FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

France


Ludovic Giuly

Ludovic Giuly.jpg
Ludovic Giuly

 

Ludovic Vincent Giuly

Né le 10 juillet 1976 à Lyon (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu offensif, 1m64

Surnoms: Le lutin, "El Raton"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 17 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 9 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 1 sélection)

(Coupe des Confédérations: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 29 mars 2000 contre l'Écosse (2-0)

Dernière sélection : le 12 octobre 2005 contre la Chypre (4-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 15 sélections, 3 buts

Corse.pngCorse: 1 sélection

 

1994/98 Olympique Lyonnais (FRA) 131 matchs, 32 buts
(Championnat de France: 100 matchs, 21 buts)
(Coupe de France: 4 matchs)
(Coupe de la ligue: 11 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 4 buts)
(Coupe Intertoto: 7 matchs, 2 buts)
1998/2004 AS Monaco (FRA) 237 matchs, 61 buts
(Championnat de France: 184 matchs, 47 buts)
(Coupe de France: 12 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 11 matchs, 4 buts)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Ligue des Champions: 16 matchs, 4 buts)
(Coupe de l'UEFA: 13 matchs, 4 buts)
2004/07 FC Barcelone (ESP) 124 matchs, 26 buts
(Championnat d'Espagne: 85 matchs, 19 buts)
(Coupe d'Espagne: 11 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Espagne: 3 matchs, 2 buts)
(Ligue des Champions: 22 matchs, 4 buts)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
(Coupe du Monde des clubs: 2 matchs)
2007/08 AS Roma (ITA) 39 matchs, 7 buts
(Championnat d'Italie: 32 matchs, 6 buts)
(Coupe d'Italie: 6 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Italie: 1 match)
(Ligue des Champions: 9 matchs, 1 but)
2008/11 Paris SG (FRA) 125 matchs, 19 buts
(Championnat de France: 100 matchs, 16 buts)
(Coupe de France: 11 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 4 matchs, 1 but)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs, 1 but)
2011/12 AS Monaco (FRA) 29 matchs, 5 buts
(Championnat de France de D2: 27 matchs, 3 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 2 buts)
2012/13 FC Lorient (FRA) 20 matchs, 2 buts
(Championnat de France: 17 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 2 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 1 match)
2013/16 Monts d'Or Azergues (FRA) 39 matchs, 16 buts

 

Ludovic Giuly est un footballeur passé par les plus grands clubs français et européens. Joueur d'un petit gabarit, il compense son déficit physique par une vitesse, une rapidité d'exécution et une technique au dessus de la moyenne. D'origine corse, le petit Ludovic signe sa première licence à Chasselay, club où évolue son père Dominique, ancien gardien de but du Sporting Club de Bastia. À 11 ans, à l'occasion d'un tournoi poussins à L'Arbresle où il est désigné meilleur joueur, l'OL le fait entrer dans son centre de formation. Son parcours, pendant plusieurs années, sera loin d'être facile : chaque année, les formateurs lyonnais se posent la question de le conserver ou non. Ses qualités techniques ne sont pas en cause, mais sa taille pose problème. Personne ne l'imagine passer professionnel alors qu'il est déjà évident qu'il ne dépassera pas 1,65 m. Timide et discret, Giuly progresse néanmoins en silence. Sa chance, c'est qu'il évolue dans une génération exceptionnelle, qui finira par remporter la Coupe Gambardella en 1994. Ludovic Giuly.jpgÀ ses côtés, on retrouve par exemple Bardon, Jurietti, Fiorese ou Devaux. C'est fin 1993 que le destin de Giuly, alors âgé de 17 ans, bascule. Lors de la traditionnelle opposition du mercredi entre le groupe professionnel et la réserve, un des espoirs du club, Frédéric Patouillard, convoqué par l'armée le matin même, déclare forfait. Giuly, qui évolue en Division d'Honneur, est appelé pour disputer l'opposition au poste de milieu défensif. Jean Tigana, alors entraîneur de l'OL, le remarque et l'impose. Ainsi lancé, Giuly ne s'arrêtera plus. Il dispute son premier match dans l’élite le 21 janvier 1995 face à l'AS Cannes. Après 8 petits matchs disputés lors de sa première saison, Ludo se dévoile celle d'après en enchaînant 36 rencontres de championnat et 6 en C3. Puis explose littéralement au cours de l'exercice 1996-97 avec 16 buts en 37 parties. Mais le Lyon d'alors est encore loin de dominer l'hexagone et c'est vers Monaco que le "lutin" va prendre l'ampleur qu'on lui connaît et briller à la face de l'Europe. Arrivé à l'hiver 1997, Giuly prend ses marques sur le Rocher avant d'enchaîner 6 saisons pleines de toutes beauté. Champion de France en 2000, Giuly connaît ainsi sa première sélection chez les Bleus en mars de la même année, à Glasgow face à l’Écosse (2 buts 0), appelé par Roger Lemerre alors sélectionneur de l’époque. Avec son club, il brille aussi régulièrement en Ligue des champions. En 2003-04, le parcours de l'ASM coaché par Didier Deschamps lui permet enfin de montrer tout son talent. Auteur du but de la victoire contre le Real Madrid sur une talonnade inspirée, Giuly se blesse malheureusement lors de la finale contre le FC Porto qui l'emporte 3 buts à 0. Ludo a toutefois fait craquer l'Espagne et le FC Barcelone recrute le Français. Mais cette même blessure lui vaut dans la foulée de manquer l'Euro 2004 avec l'équipe de France dont il était enfin devenu un membre important suite à la victoire en Coupe des Confédérations en 2003. Giuly se console en occupant le côté droit du trident offensif du Barça avec Samuel Eto'o et Ronaldinho. Avec 11 buts en 29 matchs de Liga, "El Raton" ("la souris"), un des nombreux surnoms que lui dégote la presse espagnole, devient le premier français à véritablement s'imposer au sein du club catalan où Laurent Blanc, Cristophe Dugarry ou Emmanuel Petit se sont cassés les dents avant lui. La belle histoire va cependant connaître quelques couacs la saison suivante avec l'émergence d'un autre petit, le prodige argentin Lionel Messi. Souvent relégué sur le banc, Giuly doit se contenter de bout de matchs et de quelques titularisations parcimonieuses. Profitant de la blessure de Messi, Ludo refait cependant surface au printemps 2006 et plante l'unique but de la demi-finale face au Milan AC qui envoie le Barça au Stade de France. Il soulève enfin sa première Champions League et sa deuxième Liga consécutive. Après trois saisons, il s'engage avec l'AS Roma, club dont il ne portera les couleurs que pendant une saison. Souhaitant retrouver les terrains de Ligue 1, Giuly consent à d'importants sacrifices salariaux et s'engage en 2008 avec le Paris Saint Germain. À la fin de son contrat en 2011, le lutin décide d’aller prêter main forte au club qui l’a fait éclater en France: l’AS Monaco, alors en Ligue 2. Les millions de Dmitry Rybolovlev ne sont pas encore arrivés sur le Rocher, et il s’agit alors plus d’aider le club à ne pas descendre en National que de prendre un dernier gros salaire en mode préretraite. Ce retour est chamboulé au bout d’un an par l'arrivée de Claudio Ranieri, après une saison relativement modeste (27 matches, 3 buts). Le coach italien ne compte pas sur lui et Giuly opte alors pour Lorient. Après une dernière pige en Ligue 1, il tiendra sa promesse de revenir dans le club de ses débuts en région lyonnaise, au MDA Chasselay, en tant que président d'honneur–joueur au niveau amateur. La belle histoire se termine par l’élimination d’Istres (L2) en Coupe de France (1-1, but de Giuly). Avec un bonus larmes et un match contre... Monaco au tour suivant, qui se solde malheureusement par une élimination dans une rencontre marquée par la blessure de Falcao. Si la carrière en club de Giuly est riche, sa relation avec l'Equipe de France est beaucoup moins facile. L'ancien milieu de terrain ne compte que 17 sélections avec les Bleus. Malgré un talent indéniable, il n'a participé à aucune grande compétition internationale. Des blessures l'ont privé de la Coupe du Monde 2002 et de l'Euro 2004. En revanche, il est difficile de comprendre ses absences lors de l'Euro 2000 et du Mondial en 2006. Dans son autobiographie, "Giuly par Giuly" (mai 2007), l'ancien Monégasque explique les raisons de son bannissement. Raymond Domenech n'aurait pas apprécié qu'il ait envoyé un texto à l'automne 2004 à sa compagne Estelle Denis après une émission de télévision. Dans ce message, que le sélectionneur a avoué avoir lu, Ludovic Giuly proposait à l'ancienne animatrice de "100 % Foot" un déjeuner sur Paris. Pour éviter tout malentendu, le joueur serait même venu en parler à Raymond Domenech, comme il le rapporte dans son livre: "Écoutez, coach, lui aurait-il dit, j'ai envoyé un texto à votre femme, je ne savais même pas que vous étiez en couple. Mais ne vous inquiétez pas, c'était juste professionnel ". Apparemment, le message n'est pas très bien passé.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2003 (France)

Finaliste du Tournoi de Toulon en 1996 (France)

Vainqueur de la Ligue des champions en 2006 (FC Barcelone)

Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA en 2006 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe du Monde des clubs en 2006 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1997 (Olympique Lyonnais)

Champion de France en 2000 (AS Monaco)

Vice-champion de France en 1995 (Olympique Lyonnais) et 2003 (AS Monaco)

Champion d’Espagne en 2005 et 2006 (FC Barcelone)

Vice-champion d’Espagne en 2007 (FC Barcelone)

Vice-champion d’Italie en 2008 (AS Roma)

Vainqueur de la Coupe de France en 2010 (Paris SG)

Finaliste de la Coupe de France en 2011 (Paris SG)

Vainqueur de la Coupe d'Italie en 2008 (AS Roma)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2003 (AS Monaco)

Finaliste de la Coupe de la Ligue en 1996 (Olympique Lyonnais) et 2001 (AS Monaco)

Vainqueur du Trophée des champions en 2001 (AS Monaco)

Finaliste du Trophée des champions en 2011 (Paris SG)

Vainqueur de la Supercoupe d'Espagne en 2005 et 2006 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Supercoupe d'Italie en 2007 (AS Roma)

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1994 (Olympique Lyonnais)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Étoile d'Or France Football en 2003

Nommé dans l'équipe type de l'association ESM en 2004

Nommé dans l'équipe-type UNFP du championnat de France en 2003 et 2004

 

VIDÉO




01/09/2019
0 Poster un commentaire

Claude Makélélé

Claude Makelele.jpg
Claude Makélélé

 

Claude Makélélé Sinda

Né le 18 février 1973 à Kinshasa (ZAI)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu défensif, 1m70

Surnoms: Maké, "Mi-Cuisse"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 71 sélections

(Matchs amicaux: 35 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections)

(Coupe du Monde: 8 sélections)

(Qualif Euro: 18 sélections)

(Euro: 6 sélections)

 

1ère sélection : le 22 juillet 1995 contre la Norvège (0-0)

Dernière sélection : le 17 juin 2008 contre l'Italie (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 11 sélections, 1 but

 

1989/90 Melun-Dammarie 77 (FRA)
1990/91 Brest Armorique B (FRA) 30 matchs, 3 buts
1991/97 FC Nantes (FRA) 205 matchs, 12 buts
(Championnat de France: 169 matchs, 9 buts)
(Coupe de France: 13 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 3 matchs, 1 but)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Ligue des Champions: 9 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 1 but)
1997/98 Marseille (FRA) 36 matchs, 3 buts
(Championnat de France: 32 matchs, 2 buts)
(Coupe de France: 2 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs, 1 but)
1998/2000 Celta Vigo (ESP) 87 matchs, 6 buts
(Championnat d'Espagne: 70 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 16 matchs, 3 buts
2000/03 Real Madrid (ESP) 140 matchs, 1 but
(Championnat d'Espagne: 94 matchs)
(Coupe d'Espagne: 1 match)
(Supercoupe d'Espagne: 3 matchs)
(Ligue des Champions: 38 matchs, 1 but)
(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)
(Coupe Intercontinentale: 2 matchs)
2003/08 Chelsea (ANG) 217 matchs, 2 buts
(Championnat d'Angleterre: 144 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Angleterre: 9 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 14 matchs)
(Community Shield: 1 match)
(Ligue des Champions: 49 matchs)
2008/11 Paris SG (FRA) 118 matchs, 1 but
(Championnat de France: 98 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 9 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Ligue Europa: 8 matchs)
 
Si vous voulez une biographie du joueur laissez un commentaire

28/08/2019
0 Poster un commentaire

Armand Penverne

Armand Penverne.jpg
Armand Penverne

 

Armand Penverne

Né le 26 novembre 1926 à Pont-Scorff (FRA)

Décédé le 27 février 2012 à Marseille (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu de terrain, 1m72

Surnom: "PamPam"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 39 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 25 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 7 sélections)

(Qualif Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 5 octobre 1952 contre la RFA (3-1)

Dernière sélection : le 13 décembre 1959 contre l'Autriche (5-2)

 

1947/59 Stade de Reims (FRA) 390 matchs, 40 buts
(Championnat de France: 333 matchs, 33 buts)
(Coupe de France: 30 matchs, 4 buts)
(Coupe Charles Drago: 11 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 12 matchs, 1 but)
(Coupe Latine: 4 matchs)
1959/60 Red Star (FRA) 42 matchs, 3 buts
(Championnat de France de D2: 36 matchs, 3 buts)
(Coupe de France: 5 matchs)
(Coupe Charles Drago: 1 match)
1960/62 Limoges (FRA) 65 matchs, 4 buts
(Championnat de France: 32 matchs, 3 buts)
(Championnat de France de D2: 29 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 3 matchs)
(Coupe Charles Drago: 1 match)

 

Une sentinelle avant l'heure. Si le Stade de Reims a été si brillant dans les années 1950, il le doit en partie à la science tactique et à l'abattage d'Armand Penverne au milieu du terrain. "Notre atout le plus précieux pendant dix ans ", dira même son entraîneur Albert Batteux. Son rôle de l'ombre a également été déterminant dans le parcours des Bleus lors de la Coupe du monde 1958. Originaire du Morbihan, Armand Penverne va grandir dans la région parisienne et fera ses premiers pas dans le foot au FC Versailles. C’est là qu’il va se faire repérer par le Stade de Reims et débarquer donc dans la capitale champenoise en 1947, à 21 ans. Armand Penverne.jpgAux côtés des Raymond Kopa, Roger Piantoni et Just Fontaine, Armand Penverne va écrire l'une des premières grandes pages du football français. Milieu relayeur, plutôt défensif, il passe sa première saison en réserve, avec qui il sera champion amateur. La saison suivante, il fait ses premiers pas avec les pros et glane son premier titre de champion de France. Devenu incontournable dans l’équipe, Armand va être l’homme de base du milieu rémois. La suite, ce sont des titres à la pelle : Coupe de France en 1950, nouveau titre de champion en 1953 et la Coupe Charles Drago en 1954. Soutenant sans relâche sa défense et relançant le jeu avec clairvoyance vers les virtuoses de l’attaque, il opère en parfait complément de Robert Jonquet. De nouveau champion en 1955, Reims va disputer la première finale de la Coupe d’Europe des clubs champions la saison suivante. Les rémois vont tomber contre le Real Madrid après une partie dantesque. D’ailleurs dans la foulée de ce match, le stratège champenois, Raymond Kopa sera débauché par les merengue. Des titres, il y en aura bien d’autres pour Armand lors de sa période rémoise, avec un doublé coupe-championnat en 1959. La saison suivante, la dernière de notre ami à Reims, se terminera par une nouvelle finale européenne contre le même adversaire, avec le même résultat à la fin… une défaite. Ses performances au Stade de Reims font d'Armand Penverne un titulaire en équipe de France. Et il reste aujourd'hui l'un des rares Bretons à avoir participé à une Coupe du monde. En 1954 d'abord, en Suisse. Mais surtout en 1958, en terre suédoise. À son poste de milieu de terrain, Armand a été le capitaine de l'équipe des Bleus qui s'est inclinée contre le Brésil (2 buts à 5) en demi-finale de la compétition. Il a affronté cette fameuse Seleçao, dont les joueurs semblaient enchaîner les dribbles sur des airs de samba. Ils s'appelaient Didi, Vava, Zito, Garrincha et un certain Pelé... Artisan de l’ombre, "Pampam" de son surnom, Armand a été l'un des principaux artisans de cette épopée magnifique, qui finiront cette année-là à la 3ème place de la compétition. Sélectionné trente-neuf fois avec les Bleus (2 buts) entre 1952 et 1959, il a porté le brassard de capitaine à sept reprises. Il a ensuite effectué une saison au Red Star en deuxième division, avant de finir sa carrière à Limoges, en 1962. Devenu entraîneur, Penverne dirige l'Olympique de Marseille, alors en D2, en 1962, puis le petit club voisin de La Ciotat. Sans succès. Il comprend donc que le banc de touche n’est pas pour lui et monte une entreprise de construction dans les Bouches-du-Rhône. Malheureusement, Armand Penverne s'est éteint le 27 février 2012, à l'âge de 85 ans.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1958 (France)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1956 (non-joué) et 1959 (Stade de Reims)

Vainqueur de la Coupe Latine en 1953 (Stade de Reims)

Finaliste de la Coupe Latine en 1955 (Stade de Reims)

Champion de France en 1949, 1953, 1955 et 1958 (Stade de Reims)

Vice-champion de France en 1954 (Stade de Reims)

Vainqueur de la Coupe de France en 1950 et 1958 (Stade de Reims)

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1954 (Stade de Reims)

Vainqueur du Challenge des Champions en 1955 et 1958 (Stade de Reims)


12/08/2019
1 Poster un commentaire

Fabrice Divert

Fabrice Divert.jpg
Fabrice Divert

 

Fabrice Divert

Né le 9 février 1967 à Caen (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant, 1m82

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 3 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 28 mars 1990 contre la Hongrie (3-1)

Dernière sélection : le 5 juin 1992 contre les Pays-Bas (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 9 sélections, 5 buts

 

1983/91 SM Caen (FRA) 173 matchs, 46 buts
(Championnat de France: 107 matchs, 40 buts)
(Barrages: 1 match)
(Championnat de France de D2: 39 matchs, 2 buts)
(Championnat de France de D3: 15 matchs, 2 buts)
(Coupe de France: 11 matchs, 2 buts)
1991/97 Montpellier (FRA) 156 matchs, 43 buts
(Championnat de France: 138 matchs, 38 buts)
(Coupe de France: 15 matchs, 4 buts)
(Coupe de la ligue: 3 matchs, 1 but)
1995/96 Guingamp (FRA) (Prêt) 5 matchs, 2 buts
2006/08 AS Verson (FRA)

 

À jamais, Fabrice Divert restera dans l'histoire du Stade Malherbe de Caen. C'est une certitude. Pour une raison bien simple : l'avant-centre a été le premier Caennais à honorer une sélection en équipe de France. Appelé par Michel Platini en mars 1990 pour affronter la Hongrie (Il remplace Philippe Tibeuf à la 63ème minute), Divert est alors au sommet de sa carrière. Ce Normand pur sucre est caennais jusqu'au bout des ongles, formé au club, il a failli s’exiler à l’adolescence. Alors cadet, il est le seul Bas-Normand à se qualifier pour la détection à l’INF Vichy. Sans succès. Repéré par Arsène Wenger, alors formateur à Strasbourg, Divert passe une semaine de tests en Alsace. Toujours en vain. L’avant-centre caennais reste en Normandie et intègre à 16 ans le groupe seniors du SMC qui évolue en D3, en 1983. Dans le même temps, il stoppe ses études alors qu’il est en première économie au lycée Sainte-Marie pour se consacrer entièrement au football. Joueur amateur pendant quatre ans, Divert ne signe son premier contrat stagiaire professionnel qu’en 1987. Fabrice Divert.jpgLe déclic arrive lors de la montée du Stade Malherbe en Division 1. C'est là qu'il ne tarde pas à s'y faire un nom. Dès sa première saison (1988-1989) parmi l'élite, le buteur marque son territoire. Appelé à jouer les utilités dans un premier temps après l'arrivé de l'anglais Stein et du lensois Njo-Léa, le jeune Divert est lancé dans le grain bain par Robert Nouzaret, qui souhaite remuer le cocotier après six défaites lors des six premières journées. Le pari sera gagnant. Il assure le maintien du club avec 14 buts en 31 matches pour le jeune attaquant, dont le but du 1 à 0 contre Lens à la 36ème journée et le triplé à Bordeaux lors de la 37ème journée (3 buts à 2), alors que les Girondins menait 2 buts à 0 à la mi-temps. Adroit des deux pieds, Fabrice Divert ne s'embarrasse pas de fioritures et, par sa spontanéité, rappelle parfois un certain JPP. Les saisons suivantes seront du même acabit : 26 buts en deux ans. À l'été 1991, il se met d’accord avec les Girondins de Bordeaux en espérant franchir un palier, mais le club est relégué administrativement. Fabrice Divert signe finalement à Montpellier, où il continue de planter sa quinzaine de buts par saison. Ses performances lui valent une sélection pour l’Euro 92, en remplacement d’Amara Simba qui s’est fracturé le péroné. Bien qu'il n'entre pas en jeu au cours de la compétition, il profitera d'une rencontre amicale de préparation face à la Suisse pour marquer son seul et unique but sous le maillot frappé du coq. Gérard Houllier et Aimé jacquet n’auront pas vraiment l’occasion de lui offrir plus: Fabrice Divert met un terme à sa carrière à l’âge de vingt-huit ans, en raison d’une myoaponévrosite plantaire. Derrière ce terme barbare se cache une inflammation ou une lésion de l'arrière du pied nécessitant l'arrêt de toutes les activités sportives pendant plusieurs semaines selon la gravité de l'irritation. Pour Fabrice Divert, cela a été synonyme de fin de carrière en 1996, à seulement vingt-neuf ans, après douze mois de galères, de rendez-vous chez des chirurgiens et des acupuncteurs et même une visite chez Sonny Anderson, l'ancien attaquant lyonnais, victime du même mal. Un an à se déplacer avec des béquilles, à porter des semelles pour finalement raccrocher les crampons et se résoudre à faire une croix sur sa passion, sur son obsession : marquer. En procès avec son assurance sur sa blessure, il obtiendra finalement gain de cause, huit ans plus tard. Revenu dans la région de Caen en 1997 avec son épouse et ses deux enfants, Fabrice Divert retouche au ballon neuf ans plus tard, dans sa commune de Verson. Divert marque 18 buts cette année-là. Avec en point d'orgue une montée en DH, le plus haut niveau jamais atteint par l'équipe première. Également président du club de Verson pendant cinq ans, il a décidé de passer la main en 2011, "épuisé". Toujours attaché au Stade Malherbe, Fabrice Divert continue de suivre les résultats du club. Depuis son départ du SMC, l’ex-goléador caennais reste toujours le meilleur buteur du club en L1 avec 40 réalisations.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe de France en 1994 (Montpellier)

Vice-champion de France de D2 (groupe A) en 1987 (SM Caen)

Vice-champion de France de D2 (groupe B) en 1988 (SM Caen)

Vainqueur de la Coupe d’été en 1992 (Montpellier)

Finaliste de la Coupe d’été en 1994 (Montpellier)

 

DIVERS


- Fabrice Divert a inscrit le 19 Juillet 1995 le premier but de l'histoire de l'En Avant Guingamp en Ligue 1 lors du match contre le FC Martigues (2 buts à 0).


08/08/2019
0 Poster un commentaire

Frank Leboeuf

Frank Leboeuf.jpg
Frank Leboeuf

 

Franck Alain James Leboeuf

Né le 22 janvier 1968 à Marseille (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur central, 1m83

Surnom: Franky

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 50 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 34 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 7 sélections, 3 buts)

(Euro: 1 sélection)

(Coupe des Confédérations: 3 sélections)

 

1ère sélection : le 22 juillet 1995 contre la Norvège (0-0)

Dernière sélection : le 6 juin 2002 contre l'Uruguay (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png B: 5 sélections

 

1984/86 Sporting Club Toulon B (FRA) 12 matchs
1986 Hyères (FRA) 14 matchs, 3 buts
1987/88 CS Meaux (FRA) 39 matchs, 3 buts
1988/91 Stade Lavallois (FRA) 74 matchs, 11 buts
(Championnat de France: 21 matchs)
(Championnat de France de D2: 48 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 5 matchs)
1991/96 RC Strasbourg (FRA) 223 matchs, 54 buts
(Championnat de France: 141 matchs, 28 buts)
(Championnat de France de D2: 56 matchs, 20 buts)
(Coupe de France: 15 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)
(Coupe Intertoto: 5 matchs, 2 buts)
1996/2001 Chelsea (ANG) 204 matchs, 24 buts
(Championnat d'Angleterre: 144 matchs, 17 buts)
(Coupe d'Angleterre: 18 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue anglaise: 8 matchs, 1 but)
(Charity Shield: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 14 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 15 matchs, 2 buts)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs)
(Supercoupe de l'UEFA: 1 match)
2001/03 Marseille (FRA) 56 matchs, 6 buts
(Championnat de France: 51 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 4 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 1 match)
2003/04 Al-Sadd (QAT) 17 matchs, 6 buts
2004/05 Al Wakrah (QAT) 10 matchs, 2 buts
 
On ne le rappellera jamais assez, la notoriété de Frank Leboeuf repose sur un miraculeux coup du sort. Le 8 juillet 1998, alors que l’équipe de France se dirige droit vers la finale de "sa" Coupe du Monde et n’a plus que 15 minutes à tenir face à la Croatie, Laurent Blanc, indéboulonnable défenseur central des Bleus, écope d’un injuste carton rouge dû à la simulation de Slaven Bilic. Le remplaçant Frank Leboeuf est alors envoyé sur la pelouse mais se voit surtout offrir l’opportunité, une fois la qualification acquise, de prendre la place de Laurent Blanc, suspendu, pour la finale France-Brésil du 12 juillet, événement télévisé le plus regardé dans le Monde. Alors que la planète entière se demande si l’invité de dernière minute saura contenir les assauts de Ronaldo, le natif de Marseille se révèle à la hauteur des attentes et contribue à la victoire des Bleus. Frank Leboeuf.jpgApparaissant en bonne place sur la photo finale, Frank Leboeuf est alors heureux comme un gamin sur la pelouse du Stade de France et saute de manière appuyée dans les bras d’un Laurent Blanc un peu amer. Pourtant rien ne fut facile pour ce Marseillais d'origine qui, malgré la succession de coups durs, a toujours eu la force de croire en son destin. Car dans sa carrière les difficultés font rapidement leur apparition : retenu au centre de formation du SC Toulon, Frank Leboeuf voit ses espoirs de professionnalisme s'effondrer une première fois quand le club varois renvoie ses jeunes joueurs en raison de lourds problèmes financiers. Appelé ensuite par l'OM pour y effectuer un essai, il n'est pas retenu par les dirigeants marseillais : à plus de 18 ans Leboeuf se retrouve alors à Hyères, dans le championnat de France amateur. Il part s'installer ensuite dans la banlieue parisienne, à Meaux, qui végète en 3ème division. Son style rugueux et sa conduite de balle caractéristique tapent dans l’oeil des recruteurs du Stade Lavallois où il posera ses valises durant 2 saisons. Miné par de gros soucis financiers, le club lavallois est obligé de vendre ses meilleurs joueurs. Il signe au RC Strasbourg en 1991, le premier tournant de sa carrière pour celui qui est convaincu que le club alsacien sera ce tremplin espéré depuis si longtemps. Durant ses 6 belles années en Alsace, il conduira le club du bas de tableau à l’Europe remportant la Coupe Intertoto, en 1995, et emmenant Strasbourg en finale de la coupe de France, toujours la même année. Lors de cette saison, Strasbourg est même la première équipe à faire tomber le FC Nantes de Coco Suaudeau, à l’occasion de la 32ème journée. Son jeu est précis, ses interventions en défense sont propres et son jeu de tête a permis au club Alsacien d’inscrire bon nombre de buts lors de ses montées sur les corners. Devant de tels résultats, il s’ouvre les portes de l’Équipe de France. Le 22 Juillet 1995, il honore sa première sélection face à la Norvège (0-0). Il réalise de bons débuts et dispute l’Euro 96. Repéré par Ruud Gullit, le nouvel entraîneur de Chelsea, il passe la Manche en 1996 juste après le tournoi où il ne tarde pas à s'imposer dans une équipe cosmopolite dans laquelle on trouve les internationaux italiens Zola et Vialli et le Roumain Petrescu. Sa réussite est remarquable : en cinq ans, il remporte 6 titres avec les Blues dont 2 Coupes d'Angleterre et une Coupe des Coupes. En Équipe de France, son parcours est exceptionnel, effaçant en quelques mois l'infortune connue au début de sa carrière : titulaire en 1995 lors du match Roumanie-France (1-3) considéré comme la rencontre fondatrice de la génération Jacquet, il est aussi l'auteur du penalty décisif face à l'Andorre en 1999 sans lequel la France n'aurait peut-être jamais pu disputer l'Euro 2000 que Leboeuf et ses coéquipiers vont finalement remporter. Choisi pour figurer dans le groupe français à la Coupe du Monde 98, il dispute à Lyon la rencontre face au Danemark qui aurait dû être son seul match de la compétition. On connaît la suite... En 2001, vieillissant, il est plus ou moins invité à partir et rejoint le club qui l'avait rejeté 15 ans auparavant, l'Olympique de Marseille. Dans un club miné par les luttes internes et à la recherche de sa splendeur passée, il y tient sa place honorablement avant de tenter un dernier défi sportif : remporter une seconde Coupe du Monde, en Asie. Titulaire contre le Sénégal, il se blesse face à l'Uruguay et suit du banc de touche le fiasco français contre le Danemark. Et à l'image de celle brodée sur le maillot tricolore bien avant le début de la compétition, la bonne étoile qui suivait Frank Leboeuf depuis une dizaine d'années se désagrège alors brutalement. Tout comme pour les autres Bleus, sa notoriété se retourne contre lui, son image est écornée et les critiques pleuvent. Son séjour au Qatar entre 2003 et 2005 dans les clubs d'Al-Saad et d'Al-Wakrah renforce encore l'image qu'on lui attribue désormais, celle d'un beauf au talent incertain. Une véritable injustice quand on songe à son parcours atypique et le mérite qui lui revient, celui de s'être donner les moyens de ses ambitions et de parvenir à les concrétiser grâce à son travail. Frank Leboeuf du haut de ses 50 sélections peut donc figurer dans les grands noms de l’équipe de France.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1998 (France)
Vainqueur de l'Euro 2000 (France)
Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2001 (France)
Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1998 (Chelsea)
Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1998 (Chelsea)
Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1995 (RC Strasbourg)
Champion du Qatar en 2004 (Al-Sadd)
Vainqueur de la Coupe d'Angleterre en 1997 et 2000 (Chelsea)
Finaliste de la Coupe de France en 1995 (RC Strasbourg)
Vainqueur de la Coupe de la ligue anglaise en 1998 (Chelsea)
Vainqueur de la Charity Shield en 2000 (Chelsea)
Finaliste de la Charity Shield en 1997 (Chelsea)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1998
 
DIVERS
- Sa carrière de footballeur terminé, il devient consultant. Il commente de nombreux matchs, notamment auprès de Thierry Roland en 2008 sur M6 ou de Christophe Jammot sur TF1 durant les matchs de Coupe du Monde en 2010 en Afrique du Sud.
- Après s'être essayé un temps au cinéma, l'ancien champion du monde s'affirme comme un bon comédien de boulevard. Un royaume où il peut exprimer tout son sens du partage.
- Il a également été l'entraîneur de l'équipe du FC Hollywood, et a participé à l'émission "Koh-Lanta : le choc des héros".
 
VIDÉO


12/04/2019
0 Poster un commentaire

Julien Verbrugghe

Julien Verbrugghe.jpg
Julien Verbrugghe

 

Julien Émile Verbrugghe

Né le 26 décembre 1889 à Roubaix (FRA)

Décédé le 21 août 1916 à Maurepas (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Attaquant

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 4 sélections

(Matchs amicaux: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 1 novembre 1906 contre l'Angleterre (0-15)

Dernière sélection : le 9 avril 1911 contre l'Italie (2-2)

 

1905/10 AS Française (FRA)

1910/16 Red Star (FRA)

 

Ce n’est pas le plus connu des joueurs français, si ce n’est peut-être aux historiens du jeu. Et pour cause, il ne compte que quatre sélections avec l’équipe de France, entre 1906 et 1911. Mais si son nom n’est pas tombé dans l’oubli, c’est parce qu’il a fêté la première d’entre elles à seulement 16 ans, 10 mois et six jours, lors d’une lourde défaite (0-15) face à l’Angleterre amateur. Un record, évidemment. Malheureusement, si le talent du joueur de l'AS Française et du Red Star était indéniable, il n’aura pas eu le temps de véritablement l’exploiter. Soldat au 43ème Régiment d'Infanterie et appelé au front au début de la guerre, le natif de Roubaix tombe sous les balles ennemies lors de la bataille de la Somme à Hardecourt Maurepas, le 21 août 1916. À seulement 26 ans. Il est décoré de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.


29/03/2019
0 Poster un commentaire