FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

France


Maxime Fulgenzy

Max Fulgenzy.jpg
Maxime Fulgenzy

 

Maxime Fulgenzy

Né le 26 juin 1934 à Deville (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur droit/Ailier Droit, 1m74

Surnom: "Max", "Pétrolette"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 1 sélection

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

 

1ère et dernière sélection : le 12 novembre 1961 contre la Bulgarie (0-1)

 

1953/66 UA Sedan-Torcy (FRA) 488 matchs, 53 buts

(Championnat de France: 348 matchs, 40 buts)

(Championnat de France de D2: 65 matchs, 10 buts)

(Coupe de France: 52 matchs, 9 matchs)

(Coupe Charles Drago: 21 matchs, 2 buts)

(Coupe des Coupes: 2 matchs, 1 but)

Juillet 1966/Oct 66 RC Paris-Sedan (FRA) 11 matchs

Oct 1966/68 Olympique de Marseille (FRA) 13 matchs, 1 but

1968/72 AC Mouzon (FRA) 23 matchs

 

Recordman du nombre de matches de championnat avec Sedan, Maxime Fulgenzy est une légende dans les Ardennes. De Pure souche, il va passer quatorze saisons avec l'UAST. Double vainqueur de la Coupe de France (1956 et 1961), ce joueur adroit et puissant très polyvalent (il a évolué à tous les postes) est connu pour ses accélérations perpétuels et sa vitesse fulgurante qui lui ont valu le surnom de "Pétrolette". Champion du Monde militaire à Buenos Aires en 1957, il obtient une seule sélection en équipe de France obtenu face à la Bulgarie (défaite 1 but à 0) lors des qualif de la Coupe du Monde 1962. Après avoir raccroché les crampons en pro à l'Olympique de Marseille, il remonte finir sa carrière dans les Ardennes en amateur.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde militaire en 1957 (France)

Vainqueur de la Coupe de France en 1956 et 1961 (UA Sedan-Torcy)

Finaliste de la Coupe de France en 1965 (UA Sedan-Torcy)

Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1955 et 1963 (UA Sedan-Torcy)

Champion de France de D2 en 1955 (UA Sedan-Torcy)

Vainqueur du Challenge des champions en 1956 (UA Sedan-Torcy)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©DR


29/06/2020
0 Poster un commentaire

Philippe Fargeon

Philippe Fargeon.jpg
Philippe Fargeon

 

Phillipe Fargeon

Né le 24 juin 1964 à Ambilly (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant, 1m73

Surnom: Philou

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 7 sélections, 2 but

(Matchs amicaux: 3 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 4 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 16 juin 1987 contre la Norvège (0-2)

Dernière sélection : le 27 avril 1988 contre l'Irlande du Nord (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png olympique: 2 sélections

 

1982/84 Étoile Carouge (SUI)
1984/85 AJ Auxerre B (FRA) 16 matchs
1985/86 AC Bellinzone (SUI) 47 matchs, 40 buts
(Championnat de Suisse: 14 matchs, 10 buts)
(Championnat de Suisse de D2: 28 matchs, 24 buts)
(Coupe de Suisse: 5 matchs, 6 buts)
1986/88 Girondins de Bordeaux (FRA) 74 matchs, 34 buts
(Championnat de France: 54 matchs, 28 buts)
(Coupe de France:11 matchs, 5 buts)
(Coupe des Coupes: 4 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
1988 SC Toulon (FRA) 21 matchs, 5 buts
(Championnat de France: 16 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)
1988/90 Servette Genève (SUI) 37 matchs, 12 buts
(Championnat de Suisse: 33 matchs, 11 buts)
(Coupe de Suisse: 3 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 1 match)
1990/92 Girondins de Bordeaux (FRA) 47 matchs, 4 buts
(Championnat de France: 23 matchs, 3 buts)
(Championnat de France de D2: 20 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
1992/93 FC Chiasso (SUI) 19 matchs, 3 buts
 
Sous le maillot des Girondins de Bordeaux, Philippe Fargeon a affolé les compteurs et compilé des stats à la Messi. Un phénomène. Et puis, le trou noir. Haut savoyard de naissance, il fait ses gammes en Suisse à l'Étoile Carouge. Repéré par Guy Roux, il tente sa chance à Auxerre qui vient de se qualifier pour la première fois en Coupe d'Europe. Malheureusement, la concurrence est trop rude face aux autres attaquants de l'AJA (Pascal Vahirua, Andrzej Szarmach, Patrice Garande...). Philippe Fargeon.jpgDu coup, il rentre en Suisse pour jouer à Bellinzone. Il se sent pousser des ailes et explose littéralement au cœurs des Alpes, devenant l’idole des foules. Sa petite notoriété fait écho à Bordeaux, où il débarque en décembre 1986. Moins de 48 heures après son transfert en Gironde, il inscrit déjà son premier but en championnat face à Lille. Avec le club au Scapulaire, il va enfiler 15 buts en 18 matchs et terminer à la deuxième place des meilleurs buteurs derrière le messin Bernard Zenier, mais devant Jean-Pierre Papin et Eric Cantona. Le but du titre face à Saint-Etienne c'est lui. Celui de l'ouverture du score en finale de coupe face à l'OM c'est encore lui. Toujours lui. Et tout ça en une demi-saison. Entre décembre 1986 et décembre 1987, Fargeon va faire naître les promesses les plus folles. Y compris chez les Bleus, avec lesquels il est convoqué en juin 1987 face à la Norvège. Cinq mois plus tard, face au même adversaire, il inscrit son premier but en bleu. Le sommet de sa carrière. Et son chant du cygne. Car après avoir inscrit 29 buts toutes compétitions confondues entre ces deux dates et grandement contribué à l'excellent bilan de l'équipe d'Aimé Jacquet (doublé coupe-championnat et demi-finale de C2) en 1987, Philippe va plonger dans le brouillard. Après une seconde saison plus ordinaire (13 buts en 36 matchs), Philou retourne en Suisse, au Servette. Un passage éclair à Toulon, une nouvelle pige de deux saisons chez les Girondins (dont une en D2), le déclin est inéluctable, à tel point qu'il raccroche en 1993, à l'âge de 29 ans. Surcoté? En Surrégime? Ce joueur aura été une comète dans le foot français. De sa carrière, reste ses têtes plongeantes et un sentiment mitigé. Lui-même reconnais que finalement il aurait pu mieux faire: "J’étais plus critique envers moi-même que le plus méchant des journalistes. Mon défaut aura été de ne pas avoir assez écouté mes collègues à un moment donné… J’ai toujours pensé que j’avais atteint le maximum par rapport à mes qualités, alors que je n’ai utilisé que 15 à 20% de mon potentiel. " Après avoir coupé complètement les ponts avec le football, il est devenu agent immobilier et conseiller municipal de la commune du Bouscat, près de Bordeaux.
 
PALMARÈS
Champion de France en 1987 (Girondins de Bordeaux)
Vice-champion de France  en 1988 (Girondins de Bordeaux)
Vainqueur de la Coupe de France en 1987 (Girondins de Bordeaux)
Champion de France de D2 en 1992 (Girondins de Bordeaux)
Vice-champion de Suisse de D2 en 1986 (AC Bellinzone)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Onze Mondial/Afterfoot/Old School Panini
- 1ère Photo: ©Presse Sports
- 2ème photo: ©FCGB

25/06/2020
0 Poster un commentaire

Patrick Vieira

Patrick-Vieira--2-.jpg

Patrick Vieira

 

Patrick Vieira

Né le 23 juin 1976 à Dakar (SEN)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, milieu défensif, 1m92

Surnoms: Pat, La pieuvre, Paddy

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 107 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 48 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 9 sélections)

(Coupe du Monde: 12 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 18 sélections, 1 but)

(Euro: 9 sélections)

(Coupe des Confédérations: 5 sélections, 2 buts)

(Tournoi de France: 3 sélections)

(Tournoi Hassan II: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 26 février 1997 contre les Pays-Bas (2-1)

Dernière sélection : le 2 juin 2009 contre le Nigéria (0-1)



https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 15 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png U18: 4 sélections

 

1993/95 AS Cannes (FRA) 61 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 49 matchs, 2 buts)

(Coupe de France: 4 matchs)

(Coupe de la ligue: 1 match, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 1 but)

(Coupe Intertoto: 4 matchs)

1995/96 Milan AC (ITA) 5 matchs

(Championnat d'Italie: 2 matchs)

(Coupe d'Italie: 1 match)

(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)

1996/05 Arsenal (ANG) 410 matchs, 34 buts

(Championnat d'Angleterre: 279 matchs, 29 buts)

(Coupe d'Angleterre: 48 matchs, 3 buts)

(Coupe de la ligue anglaise: 11 matchs)

(Community Shield: 4 matchs)

(Ligue des Champions: 57 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 11 matchs)

2005/06 Juventus Turin (ITA) 42 matchs, 5 buts

(Championnat d'Italie: 31 matchs, 5 buts)

(Coupe d'Italie: 3 matchs)

(Supercoupe d'Italie: 1 match)

(Ligue des Champions: 7 matchs)

2006/10 Inter Milan (ITA) 90 matchs, 9 buts

(Championnat d'Italie: 67 matchs, 6 buts)

(Coupe d'Italie: 9 matchs)

(Supercoupe d'Italie: 3 matchs, 2 buts)

(Ligue des Champions: 11 matchs, 1 but) 

2011/11 Manchester City (ANG) 46 matchs, 6 buts

(Championnat d'Angleterre: 28 matchs, 3 buts)

(Coupe d'Angleterre: 9 matchs, 3 buts)

(Coupe de la ligue anglaise: 1 match)

(Coupe de l'UEFA: 8 matchs)

 

Monstre sacré du foot français, Patrick Vieira a été l'un des plus grands milieux défensifs des années 2000. Originaire du Sénégal, il quitte son pays à l’âge de 8 ans pour venir en France. Chez les jeunes, son parcours l’emmène de la région parisienne (Trappes) à Tours, en passant par Dreux. En 1993, il rejoint le sud et l'AS Cannes. Grand gaillard physique, il évolue essentiellement avec la réserve mais fait quelques rares incursions en équipe première où son talent et son impact physique sautent déjà aux yeux des observateurs. Luis Fernandez le lance, Safet Susic en fait un titulaire dans le milieu cannois et son capitaine à seulement 17 ans. Il joue aux côtés de Franck Durix, Kader Ferhaoui et Johan Micoud. Promis à un grand avenir, c'est un reportage sur Téléfoot qui le fait réellement découvrir aux yeux du grand public. Et puis tout bascule. Après deux saisons, Vieira devient un des premiers jeunes joueurs français à aller tenter sa chance à l'étranger avant même d'avoir explosé dans l'hexagone. Quand il intègre le grand Milan AC, l'espoir français n'a que 19 ans. Au milieu d’un effectif de stars, avec les Georges Weah, Paolo MaldiniFranco Baresi et Zvonimir Boban, l'expérience a été peu concluante avec seulement deux matches de championnat disputés au cours de sa seule saison chez les rossoneri. Convoqué avec les bleuets malgré son faible temps de jeu, il participe aux JO d’Atlanta en 1996, sous les ordres de Raymond Domenech. C’est le début d’une aventure avec l’équipe nationale de plus de 10 ans, jalonnée de titres. En difficulté en Italie, il rejoint l'équipe d'Arsenal des français Emmanuel Petit et Nicolas Anelka devançant Thierry Henry de deux ans. Connu pour son physique très solide, sa force mentale et sa capacité à stopper les attaquants adverses, il devient un joueur emblématique des Gunners. Célébré par les chants d'Higbury, le jeu du français d'origine sénégalaise semble fait pour la Premier League. Patrick Vieira.jpgAvec ses grands compas, "Pat" ratissent les ballons comme personne au milieu de terrain et fait hurler la foule à chacune de ses interventions musclées. Pris en grippe par certains arbitres, Vieira reçoit de nombreuses suspensions mais impose malgré tout son style. Et ce n'est sans doute pas une coïncidence si il a livré ses duels les plus épiques, entrés dans l'histoire du foot british, face à l'incarnation même du guerrier irlandais, Roy Keane, lors des chocs entre Arsenal et Manchester United au plus fort de la rivalité entre les deux clubs. Taulier du milieu des Gunners, Pat remporte un historique doublé Coupe-Championnat en 1998. Avec son armada de frenchies, le club londonien domine la scène nationale, avec un nouveau doublé Cup-championnat en 2002, un titre de champion en 2004 et une Cup en 2005. Doublure de Didier Deschamps en équipe de France, il est remplaçant lors de la Coupe du Monde 1998 avant de prendre le contrôle du milieu de terrain à partir de l'Euro 2000. Son jeu très exigeant physiquement lui fera malheureusement connaître quelques baisses de régime, notamment au cours du Mondial 2002 où il est méconnaissable. Capitaine des bleus après la vague de départ qui suit l'élimination de l'Euro 2004, Vieira tente de tenir la baraque. Conscient de la difficulté, il joue les intermédiaires entre Domenech et les "anciens" pour préparer leur retour. Pari réussi : Zinedine ZidaneLilian Thuram et Claude Makélélé réintègrent les bleus et qualifient la France pour le Mondial 2006. Dans le même temps, il quitte subitement Arsenal pour un nouveau challenge: la Juventus de Turin où il rejoint d'autres compatriotes (Trezeguet, Zebina...). Malgré un début de saison tonitruant, il n'est pas de son niveau du temps des Gunners. La préparation physique de l'équipe de France lui permet toutefois de retrouver la forme à l'approche de la Coupe du Monde en Allemagne. Comme Raymond Domenech l'avait annoncé, Vieira est un des meilleurs joueurs de la compétition qu'il termine avec deux buts et deux passes décisives au compteur. Et si l'affaire du "coup de boule" accapare l'attention, sa sortie sur blessure au cours de la finale contre l'Italie est sans doute le vrai tournant du match pour les Bleus qui s'inclinent aux tirs au but. Zidane ayant raccroché les crampons, il récupère une deuxième fois le brassard de capitaine. Après le Mondial et la suite au verdict du Scandale Calciopoli, Vieira et la Juve se voient destituer de leur titre de champion d'Italie et sont relégués en Série B. Le français fait donc ses valises et rejoint l'Inter Milan. Malgré des débuts impressionnants, son niveau de jeu baisse par la suite. Même s’il y a enrichi son palmarès de quatre nouveaux titres de champion, il n’a pas pu laisser l’empreinte qu’il voulait. La preuve : son total de matches sur une saison chez les Intéristes n’a jamais dépassé le chiffre 20. Sélectionné pour participer à l'Euro 2008, "la Pieuvre" n'a pas pu participer aux trois matchs de poule souffrant d'une blessure récurrente à la cuisse gauche. D'ailleurs, il se plaindra de la mauvaise gestion de son cas par les médecins de l'équipe de France. N'ayant plus le talent pour jouer avec l'Inter Milan et souhaitant retrouver la sélection pour disputer le Mondial 2010, il rejoint les Citizens de Manchester City. Malgré la confiance qu'a le sélectionneur Raymond Domenech à son égard, il ne le retiendra finalement pas pour la Coupe du Monde 2010, le jugeant trop juste, pas assez affiné pour une telle compétition. Quelque peu amer, le "Grand Pat" annonce le lendemain même (soit le 12 mai 2010) qu'il met fin à sa carrière internationale en Bleus. Il fait sans le savoir ses adieux à l'équipe de France en juin 2009 lors d’un amical sinistre contre le Nigéria, dans un stade Geoffroy-Guichard à moitié vide et indifférent, voire hostile. Les Bleus ont leur maillot floqué en Braille et s’inclinent 1 but à 0. Il s'arrête à 107 sélections. Il restera une saison de plus à Manchester City avant d'annoncer sa retraite le 14 juillet 2011 à l'âge de 35 ans. Il devient par la suite responsable du développement du club des "Citizens" en Angleterre avant de se lancer dans une carrière d'entraîneur.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)

Finaliste de la Coupe du Monde en 2006 (France)

Vainqueur de l'Euro 2000 (France)

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2001 (France)

Finaliste de la Coupe UEFA en 2000 (Arsenal)

Champion d'Angleterre en 1998, 2002 et 2004 (Arsenal)

Vice-Champion d'Angleterre en 1999, 2000, 2001, 2003 et 2005 (Arsenal)

Champion d'Italie en 1996 (Milan AC), 2007, 2008, 2009 et 2010 (Inter Milan)

Vainqueur de la Coupe d'Angleterre en 1998, 2002, 2003, 2005 (Arsenal) et 2011 (Manchester City)

Finaliste de la Coupe d'Angleterre en 2001 (Arsenal)

Finaliste de la Coupe d'Italie en 2007 et 2008 (Inter Milan)

Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 2006 et 2008 (finale non-jouée) (Inter Milan)

Finaliste de la Supercoupe d'Italie en 2007 et 2009 (Inter Milan)

Vainqueur de la Community Shield en 1998, 1999, 2002 et 2004 (finale non-jouée) (Arsenal)

Finaliste de la Community Shield en 2003 (Arsenal)

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1995 (AS Cannes)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur français de l'année en 2001

Élu joueur de la saison en Premier League en 2001

Révélation de l’année "France Football" en 1995

Nommé dans l'équipe type de l'année UEFA en 2001

Nommé dans l'équipe type PFA du championnat d'Angleterre en 2000, 2001, 2002, 2003 et 2004

Élu dans l'équipe type de la décennie 1992-2002 du championnat d'Angleterre de football

Nommé dans l'équipe type du tournoi de l'Euro 2000

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 2006

Meilleur buteur de la Coupe des Confédérations en 2001 (2 buts)

Nommé au FIFA 100

Nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1998

Nommé ambassadeur de bonne volonté pour l'UNESCO

 

DIVERS


- Patrick Vieira est co-fondateur avec d'autres grands sportifs (dont Bernard Lama et Jimmy Adjovi Boco) de l'Association Diambar. L'objectif de cette association est d'utiliser la passion du foot pour promouvoir l'éducation auprès de la jeunesse.

 

SOURCES/RESSOURCES


- Afterfoot

- 1ère photo: ©Jamie McDonald

- 2ème photo: ©ArsenalFC

 

VIDÉO



24/06/2020
0 Poster un commentaire

Robert Siatka

Robert Siatka.jpg
Robert Siatka

 

Robert Siatka

Né le 20 juin 1934 à Le Martinet (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur/Milieu défensif, 1m78

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 1 sélection

(Euro: 1 sélection)

 

1ère et dernière sélection : le 9 juillet 1960 contre la Tchécoslovaquie (0-2)

 

1952/53 Olympique Alès (FRA) 39 matchs, 1 but
(Championnat de France de D2: 33 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 4 matchs)
(Coupe Charles Drago: 2 matchs)
1953/63 Stade de Reims (FRA) 314 matchs, 25 buts
(Championnat de France: 259 matchs, 17 buts)
(Coupe de France: 30 matchs, 4 buts)
(Coupe Charles Drago: 9 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 16 matchs, 2 buts)
1963/65 FC Nantes (FRA) 55 matchs, 1 but
(Championnat de France: 48 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 7 matchs)
1965/69 Olympique avignonnais (FRA) (entraîneur-joueur) 102 matchs, 7 buts
(Championnat de France de D2: 92 matchs, 6 buts)
(Coupe de France: 10 matchs, 1 but)
1969/72 FC Bourges (FRA) (entraîneur-joueur) 11 matchs, 2 buts
 
Milieu défensif emblématique du Stade de Reims, Robert Siatka a tout connu avec le club champenois : des titres à la pelle ainsi que les 2 finales de coupe d’Europe des clubs champions perdues contre le Real Madrid. Révélé à l’Olympique Alès au début des années 50, c'est le talent de ce joueur rigoureux et solide qui saute aux yeux malgré ses 19 ans. C'est donc à Reims qu'il débarque à l'été 1953. Durant onze saisons, il va s'imposer dans ce qui reste sans doute la meilleure équipe des Rouges et Blancs. Outre quatre championnats, il remporte aussi la Coupe de France en 1958 au dépens de Nîmes. Avec son meilleur ami Robert Jonquet, il dispute la première finale de Coupe d'Europe, perdue 4 buts à 3 dans un match épique où les champenois auront mené 2 buts à 0 après 10 minutes. Il manquera toutefois celle de 1959, que Reims perd de nouveau face aux Merengues, cette fois-ci plus nettement. Il s’engage ensuite avec Nantes, promu au jeu chatoyant en grande difficulté. Il vient apporter son expérience à un groupe assez jeune. Il y remporte son 5ème titre de champion. Robert endosse ensuite le rôle d'entraîneur-joueur à Avignon puis au FC Bourges. Seul ombre au tableau: la sélection tricolore avec 1 seule cape, ça fait peu pour rentrer dans l’histoire.
 
PALMARÈS
4ème de l'Euro 1960 (France)
Vainqueur de la Coupe du Monde militaire en 1957 (France)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1956 et 1959 (finale non-jouée) (Stade de Reims)

Finaliste de la Coupe Latine en 1955 (Stade de Reims)

Champion de France 1955, 1958, 1960, 1962 (Stade de Reims) et 1965 (FC Nantes)

Vice-Champion de France en 1954 et 1963 (Stade de Reims)

Vainqueur de la Coupe de France en 1958 (Stade de Reims)

Vainqueur du Challenge des Champions en 1958 et 1960 (Stade de Reims)

Finaliste du Challenge des Champions en 1962 (Stade de Reims)

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1954 (Stade de Reims)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©DR


22/06/2020
0 Poster un commentaire

Philippe Tibeuf

Philippe Tibeuf.jpg
Philippe Tibeuf

 

Philippe Tibeuf

Né le 17 juin 1962 à Dinan (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant, 1m73

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 2 sélections

(Matchs amicaux: 1 sélection)

(Qualif Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 28 mars 1990 contre la Hongrie (3-1)

Dernière sélection : le 17 novembre 1990 contre l'Albanie (1-0)

 

1978/84 EA Guingamp (FRA) 54 matchs, 25 buts
(Championnat de France de D2: 45 matchs, 20 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 5 buts)
1984/87 AS Monaco (FRA) 67 matchs, 15 buts
(Championnat de France: 55 matchs, 7 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 7 buts)
(Challenge des Champions: 1 match)
(Coupe des Coupes: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 1 match, 1 but)
1987/91 Saint-Étienne (FRA) 128 matchs, 39 buts
(Championnat de France: 121 matchs, 39 buts)
(Coupe de France: 7 matchs)
 
Éphémère international français, Philippe Tibeuf est plus connu pour les buts qu'il a inscrit sous les couleurs de l'AS Monaco et Saint-Étienne. Natif de Dinan, il fait toutes ses classes de jeune footballeur à Plancoët, lui qui n'a pas suivi la filière, désormais classique, des centres de formation. Il franchit une première étape qui le mène à Guingamp, pensionnaire de D2, en 1979. Il effectue trois saisons d'apprentissage, tout en poursuivant en parallèle ses études de professeur de sport à Rennes. Philippe Tibeuf.jpgDevenu titulaire avec son statut amateur lors de la saison 1983-84, il réalise une saison pleine et prend pleinement conscience de ses capacités. Son culot et son opportunisme le rendent plus réaliste. Pour sa dernière saison à l'En Avant, il inscrit 18 buts. Repéré par Monaco, il arrive en 1984 sur le Rocher, qui se cherche un avant-centre capable de lui faire oublier Delio Onnis. Première saison et premier titre avec une coupe de France, remporté face au PSG. Bien que titulaire, il marque peu (10 buts), servant le plus souvent des offrandes à Bruno Bellone, son compère de l’attaque. En trois années passées sous les couleurs rouge et blanc, il ne s'impose jamais vraiment et inscrit seulement sept buts en 55 rencontres. Il dispute également deux matches de Coupe d’Europe. Trop peu pour ce joueur avide de temps de jeu et de buts. En panne d’efficacité, il se tourne donc vers un promu au nom ronflant : l’AS Saint-Etienne. Avec Patrice Garande, lui aussi arrivé à l’été 1987, il va former une paire prolifique à la fin des années 80. Leur entente est tellement complémentaire sur le terrain qu'ils sont surnommés "Dupont et Dupont". Si la première année se passe plutôt bien avec une 4ème place, les saisons suivantes sont beaucoup plus difficiles. Mais sa hargne, sa vélocité et son efficacité ne laissent pas impassible Michel Platini, le sélectionneur des Bleus, qu'il appelle à l’occasion d'un match amical contre la Hongrie à Budapest. Rappelé lors d'un match éliminatoire pour l’Euro 92 contre l’Albanie à Tirana, il compte bien profiter des absences de Cantona et Papin pour s’imposer en équipe de France. Malheureusement, sa carrière s’arrête brutalement le 24 février 1991, à l'âge de 29 ans. Lors d’un match face au rival historique le FC Nantes, il se blesse dans un choc violent avec David Marraud, le gardien nantais. Verdict: Rupture des ligaments croisés et nerf sectionné. Saint-Etienne perd son capitaine. Tibeuf ses derniers espoirs de côtoyer les sommets. Il rêvait de disputer l’Euro en Suède avec les PapinCantona et Ginola. Sa carrière s’achève donc un dimanche après-midi sur une action anodine mais terrible de conséquences. Avec les Verts, Philippe Tibeuf a disputé 128 matches et inscrit 39 buts. Abandonné de tous et notamment du président stéphanois, il a travaillé par la suite comme représentant pour diverses marques d’articles de sport avant de créé une société de marchands de biens dans l’immobilier.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe de France en 1985 (AS Monaco)
Vainqueur du Challenge des champions en 1985 (AS Monaco)
 
SOURCES/RESSOURCES
- So Foot/ Sur la Route des Verts
- 1ère et 2ème photo: ©L'Équipe

17/06/2020
2 Poster un commentaire