FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Adolfo Pedernera

Adolfo Pedernera.jpg

Adolfo Pedernera

 

Adolfo Alfredo Pedernera

Né le 15 novembre 1918 à Avellaneda (ARG)

Décédé le 12 mai 1995 à Avellaneda (ARG)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, attaquant, 1m75

Surnoms: El maestro, El Frentudo

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 21 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 6 sélections)

(Copa America: 12 sélections, 4 buts)

(Copa Julio Roca: 3 sélections, 2 buts)

(Copa Newton: 1 sélection, 1 but)

 

1ère sélection : le 18 février 1940 contre le Paraguay (3-1)

Dernière sélection : le 10 février 1946 contre le Brésil (2-0)

 

1932 Huracan (ARG)

1933/46 River Plate (ARG) 278 matchs, 131 buts

1947 CA Atlanta (ARG) 28 matchs, 4 buts

1948/49 Huracan (ARG) 20 matchs, 2 buts

1949/54 Millonarios Bogota (COL) 81 matchs, 33 buts

1954/55 Huracan (ARG) 10 matchs

 

Deux équipes sud-américaines ont particulièrement marqué le football du continent : "La Máquina" de River Plate et le "Ballet Azúl" de Millonarios. Un point commun entre les deux ? Adolfo Pedernera. Surnommé "El Maestro" ( "Le Maître" ), il est encore considéré par beaucoup comme l'un des plus grands joueurs argentins de tous les temps. À l'époque, il jouait habituellement comme un intérieur droit et était réputé pour sa technique et sa capacité à offrir des occasions en or pour ces coéquipiers tout en étant également un buteur de premier plan. Comme un adolescent, Pedernera affiche le talent pour le football. Son premier club est le Cruceros de la Plata où il fait ses gammes chez les équipes de jeunes, mais très vite il change et signe un contrat professionnel à l'Atletico Huracan. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4975732_201507071106619.jpgSans succès, il quitte le club pour rejoindre une plus grosse écurie, River Plate. En 1935, à l'âge de 16 ans, il fait ses débuts pour le club de Buenos Aires jusqu'à en devenir une légende. Il y remporte pas moins de cinq titres de champion d'Argentine en compagnie d'autres joueurs de talents comme José Manuel Moreno ou encore Angel Labruna. Ils seront surnommés avec Félix Loustau et Juan Carlos Munoz "La maquina" ("La machine"). L'expression a été inventée par un journaliste local, en juin 1942, quand le quinté fut aligné pour la première fois. Pour Eduardo Borocoto, reporter à "El Grafico", la maîtrise collective était tellement parfaite qu'il avait crû voir jouer une "machine" (maquina en espagnol). Le dispositif disparaît quand Adolfo Pedernera quitte le club après un conflit avec Labruna et le président Antonio Liberti. Il rejoint Atlanta, un rival voisin de Buenos Aires qui essaye de former une équipe capable de rivaliser avec les meilleurs en recrutant des grands noms du football. Le projet est un échec complet. Il revient donc en 1948 à l'Atlético Huracan où il a commencé sa carrière puis débarque en Colombie au Millonarios de Bogota attiré par l'argent et la culture. En effet, cinq ans plus tôt, il fondait avec d’autres joueurs "Futbolistas Argentinos Agremiados", sorte de syndicat des footballeurs, qui mènera la grève de 1949. Celle qui permettra à de nombreux Argentins d’aller découvrir le jeune et fructueux football colombien. Là-haut, il y côtoie la légende Alfredo Di Stefano, remporte quatre championnats colombiens d'abord en tant que joueur puis à la retraite de l'entraîneur Carlos Aldabe en devenant entraîneur-joueur et et mène le "Ballet Azul" avec maestria. En Mars 1952, quand il atteint les 33 ans, il fait partie de la tournée des Millonarios de Bogota en Europe. Lors de ce périple, les joueurs remportent une belle victoire face au Real Madrid au Chamartín Stadium (aujourd'hui appelé désormais le Santiago Bernabeu) sur le score de 4 buts à 2. Le club espagnol voulait sa revanche, mais les deux matchs organisé se finiront encore sur une défaite de la Casa Blanca. En 1954, Le pacte de Lima a forcé tous les joueurs "illégaux" leurs retours à leurs clubs d'origine, il revient donc brièvement quelques mois à l'Huracan et se retire en 1955. Avec l'Albiceleste, il dispute 20 matchs pour 7 buts inscrits et remporte deux Copa America en 1941 et 1945. Son seul regret est de n'avoir jamais eu l'occasion de disputer une Coupe du Monde en tant que joueur (seulement comme entraîneur avec la Colombie en 1962). Deux ans après avoir raccroché les crampons, il entame une carrière d’entraîneur qui le mènera même à Boca Juniors. Mais c’est bien à River qu’il laisse à jamais sa trace. "River, c’est le football, le sport. J’y ai grandi, j’y suis devenu un homme." Il meurt subitement le 12 mai 1995 à 76 ans, victime d'un arrêt cardiaque.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Copa America en 1941 et 1946 (Argentine)

Finaliste de la Copa America en 1942 (Argentine)

Vainqueur de la petit Coupe du Monde des clubs en 1953 (Millonarios)

Vainqueur de la Copa Aldao en 1936, 1937, 1941 et 1945 (River Plate)

Champion d’Argentine en 1936, 1937, 1941, 1942 et 1945 (River Plate)

Vice-champion d’Argentine en 1938, 1939, 1943 et 1944 (River Plate)

Champion de Colombie en 1949, 1951, 1952 et 1953 (Millonarios)

Vice-champion de Colombie en 1950 (Millonarios)

Vainqueur de la Coupe de Colombie en 1953 (Millonarios)

Vainqueur de la Copa Adrian C. Escobar en 1941 (River Plate)

Vainqueur de la Copa Ibarguren en 1937, 1941 et 1942 (River Plate)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES 


À reçu le diplôme de mérite de la fondation argentine Konex en 1980

À reçu le Prix d'honneur par la fondation argentine Konex en 2000 à titre posthume



21/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1004 autres membres