FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Leonidas Da Silva

Leonidas-Da-Silva--2-.jpg

Leônidas Da Silva

Leônidas Da Silva

Né le 6 septembre 1913 à Rio de Janeiro (BRE)

décédé le 24 janvier 2004 à Sao Paulo (BRE)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, attaquant, 1m73

Surnom: Le diamant Noir, l'homme élastique

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 37 sélections, 37 buts

 

1929 São Cristóvão (BRE) 29 matchs, 31 buts

1929/30 Sirio e Libanez (BRE) 47 matchs, 50 buts

1931/32 Bonsucesso (BRE) 51 matchs, 55 buts

1933 CA Peñarol (URU) 25 matchs, 28 buts

1934 Vasco de Gama (BRE) 29 matchs, 27 buts

1935/36 Botafogo (BRE) 33 matchs, 42 buts

1936/41 Flamengo (BRE) 149 matchs, 153 buts

1942/50 São Paulo (BRE) 211 matchs, 140 buts

 

De tous les artistes brésiliens du football, c'est sûrement celui qui incarne le mieux le mythe du magicien. C’est aussi l’inventeur du "ciseau retourné", la fameuse "bicyclette". Redoutable avant-centre, le "Diamant noir" se fait connaître en Europe avec la Seleçao lors des phases finales des coupes du Monde 1934 et 1938. Après avoir quitté l'école, il joue pour différentes équipes du quartier. Peu à peu, il se fait un nom à São Cristóvão. Leonidas-Da-Silva.jpgÀ 16 ans, il prend une licence à Sírio Libanês. Il rejoint ensuite le bien nommé Bonsucesso, qui réunit à l'époque plusieurs joueurs talentueux et réussit parfois à tenir la dragée haute aux grands clubs. À 18 ans, Leônidas n'est plus un inconnu. Il débute en sélection nationale en 1932, à l'occasion d'un tournoi amical à Montevideo. Il arrive deux ans après sa première sélection au Mondial italien avec une équipe prometteuse. Mais la magie n'opère pas. Le Brésil s'incline dès le tour préliminaire face à l'Espagne (3 buts à 1). Leônidas inscrit l'unique but de son équipe en Italie. Il aborde l'édition suivante de l'épreuve reine en France avec de la détermination et de grosses ambitions. Leônidas est à l'apogée de son talent. Au cours du huitièmes de finale contre la Pologne à Strasbourg, l'attaquant auriverde réussit à inscrire un triplé. Sur un terrain rendu glissant par la pluie, il décide de retirer ses chaussures pour mieux jouer. L'arbitre refuse immédiatement. On a écrit beaucoup de choses sur ce match, notamment qu’il avait disputé l’intégralité de la rencontre pieds-nus contre l’avis de l’arbitre et donc réalisé son hat-trick sans chaussure, la vérité est moins romanesque. Le Brésil l'emporte finalement 6 buts à 5 après prolongation. En quart de finale, à Bordeaux, l'inventeur du ciseau retourné ouvre le score contre la Tchécoslovaquie, un match qui se termine sur un score de parité. Match à rejouer. Deux jours plus tard, il marque de nouveau contre les Tchécoslovaques, permettant aux Auriverdes de poursuivre leur parcours. En demi-finale, face à l'Italie, il est mis au repos par l'entraîneur. Une erreur qui coûte cher. Le Brésil s'incline et doit se satisfaire de la troisième place contre la Suède. Leonidas s'offre deux des quatre buts brésiliens (4 buts à 2). Le Brésil monte pour la première fois de son histoire sur le podium d'une coupe du Monde. Avec 7 buts, il est sacré meilleur artificier de la compétition. Virtuosité, improvisation, puissance et précision des tirs. Du Pelé avant Pelé... Au Brésil, il change souvent de club (il en connaîtra neuf en 22 ans de carrière) et s'arroge huit titres de champion de Rio et de São Paulo. Il fera longtemps le bonheur de Flamengo, avec qui il remporte plusieurs titres et devient une véritable idole. Il tire un trait sur sa carrière internationale en 1949, usé par des blessures à répétition aux deux genoux et ne participe donc pas à la coupe du Monde se tenant, à domicile, au Brésil l'année suivante. Il jouera en compétition officielle jusqu'en 1950. Après une expérience qui a vite tourné court en tant qu’entraîneur du São Paulo FC, il fut un commentateur au style sans pareil pour enflammer les retransmissions du championnat brésilien. Le 24 janvier 2004, il s'éteint dans une clinique de São Paulo des suites de la maladie d'Alzheimer, dont il souffrait depuis 1974.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1938 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Rio Branco en 1932 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Roca en 1945 (Brésil)

Champion de l’état de Rio en 1934 (Vasco de Gama), 1935 (Botafogo) et 1939 (Flamengo)

Champion de l’état de São Paulo en 1943, 1945, 1946, 1948 et 1949 (São Paulo)


DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1938 (7 buts)

Meilleur buteur du championnat de Rio en 1940 (30 buts) (Flamengo)

Élu meilleur joueur de la Coupe du Monde en 1938

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1938

Intronisé au Hall of Fame du football brésilien

 

DIVERS


- Après la Coupe du monde 1938, la société "Lacta" a lancé en son honneur une tablette de chocolat baptisé "Diamant noir". C'est son surnom qui lui a collé à la peau jusqu’à la fin de ses jours. 

- Technicien d'exception dans une période propice aux créateurs, Leônidas a apporté sa contribution au football-spectacle en popularisant le ciseau retourné, plus connu maintenant comme la "bicyclette".

Avant d'être surnommé "l'homme élastique" et le "Diamant noir", Leônidas était connu sous le nom de "Petronilho carioca"en référence à l'avant-centre Petronilho de Brito, premier joueur brésilien noir ayant joué à l'étranger, plus précisément à San Lorenzo en Argentine.

 

VIDÉO




02/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 981 autres membres