FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Rogério Ceni

Rogerio Ceni.jpg
Rogério Ceni

 

Rogério Mücke Ceni

Né le 22 janvier 1973 à Pato Branco (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, gardien de but, 1m88

Surnoms: "M1TO", "El Pelé del arco", "El catato"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 17 sélections

(Matchs amicaux: 10 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe des Confédérations: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 16 décembre 1997 contre le Mexique (3-2)

Dernière sélection : le 22 juin 2006 contre le Japon (4-1)

 

1990 Sinop FC (BRE) 20 matchs

(Championnat du Mato Grosso: 20 matchs)

1990/2015 São Paulo FC (BRE) 1197 matchs, 129 buts

(Championnat du Brésil: 575 matchs, 65 buts)

(Coupe du Brésil: 67 matchs, 4 buts)

(Compétitions Sud-Américaines: 185 matchs, 18 buts)

(Tournois régionaux: 370 matchs, 42 buts)

 

Officiel: 1217 matchs, 129 buts

Non-officiel: 40 matchs, 2 buts

Total: 1257 matchs, 131 buts

 

Détails des buts:

 

Championnat brésilien: 65 buts
Championnat de São Paulo: 39 buts
Copa Libertadores: 14 buts
Coupe du Brésil: 4 buts
Tournoi Rio-São Paulo: 3 buts
Copa Sudamericana: 2 buts
Matchs amicaux: 2 buts
Coupe du Monde des clubs: 1 but
Copa Mercosur: 1 but
 
Penalty: 68 buts
Coup-franc: 63 buts

 

S'il y a bien une raison de regarder des vidéos sur Rogério Céni, c'est bien ses coups francs et ses penalty transformés. Légende vivante dans son Brésil natal, le gardien ne s'est jamais exporté sur nos terres où il demeure un inconnu. Et pourtant, 25 ans de carrière, 1 237 matchs sous le même maillot, celui de São Paulo, et... 131 buts inscrits, en grande majorité sur coup-franc et penalty. Né dans l’État du Paraná où sa famille a vécu jusqu’en 1985, Rogério Ceni ne répond pas à l’archétype du footballeur auriverde dont les pieds nus caressaient les vieux ballons déchiquetés des favelas brésiliennes. Ses parents ont toujours fait partie de la classe moyenne, si bien que lorsqu’ils s’installent à Sinop, ils décident d’acquérir une petite ferme. Lui travaille dans une agence bancaire et fait ses débuts professionnels à 17 ans dans le club de Mato Grosso avant d’être transféré au São Paulo FC. Malgré un talent certain, le natif de Pato Branco a du mal à s’adapter à l’immense capitale paulista. Au SPFC, il met du temps à gravir les échelons, si bien qu’il n’est toujours pas titulaire quand l’équipe junior atteint la finale de la Coupe de l’État de São Paulo en 1992. Rogerio Ceni.jpgSeul un nouveau clin d’œil du destin, cette fois bien plus tragique, l’installera définitivement dans les buts des espoirs. Le prometteur Alexandre, annoncé comme l’héritier de l’illustre Zetti, trouve la mort dans un accident de voiture et laisse la voie libre à Ceni. Après un titre de champion de São Paulo avec les espoirs un an plus tard, l’ancien portier de Sinop voit Têlé Santana lui accorder sa confiance à l’occasion d’un match amical contre Tenerife lors duquel il fera ses preuves. Rogério, comme on l’appelait à ses débuts, est un homme de défis. Mais il faut plus que du cran et quelques apparitions prometteuses pour déloger la légende Zetti qui devient, au fil du temps, son mentor. En fait, Ceni ne parviendra à détrôner personne dans sa carrière, puisqu’en 1996, il ne devient titulaire qu’à la faveur du départ de son "maître" pour le rival de Santos. C’est le début du M1TO. Auteur de son premier but après trois matchs, vainqueur du championnat de l’État de São Paulo à son deuxième essai, le gardien brésilien devient rapidement indiscutable. Et capitaine. Son professionnalisme et son attachement au club font de lui le joueur préféré de la "torcida paulista". Et il devient en 2005 le tireur numéro un des coups de pieds arrêtés de São Paulo. Le point de départ d’une année hallucinante pour lui et son équipe. Sur un nuage, Ceni réussit une saison statistiquement exceptionnelle, que beaucoup d’attaquants peuvent lui envier. Il termine meilleur buteur du club avec le total hallucinant de 21 réalisations (onze coups-francs, dix penalties), et le triplé Championnat Paulista-Copa Libertadores-Mondial des Clubs porte profondément sa griffe. Neuf  buts dans le championnat brésilien, cinq dans le championnat d’état, cinq en Copa Libertadores, où il marque à chaque tour à l’exception de la finale, et un but durant le Mondial des Clubs. Soit 21 en 75 matchs. En Libertadores, il réussit un doublé sur coup-franc en demi-finale contre les Tigres (4 buts à 0), et sauve un penalty sur la finale retour (4 à 0). Injouable. Au Mondial des clubs, après avoir marqué un penalty décisif en demie contre Al-Ittihad (3 buts à 2), il écœure le Liverpool champion d’Europe en finale 1 à 0. Sortant notamment un coup-franc parfait de Gerrard, après avoir volontairement décalé son mur pour voir le départ du ballon. En plus de la coupe, le natif de Pato Branco est sacré Ballon d'or de la compétition. Un véritable exploit pour un portier. Mais ce n’est pas tout. Le Pelé des cages fait encore mieux en remportant le Bola de Ouro en 2008 et réussit à se hisser au sommet de la hiérarchie nationale aux côtés des Pelé, Zico, Ronaldinho et Neymar. Avec près de 1 200 rencontres, il a établi le record mondial de matches disputés sous le même maillot, arraché en 2014 au Roi Pelé et ses 1116 apparitions à Santos, auquel on peut associer le plus grand nombre de rencontres disputées en tant que capitaine, lui qui endosse le brassard depuis 1999. Il a également inscrit au moins un coup franc lors de 19 saisons consécutives. International sélectionné 16 fois avec l'équipe du Brésil, il a remporté la Coupe du Monde 2002 et la Coupe des Confédérations en 1997. Du haut de ses 42 ans, Rogério Ceni a raccroché les gants le 6 décembre 2015. Et les crampons. Chapeau l’artiste.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 2002 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 1997 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1993 et 2005 (São Paulo FC)

Finaliste de la Copa Libertadores en 1994 et 2006 (São Paulo FC)

Vainqueur de la Coupe du Monde des clubs en 2005 (São Paulo FC)

Vainqueur de la Recopa Sudamericana en 1993 et 1994 (São Paulo FC)

Finaliste de la Recopa Sudamericana en 2006 et 2013 (São Paulo FC)

Vainqueur de la Copa Sudamericana en 2012 (São Paulo FC)

Vainqueur de la Supercopa Sudamericana en 1993 (São Paulo FC)

Finaliste de la Supercopa Sudamericana  en 1997 (São Paulo FC)

Vainqueur de la Copa CONMEBOL en 1994 (São Paulo FC)

Vainqueur de la Copa Master de CONMEBOL en 1996 (São Paulo FC)

Champion du Brésil en 2006, 2007 et 2008 (São Paulo FC)

Vice-champion du Brésil en 2014 (São Paulo FC)

Finaliste de la Coupe du Brésil en 2000 (São Paulo FC)

Vainqueur du Championnat de São Paulo en 1998, 2000 et 2005 (São Paulo FC)

Finaliste du Championnat de São Paulo en 2003 (São Paulo FC)

Vainqueur du Tournoi Rio-São Paulo en 2001 (São Paulo FC)

Vainqueur du Championnat du Mato Grosso en 1990 (Sinop FC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Bola de Ouro en 2008

Bola de Prata en 2000, 2003, 2004, 2006, 2007 et 2008

Élu meilleur joueur de l'année du championnat brésilien en 2006 et 2007

Élu meilleur joueur de la Coupe du Monde des clubs en 2005

Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat du Brésil en 2006 et 2007

 

VIDÉO


 



08/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 969 autres membres