FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Olympique de Marseille

Marseille.png

Olympique de Marseille

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Olympique de Marseille, Fondé en 1899

Surnom: OM, Les phocéens, les olympiens, les marseillais

Couleurs: Bleu et Blanc

Ennemis jurés: Paris SGOGC Nice

Stade: Stade Velodrome (67 394 places)

 

La création du club

 

Le Foot-Ball Club de Marseille voit le jour en 1897, c'est René Dufaure de Montmirail qui en est le président fondateur. En août 1899, après une fusion avec le club d'escrime de l'Épée, il devient l'Olympique de Marseille. La devise du club, "Droit au but", inspirera le club durant toute son histoire au niveau d'un style de jeu qui se caractérisera par un certain panache, le gout de l'offensive et un jeu assez direct.

 

1924, La première Coupe de France

 

Marseille.jpg

 

- Après avoir raflé au plan local la première Coupe de Provence, l'OM s'attaque au trophée national. Derrière un parcours sans faute depuis les 32èmes de finale, les Olympiens rencontrent Sète en finale, le 13 avril 1924, à Paris et s'imposent sur un coup de génie et à la surprise générale par 3 buts à 2 après prolongations. Grâce surtout aux trois grands hommes du match, les trois buteurs : Jean Cabassu, le demi-centre, Boyer et Crut, le tandem "parisien" de choc de l'attaque marseillaise. L’OM remporte sa première Coupe de France en 1924, 25 ans après la création du club. Marseille est le premier club provincial à remporter cette Coupe. Historique puisque les clubs parisiens dominent le football français!

 

1932, Début du professionnalisme

 

Marseille.jpg

 

- L’année 1932 marque un véritable tournant pour Marseille et plus globalement pour le football en France. Le football français devient professionnel et n’est plus amateur. L’histoire retiendra que l’OM a disputé son premier match professionnel le dimanche 11 septembre 1932. Une rencontre ponctuée par une victoire marseillaise sur Lille grâce à un doublé d’Alcazar dit “Pepito“ (2 buts à 1).

 

1937, Le premier titre de champion

 

Marseille.jpg

(haut, de gauche à droite):  Vasconcellos, Zermani, Zatelli, Kowalczyk, Gonzales, Bastien, Kohut
(bas, de gauche à droite): Durand, Miquel, Bruhin, Conchy

 

- Après avoir gagné ses premières Coupes, l’Olympique de Marseille connaît son premier sacre en “professionnel“ en étant champion de France en 1937 lors du dernier match de la saison face à Sochaux au Stade de l’Huveaune. Un Stade de l’Huveaune qui n’accueillera plus l’Olympique de Marseille puisque une nouvelle enceinte voit le jour en juin de la même année. Un nouveau stade, “le stade Vélodrome“, plus conforme aux attentes et à l’engouement des supporters marseillais.

 

1965-1972, Marcel Leclerc, de la gloire à la chute

 

Marseille.jpg

 

Marcel Leclerc restera comme l’un des présidents historiques de l’Olympique de Marseille. Une personnalité au caractère bien particulier qui a ramené l’OM au sommet du football français alors que le club était au bord du gouffre quelques années auparavant. En effet, il prend le pouvoir à l’OM en 1965 alors que le club est au bord du dépôt de bilan. Les supporters sont alors loin de se douter que Leclerc va écrire l’une des plus belles pages de l’histoire du club. Pour cela, il met la main à la poche et obtient l'aide inattendue de la municipalité conduite par Gaston Deferre. Les succès arrivent avec cette remontée de 1966, la Coupe de France en 1969, le titre de 1971 (23 ans après son précédent) et le doublé de 1971-72 (on en reparlera)… Ce qui signifiera à chaque fois des bains de foule et des bains… tout court. L’une des plus célèbres est sans aucun doute le saut dans le Vieux-Port. En début d’année 1969, après une difficile victoire de l’OM face à Avignon lors des seizièmes de finale de la Coupe de France (1 but à 0), Marcel Leclerc assure que “si nous gagnons la Coupe, je me jette tout habillé dans les eaux du Vieux-Port. " Marseille bat Bordeaux en finale en mai 1969 (2 buts à 0) et le lendemain, Leclerc tient sa parole et se jette dans les eaux du port phocéen. Marcel Leclerc est un personnage à part, capable de changer plusieurs fois Mario Zatelli et de le rappeler deux fois mais ses décisions payent puisque l’OM connaît une période couronnée de succès durant sa présidence. Mais Marcel Leclerc, accusé d’avoir détourné de l’argent au profit des entreprises qu'il possède, est contraint de se retirer en juillet 1972. Il décède le 21 avril 1983 à l’âge de 63 ans des suites d’un accident de voiture sur l’autoroute A6. Leclerc aura ressuscité l’OM durant sa présidence.

 

1972, Le premier doublé

 

Marseille.jpg

(haut, de gauche à droite): J. Zvunka, Kula, Carnus, Novi, Lopez, Bosquier

(bas, de gauche à droite): Magnusson, Bonnel, Skoblar, Gress, Couécou

 

- La saison 1971-72 est celle de l'OM. Les arrivées confirmées du gardien Carnus et du défenseur Bosquier renforcent l'équipe qui est très supérieure à ses concurrentes. La défense devient aussi impressionnante que l'attaque et Marseille survole le championnat dès la quatrième journée. Carnus, Bosquier et Zvunka dominent leur sujet en défense. En milieu de terrain, Novi et Gilbert Gress alignent les bonnes performances comme des métronomes. Quant à l'attaque, elle est tout simplement l'une des plus efficaces et des plus spectaculaires de l'histoire du championnat. Le Suédois Magnusson virevolte et sert idéalement "l'aigle dalmate" Josip Skoblar qui termine meilleur buteur avec 30 buts au compteur. Un attaquant français, Couecou, s'affirme comme la deuxième menace devant les buts adverses. Marseille est la meilleure formation de l'hexagone, s'empare du titre avec cinq points d'avance sur son dauphin Nîmes, gagne un record de 12 matches sur 19 à l'extérieur et réalise le premier doublé de son histoire grâce à Skoblar qui perfore l'héroïque défense bastiaise en finale de la Coupe.

 

1986-1994, Les années Tapie

 

Marseille.jpg

 

- Après un début d'années 1980 marqué par un passage en D2 et une mise en liquidation judiciaire, Bernard Tapie prend les rênes du club. Il met sa puissance financière au service de son nouveau jouet. Sous son ère, l'OM dominera le football hexagonal. L’aventure commence par quatre titres de champion de France consécutifs entre 1989 et 1992 avant le firmament de la victoire en finale de la Ligue des Champions 1993, contre le Milan AC. C'est l'époque Papin, Waddle, Deschamps, Boli. Par ailleurs, l'homme d'affaire séduit aussi les supporters en leur confiant la billetterie des virages du stade Vélodrome.

 

1993, À jamais les premiers

 

Marseille--2-.jpg

(haut,de gauche à droite): BarthezSauzéeDesaillyVöllerB. Boli

(bas,de gauche à droite): AnglomaA. PeléDeschampsBoksic, Eydelie, Di Méco

 

- Si le football français peut compter des grands clubs, l'OM est encore seul à pouvoir être un grand d'Europe. Deux ans après s’être inclinés aux tirs au but face à l’Étoile Rouge de Belgrade à Bari, les Olympiens ont de nouveau l'occasion de décrocher la première coupe d’Europe de l’histoire du football français. Avant Marseille, Reims a échoué par deux fois et Saint-Etienne aussi. Ce 26 mai 1993, face au mythique Milan AC composé de Costacurta, Baresi, Maldini, Rijkaard ou encore Van Basten, l'OM ne part pas favori. Sur la pelouse du stade olympique de Munich, Raymond "la science" Goethals, l'entraineur belge de l'OM, a opté pour une défense à trois (Angloma, Boli, Desailly), pour museler les solides attaquants milanais. Eydelie et Di Meco seront chargés de fermer les couloirs, tandis que Deschamps et Sauzée seront à la récupération. En attaque, Pelé jouera à droite, Völler dans l’axe et Boksic à gauche. Alors que l'équipe de Deschamps était complètement dominée, la lumière arrivera sur un corner de Abédi Pelé qui déposera le ballon sur la tête de Basile Boli qui inscrit l'unique but de la rencontre. Quelques minutes plus tôt, le joueur, blessé à un genou depuis plusieurs semaines, avait demandé à quitter le terrain. Le patron du club Bernard Tapie s'y était opposé. Il n'imaginait pas que Boli inscrirait le but de la victoire. Le 26 mai 1993, l'Olympique de Marseille entrait dans la légende en remportant la finale de la Ligue des champions. Deux ans après les larmes de Bari, Basile Boli jubile : "Ce soir, je pleure de joie ", hurle le héros de la soirée aux 25 000 supporters marseillais présents à Munich, en leur présentant la "coupe aux grandes oreilles". Les passionnés ne retiennent que l'art du jeu de ce qui fut l'une des plus belles équipes créées en France, oubliant l'autre face, évidemment à oublier.

 

1993, L'affaire OM-VA

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7460414_201711215236429.jpg

 

- L'affaire VA-OM est sans doute l'épisode le plus sombre de l'histoire de l'Olympique de Marseille. Un scandale de corruption qui vaudra une peine de prison ferme à Bernard Tapie. Jean-Pierre Bernès, Jean-Jacques Eydelie, Christophe Robert et Jorge Burruchaga écoperont de sursis et de fortes amendes, et l'OM sera retrogradé en deuxième division. (Voir l’histoire ici)

 

1996-2009, Les années RLD

 

Marseille.jpg

 

- Quand il en est devenu le propriétaire en décembre 1996, Robert Louis-Dreyfus, parlait de créer un "Bayern du sud". Le patron d'Adidas va vite déchanter. RLD doit ainsi éponger les pertes qui se succèdent d'un exercice sur l'autre. Au total, l'actionnaire a englouti 200 millions d'euros. Sans résultat sportif en retour. Durant toutes ces années, il n'a pas réussi à remporter le moindre titre... hormis une Coupe Intertoto en 2005, que RLD a célébrée en claquettes, binouze en pogne, sur la pelouse, après une victoire face à La Corogne (5 buts à 1) au stade Vélodrome. l'OM a connu dix-neuf changements d'entraîneurs sans parler de crises au niveau de la présidence du club, RLD n'a pas été épargné par les soucis extra-sportifs. C'est ainsi qu'en 2006, il est condamné par le tribunal correctionnel de Marseille à trois ans de prison avec sursis et à 375 000 euros d'amende dans l'affaire des comptes de l'OM entre 1997 et 1999. En 2007, l'épisode de la tentative de rachat du club par l'homme d'affaires canadien Jack Kachkar se termine par la rupture des négociations décidées par RLD. Décédé en 2009, Margarita, son épouse qui a repris le business, a opté pour l’austérité, avant de jeter l’éponge, en expliquant que le mécénat – combler les dettes d’un club pour le plaisir – était quelque chose de révolu en football. Si Robert-Louis Dreyfus souhaitait se désengager de l’OM, il n’en demeurait pas moins viscéralement attaché à la formation marseillaise.

 

1999, Finaliste de la Coupe UEFA

 

Marseille--3-.jpg

(haut,de gauche à droite): L. Blanc, Porato, Ravanelli, Gallas, Edson, Pires

(bas,de gauche à droite): Bravo, Brando, Luccin, Dugarry, Domoraud

 

- Moscou, ou le début de la période noire de l’OM dans les finales. Six années après son sacre en Ligue des champions, et deux ans après sa remontée dans l’élite, le club phocéen va regoûter aux joies d’une finale européenne face à Parme. Vice-champions de France, les Olympiens arrivent en finale de la coupe UEFA après avoir sorti le Werder, Monaco, le Celta Vigo et Bologne. En finale, Courbis décide d’aligner une équipe assez défensive pour subir et contrer. Seulement, les Parmesans sont trop forts. En plus de posséder une assise défensive impressionnante : Buffon, Sensini, Cannavaro et Thuram, leur puissance offensive est de haut niveau : Chiesa, Crespo et Verón. À la 55ème minute, Parme mène 3 buts à 0 grâce à Crespo, Vanoli et Chiesa, et le match est plié.

 

2004, De nouveau finaliste de la Coupe UEFA

 

Marseille.jpg

(haut, de gauche à droite): Hemdani, Meité, Beye, Ferreira, N'Diaye

(bas, de gauche à droite): Meriem, Barthez, Dos Santos, Flamini, Marlet, Drogba

 

- Cinq ans plus tard, l’OM remet ça et atteint à nouveau la finale de la Coupe UEFA. La saison des Marseillais est mouvementée avec le départ d’Alain Perrin en janvier, remplacé par José Anigo. Si Marseille décroche en D1, son parcours européen est exceptionnel. Tour à tour, le club phocéen élimine Liverpool, l’Inter Milan et Newcastle. En finale contre Valence, Marseille ne part peut-être pas favori, mais a clairement ses chances. Les phocéens se présentent avec une équipe qui mixe joueurs d’expérience (Beye, Barthez, Hemdani et Marlet) avec jeunes talents (Flamini, Meriem, Drogba). Si la première mi-temps est plutôt équilibrée, le match tourne à la 45ème. Mauvaise sortie de Barthez, les deux pieds en avant, qui concède un pénalty et se fait expulser. Meriem doit céder sa place pour Gavanon. Vicente transforme le pénalty et les Marseillais rentrent au vestiaire sonnés. En deuxième période, le second coup de massue vient après seulement 13 minutes. Mista, qui avait déjà obtenu le pénalty, double le score pour Valence en ne laissant aucune chance à Gavanon. Les Marseillais s’inclinent sur le score de 2 buts à 0.

 

2010, le dernier titre

 

Marseille.jpg

(haut, de gauche à droite): Cheyrou, Brandao, E. Cissé, Mandanda, Diawara, Heinze

(bas, de gauche à droite): Abriel, Niang, Taiwo, Bonnart, Lucho Gonzalez

 

- L’OM est sacré champion de France après 18 ans d’attente. Deux mois après avoir soulevé la Coupe de la Ligue au Stade de France, l'OM a cette fois brandi l'hexagoal. Champion au soir de la 36ème journée, l'OM a savouré longuement le neuvième titre de son histoire. Et tout ça grâce à l'entraîneur Didier Deschamps qui a permis au club phocéen de franchir le cap décisif.

 

2018, Finale de l'Europa League

 

Marseille.jpg

(haut, de gauche à droite): Mandanda, Rami, Sanson, Zambo-Anguissa, Luiz Gustavo

(bas, de gauche à droite): Germain, Payet, Lopez, Amavi, Thauvin, B. Sarr

 

- Après le rachat de l'OM par l'américain Franck McCourt en 2016, symbolisée par son fameux OM Champions Project, le club essaye de retrouver ses lettres de noblesse. En 2018, Marseille atteint la finale de l’Europa League. Mais la montagne était trop haute: privé rapidement sur blessure de son capitaine Dimitri Payet, les phocéens se sont inclinés 3 buts à 0 face à un Atletico intraitable avec un Griezmann très efficace. Dommage le début du match dominé par les hommes de Rudi Garcia, mais crucifiés sur une erreur de relance. On sait que dominer l'Atletico n'est pas forcément synonyme de victoire.

 

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS NATIONALES


Champion de France en 1937, 1948, 1971, 1972, 1989, 1990, 1991, 1992 et 2010

Vice-Champion de France en 1938, 1939, 1970, 1975, 1987, 1994, 1999, 2007, 2009, 2011 et 2013

Vainqueur de la Coupe de France en 1924, 1926, 1927, 1935, 1938, 1943, 1969, 1972, 1976 et 1989

Finaliste de la Coupe de France en 1934, 1940, 1954, 1986, 1987, 1991, 2006, 2007 et 2016

Vainqueur de la Coupe de la Ligue 2010, 2011 et 2012

Vainqueur du trophée des Champions 2010 et 2011

Champion de France de D2 en 1995

Vice-Champion de France de D2 en 1966, 1984 et 1996

Vainqueur du Challenge des Champions en 1971

Finaliste du Challenge des Champions en 1969 et 1972

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1957

Vice-champion de France USFSA en 1919

Champion USFSA région Littoral en 1904, 1905, 1906, 1907, 1908 et 1919

Champion de France amateur en 1929

Champion de DH Ligue Sud-Est en 1927, 1929, 1930 et 1931

Vice-champion de DH Ligue Sud-Est en 1921, 1922, 1924 et 1925

 

PALMARES COMPÉTITIONS INTERNATIONALES


Vainqueur de la Ligue des Champions en 1993

Finaliste de la Ligue des Champions en 1991

Finaliste de la Ligue Europa en 2018

Finaliste de la Coupe UEFA en 1999 et 2004

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 2005

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS JEUNES


Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1979

Finaliste de la Coupe Gambardella en 2017

Finaliste de la Coupe des juniors en 1937

Champion de France des réserves en 2002

Champion de CFA 2 groupe G en 2015

Champion de France de D3 en 1976

Champion de France U17 en 2008 et 2009

Vice-champion de France U17 en 2011

Champion de France Cadet en 1979

Champion de DH Ligue Sud-Est en 1958, 1966 et 2011

Vainqueur de la Coupe de Provence en 1924, 1930, 1931, 1932, 1951, 1957, 1959, 1971, 1973, 1976 et 1991

Finaliste de la Coupe de Provence en 1950 et 1972

 

DISTINCTIONS INDIVIDUELLES


Olympien de la saison

Olympien du siècle

 

RECORDS


Plus jeune joueur: Bilel Boutobba (FRA) 16 ans et 3 mois (le 14 décembre 2014 contre Monaco)

Plus vieux joueurAndreas Köpke (ALL) 36 ans et 7 mois (le 24 octobre 1998 contre Sochaux)

Plus jeune buteur: Samir Nasri (FRA) 17 ans et 6 mois (le 11 janvier 2005 contre Lille)

Plus vieux buteur: Daniel Bravo (FRA) 35 ans et 11 mois (le 6 février 1999 contre Bastia)

But le plus rapide: Loic Remy (FRA) 19 secondes (le 29 octobre 2001 contre Dijon)

Plus large victoire: CO Roubaix - Marseille 2-10 (19 décembre 1948)

Plus large défaite: Marseille - Saint-Etienne 3-10 (16 septembre 1951)

Record d'achat: Dimitri Payet (FRA) 29,3 millions d'euros de West Ham (2017)

Record de vente: Didier Drogba (CIV) 36 millions d'euros à Chelsea (2004)

 

MARSEILLE ALL-STAR


GARDIENS

 

Fabien Barthez (FRA)

George Carnus (FRA)

Andreas Köpke (ALL)

Steve Mandanda (FRA)

Jean-Paul Escale (FRA)

Jaguare Vasconcellos (BRE)

Pascal Olmeta (FRA)

 

DÉFENSEURS

 

Basile Boli (FRA)

Maurice Gransart (FRA)

Marius Trésor (FRA)

Karl-Heinz Forster (ALL)

Jules Zvunka (FRA)

Bernard Casoni (FRA)

Jocelyn Angloma (FRA)

Carlos Mozer (BRE)

Laurent Blanc (FRA)

Jacky Novi (FRA)

Taye Taiwo (NIG)

Bernard Bosquier (FRA)

Daniel Van Buyten (BEL)

Marcel Desailly (FRA)

Gunnar Johansson (SUE)

Hamada Jambay (MAD)

Eric Di Meco (FRA)

Habib Beye (SEN)

François Bracci (FRA)

Manuel Amoros (FRA)

 

MILIEUX

 

Didier Deschamps (FRA)

André Ayew (GHA)

Franck Sauzée (FRA)

Roger Scotti (FRA)

Benoît Cheyrou (FRA)

Jean Tigana (FRA)

Philippe Vercruysse (FRA)

Samir Nasri (FRA)

Joseph Bonnel (FRA)

Luiz Gustavo (BRE)

Franck Ribery (FRA)

Abedi Pelé (GHA)

Felix Pironti (FRA)

Robert Pires (FRA)

Jean-Philippe Durand (FRA)

Chris Waddle (ANG)

Florian Thauvin (FRA)

Alain Giresse (FRA)

Jean Bastien (FRA)

Lucho Gonzalez (ARG)

Dragan Stojkovic (YOU)

Dimitri Payet (FRA)

Georges Bereta (FRA)

Jean-Jacques Marcel (FRA)

Mathieu Valbuena (FRA)

 

ATTAQUANTS

 

Willy Kohut (HON)

Jairzinho (BRE)

Marc Berdoll (FRA)

Sarr Boubacar (SEN)

Emmanuel Aznar (FRA)

Roger Magnusson (SUE)

Alen Boksic (CRO)

Jules Dewaquez (FRA)

Jean-Pierre Papin (FRA)

Titi Camara (GUI)

Hector Yazalde (ARG)

Rudi Völler (ALL)

Didier Drogba (CIV)

Enzo Francescoli (URU)

Mamadou Niang (SEN)

Josip Skoblar (YOU)

Mario Zatelli (FRA)

Klaus Allofs (ALL)

Jean Boyer (FRA)

André-Pierre Gignac (FRA)

Georges Dard (FRA)

Larbi Ben Barek (MAR)

Gunnar Andersson (SUE)

Fabrizio Ravanelli (ITA)

Joseph Alcazar (FRA)

Tony Cascarino (IRL)

 

ENTRAÎNEURS

 

Raymond Goethals (BEL)

Didier Deschamps (FRA)

Gérard Gili (FRA)

Franz Beckenbauer (ALL)

Rolland Courbis (FRA)

Eric Gerets (BEL)

 

ÉQUIPE TYPE

 

Marseille.jpg

 

Le plus capé

 

1) Steeve Mandanda (FRA) 533 matchs (2007-?) (en cours)

Steve Mandanda.jpg

2) Roger Scotti (FRA) 452 matchs (1942-1958)

3) François Bracci (FRA) 343 matchs (1971-1985)

4) Jean Bastien (FRA) 337 matchs (1935-1949)

5) Mathieu Valbuena (FRA) 331 matchs (2006-2014)

6) Georges Dard (FRA) 329 matchs (1936-1954)

7) Jean-Paul Escale (FRA)  326 matchs (1960-1971)

8) Benoît Cheyrou (FRA) 306 matchs (2007-2014)

9) Marius Trésor (FRA) 298 matchs (1972-1980)

10) Jules Zvunka (FRA) 297 matchs (1966-1974)

 

Le meilleur buteur

 

1) Gunnar Andersson (SUE) 194 buts (1950-1958)

Gunnar Andersson.jpg

2) Jean-Pierre Papin (FRA) 182 buts (1986-1992)

3) Josip Skoblar (YOU) 176 buts (1966-1975)

4) Jean Boyer (FRA) 170 buts (1923-1935)

5) Emmanuel Aznar (FRA) 152 buts (1936-1943)

6) Joseph Alcazar (FRA) 138 buts (1927-1936)

7) Joseph Yegba Maya (FRA) 113 buts (1962-1970)

8) Georges Dard (FRA) 107 buts (1936-1954)

9) Mamadou Niang (SEN) 100 buts (2005-2011)

-) Mario Zatelli (FRA) 100 buts (1935-1938/1943-1944/1945-1948)



01/11/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1031 autres membres