FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Rashidi Yekini

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7698004_201805055752301.jpg
Rashidi Yekini

 

Rashid Yekini

Né le 23 octobre 1963 à Kaduna (NIG)

Décédé le 4 mai 2012 à Ibadan (NIG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4952402_201506304904103.png Nigérian, Attaquant, 1m90

Surnoms: Le taureau de Kaduna, Fenômeno

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4952402_201506304904103.png 58 sélections, 37 buts

(Matchs amicaux: 9 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 12 sélections, 10 buts)

(Coupe du Monde: 8 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 5 sélections, 8 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 24 sélections, 13 buts)

(Qualif Jeux Olympiques: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 5 mars 1984 contre le Ghana (2-1)

Dernière sélection : le 28 juin 1998 contre le Danemark (1-4)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4952402_201506304904103.png olympique: 7 sélections, 1 but

 

1981/82 UNTL Kaduna (NIG)
1982/84 Shooting Stars (NIG) 53 matchs, 45 buts
1984/87 Abiola Babes (NIG)
1987/90 Africa Sports (CIV)
1990/94 Vitória Setúbal (POR) 114 matchs, 90 buts
1994/95 Olympiakos (GRE) 4 matchs, 2 buts
1995/96 Sporting Gijón (ESP) 14 matchs, 3 buts
1997 Vitória Setúbal (POR) 14 matchs, 3 buts
1997/98 FC Zürich (SUI) 28 matchs, 14 buts
1998/99 CA Bizerte (TUN)
1999 Al-Shabab (ARS)
1999/2002 Africa Sports (CIV)
2002/03 Julius Berger (NIG)
2004/05 Al-Shabab (ARS)
2005 Gateway (NIG) 26 matchs, 7 buts

 

Rashidi Yekini, c'est d'abord une image. Forte, indélébile. Sa joie à Dallas après son but lors du Mondial 1994 est légendaire. En marquant contre la Bulgarie, l'attaquant nigérian surpuissant volontiers individualiste a fait entrer son pays dans l’histoire du foot: il s’agissait du premier but du Nigéria en Coupe du Monde. Accroché aux filets qu’il ne voulait pas lâcher, comme possédé, hurlant son émotion sans que quiconque ne sache vraiment ce que cet homme est en train de prononcer. Un message de colère ou de joie? Toutes les suppositions ont été relayées et écrites à ce sujet. Une chose est sûre: ce cliché, cette contorsion quasi-mystique d’un homme fragile et épuisé resteront comme l’une des plus belles célébrations de buts de l’Histoire du football. Et son secret gardé à jamais. Car Yekini était bien une légende du football nigérian, le dieu d'une sélection où il a constamment brillé, inscrivant un total de 37 buts en seulement 58 sélections, avec deux titres de meilleur buteur de la CAN en 1992 et 1994. Surpuissant avec son cou de taureau, sa carrière en club a été moins brillante. Rashidi Yekini.jpgIl débute son histoire de footballeur à l'UNTL (United Nigerian Textiles Limited) avant d'être rapidement repéré par les Shooting Stars avec qui il explose littéralement. Avec ses 45 pions en 53 rencontre à tout juste 21 ans, il mène sa team en finale de la Coupe des clubs champions africain en 1984, finale perdue face au Zamalek avec au retour un penalty manqué et un csc assez mémorable. Révélé sous les couleurs de l'Abiola Babes puis de l’Africa Sports d’Abidjan, Yekini passe ensuite quatre saisons au Portugal, sous les couleurs du Vitoria de Setubal. Il connait ses plus belles années avec 90 buts en 108 matches et accomplit une saison invraisemblable avec 34 buts inscrits en 32 matches, remportant ainsi le titre de meilleur buteur du championnat en 1993-1994. Il devient très vite le quatrième joueur africain depuis Eusebio, l’Angolais Vata et son compatriote Richard Owubokiri, à être sacré meilleur artificier de la Liga portugaise. Point de vue sélection, même refrain. Le colosse d’1m90 terrifie aussi les défenses adverses en équipe nationale. Il contribue pleinement à la victoire des siens lors de la CAN 94 en Tunisie et permet au Nigeria de remporter sa première Coupe d'Afrique des Nations "à l’extérieur" (Le Nigeria a gagné l’édition 1980 à domicile). Quelques mois plus tard, les Super Eagles participe à leur première Coupe du Monde aux Etats Unis et Yekini arrive fort de son statut de meilleur joueur africain en 1993. Son but et le cliché historique qui reste encore gravée dans la mémoire des supporters aura un goût amer pour le Nigérian, puisqu’il sera synonyme de son inexorable déclin... "Le Taureau de Kaduna" ne marquera plus jamais en Coupe du Monde. Pas rassasié par son statut de meilleur réalisateur de l'histoire de sa sélection, l'homme rêve de devenir le meilleur buteur de la CAN devant le buteur ivoirien Laurent Pokou hissé à 14 buts, en vain, le Nigeria étant exclu de l'édition de 1996. Son pays reprend pourtant le train en marche en 2000 et organise le tournoi en compagnie du Ghana. Mais Yekini n’a plus le niveau. La sélection s’éloigne, un rêve se brise. Pas de CAN, pas de records. Pire, il voit l'attaquant camerounais Samuel Eto’o décrocher son rêve en 2008, celui d'être le meilleur buteur de l'histoire de la CAN avec 18 réalisations. Et en club, où il s'engage avec l'Olympiakos, il ne retrouvera plus la grâce qui l'a touché au Portugal. Il poursuit sans grand succès à Gijon, au FC Zurich, en Tunisie et en Arabie Saoudite. Rentré dans son pays en 2002, il se retrouve d’abord à Enugu avant de raccrocher les crampons en 2005, à près de 42 ans, au Gateway FC, club de la ville d’Abeokuta. Tout jeune retraité, Yekini décide alors de se lancer dans les affaires et de se couper totalement du monde du football. La suite est un calvaire. Il refuse d’être l’ambassadeur de la fédération nigériane pour la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud et son investissement avec un opérateur de change fortuné tourne au drame. Dépression, paranoïa, frisant le trouble bipolaire, ruiné, il se terre chez lui, on ne le reverra plus. Dans le dénuement le plus total, il décède en 2012, seul, dans sa maison en ruine d'Ibadan. L’ex-joueur de la génération Finidi, Rufai, Okocha, Kanu, souffrait d'une maladie neurologique rare. La mort du "bulldozer" des Super Eagles n’a laissé indifférent aucun passionné du ballon rond. Pour marquer les esprits de sa génération, Rashidi Yekini l’a incontestablement fait grâce à son talent.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations en 1994 (Nigeria)

Finaliste de la Coupe d’Afrique des Nations en 1984, 1988 et 1990 (Nigeria)

3ème de la Coupe d’Afrique des Nations en 1992 (Nigeria)

Finaliste de la Coupe d’Afrique des clubs champions en 1984 (Shooting Stars)

Champion de Côte d’Ivoire en 1989 (Africa Sports)

Champion du Nigeria en 1983 (Shooting Stars)

Vice-champion du Nigeria en 2003 (Julius Berger)

Vice-champion de Grèce en 1995 (Olympiakos)

Vice-champion de Tunisie en 1999 (CA Bizerte)

Vainqueur de la Coupe de Côte d’Ivoire en 1989 et 2002 (Africa Sports)

Vainqueur de la Coupe d'Arabie Saoudite en 1999 (Al Shabab)

Vainqueur de la Coupe du Nigeria en 1985 et 1987 (Abiola Babes)

Finaliste de la Coupe du Nigeria en 1986 (Abiola Babes)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur africain de l’année en 1993

Meilleur buteur de la Coupe d’Afrique des Nations en 1992 (4 buts) et 1994 (5 buts)

Meilleur buteur du championnat du Portugal en 1994 (21 buts) (Vitoria Setubal)

Meilleur buteur du championnat du Portugal de D2 en 1992 (22 buts) et 1993 (34 buts) (Vitoria Setubal)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Yekini, le premier super Eagles - Lucarne opposée

- Nouvel Obs/Afrik-Foot/So Foot

- 1ère photo: ©EMPICS

- 2ème photo: ©David Cannon

 

VIDÉO





20/05/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1094 autres membres