Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Argentine


Jorge Carrascosa, l'argentin qui a refusé d'être le "Gran Capitan"

Jorge Carrascosa.jpg
Photo: ©Masahide Tomikoshi/Tomikoshi Photography

 

Jorge Carrascosa

 

Jorge Omar Carrascosa

Né le 15 août 1948 à Valentín Alsina (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Défenseur gauche, 1m68

Surnom: "El Lobo"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 30 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 21 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

(Copa Newton: 1 sélection)

(Copa Del Atlantico: 4 sélections)

(Copa Carlos Dittborn: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 22 octobre 1970 contre le Paraguay (1-1)

Dernière sélection : le 31 août 1977 contre le Paraguay (0-2)

 

1967/69 Banfield (ARG) 52 matchs
1970/72 Rosario Central (ARG) 88 matchs, 3 buts
1973/79 Huracán (ARG) 287 matchs

 

Excellent latéral gauche de Rosario Central et Huracan dans les années 70, Jorge Carrascoca obtient sa première sélection avec l’Albiceleste en 1970, participe à la Coupe du Monde en 1974 et devient capitaine l'année d'après. Rien de transcendant. Sauf qu'un jour, le protégé de Menotti décide de tout arrêter avec sa patrie brusquement, quelques mois avant le Mondial à domicile, à la fois par refus d'être soumis à la dictature militaire et par dégoût des perversions du foot... Par ce geste, il s’aligne avec ce qu’il est au plus profond de lui et avec ce qu’il croit être juste. Un acte héroïque qui le fera entrer plus tard dans la légende et dans le cœur des Argentins.

 

Formé chez les Taladros, sur les collines de Zamora, ce joueur de couloir originaire de la banlieue de Buenos Aires qu'on surnomme "El Lobo" ("le loup" en espagnol) devient champion d'Argentine sous les couleurs du Rosario Central en 1971 puis avec les Blanc et Rouge d'Huracan en 1975, aux côtés d'une génération exceptionnelle composé de René Houseman, Omar Larrosa et Miguel Brindisi le tout dirigé par un certain César Luis Menotti, qui prend les rênes de l'équipe nationale après l'échec de la Coupe du Monde 1974 en RFA. Si le 24 mars 1976, l'Argentine s'offre une belle victoire en match amical face à la Pologne à Chorzów, avec le brassard au bras pour Jorge, au même moment, à des milliers kilomètres, la junte militaire renverse le gouvernement d'Isabel Perón et instaure un régime autoritaire qui perdurera jusqu'en 1983. Le nouveau dictateur Jorge Rafael Videla cherche à punir tous les opposants et notamment les guérilleros marxistes. Des milliers d'enlèvements, des tortures et exécutions dans les centres de détention ...

 

Jorge Carrascosa.jpg

Photo: ©DR

 

C'en ai trop pour le défenseur argentin. Déjà dégouté par l'argent, la corruption, le dopage et les implications politiques dans le monde du ballon rond, le coup d'état est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Après avoir mûrement réfléchit, il ne veut plus mettre les pieds en sélection, officiellement pour raisons personnelles. En 1977, le joueur à la moustache impeccable met donc prématurément fin à sa carrière avec l'Argentine. Un choix qui n'est pas du goût du coach "El Flaco" qui s'efforce jusqu'au dernier moment de le faire revenir sur sa décision. La veille de la publication des 22 joueurs retenus pour participer à l'évènement majeur, César prend son téléphone pour lui proposer une énième fois de faire partie de l'aventure. Sans succès, Carrascosa persiste et signe: "Physiquement et techniquement j'étais très bien, mais psychologiquement, tu dois aussi être en forme et ce qui se passait me rendait malade. Je ne pouvais pas jouer et m'amuser"explique-t-il.

 

Un geste considéré par certains comme "communiste" et "antipatriotique". Au yeux de beaucoup de monde, c'est un traître. L'ancien internationale calme les ardeurs de certains. "il y a des choses beaucoup plus importantes qu’un match de football. Le foot, ce n’est pas la famille, ni la patrie, ni la vie, juste un sport dans lequel vous devez gagner ou perdre avec dignité." C'est donc le légendaire Daniel Passarella qui soulèvera le trophée du Mondial 1978, remis des mains du général Videla, au Monumental. Il a donc renoncé à être le "Grand Capitaine", le premier argentin à brandir la coupe tant attendu. Un an après, à tout juste 31 ans, Jorge Carrascosa raccroche les crampons à Huracan. Une fin précoce en accord avec la vie d’un homme qui n’a jamais couru après la célébrité. D'ailleurs, si il ne regrette rien de son geste, il restera toujours très discret sur cette décision forte prise en 1977, ne révélant que des décennies plus tard les raisons de son sacrifice.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Copa Newton en 1975 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Carlos Dittborn en 1974 (Argentine)

Finaliste de la Copa del Atlántico en 1976 (Argentine)

Champion d'Argentine en 1971 (Nac.) (Rosario Central) et 1973 (Met.) (Huracan)

Vice-champion d'Argentine en 1970 (Nac.) (Rosario Central), 1975 (Nac.) et 1976 (Nac.) (Huracan)


13/01/2023
0 Poster un commentaire

Oreste Corbatta

Oreste Corbatta.jpg
Photo: ©DR

 

Oreste Corbatta

 

Orestes Osmar Corbatta Fernández

Né le 11 mars 1936 à Daireaux (ARG)

Décédé le 5 décembre 1991 à La Plata (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Ailier droit, 1m65

Surnoms: El Loco, El Arlequin

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 43 sélections, 18 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections, 6 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections, 3 buts)

(Copa America: 11 sélections, 5 buts)

(Copa Roca: 2 sélections)

(Copa Lipton: 2 sélections)

(Copa Newton: 2 sélections)

(Copa Del Atlantico: 1 sélection)

(Championnat Panaméricain: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 28 février 1956 contre le Pérou (0-0)

Dernière sélection : le 28 mars 1962 contre le Mexique (1-0)

 

1955/62 Racing Club (ARG) 177 matchs, 72 buts
1962/65 Boca Juniors (ARG) 18 matchs, 7 buts
1965/69 Independiente Medellín (COL) 145 matchs, 34 buts
1970 San Telmo Dock Sud (ARG) 33 matchs, 10 buts
1971/72 Italia Unidos (ARG)
1973/74 Tiro Federal (ARG)

 

Génial ailier droit de l'Albiceleste à la fin des années 50, Oreste Corbatta est une légende du Racing Club. Dribbleur de génie, provocateur, imprévisible, mais aussi attiré par ses démons...

 

Formé sur les "potreros" des bidonvilles argentins, Orestes Omar Corbatta débarque au Racing Club en 1955, à l'âge de 19 ans. Le football était une porte de sortie à la pauvreté pour le gamin de la rue né dans la province de Buenos Aires. Vainqueur de quatre titres de champion, il devient l'un des meilleurs joueurs de couloirs de l'histoire du foot argentin. Véritable crack du ballon rond, le prodige avait surtout le sens du spectacle. Capable de sortir des limites du terrain pour se cacher derrière un policier posté devant la tribune et mieux surprendre son défenseur en revenant sur la pelouse, la pierre angulaire de la Academia plante au total 79 buts en 195 rencontres. Grâce à son génie technique et créatif, ce spécialiste des penaltys envoûte rapidement le cœur des hinchas et devient l’idole absolue des fans du Racing. Avec la sélection, il remporte deux Copas America, en 1957 et 1959, la première fois avec l'équipe célèbre des "Carasucias", évaluée par certains experts comme la plus belle Albiceleste de tous les temps, composé d'un quintet offensif fantastique (Corbatta sur l'aile droite, Cruz à gauche et le trio Sivori-Maschio-Angelillo en pointe). 25 buts inscrits en six rencontres et plusieurs déculottées mémorables administrées, dont un cinglant 3 buts 0 aux futurs champions du Monde brésiliens. Lors d'un match de qualif pour la Coupe du Monde 1958 face au Chili, une réalisation de celui qu'on surnomme "Arlequin" résume à lui seul son jeu. Sur un contre, il élimine deux défenseurs de la Roja, mais préfère les laisser revenir pour mieux les effacer à nouveau avant d'aller marquer dans le petit filet opposé. Du Corbatta tout craché. Un footballeur analphabète qui n'a jamais appris à lire mais qui traînait toujours avec un journal à la main. Un diable sur le terrain qui avait aussi un penchant certain pour la bouteille. Avant un match contre Chacarita, il arrive dans le vestiaire complètement ivre. L'entraîneur de l'équipe de Avellaneda le balance directement sous la douche pour le dégriser un peu et le titularise sur le terrain. Résultat: Corbatta, qui arrivait à peine à mettre ses crampons avant le coup d'envoi, plante trois buts en trente minutes! "Des fois, j’ai envie de le frapper avec une barre de fer sur la tête mais quand il rentre sur le terrain, il est unique, il est différent des autres." déclare son coach dépité en fin de match. Après avoir raccroché les crampons, l'ailier passé également par Boca Juniors termine alcoolique et ruiné, comme son contemporain Garrincha, errant dans la rue, avant que le Racing et quelques anciens joueurs ne décide de venir en aide au père de trois enfants, nés d’unions successives qui se terminent toutes mal. Mais l'inévitable arrive un jour de 1991, lorsqu'il disparaît des suites d'un cancer du larynx à l'âge de 55 ans. Preuve toujours de sa notoriété considérable, une petite rue bordant le Cilindro du Racing où il a humilié une tonne de défenseurs, porte aujourd'hui son nom, le Pasaje Corbatta.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Copa America en 1957 et 1959 (Argentine)

Finaliste du Championnat Panaméricain en 1956 (Argentine)

Finaliste de la Copa Libertadores en 1963 (finale non-jouée) (Boca Juniors)

Champion d'Argentine en 1958, 1961 (Racing Club), 1964 et 1965 (Boca Juniors)

Vice-champion d'Argentine en 1955 et 1959 (Racing Club)

Vice-champion de Colombie en 1966 (Independiente Medellin)


10/01/2023
0 Poster un commentaire

Ruben Ayala

Ruben Ayala.jpg
Photo: ©ElPais

 

Ruben Ayala

 

Rubén Hugo Ayala Sanabria

Né le 8 janvier 1950 à Humboldt (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant, 1m75

Surnoms: El Ratón, Patoruzú

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 25 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 4 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 5 buts)

(Copa Roca: 2 sélections)

(Copa Lipton: 2 sélections)

(Copa Newton: 2 sélections

(Copa Carlo Dittborn: 5 sélections, 4 buts) 

(Coupe du Monde: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 11 juillet 1971 contre le Paraguay (1-0)

Dernière sélection : le 3 juillet 1974 contre la RDA (1-1)

 

1968/73 San Lorenzo (ARG) 123 matchs, 47 buts
1973/79 Atlético Madrid (ESP) 214 matchs, 58 buts
(Championnat d'Espagne: 169 matchs, 45 buts)
(Coupe d'Espagne: 17 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 10 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 12 matchs, 5 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 2 buts)
(Coupe Intercontinentale: 2 matchs, 1 but)
1979/80 Jalisco (MEX) 29 matchs, 16 buts
1980/84 CF Atlante (MEX) 135 matchs, 29 buts

 

Ailier gauche argentin, Ruben Ayala est un membre emblématique des glorieuses années de l'Atlético Madrid dans les années 70.

 

Il débarque en Espagne chez les Matelassiers en 1973, saison où le club madrilène se hisse jusqu'en finale de la C1. Suspendu à cause de la boucherie en demi-finale aller face au Celtic, il voit ses coéquipiers se faire étriller au Heysel par le Bayern Munich 4 buts à 0 en match d'appui. Deux jours plus tôt, les deux formations s'étaient quittés sur un nul 1-1 partout après prolongations. À cette époque, les tirs au but était proscrit. Mais tu pouvait refuser de disputer la Coupe Intercontinentale, chose que le Bayern a fait, avançant un calendrier trop déséquilibré pour se déplacer sur le continent sud-américain pour affronter le vainqueur de la Copa Libertadores. C'est donc son dauphin qui va représenter le Vieux Continent. Vaincus 1 but à 0 par les argentins de l'Independiente à l'aller, les Colchoneros remontent le score à Madrid grâce à des buts d’Irureta et de Rubén Ayala. C'est l'argentin qui délivre tout Vicente Calderon à cinq minutes de la fin du temps réglementaire. Une belle récompense pour cet attaquant surnommé "El Raton", passé avant par San Lorenzo où il a notamment fait partie de la grande équipe du Ciclon auteur du doublé Metropolitano-Nacional lors du championnat d'Argentine 1972, et également titulaire devant avec l'Albiceleste pour la Coupe du Monde 1974. Le seul raté de sa carrière se trouve dans l'album Panini de la compétition suprême disputé en Allemagne. En effet, la célèbre maison d'édition italienne connue pour ses albums d'images autocollantes s'était trompé sur sa vignette, mettant à sa place Aldo Pedro Poy, un célèbre avant-centre moustachu connu à Rosario qui sera aussi du voyage mais qui restera sur le banc de touche durant tout le tournoi.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Copa Julio Roca en 1971 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Newton en 1973 (Argentine)

Finaliste de la Copa Lipton en 1973 (Argentine)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1974 (Atlético Madrid)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1974 (Atlético Madrid)

Champion d'Espagne en 1977 (Atlético Madrid)

Vice-champion d'Espagne en 1974 (Atlético Madrid)

Champion d'Argentine en 1972 (Met.) et 1972 (Nac.) (San Lorenzo)

Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 1976 (Atlético Madrid)

Finaliste de la Coupe d'Espagne en 1975 (Atlético Madrid)


08/01/2023
0 Poster un commentaire

Ángel Clemente Rojas

Angel Clemente Rojas.jpg
Photo: ©HistoriadeBoca
 
Ángel Clemente Rojas
 
Né le 28 août 1944 à Sarandi (ARG)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant
Surnom: "Rojitas"
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 2 sélections, 1 but
(Match amical: 1 sélection)
(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection, 1 but)
 
1ère sélection : le 14 juillet 1965 contre le Chili (1-0)
Dernière sélection : le 17 août 1965 contre la Bolivie (4-1)
 
1963/71 Boca Juniors (ARG) 192 matchs, 66 buts
1972/73 Deportivo Municipal (PER)
1974 Racing Club (ARG) 17 matchs, 1 but
1975 Nueva Chicago (ARG)
1976/77 Lanús (ARG)
1978 Argentino de Quilmes (ARG)
 
Surnommé "Rojitas", Ángel Clemente Rojas est un joueur emblématique du Boca des années 60.
 
Encadré par Ernesto Grillo et le goleador vedette José Sanfilippo, le grand attaquant originaire de Sarandi ira en 1963 jusqu'en finale de la Copa Libertadores, après avoir mis du temps à se remettre d'une terrible rupture des ligaments. Malheureusement, après un superbe parcours marqué notamment par l'élimination de Peñarol en demi, Boca échoue sur la dernière marche face au tenant du titre Santos, emmené par son légendaire duo Pelé-Coutinho. Champion d'Argentine les deux saisons suivantes, il devient une idole de la Bombonera au point d'être l'un des rares anciens du club à avoir droit à sa statue, avec MaradonaRiquelme et Cie. La légende Boquense était également un vrai vicelard. En effet, un jour de Superclasico face à River Plate, il volera la casquette au portier des Millonario Amadeo Carizzo. Une casquette qui conjurait les démons du but et qui lui a permis d'être à son huitième match sans encaisser de pions. Sans son talisman, il encaissera deux buts et perdra la rencontre. Un véritable coup de génie pour celui qui n'a pourtant porter le maillot de l'Albiceleste qu'à deux reprises!
 
PALMARÈS
 
Finaliste de la Copa Libertadores en 1963 (Boca Juniors)
Champion d'Argentine en 1964, 1965, 1969 (Nac.) et 1970 (Nac.) (Boca Juniors)
Vainqueur de la Coupe d'Argentine en 1969 (Boca Juniors)
Champion d'Argentine de D2 (II) en 1976 (Lanus)

05/01/2023
0 Poster un commentaire

Sebastian Battaglia

Sebastian Battaglia.jpg
Photo: ©DR

 

Sebastian Battaglia

 

Sebastián Alejandro Battaglia

Né le 8 novembre 1980 à Santa Fé (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Milieu central, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 10 sélections

(Matchs amicaux: 5 sélections)

(Qualif Coupe du monde: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 31 janvier 2003 contre Honduras (3-1)

Dernière sélection : le 12 août 2009 contre la Russie (3-2)

 

1998/2003 Boca Juniors (ARG) 102 matchs, 9 buts
2004/05 Villarreal (ESP) 29 matchs, 1 but
2005/13 Boca Juniors (ARG) 122 matchs, 9 buts

 

Légende de Boca Juniors, Sebastián Battaglia est le joueur le plus titré de l’histoire du club Xeneize.
 
Des trophées accumulés sur deux périodes, entre 1998 et 2003 puis de 2005 à 2013. Le Milieu axial élégant a remporté sept titres de champion d'Argentine et 10 trophées internationaux, dont quatre Copa Libertadores et deux Coupes Intercontinentales. Au total, il a porté à 224 reprises la tunique Azul et Or pour 18 pions inscrits. Seul regret, ne pas s'être imposé en Europe lors de sa courte expérience d'un an et demi à Villarreal. Il raccroche les crampons a seulement 33 ans, la faute à un physique défaillant. Des grosses blessures, notamment à la cheville, et ce petit pont humiliant de Livio Prieto asséné le 6 novembre 2000 lors d'une rencontre entre l'Independiente et Boca qui lui a brisé les ligaments croisés. International à 10 reprises, son absence a été également préjudiciable à l'Albiceleste, particulièrement au Mondial 2006, année où il ne joue quasiment pas. Des gros pépins physiques qui l'ont empêché d'avoir une carrière à la hauteur de son talent.
 
PALMARÈS
 

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 2000 et 2003 (Boca Juniors)

Finaliste de la Coupe Intercontinentale en 2001 (finale non-jouée) (Boca Juniors)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 2000, 2001, 2003 et 2007 (Boca Juniors)

Vainqueur de la Recopa Sudamericana en 2005, 2006 et 2008 (Boca Juniors)

Vainqueur de la Copa Sudamericana en 2005 (Boca Juniors)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 2004 (Villareal)

Champion d’Argentine en 1999 (Cl.), 2000 (Ap.), 2003 (Ap.), 2005 (Ap.), 2006 (Cl.), 2008 (Ap.) et 2011 (Ap.) (Boca Juniors)

Vice-champion d’Argentine en 2007 (Cl.) et 2008 (Cl.) (Boca Juniors)

Vainqueur de la Coupe d’Argentine en 2012 (Boca Juniors)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Nommé dans l'équipe type Sud-Américaine de l'année en 2003


04/01/2023
0 Poster un commentaire