FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Uruguay


Pedro Petrone

Pedro Petrone.jpg
Pedro Petrone

 

Pedro Petrone Shiavone

Né le 11 mai 1905 à Montevideo (URU)

Décédé le 13 décembre 1964 à Montevideo (URU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png Uruguayen, Attaquant, 1m73

Surnom: "l'Artillero", Perucho

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png 29 sélections, 24 buts

(Matchs amicaux: 5 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Copa America: 9 sélections, 10 buts)

(Jeux Olympiques: 8 sélections, 11 buts)

(Copa Lipton: 3 sélections, 1 but)

(Copa Newton: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 4 novembre 1923 contre le Paraguay (2-0)

Dernière sélection : le 18 juillet 1930 contre le Pérou (1-0)

 

1921/22 Solferino Montevideo (URU)
1923 Charley FC (URU) 7 matchs, 4 buts
1924/31 Nacional (URU) 128 matchs, 146 buts
1931/33 Fiorentina (ITA) 44 matchs, 37 buts
1933/34 Nacional (URU) 20 matchs, 30 buts
 
Très bel athlète, Pedro Petrone était un grand buteur de la Celeste au milieu des années 20. Celui qui refusait de frapper le ballon de la tête, craignant de mettre à mal sa coiffure généreusement gominée, possédait un sens du but étonnant, une force de pénétration qui ne l'était pas moins et complétait parfaitement le jeu plus affiné des inters Hector Scarone et Pedro Cea. Mais bien avant de martyriser les gardiens de but, Pedro Petrone portait lui-même les gants. C’était lors de ses débuts, à seize ans, au Club Solferino. Deux ans plus tard, sous le maillot de Charley FC, il découvre ses talents cachés de buteur et change de poste pour devenir un attaquant de pointe. En 1923, "Perucho" dispute son premier match avec la sélection uruguayenne. Joueur de Nacional, il va connaître la pire période de sa carrière en 1925. Lors d’une tournée en Europe, il se blesse gravement au genou. "Si j’avais eu une arme à la main, je l’aurais utilisée ", racontait-il pour décrire sa douleur. Alors que la rumeur d’une amputation court, il revient sur les terrains à temps et remporte avec l'Uruguay la première Coupe du Monde de l’histoire en 1930. Il deviendra plus tard le premier joueur étranger de la Fiorentina. En 1933, après une dernière pige au Nacional, l'Artillero prend sa retraite après une nouvelle blessure au genou. Son armoire reste tout de même garni de trophées: une Coupe du Monde, deux médailles d’or aux JO, deux Copas América et trois titres de champion. Rien que ça.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1930 (Uruguay)

Médaillé d'or aux Jeux Olympiques de Paris en 1924 et Amsterdam en 1928 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa America en 1923 et 1924 (Uruguay)

Finaliste de la Copa America en 1927 (Uruguay)

3ème de la Copa America en 1929 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa Lipton en 1923, 1927 et 1929 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa Newton en 1929 et 1930 (Uruguay)

Champion d’Uruguay en 1924, 1933 et 1934 (Nacional)

Vice-Champion d’Uruguay en 1929 et 1931 (Nacional)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de la Copa America en 1924

Meilleur buteur des Jeux Olympiques de Paris en 1924 (7 buts)

Meilleur buteur de la Copa America en 1923 (3 buts), 1924 (4 buts) et 1927 (3 buts)

Meilleur buteur du championnat d'Italie en 1932 (25 buts) (Fiorentina)

 

SOURCES/RESSOURCES


- So Foot

- La Fabuleuse histoire du football - Jacques Thibert et Jean-philippe Rethacker

- Photo: ©Brividosportivo


12/05/2020
0 Poster un commentaire

Nelson Gutierrez

Nelson Gutierrez.jpg

Nelson Gutiérrez

 

Nelson Daniel Gutiérrez Luongo

Né le 13 avril 1962 à Montevideo (URU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png Uruguayen, Défenseur central, 1m85

Surnom: "Tano"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png 57 sélections

(Matchs amicaux: 31 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 4 sélections)

(Copa America: 13 sélections)

(Cope Intercontinentale des nations: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 2 juin 1983 contre le Paraguay (0-0)

Dernière sélection : le 25 juin 1990 contre l'Italie (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png U20: 7 sélections

 

1980/85 Peñarol (URU)
1985 Atlético Nacional (COL) 28 matchs
1986/88 River Plate (ARG) 68 matchs, 3 buts
1988/89 Lazio Rome (ITA) 17 matchs, 1 but
1989/90 Hellas Verone (ITA) 27 matchs, 3 buts
1990/93 CD Logroñés (ESP) 60 matchs
1993/96 Peñarol (URU)
1997 Defensor SC (URU)
 
Joueur emblématique de l'Uruguay, Nelson Gutiérrez a été l'un des meilleurs défenseurs centraux d'Amérique du Sud des années 80. Il a remporté deux fois la Copa Libertadores et la Coupe Intercontinentale. Une première fois en 1982, avec Peñarol, puis en 1986 avec River Plate.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Copa America en 1983 et 1987 (Uruguay)
Finaliste de la Copa America en 1989 (Uruguay)
Finaliste de la Coupe intercontinentale des nations en 1985 (Uruguay)
Vainqueur de la Copa Libertadores en 1982 (Peñarol) et 1986 (River Plate)
Finaliste de la Copa Libertadores en 1983 (Peñarol)
Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1982 (Peñarol) et 1986 (River Plate)
Vainqueur de la Copa Interamericana en 1986 (River Plate)
Champion d'Argentine en 1986 (River Plate)
Champion d'Uruguay en 1982, 1982, 1993, 1994, 1995 et 1996 (Peñarol)
Vice-champion d'Uruguay en 1984 (Peñarol)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé dans l'équipe type Sud-Américaine de l'année en 1986 et 1987
SOURCES/RESSOURCES
Photo:©Masahide Tomikoshi

14/04/2020
0 Poster un commentaire

Hector Castro

Hector Castro.jpg
Héctor Castro

 

Héctor Castro

Né le 29 novembre 1904 à Montevideo (URU)

Décédé le 15 septembre 1960 à Montevideo (URU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png Uruguayen, Attaquant, 1m69

Surnoms: "El Manco", "El Divino Manco"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png 25 sélections, 18 buts

(Matchs amicaux: 5 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 2 sélections, 2 buts)

(Copa America: 13 sélections, 10 buts)

(Jeux Olympiques: 2 sélections, 1 but)

(Copa Newton: 2 sélections, 1 but)

(Copa Lipton: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 25 novembre 1923 contre le Chili (2-1)

Dernière sélection : le 15 août 1935 contre l'Argentine (0-3)

 

1921/22 CA Lito (URU)
1923/32 puis 1933/36 Nacional (URU) 231 matchs, 149 buts
1932/33 Estudiantes (ARG)
 
Dans l’histoire de la Coupe du Monde, la main, geste honnis des règles du football, a parfois fait basculer le destin de certaines rencontres. Il y a eu la “main de dieu” de Diego Maradona en 1986 contre l’Angleterre. Celle de Thierry Henry contre l’Eire en 2009 lors des barrages pour la qualification au Mondial 2010. Ou bien encore, celle de Luis Suarez en Afrique du Sud, qui sauva son équipe d’une élimination certaine contre le Ghana… Héctor Castro, lui, n’aurait jamais pu connaitre pareille situation. Et pour cause, l’attaquant uruguayen était privé de sa main droite suite à un accident avec une scie électrique à l’âge de 13 ans... Un handicap qui ne l’a pas empêché d’inscrire son nom au palmarès de la Coupe du Monde. En effet, lors de la première édition organisé à domicile, il est retenu par le sélectionneur de la Celeste et participe au tout premier match en phase finale face au Pérou. Il faudra attendre 65 minutes de jeu avant que l’avant-centre uruguayen ne marque le seul but du match. L’Uruguay gagne 1 but à 0 et Castro sera à jamais le premier buteur uruguayen en Coupe du Monde. Quelques semaines plus tard, il récidive en finale contre l’Argentine, en marquant le quatrième et dernier but de son équipe, synonyme de titre. "El Manco" devient alors "El Divino Manco". Il reste à ce jour le seul footballeur présentant un handicap physique à avoir été sacré champion du Monde. Ce qui ne l’empêchera pas non plus de faire une belle carrière sous les couleurs de Nacional, club légendaire du pays, avec lequel il a inscrit 145 buts en neuf saisons. Doté d’un jeu de tête hors norme et doué balle au pied, il est devenu l’un des chouchous du public uruguayen à la fin des années 1920. Avec les Tricolors, il a remporté à trois reprises le titre de champion d’Uruguay. Après avoir raccroché les crampons, il devient l’entraîneur du Nacional et remporte avec son équipe 5 championnats consécutifs (1939-1943). En 1959, le héros devient le 27ème sélectionneur du pays, mais décède le 15 Septembre 1960 à l'âge de 55 ans. Celui qui est également champion olympique (1928) et champion d'Amérique du Sud (l'ancêtre de la Copa America) (1926 et 1935) a laissé tout de même une profonde empreinte dans l’Histoire de l'Uruguay.
 
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1930 (Uruguay)
Vainqueur de la Copa America en 1926 et 1935 (Uruguay)
Finaliste de la Copa America en 1927 (Uruguay)
Médaille d'or aux Jeux Olympiques d'Amsterdam en 1928 (Uruguay)
Vainqueur de la Coupe Lipton en 1929 (Uruguay)
Vainqueur de la Coupe Newton en 1929 et 1930 (Uruguay)
Champion d'Uruguay en 1933 et 1934 (Nacional)
Vice-champion d'Uruguay en 1935 et 1936 (Nacional)
Champion amateur d'Uruguay en 1923 et 1924 (Nacional)
Vice-champion amateur d'Uruguay en 1929 et 1931 (Nacional)
Vainqueur du Torneo de Honor en 1935 (Nacional)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1930

07/04/2020
0 Poster un commentaire

Santos Urdinaran

Santos Urdinaran.jpg
Santos Urdinarán

 

Santos Urdinarán

Né le 30 mars 1900 à Montevideo (URU)

Décédé le 14 juillet 1979 à Montevideo (URU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png Uruguayen, Ailier droit, 1m70

Surnom: El Vasquito

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png 22 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 5 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Copa America: 7 sélections)

(Jeux Olympiques: 7 sélections, 1 but)

(Copa Newton: 1 sélection)

(Copa Lipton: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 30 septembre 1923 contre l'Argentine (0-2)

Dernière sélection : le 15 mai 1932 contre l'Argentine (0-2)

 

1919/33 Nacional (URU) 318 matchs, 124 buts

 

Vainqueur de la Coupe du Monde, double champion olympique, Santos Urdinaran fait partie des grands attaquants uruguayens des années 20. Ailier droit de référence, "El Vasquito" a passé toute sa carrière au Nacional, avec lequel il est devenu quintuple champion d'Uruguay. L'homme aux 22 sélections a été le premier à vouloir jouer en Europe. Après les Jeux olympiques de 1924, il est resté en Espagne, à Barcelone, pendant une courte période, pour y effectuer un essai. Mais comme il n'était pas satisfait de l'expérience, il est retourné dans son pays natal. Santos Urdinarán est décédé le 14 juillet 1974 à l'âge de 79 ans.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1930 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa America en 1923, 1924 et 1926 (Uruguay)

Médaille d'or aux Jeux Olympiques de Paris en 1924 et d'Amsterdam en 1928 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa Lipton en 1929 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa Newton en 1929 (Uruguay)

Vainqueur de la Copa Aldao en 1919 et 1920 (Nacional)

Champion amateur d'Uruguay en 1919, 1920, 1922, 1923 et 1924 (Nacional)

Vice-champion amateur d'Uruguay en 1921, 1929 et 1931 (Nacional)

Vainqueur de la Copa de Competencia en 1919, 1921 et 1923 (Nacional)

Vainqueur de la Copa León Peyrou en 1920, 1921 et 1922 (Nacional)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©DR


01/04/2020
0 Poster un commentaire

Paolo Montero

Paolo Montero.jpg
Paolo Montero

 

Rónald Paolo Montero Iglesias

Né le 3 septembre 1971 à Montevideo (URU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png Uruguayen, Défenseur central, 1m79

Surnom: "Terminator"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4871386_201505314320474.png 61 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 17 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 33 sélections, 4 buts)

(Coupe du Monde: 3 sélections)

(Copa America: 4 sélections, 1 but)

(Coupe des Confédérations: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 5 mai 1991 contre les Etats-Unis (0-1)

Dernière sélection : le 16 novembre 2005 contre l'Australie (0-1)

 

1990/92 Peñarol (URU) 34 matchs, 1 but
1992/96 Atalanta Bergame (ITA) 128 matchs, 4 buts
(Championnat d'Italie: 90 matchs, 2 buts)
(Championnat d'Italie de D2: 34 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 14 matchs)
1996/2005 Juventus Turin (ITA) 277 matchs, 6 buts
(Championnat d'Italie: 186 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 18 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 59 matchs, 4 buts)
(Coupe UEFA: 7 matchs)
(Coupe Intertoto: 3 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
(Coupe Intercontinentale: 1 match)
2005/06 San Lorenzo (ARG) 14 matchs, 1 but
2006/07 Peñarol (URU) 26 matchs, 1 but

 

Des défenseurs de talent, la Juve en a connu. Mais Paolo Montero restera à jamais une personnalité unique et inimitable. À la Vieille Dame entre 1996 et 2005, il laisse le souvenir d’un défenseur rugueux mais non dépourvu d’honneur. La carrière de Montero débute dans son pays natal, et plus précisément au Peñarol, où il fait ses grands débuts à seulement 19 ans. Le football est chez lui une affaire de famille. Fils d'un ancien international Julio Montero, surnommé "Planta" (semelle), Paolo a de qui tenir. Paolo Montero.jpgAprès deux ans en Uruguay, Paolo Montero est repéré par l’Atalanta. Il fait partie de cette génération de footballeurs partis très tôt du pays (21 ans). L'uruguayen débarque en Italie en 1992 et rencontre son nouvel entraîneur : un certain Marcello Lippi. Le jeune défenseur s’impose rapidement dans l’équipe et lui garantit une solidité défensive. Après quatre années d’apprentissage à Bergame, il débarque la Juventus pour y vivre une grande et belle histoire d’amour. Dans le Piémont, il rejoint une nouvelle fois son entraîneur Lippi, qui mise encore sur le défenseur uruguayen. Pari gagnant. En neuf années, Montero devient vite un cadre et un "monument" pour tous les tifosi bianconeri. Impérial en défense, le garçon traîne ce coté hargneux et agressif qui vont le rendre célèbre. Amoureux du tacle et de l’embrouille virile, il est surnommé "Terminator" par ses propres coéquipiers, parmi lesquels Tudor, Edgar Davids, Tacchinardi ou encore Mark Iuliano. L’international uruguayen récolte ainsi pas moins de seize cartons rouges en Italie, détenant le record d’expulsions en Série A. Il est encore aujourd’hui, malgré la tentative de Gabriel Paletta, le leader incontesté de ce classement baroque. Les exemples sont nombreux : en mars 2000, au cours du huitième de finale de Coupe UEFA Celta Vigo – Juventus, il assène un coup de coude au malheureux Valery Karpin qui passait par là. Carton rouge, évidemment. De même, au mois de décembre suivant, il envoie un coup de poing dans la figure de l'intériste Luigi Di Biagio. Dans le fond, il est tentant de résumer Paolo Montero à ce tempérament de voyou. Ca ne serait pourtant pas tout à fait juste. Toujours parfait dans le timing en phase défensive et techniquement doué, il maîtrisait l’art de la relance dans un sens du jeu souvent capital. Leader insurmontable sur le terrain, il a surtout toujours tout donné. Avec plus de 300 matchs sous le maillot turinois, Montero collectionne les trophées avec 4 championnats, 1 Coupe d'Italie et trois finales de Ligue des Champions disputées. Dommage pour lui, il n'aura jamais goûté aux joies des victoires avec la sélection nationale. Il est parti trop tôt. Laissant son rôle à un certain Diego Lugano. Il termine sa carrière tranquillement chez lui, en Uruguay, du côté de Peñarol. Le natif de Montevideo est ensuite devenu entraîneur de ce même club en 2014. Bien loin des tirages de maillot et des petits coups en douce, Paolo Montero préférait les bons gros tacles bien nets au tibia et les bonnes vieilles embrouilles. Un puriste.

 

PALMARÈS


3ème de la Copa America en 2004 (Uruguay)

4ème de la Coupe des Confédérations en 1997 (Uruguay)

Finaliste de la Ligue des champions  en 1997, 1998 et 2003 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1996 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1999 (Juventus Turin)

Champion d’Italie en 1997, 1998, 2002 et 2003 (Juventus Turin) (*titre annulé en 2005 )

Vice-champion d’Italie en 2000 et 2001 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Uruguay en 2007 (Peñarol)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1995 (Juventus Turin)

Finaliste de la  Coupe d’Italie en 2002 et 2004 (Juventus Turin)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1997, 2002 et 2003 (Juventus Turin)

Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 1998 (Juventus Turin)

 

VIDÉO




23/12/2018
0 Poster un commentaire