FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Suède


Gunnar Gren

Gunnar Gren.jpg
Gunnar Gren

 

Johan Gunnar Gren

Né le 31 octobre 1920 à Göteborg (SUE)

Décédé le 10 novembre 1991 à Göteborg (SUE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Suédois, Meneur de jeu, 1m75

Surnom: "Il Professore"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png 57 sélections, 32 buts

(Matchs amicaux: 40 sélections, 23 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 5 sélections, 1 but)

(Championnat nordique: 11 sélections, 8 buts)

 

1ère sélection : le 29 août 1940 contre la Finlande (3-2)

Dernière sélection : le 26 octobre 1958 contre le Danemark (4-4)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png B: 2 sélections

 

1937/41 Gårda BK (SUE) 54 matchs, 16 buts
1941/49 IFK Göteborg (SUE) 168 matchs, 79 buts
1949/53 Milan AC (ITA) 133 matchs, 38 buts
1953/55 Fiorentina (ITA) 55 matchs, 5 buts
1955/56 Genoa (ITA) 29 matchs, 2 buts
1956/59 Örgryte IS (SUE) 4 matchs
1963/64 GAIS (SUE) 22 matchs, 2 buts
1976 IK Oddevold (SUE) 1 match

 

Pour les témoins privilégiés qui ont traversé le 20ème siècle, Gunnar Gren et avec Juan Alberto Schiaffino et Luis Suarez l'un des trois meilleurs meneurs de jeu à avoir posé leurs valises en Italie. Pour ses compatriotes, il est un des meilleurs footballeurs suédois de l’histoire. Nils Liedholm ira lui, jusqu'à même parler de "Maradona des années 50". https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7928596_201810255748554.jpgBon finisseur, travailleur, collectif et acharné, il était capable de dribbler n'importe quel défenseur sur une seule feinte et de déposer le ballon là où il le souhaitait. "Il Professor" était le savant sur le terrain, capable de mettre en application l'enseignement reçu toute la semaine à l'entrainement. Quand Gunnar Gren quitte sa ville natale, Göteborg, après avoir explosé sous les couleurs de l'IFK, pour Milan en 1949, le club lombard attend un titre en Série A depuis plus de quatre décennies. Une série noire à laquelle Gren, avec l'aide de ses deux compatriotes, Gunnar Nordahl et Nils Liedholm, va immédiatement mettre fin. À eux trois, les Suédois forment un trio d'attaque aussi complémentaire que virtuose, le "Gre-No-Li" : aux fulgurances techniques de Liedholm et au talent de buteur compulsif de Nordahl, Gren ajoute sa technique épurée, sa science tactique et sa vision du jeu. S'il finit par quitter Milan en 1953 après une dispute avec le coach lombard Antonio Busini, tout le monde le croit tout juste bon pour une retraite méritée. Après avoir évolué par la suite à la Fiorentina et au Genoa, il rentre en Suède en 1956. À 38 ans, il est retenu avec la sélection pour la Coupe du Monde 1958 organisé à domicile. Il se hisse jusqu'en finale (battu par le Brésil 5 buts à 2) après avoir brillé en demi-finale, inscrivant un but à la 81ème minute face à l’Allemagne de l’Ouest (3 à 1). Il termine même dans l'équipe type de la compétition. Monstre de longévité, il poursuit dans le championnat suédois jusqu'à l'âge de 44 ans en tant qu'entraîneur-joueur du GAIS, trois ans après un court, mais néanmoins triomphal retour en Italie, sur le banc de la Juventus avec un Scudetti obtenu en 1961. Dans les rangs amateurs, il poursuit sur les terrains jusqu'à ses 50 ans. Le talent n'a pas d'âge. Gren conservera cependant une tendresse particulière pour la Botte. Ce qui l'amène à déclarer en 1990 vouloir que "son heure sonne en Italie, quand elle viendra". Mais il s'éteindra un an plus tard frappé par un infarctus, à son domicile, à Göteborg. Là où tout avait commencé.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1958 (Suède)

Médaille d'or des Jeux Olympiques de Londres en 1948 (SUède)

Vainqueur de la Coupe Latine en 1951 (Milan AC)

Champion d’Italie en 1951 (Milan AC)

Vice-champion d’Italie en 1950 et 1952 (Milan AC)

Champion de Suède en 1942 (IFK Göteborg)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or suédois en 1946

Meilleur buteur du championnat de Suède en 1947 (18 buts) (IFK Göteborg)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 1958

Intronisé au Hall of Fame du Milan AC


25/10/2018
1 Poster un commentaire

Orgryte IS

Orgryte IS.jpg
Örgryte IS

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Örgryte Idrottsällskap, fondé le 4 décembre 1887

Surnom: Sällskapet

Couleurs: rouge et bleu

Ennemis jurésIFK Göteborg, GAIS

Stade: Gamla Ullevi (18 416 places)

 

L'HISTOIRE


Le club est fondé le 4 décembre 1887 par un pionner du football suédois, Wilhelm Friberg.


20/10/2018
0 Poster un commentaire

Agne Simonsson

Agne Simonsson.jpg
Agne Simonsson

 

Tore Klas Agne Simonsson

Né le 19 octobre 1935 à Göteborg (SUE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Suédois, Attaquant, 1m74

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png 51 sélections, 27 buts

(Matchs amicaux: 16 sélections, 9 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 7 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 5 sélections, 4 buts)

(Qualif Euro: 6 sélections)

(Championnat nordique: 17 sélections, 10 buts)

 

1ère sélection : le 13 octobre 1957 contre la Norvège (5-2)

Dernière sélection : le 10 août 1967 contre la Finlande (2-0)

 

1959/60 Örgryte IS (SUE) 42 matchs, 25 buts
1960/63 Real Madrid (ESP) 3 matchs, 1 but
1961/62 Real Sociedad (ESP) (Prêt) 22 matchs, 8 buts
1963/70 Örgryte IS (SUE) 12 matchs, 80 buts

 

Il fut un temps où la Suède était l’une des meilleures équipes du Monde. C’était en 1958, durant le seul Mondial au pays des rennes. Après avoir marché sur l’URSS et l’Allemagne de l’Ouest, les Jaune et Bleu rejoignent le Brésil de Pelé en finale. Pendant une demi-heure, la Suède fait illusion en ouvrant le score. Et puis la Seleção se décide enfin à passer la seconde et corrige les Nordiques 5 buts à 2. Agne Simonsson, seul en attaque ce jour-là, ne marquera qu’un seul but, quatre dans toute la compétition, loin derrière Just Fontaine et ses treize réalisations, mais ses prestations ne passent pas inaperçues. Le grand blond et ses dents du bonheur tapent dans l’œil des dirigeants du Real Madrid. Ils voient en lui le parfait remplaçant d'Alfredo Di Stéfano. Car à cette époque-là, il faut un mec à la fois suffisamment malléable et bon pour suppléer la grosse star du Real. Agne a le profil parfait : il est jeune, il vient tout juste de passer professionnel et il réalise une première saison incroyable : 42 matchs, 25 buts avec Örgryte, le deuxième club de Göteborg. Il finit même cinquième au classement du Ballon d’or cette année-là. Du coup, les dirigeants du Real le récupèrent au plus vite. Avant la concurrence. Et c’est comme ça qu’à l’été 1960, Agne Simonsson débarque à Madrid, de loin la meilleure équipe d’Europe. Seul "problème", Di Stéfano fait la loi devant et les entraîneurs lui obéissent au doigt et à l’œil. Bref, Agne Simonsson ne s’en doutait pas vraiment en posant ses valises dans la capitale espagnole, mais il ne jouera quasiment jamais. Seulement trois matchs et un seul but la première année. Les trois premières fois où un Suédois portera le maillot merengue. Ensuite, Simonsson retombera dans l’anonymat, en prêt à la Real Sociedad, puis de retour au pays. Entre-temps, il manquera d'enthousiasme au Championnat d'Europe 1964 où il ne parviendra pas à se mettre en valeur en tant que buteur. Son total de 27 buts en 51 capes reste l'un des meilleurs ratios du pays.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1958 (Suède)

Champion d’Espagne en 1961 (Real Madrid)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or Suédois en 1959

À reçu la Médaille d'or suédoise "Dagbladet" en 1959

Intronisé au Hall of Fame du football suédois en 2008


09/10/2018
0 Poster un commentaire

Tomas Brolin

Tomas Brolin.png
Tomas Brolin

 

Per Tomas Brolin

Né le 29 novembre 1969 à Hudiksvall (SUE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Suédois, Milieu offensif, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png 47 sélections, 26 buts

(Matchs amicaux: 21 sélections, 14 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections, 3 buts)

(Coupe du Monde: 10 sélections, 4 buts)

(Qualif Euro: 6 sélections, 2 buts)

(Euro: 4 sélections, 3 buts)

 

1ère sélection : le 25 avril 1990 contre le Pays de Galles (4-2)

Dernière sélection : le 15 novembre 1995 contre la Turquie (2-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png olympique: 4 sélections, 2 buts

 

1984/86 Näsvikens IK (SUE) 36 matchs, 10 buts
1987/89 GIF Sundsvall (SUE) 55 matchs, 13 buts
1990 IFK Norrköping (SUE) 9 matchs, 7 buts
1990/95 Parme AC (ITA) 133 matchs, 20 buts
1995/97 Leeds United (ANG) 20 matchs, 4 buts
1996 FC Zürich (SUI) (Prêt) 3 matchs
1997 Parme AC (ITA) (Prêt) 11 matchs
1998 Crystal Palace (ANG) 13 matchs
1998 Hudiksvalls ABK (SUE) 1 match

 

Au début des années 90, Tomas Brolin était LE joueur. Milieu offensif polyvalent ou second attaquant très technique, créatif, mobile et vif, ce petit attaquant de poche a connu une carrière courte (dizaine d’années au plus haut niveau, la faute à une vilaine blessure à la cheville). Mais a marqué à jamais l’histoire du football suédois. Après des débuts professionnels à l'âge de 14 ans, il est repéré par Parme alors qu’il flambe à Sundsvall puis Norrköping, et qu’il marque contre le Brésil lors du Mondial 1990. Ce match là, il dribble avec élégance Mozer après avoir récupéré le ballon à 25 mètres des cages, avant de conclure d'une frappe sèche. Tomas Brolin.pngCertes, les Scandinaves quittent l'Italie avec trois défaites au compteur mais Brolin a profité de son passage sur la scène mondiale pour marquer durablement les esprits. C'est donc à Parme, de retour en Série A en 1990, que le joueur de 20 ans s'engage. Très vite adulé par les "tifosi crociati", il connaît ses plus fastes années de footballeur en Émilie Romagne. Dans une équipe de Parme bourrée de talents qui deviendront plus tard des héros comme Gianfranco Zola ou Faustino Asprilla, il remporte une Coupe des Coupes en 1993 et une Coupe de l’UEFA en 1995. Surtout, il porte la Suède vers des sommets. En cinq ans et 47 sélections, le milieu de terrain offensif marque 26 fois. Après avoir terminé co-meilleur buteur de l’Euro 92 (avec Bergkamp, Larsen et Riedle), l’apothéose arrive avec la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis. Son nom reste associé au Suède-Roumanie de la Coupe du Monde américaine, lorsqu’il marque d’une frappe sous la barre après une combinaison sur coup-franc avec Mild et Schwartz. Portée par les pirouettes de sa star de 23 ans, la Suède termine 3ème et n’est éliminée que par le Brésil, futur vainqueur, sur le score de 1 à 0 en demi-finale. La Suède parvient même à neutraliser cette Seleção (1-1) en match de poule. Elle restera l’équipe qui aura émerveillé la planète foot le temps d’un mois, à base de combinaisons subtiles et d’un jeu étonnamment porté vers l’avant. Son association avec Kennet Andersson et Martin Dahlin était l'une des plus redoutées d'Europe. France Football l’a d’ailleurs récompensé d’une belle 4ème place au Ballon d’or 1994, tandis qu’il remporte en parallèle son deuxième titre de joueur suédois de l’année. Malheureusement, sa carrière connaît une fin rude. Une fracture du pied subie lors d'un match de qualification pour l'Euro 96 face à la Hongrie marque le début de la fin. Éloigné des terrains pendant six mois, Brolin n'est plus titulaire à son retour. Il doit se résoudre à quitter Parme pour Leeds. Bien que ni lui, ni Leeds ne le savaient à l'époque, il entrera dans l'histoire comme l'un des pires transferts du football anglais. L'ancien maestro n'est plus que l'ombre de lui-même. Des problèmes de blessures, de discipline et de forme physique suivront. Brolin avouera même avoir mal joué lors de certains matchs pour contrarier son manager de l'époque Howard Wilkinson. Ses nouveaux dirigeants le prêtent au FC Zurich puis à Parme, sans succès. Son passage à Crystal Palace reste tout aussi anecdotique.En surpoids, il ne jouera que 13 matchs et sera relégué avec les Londoniens. En mai 1998, il met fin à sa carrière, à 29 ans. Son étoile s'est éteinte aussi vite qu'elle était apparue dans le firmament du football mondial. En août 1998, il effectue sa toute dernière apparition à l'occasion d'un match de deuxième division entre Hudiksvalls ABK et Kiruna FF. Il joue les 15 dernières minutes au poste de gardien de but. Plutôt que de se lamenter sur son sort, le Suédois entreprend de développer de nouveaux talents. Il en vient à créer un groupe aux côtés de l'ancien tennisman Björn Borg, "Friends in need", qui ne sortira qu’un seul single. Enfin, il lui arrive de faire des apparitions sur le circuit professionnel de poker. L'ancienne star au visage poupin n'a pas connu l'ivresse des sommets bien longtemps, mais elle a su profiter de ces quelques années pour se tailler une place à sa mesure dans l'histoire du football. Un tel exploit vaut bien le sacrifice d'une carrière écourtée.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1994 (Suède)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1993 (Parme AC)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1994 (Parme AC)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1995 (Parme AC)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1993 (Parme AC)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 1992 (Parme AC)

Finaliste de la Coupe d'Italie en 1995 (Parme AC)

Vice-champion d’Italie en 1997 (Parme AC)

Vice-champion de Suède en 1990 (IFK Norrköping)

Finaliste de la Coupe de la ligue anglaise en 1996 (Leeds UTD)

Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 1992 et 1995 (Parme AC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or suédois en 1990 et 1994

Meilleur buteur de l’Euro 1992 (3 buts) (Suède)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1994

Intronisé au Hall of fame du football suédois en 2010

 

VIDÉO



08/10/2018
0 Poster un commentaire

Ove Kindvall

Ove Kindvall.jpg
Ove Kindvall

 

Bengt Ove Kindvall

Né le 16 mai 1943 à Norrköping (SUE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Suédois, Attaquant, 1m76

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png 43 sélections, 16 buts

(Matchs amicaux: 18 sélections, 7 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 10 sélections, 9 buts)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 2 sélections)

(Championnat Nordique: 8 sélections)

 

1ère sélection : le 22 août 1965 contre la Finlande (2-2)

Dernière sélection : le 30 octobre 1974 contre l'Irlande du Nord (0-2)

 

1962/66 IFK Norrköping (SUE) 91 matchs, 72 buts

(Championnat de Suède: 84 matchs, 70 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 7 matchs, 2 buts)

1966/71 Feyenoord Rotterdam (HOL) 181 matchs,  141 buts

(Championnat des Pays-Bas: 144 matchs, 129 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 24 matchs, 4 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 11 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Europe des villes de foire: 2 matchs, 1 but)

1971/75 IFK Norrköping (SUE) 98 matchs, 33 buts

(Championnat de Suède: 94 matchs, 30 buts)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 3 buts)

1975/77 IFK Göteborg (SUE) 22 matchs, 3 buts

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1970 (Feyenoord)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1970 (Feyenoord)

Champion des Pays-Bas en 1969 et 1971 (Feyenoord)

Vice-champion des Pays-Bas en 1968 et 1970 (Feyenoord)

Champion de Suède en 1962 et 1963 (IFK Norrköping)

Vice-champion de Suède en 1966 (IFK Norrköping)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1969 (Feyenoord)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or Suédois en 1966

Meilleur buteur du championnat des Pays-Bas en 1968 (28 buts), 1969 (30 buts) et 1971 (24 buts) (Feyenoord)

Meilleur buteur du championnat de Suède en 1966 (20 buts) (IFK Norrköping)


25/01/2018
0 Poster un commentaire

Anders Linderoth

Anders Linderoth.jpg
Anders Linderoth

 

Anders Karl Gustaf Linderoth
Né le 21 mars 1950 à Kristianstad (SUE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png Suédois, Milieu de terrain, 1m70

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4853450_201505254624947.png 40 sélections, 2 buts

 

1967 Stattena IF (SUE)

1968/70 Helsingborgs IF (SUE) 61 matchs, 7 buts

1971/77 Östers IF (SUE) 158 matchs, 23 buts

1977/80 Olympique de Marseille (FRA) 84 matchs, 6 buts

1980/81 Mjällby AIF (SUE) 21 matchs

1982/84 Näsby IF (SUE)

 

Anders Linderoth, père de Tobias, est un des rares suédois passé par le championnat de France, et plus précisément à Marseille, où il a vécu la relégation improbable du club en 1980, avec des mecs comme Marius Trésor ou Didier Six dans l’équipe. À part ça, une belle carrière au pays et en équipe nationale, avec une participation à la Coupe du monde 1978. Originaire de Kristianstad, au sud du pays, Anders Linderoth débute sa carrière à Helsingborg à la fin des années 60. Du haut de ses 18 ans, il s’affirme immédiatement comme titulaire en milieu de terrain où son abattage fait merveille. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7460227_201711210222861.jpgJoueur de poche au pays des géants (1,70m seulement), il compense un déficit physique certain par une bonne technique et une grande activité. Véritable fourmi, il ratisse un maximum de ballons et accélère l'échange lorsque le besoin s'en fait sentir. En 1970, il décide de changer d’air et s’engage avec Osters dont il devient un des piliers. Il y restera 7 ans, remportant au passage quelques trophées mais manquera bêtement le titre, parti un an trop tôt. Durant les années 70, le club tourne bien grâce à une belle génération dont Linderoth fait bien sur parti. Le petit milieu est d’ailleurs appelé en sélection dès 1972 (à Göteborg contre la Tchécoslovaquie). Il manquera la Coupe du monde 1974 mais sera de l’aventure 4 ans plus tard en Argentine. Entre temps, avec son club, il va réussir quelques performances : une 2ème place en championnat en 1973, derrière Atvidabergs FF. Finaliste de la Coupe de Suède en 1974, le club termine de nouveau 2ème en 1975. Cette saison est d’ailleurs étonnante à plus d’un titre puisque Linderoth, positionné plus haut sur le terrain se mue en buteur, avec 10 réalisations. Sacré meilleur joueur de Suède en 1976, le récupérateur n’est pas maladroit et a une belle frappe devant la cage. À force de persévérance, il finira par gagner quelque chose : la coupe nationale, remportée en 1977 aux dépens d'Hammarby (1 à 0). International reconnu, jouissant d’une bonne côte sur le marché, il se décide alors à quitter sa Suède natale et descend vers le sud, à l’Olympique de Marseille, qui a perdu notamment Raoul Nogues dans l’entre jeu. Sur la Canebière, on évoque encore avec la voix qui tremble Gunnar Andersson, le chasseur de buts des années cinquante, et Roger Magnusson, le roi du dribble, qui brillait au stade Vélodrome à la fin des années soixante. Et Linderoth, bien que n’évoluant pas au même poste, va respecter la tradition. Rapide, talentueux et doté de grandes qualités techniques, il était très apprécié chez les Olympiens. 37 matchs, 2 buts et une régularité de performance qui en fait une des satisfactions de la saison. L’OM termine 4ème en 1978, après avoir été leader à 5 journées de la fin. En Coupe, le club est éliminé en quart de finale contre Sochaux. Bref, tous les voyants sont au vert. Dans la foulée, Linderoth enchaîne donc avec la Coupe du Monde, mais les suédois passent totalement à côté, avec une élimination sans gloire dès le premier tour, dans un groupe difficile (Brésil, Autriche et Espagne). L’OM, 4ème en 1978, va alors plonger au classement. Pourtant, avec des renforts du calibre de Didier Six, on pouvait sans doute espérer mieux. Linderoth est un des rares à évoluer à son niveau. Les changements d’entraîneurs n’y font rien et l’OM termine 12ème en 1979, un classement peu révélateur des difficultés dans le jeu. Et l’incroyable va se produire la saison suivante, Malgré un effectif riche de Marius Trésor, Anders Linderoth, Marc Berdoll, ou Didier Six, tous internationaux, l’OM est rétrogradé en D2 à l’issue de la saison. Au bord du dépôt de bilan, le club vire tous ses joueurs. Mais de cette désillusion naîtra une page historique du club, qui décide de s'appuyer sur une génération de jeunes joueurs locaux pour relancer la machine. Linderoth lui quitte donc la France sur cette incroyable note. À son retour au pays, le joueur âgé de 30 ans, ne trouve pas vraiment de quoi se relancer. Considéré comme fini, il pose son sac à Mjallby, modeste équipe de D2. Il y reste 2 saisons, durant lesquelles, il ne jouera pas beaucoup, miné par les blessures. Après une dernière pige de 2 ans à Näsby, il raccroche définitivement les crampons en 1984.

 

PALMARÈS


Vice-champion de Suède en 1973 et 1975 (Östers IF)

Vainqueur de la Coupe de Suède en 1978 (Östers IF)

Finaliste de la Coupe de Suède en 1974 (Östers IF)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’or Suédois en 1976 


21/11/2017
0 Poster un commentaire