FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Laurent Pokou

Laurent Pokou.jpg
Laurent Pokou

 

Laurent N'Dri Pokou

Né le 10 août 1947 à Abidjan (CIV)

Décédé le 13 novembre 2016 à Abidjan (CIV)

Cote d'Ivoire.png Ivoirien, attaquant, 1m78

Surnoms: L'homme d'Asmara, L'empereur baoulé, Le duc de Bretagne

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5063730_201508192536745.png 30 sélections, 20 buts

(Matchs amicaux: 5 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 9 sélections, 4 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 13 sélections, 14 buts)

 

1ère sélection : le 19 février 1967 contre le Ghana (2-2)

Dernière sélection : le 12 mars 1980 contre le Nigeria (0-0)

 

1963/65 ASEC Abidjan (CIV)

1965/66 USFRAN Bouaké (CIV)

1966/73 ASEC Abidjan (CIV)

1973/77 Stade Rennais (FRA) 68 matchs, 46 buts

(Championnat de France: 51 matchs, 27 buts)

(Championnat de France de D2: 12 matchs, 17 buts)

(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)

1977/78 AS Nancy-Lorraine (FRA) 19 matchs, 3 buts

1978/79 Stade Rennais (FRA) 14 matchs, 6 buts

(Championnat de France de D2: 12 matchs, 6 buts)

(Coupe de France: 2 matchs)

1979/82 ASEC Abidjan (CIV)

1982/83 RS Anyama (CIV)

 

Laurent Pokou a marqué sa génération. Cet ancien international ivoirien reste une légende dans son pays, mais aussi au Stade Rennais. Fin dribbleur, rapide, physique et doté d'une intelligence tactique, son nom restera à jamais inscrit dans les mémoires du football africain. Reconnu comme l'un des plus grands attaquants de l'histoire, sa carrière n'a jamais décollé comme elle l'aurait mérité. Né à Abidjan, le jeune Laurent fait ses débuts de footballeur dans son pays, la Côte d’Ivoire, dans sa ville natale, à l’ASEC Abidjan puis ensuite à l’USFRAN Bouaké, à tout juste quinze ans. Revenu aussi sec dans son club formateur, il brille de mille feux sur tous les terrains du continent africain. Il se constitue un très beau palmarès avec le club phare du pays, en remportant trois titres de champion ainsi que six coupes nationales. Les accélérations, la vivacité et le sens du but du joueur vont lui permettre de hisser le club au sommet tant sur le plan national que sur la scène internationale. Le sélectionneur de l'équipe nationale de l'époque, le français Paul Gévandon, est convaincu de son immense talent et l'emmène à la CAN 1968 en Éthiopie. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5056942_201508164002409.jpgEt c'est lors de cette compétition que l'attaquant va se révéler au monde entier. Il y obtient une belle troisième place, et un surnom : "l’homme d’Asmara", pour un fait d’arme lors de la demi-finale contre le Ghana, le 19 janvier 1968. Alors que les Éléphants sont menés 2 buts à 1, il se déchaîne et inscrit deux pions en à peine cinq minutes de jeu. Complètement survolté, il élimine les défenseurs des "Black Stars" les uns après les autres, et les laisse médusés par tant d’adresse. La Côte d’Ivoire mène alors 3 buts à 2, mais ça ne suffira malheureusement pas. Le match se finit sur une victoire du Ghana par 4 buts à 3. Sa légende naît de cette défaite pleine de panache. Pokou inscrit son sixième buts lors du tournoi, ce qui lui permet de devenir meilleur buteur de la compétition. Il récidive avec huit autres réalisations lors de l’édition soudanaise de 1970, après avoir inscrit un quintuplé face à l’Éthiopie, explosée 6 buts à 1. La légende est en marche. En seulement deux phases finales, l'attaquant a inscrit 14 buts, un record qui aura tenu pendant près de quarante ans perdu au détriment du camerounais Samuel Eto’o. Le joueur a malheureusement étalé son talent avec sa sélection sans pour autant remporter une CAN. Logiquement courtisé par les clubs français les plus prestigieux, Pokou quitte la Côte d’Ivoire sur le tard, en décembre 1973. C'est le Roi Pelé en personne qui lui a conseillé de tenter sa chance à l’étranger avec ce message:  "J’ai trouvé mon successeur. Il s’appelle Laurent Pokou. Il n’a qu’un défaut, il n’est pas Brésilien. " Il signe à Rennes et devient le premier joueur ivoirien à quitter le pays pour jouer dans une division professionnelle, lui qui avait toujours joué sous licence amateur en Côte d’Ivoire. Il fait ses débuts sous ses nouvelles couleurs face à Troyes, le 6 janvier 1974, et inscrit d’emblée son premier but, au cours d’une victoire déjà crucial sur le score étriqué de 2 buts à 1. Quinze jours plus tard, il fait son entrée pour la première fois au stade de la route de Lorient face à l'Olympique Lyonnais, et se distingue une seconde fois en étant l’unique buteur de la rencontre. Pour sa première saison, il contribue au maintien de son club en inscrivant 8 buts en 14 rencontres. Il enchaîne les réalisations, ridiculise toutes les défenses, et permet aux Rennais d’éviter la relégation. Lors de sa seconde saison, l'attaquant ivoirien confirme en trouvant le chemin des filets à 14 reprises. Ainsi il devient le meilleur buteur rennais, insuffisant cependant pour se maintenir le club phare de Bretagne en Première Division. Malgré la relégation, l’attaquant ivoirien reste chez les Rouge et Noir. Et ça, les supporters rennais ne l’oublieront jamais. En plus de ses buts sur le terrain, sa loyauté lui vaudra le surnom nobiliaire de "Duc de Bretagne ". Buteur prolifique, son début de saison en D2 est époustouflant, avec dix-sept buts marqués lors de ses onze premiers matchs. Il se distingue en inscrivant un quadruplé lors d’une large victoire face au FC Rouen (5 buts à 0). Malheureusement, lors d’une rencontre face à Châteauroux, sa saison s’arrête prématurément, victime d’une grave blessure au genou dans un choc avec le gardien castelroussin Raymond Olejnik. Pokou vit un long calvaire et mettra dix-sept mois à s'en remettre. Entre temps, Rennes a fait un nouveau yo-yo, et retourne en deuxième division. Nous sommes déjà en 1977. À 30 ans, "l’homme d’Asmara" quitte la Bretagne, direction l'AS Nancy-Lorraine, où Michel Platini se réjouit de l’avoir comme coéquipier. L’attaquant ne parviendra pourtant jamais à y donner sa pleine mesure, victime d’une maladie parasitaire. En septembre 1978, il décide de revenir à ses premiers amours en Bretagne avec le Stade Rennais, le "club de sa vie" selon ses propres termes. Ce retour ne dure malheureusement que quelques mois. Décembre 1978, il insulte et frappe l'arbitre lors d'un match de coupe de France, et écope de six mois de suspension en appel. Le jugement parait plutôt sévère et relativement rare. Quelques années plus tôt, le brésilien Jairzinho, qui évoluait à Marseille, avait écopé d’un an de suspension, pour avoir mis un coup de tête à un juge de touche. Écœuré, il rentre en Côte d’Ivoire, et raccroche les crampons avec l’ASEC Abidjan. Avant de mettre un terme à sa carrière de footballeur, il participe à une dernière Coupe d’Afrique des nations, en 1980. Dès son retour, il se lance dans le secteur du textile. Laurent Pokou reste tout de même dans le monde du football en entraînant deux clubs ivoiriens (ASEC Mimosas et RS Anyama). Puis il intègre la fédération ivoirienne et devient ambassadeur de la FIFA. Il a aussi été ambassadeur d’une association humanitaire appelée "SOS Villages d’Enfants". Le 13 novembre 2016, Laurent Pokou décède à l'âge de 69 ans, des suites d'une longue maladie. Cet homme restera une légende du football ivoirien et africain.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe d’Afrique des nations en 1968 (Côte d'Ivoire)

4ème de la Coupe d’Afrique des nations en 1970 (Côte d'Ivoire)

Champion de Côte d’Ivoire en 1970, 1972, 1973 et 1980 (ASEC Abidjan)

Vice-champion de Côte d’Ivoire en 1965 (USFRAN Bouaké)

Vainqueur de la Coupe de Côte d’Ivoire en 1967, 1968, 1969, 1970, 1972 et 1973 (ASEC Abidjan)

Vice-champion de France de D2 en 1976 (Stade Rennais)

Vainqueur de la Coupe Félix Houphouët-Boigny en 1980 (ASEC Abidjan)

Champion de Côte d'Ivoire de D2 en 1983  (RS Anyama)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


2ème au Ballon d’or Africain en 1970

3ème au Ballon d’or Africain en 1973

Meilleur buteur de la Coupe d’Afrique des Nations en 1968 (6 buts) et 1970 (8 buts) (Côte d'Ivoire)

Nommé Officier de l'ordre National puis Commandeur de la République de Côte d'Ivoire

À recu l'ordre du Mérite de la CAF

 

SOURCES/RESSOURCES


Laurent Pokou - Stade Rennais Online

- 1ère photo: ©France Football

- 2ème photo: ©DR

 

VIDÉO




16/08/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1094 autres membres