FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

France


Stéphane Guivarc'h

Stephane Guivarc'h.jpg
Stéphane Guivarc'h

 

Stéphane Guivarc'h

Né le 6 septembre 1970 à Concarneau (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Avant-centre, 1m84

Surnom: "Le Menhir"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 14 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 7 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 6 sélections)

(Tournoi Hassan II: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 11 octobre 1997 contre l'Afrique du Sud (2-1)

Dernière sélection : le 13 novembre 1999 contre la Croatie (3-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png D2: 1 sélection

Bretagne.png Bretagne: 1 sélection

 

1989/91 Brest Armorique (FRA) 10 matchs

(Championnat de France: 9 matchs)

(Coupe de France: 1 match)

1991/95 En Avant de Guingamp (FRA)

(Championnat de France de D2: 86 matchs, 40 buts)

(Championnat de France de National 1: 33 matchs, 25 buts)

(Coupe de France: 12 matchs, 10 buts)

1995/96 AJ Auxerre (FRA) 31 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 23 matchs, 3 buts)

(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)

1996/97 Stade Rennais (FRA) (Prêt) 45 matchs, 30 buts

(Championnat de France: 36 matchs, 22 buts)

(Coupe de France: 5 matchs, 4 buts)

(Coupe Intertoto: 4 matchs, 4 buts)

1997/98 AJ Auxerre (FRA) 53 matchs, 46 buts

(Championnat de France: 32 matchs, 21 buts)

(Coupe de France: 5 matchs, 8 buts)

(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 7 buts)

(Coupe Intertoto: 8 matchs, 10 buts)

1998 Newcastle UTD (ANG) 4 matchs, 1 but

(Championnat d'Angleterre: 4 matchs, 1 but)

1998/99 Rangers (ECO) 19 matchs, 7 buts

(Championnat d'Écosse: 14 matchs, 5 buts)

(Coupe d'Écosse: 4 matchs, 1 but)

(Coupe de la ligue écossaise: 1 match, 1 but)

1999/2001 AJ Auxerre (FRA)

(Championnat de France: 28 matchs, 11 buts)

(Coupe de France: 2 matchs)

(Coupe Intertoto: 6 matchs, 4 buts)

2001/02 En Avant de Guingamp (FRA) 12 matchs, 1 but

(Championnat de France: 11 matchs, 1 but)

(Coupe de France: 1 match)

 

Si beaucoup retiennent une Coupe du Monde durant laquelle il est resté muet malgré plusieurs occasions nettes, Stéphane Guivarc’h n’en reste pas moins l’un des plus grands buteurs français, avec presque 200 réalisations dans sa carrière. Dans les années 90, le Breton est une étoile montante du foot français. Après une formation à Brest, le natif de Concarneau va exploser à Guingamp, charmante bourgade des Côtes d'Armor. Hissant le club du National à la D1, il est repéré par Guy Roux. Investissement gagnant avec le doublé de l'AJA en 1996 et de nombreux buts à la clef. Guivarc'h c'est l'anti Ronaldinho, l'attaquant puissant aux patates de 30 mètres qui finissent dans la lunette est visiblement à l'aise devant le but. Il devient le meilleur buteur de première division pendant deux saisons consécutives. Stephane Guivarc'h.jpgAvec Rennes en 1997 tout d'abord, puis avec l'AJ Auxerre de Guy Roux en 1998. Sa place chez les Bleus pour le Mondial en France est plus que jamais justifiée. Il était considéré par Jacquet comme un véritable guerrier et non un finisseur. Pressing, harcèlement de la défense, pivot... Le buteur breton élargit sa palette pour le bien du collectif mais marque très peu sous la tunique frappée du coq. Le 12 juillet 1998, Stéphane Guivarc'h est titulaire à la pointe de l'attaque de l'équipe de France face au Brésil. Mais faute d'avoir marqué lors de cette finale de Coupe du monde (et plus généralement dans toute la compétition), il a laissé Zinedine Zidane et Emmanuel Petit endosser le costume de héros réservé aux buteurs. Paradoxalement, cette compétition précipitera la chute de Stéphane. Fort de ce titre il choisi l'exil en Angleterre et s'engage avec le club de Newcastle, contre la somme de trente millions de francs (environ 5,7 millions d'euros). Tout ne se passe pas comme prévu... À cause d'une blessure et d'une forte concurrence, il ne joue quasiment jamais. Le banni décide de quitter le club anglais quelques mois plus tard, en novembre 1998, pour rebondir en Écosse avec les Rangers, auprès de son ami Lionel Charbonnier. Là encore, malgré les trophées remportés par l'équipe de Glasgow, il ne joue pas à cause de blessures. Ces deux expériences britanniques sont de véritables échecs pour lui, à tel point qu'il est nommé comme "le pire attaquant ayant évolué en Premier League" par le Daily Mail en 2008. Il revient donc la tête basse en 1999 à Auxerre, toujours sous la houlette de Guy Roux. S'il retrouve un meilleur niveau de jeu durant ces deux saisons, le Breton est victime de l'éclosion de la nouvelle génération auxerroise, et notamment d'un certain Djibril Cissé qui le pousse un peu plus vers la sortie... Après une ultime saison à Guingamp, où il est de nouveau en proie aux blessures, il met finalement un terme à sa carrière professionnelle en 2002, à l'âge de 32 ans. Après ces échecs sportifs, l'ancien attaquant retourne vivre dans sa Bretagne natale, où résident sa famille et ses proches. En 2006, un de ses amis, lui propose de travailler pour sa société "Tanguy Piscines" qui, comme son nom l'indique, construit et commercialise des piscines. Pour autant, l’éternel numéro 9, n’a pas mis le football de côté. Alors qu’il était consultant pour Canal+, il s’est engagé en 2007 avec le club de ses débuts, l’US Trégunc, au sud de la Bretagne. Comme entraîneur avant d'en devenir le président. À l'inverse de bon nombre de ses camarades de France 98, Stéphane Guivarc'h a choisi une vie dans l'anonymat. S'il continue de garder contact avec certains de ses anciens coéquipiers de France 98 et de l'AJ Auxerre, Stéphane Guivarc'h a choisi les plaisirs d'une vie simple.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Vainqueur du Tournoi Hassan II en 1998 (France)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1997 (AJ Auxerre)

Champion de France en 1996 (AJ Auxerre)

Champion d’Écosse en 1999 (Rangers)

Vice-champion de France de D2 en 1995 (Guingamp)

Champion de France de National 1 en 1994 (Guingamp)

Vainqueur de la Coupe de France en 1996 (AJ Auxerre)

Vainqueur de la Coupe d'Écosse en 1999 (Rangers)

Vainqueur de la Coupe de la ligue écossaise en 1999 (Rangers)

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1990 (Brest Armorique)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de l’année de D2 en 1994 (Guingamp)

Élu "pire attaquant ayant évolué en Première League" par le "Daily Mail" en 2009

Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 1998 (7 buts) (AJ Auxerre)

Meilleur buteur du championnat de France en 1997 (22 buts) (Stade Rennais) et 1998 (21 buts) (AJ Auxerre)

Meilleur buteur du championnat de France de National 1 (groupe A) en 1994 (25 buts) (Guingamp)

Nommé Chevalier de la Légion d'honneur en 1998

 

VIDÉO



01/03/2018
2 Poster un commentaire

Christophe Dugarry

Christophe Dugarry.jpg
Christophe Dugarry

 

Christophe Jérôme Dugarry

Né le 24 mars 1972 à Lormont (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant, 1m88

Surnom: "Duga"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 55 sélections, 8 buts

(Matchs amicaux: 21 sélections, 2 buts)

(Coupe du Monde: 6 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 12 sélections, 3 buts)

(Euro: 8 sélections, 2 buts)

(Coupe des Confédérations: 1 sélection)

(Tournoi Hassan II: 4 sélections)

(Tournoi de France: 2 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 26 mai 1994 contre l'Australie (1-0)

Dernière sélection : le 11 juin 2002 contre le Danemark (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png A': 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 18 sélections, 7 buts

 

1988/96 Bordeaux (FRA) 229 matchs, 45 buts

(Championnat de France: 160 matchs, 30 buts)

(Championnat de France de D2: 27 matchs, 4 buts)

(Coupe de France: 14 matchs, 2 buts)

(Coupe de la Ligue: 1 match, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 22 matchs, 7 buts)

(Coupe Intertoto: 5 matchs, 1 but)

1996/97 Milan AC (ITA) 26 matchs, 6 buts

(Championnat d'Italie: 21 matchs, 5 buts)

(Coupe d'Italie: 2 matchs)

(Ligue des Champions: 3 matchs, 1 but)

1997 FC Barcelone (ESP) 13 matchs

(Championnat d'Espagne: 7 matchs)

(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)

(Ligue des Champions: 4 matchs)

1998/99 Olympique de Marseille (FRA) 73 matchs, 14 buts

(Championnat de France: 52 matchs, 8 buts)

(Coupe de France: 6 matchs)

(Coupe de la Ligue: 1 match, 1 but)

(Ligue des Champions: 4 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 3 buts)

2000/02 Bordeaux (FRA) 95 matchs, 17 buts

(Championnat de France: 65 matchs, 9 buts)

(Coupe de France: 8 matchs, 3 buts)

(Coupe de la Ligue: 7 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 15 matchs, 5 buts)

2003/04 Birmingham City (ANG) 31 matchs, 6 buts

(Championnat d'Angleterre: 30 matchs, 6 buts)

(Coupe d'Angleterre: 1 match)

2004/05 Qatar SC (QAT) 30 matchs, 1 but

(Championnat du Qatar: 30 matchs, 1 but)

 

Christophe Dugarry débute à Bordeaux en 1988. Il sera un des grands artisans de la remontée en D1 en 1992, avec un titre de champion de D2. Fer de lance de l’attaque girondine au côté de Didier Tholot, il qualifiera à lui seul Bordeaux face à l’ogre milanais en quart de finale de Coupe UEFA. Il jouera également pour le Milan AC, le FC Barcelone et l’OM. En équipe de France, "Duga" a lancé la campagne victorieuse des Bleus de 1998 en inscrivant le 1er but de la France, c’était face à l’Afrique du Sud. Natif de Lormont en Gironde, Christophe Dugarry entre au centre de formation bordelais très jeune. Technicien pur, élégant à souhait sur le terrain, il excelle notamment dans l'extérieur du pied droit, l'un de ses gestes fétiches. Mais voilà, cet orgueilleux aurait une fâcheuse tendance à se relâcher, comptant sur son génie pour masquer les apparences. Christophe Dugarry.jpgD'où un certain malentendu, surtout palpable dans l'esprit du public. Lancé dans le grand bain en 1989, il dispute 2 petits matchs avant de retourner en réserve. Bordeaux est alors en pleine décadence et le système Bez va s’écrouler lors de la saison 90-91. Cette année là, le jeune Christophe incarne, avec son pote Bixente Lizarazu l’avenir du club au scapulaire. 32 matchs pour 3 petits buts ponctuent une saison qui se termine assez mal : 10ème. Bordeaux est relégué administrativement en 1991. Cette descente va servir de tremplin à toute une génération, encadrée par des tauliers comme Didier Sénac et Gaëtan Huard. En D2, Cristophe n’est pas tellement plus prolifique (4 buts) mais Bordeaux se ballade et termine champion. La carrière du jeune attaquant va s’emballer à partir de 1993. Zinedine Zidane débarque au Haillan et les 2 s’entendent à merveille. D’ailleurs les stats de notre homme s’en ressentent et il se met à friser les 10 buts par saison. Le premier choc exogène se déroule un soir de novembre 1993 au Parc des Princes : un centre un peu long de David Ginola échoue dans les pieds bulgares qui amorcent un contre meurtrier… un ange passe et une génération (perdue ?) s’éteint. Après le drame de la non qualification à la Coupe du monde américaine, l’attaque tricolore est décimée : exit les Papin, Cantona, Ginola. Comme Christophe carbure bien à Bordeaux, qui termine souvent dans les 4 premiers, il est appelé en bleu, d’autant plus qu’il s’entend très bien avec Zidane. C’est ainsi que Christophe Dugarry va devenir un taulier de l’équipe de France, lui le numéro 9 qui ne marque pas. Question de génération, la concurrence en attaque est assez médiocre, avec Guivarc'h, Loko ou Madar. Christophe fera donc toute les campagnes tricolores, depuis l’Euro 1996 jusqu’à la Coupe du monde 2002, glanant au passage une Coupe du Monde et un Euro. Inefficace au possible, Dugarry est un peu le souffre douleur du public : son but contre l’Afrique du sud en match d’ouverture du Mondial 98 sera la revanche contre tous ses détracteurs. Ses sourires laisseront place à la tristesse d’une blessure dès le second match face à l’Arabie Saoudite. Christophe Dugarry ne rejouera plus avant la finale face au Brésil où il sera à l’origine du troisième but. Son histoire avec les bleus sera d’ailleurs tout au long de sa carrière une bouée de sauvetage. En effet, la carrière de Dugarry repose sur un immense malentendu. Avec Bordeaux, il va se révéler lors d’un match dantesque en quart de finale de Coupe UEFA au printemps 96. Les girondins, à la lutte pour le maintien en championnat, renverse une situation bien compromise contre le Milan AC. Battus 2 à 0 à San Siro, ils l’emportent 3 buts à 0 dans un Parc Lescure en ébullition. Dugarry fait un match monstrueux et dans la foulée signe chez les rossoneri. La marche est trop haute et il ne manque pas de se casser la gueule : 5 buts en 21 rencontres, souvent comme remplaçant, derrière Boban, Marco Simone ou Georges Weah. Il est alors prêté au FC Barcelone où sa situation empire. Malgré sa technique évidente et sa bonne vision du jeu, son aisance dans les petits périmètres, il ne s’adapte pas du tout au jeu catalan, époque Van Gaal, avec les légions hollandaises. La concurrence de Rivaldo et Sonny Anderson n’arrange rien. Il joue 7 petits matchs dans le championnat espagnol en 6 mois. La Coupe du Monde approche et Dugarry sent que sa situation craint. Il revient alors en France où l’OM cherche un attaquant pour épauler Fabrizio Ravanelli et Xavier Gravelaine. Sur la Canebière, Dugarry revit, malgré les blessures. Grâce à un retour propice il participera à la Coupe du Monde, avec le succès que l’on sait. La saison suivante auréolé d’un titre de champion du Monde, il se dispute le titre avec son club de cœur, Bordeaux, ce qu’il n’hésite pas à rappeler avant un déplacement en Gironde où l’OM sombre 4 buts à 1. Dugarry, professionnel jusqu’au bout sera l’unique buteur phocéen. Devenu un soir d'été rouage essentiel de la formation de Courbis parce qu'il a ramené à lui tout seul son équipe de 0-4 à 4-4 contre Montpellier (5 à 4 pour les Phocéens finalement), l’OM termine 2ème du championnat et atteint la finale de la Coupe UEFA avant de sombrer dans le n’importe quoi à l’intersaison. Laurent Blanc est poussé dehors : un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Après un début de saison catastrophique, l’OM est en crise. Rolland Courbis est viré à l’automne et au mercato, Christophe rentre à Bordeaux. Il jouera encore 3 saisons dans son club, sans retrouver les succès d’antan. À son retour, il fera scandale en étant contrôlé positif à la nandrolone mais la commission antidopage ne retient pas de sanction en raison d’un vice de forme. Ses stats faméliques sautent de plus en plus aux yeux. Avec Bordeaux le seul titre remporté restera cette finale de Coupe de la Ligue en 2002 avec le buteur portugais Pedro Miguel Pauleta à la pointe de l’attaque. Sifflé sur tous les terrains, il finit par s’exiler. Comme Duga est déjà âgé (30 ans), l’exil doré s’appelle Bermingham City, dans le ventre mou de la premiership, qu'il rejoint au mercato d'hiver 2003, avant de s’en­vo­ler pour le Qatar, où il termi­nera sa carrière dans l’anonymat général… Depuis, il s’est recon­verti dans une carrière de commen­ta­teur spor­tif.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Vainqueur de l'Euro 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2001 (France)

Vainqueur du Tournoi Hassan II en 1998 et 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994 (France)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1996 (Bordeaux) et 1999 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1995 (Bordeaux)

Champion d’Espagne en 1998 (FC Barcelone)

Vice-champion de France en 1999 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2002 (Bordeaux)

Finaliste de la Supercoupe d’Espagne en 1997 (FC Barcelone)

Champion de France de D2 en 1992 (Bordeaux)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Intronisé au Hall of Fame de Birmingham City

Nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1998


20/02/2018
1 Poster un commentaire

Alain Boghossian

Alain Boghossian.jpg
Alain Boghossian

 

Alain Boghossian

Né le 27 octobre 1970 à Digne (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu de terrain, 1m85

Surnom: "Bogho"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 26 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 14 sélection, 1 but)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 7 sélections, 1 but)

 

1ère sélection: le 11 octobre 1997 contre l'Afrique du Sud (2-1)

Dernière sélection : le 18 mai 2002 contre la Belgique (1-2)

 

1988/92 Olympique de Marseille (FRA)

1992/93 FC Istres (FRA) 33 matchs, 8 buts

(Championnat de France de D2: 33 matchs, 8 buts)

1993/94 Olympique de Marseille (FRA) 31 matchs, 3 buts

(Championnat de France: 28 matchs, 2 buts)

(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)

1994/97 SSC Naples (ITA) 63 matchs, 5 buts

(Championnat d'Italie: 54 matchs, 5 buts)

(Coupe d'Italie: 5 matchs)

(Coupe UEFA: 4 matchs)

1997/98 Sampdoria Gênes (ITA) 36 matchs, 8 buts

(Championnat d'Italie: 31 matchs, 6 buts)

(Coupe d'Italie: 3 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs, 1 but)

1998/2002 Parme AC (ITA) 104 matchs, 9 buts

(Championnat d'Italie: 67 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Italie: 11 matchs, 1 but)

(Supercoupe d'Italie: 1 match, 1 but)

(Ligue des Champions: 3 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 22 matchs, 3 buts)

2002/03 Espanyol Barcelone (ESP) 6 matchs

(Championnat d'Espagne: 5 matchs)

(Coupe d'Espagne: 1 match)

 

Formé à l’OM au début des années 90, c’est en Italie qu’Alain Boghossian va trouver la gloire et devenir même champion du monde en 1998. Joueur de vestiaire en bleu, il va rater l’Euro 2000 mais prendra part au désastre coréen. D'origine arménienne, Alain Boghossian naît et grandit dans le Sud de la France où il court après ses premiers ballons à Digne. Il fait ses armes au sein de l'Olympique de Marseille et intègre rapidement l'équipe de troisième division (de 1989 à 1992). Alain Boghossian.jpgEn surnombre, l'équipe marseillaise le prête au club d'Istres, en seconde division. Titulaire indiscutable, il s'épanouit pleinement et se paye même le luxe d’inscrire 8 buts, ce qui plutôt pas mal pour un milieu défensif. Au retour de cette saison, il entre sur des terrains plus prestigieux et joue son premier match en première division à 23 ans contre Lens (victoire 1 à 0 de l'OM le 24 juillet 1993 au Vélodrome). Malgré cela les remous de l’Affaire OM-VA plombent la saison… S’en suit alors la descente en D2 et son cortège de départ. Alain n’échappe pas à la règle et quitte le maillot bleu et blanc en 1994 pour rejoindre Naples. Malchanceux, il se blesse de nombreuses fois et n'use guère ses crampons. Tombé dans l’oubli en France, trois ans s'écoulent avant que son nom ne s'ajoute à la liste des joueurs de la Sampdoria de Gênes. Alain Boghossian a enfin l'opportunité de faire ses preuves et Aimé Jacquet le remarque. Il ne quittera plus les bleus, même s’il est loin d’être un titulaire indiscutable, sa bonne humeur irradie le vestiaire… C’est comme ça qu’il composte son billet pour le groupe des 23, au détriment d’un Sabri Lamouchi ou d'un Martin Djétou. Il se paye même le luxe de remplacer Christian Karembeu peu avant l’heure de jeu lors de la finale de la Coupe du Monde… Il est milieu de terrain pendant ce Mondial organisé en France, une aventure qui marque le sommet de sa gloire dans le monde du football. Transféré à Parme, C’est là qu’il bâtira son palmarès en club avec son ami Lilian Thuram. Il remporte d’ailleurs la Coupe de l’UEFA au détriment de l’OM, victoire 3 buts à 0 face au phocéens. Cette même saison, il gagne également la Coupe d’Italie, qui marque l’apogée de Boghossian. Blessé pour l'Euro 2000, il retrouve les grandes compétitions en 2002, lors de la Coupe du Monde. Il ne prendra part à aucun match lors du fiasco asiatique. À 32 ans, en bout de course, il part pour L’Espanyol Barcelone en espérant se relancer. Malheureusement, une blessure lancinante mine sa saison. Il ne joue que 6 petits matchs. L'année suivante, il quitte définitivement sa tenue de footballeur et tourne la page. Passionné de golf, Alain Boghossian s'est un temps tourné vers ce sport après la fin de sa carrière, en 2003. Repéré par la Fédération française de golf, il prend en main les meilleurs jeunes Français pendant quelque mois. Le temps que Raymond Domenech ne décide d'en faire son adjoint en 2008. Un poste qu'il a conservé jusqu'en 2012.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Vainqueur du Tournoi Hassan II en 1998 (France)

Vainqueur de la Coupe UEFA en 1999 (Parme AC)

Vice-champion de France en 1994 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe d’Italie en 1999 et 2002 (Parme AC)

Finaliste de la Coupe d’Italie en 1997 (SSC Naples) et 2001 (Parme AC)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 1999 (Parme AC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1998


20/02/2018
0 Poster un commentaire

Bixente Lizarazu

Bixente Lizarazu.jpg
Bixente Lizarazu

 

Bixente Lizarazu

Né le 9 décembre 1969 à Saint-Jean-de-Luz (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur gauche, 1m69

Surnom: "Liza"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 97 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 39 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 6 sélections)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 18 sélections, 1 but)

(Euro: 12 sélections)

(Coupe des Confédérations: 7 sélections)

(Coupe Kirin: 1 sélection)

(Tournoi de France: 3 sélections)

(Tournoi Hassan II: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 14 novembre 1992 contre la Finlande (2-1)

Dernière sélection : le 25 juin 2004 contre la Grèce (0-1)

 

Pays Basque.png Pays Basque: 1 sélection

 

1988/96 Bordeaux (FRA) 299 matchs, 28 buts

(Championnat de France: 213 matchs, 22 buts)

(Coupe de France: 20 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 33 matchs, 5 buts)

(Championnat de France de D2: 33 matchs)

1996/97 Athletic Bilbao (ESP) 18 matchs

(Championnat d'Espagne: 16 matchs)

(Coupe d'Espagne: 2 matchs)

1997/2004 Bayern Munich (ALL) 224 matchs, 8 buts

(Championnat d'Allemagne: 152 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Allemagne: 16 matchs, 1 but)

(Ligue des Champions: 54 matchs)

(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

2004 Olympique de Marseille (FRA) 15 matchs

(Championnat de France: 14 matchs)

(Coupe de France: 1 match)

2005/06 Bayern Munich (ALL) 46 matchs

(Championnat d'Allemagne: 31 matchs)

(Coupe d'Allemagne: 5 matchs)

(Ligue des Champions: 10 matchs)

 

C’est l’arrière gauche de la meilleure ligne défensive de l’histoire des Bleus. Entre 1992 et 2004, Bixente Lizarazu a tout connu, de la défaite au Parc contre l'Israël aux titres européens et mondiaux. En club, "Liza" a débuté sa carrière à Bordeaux avec Zizou et Duga avant de faire les beaux jours du Bayern Munich. Avec le club bavarois, il remporta de nombreux titres dont la prestigieuse Ligue des Champions en 2001. Né le 9 décembre 1969 à Saint-Jean-de-Luz, Bixente Lizarazu rejoint les Girondins de Bordeaux à l’âge de 15 ans. Entraîné par un certain Aimé Jacquet, le basque bondissant débute sa carrière pro en 1987 mais connaît très vite la relégation. Bixente Lizarazu.jpgNéanmoins l'épisode girondin en D2 ne durera pas longtemps et Bixente Lizarazu sera un des artisans, sur son côté de gauche, du titre de 1992, synonyme de remontée. Malgré les blessures, il connaît une progression régulière qui l'amène en équipe de France dès 1992 sans toutefois s'imposer avant 1996. Cette année-là est d'ailleurs un grand cru pour le bordelais puisque son équipe, bien qu'à la rue en championnat, atteint la finale de la Coupe UEFA, perdue sans trembler contre le Bayern Munich qui le remarquera à l'occasion. En tout il dispute 299 matches et inscrit 28 buts sous le maillot Marine et Blanc de 1988 à 1996. Il enchaîne avec l'Euro en Angleterre, où il prend enfin la place d'Eric Di Meco, mi-figue mi-raisin, pour les bleus qui se hissent en demi-finale, perdant au tir aux but face au tchèques et laissant un goût d'inachevé à une nation traumatisée par les bulgares. Il signe l'année suivante pour l'Athletic Bilbao, qui ne recrute que des basques. Premier non-espagnol à évoluer avec l’Athletic Bilbao, il garde néanmoins un souvenir douloureux de son passage là-bas lors de la saison 1996/97, en raison d’une vilaine blessure, contractée quelques mois avant sa signature. Pourtant, son attachement à ses terres reste total. En 1996, il avait ainsi déjà demandé à ce que son prénom "Vincent" (Vicente) soit modifié en "Bixente" sur sa carte nationale d’identité, conformément au souhait de ses parents. En 1997, il rejoint le second club de son cœur: le grand Bayern Munich. Peu de français ont réussi à s'imposer en Allemagne, Lizarazu est de ceux-là : 6 championnats, 5 coupes et 1 ligue des Champions en huit années passées outre-Rhin. En bleu, sa carrière est toujours florissante puisqu'il est de la génération dorée qui cumulera Coupe du monde 98 et Euro 2000. La fin de carrière est plus délicate toutefois. Il rejoint l'OM en 2004. Si les débuts sont prometteurs, avec une réelle influence sur l'équipe (José Anigo passe d'un 3-5-2 inadapté à un 4-4-2 plus académique sur ses conseils), il va s'effondrer un soir de novembre. Après une défaite à Paris, l'OM reçoit son meilleur ennemi en Coupe de la Ligue. L'équipe bis parisienne revient à 2-2 un peu par miracle et à la 92ème, Lizarazu tente une passe en retrait de la tête à son gardien depuis le milieu de terrain... Bernard Mendy s'est engouffré et s'en va marquer calmement... José Anigo démissionne le soir même et Troussier le remplace : les stars sont mises au placard et Bixente est prié d'aller faire ses passes en retrait ailleurs, au Bayern... avec qui il fera une dernière saison. Après sa carrière de joueur, il s’in­ves­tit rapi­de­ment dans le jour­na­lisme spor­tif. Canal+ l’en­gage en tant que consul­tant et en 2008, il anime sa propre émis­sion de commen­taires de l’Euro sur RTL, le "Club Liza". Depuis 2009, il commente les grands matchs sur TF1.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Vainqueur de l'Euro 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2001 et 2003 (France)

Vainqueur du Tournoi Hassan II en 1998 et 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994 (France)

Vainqueur de la Ligue des champions en 2001 (Bayern Munich)

Finaliste de la Ligue des champions en 1999 (Bayern Munich)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 2001 (Bayern Munich)

Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 2001 (Bayern Munich)

Finaliste de la Coupe UEFA en 1996 (Bordeaux)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1995 (Bordeaux)

Champion d’Allemagne en 1999, 2000, 2001, 2003, 2005 et 2006 (Bayern Munich)

Vice-champion d'Allemagne en 1998 et 2004 (Bayern Munich)

Vice-champion de France en 1990 (Bordeaux)

Vainqueur de la Coupe d'Allemagne en 1998, 2000, 2003, 2005 et 2006 (Bayern Munich)

Finaliste de la Coupe d'Allemagne en 1999 (Bayern Munich)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue Allemande en 1997, 1998, 1999, 2000 et 2004 (Bayern Munich)

Champion de France de D2 en 1992 (Bordeaux)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu défenseur latéral de l’année par le magazine allemand "Kicker" en 2001, 2002 et 2005

Nommé dans l'équipe type UEFA de l'année en 2001

Nommé dans l'équipe type de l'association ESM en 1999

Nommé dans l'équipe type spéciale 20 ans des trophées UNFP en 2011

Nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1998

À reçu le Prix Guy Wildenstein en 2007

 

DIVERS


- Lizarazu faisait parti de la défense de fer de l'équipe de France entre 1998 et 2000 et qui n'a jamais perdu lorsqu'elle était aligné ensemble : Barthez, Blanc, Desailly, Thuram et Lizarazu.

- Il prénomme ses propres enfants avec deux prénoms basques: Tximista (l’éclair) et Uhaina (la vague).

 

VIDÉO



18/02/2018
0 Poster un commentaire

Franck Sauzée

Franck Sauzee.jpg
Franck Sauzée

 

Franck Sauzée

Né le 28 octobre 1965 à Aubenas (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu de terrain / Libéro, 1m87

Surnoms: Kaiser Sauzée, Le God, Patator

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 39 sélections, 9 buts

(Matchs amicaux: 13 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 18 sélections, 3 buts)

(Qualif Euro: 6 sélections, 3 buts)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 24 août 1988 contre la Tchécoslovaquie (1-1)

Dernière sélection : le 17 novembre 1993 contre la Bulgarie (1-2)

 

1983/88 FC Sochaux (FRA) 182 matchs, 52 buts

(Championnat de France: 123 matchs, 24 buts)

(Championnat de France de D2: 31 matchs, 16 buts)

(Coupe de France: 26 matchs, 11 buts)

(Barrages D1: 2 matchs, 1 but)

1988/90 Olympique de Marseille (FRA)

(Championnat de France: 68 matchs, 9 buts)

(Coupe de France: 15 matchs, 4 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 7 matchs, 3 buts)

1990/91 AS Monaco (FRA) 39 matchs, 9 buts

(Championnat de France: 28 matchs, 7 buts)

(Coupe de France: 6 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)

1991/93 Olympique de Marseille (FRA) 

(Championnat de France: 57 matchs, 14 buts)

(Coupe de France: 5 matchs, 2 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 12 matchs, 7 buts)

1993/94 Atalanta Bergame (ITA) 19 matchs, 3 buts

(Championnat d'Italie: 16 matchs, 1 but)

(Coupe d'Italie: 3 matchs, 2 buts)

1994/96 RC Strasbourg (FRA) 72 matchs, 15 buts

(Championnat de France: 57 matchs, 10 buts)

(Coupe de France: 8 matchs, 1 but)

(Coupe de la Ligue: 1 match)

(Coupe de l'UEFA: 6 matchs, 4 buts)

1996/98 Montpellier HSC (FRA) 60 matchs,11 buts

(Championnat de France: 49 matchs, 9 buts)

(Coupe de France: 6 matchs, 2 buts)

(Coupe de la Ligue: 5 matchs)

1998/2002 Hibernian (ECO) 90 matchs, 16 buts

(Championnat d'Écosse: 77 matchs, 13 buts)

(Coupe d'Écosse: 10 matchs, 3 buts)

(Coupe de la Ligue: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 1 match)

 

Franck Sauzée reste dans les mémoires pour ses frappes de mule, sans doute les plus puissantes en France à l'époque. Efficaces, ces dernières ont surpris plus d'une fois les gardiens adverses des équipes de l'Hexagone. Ce milieu de terrain a également fait les beaux jours de la grande équipe de Marseille, vainqueur de la Ligue des champions, un soir de 1993 lorsque Didier Deschamps avait soulevé la Coupe aux Grandes Oreilles. Enfant d'Aubenas, il est repéré par les recruteurs du FC Sochaux et intègre le centre de formation doubiste en 1983. Deux mois plus tard, il connaît son baptême du feu en D1. Il a à peine vingt ans quand il devient le libéro du club après le départ de Jacky Bonnevay pour l'OM. Jean Fauvergue, l'entraîneur des Lionceaux l'avait recruté en ce sens parce que ses qualités étaient de vrais atouts pour son équipe. Seul problème : un gros manque de vivacité. Au sein d'une génération "dorée", il remportera le titre de champion de D2 en 1988, avec notamment Stéphane Paille devant. Franck Sauzee.jpgCette même année il remporte le championnat d'Europe Espoirs. Il s'illustre en finale en s'offrant un doublé qui permet à la France de s'imposer face à la Grèce. La France entière pense avoir une relève digne de ce nom à la génération Platoche. Ascension rapide pour ce milieu de terrain très polyvalent, qui tourne à 7-8 buts par saison, des stats que certains attaquants ne parviennent jamais à atteindre. Puissant et doté d'une frappe de mule, Kaiser Sauzée part donc logiquement pour Marseille en 1988 dans le cadre d'un échange avec Thierry Laurey. Il y connaîtra la gloire en étant un des moteurs du milieu olympien et y remportera l'essentiel de ses titres nationaux (3 titres de champions et 1 Coupe de France). Grâce à son abattage et à sa puissance, il est l'un des principaux artisans du sacre Européen de l'OM en 1993. Meilleur buteur du club dans la campagne victorieuse avec 6 réalisations à égalité avec Alen Boksic, la saison 92/93 est la meilleure de sa carrière. Si Deschamps était le précieux capitaine de cet OM conquérant, Sauzée en était probablement l'élément indispensable. Son arme favorite, des coups francs boulet de canon, à la Taye Taiwo mais en version cadrée. Entre-temps, une aventure sur le rocher lors de la saison 1990/91, lui permet d'arracher la Coupe de France à ses anciens partenaires. En équipe de France, c'est également la consécration. Auteur du but le plus rapide des bleus face à l'Albanie lors des éliminatoires de l'Euro 92, il restera dans les mémoires comme un gros frappeur, l'anti-juninho, adepte de la frappe en force... Taulier des bleus jusqu'à l'Euro 92, comme beaucoup, il ne survivra malheureusement pas au rush de Kostadinov lors de la campagne des éliminatoires pour le Mondial 1994. Franck Sauzée vient alors d’honorer sa 39ème et dernière sélection sous le maillot Bleu. Il aura donc fait partie de cette génération de joueurs qui ont connu le succès en club mais pas en sélection nationale. Après le sacre de 1993, il annonce son souhait de quitter la Canebière, les prétendants se bousculent et tout le monde voit le milieu de terrain partir pour un grand club étranger. Mais Franck surprend tout son monde en signant pour la modeste équipe de l'Atalanta, à Bergame, mais le club n'est pas à la hauteur de son talent. Retour à la case départ, il rentre en France à Strasbourg, où il rencontrera son grand pote David Zitelli. Après 2 saisons en Alsace, il posera ses valises à Montpellier en quête de son glorieux passé. Tête de gondole d'une équipe sur le déclin, il fait une très bonne première saison mais souvent blessé la 2ème, il passe un peu au travers. Après 2 ans et demi à la Paillade, Sauzée part de nouveau à l'étranger. La destination est cette fois beaucoup moins glamour, puisqu'il opte pour Edimbourg, où joue également deux anciens Strasbourgeois (Zitelli et Arpinon). Ce passage en Ecosse n'était pas une pré-retraite tranquille pour Sauzée, mais une nouvelle aventure, avec toujours cette ambition de gagner, encore et encore. Il refuse d'ailleurs des offres plus alléchantes du Rapid de Vienne, de Toulouse et du FC Bâle. Sa puissance est une arme parfaite dans un championnat rugueux et sans fioriture. À 35 ans, Sauzée semble plus libre que jamais sur le terrain. Dans les derby d'Edimbourg, contre les Hearts, il rentrera dans la légende du club en donnant la victoire à plusieurs reprises. Après 4 saisons dans les Highlands, une blessure au tendon d'Achille le force à raccrocher les crampons en décembre 2001. Il ne quitte pas le club pour autant. Si sa carrière de joueur s'arrête subitement, c'est aussi parce qu'AlexMcLeish délaisse le banc des Hibs et recommande au club de le remplacer par Sauzée en décembre 2001. Il ne restera en poste que 69 jours, avec un bilan famélique d'une victoire en 15 matchs, peut-être plus à son aise dans un rôle de consultant à la télévision.

 

PALMARÈS


Vainqueur du Championnat d’Europe Espoirs en 1988 (France)

Vainqueur de la Ligue des champions en 1993 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1995 (RC Strasbourg)

Champion de France en 1989, 1990 et 1992 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1991 (AS Monaco)

Vainqueur de la Coupe de France en 1989 (Olympique de Marseille) et 1991 (AS Monaco)

Finaliste de la Coupe de France en 1988 (FC Sochaux) et 1995 (RC Strasbourg)

Finaliste de la Coupe d’Écosse en 2001 (Hibernian)

Vice-champion de France de D2 en 1988 (FC Sochaux)

Champion d’Écosse de D2 en 1999 (Hibernian)

 

VIDÉO




15/01/2018
0 Poster un commentaire

Emmanuel Aznar

Emmanuel Aznar.jpg
Emmanuel Aznar

 

Emmanuel Aznar

Né le 23 décembre 1915 à Sidi-Bel-Abbès (ALG)

Décédé le 4 octobre 1970 à Marseille (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant / Ailier gauche, 1m68

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 1 sélection, 1 but

 

1ère et dernière sélection : le 24 mars 1938 contre la Bulgarie (6-1)

 

1932/36 SC Bel-Abbès (ALG)

1936/43 Olympique de Marseille (FRA) 114 matchs, 95 buts
1943/44 EF Marseille-Provence 14 matchs, 4 buts
1944/46 Olympique de Marseille (FRA) 15 matchs, 12 buts
1946/47 Sporting Toulon (FRA) 9 matchs, 3 buts
1947/52 Olympique de Marseille (FRA) 21 matchs, 7 buts
 
PALMARÈS
Champion de France en 1937 et 1948 (Olympique de Marseille)
Vice-champion de France en 1938 et 1939 (Olympique de Marseille)
Vainqueur de la Coupe de France en 1938 et 1943 (Olympique de Marseille)
Finaliste de la Coupe de France en 1940 (Olympique de Marseille)

14/01/2018
0 Poster un commentaire