FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Ladislao Mazurkiewicz

Ladislao Mazurkiewicz.jpg

Ladislao Mazurkiewicz

 

Ladislao Mazurkiewicz Iglesias

Né le 14 février 1945 à Piriapolis (URU)

Décédé le 2 janvier 2013 à Montevideo (URU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png Uruguayen, gardien de but, 1m79

Surnoms: "Chiquito", Mazurka

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png 36 sélections

 

1963/64 Racing Montevideo (URU)

1965/70 CA Peñarol (URU)

1971/74 Atletico Mineiro (BRE) 44 matchs

1974/75 Grenade (ESP) 2 matchs

1976/78 Cobreloa (CHL) 69 matchs

1979/80 America de Cali (COL) 36 matchs

1980/81 CA Peñarol (URU)

 

Considéré par beaucoup comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps à son poste, Mazurkiewicz a été l'un des portiers emblématiques de Peñarol et de la Celeste. "Chiquito" a marqué son époque dans les années 60 et 70, au cours desquelles il a disputé trois phases finales de Coupe du Monde: Angleterre en 1966, Mexique en 1970 et Allemagne en 1974. La consécration arrive en 1970 au Mexique où il cumule les honneurs. Il a tout d'abord contribué à l'excellente quatrième place de l'Uruguay lors du tournoi suprême mais a aussi laissé une image qui restera à jamais graver dans les mémoires des phases finales de coupe du Monde. Ladislao-Mazurkiewicz.jpgLors de la demi-finale face au Brésil, Pelé fit un grand pont sur Mazurkiewicz sans même toucher le ballon puis rata de peu le but, obligé de trop croiser son tir à cause du retour d'un défenseur. L'un des plus beaux gestes de l'histoire du football mettant le portier uruguayen sur le devant de la scène internationale. Au terme de la compétition, il sera tout de même élu meilleur gardien du tournoi. Il détient toujours le record de matches joués dans un Mondial par un joueur uruguayen (13 apparitions au total). Mazurkiewicz, qui avait l'habitude de s'habiller en noir pour ne donner aucun point de référence à ses adversaires, a toujours été une véritable forteresse dans les buts de la Celeste. Lorsqu'il était dans les buts, l'Uruguay n'a perdu aucun de ses six matches de qualifications sud-américaines entre 1965 et 1969 et n'a encaissé qu'un seul but. Autre fait d'arme, lors du jubilé de Lev Yachine en 1971. À la mi-temps, le gardien soviétique cède sa place et ses gants à Mazurkiewicz qui le proclame digne successeur au poste du gardien de but, une grande fierté pour l'uruguayen. En club, il débute au Racing Montevideo avant de rejoindre l'un des plus grands clubs du pays, le Peñarol. Il débute sous le maillot noir et jaune lors d'une demi-finale de Copa Libertadores en 1965 face à Santos. L'aller et le retour n'ont pas suffi aux deux équipes pour se départager. Une belle est disputée à Buenos Aires, au Monumental. Mazurkiewicz concède son premier but. Pelé est son bourreau, mais Peñarol l'emporte (2 buts à 1), et son gardien brille. Il ne retournera jamais sur le banc. Malgré la finale perdue cette année-là face au club argentin d'Independiente, il remporte la Copa Libertadores et la coupe Intercontinentale l'année suivante, respectivement face à River Plate et au Real Madrid. Il tente par la suite sa chance au Brésil à l'Atlético Mineiro. Pari réussi, il obtient un titre de champion et des face-à-face à moult reprises face au roi Pelé. Puis il débarque en Europe chez le modeste club espagnol de Grenade à une époque où les uruguayens quittaient rarement le continent Sud-Américain. L'expérience est mitigée puisqu'il reste deux saisons sans quasiment jouer. Sa fin de carrière le verra sauter de club en club : Cobreloa au Chili, América Cali en Colombie et un retour à Peñarol, en guise de conclusion. Mazurkiewicz n'était pas le plus spectaculaire des gardiens mais sa capacité d'anticipation et son goût pour l'effort en a fait une référence à son poste. Bien que d'origine polonaise, il ne parle ni la langue et n'a jamais visité la Pologne. Ladislao Mazurkiewicz est décédé le 20 janvier 2013 à l'âge de 67 ans à Montevideo à la suite de problèmes rénaux et respiratoires.

 

PALMARÈS


4ème à la Coupe du Monde en 1970 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa America en 1967 (uruguay)

Champion d’Amérique du Sud des moins de 20 ans en 1964 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1966 (Penarol)

Finaliste de la Copa Libertadores en 1965 (Penarol)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1966 (Penarol)

Vainqueur de la Supercoupe des Champions Intercontinentaux en 1969 (Penarol)

Champion d’Uruguay en 1967, 1968 et 1981 (Penarol)

Vice-champion d’Uruguay en 1966, 1969 et 1970 (Penarol)

Champion du Brésil en 1971 (Atletico Mineiro)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur gardien de but de la Coupe du Monde en 1970

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1970

Record d'invincibilités du championnat d'Uruguay avec 987 minutes sans but encaissé (en 1968 avec Peñarol)

 

VIDÉO




29/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 974 autres membres