Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Argentine


Hugo Bargas

Hugo Bargas.jpg
Photo: ©Shutterstock

 

Hugo Bargas

 

Ángel Hugo Bargas

Né le 29 octobre 1946 à Buenos Aires (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, défenseur central/droit, 1m72

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 30 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 7 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Coupe de l'Indépendance: 7 sélections)

(Copa Carlos Dittborn: 7 sélections)

(Copa Julio Roca: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 21 juillet 1971 contre le Chili (2-2)

Dernière sélection : le 3 juillet 1974 contre la RDA (1-1)

 

1965 Racing Club (ARG) 6 matchs
1966/72 Chacarita Juniors (ARG) 221 matchs, 4 buts
1973/79 FC Nantes (FRA) 228 matchs, 14 buts
(Championnat de France: 189 matchs, 13 buts)
(Coupe de France: 29 matchs, 1 but)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 4 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs)
1979/81 FC Metz (FRA) 70 matchs, 2 buts
(Championnat de France: 63 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 7 matchs, 1 but)
1981/84 Louhans-Cuiseaux (FRA) 97 matchs, 11 buts
(Championnat de France de D2: 93 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 4 matchs)
1984/85 FC Le Puy (FRA) 28 matchs, 1 but
1988 AS Angoulême (FRA) 1 match

 

Hugo Bargas fait partie assurément des plus élégants défenseurs argentins de son époque. Il incarne le FC Nantes des années 70, avec deux titres de champion et une coupe de France. Sélectionné à 30 reprises en équipe d’Argentine, il participe à la Coupe du Monde 1974.

 

Natif de Bueno Aires, le jeune Angel Hugo Bargas démarre sa carrière au Racing Club mais n’est que très peu utilisé lors de sa première saison. Il est vendu alors à Chacarita où il s’impose très vite en charnière centrale, dans une équipe assez faible, dernière du championnat. Là il va non seulement faire remonter le club, mais également le conduire jusqu’au sacre absolu en remportant le Metropolitano en 1969, pour l’unique titre des Funebreros, au nez et à la barbe des "5 Grands" et d'Estudiantes, en collant un 4 buts à 1 à River Plate en finale! Intraitable sur l’homme mais également fin relanceur, le Gaucho a tout du défenseur argentin typique. Il va ainsi faire des miracles avec une autre connaissance du championnat, le trop méconnu Raoul Nogues. À force de travail et d'abnégation, Hugo tape dans l’œil du sélectionneur et en 1971, il fait ses débuts avec l'Albiceleste. L’année suivante, il est élu meilleur footballeur argentin, succédant à Omar Pastoriza, et meilleur sportif de l’année devant le boxeur Carlos Monzón.

 

Hugo Bargas.jpg

Photo: ©FC Nantes

 

Il décide de quitter son pays avec de belles étiquettes dans le dos et pose ses valises sur les bords de l’Erdre, au FC Nantes. Son arrivée se fait par l’entremise de son ancien coéquipier Angel Marcos qui évoluait lui aussi à Chacarita et l’a recommandé à Robert Budzynski. Hugo débarque un 22 janvier 1973 et s’acclimate immédiatement à son nouvel environnement. La charnière qu’il forme avec Bernard Gardon portera ses fruits puisque les Canaris remportent le championnat grâce à une fin de saison en boulet de canon. En coupe, les Nantais atteignent la finale, après avoir notamment éliminé St Etienne en quart, mais perdent, à la surprise générale, contre l'Olympique lyonnais. La Maison Jaune perd son titre l’année suivante, mais Hugo s’est fait une réputation. Devenu international à part entière, il participe dans la foulée à la Coupe du Monde en Allemagne, mais se fait éliminer au second tour. Il disparaitra de la sélection par la suite. À Nantes, il devient indéboulonnable au poste de défenseur central, formant une redoutable charnière avec Patrice Rio. Excellent de la tête, il se distinguera principalement par une vitesse d'exécution et une maitrise technique exceptionnelle. À la fin des années 70, Le FCN est alors au faite de sa gloire, avec un nouveau titre de champion en 1977, puis deux places de dauphin en 1978 et 1979. Cette dernière année, Hugo remportera la Coupe de France. Malheureusement, il ne joue pas la finale, blessé. Henri Michel le remplace et décide de passer par la suite libéro.

 

En 1979, le FC Metz nourrit alors de grandes ambitions et se lance dans une politique de recrutement onéreuse, avec l’international polonais Henryk Kasperczak, qui devient entraîneur seulement au bout de quelques mois. Il recrute donc le libéro nantais, qui remplace un Wim Suurbier assez décevant. Cette politique ne porte pas vraiment ses fruits. La formation grenat manque de descendre en 1980 avant de finir à une anonyme 9ème place en 1981. Associé à Patrick Battiston puis Philippe Mahut, la période messine de Bargas ne reste pas dans les annales du foot. L’équipe prend beaucoup de but. À 34 ans, il en a encore sous le pied et décide de s’engager à Louhans-Cuiseaux en 1981. L’équipe va rater l’accession à l’élite, avec un 5ème place. Avec Antoine Trivino, l’ancien canonnier de Gueugnon, Diego Garzitto, Alain Ollier et bien d’autres, l’équipe aura raté le coche avec un début de saison pourri. La suite sera moins flamboyante, avec des saisons dans le ventre mou de la D2. Après trois années, alors qu’il a déjà 37 ans, l’increvable Bargas s’engage au Puy, toujours en D2 comme entraîneur-joueur. Il y passe deux saisons avant de finalement raccrocher à l'âge 39 ans. Devenu par la suite coach en Belgique et en Argentine, il fait un come-back sous les couleurs de l'AS Angoulême pour un match en 1988. Il mène ensuite une mission de repérage pour le compte du FC Nantes, étant notamment à l’origine de la venue de Nestor Fabbri dans l’Hexagone.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Copa Julio Roca en 1971 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Carlos Dittborn en 1971 et 1972 (Argentine)

Finaliste de la Copa Carlos Dittborn en 1973 (Argentine)

Champion de France en 1973 et 1977 (FC Nantes)

Vice-champion de France en 1974, 1978 et 1979 (FC Nantes)

Champion d'Argentine en 1969 (Met.) (Chacarita Juniors)

Vainqueur de la Coupe de France en 1979 (finale non-jouée) (FC Nantes)

Finaliste de la Coupe de France en 1973 (FC Nantes)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu footballeur argentin de l'année en 1972

Élu meilleur joueur étranger du championnat de France en 1973

Élu sportif argentin de l'année en 1972


21/05/2022
0 Poster un commentaire

Carlos Peucelle

Carlos Peucelle.png
Photo: ©El Grafico

 

Carlos Peucelle

 

Carlos Desiderio Peucelle

Né le 13 septembre 1908 à Buenos Aires (ARG)

Décédé le 1er avril 1990

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Ailier Droit, 1m71

Surnom: "Barullo"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 27 sélections, 14 buts

(Matchs amicaux: 7 sélections, 6 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections, 3 buts)

(Copa America: 7 sélections, 1 but)

(Copa Lipton: 2 sélections)

(Copa Julio Roca: 7 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 21 septembre 1928 contre l'Uruguay (2-2)

Dernière sélection : le 17 mars 1940 contre le Brésil (5-1)

 

1925/26 San Telmo (ARG)
1927/30 Sportivo Buenos Aires (ARG) 110 matchs, 31 buts
1931/41 River Plate (ARG) 326 matchs, 118 buts

 

Grand ailier droit des années 30, Carlos Peucelle était l'un des meilleurs dribbleurs de son époque.

 

Également Rapide, buteur providentiel, doté d'une vision de jeu remarquable, ce grand nom du foot argentin est à l’origine du surnom de River Plate: en l’achetant au Sportivo Buenos Aires pour la somme faramineuse de 10.000 pesos en 1931, River devient aux yeux du public "Los Millonarios", ce qui donne une idée de l’importance du montant versée à un moment où le championnat argentin n'est qu'aux prémices du professionnalisme. Peut-être moins talentueux que son coéquipier légendaire Bernabé Ferreyra qui débarque dans la foulée pour un nouveau transfert record, Peucelle était surtout très intelligent sur comme en dehors des terrains puisqu’il conseillait souvent les choix et les décisions de ses entraîneurs. Le cas le plus célèbre reste ce match d’appui destiné à départager les deux co-leaders, l'Argentine et le Brésil, du championnat sud-américain en 1937, l'ancêtre de la Copa America. Une rencontre très tendue et interminable dans l’ancien Gasómetro de San Lorenzo, appelée "jogo da vergonha" par les chroniqueurs brésiliens. Durant le match, de violentes altercations ont lieu entre joueurs. La Seleção se retire, considérant que sa sécurité n’est plus assurée. Le match reprend finalement mais les deux escouades ne parviennent toujours pas à se départager. La légende prétend que Peucelle aurait demandé alors à Manuel Seoane, le sélectionneur de l'époque, de faire entrer le tout jeune Vicente De la Mata. La suite, on la connait, le gamin, futur légende d'Independiente, inscrit un doublé salvateur en prolongations pour offrir le titre à l’Albiceleste. Carlos adorait ce rôle de leader et de relais sur le terrain. Il pouvait jouer à n'importe quel poste et savait motiver toute une troupe, prenant sous son aile les futurs grands de la Banda Roja comme José Manuel Moreno ou Adolfo Pedernera. Un mec qui aurait soi-disant disputé trois rencontres officielles à la suite, marquant un but à chacune des confrontations. Pour beaucoup, il est même celui qui a posé la première pierre à l'édifice de la Maquina sur le terrain, cette équipe de River qui a dominé le foot sud-américain dans les années 40. Celui qu'on surnommait "Barullo" a également assuré en sélection avec deux Copa América remportées et une place de finaliste lors de la première Coupe du Monde de l'histoire organisé en 1930 en Uruguay. Durant cette compétition, l'ailier droit de l'Albiceleste avait planté trois réalisations en seulement quatre matchs. Devenu logiquement entraîneur, il est le premier fondateur d'une école de foot en Colombie. Carlos Peucelle est décédé le 1er avril 1990 à l'âge de 81 ans.
 
PALMARÈS
 
Finaliste de la Coupe du Monde en 1930 (Argentine)
Vainqueur de la Copa America en 1929 et 1937 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Lipton en 1928 et 1937 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Julio Roca en 1939 et 1940 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Aldao en 1936 et 1937 (River Plate)
Champion d'Argentine en 1932, 1936, 1937 et 1941 (River Plate)
Vice-champion d'Argentine en 1938 et 1939 (River Plate)
Vainqueur de la Copa de Competencia (LAF) en 1932 (River Plate)
Vainqueur de la Copa Ibarguren en 1937 (River Plate)
Vainqueur de la Copa Adrian C. Escobar en 1941 (River Plate)

28/03/2022
0 Poster un commentaire

Vicente de la Mata

Vicente de la Mata.jpg
Photo: ©La Caldera del Diablo

 

Vicente de la Mata

 

Né le 15 janvier 1918 à Rosario (ARG)

Décédé le 4 août 1980 à Rosario (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant, 1m72

Surnoms: "Capote" "Gallego"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 13 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 3 sélections, 1 but)

(Copa America: 10 sélections, 5 buts)

 

1ère sélection : le 16 janvier 1937 contre le Pérou (1-0)

Dernière sélection : le 10 février 1946 contre le Brésil (2-0)

 

1936 Central Córdoba (ARG)
1937/50 Independiente (ARG) 362 matchs, 151 buts
1951/52 Newell’s Old Boys (ARG) 23 matchs, 1 but
 
Vicente de la Mata a fait partie de la grande équipe d'Independiente à la fin des années 30 où, positionné en attaque, il forme un trident offensif aussi prolifique que mythique avec l'immense goleador paraguayen Arsenio Erico et son homologue argentin Antonio Sastre: à eux trois, ils ont plantés ainsi 218 pions en 66 rencontres, soit une moyenne de 3,3 buts par match.
 
Attaquant axial de formation, il débute au Central Córdoba où ses performances lui valent d'être appelé en équipe nationale. Pour sa première Copa America, et bien que remplaçant, il marque les esprits en rentrant en fin de match en finale face au Brésil pour inscrire un doublé victorieux dans les prolongations. Grâce à ce coup d'éclat, ce dribbleur invétéré signe alors à l'Independiente, incorporant ce qui restera comme l'une des plus belles lignes d'attaque de l'époque. Autour de l'indiscutable et indéboulonnable avant-centre considéré comme le plus grand joueur de la Albirroja Arsenio Erico, il apprend à jouer à droite, à gauche, combinant avec son formidable comparse polyvalent Antonio Sastre. En plus de José Zorrilla et José Vilariño dans l'entrejeu en guise de meneurs, ce quintet offensif s'offre trois titres de champion, les touts premiers trophées des Diables Rouges. À l'international, en plus du premier championnat Sud-américain gagné grâce à son doublé en prolongations, le joueur aux 13 sélections seulement en accrochera deux autres à son palmarès.
 
PALMARÈS
 
Vainqueur de la Copa America en 1937, 1945 et 1946 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Aldao en 1938 et 1939 (Independiente)
Champion d'Argentine en 1938, 1939 et 1948 (Independiente)
Vice-champion d'Argentine en 1937 et 1940 (Independiente)
Vainqueur de la Copa Ibarguren en 1938 et 1939 (Independiente)
Vainqueur de la Copa Adrian C. Escobar en 1939 (Independiente)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 

24/03/2022
0 Poster un commentaire

Manuel Seoane

Manuel Seoane.jpg
Photo: ©El Grafico

 

Manuel Seoane

 

Né le 19 mars 1902 à Piñeyro (ARG)

Décédé le 21 août 1975 à Quilmes (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, attaquant

Surnom: "La Chancha"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 19 sélections, 14 buts

(Matchs amicaux: 6 sélections, 5 buts)

(Copa America: 11 sélections, 8 buts)

(Copa Lipton: 1 sélection)

(Copa Newton: 1 sélection, 1 but)

 

1ère sélection : le 3 décembre 1923 contre le Chili (6-0)

Dernière sélection : le 3 novembre 1929 contre le Pérou (3-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png non-officiel: 1 sélection, 1 but

 

1921/22 Independiente (ARG) 70 matchs, 49 buts
1922/23 Progresista (ARG) 4 matchs, 5 buts
1923/24 Independiente (ARG) 14 matchs, 10 buts
1924/25 El Porvenir (ARG) 27 matchs, 14 buts
1925 Boca Juniors (ARG) ? matchs, 16 buts
1926/33 Independiente (ARG) 184 matchs, 151 buts
 
Manuel Seoane est souvent considéré comme le meilleur joueur argentin de la première moitié du 20ème siècle, et que certains anciens maintenant disparu le plaçaient au-dessus de Diego Maradona.
 
Meilleur buteur de l'ère amateur du foot argentin avec 196 pions inscrits, ce formidable avant-centre gaucher avec une belle technique et une frappe surpuissante a brillé avec le maillot de l'Independiente mais aussi celui de l'Albiceleste dans les années 1920, obtenant trois Copa América en 1925, 1927 et 1929, avec comme récompense dans sa toute première le titre de meilleur buteur avec 6 pions plantés et le trophée du meilleur joueur de la compétition. Et il a pu également se targuer d'avoir été le premier à enfiler le maillot du numéro 10 de l'équipe nationale, le même que celui porté par Mario KempesDiego Maradona et Lionel Messi.
 
PALMARÈS
 
Vainqueur de la Copa America en 1925, 1927 et 1929 (Argentine)
Finaliste de la Copa Lipton en 1927 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Newton en 1928 (Argentine)
Champion d'argentine amateur (AAmF) en 1922 et 1926 (Independiente)
Vainqueur de la Copa de Competencia (AAmF) en 1926 (Independiente)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES

Meilleur buteur du championnat d'Argentine amateur en 1922 (AamF) (51 buts), 1926 (AAmF) (29 buts) et 1929 (13 buts) (Independiente)

22/03/2022
0 Poster un commentaire

Sergio Agüero

Sergio Aguero.jpg
Photo: ©DR

 

Sergio Agüero

 

Sergio Leonel Agüero del Castillo

Né le 2 juin 1988 à Buenos Aires (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant, 1m73

Surnom: Kun

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 101 sélections, 41 buts

 

2003/06 Independiente (ARG) 54 matchs, 23 buts
2006/11 Atlético Madrid (ESP) 175 matchs, 74 buts
2011/21 Manchester City (ANG) 275 matchs, 184 buts
2021 FC Barcelone (ESP) 4 matchs, 1 but
 
Passé par l'Argentine, l'Espagne et l'Angleterre, Sergio "Kun" Agüero est l'un des buteurs argentins les plus prolifiques des années 2010.
 
C'est sous le maillot des Citizens que le gendre durant quatre ans de l'idole Diego Maradona a signé les plus belles heures de sa vie de footballeur.  Avant-centre indispensable de ses entraîneurs successifs, il totalise 260 réalisations en 390 rencontres disputées toutes compétitions confondues. Avec Man City, le Kun a frappé toutes les 108 minutes en Premier League. Un record dans l'histoire du championnat Anglais. Il devance Thierry Henry et Harry Kane (un but toutes les 122 minutes). C'est également le meilleur buteur sur la saison 2014-2015 avec 26 pions en 33 apparitions. Spécialiste des hat-tricks, le buteur argentin en a inscrit 12 au total. Mais s'il ne fallait retenir qu'un but avec les Skyblues, ce serait celui inscrit le 13 mai 2012, à la 94ème minute lors de la dernière journée de la saison de Premier League face aux Queens Park Rangers. Un scénario dingue pour offrir à City son premier titre de champion d'Angleterre depuis plus de quarante ans. Quatre autres suivront pour Sergio. Avant ses années de grâce en Angleterre, Agüero avait déjà acquis une belle cote du côté de l'Espagne, sous les couleurs de l'Atlético de Madrid. Après des débuts flamboyants à l'Independiente, dans la province de Buenos Aires, il avait remporté la Ligue Europa en 2010 en cinq saisons chez les "Rojiblancos". 
 
Sous les couleurs de l'Albiceleste, le natif de Buenos Aires a également connu les grandes heures de sa sélection. D'une victoire aux Jeux Olympiques 2008 à une victoire en Copa América en 2021 aux côtés de Lionel Messi en passant par une finale de Coupe du Monde en 2014. Il fait partie du cercle fermé des argentins centenaires du haut de ses 101 sélections, pour 41 buts. Arrivé au FC Barcelone en 2021, il est contraint de raccrocher les crampons à la suite des problèmes cardiaques du joueur, révélés à la suite de son malaise thoracique en plein match avec les Blaugrana.

14/03/2022
0 Poster un commentaire