Nambatingue Toko - Les meilleurs joueurs de l'histoire du football

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Nambatingue Toko

Nambatingue Toko.JPG.jpg
Nambatingue Toko

 

Nambatingue Tokomon Dieudonné

Né le 21 août 1952 à N'Djaména (TCD)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4908958_201506133924100.png Tchadien, Attaquant, 1m87

Surnom: Tonton Toko

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4908958_201506133924100.png ? sélections, ? buts

 

1974/75 US Albi (FRA)
1975/78 OGC Nice (FRA) 99 matchs, 27 buts
(Championnat de France: 78 matchs, 18 buts)
(Coupe de France: 19 matchs, 8 buts)
(Coupe de l'UEFA: 2 matchs, 1 but)
1978 Bordeaux (FRA) 9 matchs, 1 but
1978/79 RC Strasbourg (FRA) 20 matchs, 2 buts
(Championnat de France: 17 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)
1979/80 Valenciennes (FRA) 39 matchs, 12 buts
(Championnat de France: 35 matchs, 12 buts)
(Coupe de France: 4 matchs)
1980/85 Paris SG (FRA) 176 matchs, 45 buts
(Championnat de France: 135 matchs, 29 buts)
(Coupe de France: 33 matchs, 11 buts)
(Coupe des Coupes: 5 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)
1985/86 RC Paris (FRA) 22 matchs, 3 buts
(Championnat de France: 17 matchs, 2 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)

 

Attaquant tchadien particulièrement fantasque, au physique impressionnant, Nambatingue Toko a sillonné la France et glané de nombreux titres, souvent comme remplaçant. Après avoir explosé à Nice, il passera par Bordeaux, Strasbourg et Valenciennes avant de réussir au PSG. Né le 21 août 1952, Nambatingue Tokomon Dieudonné pousse ses premiers cris. Dans les rues de la capitale tchadienne, N’Djamena, le jeune homme fera ses premiers pas, puis poussera ses premiers ballons avant d’inscrire ses premiers buts. Il apprend le football dans différents petits clubs aux alentours de sa ville, mais c’est au sein du Yal-Tchad N’Djamena qu’il se fera remarquer pendant la saison 1973-1974 par les recruteurs de Grenoble. Nambatingue Toko.JPG.jpgÀ 22 ans, il ne pouvait refuser une telle opportunité mais paralysé par le froid, il ne convainc pas malgré un gabarit hors norme. Grand et longiligne, Toko possédait une couverture de balle étonnante… Il quitte donc l’Isère direction l’US Albi qui évoluait, alors, en troisième division. Là-bas, il montre de réelles qualités d’attaquant grâce ses longues jambes qui ratissent le terrain, s’en servant pour récupérer de nombreux ballons tout en ayant une couverture de balle très dissuasive. Une seule saison, une seule, et les clubs de l’élite posent déjà leurs yeux sur le Tchadien d’Albi, l’OGC Nice en particulier. Le club azuréen cherche alors des joueurs offensifs susceptibles de remplacer Charly Loubet et Leif Eriksson, les deux sur le départ pour Cannes. Il signe en 1975 et apparaît 12 fois pour sa première saison. Il gagne alors ses galons de titulaire mais ne marque guère plus. Avec l’arrivée de Nenad Bjekovic, il se voit repositionné sur l’aile et forme un efficace trident avec le serbe et Daniel Sanchez. Nice est alors sur la bonne pente : second en 1976, le club atteint la finale de la Coupe de France en 1978, finale perdue contre Nancy sur un but de Michel Platini. L’équipe niçoise explose en plein vol et Nambatingue file vers Bordeaux. Il ne s’adapte pas du tout en Gironde et rejoint rapidement le RC Strasbourg. Cette année là, il remporte son premier trophée en devenant Champion de France. Malheureusement, il joue les remplaçants de luxe, derrière le trio Roland Wagner, Albert Gemmrich et Joël Tanter. Unique joueur étranger de l’équipe, il ne joue que 17 matchs et part en fin de saison. C’est à Valenciennes qu’il va rebondir. Dans le nord, il retrouve ses sensations et s’affirme comme un véritable chasseur de but, contribuant à la 8ème place du club en fin de saison. Durant l’été 1980, de nombreux clubs ont tapé à la porte du Tchadien, et c’est le PSG qui emporte la bataille. C'est dans la capitale que Toko écrira ses plus belles pages. Dès sa première saison, il marque le premier but du PSG dans une coupe d’Europe, face aux Bulgares du Lokomotiv Sofia. Il permet ensuite aux siens de se qualifier grâce à un superbe retourné acrobatique. À la fin du match, lorsqu’un journaliste lui demande s’il s’agit du plus beau but de sa carrière, il répond sereinement : "Mais non ! Vous me connaissez, j’en ai marqué des plus beaux que ça !". Des buts importants, il en mettra pas mal, comme en finale de Coupe de France contre les verts en 1982 en ouvrant le score à la 58ème (2-2, 6 tab à 5). Ce sera lui qui donnera également la victoire en finale contre Nantes la saison suivante. En cinq saisons au PSG, de 1980 à 1985, Toko marquera 45 buts. Arrivé en fin de contrat, il est laissé libre par le club. Dommage pour lui, il manquera le titre de champion de France. Il opte alors pour le RC Paris pour terminer sa belle carrière. Il est et restera à jamais le 1er buteur du PSG en Coupe d’Europe.

 

PALMARÈS


Champion de France en 1979 (RC Strasbourg)

Vice-champion de France en 1976 (OGC Nice)

Vainqueur de la Coupe de France en 1982 et 1983 (Paris SG)

Finaliste de la Coupe de France en 1978 (OGC Nice) et 1985 (Paris SG)

Champion de France de D2 en 1985 (RC Paris)



09/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 974 autres membres