Fernando Redondo - Les meilleurs joueurs de l'histoire du football

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Fernando Redondo

Fernando Redondo.jpg
Fernando Redondo

 

Fernando Carlos Redondo Neri
Né le 6 juin 1969 à Adrogué (ARG)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Milieu défensif, 1m86
Surnom: "El Principe"
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 29 sélections, 1 but
(Matchs amicaux: 10 sélections)
(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections, 1 but)
(Coupe du Monde: 4 sélections)
(Coupe des confédérations: 2 sélections)
(Copa America: 5 sélections)
 
1ère sélection : le 18 juin 1992 contre l'Australie (2-0)
Dernière sélection : le 7 septembre 1999 contre le Brésil (2-4)
 
1985/90 Argentinos Juniors (ARG) 65 matchs, 1 but
1990/94 Tenerife (ESP) 113 matchs, 8 buts
(Championnat d'Espagne: 103 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Espagne: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
1994/2000 Real Madrid (ESP) 228 matchs, 5 buts
(Championnat d'Espagne: 165 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Espagne: 17 matchs)
(Supercoupe d'Espagne: 1 match)
(Ligue des Champions: 37 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs, 1 but)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
(Coupe du Monde des clubs: 3 matchs)
2002/04 Milan AC (ITA) 33 matchs
(Championnat d'Italie: 16 matchs)
(Coupe d'Italie: 11 matchs)
(Ligue des Champions: 6 matchs)

 

Joueur à la classe sans commune mesure, Fernando Redondo a marqué de son empreinte sa génération, grâce à une élégance évidente. Depuis son poste, son pied gauche faisait fonctionner le reste de l'équipe avec ordre et classe. Son apport, tant défensif qu'offensif, était très en vue, que ce soit grâce à ses récupérations ou ses passes décisives. Le natif d’Adrogué débute sa carrière dans son pays natale, plus précisément du côté d’Argentinos Juniors, comme Riquelme et Maradona. Cinq saisons durant, le prodige milieu de terrain se fait un nom, faisant étalage de toutes ses qualités, à défaut de s’avérer être une machine à marquer (il n’inscrit qu’un but). Qu’à cela ne tienne, cela n’empêche pas l’Europe de lui tendre les bras. Fernando Redondo.jpgEt c’est ainsi que l’international albiceleste prend la direction de Tenerife. La barrière de la langue n’étant pas de mise, Redondo en profite pour s’adapter en toute tranquillité, et régale dans le championnat espagnol. Quatre exercices durant, le milieu de terrain se montre étincelant, et se voit offrir alors une proposition difficile à refuser. En effet, le Real Madrid lui tend la main, et le joueur débarque donc chez les Merengues. Le début d’une belle histoire pour lui, qui va faire parler toute sa classe dans la cité madrilène. Progressant au contact de Michael Laudrup transfuge du Barça, il a séduit le public pas son comportement irréprochable, son aisance technique et sa vision du jeu. Un joueur élégant sur le terrain et un vrai leader, doté d’un bon sens tactique. Il devient un incontournable sous les ordres de Capello, puis capitaine sous les ordres de Jupp Heynckes. Double vainqueur de la Ligue des Champions avec la Casa Blanca (1998, 2000, et une troisième au Milan), le maître à jouer est au sommet. C’est lui, d’ailleurs, qui porte le brassard le soir de la finale de C1 au Stade de France, en 2000. Mais l’arrivée des Galactiques le pousse à prendre la poudre d’escampette. Le joueur quitte donc la Liga et découvre l’Italie avec le Milan AC. Les dirigeants lombards espéraient alors pouvoir tirer profit de la science du jeu de ce milieu défensif, mais le sort en a voulu autrement. Du côté de San Siro, l’international albiceleste a enchaîné les blessures et qui, dans un geste qui prouve toute son élégance, refuse d’être payé tant qu’il n’est pas remis de ses pépins physiques. En quatre ans passés en Italie, il n’a pu disputer que 16 petites rencontres de Série A. Il raccroche finalement les crampons en 2004, à 34 ans. Son seul souci sera la sélection argentine. 29 petites sélections, une aberration. À 19 ans, il préféra passer un examen de sciences économiques que jouer une Coupe du Monde. En 1993, il était du naufrage face à la Colombie (0 à 5) et n'avait pas spécialement brillé lors du Mondial 1994. Quand Passarella alors sélectionneur obligera ses joueurs à se couper les cheveux, Fernando refusera à nouveau de s’exécuter et ne sera plus sélectionné. Redondo et la sélection se sont désirés, mais ne se sont jamais vraiment trouvés. Désormais retraité, il reste encore l’un des chouchous des supporters du Real Madrid. Pour preuve, le joueur a été élu dans l’équipe type des 110 ans des Merengues, aux côtés de Zidane, Raul et consorts. Une belle récompense pour ce cinq, le numéro donné aux milieux défensifs en Argentine, avec une technique de dix. Un récupérateur-créateur, grand gestionnaire du tempo de ses équipes. Un joueur qui ne fut pas prophète en son pays, mais classé au panthéon du football par beaucoup.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Copa America en 1993 (Argentine)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 1992 (Argentine)

Vainqueur du Championnat Sud-Américain des moins de 17 ans en 1985 (Argentine)

Vainqueur de la Ligue des champions en 1998, 2000 (Real Madrid) et 2003 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1998 (Real Madrid)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1998 (Real Madrid)

Champion d’Espagne en 1995 et 1997 (Real Madrid)

Vice-champion d’Espagne en 1999 (Real Madrid)

Champion d’Italie en 2004 (Milan AC)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 2003 (Milan AC)

Finaliste de la Supercoupe d'Espagne en 1995 (Real Madrid)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleu joueur de l’année UEFA en 2000

Élu meilleur joueur de la Coupe des Confédérations en 1992

Nommé dans l'équipe type de l'année de l'association ESM en 1998

Nommé dans l'équipe type de tous les temps de la sélection argentine par l'AFA en 2015

À reçu le diplôme du mérite par la fondation argentine "Konex" en 2000

 
DIVERS
- En foot, une "redondo" est un grand pont effectué grâce à une talonnade faite dos à l'adversaire. Le 19 avril 2000, le Real Madrid se déplace à Old Trafford pour y défier Manchester United en quart de finale retour de la Ligue des champions. A la 52ème minute, Fernando Redondo déborde côté gauche et réalise ce dribble face au malheureux Henning Berg. Après avoir éliminé le défenseur norvégien des "Red Devils", l'Argentin du Real continue sa chevauchée et adresse une passe décisive à Raul, seul au deuxième poteau. Après le match, les médias anglais ont baptisé ce geste "The Backheel of Old Trafford", la talonnade d'Old Trafford.
 
VIDÉO


31/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 974 autres membres