FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Bordeaux

Bordeaux.png
Bordeaux

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Football Club des girondins de Bordeaux, fondé le 1er octobre 1881

Surnoms: les Girondins, le FCGB, le club au scapulaire

Couleurs: marine et blanc

Ennemis jurés: Toulouse FC, FC NantesOlympique de Marseille

Stade: Nouveau stade de Bordeaux (42 115 places)

 

La création du club

 

Le 1er octobre 1881 est fondée le club omnisports des girondins, crée par un groupe de sportif dans le quartier des Capucins, rue Sanche-de-Pommier, au coeur de Bordeaux. Le club comprend différentes sections sportifs comme la gymnastique, la natation ou l'aviron. La section football fait son apparition seulement en 1910 sous la pression de Raymond Brard. Un essai qui dure qu'une saison avant de reprendre en 1919 après la fusion avec plusieurs autres clubs de la ville. Le 17 octobre 1936, le club devient les Girondins de Bordeaux FC. L’histoire du club est liée également à son stade, le Parc Lescure inauguré en 1938, dont il deviendra l’ occupant exclusif à partir de 1958. Le dessin du scapulaire, l’emblème du club, apparaît quant à lui en 1939 en blanc sur le maillot bleu des Girondins. Les couleurs marine et blanc du club proviennent, elles, de la fusion en 1919 entre le club originel des Girondins et le club local bordelais l’Argus Sport, qui arboraient ces couleurs.

 

1936, La guerre civile Espagnole

 

- La naissance du club coïncide avec les débuts de la terrible guerre civile d’Espagne, qui vient d’éclater de l’autre côté des Pyrénées. Parmi les nombreux opposants à la dictature franquistes contraints de s’exiler et de se réfugier dans le Sud-Ouest, plusieurs grands noms du ballon rond basco-espagnol signeront au club bordelais, dont Benito Diaz, surnommé "le sorcier basque", ancien entraîneur de la Real Sociedad de San Sebastian, Santiago Urtizberea, le "taureau de Guipuzkoa" et Jaime Mancisidor, "El pape". Bordeaux en profite sur le plan sportif et remporte d’emblée le double titre de champion du Sud-Ouest et de champion de France amateur en 1937.

 

Bordeaux 1938.jpg

(haut, de gauche à droite): Avellaneda, Ben Arab, Deschamps, Popovici, Catherineau, Mancisidor, Gérard, Arana, Labat, Heim

(bas, de gauche à droite): Guy Massé, Laïd, Verk, Urtizberea, Diaz, Rebibo, Ségaux, Larnaudie, Miramon

 

1939-1945, La Seconde Guerre Mondiale

 

- L’entrée de la France dans la Seconde Guerre Mondiale, le 3 septembre 1939, rend bien futile l’avenir du football et du club qui rêve alors d’un grand destin. Durant les années troubles de la guerre, malgré l’occupation de Bordeaux par les Allemands et le bombardement raté par les Alliés du quartier nord de la ville en mai 1943, les Girondins continuent pourtant à jouer. Ils remportent en 1944 le titre de champion de France en zone occupée contre Cannes (2 buts à 1).

 

Bordeaux 1944.jpg

(haut, de gauche à droite): Domergue, Arnaudeau, Paternotte, Depoorter, Normand, Swiatek
(bas, de gauche à droite): : R. Persillon, Planté, Urtizberea, Troisième, Mauvillain

 

1943, Jean Swiatek

 

- Dans l’équipe, une toute nouvelle recrue se distingue : Jean Swiatek, qui a signé le 19 mai 1943 au siège du club, désormais domicilié en centre-ville, au 55 cours Clémenceau. Né en Pologne en 1921, arrivé en France à deux ans, le futur joueur emblématique des Girondins débute une longue et belle carrière de défenseur dans sa ville d’adoption où il jouera jusqu’en 1953.

 

Jean Swiatek.jpg

 

1949, La remontée en D1

 

- Cette saison là, les Girondins remontent en première division grâce à un total ahurissant de 107 buts dans une D2 à 18 clubs, dont 41 buts du luxembourgeois Camille Libar, arrivé à Bordeaux en 1948. Le chemin du premier titre est tracé.

 

1950, Premier titre de champion

 

- En 1950, les Girondins décrochent leur premier titre de champions de France avec six points d’avance sur les Lillois après leur avoir repris douze points en 17 rencontres jouées sans l’ombre d’une défaite! Et ce grâce notamment à l’attaquant hollandais, le divin chauve, Berthus de Harder. Recruté en 1949, il marque dès son arrivée 21 buts. Fort de son titre et de son expérience, Bordeaux s’installe pendant quatre ans au sommet des meilleures équipes de France. Seul l’OGC Nice lui résiste vraiment. Lors de la finale de coupe de France à Colombes, le 4 mai 1952, qui se déroule à Paris devant 61 485 spectateurs et sera retransmis pour la première fois en direct à la télévision, les Aiglons battent les Girondins 5 buts à 3.

 

Bordeaux 1950.jpg

(haut, de gauche à droite): Gérard (ent.), B. K. M'Barek, Depoorter, Garriga, Gallice, Swiatek, Mérignac

(bas, de gauche à droite): M. Ben M'Barek, Libar, Kargu, Meynieu, De Harder

 

Les années 60, le "Poulidor" du football

 

- Après un long passage à vide, cette décennie est marquée par de nombreuses places de second. Les Girondins sont trois fois dauphins du championnat (1965, 1966 et 1969) et perdent trois finales de Coupe de France (1964, 1968 et 1969). De belles performances mais qui laissent un goût amer : elles auraient pu récompenser l’équipe dirigeante et les joueurs talentueux de l'époque comme l’attaquant Laurent Robuschi, le défenseur André Chorda ou encore le caudéranais Didier Couécou.

 

Bordeaux 1964.jpg

(haut, de gauche à droite): Moevi, Baudet, Rey, Ranouil, ChordaCalleja

(bas, de gauche à droite): Couécou, Gori, De Bourgoing, Abossolo, Robuschi

 

1970, Alain Giresse

 

- De 1970 à 1980, Bordeaux n’empoche aucun trophée. Une période de transition, un peu floue, marquée par la forte régionalisation de l’équipe (Philippe Goubet, Jean Gallice, Philippe Bergeroo...) qui joue plutôt pour éviter de descendre. Malgré tout, le public du Parc Lescure découvre le 25 octobre 1970 chez les professionnels un meneur de jeu, petit par la taille mais immense par le talent. Âgé de 18 ans, 2 mois et 23 jours, Alain Giresse dispute là son deuxième de ses 592 matchs en équipe première. Il marquera l’histoire du club avec des joueurs comme Jean-François Domergue, Bernard Lacombe ou encore Jean-Christophe Touvenel.

 

Alain Giresse.jpg

 

1978, L'arrivée à la présidence de Claude Bez

 

À la fin des années 70, un homme va relancer le club et l’emmener vers les sommets européens. Claude Bez, magnat de l’immobilier et trésorier du club depuis 1974, devient l’homme fort des Girondins. Il devient président en avril 1978. Dans la foulée, il engage le Belge Raymond Goethals comme entraîneur et réalise l’un de ses premiers grands coups avec la signature de Marius Trésor, le 1er août 1978.

 

Claude Bez.jpg

 

1980, Aimé Jacquet prend les rênes de l'équipe

 

- Fin Juin 1980, Aimé Jacquet arrive pour prendre en main le destin des Girondins en compagnie de Bernard Michelena. Jeune entraîneur, sans palmarès, ce dernier va s’avérer être un pari payant pour le club. De nombreux joueurs arrivent dans son sillage et notamment Jean Tigana qui sera une pièce maîtresse des Girondins de 1981 à 1989.

 

Aimé Jacquet.jpg

 

1984-1989, Les glorieuses années

 

- Le travail d’Aimé Jacquet ne tarde pas à porter ses fruits. En 1984, Bordeaux décroche son deuxième titre de champion de France, avec une nouvelle recrue de choix : Patrick Battiston. C’est le début de la domination du club bordelais sur le football français : deux autres titres de champions de France viennent s’ajouter en 1985 et 1987, avec deux Coupes de France en 1986 et 1987. Sur cette pente ascendante, les Girondins rayonnent aussi en Europe, avec en point d’orgue, la demi-finale jouée contre la Juventus de Turin de Michel Platini. Battus à l’aller, en Italie 3 buts à 0, les Marine et Blanc sont proches de l’exploit au match retour. Ils s’imposent 2 buts à 0 devant 40 2011 supporters au Parc Lescure : insuffisant pour se qualifier mais un grand frisson est passé sur la capitale girondine. Les années 80 restent les années d’or du club, celles durant lesquelles Bordeaux fournit aussi à l’équipe de France l’ossature de l’équipe vainqueur de l’Euro 1984 et demi-finaliste des coupes du Monde 1982 et 1986.

 

Bordeaux 1984.jpg

(haut, de gauche à droite): Trésor, Specht, Tigana, Battiston, Tusseau, Delachet

(bas, de gauche à droite): Rohr, Thouvenel, Giresse, B. Lacombe, Zenier

 

1991, Année noire pour les Girondins

 

Au terme de la saison 1990–91 où le club finit dixième, la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion de la Ligue de football) décide de reléguer administrativement les Girondins de Bordeaux en D2 en raison d’un déficit budgétaire d’environ 300 millions de francs (45,7 millions d’euros). Poussé à la démission, Claude Bez sera condamné le 21 mars 1994 pour escroquerie à deux ans de prison, dont un avec sursis, et à 2 millions de francs d’amende, pour usage de faux et recel de faux, dans l’affaire du centre d’entraînement du Haillan. Alain Afflelou et Jean-Didier Lange ont succédé en 1991 à l’ancien président emblématique des Girondins, décédé le 26 janvier 1999 d’une crise cardiaque. Les Girondins évitent toutefois un long trou noir et remontent aussitôt en Première division.

 

Bordeaux 1991.jpg

(de gauche à droite): Battiston, Sence, Thouvenel, Senac, Durand, Deschamps, Dogon, Lizarazu, Ben Mabrouk, Fargeon et Ferreri.

 

1996, Le mythique Bordeaux-Milan AC

 

- L’exploit européen. Le 19 mars 1996, Bordeaux réalise l’impensable en éliminant le grand Milan AC en quart de finale de la Coupe UEFA. Battus 2 buts à 0 en Italie, les Girondins renversent les Italiens 3 buts à 0, lors du match retour devant des supporters en ébullition au Parc Lescure. Les futurs champions du monde 1998, Zinedine Zidane (arrivé à Bordeaux en 1992), Christophe Dugarry ou encore Bixente Lizarazu se hisseront cette année-là jusqu’en finale de cette compétition.

 

 Bordeaux 1996.jpg

(haut, de gauche à droite): Zidane, Croci, Dogon, Witschge, Huard

(bas, de gauche à droite): Friis-Hansen, Lucas, Bancarel, Lizarazu, Tholot, Dugarry

 

1999, Nouveau titre de champion

 

- Les années 90 se terminent en apothéose pour les Girondins qui remportent lors de la dernière journée du championnat 1998–1999, leur cinquième titre de champions, en battant le Paris SG 3 buts à 2 au Parc des Princes, le 21 mai 1999. Les Marine et Blanc, alors entraînés par Elie Baup, devancent Marseille d’un point au classement final. Dans la nuit du 29 au 30 mai 1999, plus de 30 000 supporteurs des Girondins se retrouvent à Lescure pour fêter le titre. Ulrich Ramé, Lilian Laslandes, Johan Micoud, Ali Benarbia ou encore Michel Pavon, font partie de ce groupe accueillis comme des héros. Du jamais vu jusque-là. Quelques semaines auparavant, le 26 avril 1999, le conseil d’administration des Girondins de Bordeaux avait voté, à l’unanimité, la reprise des Girondins de Bordeaux par M6. Objectif de la chaîne de télévision dirigée alors par Jean  Drucker : devenir un acteur du ballon rond, à l’instar de Canal+ qui s’était offert le PSG en 1991 pour rendre plus passionnante la première division qu’elle diffusait.

 

Bordeaux 1999.jpg

(haut, de gauche à droite): Ramé, H. Alicarte, Saveljic, Diabaté, Micoud, K. Diawara, Torres Mestre
(bas, de gauche à droite): Pavon, Jemmali, BenarbiaLaslandes

 

2000, Pedro Miguel Pauleta

 

- Recruté aux dernières heures du mercato d’été en 2000, l’international portugais, Pedro Miguel Pauleta, marque les esprits d’entrée lors de son premier match avec les Girondins de Bordeaux. Le 6 septembre 2000, il réalise un triplé sur la pelouse du FC Nantes (futur champion de France) : un match remporté 5 buts 0 par le club scapulaire. En trois saisons (jusqu’en 2003), celui que l’on surnomme l’Aigle des Açores (relatif à la façon de célébrer ses buts), aura un ratio exceptionnel. Il marquera 91 buts, dont 46 à Chaban-Delmas.

 

Pauleta.jpg

 

2009, L’année de l'excellence

 

-Dix ans après leur dernier sacre, les Bordelais deviennent champions de France, devant l’Olympique de Marseille, après une série de onze victoires d’affilée entre le 17 janvier et le 30 mai 2009, jour du sacre sur le terrain de Caen. Les hommes de Laurent Blanc mettent ainsi fin au règne de l’Olympique lyonnais qui perdurait depuis 2002. Il réalise cette même saison le doublé en remportant la Coupe de Ligue, le 25 avril 2009.

 

Bordeaux 2009.jpg

(haut, de gauche à droite): Planus, Fernando, S. Diawara, Chamakh, A. Diarra, Ramé

(bas, de gauche à droite): Y. Gourcuff, Bellion, Jurietti, Chalmé, Obertan

 

2013, Le dernier titre

 

Les Girondins remportent la Coupe de France face à Evian, au Stade de France à Saint-Denis, sur le score de 3 buts à 2, grâce notamment à deux réalisations de Cheick Diabaté. C’est la quatrième de l’histoire du club.

 

Bordeaux 2013.jpg

(haut, de gauche à droite): Diabaté, Plasil, Henrique, L. Sané, Maurice-Belay, Carrasso

(bas, de gauche à droite): Trémoulinas, Sertic, Saivet, Obraniak, Mariano

2015, Un nouveau stade

 

- Les Girondins de Bordeaux déménagent. Un nouveau grand stade voit le jour dans le quartier du Lac à Bordeaux. D’une capacité de 42 115 places, le stade Matmut-Atlantique est inauguré, le 18 mai 2015. Le premier match des Girondins dans leur nouvel antre a lieu le 23 mai 2015, contre Montpellier, et se solde par une victoire du club bordelais, 2 buts à 0.

 

Stade matmut atlantique.jpg

 

2017, Le départ de Jean-Louis Triaud

 

- Une page se tourne au Haillan. Le 9 mars 2017, Jean-Louis Triaud annonce son retrait de la présidence des Girondins de Bordeaux. À la tête du club depuis 1996, âgé de 67 ans, il est remplacé par Stéphane Martin, un ex-banquier de 46 ans. Une nouvelle page de l’histoire des Girondins de Bordeaux se tourne aussi en 2018. Après 10 ans sous l’égide de M6, Joseph DaGrosa, le patron du fonds d’investissements américain GACP, est officiellement devenu le nouveau propriétaire du club bordelais.

 

Jean-Louis Triaud.jpg

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS NATIONALES


Champion de France en 1950, 1984, 1985, 1987, 1999 et 2009

Vice-Champion de France en 1952, 1965, 1966, 1969, 1983, 1988, 1990, 2006 et 2008

Vainqueur de la Coupe de France en 1941, 1986, 1987 et 2013

Finaliste de la Coupe de France en 1943, 1952, 1955, 1964, 1968 et 1969

Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2002, 2007 et 2009

Finaliste de la Coupe de la Ligue en 1997, 1998 et 2010

Vainqueur du Trophée des Champions en 2008 et 2009

Finaliste du Trophée des Champions en 1999 et 2013

Champion de France de D2 en 1992

Vice-Champion de France de D2 en 1949

Vainqueur du Challenge des Champions en 1986

Finaliste du Challenge des Champions en 1968 et 1985

Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1965

Champion de France amateurs en 1937 et 1944

Champion de DH Ligue Sud-Ouest en 1930, 1934, 1935, 1936 et 1937

Vainqueur de la Coupe d'Aquitaine en 1935

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS INTERNATIONALES


Finaliste de la Coupe UEFA en 1996

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1995

Finaliste de la Coupe Latine en 1950

Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1980

Finaliste de la Coupe des Alpes en 1972

 

RECORDS


Plus large victoire: Bordeaux - Stade Français 10-0 (le 4 septembre 1965)

Plus large défaite: AS Monaco - Bordeaux 9-0 (le 18 janvier 1986)

Plus jeune joueur: Juan Pablo Francia (ARG) 17 ans et 5 mois (le 4 mai 2002 contre Nantes)

Plus vieux joueurUlrich Ramé (FRA) 38 ans et 8 mois (le 29 mai 2011 contre Montpellier)

Record d'achat: Yohan Gourcuff (FRA) 13,5 millions d'euros au Milan AC (2009)

Record de vente: Yohan Gourcuff (FRA) 22 millions d'euros à l'Olympique Lyonnais (2010)

 

BORDEAUX ALL-STAR


GARDIENS

 

Gaëtan Huard (FRA)

Cédric Carrasso (FRA)

Ulrich Ramé (FRA)

Dominique Dropsy (FRA)

André Gerard (FRA)

 

DÉFENSEURS

Bixente Lizarazu (FRA)

Franck Jurietti (FRA)

Patrick Battiston (FRA)

Guy Calléja (FRA)

François Bracci (FRA)

Jean-Christophe Thouvenel (FRA)

Gernot Rohr (ALL)

Jean Swiatek (FRA)

François Grenet (FRA)

Jean-François Domergue (FRA)

Manuel Garriga (FRA)

Jean-Luc Dogon (FRA)

André Chorda (FRA)

Marc Planus (FRA)

Jacques Debellex (FRA)

David Jemmali (TUN)

Léonard Specht (FRA)

Marius Trésor (FRA)

Benoît Trémoulinas (FRA)

Alain Roche (FRA)

Nisa Saveljić (YOU)

Thierry Tusseau (FRA)

Didier Sénac (FRA)

 

MILIEUX

 

Alain Giresse (FRA)

Alexei Smertine (RUS)

Jean Tigana (FRA)

Rio Mavuba (FRA)

René Gallice (FRA)

Yoan Gourcuff (FRA)

Roland Guillas (FRA)

Gabriel Abossolo (CAM)

Henri Arnaudeau (FRA)

Didier Couécou (FRA)

Johan Micoud (FRA)

Jaroslav Plasil (RTC)

Jean Gallice (FRA)

Zinedine Zidane (FRA)

Lassina Diabaté (CIV)

René Girard (FRA)

Alou Diarra (FRA)

Richard Witschge (HOL)

Michel Pavon (FRA)

Jean-Marc Ferreri (FRA)

 

ATTAQUANTS

 

Christophe Dugarry (FRA)

Pascal Feindouno (GUI)

Bertus De Harder (HOL)

Laurent Robuschi (FRA)

Mustapha Ben M'Barek (FRA)

Sylvain Wiltord (FRA)

Edouard Kargu (FRA)

Abdesselem Ben Mohammed (MAR/FRA)

Henri Baillot (FRA)

Dieter Müller (ALL)

Philippe Fargeon (FRA)

Camille Libar (LUX)

André Doye (FRA)

Marouane Chamakh (MAR)

Hector De Bourgoing (ARG/FRA)

Daniel Jeandupeux (SUI)

Bernard Lacombe (FRA)

Santiago Urtizberea (ESP)

Lilian Laslandes (FRA)

Pedro Miguel Pauleta (POR)

 

ENTRAÎNEURS

 

André Gerard (FRA)

Laurent Blanc (FRA)

Salvador Artigas (ESP)

Aimé Jacquet (FRA)

Elip Baup (FRA)

 

ÉQUIPE TYPE

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5061945_201508190700548.jpg

 

Le plus capé

 

1) Alain Giresse (FRA) 587 matchs (1970-1986)

2) Ulrich Ramé (FRA) 525 matchs (1997-2011)

Ulrich Ramé.jpg

3) Jean-Christophe Thouvenel (FRA) 490 matchs (1979-1991)

4) Guy Calléja (FRA) 441 matchs (1956-1969)

5) Gernot Rohr (ALL) 430 matchs (1977-1989)

6) René Gallice (FRA) 390 matchs (1938-1955)

7) Marc Planus (FRA) 381 matchs (2001-2015)

8) Jaroslav Plasil (RTC) 367 matchs (2009-2019)

9) Eduard Kargu (FRA) 341 matchs (1947-1958)

10) Jean Tigana (FRA) 326 matchs (1981-1989)

 

Le meilleur buteur

 

1) Alain Giresse (FRA) 182 buts (1970-1986)

Alain Giresse.jpg

2) Eduard Kargu (FRA) 151 buts (1947-1958)

3) Bernard Lacombe (FRA) 138 buts (1979-1987)

4) Laurent Robuschi (FRA) 130 buts (1959-1967)

5) Pedro Miguel Pauleta (POR) 91 buts (2000-2003)

6) Bertus De Harder (HOL) 90 buts (1949-1957)

7) Didier Couécou (FRA) 89 buts (1962-1976)

8) Marouane Chamakh (MAR) 74 buts (2002-2010)

9) Hector De Bourgoing (FRA) 72 buts (1963-1969)

10) Lilian Laslandes (FRA) 70 buts (1997-2001/2004-2007)

 

Autres

 

PALMARÈS COMPÉTITIONS JEUNES/RÉSERVES


Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1976 et 2013 

Finaliste de la Coupe Gambardella en 2008 

Champion de France U19 en 2017 

Champion de DH Ligue Sud-Ouest en 1970 

Champion de DH Ligue Aquitaine en 1987 

Vainqueur de la Coupe d'Aquitaine en 1951, 1952, 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1959, 1962, 1965,1966, 1969, 1971, 1989, 1993, 1994, 1995, 1997, 2001 et 2007



18/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1087 autres membres