FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Argentine


Ramon Diaz

Ramon Diaz.jpg
Ramón Díaz

 

Ramón Ángel Díaz

Né le 29 août 1959 à La Rioja (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant, 1m73

Surnom: El Pelado

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 22 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 18 sélections, 9 buts)

(Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 12 septembre 1979 contre la RFA (1-2)

Dernière sélection : le 2 juillet 1982 contre le Brésil (1-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png espoirs: 1 sélection, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png U20: 11 sélections, 13 buts

 

1978/81 River Plate (ARG) 136 matchs, 64 buts
(Championnat d'Argentine: 123 matchs, 57 buts)
(Copa Libertadores: 13 matchs, 7 buts)
1982/83 SSC Naples (ITA) 38 matchs, 8 buts
(Championnat d'Italie: 25 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 9 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 2 buts)
1983/86 Avellino (ITA) 92 matchs, 24 buts
(Championnat d'Italie: 78 matchs, 22 buts)
(Coupe d'Italie: 14 matchs, 2 buts)
1986/88 Fiorentina (ITA) 67 matchs, 22 buts
(Championnat d'Italie: 53 matchs, 17 buts)
(Coupe d'Italie: 12 matchs, 5 buts)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1988/89 Inter Milan (ITA) 43 matchs, 15 buts
(Championnat d'Italie: 33 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Italie: 7 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs, 2 buts)
1989/91 AS Monaco (FRA) 78 matchs, 29 buts
(Championnat de France: 60 matchs, 24 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 7 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 2 buts)
1991/93 River Plate (ARG) 67 matchs, 30 buts
(Championnat d'Argentine: 52 matchs, 27 buts)
(Copa Libertadores: 5 matchs, 1 but)
(Supercopa Sudamericana: 10 matchs, 2 buts)
1993/95 Yokohama Marinos (JAP) 90 matchs, 59 buts
(Championnat du Japon: 75 matchs, 52 buts)
(Coupe du Japon: 15 matchs, 7 buts)
 
Attaquant argentin formé à River Plate, Ramon Diaz a fait une grosse partie de sa carrière en Italie avant de rejoindre l’AS Monaco en 1989 pour seconder Mark Hateley. Surnommé "El Pelado" ("le tondu"), par opposition à la bande de chevelus argentins de l’époque, il ne jouera que la Coupe du Monde 1982, avant de disparaître bizarrement de la sélection. Joueur de classe, racé et intelligent, il était capable de marquer et de faire marquer. Après des débuts à River Plate à partir de 1978, le natif de La Rioja s’affirme assez vite comme un bon attaquant, efficace et adroit. Révélé lors du championnat du Monde des moins de 20 ans en 1979, où il a formé un duo infernal avec Diego Maradona, il remporte quatre titres de champion d'Argentine. À l’été 1982, Ramon s’envole pour l’Italie où il rejoint les rangs de Naples. A l’ombre du Vésuve, il n'honore pas une saison vraiment volcanique. 3 buts en 25 matchs de Série A, c’est trop peu pour honorer la légende du goleador argentin. Dépassé physiquement, pas à l’aise face au Catenaccio encore très en vogue, il a beaucoup de mal à s’adapter au jeu italien. Le transfert fait donc flop et Ramon se voit refourgué à l’US Avellino. Ramon Diaz.jpgLe modeste club de Campanie avait réussit à monter en D1 à la fin des années 70 et à se maintenir plusieurs saisons grâce à un bon centre de formation, de bonnes idées et une bonne cellule de recrutement, capable de relancer des bons joueurs en perdition. Ramon retrouve donc du plaisir à jouer et par conséquent le chemin des filets. C’est au cours de sa troisième saison avec Avellino qu’il réalisera son meilleur exercice, avec 10 buts. Devenu un honnête joueur du Calcio, il est alors recruté par la Fiorentina. Pour sa première année, Ramon fera une assez bonne saison avec 10 pions. La seconde sera dans la même veine. Bien installé dans le championnat, il rejoint la légion étrangère de l’Inter Milan où il retrouve un peu son Argentine natale, avec sa colonie germanique (Brehme et Matthäus). Sous les ordres de Giovanni Trapattoni, l’Inter termine champion (le dernier titre avant une très longue traversée du désert). Associé à Aldo Serena, Ramon Diaz multiplie les prestations de haut vol et contribue largement au succès de son équipe avec 12 réalisations. Alors à son apogée, le lutin argentin va quitter le club pour faire de la place à Jürgen Klinsmann. L’AS Monaco le fait venir sur le Rocher pour l’associer à l’attaquant vedette du club, Mark Hateley. Offensivement les rouge et blanc font assez peur avec Youssouf Fofana, aka "Monsieur je veux dribbler", George Weah mais également José Touré, un peu en fin de carrière. Malgré cet effectif alléchant, Monaco ne parviendra pas à faire mieux que 3ème, à 7 points de l’OM et 5 de Bordeaux. Pourtant Ramon Diaz est en pleine bourre, avec 15 buts. La saison suivante sera marqué par la grande lessive: Youri DjorkaeffFranck Sauzée, Gérald Passi et Rui Barros viennent renforcer le milieu de terrain et Mark Hateley, auteur d’une dernière saison minée par les blessures, rentre chez lui. Monaco disputera le titre jusqu’au bout contre l’OM mais s'inclinera finalement. En revanche, le club prendra sa revanche en Coupe face à l'ogre marseillais. En finale, Monaco arrache le trophée au bout du temps règlementaire. Sur une passe lumineuse de Ramon Diaz, Gérald Passi trompe Pascal Olmeta d’une fantastique frappe de 30 mètres qui termine sa course en pleine lucarne… Ramon Diaz, qui a déjà 32 ans, sent que les jeunes pousses monégasques, et le "Snake" en tête, représentent une menace… Il décide donc de rentrer chez lui. Revenu à River Plate, il remporte le championnat d’ouverture dès son arrivée, dernier fait d’arme notable d’une belle carrière. Après deux ans avec les "Milionarios", il part au Japon, histoire de se faire plaisir. En l’espace de trois saisons, il va planter 52 buts, finir une fois dans l'équipe type du championnat et s'offrir le titre de meilleur buteur de J-League en 1993!! Côté Albiceleste, il est sélectionné pour le Mondial 1982 mais loupe ceux de 1986 et 1990. Il n'est pas du goût du sélectionneur Carlos Bilardo, qui manque pourtant de forces vives aux avant-postes pour épauler "El pibe de Oro". L'entraîneur qui revendique l'invention du 3-5-2 lui préfère, par exemple, Jorge Valdano, notamment pour des choix tactiques. Mais une autre raison est invoqué par la presse argentine: un veto posé par Maradona. Pourquoi? parce que les Nerazzurri que Diego a toujours détesté avait remporté le scudetto aux dépens de Naples lors de la saison 1988-1989. Mais celui-ci démentira quelques années plus tard, indiquant qu'il avait au contraire recommandé Ramon Diaz à Bilardo. Bref, le mystère demeure... Par la suite, il fera le choix d’une carrière d’entraîneur, comme beaucoup.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde des moins de 20 ans en 1979 (Argentine)
Champion d'Italie en 1989 (Inter Milan)
Vice-champion de France en 1991 (AS Monaco)
Champion d'Argentine en 1979 (Met.), 1979 (Nac.), 1980 (Met.), 1981 (Nac.) et 1991-1992 (Ap.) (River Plate)
Vice-champion d'Argentine en 1978 (Nac.) (River Plate)
Champion du Japon en 1995 (Yokohama Marinos)
Vainqueur de la Coupe de France en 1991 (AS Monaco)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
2ème Meilleur joueur Sud-Américain de l'année en 1991
Meilleur buteur du championnat d'Argentine en 1991 (Ap.) (14 buts) (River Plate)
Meilleur buteur du championnat du Japon en 1993 (28 buts) (Yokohama Marinos)
Nommé dans l'équipe type sud-américaine de l'année en 1991
Nommé dans l'équipe type de l'année du championnat du Japon en 1993
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©Icon Sport
- 2ème photo: ©DR

09/06/2021
0 Poster un commentaire

Félix Loustau

Felix Loustau.jpg
Félix Loustau

 

Né le 27 décembre 1922 à Avellaneda (ARG)

Décédé le 5 janvier 2003 à Buenos Aires (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Ailier gauche, 1m64

Surnoms: Chaplín, Pistola

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 27 sélections, 10 buts

(Matchs amicaux: 9 sélections, 1 but)

(Copa America: 17 sélections, 7 buts)

(Copa Newton: 1 sélection, 1 but)

(Copa Chevallier Boutell: 1 sélection, 1 but)

 

1ère sélection : le 6 janvier 1945 contre le Paraguay (5-2)

Dernière sélection : le 14 décembre 1952 contre le Portugal (3-1)

 

1942/57 River Plate (ARG) 394 matchs, 109 buts
(Championnat d'Argentine: 365 matchs, 101 buts)
(Copa Ibarguren/Copa Escobar/
Copa de la República/Copa de Competencia Británica: 17 matchs, 3 buts)
(Copa Aldao: 6 matchs)
(Championnat Sud-Américain des champions: 6 matchs, 4 buts)
1957/58 Estudiantes (ARG) 19 matchs, 1 but
(Championnat d'Argentine: 9 matchs)
(Copa Suecia: 10 matchs, 1 but)

 

Félix Loustau a été l'un des meilleurs ailiers gauche argentins de l'histoire. On le comparait souvent à... Charlie Chaplin pour son aspect funambulique ainsi que ses dribbles déroutants et hors du commun. Arrivé à River Plate en 1942, il vient remplacer Luis Deambrosi dans une ligne d'attaque qui va mettre tout le monde d'accord. Surnommé "la Máquina", composée alors de Juan Carlos Muñoz, José Manuel Moreno, Adolfo PederneraÁngel Labruna et lui-même, ces cinq attaquants sont les figures emblématiques de cette époque Dorée, celles qui surgissent des mémoires des abuelitos argentins. Au total, il dispute 365 matchs de première division, plante 101 buts et remporte huit titres de champion. Côté Albiceleste, il remporte trois Copas América d'affilées en 28 sélections (10 buts). Il disparaît le 5 janvier 2003 d'une crise cardiaque à l'âge de 80 ans.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Copa America en 1945, 1946 et 1947 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Newton en 1945 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Chevallier Boutell en 1945 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Aldao en 1941, 1945 et 1947 (River Plate)

Champion d'Argentine en 1942, 1945, 1947, 1952, 1953, 1955, 1956, 1957 (River Plate)

Vice-champion d'Argentine en 1943, 1944, 1948 et 1949 (River Plate)

Vainqueur de la Copa Ibarguren en 1941, 1942 et 1952 (River Plate)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©River Plate


22/05/2021
0 Poster un commentaire

Juan Domingo Cabrera

Juan Domingo Cabrera.png
Juan Domingo Cabrera

 

Juan Domingo Patricio Cabrera

Né le 18 juin 1952 à Salta (ARG)

Décédé le 3 décembre 2007 à Salta (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Milieu de terrain, 1m68

Surnom: "Chacho"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png seulement convoqué

 

1970/76 Gimnasia y Tiro de Salta (ARG)
1976/79 CA Talleres (ARG)
1979/80 Girondins de Bordeaux (FRA) 16 matchs
1980/81 San Lorenzo (ARG)
1981/83 Vélez Sarsfield (ARG)
1983/84 Racing Córdoba (ARG)
1985  Talleres de Córdoba (ARG)
 
Considéré comme un bon joueur, un peu solitaire, au tempérament parfois tumultueux, Juan Domingo Cabrera était un milieu de terrain hargneux qui figure parmi les pires recrues de l'histoire de Bordeaux. Après des débuts à Salta, puis au CA Talleres, convoqué par Luis Menotti pour les Jeux Panaméricains de Porto Rico en 1979, il débarque en Gironde à la demande de l'entraîneur argentin Luis Carniglia, ex-coach du Real Madrid et prédécesseur de Raymond Goethals aux Girondins. Transféré pour 400 000 dollars, il arrive donc avec un certain statut du côté de Bordeaux. Mais très vite, le niveau, apparemment très faible, a jeté le doute sur sa véritable identité. Claude Bez n'a jamais démenti la rumeur selon laquelle les Girondins s'étaient fait arnaquer et avaient engagé... son cousin et homonyme. On ne saura jamais. Le vrai Juan Cabrera avait été pré-sélectionné pour la Coupe du Monde 1978. Au total, il dispute seize petits bout de matchs en six mois. Il restera surtout connu pour avoir été le premier à avoir pris un "petit pont" par Diego Maradona en 1976! Devenu chauffeur de taxi, il est décédé en 2007, à l'âge de 55 ans, d'une tumeur au cerveau.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Liga Cordobesa en 1976, 1977, 1978 et 1979 (CA Talleres)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Archives Julien Bée

12/05/2021
0 Poster un commentaire

Juan Carlos Muñoz

Juan Carlos Munoz.jpg
Juan Carlos Muñoz

 

Né le 6 mai 1919 à Avellaneda (ARG)

Décédé le 22 novembre 2009 à Buenos Aires (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Ailier droit

Surnom: "Tomate"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 11 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 4 sélections)

(Copa America: 4 sélections)

(Copa Newton: 1 sélection)

(Copa Lipton: 1 sélection)

(Copa Chevallier Boutell: 1 sélection, 1 but)

 

1ère sélection : le 25 mai 1942 contre l'Uruguay (4-1)

Dernière sélection : le 9 juillet 1945 contre le Paraguay (3-1)

 

1938/39 Dock Sud (ARG)
1939/50 River Plate (ARG) 184 matchs, 39 buts
1951/53 CA Platense (ARG) 39 matchs, 3 buts
 
Virevoltant ailier difficile à arrêter, Juan Carlos Muñoz a composé la fameuse "Maquina" de River Plate, une équipe référentielle pour avoir produit sans relâche un football ultra-offensif et dynamique. Arrivé en 1939, il est aligné pour la première fois aux côtés de José Manuel MorenoAdolfo PederneraÁngel Labruna et Félix Loustau un 28 juin 1941 au stade Monumental, lors d'un match entre River Plate et Platense. En tout, l'argentin a assuré un bail de onze ans pour quatre titres de champion. Il disparaît à l'âge de 90 ans d'une crise cardiaque.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Copa America en 1945 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Newton en 1942 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Lipton en 1942 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Chevallier Boutell en 1945 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Aldao en 1941, 1945 et 1947 (River Plate)

Champion d'Argentine en 1941, 1942 1945 et 1947 (River Plate)

Vice-champion d'Argentine en 1939, 1943, 1944, 1948 et 1949 (River Plate)

Vainqueur de la Copa Adrian C. Escobar en 1941 (River Plate)

Vainqueur de la Copa Ibarguren en 1941 et 1942 (River Plate)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©El Grafico


11/05/2021
0 Poster un commentaire

Rogelio Dominguez

Rogelio Dominguez.jpg
Rogelio Dominguez

 

Rogelio Antonio Domínguez López

Né le 9 mars 1931 à Buenos Aires (ARG)

Décédé le 23 juillet 2004 à Buenos Aires (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Gardien de but, 1m90

Surnom: "El Magnifico","El Flaco"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 24 sélections

(Matchs amicaux: 4 sélections)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Copa America: 6 sélections)

(Championnat Panaméricain: 5 sélections)

(Jeux Panaméricains: 3 sélections)

(Copa Lipton: 2 sélections)

(Copa Newton: 1 sélection)

(Copa Del Atlantico: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 27 février 1951 contre le Venezuela (5-0)
Dernière sélection : le 15 août 1962 contre l'Uruguay (3-1)

 

1948/57 Racing Club (ARG) 121 matchs
1957/62 Real Madrid (ESP) 85 matchs
(Championnat d'Espagne: 51 matchs)
(Coupe d'Espagne: 17 matchs)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 15 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 2 matchs)
1962/63 River Plate (ARG) 12 matchs
1964/65 Vélez Sarsfield (ARG) 33 matchs
1966 CA Cerro (URU)
1966/68 Nacional (URU)
1968/69 Flamengo (BRE) 41 matchs
 
Gardien légendaire du Racing Club et de l'Albiceleste, Rogelio Dominguez est l'un des premiers portiers Sud-Américains à se faire un nom sur le continent européen. Avec son physique impressionnant, il débarque au Real Madrid après une victoire en Copa America à l'âge de 25 ans pour faire de la concurrence à l'international espagnol Juan Alonso. Ses parades exceptionnelles lui permettent d'être indéboulonnable et de remporter ainsi trois Ligas et trois Coupes d'Europe des clubs champions dans les buts du meilleur club du 20ème siècle. Sur le banc lors de sa première finale, il dispute les deux autres comme titulaire. En 1959, le portier argentin signe un clean-sheet dans l’antre du Neckarstadion de Stuttgart et permet au merengue de s’imposer face au Stade de Reims, 2 buts à 0. Un an plus tard, dans la finale la plus prolifique de l’histoire de la compétition, "El Magnifico" encaisse 3 buts, mais le quadruplé de Ferenc Puskas et le triplé d'Alfredo Di Stefano écœurent les allemands de l’Eintracht Francfort qui soulève une cinquième fois d'affilé le trophée. Il retraverse l'Atlantique en 1962 et bourlingue un peu partout sur le continent sud-américain. Après des passages dans son pays à River Plate et Velez Sarsfield puis en Uruguay, il range les gants à Flamengo au Brésil en 1969. Il disparaît le 23 juillet 2004 des suites d'un emphysème pulmonaire à l'âge de 73 ans.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Copa America en 1957 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Lipton en 1957 et 1962 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Newton en 1957 (Argentine)

Finaliste de la Copa del Atlántico en 1956 (Argentine)

Vainqueur des Jeux Panaméricains de Buenos Aires en 1951 (Argentine)

Finaliste du Championnat Panaméricain en 1956 (Argentine)

Vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions en 1958, 1959 et 1960 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1960 (Real Madrid)

Champion d'Espagne en 1958, 1961 et 1962 (Real Madrid)

Vice-champion d'Espagne en 1959 et 1960 (Real Madrid)

Champion d'Argentine en 1949 (non-joué), 1950 (non-joué) et 1951 (Racing Club)

Vice-champion d'Argentine en 1952, 1955 (Racing Club), 1962 et 1963 (River Plate)

Vice-champion d'Uruguay en 1967 et 1968 (Nacional)

Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1962 (Real Madrid)

Finaliste du Championnat de Rio en 1969 (Flamengo)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©EFE


09/03/2021
0 Poster un commentaire