FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Ricardo Bochini

Ricardo Bochini.jpg
Ricardo Bochini

 

Ricardo Enrique Bochini

Né le 25 janvier 1954 à Zàrate (ARG)

Argentin, Milieu offensif, 1m68

Surnoms: El Bocha, El Maestro, El Chaplin del fútbol

 

 28 sélections

(Matchs amicaux: 16 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélection)

(Coupe du Monde: 1 sélection)

(Copa America: 1 sélection)

(Coupe de l'Atlantique: 6 sélections)

(Copa Newton: 1 sélection)

(Copa Carlos Dittborn: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 23 septembre 1973 contre la Bolivie (1-0)

Dernière sélection : le 25 juin 1986 contre la Belgique (2-0)

 

1972/91 Independiente (ARG) 714 matchs, 109 buts

(Championnat d'Argentine: 627 matchs, 97 buts)

(Copa Libertadores: 62 matchs, 8 buts)

(Liguilla Prelibertadores: 10 matchs, 1 but)

(Copa Interamericana: 4 matchs, 2 buts)

(Supercopa Sudamericana: 5 matchs)

(Coupe Intercontinentale: 4 matchs, 1 but)

 

En Argentine, Ricardo Bochini est ce que l'on appelle une légende. Icône de l'Independiente où il a passé toute sa carrière sportive, "El Bocha" a remporté quatre Copa Libertadores sur les sept gagnées par le club d'Avellaneda dans son histoire. Principale référence de Diego Maradona dans ses débuts, le numéro 10 visionnaire et technique qui portait le 3 avec l'Albiceleste n'a pas eu le succès escompté en sélection. Il manquera les Coupes du Monde 1978 (non sélectionné) et 1982 (blessé) et s'installera sur le banc de touche pendant la majeure partie de l'épreuve lors de la victoire en 1986. Né à Zarate dans la province de Buenos Aires en 1954, Ricardo Enrique Bochini a guidé l'Independiente de 1972 à 1991 vers les sommets. Dix-neuf saisons au club où il dispute 714 matchs toutes compétitions confondues avec le C.A.I. et ajoute douze trophées majeurs à son palmarès dont deux Coupes intercontinentales et quatre titres de champion d'Argentine en plus des titres continentaux. Le milieu offensif a fait sa réputation sur sa capacité à déséquilibrer une défense par la passe décisive, art subtil qu’il maîtrisait à la perfection et qui a enchanté le jeune "Pibe de Oro". C'est d'ailleurs à lui qu'on doit l’expression "pase bochinesco" ("passe bochinesque"). Bochini, c’est aussi le mauvais souvenir du Mondial 1978. "Menotti a choisi de prendre Alonso comme numéro 10 à cause de l’insistance des militaires, qui gouvernaient le pays à l’époque et qui voulaient voir Alonso en sélection. Il y avait un poste pour deux, et le Flaco a succombé à la pression. "

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1986 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Newton en 1975 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Carlos Dittborn en 1974 (Argentine)

Finaliste de la Copa del Atlántico en 1976 (Argentine)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1973, 1974, 1975 et 1984 (Independiente)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1973 et 1984 (Independiente)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1974 (Independiente)

Vainqueur de la Copa Interamericana en 1973, 1974 et 1976 (Independiente)

Finaliste de la Supercopa Sudamericana en 1989 (Independiente)

Champion d’Argentine en 1977 (Nac.), 1978 (Nac.), 1983 (Met.) et 1989 (Independiente)

Vice-champion d’Argentine en 1977 (Met.), 1982 (Met.), 1983 (Nac.) et 1990 (Independiente)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


3ème meilleur joueur sud-américain en 1984

Élu meilleur joueur argentin de l’année en 1983

Nommé dans l'équipe type Sud-américaine de l'année en 1989

À reçu le diplôme du mérite par la fondation argentine "Konex" en 1990

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©Ogol



25/01/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1107 autres membres