FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Grèce


Antonios Nikopolidis

Antonios Nikopolidis.jpg
Antónios Nikopolídis

 

Αντώνιος Νικοπολίδης

Né le 14 janvier 1971 à Arta (GRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png Grec, Gardien de but, 1m87

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png 90 sélections

(Matchs amicaux: 45 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 17 sélections)

(Qualif Euro: 16 sélections)

(Euro: 9 sélections)

(Coupe des Confédérations: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 18 août 1999 contre le Salvador (3-1)

Dernière sélection : le 18 juin 20085 contre l'Espagne (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png espoirs: 8 sélections

 

1987/89 Anagennisi Artas (GRE) 49 matchs
1989/2004 Panathinaikos (GRE) 251 matchs
(Championnat de Grèce: 189 matchs)
(Coupe de Grèce: 12 matchs)
(Ligue des Champions: 34 matchs)
(Coupe des Coupes: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 15 matchs)
2004/11 Olympiakos (GRE) 257 matchs
(Championnat de Grèce: 180 matchs)
(Coupe de Grèce: 28 matchs)
(Ligue des Champions: 34 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 15 matchs)
 
Antonios Nikopolidis a écrit les plus belles pages de sa carrière en emmenant la sélection grecque jusqu'à la victoire finale lors de l'Euro 2004 au Portugal. Âgé de 32 ans au moment de la compétition, le portier hellène multiplie les exploits. Il n'encaisse que quatre buts en six rencontres tout en gardant sa cage inviolée en phase finale. Bien protégé par sa défense, le George Clooney du pays a toujours répondu présent pour la rassurer lors de ses temps faibles. Ses deux arrêts décisifs au début de la demi-finale contre les Tchèques et son impeccable finale lui octroie une place de choix dans l’équipe-type des meilleurs joueurs de la compétition. Formé dans le modeste club de sa ville natale l'Anagennisi Arta, il signe en 1989 au Panathinaikos, l’un des deux plus grands clubs de Grèce. Âgé de 19 ans, il intègre le groupe professionnel en 1989 en tant que numéro 2. Pendant neuf saisons, il se contente d’un rôle de gardien remplaçant, derrière le portier Polonais Jozef Wandzik notamment. C’est finalement en 1998, lors de sa neuvième saison avec le club athénien, que Nikopolidis devient titulaire et ne quitte plus les cages du Panathinaïkos... Jusqu'à la saison 2003-2004, où il est remplacé par Konstantinos Chalkias. L'explication n'est pas uniquement sportive. En fin de contrat, Antonis Nikopolidis trouvait insuffisante l'offre de prolongation faite par son club : 400 000 € par an. Les supporters, ignorant cela, prennent partie pour leur champion, relégué sur le banc de touche a priori sans explication après 15 ans de bons et loyaux services chez les Verts. Puis ils se retournent contre lui en fin de saison, alors qu'une rumeur persistante annonce son départ pour le Pirée. Effectivement, avant le début de l'Euro 2004, celui-ci trouve un accord avec l'Olympiakos, à hauteur de 600 000 € par an. Dans le club du port d'Athènes, il dominera la D1 grecque de 2005 à 2009. Homme de relations longues, Nikopolidis y a évolué sept ans, avant de coacher. Son bilan de 11 titres de champion et neuf coupes est inégalé en Grèce. Lui qui ne quittera jamais la patrie, faute de propositions. Il a laissé tout de même un immense vide quand il a décidé de stopper sa carrière internationale après le décevant Euro 2008 en Suisse et en Autriche. Depuis, la Grèce se cherche toujours un gardien. Sur le plan personnel, il a été élu cinq fois de suite meilleur gardien du championnat grec.
 
PALMARÈS
Vainqueur de l'Euro en 2004 (Grèce)
Champion de Grèce en 1990, 1991 (non-joué), 1995, 1996, 2004 (Panathinaikos), 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 et 2011 (Olympiakos)
Vice-champion de Grèce en 1993, 1994, 1998, 2000, 2001, 2003 (Panathinaikos) et 2010 (Olympiakos)
Vainqueur de la Coupe de Grèce en 1991 (non-joué), 1993 (non-joué), 1994 (non-joué), 1995 (non-joué), 2004 (Panathinaikos), 2005, 2006, 2008 et 2009 (Olympiakos)
Finaliste de la Coupe de Grèce en 1997, 1998 et 1999 (Panathinaikos)
Vainqueur de la Supercoupe de Grèce en 1993 (non-joué), 1994 (non-joué) (Panathinaikos) et 2007 (Olympiakos)
Finaliste de la Supercoupe de Grèce en 1996 (non-joué) (Panathinaikos)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur gardien de but du championnat de Grèce en 2000, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2009
Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 2004

03/09/2019
0 Poster un commentaire

Angelos Charistéas

Angelos Charisteas.jpg
Ángelos Charistéas

 

Άγγελος Χαριστέας

Né le 9 février 1980 à Serres (GRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png Grec, Attaquant, 1m91

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png 88 sélections, 25 buts

(Matchs amicaux: 34 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 24 sélections, 9 buts)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Qualif Euro: 17 sélections, 7 buts)

(Euro: 9 sélections, 4 buts)

(Coupe des Confédérations: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 28 février 2001 contre la Russie (3-3)

Dernière sélection : le 15 novembre 2011 contre la Roumanie (1-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png espoirs: 5 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png U18: 2 sélections, 2 buts

 

1997/2002 Aris Salonique (GRE) 98 matchs, 23 buts
(Championnat de Grèce: 87 matchs, 19 buts)
(Coupe de Grèce: 10 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
1998/99 Athinaikos (GRE) (Prêt) 7 matchs, 1 but
2002/05 Werder Brême (ALL) 91 matchs, 28 buts 
(Championnat d'Allemagne: 66 matchs, 18 buts)
(Coupe d'Allemagne: 11 matchs, 6 buts)
(Coupe de la ligue allemande: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 2 buts)
(Coupe Intertoto: 3 matchs, 1 but)
2005/06 Ajax Amsterdam (HOL) 39 matchs, 13 buts
(Championnat des Pays-Bas: 31 matchs, 12 buts)
(Coupe des Pays-Bas: 3 matchs, 1 but)
(Supercoupe des Pays-Bas: 1 match)
(Ligue des Champions: 4 matchs)
2006/07 Feyenoord (HOL) 36 matchs, 11 buts
(Championnat des Pays-Bas: 28 matchs, 9 buts)
(Coupe des Pays-Bas: 3 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)
2007/10 FC Nüremberg (ALL) 68 matchs, 13 buts
(Championnat d'Allemagne: 43 matchs, 7 buts)
(Championnat d'Allemagne de D2: 14 matchs, 1 but)
(Coupe d'Allemagne: 4 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue allemande: 1 match)
(Ligue Europa: 6 matchs, 3 buts)
2009 Bayer Leverkusen (ALL) (Prêt) 16 matchs, 1 but
(Championnat d'Allemagne: 13 matchs, 1 but)
(Coupe d'Allemagne: 3 matchs, 1 but)
2010 Arles-Avignon (FRA) 7 matchs
(Championnat de France: 6 matchs)
(Coupe de la ligue: 1 match)
2011 FC Schalke 04 (ALL) 6 matchs, 1 but
(Championnat d'Allemagne: 4 matchs, 1 but)
(Coupe d'Allemagne: 1 match)
(Ligue des Champions: 1 match)
2011/12 Panetolikos (GRE) 26 matchs, 4 buts
(Championnat de Grèce: 24 matchs, 4 buts)
(Coupe de Grèce: 2 matchs)
2013 Al-Nassr (ARS) 9 matchs, 1 but
(Championnat d'Arabie Saoudite: 6 matchs, 1 but)
(Coupe Crown Prince d'Arabie Saoudite: 3 matchs)
 
Angelos Charisteas restera à jamais dans la légende du football grec et le symbole du plus gros hold-up de l’histoire de l'Euro. Car en effet, c'est lui, sur les terres d'un Portugal qui recevait à domicile, qui venait crucifier le gardien Ricardo à la 57ème minute de jeu. Unique but du match, mais un pion qui restera surtout comme celui d'un des plus grands exploits du football au 21ème siècle. La Grèce avait auparavant battu le Portugal en ouverture, fait nul contre l'Espagne, puis éliminé - à chaque fois sur un 1 but à 0 - la France, la République Tchèque et enfin les coéquipiers de Cristiano Ronaldo en finale. Une équipe besogneuse, passée en un mois d’un anonymat profond au toit de l’Europe. Son n°9, alors attaquant du Werder de Brême, devient immédiatement une star. Nommé dans l’équipe type de la compétition, il ne confirmera jamais cet été magique. À son retour en Allemagne, son statut d'éternel remplaçant n'a pas changé. En janvier 2005, le canonnier de la sélection hellène rejoint l'Ajax pour 4,5 millions d'euros. Charisteas trouve enfin du temps de jeu et semble enfin s'épanouir. Mais un choc frontal avec Kolo Touré va mettre fin à son rêve. Le Grec perd sa place et se voit relégué au quatrième rang des attaquants dans l'effectif. Mercato d'été 2006, Charisteas fait des appels du pied à l'Angleterre et à l'Allemagne. Les propositions n'affluent pas et le joueur signe au Feyenoord le dernier jour du mercato. Chez l'ennemi juré, l'attaquant est mal accepté et va passer une saison très difficile. Il tentera ensuite de s'imposer à Nuremberg, à Leverkusen jusqu’au drame d’août 2010 et sa signature à... Arles-Avignon. À 30 ans, le grec semble encore pouvoir rendre des services pour le maintien. Pas de pot, cette saison (l’unique de leur histoire en L1) les Provençaux touchent le fond et resteront dans l’imaginaire collectif comme l’une des équipes les plus faibles que le championnat ait connu. Un flop collectif et personnel avec ce bilan famélique pour le Grec : 7 matchs pour 0 but. Le grand Charisteas repart outre Rhin jouer une poignée de matchs avec Schalke 04 avant de revenir au pays et de terminer sa carrière en Arabie Saoudite. Lucide, Angelos résumera : "Signer à Arles-Avignon a été la pire décision de ma carrière. "
 
PALMARÈS
Vainqueur de l'Euro 2004 (Grèce)
Champion d'Allemagne en 2004 (Werder Brême)
Vice-champion des Pays-Bas en 2005 et 2007 (Ajax Amsterdam)
Vainqueur de la Coupe d'Allemagne en 2004 (Werder Brême) et 2011 (non-joué) (FC Schalke 04)
Finaliste de la Coupe d'Allemagne en 2009 (Bayer Leverkusen)
Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 2006 (Ajax Amsterdam)
Finaliste de la Coupe Crown Prince d'Arabie saoudite en 2013 (Al-Nassr)
Finaliste de la Coupe de la Ligue Allemande en 2004 (Werder Brême)
Vainqueur de la Supercoupe des Pays-Bas en 2005 (Ajax Amsterdam)
Champion de Grèce de D2 en 1998 (Aris Salonique)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé dans l'équipe type de l'Euro 2004
Élu sportif de l'année de la ville de Brême en 2004

31/08/2019
0 Poster un commentaire

Traianos Dellas

Traianos Dellas.jpg
Traïanós Déllas

 

Τραϊανός Δέλλας

Né le 31 janvier 1976 à Thessalonique (GRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png Grec, Défenseur central, 1m96

Surnom: le Colosse de Rhodes

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png 53 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 21 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 9 sélections)

(Qualif Euro: 14 sélections)

(Euro: 9 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 25 avril 2001 contre la Croatie (2-2)

Dernière sélection : le 28 mars 2009 contre l'Israël (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png espoirs: 20 sélections, 3 buts

 

1993/97 Aris Salonique (GRE) 22 matchs, 4 buts
1994/96 Panserraikos (GRE) (Prêt) 39 matchs, 5 buts
1997/99 Sheffield UTD (ANG) 30 matchs, 3 buts
(Championnat d'Angleterre de D2: 26 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs)
1999/2001 AEK Athènes (GRE) 49 matchs, 3 buts
(Championnat de Grèce: 40 matchs, 3 buts)
(Coupe de Grèce: 1 match)
(Ligue des Champions: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs)
2001/02 Perouse (ITA) 10 matchs
(Championnat d'Italie: 8 matchs)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
2002/05 AS Roma (ITA) 67 matchs, 4 buts
(Championnat d'Italie: 44 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 11 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 7 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)
2005/08 AEK Athènes (GRE) 58 matchs, 3 buts
(Championnat de Grèce: 43 matchs, 3 buts)
(Coupe de Grèce: 3 matchs)
(Ligue des Champions: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)
2008/10 Anorthosis Famagouste (CHY) 35 matchs, 2 buts
2010/12 AEK Athènes (GRE) 60 matchs, 5 buts
(Championnat de Grèce: 33 matchs, 2 buts)
(Play-offs: 6 matchs, 1 but)
(Coupe de Grèce: 12 matchs, 2 buts)
(Ligue des Champions: 9 matchs)
 
Relativement inconnu avant l'Euro 2004, le grand défenseur axial était au cœur de tous les débats après le sacre de la Grèce d'Otto Rehhagel qui encaissait seulement quatre buts dans le tournoi. Surnommé "le Colosse de Rhodes" par son sélectionneur, il a été l'auteur de prestations impressionnantes et du but en argent face à la République tchèque en demi-finales (son seul en sélection). Toujours bien placé, il a su couper toutes les courses des attaquants et les trajectoires des centres adverses. Sa relance, sereine, a souvent permis à son équipe de bien repartir en contre-attaque. Malgré sa lenteur de course, c'était très difficile de le passer. Formé à l'Aris Salonique, il effectue un prêt de deux saisons au Panserraikos avant de revenir dans son club formateur. Il plie bagage et débarque à Sheffield UTD en 1997 à l'âge de 21 ans. Une vingtaine de matchs en deux saisons, mais trois buts qui restent malgré tout dans la mémoire des supporters du club. Face à Tranmere, il rentre en jeu alors que son équipe perd 2 buts à 0. Il marquera un doublé et offrira une passe décisive, permettant à Sheffield de s’imposer 3 buts à 2. Plus tard, face à Portsmouth, pris d’un coup de génie, il s’élance des 30 mètres et inscrit le but de la victoire 2 buts à 1. À part ça, pas grand-chose à signaler, il repartira en Grèce en 1999, plus précisément à l’AEK Athènes, qui devait avoir pas loin de 50 joueurs sous contrat à l’époque. L'immense défenseur tentera sa chance en Italie, à Pérouse puis les deux années qui précède le championnat d'Europe à l'AS Roma, avant de revenir à l'AEK en 2005. Hormis un passage à l’Anorthosis Famagouste, dont la fameuse saison 2008-2009 où le club chypriote a tenu en échec l’Inter et le Werder Brême en Champions League, il y finira sa carrière en 2012. Handicapé par des blessures, il parviendra tout de même à remporter une deuxième Coupe de Grèce en 2011, dix ans après sa première. Il prend ensuite les reines du club en avril 2013 après sa relégation en raison des lourdes dettes financières de l'équipe, gagnant immédiatement deux promotions de rang pour passer de la 3ème division à l'élite grecque.
 
PALMARÈS
Vainqueur de l'Euro 2004 (Grèce)
Finaliste du Championnat d'Europe espoirs en 1998 (Grèce)
Vice-champion d’Italie en 2004 (AS Roma)
Vice-champion de Grèce en 2006, 2007 et 2008 (AEK Athènes)
Finaliste de la Coupe d'Italie en 2003 et 2005 (AS Roma)
Vainqueur de la Coupe de Grèce en 2000 et 2001 (AEK Athènes)
Finaliste de la Coupe de Grèce en 2006 (AEK Athènes)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 2004

30/08/2019
0 Poster un commentaire

PAOK Salonique

PAOK Salonique.png
PAOK Salonique

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png Panthessaloníkios Athlitikós Ómilos Konstantinoupolitón, fondé le 20 avril 1926

Surnom: Dikefalos tou Vorra

Couleurs: blanc et noir

Ennemis jurésOlympiakos, Aris Salonique, AEK AthènesPanathinaikos, Iraklis

Stade: Toumba (29 000 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 20 avril 1926 par des réfugiés grecs de Constantinople. Ces réfugiés s’installèrent, pour la plupart, en Grèce et tentèrent de reprendre le cours de leurs vies chamboulées à la suite du conflit qui opposa la Grèce à la Turquie de Mustafa Kemal. C'est donc des anciens membres de l’Hermis, club de foot fondé à Constantinople en 1875, qui créèrent le "Panthessalonikios Athlitikos Omilos Konstatinoupoliton", littéralement Athletic Club des Constantinopolitains de Thessalonique.


04/10/2018
0 Poster un commentaire

Theodoros Zagorakis

Theodoros Zagorakis.jpg
Theódoros Zagorákis

 

Theódoros Zagorákis (Θεόδωρος Ζαγοράκης)

Né le 27 octobre 1971 à Kavala (GRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png Grec, Milieu central, 1m78

Surnom: "Théo"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png120 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 55 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 27 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 30 sélections)

(Euro: 6 sélections)

(Coupe des Confédérations: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 7 septembre 1994 contre les Iles Féroé (5-1)

Dernière sélection : le 22 août 2007 contre l'Espagne (2-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7276620_201707283053263.png non-officiel: 1 sélection

 

1988/92 Kavala (GRE) 118 matchs, 6 buts
(Championnat de Grèce de D2: 76 matchs, 4 buts)
(Championnat de Grèce de D3: 38 matchs, 2 buts)
(Coupe de Grèce: 4 matchs)
1992/97 PAOK Salonique (GRE) 183 matchs, 15 buts
(Championnat de Grèce: 155 matchs, 10 buts)
(Coupe de Grèce: 22 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs, 3 buts)
1998/2000 Leicester City (ANG) 68 matchs, 3 buts
(Championnat d'Angleterre: 50 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 6 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 12 matchs)
2000/04 AEK Athènes (GRE) 163 matchs, 9 buts
(Championnat de Grèce: 101 matchs, 4 buts)
(Coupe de Grèce: 26 matchs, 2 buts)
(Ligue des Champions: 19 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 17 matchs, 4 buts)
2004/05 Bologne (ITA) 34 matchs
(Championnat d'Italie: 32 matchs)
(Coupe d'Italie: 2 matchs)
2005/07 PAOK Salonique (GRE) 54 matchs
(Championnat de Grèce: 45 matchs)
(Coupe de Grèce: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
 
Theodoros Zagorakis demeure le premier et le seul capitaine de la Grèce à avoir brandi le trophée du championnat d’Europe des nations. C’était le 4 juillet 2004, au Portugal. Le milieu de terrain combatif à la frappe puissante était le capitaine de l'équipe d'Otto Rehhagel et fut nommé joueur de la phase finale pour ses prouesses devant la défense grecque. Tout commence loin de Thessalonique, à 150km de son PAOK, c’est ici, à Kavala, ou plus exactement à Lydia, dans le nome de Kavala, que notre protagoniste a vu le jour le 27 octobre 1971. Amoureux du football dès sa plus tendre enfance, Zagorákis eut très rapidement l’occasion de lancer sa carrière en portant le maillot du club local, alors dans les divisions inférieures, dès l’âge de 16 ans. Theodoros Zagorakis.jpgQuatre ans, une centaine de matchs dans les pattes et une ascension en deuxième division plus tard, le joueur attire naturellement l’intérêt de clubs un peu plus huppé. Dont le PAOK, son futur amour. Il rejoint le club en 1992 et fête sa première sélection deux ans plus tard. Il sera titulaire des 28 rencontres internationales à suivre. Le talent du joueur explose aux yeux de l'Europe lors d’une double confrontation monumentale contre les Anglais d’Arsenal un doux soir de septembre 1997 à Thessalonique, dans un stade en fusion. Titulaires au milieu de terrain, Zagorákis et Zisis Vryzas, son grand ami de Kavala, tout comme ses coéquipiers régalent en inscrivant l'unique but de la rencontre grâce à un superbe jeu à trois conclu par Kostas Frantzeskos. Un match mémorable qui se termine par un nul au match retour et une qualification pour le tour suivant face à l’Atlético qui révélera deux autres matchs mythiques avec une cinglante défaite 5 buts à 2 en Espagne, puis un 4-4 totalement dingue lors du retour en Grèce. Avec en prime, le tout premier but européen de la carrière de Zagorákis. Si la saison européenne s’arrêta finalement de manière précoce, elle eut le mérite de confirmer qu’il était officiellement l’un des meilleurs joueurs grecs de sa génération. Si bien que les sirènes de la Premier League eurent rapidement raison de lui. Il quitte les Gyros et rejoint Leicester en janvier 1998. Il devient un joueur culte pour le club dirigé par Martin O'Neill et remplit l’armoire à trophée de l'équipe avec une Coupe de la Ligue en 2000. Il retourne en Grèce à l'été 2000 et signe à l'AEK Athènes. Son aventure footballistique arrive sur la fin et pourtant, à la surprise générale, lui et la sélection grecque vont réaliser le plus grand hold up dans une compétition internationale. Affreuse pour certains. Chanceuse pour d’autres. Glorieuse pour les connaisseurs. Pas la plus flamboyante à voir jouer, cette équipe avait pourtant de quoi faire vibrer les cœurs de tous les Grecs. En quarts de finale contre la France tenante du titre, en demi-finale contre la République tchèque meilleure équipe du tournoi, et en finale contre le Portugal organisateur, les Grecs l'emportent par 1 buts à 0 grâce à une défense de fer et des contre-attaques efficaces, mettant littéralement l'Europe du football K.O. Tout le monde ne faisait qu’un autour d’un même blason et d’un homme, maître du jeu de cette sélection et homme de la compétition, Theódoros Zagorákis. La consécration pour cet anonyme de 33 ans élu meilleur joueur de l'Euro 2004. Le capitaine de la sélection signe dans la foulée pour deux saisons à Bologne. Il n’en disputera qu’une, car le club est relégué au bout de la première. L'ancien recordman de sélections avec la Grèce (120) retourne alors au pays. Au PAOK Salonique. Un club dont il deviendra président en 2007, sitôt les crampons raccrochés. Il cédera ensuite le relai à son ancien coéquipier, Zisis Vryzas. Il s'est engagé depuis en politique et lutte dorénavant pour son pays à travers le parti conservateur "Nouvelle Démocratie". Des terrains de football au parlement, l’engagement de Zagorákis pour son pays est définitivement sans faille.
 
PALMARÈS
Vainqueur de l'Euro 2004 (Grèce)
Vice-champion de Grèce en 2002 (AEK Athènes)
Vainqueur de la Coupe de Grèce en 2002 (AEK Athènes)
Vainqueur de la Coupe de la ligue anglaise en 2000 (Leicester)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur joueur du tournoi de l’Euro 2004
Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 2004
 
VIDÉO

04/10/2018
0 Poster un commentaire

Joueurs Grecs

GARDIENS DE BUT

 

Antonios Nikopolidis

 

DÉFENSEURS LATÉRAUX

 

Giourkas Seitaridis

 

DÉFENSEURS CENTRAUX

 

Stratos Apostolakis

Traïanos Dellas

 

MILIEUX DÉFENSIFS

 

Angelos Basinas

Theodoros Zagorakis

 

MILIEUX OFFENSIFS

 

Georgios Karagounis

Tasos Mitropoulos

 

ATTAQUANTS

 

Nikos Anastopoulos

Angelos Charistéas

Nikos Machlás

Démis Nikolaïdis

Dimitris Papaioannou

Dimitris Saravákos


14/11/2017
0 Poster un commentaire