle "Bismarckhütter SV" durant l'annexion, il rentre à son premier club, le 1.FC Kattowitz. Mais déjà après cinq mois, il s'engage avec le Polizei-Sportverein Chemnitz. Il joue ensuite pour de nombreux clubs allemands. Appelé en sélection par l'entraîneur Sepp Herberger, il joue avec le maillot allemand avec dessus l'aigle noir et une croix gammée, et non le blanc habituel. Il disputera 8 sélections et 13 buts entre 1941 et 1942, dont un quadruplé conte la Suisse à Berne, le 13 octobre 1942. Il n'a alors que 26 ans mais très vite, l'Allemagne ne peut plus disputer de rencontres internationales à cause de la guerre. Mise au ban des nations après la victoire des Alliés, Elle n'aura l'autorisation de prendre part aux compétitions internationales que bien des années après. Il est trop tard pour Wilimowski même s'il décide de rester en Allemagne et poursuit sa carrière de joueur jusqu'en 1959. Il aurait même jouer pour le club français du RC Strasbourg lors d'un match amical en 1949. Tout au long de sa carrière, il a inscrit tout de même 554 buts, une performance très vite oubliée. Ernest Willimoski a même arrêté le football lors de la dernière année de la Seconde Guerre Mondiale (1945), une parenthèse qu'il n'a jamais évoqué par la suite. Dans la propagande de la République populaire de Pologne, il est considéré comme un collabo de l'Allemagne nazie. Mais après la chute du régime communiste en 1989, il est réhabilité dans de nombreuses publications. Sans avoir jamais rentré en Haute-Silésie, il décède à l'âge de 81 ans à Karlsruhe en 1997.

 

PALMARÈS


Champion de Pologne 1933, 1934, 1935, 1936 et 1938 (Ruch Chorzow)

Champion de Haute-Silésie 1932 (FC Katowice)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du championnat de Pologne 1934 (33 buts), 1936 (18 buts) (Ruch Chorzow) et 1939 (12 buts) (Bismarckhütter SV)

Meilleur buteur de la Coupe d'Allemagne 1942 (14 buts) (TSV Munich 1860)

A reçu la médaille du Mérite de la Fédération Polonaise de football

 

Ernst Willimoski-.jpg


03/10/2015
0 Poster un commentaire

Karl-Heinz Förster

Karl-Heinz Förster.jpg
Karl-Heinz Förster

 

Karlheinz Helmut Förster

Né le 25 juillet 1958 à Mosbach (ALL)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png Allemand, défenseur central, 1m78

Surnom:  "Eiskalter Engel"

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4834810_201505191806193.png 81 sélections, 2 buts

 

1975/86 VfB Stuttgart (ALL) 311 matchs, 22 buts

1986/90 Olympique de Marseille (FRA) 103 matchs, 6 buts

 

Il était l'un des meilleurs stoppeurs allemands des années 80. Impitoyable sur l'homme, excellent tacleur et relâchant jamais son marquage, il a été une véritable bête noire pour les joueurs qu'il a chargé de près. http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5029924_201508021548504.jpgSon jeu de tête, malgré sa taille moyenne (1m78), est remarquable, grâce à un timing et une détente verticale hors du commun. Il était en plus dôté d'une très bonne technique qui lui a permit de participer à l'occasion au jeu d'attaque et de relance. C'est pour cette raison qu'il était fréquent durant un match de le voir monter aux avant-postes sur les coup-francs ou les corners. Autant dire que Förster était un joueur complet. Mais cette formidable réussite ne doit rien au hasard. Il était en effet un travailleur acharné, qui a toujours impressionné ses coéquipiers par sa conscience professionnelle. Son ardeur à l'entraînement a souvent été cité comme exemple en ex-RFA. Après avoir été formé au SV Waldhof Mannheim, il rejoint les rangs du VfB Stuttgart où il fait ses débuts professionnels en Bundesliga. Il contribue d'abord à la promotion du club en première division en 1977. Accompagné de son frère Bernd, il reste fidèle au VfB Stuttgart pendant près de dix ans avec qui il remporte son seul trophée sur le sol allemand, le championnat en 1984. Il ne connaîtra qu'un seul club germanique durant toute sa carrière. Il succombe ensuite au charme du football français en signant à l'Olympique de Marseille en 1986 pour près de 3,5 M de Deutsche Mark. Ambitieux, il souhaite participer activement à l'élaboration d'une grande équipe sous la houlette du président Bernard Tapie. Il étoffe son palmarès d'un doublé coupe-championnat en 1989 puis un nouveau titre de champion en 1990. Parallèlement, il fait ses débuts en équipe nationale en avril 1978 face au Brésil à Hambourg (0 à 1) et devient par la suite une pièce maitresse du onze ouest-allemand. Il participe activement à l'Euro 80 victorieux en neutralisant le belge Jan Ceulemans en finale (2 buts à 1). Il participe alors à toutes les rencontres du tournoi organisé en Italie. Il dispute également les deux finales perdues de Coupe du Monde en 1982 et 1986. Karl-Heinz Förster termine sa carrière à 32 ans sur la Canebière et s'oriente vers la profession d'agent de joueurs.

 

PALMARÈS


Vainqueur de l'Euro 1980 (ex-RFA)

Finaliste de la Coupe du Monde en 1982 et 1986 (ex-RFA)

Champion d’Allemagne en 1984 (VFB Stuttgart)

Vice-champion d’Allemagne en 1979 (VFB Stuttgart)

Champion de France en 1989 et 1990 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1987 (Olympique de Marseille)

Finaliste de la Coupe d’Allemagne en 1986 (VFB Stutggart)

Finaliste de la Coupe de France en 1987 (Olympique de Marseille)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur footballeur allemand de l’année en 1982

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1980 et 1984

 

VIDÉO




02/08/2015
1 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :