FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Manuel Amoros

Manuel Amoros.jpg
Manuel Amoros

 

Manuel Amoros

Né le 1er février 1962 à Nîmes (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, défenseur droit, 1m72

Surnom: Manu

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 82 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 37 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 14 sélections)

(Coupe du Monde: 12 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 14 sélections)

(Euro: 15 sélections)

 

1ère sélection : le 23 février 1982 contre l'Italie (2-0)

Dernière sélection : le 17 juin 1992 contre le Danemark (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 4 sélections

 

1980/89 AS Monaco (FRA) 348 matchs, 42 buts

(Championnat de France: 287 matchs, 36 buts)

(Coupe de France: 47 matchs, 6 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 8 matchs)

(Coupe des Coupes: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)

1989/93 Olympique de Marseille (FRA) 147 matchs, 2 buts

(Championnat de France: 108 matchs, 2 buts)

(Coupe de France: 17 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 22 matchs)

1993/95 Olympique Lyonnais (FRA) 70 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 66 matchs, 3 buts)

(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)

(Coupe de la ligue: 1 match)

1995/96 Olympique de Marseille (FRA) 24 matchs

(Championnat de France de D2: 16 matchs)

(Coupe de France: 5 matchs)

(Coupe de la ligue: 3 matchs)

 

 D’origine espagnole, Manuel Amoros est considéré par beaucoup de supporters tricolore comme le meilleur latéral français de l’histoire. Solide derrière, explosif devant, habile des deux pieds, doué techniquement, il est l’un des premiers latéraux modernes. Originaire de Nîmes, il est déniché par les recruteurs de l’AS Monaco du côté de Lunel en 1977. Pur produit du centre de formation de La Turbie, il évolue douze saisons au club dont neuf chez les pros à partir de 1980. Rapidement, il explose tout sur son passage. Dès sa deuxième saison en pro il devient un titulaire indiscutable, avec 37 matchs toutes compétitions confondues. Il va aussi en profiter pour inscrire ses 2 premiers buts en pro. Manuel Amoros.jpgC'est alors que le jeune prodige est appelé chez les Bleus pour disputer la Coupe du Monde en Espagne en 1982, à tout juste 20 ans, apportant toute sa fraîcheur et sa spontanéité au sein de la défense tricolore. Sobre, efficace et doté d’une grosse frappe de balle (on se souvient de son énorme tir sur la transversale lors de la maudite demi-finale face à la RFA), il est élu meilleur espoir de la compétition. Il participe également aux succès des Bleus de 1984 (champion d’Europe malgré son coup de tête face au Danemark lors du match d'ouverture qui lui fera louper pratiquement toute la compétition) et 1986 (3ème du Mondial mexicain), tout en remportant au passage deux titre de champion (1982 et 1988) ainsi qu’une Coupe de France (1985) avec son club formateur. 42 buts sous le maillot de Monaco en 348 matchs, Manuel Amoros explose littéralement aux yeux de tous et reçoit le titre de meilleur joueur français de l’année en 1986. Transféré à Marseille en 1989, il s’y impose comme l’un des tauliers de l’arrière-garde phocéenne et participe à l'hégémonie marseillaise sur le plan national. En Europe, en revanche, c'est une autre histoire. Auteur du seul tir au but manqué en finale de Coupe d'Europe des clubs champions face à l'Étoile rouge de Belgrade en 1991 et réserviste lors de la victoire face au Milan AC deux ans plus tard, l'international français quitte le club marseillais après ce succès en C1, barré par la concurrence de Jocelyn Angloma. Après deux ans d'exil à l'Olympique Lyonnais, Amoros s'offre une dernière pige d'un an à Marseille en 1995 et aide ainsi le club à retrouver la D1. Malheureusement une vilaine blessure l'empêche de continuer sa carrière, alors qu'il avait des opportunités au Mexique. Le Nîmois attaque alors une carrière d’entraîneur à l’étranger. Tunisie, Koweït sont ses premières aventures hors- frontières. Puis on fait appel à lui pour devenir sélectionneur des Comores et quelques temps plus tard du Bénin. Pur camarguais, Manu est depuis revenu vers chez lui et se consacre désormais aux courses hippiques. Ce talentueux défenseur aura été pendant plusieurs mois recordman de sélections en équipe de France de 1992 à 1999 avec 82 capes. Énergique et adroit sur le terrain, Amoros était le prototype même de l’arrière latéral moderne: bon centreur, offensif et technique. Et tout ça bien avant Dani Alves et Philipp Lahm. Il a laissé une trace indélébile dans les tablettes du football Français. Manuel Amoros, un nom à ne pas oublier…

 

PALMARÈS


Vainqueur de l'Euro 1984 (France)

3ème de la Coupe du Monde en 1986 (France)

4ème de la Coupe du Monde en 1982 (France)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1993 (finale non-jouée) (Olympique de Marseille)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1991 (Olympique de Marseille)

Champion de France en 1982, 1988 (AS Monaco), 1990, 1991 et 1992 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1984 (AS Monaco) et 1995 (Olympique Lyonnais)

Vainqueur de la Coupe de France en 1985 (AS Monaco)

Finaliste de la Coupe de France en 1984, 1989 (AS Monaco) et 1991 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France de D2 en 1996 (Olympique de Marseille)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Onze d’argent en 1986

Élu joueur français de l’année en 1986

Élu meilleur jeune joueur de la Coupe du Monde en 1982

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 1986

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©Peter Robinson/EMPICS

- 2ème photo: ©LaProvence



13/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1072 autres membres