FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Ivica Osim

Ivica Osim.jpg
Ivica Osim

 

Ivan Osim

Né le 6 mai 1941 à Sarajevo (YOU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861403_201505270603992.png Bosnien, https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png Yougoslave, Milieu offensif, 1m89

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png 16 sélections, 8 buts

(Matchs amicaux: 2 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 4 sélections, 2 buts)

(Euro: 1 sélection)

(Jeux Olympiques: 5 sélections, 4 buts)

 

1ère sélection : le 13 octobre 1964 contre le Maroc (3-1)

Dernière sélection : le 30 avril 1969 contre l'Espagne (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4861405_201505270616594.png espoirs: 2 sélections

 

1959/68 Željezničar (YOU) 166 matchs, 56 buts
1968 Zwolsche Boys (HOL) 2 matchs
1969/70 Željezničar (BOS) 54 matchs, 9 buts
1970/72 RC Strasbourg (FRA) 62 matchs, 16 buts
(Championnat de France: 29 matchs, 4 buts)
(Championnat de France de D2: 29 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 4 matchs)
1972/75 Sedan (FRA) 105 matchs, 16 buts
1975/76 Valenciennes (FRA) 30 matchs, 1 but
1976/78 RC Strasbourg (FRA) 36 matchs, 5 buts
(Championnat de France: 3 matchs)
(Championnat de France de D2: 29 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 4 matchs, 1 but)

 

Peut-être mieux connu comme entraîneur, Ivica Osim était néanmoins un footballeur de grande classe. Milieu de terrain travailleur et adroit au dribble, il a disputé la majeure partie de sa carrière en ex-Yougoslavie avant un passage en France. Né en 1941, il n'a pas eu la carrière de joueur qu'il méritait malgré des bons débuts à Željezničar. En 1965, il est suspendu un an pour avoir volontairement perdu un match contre l'Hajduk Split, lui qui a toujours clamé une innocence que la fédération yougoslave finira par admettre vingt ans plus tard. Il faut dire qu'en 1965, le petit club de Sarajevo, multi-ethnique et sans appui haut placé, commençait à faire de l'ombre aux grands clubs soutenus par le pouvoir. 1m89 sous la toise, il gagne rapidement sa place de titulaire au milieu de terrain de l'équipe nationale yougoslave. Bosnien comme Sušić, ce grand échalas va surtout briller à l'Euro 1968 et terminer dans l'équipe type du tournoi. Homme du match lors de la demi-finale face aux champions du monde anglais, il laisse tellement d'efforts dans cette rencontre qu'il manque la finale et le match à rejouer suivant en raison d'une blessure. Alors au sommet de sa carrière, il participe cette même année à une rencontre de prestige opposant le Brésil à une sélection du reste du Monde. En 1970 le régime de Tito autorise enfin Osim à quitter le pays (il est apparu deux fois en D3 néerlandaise avant ce départ définitif) pour tenter sa chance dans un championnat d'Europe de l'Ouest : au terme de négociations serrées et d'une concurrence féroce avec l'OM, il débarque à Strasbourg qui se cherche une identité après avoir fusionné avec les Pierrots Vauban. Hélas, dans une bien faible équipe et suite à quelques problèmes d'acclimatation du yougoslave, le club est relégué en deuxième division en 1971. La saison suivante, Osim s'impose enfin comme le patron de l'équipe et ramène les alsaciens en première division. Mis sur le côté par l'allemand Stan Libuda l’année suivante (une règle n’autorisait pas la participation de plus d’un étranger par match), il rebondit du côté de Sedan. Son style inimitable et sa vision de jeu vont enchanter durant trois saisons le public d'Emile-Albeau. Après une dernière escapade à Valenciennes, il accepte de revenir au Racing alors que le club se retrouve une nouvelle fois en deuxième division. Le sérieux avec lequel il mène sa carrière lui permet d'être encore à 35 ans un joueur décisif dans la lutte pour la remontée: avec le talent intact et la classe de son leader, Strasbourg devient champion de France de D2 en 1977. Terminant la saison blessé, il poursuit l'aventure une année supplémentaire sous les ordres du nouvel entraîneur Gilbert Gress. Malgré le poids des ans, il endure avec courage les séances physiques imposées par Gress, avant de tirer définitivement sa révérence à plus de 37 ans. Devenu coach rapidement, Osim va briller avec la Yougoslavie qu'il emmène en quart de finale de la Coupe du Monde en 1990 avant de prendre le chemin de la Grèce et de l'Autriche quand le pays s'embrase en 1992. Une guerre qui prive la Yougoslavie de l'Euro 92 alors que la sélection faisait partie des favoris...

 

PALMARÈS


Finaliste de l'Euro 1968 (Yougoslavie)

Vice-champion de Yougoslavie en 1971 (Željezničar)

Champion de France de D2 en 1977 (RC Strasbourg)

Vice-champion de France de D2 en 1972 (RC Strasbourg)

Champion de Yougoslavie de D2 en 1962 (Željezničar)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 1968

À reçu la 4ème classe de l'Ordre du Soleil Levant en 2016



06/06/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1028 autres membres