FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

France


Yannick Stopyra

Yannick Stopyra.jpg
Yannick Stopyra

 

Né le 9 janvier 1961 à Troyes (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 33 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 14 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 7 sélections, 3 buts)

(Coupe du Monde: 6 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 27 février 1980 contre la Grèce (5-1)

Dernière sélection : le 27 avril 1988 contre l'Irlande du Nord (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Olympique: 2 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 9 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png U18: 10 sélections, 6 buts

 

1977/78 FC Sochaux B (FRA) 19 matchs, 20 buts
1978/83 FC Sochaux (FRA) 201 matchs, 60 buts
(Championnat de France: 176 matchs, 57 buts)
(Coupe de France: 14 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 11 matchs)
1983/84 Stade Rennais (FRA) 39 matchs, 9 buts
(Championnat de France: 37 matchs, 9 buts)
(Coupe de France: 2 matchs)
1984/88 Toulouse (FRA) 171 matchs, 59 buts
(Championnat de France: 147 matchs, 46 buts)
(Coupe de France: 16 matchs, 11 buts)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 2 buts)
1988/89 Bordeaux (FRA) 41 matchs, 10 buts
(Championnat de France: 34 matchs, 8 buts)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 6 matchs, 2 buts)
1989/91 AS Cannes (FRA) 45 matchs, 10 buts
(Championnat de France: 37 matchs, 9 buts)
(Coupe de France: 8 matchs, 1 but)
1991/92 FC Metz (FRA) 24 matchs, 1 but
1992/94 Mulhouse (FRA) 62 matchs, 22 buts
(Championnat de France de D2: 59 matchs, 22 buts)
(Coupe de France: 3 matchs)

 

Sa période au très haut niveau a été courte, mais intense. Yannick Stopyra a marqué l'histoire des Bleus, notamment en étant la grande révélation du remarquable parcours de l'équipe de France qui termine 3ème lors de la Coupe du Monde 1986 au Mexique. Natif de Troyes dans l’Aube, ce fils de l'ex-international français Julien Stopyra grandit en Bretagne. Malgré tout, il part à la fin des années 70 pour le centre de formation du FC Sochaux. Dès 1977, alors qu’il n’a que 16 ans, Yannick fait ses débuts en D1. Doté d’un bon jeu de tête, malgré sa coupe d'éternel adolescent, et d’un sens du placement remarquable, il s’impose rapidement. Associé à Philippe Anziani, il fait partie de cette formidable génération sochalienne qui finit second du championnat derrière Nantes en 1980. On retrouve dans cette belle équipe le meneur de jeu gaucher moustachu Bernard Genghini, Albert Rust, le gardien expérimenté, ou encore Patrick Revelli, l’ancien vert en fin de carrière. Yannick Stopyra.jpgLa France découvre ce blondinet lors du fabuleux parcours des lionceaux en coupe de l'UEFA la saison suivante. Après avoir sorti le Servette Genève, puis le Boavista, les sochaliens se débarrassent en quart des "Sauterelles" de Zurich. En demi, ils affrontent l’AZ Alkmaar. Après un nul 1-1 à domicile, les hollandais mènent rapidement 3 buts à 1, malgré l’ouverture du score de Genghini d’entrée de jeu. À la 73ème, Thierry Meyer ramène le score à 3 buts à 2 et les lionceaux se déchaînent. Mais rien n'y fait. Sur la lancée de ces belles performances, Yannick intègre l’équipe de France dès 1980 mais rate le Mondial 82 puis l’Euro 84. Fort de ses 60 buts en 201 matchs en jaune et bleu, il part pour l’ambitieux Stade Rennais en 1983, qui retrouve la D1. Pourtant, il déçoit. Le retour de son gardien fétiche Pierrick Hiard et les 9 buts de son nouveau buteur ne suffisent pas pour éviter la place de lanterne rouge. Yannick rebondit alors sur les bords de la Garonne au Toulouse FC. Sous la houlette de Jacques Santini, les Violets vont connaître une période faste qui vont permettre à Yannick de s’asseoir définitivement à la table des plus grands buteurs français de l'histoire. Il rate donc l’Euro 84 suite à son intermède rennais, mais retrouve les Bleus ensuite. Associé tout d’abord à Jean-Marc Ferratgé, il permet aux toulousains de rester dans le ventre mou. En 1985, l’arrivée de Beto Marcico va changer la donne. 5ème puis 3ème, le TFC surprend. Il surprend tellement que c’est le Napoli de Maradona qui passe à la trappe au premier tour de la C3 1987. Les toulousains malgré une probante victoire à domicile face au Spartak Moscou (3 buts à 1) sombreront en Russie (défaite 5 buts à 1). 3ème à la fin de la saison, le TFC repart en campagne européenne, mais une nouvelle fois, il échoue au deuxième tour. Entre temps, il fait partie du voyage pour la Coupe du Monde 1986 au Mexique. Rentré en cours de jeu lors du premier match face au Canada, il réalise des prestations de haute volée ensuite, notamment contre l’Italie en huitième et le Brésil en quart, intégrant à la fin du tournoi l’équipe type du Mondial. Tout le monde voit alors en lui le successeur de Bernard Lacombe. Ainsi, en 1988, Yannick est recruté par les Girondins afin justement de remplacer l’ex-lyonnais. Il faut dire que ses relations avec son entraîneur était devenues tendues, et chacun des deux hommes avait tendance à régler ses comptes par presse interposée. Il valait donc mieux pour lui de partir pour mieux rebondir. À Bordeaux, il réalise une saison honnête avec 8 buts, mais commence déjà à décliner à 27 ans. Après l’échec pour les qualifications de l’Euro 88, il quitte l’équipe de France avec 11 buts en 33 sélections. L’incapacité de Yannick à s’affirmer au plus haut niveau ne cadre pas avec les ambitions de Bez. Un peu fatigué, il pose ses valises à l’AS Cannes. Malheureusement, ses deux saisons seront entachées par de grosses blessures. Il signe à Metz en 1991 mais ne plante qu'un seul pion en 24 apparitions. Il part alors à Mulhouse pour se relancer, où il retrouve son ancien coéquipier Bernard Genghini, devenu entraîneur. En Alsace, Yannick revit et termine meilleur buteur du club avec 18 buts, dans la toute nouvelle D2. La saison suivante, sa dernière, il permettra au club de figurer en bonne place (13ème). Yannick Stopyra tire un trait définitif avec le football de haut niveau en 1994 avec un palmarès vierge de trophées et un sentiment d'inachevé pour ce joueur moderne et (trop) sympa, éternel adolescent qui a survécu à Cangioni et Renaud parce qu'il a tout d'un grand. N'en déplaise à la concurrence.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1986 (France)

Vice-champion de France en 1980 (FC Sochaux) et 1990 (Bordeaux)

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©Imago

- 2ème photo: ©L'Équipe


20/09/2021
0 Poster un commentaire

Tony Vairelles

Tony Vairelles.jpg
Tony Vairelles

 

Tony-Mickaël Patrice Yves Vairelles

Né le 10 avril 1973 à Nancy (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, attaquant, 1m86

Surnom: Tonygol

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 8 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 5 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 19 août 1998 contre l'Autriche (2-2)

Dernière sélection : le 26 avril 2000 contre la Slovénie (3-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png A': 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Olympique: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 27 sélections, 5 buts

 

1991/95 AS Nancy-Lorraine (FRA) 140 matchs, 40 buts
(Championnat de France: 14 matchs, 7 buts)
(Championnat de France de D2: 113 matchs, 32 buts)
(Coupe de France: 13 matchs, 1 but)
1995/99 RC Lens (FRA) 156 matchs, 38 buts
(Championnat de France: 123 matchs, 31 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 10 matchs, 1 but)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Ligue des Champions: 5 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 1 but)
1999/2003 Olympique Lyonnais (FRA)  93 matchs, 21 buts
(Championnat de France: 63 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 3 matchs, 2 buts)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Ligue des Champions: 13 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 5 buts)
2001 Bordeaux (FRA) (Prêt) 15 matchs, 2 buts
(Championnat de France: 11 matchs, 2 buts)
(Coupe de France: 2 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
2001/02 SC Bastia (FRA) (Prêt) 39 matchs, 19 buts
(Championnat de France: 30 matchs, 14 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 4 buts)
(Coupe de la ligue: 3 matchs, 1 but)
2003 RC Lens (FRA) (Prêt) 12 matchs, 2 buts 
2003/04 Stade Rennais (FRA) 23 matchs, 1 but
(Championnat de France: 21 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 2 matchs)
2004/05 SC Bastia (FRA) 30 matchs, 5 buts
(Championnat de France: 27 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 2 matchs, 1 but)
2005/06 Lierse SK (BEL) 16 matchs, 1 but
(Championnat de Belgique: 15 matchs)
(Coupe de Belgique: 1 match, 1 but)
2006/07 Tours FC (FRA) 25 matchs, 5 buts
(Championnat de France de D2: 24 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 1 match)
2007/08 CA Bastia (FRA) 13 matchs, 2 buts
2008/09 F 91 Dudelange (LUX) 25 matchs, 17 buts
(Championnat du Luxembourg: 21 matchs, 13 buts)
(Coupe du Luxembourg: 4 matchs, 4 buts)
2009/11 Gueugnon (FRA) 61 matchs, 17 buts
 
Son nom fleure bon la D1 des nineties. Un peu d'aventure, des airs de gitan et une attitude rock'n'roll. Tony Vairelles était un joueur comme il n'en existe plus: humain et bagarreur avec la célèbre coupe mulet. Une vedette du football hexagonal découvert dans un reportage de Téléfoot. Car oui, il fut un temps où, l'avant-centre était encore une star du ballon rond, avant de complétement sombré. Né et Formé à Nancy, c’est à Lens que le meilleur joueur de D2 en 1995 atteindra le firmament de sa carrière. Chouchou du stade Bollaert, ses quatre saisons dans le Pas-de-Calais ont coïncidé avec les plus grands succès des Sang et Or. À son arrivée, l'ambitieux Gervais Martel a assuré que cet attaquant à la technique hors-pair "mènera le club au sommet ". Tony Vairelles.jpgDans le mile. 156 rencontres plus tard et 38 pions dans ses bagages, la crinière blonde est la star de l’effectif artésien, idolâtrer par tout un peuple pour sa combativité et son talent devant le but. "Tonygol" offre à Lens le premier, et à ce jour seul, titre de champion de France, ainsi que la Coupe de la ligue en 1999. Ses bonnes performances lui valent d'être appelé huit fois en équipe de France. Avec un seul but sous le maillot bleu inscrit un 13 novembre 1999, contre la Croatie, il est oublié par Aimé Jacquet pour la Coupe du Monde 1998 et n'est pas retenu par Roger Lemerre pour l'Euro 2000 à cause d'une d'une sévère concurrence (Henry, Wiltord, Trezeguet, Anelka...). La suite est une longue descente aux enfers. Il enfile ainsi successivement les maillots de l'Olympique Lyonnais, de Bordeaux et du SC Bastia avant de revenir dans le Rhône où il s'octroie un second titre de champion de France en 2003. Mais le parcours de ce joueur au grand coeur reste tout aussi instable par la suite: l'attaquant lorrain porte les couleurs du RC Lens, du Stade Rennais, du CA Bastia, de Lierse en Belgique, et  de Tours. Il a même effectué un essai infructueux à Toronto en 2008, dans le Championnat nord-américain. Il avait semblé renaître à Dudelange en 2009, où il remporte le doublé coupe-championnat du Luxembourg, avant d'essayer de remettre à flots le club de Gueugnon, alors en National, où il s'était impliqué comme joueur-actionnaire. Cette aventure familiale avait cependant tourné court et le club, où évoluaient également deux de ses frères, a été mis en liquidation au printemps 2011 en raison de ses inextricables difficultés financières. Tony Vairelles n'avait d'ailleurs pas complètement fait une croix sur sa carrière. Il a ensuite effectué un essai avec le club belge de Bleid Gaume mi-octobre 2011, quelques jours avant que sa vie soit complétement bouleversée. Car oui, on ne parle plus de carrière, mais bien de vie. En effet, il avait été mis en examen avec ses quatre frères pour sa participation présumée à une fusillade à la sortie d'une discothèque de la banlieue nancéienne, à l'issue de laquelle trois videurs ont été blessés. La fratrie avait été placée en détention provisoire et libérée quelques mois plus tard avec un contrôle judiciaire. Originaire de la communauté gitane, Tony a des valeurs qui dépassent le cadre légal français. L'honneur et la famille. Trop innocent pour faire tomber ses frères. Comme cette action avec Lee Dixon en ligue des champions. Injustice...
 
PALMARÈS
3ème du Championnat d'Europe espoirs en 1996 (France)
Champion de France en 1998 (RC Lens) et 2003 (Olympique Lyonnais)
Vice-champion de France en 2001 (Olympique Lyonnais)
Champion du Luxembourg en 2009 (F 91 Dudelange)
Vainqueur de la Coupe du Luxembourg en 2009 (F 91 Dudelange)
Finaliste de la Coupe de France en 1998 (RC Lens) et 2002 (SC Bastia)
Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 1999 (RC Lens)
Vainqueur du Trophée des champions en 2002 (Olympique Lyonnais)
Finaliste du Trophée des champions en 1998 (RC Lens)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Trophée UNFP du meilleur joueur de D2 en 1995
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©Henri Szwarc/Getty Images
- 2ème photo: ©RC Lens

14/09/2021
0 Poster un commentaire

Pierre Laigle

Pierre Laigle.jpg
Pierre Laigle
 
Né le 12 septembre 1970 à Auchel (FRA)
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur/Milieu gauche, 1m80
Surnom: Pierrot
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 8 sélections, 1 but
(Matchs amicaux: 7 sélections, 1 but)
(Tournoi de France: 1 sélection)
 
1ère sélection : le 21 février 1996 contre la Grèce (3-1)
Dernière sélection : le 12 novembre 1997 contre l'Écosse (2-1)
 
https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png A': 7 sélections, 1 but
 
1988/90 RC Lens B (FRA) 34 matchs, 6 buts
1990/96 RC Lens (FRA) 204 matchs, 27 buts
(Championnat de France: 148 matchs, 18 buts)
(Championnat de France de D2: 34 matchs, 5 buts)
(Barrages D2: 5 matchs)
(Coupe de France: 12 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
1996/99 Sampdoria Gênes (ITA) 100 matchs, 9 buts
(Championnat d'Italie: 90 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Italie: 8 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
1999/2002 Olympique Lyonnais (FRA) 107 matchs, 11 buts
(Championnat de France: 70 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 10 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 5 matchs, 3 buts)
(Ligue des Champions: 17 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
2002/04 Montpellier HSC (FRA) 41 matchs, 1 but
(Championnat de France: 40 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
2005/07 Saint-Priest (FRA) 51 matchs, 4 buts
 
Du RC Lens à l'Olympique Lyonnais en passant par son éviction du groupe d'Aimé Jacquet à la veille de la Coupe du Monde 1998, on retiendra surtout de Pierre Laigle deux des caractéristiques qui ont fait sa réputation: un pied gauche surpuissant et une coupe à la brosse inimitable. Natif du Pas-de-Calais, le jeune joueur va tout connaître au RC Lens. Deux années de sport-études, puis le centre de formation, ensuite la D3, le pur gaucher va même se retrouver en 1989 deux fois sur le banc de l'équipe première en D2. Désireux de retrouver l'élite, le Racing choisit sa nouvelle arme: la jeunesse. Pierre saisit sa chance et débute chez les pro en 1990 avec une génération du cru de la région (Sikora, Wallemme...). Pierre Laigle.jpgSi Lens est surclassé en barrage par Toulouse, le club décroche tout de même la montée sur tapis vert après les relégations administratives de Bordeaux et Brest. Véritable poumon de l'équipe, "Pierrot" s’impose alors comme l’un des meilleurs milieux du championnat de France et connaît les honneurs de la sélection en 1996. Titulaire indiscutable avec les Sang et Or durant cinq saisons, l’un des chouchous de Félix-Bollaert veut changer d'air et signe en Italie à la Sampdoria. En Série A, Pierre fait plutôt bonne impression même si le club de Gênes est depuis quelques années rentré dans le rang. En trois saisons, il reste un titulaire indiscutable mais souffre d’une faible médiatisation de son équipe pour convaincre Aimé Jacquet qui cherche encore son équipe pour la Coupe du Monde à domicile. Pire, il se blesse juste avant l’inauguration du stade de France contre l’Espagne. Un mauvais signe pour la suite des évènements puisqu'il fait partie du clan des "bannis de Clairefontaine" aux côtés de cinq autres joueurs et ne disputera pas le Mondial 98 victorieux des Bleus. Ça restera la plus grande déception de sa carrière. En 1999, la Sampdoria est en perdition avec sa relégation en Série B, mais la côte du l’ancien lensois est encore élevé. C’est l’OL qui va mettre la main à la poche, les nouveaux investisseurs cassent leurs tirelires en cet été 99 sur les bords du Rhône. Laigle rejoint l’OL, en même temps que Sonny Anderson et Tony Vairelles. L’OL change de standing, il intègre une équipe ne cachant plus ses ambitions. D'autant que c'est avec les Gones qu'il a bâti l'essentiel de son palmarès. Vainqueur de la coupe de la ligue en 2001, son premier trophée chez les pros, il donne à l'Olympique Lyonnais de Jean-Michel Aulas son premier titre de champion de France l'année suivante en inscrivant d’ailleurs le dernier but de la "finale" historique du championnat 2002 à Gerland face à son ancien club du RC Lens qu’il crucifie d'une belle frappe du pied gauche (3 buts à 1). Âgé alors de 32 ans, le natif d’Auchel s’en va dans la foulée passer deux saisons difficiles du côté de Montpellier. Il quitte alors le monde pro et raccroche les crampons en 2007 à Saint-Priest dans le championnat amateur. Depuis, Pierre Laigle fait partie de ses anciens sportifs qui ont réussi leur reconversion. Désireux de ne plus imposer le rythme du ballon rond à sa famille, l’ancien Lensois découvre le monde de l’immobilier via la revente de terrains constructibles. Possédant un sens de la démarche et du contact exacerbés, Laigle se focalise alors sur la partie plus commerciale. Surtout, il profite de sa notoriété pour se faire connaître dans le milieu, situé autour de la région lyonnaise, et a même assez de latitude pour investir dans le développement de sa société "8 Laigle".
 
PALMARÈS
Champion de France en 2002 (Olympique Lyonnais)
Vice-champion de France en 2001(Olympique Lyonnais)
Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2001 (Olympique Lyonnais)
Vice-champion de France de D2 (groupe B) en 1991
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©DR
- 2ème Photo: ©Damien Lepetitgaland/Le Progrès

12/09/2021
0 Poster un commentaire

René Bihel

René Bihel.jpg
René Bihel

 

René Henri Léopold Bihel

Né le 2 septembre 1916 à Montivilliers (FRA)

Décédé le 8 septembre 1997 à Blois (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant, 1m74

Surnom: Le taureau normand

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 6 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 6 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 8 avril 1945 contre la Suisse (0-1)

Dernière sélection : le 23 mars 1947 contre le Portugal (1-0)

 

1934/37 US Tréfileries Le Havre (FRA)
1937/38 US Quevilly (FRA)
1938/39 Valenciennes (FRA) 32 matchs, 4 buts
(Championnat de France de D2: 31 matchs, 14 buts)
(Coupe de France: 1 match)
1939/42 Le Havre AC (FRA)
1942/43 SC Fives (FRA)
1943/44 EF Lille-Flandres (FRA) 30 matchs, 44 buts
(Championnat de France fédérale: 27 matchs, 38 buts)
(Coupe de France: 3 matchs, 6 buts) 
1944/46 Lille OSC (FRA) 59 matchs, 74 buts
(Championnat de France: 47 matchs, 58 buts)
(Coupe de France: 12 matchs, 16 buts)
1946/47 Le Havre AC (FRA) 31 matchs, 18 buts
(Championnat de France: 28 matchs, 15 buts)
(Coupe de France: 3 matchs, 3 buts)
1947/49 Olympique de Marseille (FRA) 57 matchs, 38 buts
(Championnat de France: 53 matchs, 32 buts)
(Coupe de France: 4 matchs, 6 buts)
1949/janv. 50 SC Toulon (FRA) 18 matchs, 7 buts
(Championnat de France de D2: 17 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
janv. 1950/51 RC Strasbourg (FRA) 40 matchs, 13 buts
(Championnat de France: 33 matchs, 10 buts)
(Coupe de France: 7 matchs, 3 buts)
1951/53 AAJ Blois (FRA) (entraîneur-joueur)
1953/54 Le Havre AC (FRA) 5 matchs

 

Redoutable buteur, René Bihel est l’un des avant-centres les plus marquants du championnat de France dans les années 1940, jouant dans beaucoup de clubs différents au cours de sa prolifique carrière. Né en 1916 dans la petite ville normande de Montivilliers, il débute sa carrière professionnelle en 1938 à l'US Valenciennes alors en deuxième division. Celui qu'on surnommera bientôt le "taureau normand" en raison de sa puissance physique voit comme tant d'autres son parcours interrompu par le déclenchement de la seconde Guerre Mondiale. René Bihel.jpgRené rejoint alors Le Havre et participe au championnat organisé à partir d'octobre 1939. Il participe ensuite à celui de la zone Nord sous les couleurs du SC Fives, avant de s'engager dans l'équipe fédérale Lille-Flandres la saison suivante, permettant à l'équipe fédérale régionale et amatrice de terminer deuxième du classement final, tout comme lui au classement des meilleurs buteurs avec 38 buts inscrits. Un championnat traditionnel est à nouveau organisé la saison suivante, auquel Bihel participe sous les couleurs du LOSC, tout juste fondé après la fusion de l'Olympique Lillois et Sporting Club de Fives. En fin de saison, l'attaquant dispute la première finale de Coupe de France de sa carrière: le 6 mai 1945, soit deux jours avant la capitulation allemande, le LOSC s'incline face au RC Paris 3 buts à 0. Avec les Dogues, il remporte tout de même par la suite le doublé Coupe-Championnat en 1946 ainsi que le titre de meilleur buteur avec 28 buts inscrits en 26 rencontres. Ses bonnes performances à Lille puis au Havre et ensuite à Marseille (entre 1947 et 1949) lui permettent de connaître l'équipe de France à six reprises, avec un but au cours de la dernière d'entre elles, face au Portugal le 23 mars 1947 (victoire 1 but à 0). Mais c'est sur le terrain de Wembley que René Bihel connaît la plus belle de ses sélections, le 26 mai 1945, quand les Bleus arrachent le match nul 2-2 face à une équipe d'Angleterre pourtant donnée largement favorite. Vexée, la fédération anglaise ne reconnaîtra jamais cette rencontre officiellement, la classant "war-time". Si René Bihel a vu quelques unes de ses plus belles années de footballeur gâchées par la guerre, sa longévité lui permet cependant de jouer jusqu'à l'âge 37 ans, après avoir vécu une dernière belle aventure avec le RC Strasbourg, au cours de la saison 1950-1951. Arrivé en Alsace en janvier 1950, après un intermède à Toulon, il tient une place déterminante dans le parcours victorieux du Racing en Coupe de France en 1951. Joueur-entraîneur à Blois de 1951 à 1953, il devient coach du Havre en D1, avec lequel il va encore rechausser les crampons à 5 reprises. Par la suite, il s'installe définitivement à Blois où il disparaît le 8 septembre 1997 à l'âge de 81 ans.

 

PALMARÈS


Champion de France en 1946 (Lille OSC) et 1948 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe de France en 1946 (Lille OSC) et 1951 (RC Strasbourg)

Finaliste de la Coupe de France en 1945 (Lille OSC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du championnat de France en 1946 (28 buts) (Lille OSC)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Racing Stub

- 1ère Photo: ©DR

- 2ème photo: ©AFP


03/09/2021
5 Poster un commentaire

Maik Walter

Maik Walter.jpg
Maik Walter

 

Marius Walter / Walter Marian

Né le 5 mai 1925 à Carvin (FRA)

Décédé le 2 février 2020 à Meulan-en-Yvelines (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Ailier gauche, 1m70

Surnoms: Le démarreur, la flèche blonde

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 2 sélections, 1 but

(Match amical: 1 sélection)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection, 1 but)

 

1ère sélection : le 11 décembre 1949 contre la Yougoslavie (2-3)

Dernière sélection : le 4 juin 1950 contre la Belgique (1-4)

 

1945/52 Lille OSC (FRA) 119 matchs, 47 buts
(Championnat de France: 104 matchs, 40 buts)
(Coupe de France: 15 matchs, 7 buts)
1952/53 Le Havre AC (FRA) 32 matchs, 4 buts
(Championnat de France: 29 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 3 matchs)
1953 AS Monaco (FRA) 9 matchs, 2 buts
1954/Déc. 55 SCO Angers (FRA) 63 matchs, 23 buts
(Championnat de France de D2: 57 matchs, 16 buts)
(Coupe de France: 3 matchs, 2 buts)
(Coupe Charles Drago: 3 matchs, 5 buts)
Déc. 1955/57 UA Sedan-Torcy (FRA)
(Championnat de France: 16 matchs)
(Coupe de France: 3 matchs, 2 buts)
1957/60 US Boulogne (FRA)
1961/1963 US Blanzy-Montceau (FRA)
 
International français à deux reprises, Maik Walter a fait les beaux jours du LOSC et du SCO Angers. Celui qu'on surnomme "la Flèche blonde" pour sa rapidité et sa vitesse d'exécution est aussi connu pour avoir inscrit le premier but de l'histoire de l'AS Monaco en D1. C'était le 23 août 1953 contre le Toulouse FC (défaite 3 buts à 2).
 

PALMARÈS


Champion de France en 1946 (Lille OSC)

Vice-champion de France en 1948, 1949, 1950 et 1951 (Lille OSC)

Vainqueur de la Coupe de France en 1946 (finale non-jouée), 1947 (finale non-jouée), 1948 (finale non-jouée) (Lille OSC) et 1956 (finale non-jouée) (UA Sedan-Torcy)

Finaliste de la Coupe de France en 1949 (Lille OSC)

Vice-champion de France de D2 en 1956 (SCO Angers)

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©CollectionLOSC


20/08/2021
1 Poster un commentaire