FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Ernst Ocwirk

Ernst-Ocwirk.jpg

Ernst Ocwirk

 

Ernst "Ossi" Ocwirk

Né le 7 mars 1926 à Vienne (AUT)

Décédé le 23 janvier 1980 à Klein-Pöchlarn (AUT)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png Autrichien, milieu défensif, 1m83

Surnoms: Clockwork, "Ossi", "Il genio del Prater"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4859505_201505274806597.png 62 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 43 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 5 sélections, 2 buts)

(Coupe Internationale: 12 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 19 août 1945 contre la Hongrie (0-2)

Dernière sélection : le 5 janvier 1962 contre l'Egypte (0-1)

 

1942/47 Floridsdorfer AC (AUT)

1947/56 Austria Vienne (AUT) 212 matchs, 30 buts

56/61 Sampdoria Gênes (ITA) 154 matchs, 37 buts

1961/62 Austria Vienne (AUT) 21 matchs, 8 buts

 

Il est considéré comme l'un des plus grands footballeurs autrichiens de tous les temps. Surnommé "Clockwork" (que l’on pourrait traduire par "réglé comme du papier à musique") par les Britanniques pour sa capacité à organiser le jeu aussi bien en défense qu’en attaque au milieu de terrain, il est sûrement le premier à définir réellement le poste du pur milieu récupérateur. Il était connu pour son style esthétique, sa régularité et sa technique de jeu. Les fans l'aimaient également pour sa modestie et son fair-play. Les médias internationaux de l'époque nomme Ocwirk comme le "meilleur centreur dans le Monde" dans les années 50, toujours parfait dans son rôle de maître à jouer, le vrai métronome de ses équipes. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4463902_201501174923507.jpgPour avoir une idée du calibre du joueur qu'il était, la revue française "France Football" l'avait élu meilleur footballeur du Monde en 1952, bien avant la création du célèbre Ballon d'Or. Né à Vienne, le milieu autrichien commence sa carrière comme avant-centre. Il rejoint son premier club, le FC Stadlau locales, en 1938. Il joue ensuite pour le Floridsdorfer AC, où il a été repéré par l'international autrichien Josef Smistik, membre de la ‘’Wunderteam’’ des années 30, qui a modifié la place d'Ocwirk en le replaçant au milieu de terrain. Il débute en première division et finit vice-champion d'Autriche à tout juste 18 ans. Ses bonnes performances attirent l'oeil des plus grands clubs du pays. Smistik essaye de le débaucher pour son équipe du Rapid de Vienne mais sans succès, il débarque alors chez les rivaux de l'Austria qui remporte la mise pour s'attacher ces services en signant en 1947. En une décennie à l'Austria Vienne, Ocwirk est devenu l'un des joueurs les plus en vue pour le club, en les aidant à remporter trois championnats d'Autriche (1949, 1950 et 1953) et deux coupes nationales (1948 et 1949). Présenté à la Sampdoria de Gênes par Alberto Ravano, il devient le second footballeur autrichienne à fouler les pelouses de Série A après Engelbert Konig dans les années 1940. Ernst Ocwirk dispute cinq saisons au club de Gênes, dont il devient très vite le capitaine. Il devient l'une des stars du Calcio et participe activement à la quatrième place du club lors de la saison 1960/61, la meilleure performance du club a l'époque. En 1961, il décide, à 35 ans, de retourner en Autriche dans son club de coeur, l'Austria Vienne, le temps de décrocher un "doublé" coupe/championnat. Parallèlement, il est régulièrement appelé en sélection nationale d'Autriche entre 1947 et 1962. Il fait ses débuts en 1947, prend part aux Jeux Olympiques d'été de 1948 à Londres et devient aux débuts des années 50 un titulaire indiscutable en sélection. Il participe à la coupe du Monde 1954 en Suisse où il y dispute tous les matchs de l'équipe. Il parvient avec les rouges et blancs jusqu'au stade des demi-finales terminant à la troisième place et inscrivant au passage deux buts dans la compétition. On retiendra le prolifique quart de finale Autriche-Suisse (7 buts à 5), considéré encore comme l’une des plus grandes rencontres de l’Histoire des Coupes du Monde. Ce tournoi sera sa seule expérience à ce niveau là puisqu'il ne participe pas au Mondial organisé quatre ans plus tard en Suède en 1958. À la fin de sa carrière, il devient entraîneur mais sans plus de succès. Ocwirk a été choisi dans l'équipe autrichienne du siècle en 2001. Il décède le 23 janvier 1980, à l'âge de de 53 ans, d'une sclérose en plaques, la même date qu'un autre grand joueur autrichien, Matthias Sindelar, mort 41 ans avant lui. Son décès, associé à ceux de Tito Cucchiaroni et Guido Vincenzi, tous deux morts prématurément, met le doute quant à l’usage de produits dopants ou alors à la surmédicalisation présente alors dans le Calcio. Un tournoi en son hommage se déroule l'année suivante, réunissant les équipes autrichiennes de l'Austria Vienne et du Rapid de Vienne, du club hongrois de Ferencvaros et des allemands du Bayern Munich qui remporte ce tournoi haut la main.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1954 (Autriche)

Champion d’Autriche en 1949, 1950, 1953 et 1962 (Austria Vienne)

Vice-champion d’Autriche en 1944 (Floridsdorfer AC), 1952 et 1954 (Austria Vienne)

Vainqueur de la Coupe d’Autriche en 1948, 1949 et 1962 (Austria Vienne)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 1954

Nommé dans l'équipe type du siècle d'Autriche en 2001

Élu personnalité sportive autrichienne de l'année en 1951



17/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 990 autres membres