Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Roumanie


Anghel Iordanescu

Anghel Iordanescu.png.jpg
Photo: ©Panini sticker Argentine 78

 

Anghel Iordănescu

 

Né le 4 mai 1950 à Bucarest (ROU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png Roumain, Attaquant, 1m76

Surnom: le Cobra, Tata Puiu

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png 57 sélections, 21 buts

(Matchs amicaux: 27 sélections, 7 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 14 sélections, 4 buts)

(Qualif Euro: 11 sélections, 3 buts)

(Coupe des Balkans des nations: 5 sélections, 7 buts)

 

1ère sélection : le 22 septembre 1971 contre la Finlande (4-0)

Dernière sélection : le 10 octobre 1981 contre la Suisse (1-2)

 

1968/82 Steaua Bucurest (ROU) 317 matchs, 155 buts
1982/84 OFI Crète (GRE) 54 matchs, 7 buts
1984/86 Steaua Bucurest (ROU) (adjoint-joueur) 1 match
 
Avant d'être le sélectionneur de la grande Roumanie des Hagi et Popescu quart de finaliste de la Coupe du Monde 1994, Anghel Iordănescu était un terrible attaquant qui a marqué l’histoire du Steaua Bucarest.
 
Avec les Roș-Albaștrii, "le Cobra", pour son style élégant et son sens du but, plante 155 buts en 317 rencontres de championnat avant de pourvoir enfin quitter le pays dégagé des obligations militaires comme dans tous les pays du Pacte de Varsovie pour s'installer en Grèce en fin de carrière à l’âge de 32 ans au sein de l'OFI Crète. Pilier des Tricolori, le joueur aux 26 pions en 64 sélections sera également un titulaire indiscutable sous le maillot roumain pendant près d'une dizaine d'années. Mais le point d'orgue de sa carrière est son retour au Steaua en 1984 afin de préparer sa reconversion au poste d’entraîneur, démarrant la saison comme adjoint d’Emeric Jenei mais aussi comme joueur. D'ailleurs, il entre en jeu lors de la victoire historique le 7 mai 1986 à Séville, remportant à la surprise générale la coupe d’Europe des clubs champions face au grand favori le FC Barcelone, avec comme héros le gardien Helmuth Duckadam, qui repousse toutes les tentatives catalanes pour permettre aux siens de conquérir un titre historique. Il devient par la suite naturellement le coach et continue d’emmener le club sur la vague des succès en remportant trois titres de champion lors de ses trois premières années d’entraîneur et surtout une nouvelle finale de C1 en 1989, cette fois-ci perdue contre le grand Milan AC. Après des passages à la tête de l'équipe nationale et dans les pays du Moyen-Orient, "le général" Iordănescu a ensuite entamé une carrière politique.
 
PALMARÈS
 
Vainqueur de la Coupe des Balkans des nations en 1980 (Roumanie)
Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1986 (Steaua Bucarest)

Champion de Roumanie en 1976 et 1978 (Steaua Bucarest)

Vice-Champion de Roumanie en 1977 et 1980 (Steaua Bucarest)

Vainqueur de la Coupe de Roumanie en 1970, 1971, 1976 et 1979 (Steaua Bucarest)

Finaliste de la Coupe de Roumanie en 1977 et 1980 (Steaua Bucarest)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

Meilleur buteur du championnat de Roumanie en 1982 (20 buts) (Steaua Bucarest)


04/05/2022
0 Poster un commentaire

Marius Lacatus

Marius Lacatus.jpg
Photo: ©DR

 

Marius Lăcătuș

 

Marius Mihai Lăcătuș

Né le 5 avril 1964 à Brasov (ROU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png Roumain, Attaquant, 1m81

Surnom: Fiara

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png 84 sélections, 13 buts

(Matchs amicaux: 37 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 15 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 5 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 24 sélections, 4 buts)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 7 février 1984 contre l'Algérie (1-1)

Dernière sélection : le 26 juin 1998 contre la Tunisie (1-1)

 

 : 1 sélection, 1 but

 

1981/83 FCM Brașov (ROU) 45 matchs, 5 buts
1983/90 Steaua Bucurest (ROU) 200 matchs, 59 buts
1990/91 Fiorentina (ITA) 24 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie: 21 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 3 matchs)
1991/93 Real Oviedo (ESP) 55 matchs, 7 buts
(Championnat d'Espagne: 51 matchs, 7 buts)
(Coupe d'Espagne: 4 matchs)
1993/2000 Steaua Bucurest (ROU) 157 matchs, 39 buts
2000 Național Bucurest (ROU) 12 matchs

 

Ancienne gloire du foot roumain, l'excellent Marius Lăcătuș est une légende du grand Steaua Bucarest des années 80 et 90.

 

Formé au au FCM Braşov, il rejoint en 1983 le Steaua alors qu’il était sur le point de signer avec le Dinamo, son grand rival. Un choix qui s'avèrera payant. Dix fois champion de Roumanie et vainqueur de sept coupes nationales, son point d'orgue avec les Roș-Albaștrii reste cette finale surprise de C1 remportée en 1986 contre le FC Barcelone, inscrivant un des deux tirs au but, avec Gavril Balint (0-0, 2 tirs au but à 0). Aux côtés du surdoué Gheorghe Hagi et du vieux briscard Victor Piturca, celui qu'on surnommait la "Bête" pour son jeu âpre mais aussi son style déroutant et rebelle dispute une seconde finale trois ans plus tard, perdue cette fois-ci contre un Milan AC au sommet de son art (victoire 4 buts à 0), avec une mention spéciale aux deux derniers Ballon d'Or de l'époque Ruud Gullit et Marco Van Basten qui claquent chacun un doublé. Joueur roumain le plus titré, Marius Lăcătuș peut aussi se targuer du nombre de buts marqués par un joueur de Bucarest sur la scène européenne, un record affiché à 17 pions. International roumain à 84 reprises, cet attaquant au sacré caractère a participé à deux Coupes du Monde, en 1990 et 1998, ratant toutefois celle de 1994, où les Tricolori avait atteint les quarts de finale. Notamment à cause de ses choix de carrière avec des passages en demi-teinte d'abord à la Fiorentina, puis au Real Oviedo. Après avoir raccroché les crampons en 2000, il est devenu un entraîneur versatile, avec pas moins d'une demi-douzaine de passage sur les bancs roumains en quinze ans, et un crochet comme assistant coach du Panama.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1986 (Steaua Bucarest)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1989 (Steaua Bucarest)

Vainqueur de la Supercoupe de l'UEFA en 1986 (Steaua Bucarest)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1986 (Steaua Bucarest)

Champion de Roumanie en 1985, 1986, 1987, 1988, 1989, 1994, 1995, 1996, 1997 et 1998 (Steaua Bucarest)

Vice-Champion de Roumanie en 1984 et 1990 (Steaua Bucarest)

Vainqueur de la Coupe de Roumanie en 1985, 1987, 1988, 1989, 1996, 1997 et 1999 (Steaua Bucarest)

Finaliste de la Coupe de Roumanie en 1990 (Steaua Bucarest)

Vainqueur de la Supercoupe de Roumanie en 1994, 1995 et 1998 (Steaua Bucarest)


05/04/2022
0 Poster un commentaire

Cosmin Contra

Cosmin Contra.jpg
Photo: ©Manuel Blondeau/Icon Sport

 

Cosmin Contra

 

Cosmin Marius Contra

Né le 15 décembre 1975 à Timișoara (ROU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png Roumain, Défenseur droit, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png 73 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 32 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 19 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 16 sélections, 5 buts)

(Euro: 6 sélections)

 

1ère sélection : le 24 avril 1996 contre la Géorgie (5-0)

Dernière sélection : le 3 septembre 2010 contre l'Albanie (1-1)

 

1993/95 Politehnica Timișoara (ROU) 51 matchs, 1 but
1996/99 Dinamo Bucurest (ROU) 101 matchs, 8 buts
1999/2001 Alavés (ESP) 80 matchs, 8 buts
(Championnat d'Espagne: 66 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Espagne: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 11 matchs, 3 buts)
2001/02 Milan AC (ITA) 44 matchs, 4 buts
(Championnat d'Italie: 29 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Italie: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs, 1 but)
2002/06 Atlético Madrid (ESP) 37 matchs
(Championnat d'Espagne: 34 matchs)
(Coupe Intertoto: 3 matchs)
2004/05 West Bromwich Albion (ANG) (Prêt) 5 matchs
2005 Politehnica Timișoara (ROU) (Prêt) 14 matchs
2005/10 Getafe (ESP) 110 matchs, 6 buts
(Championnat d'Espagne: 87 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Espagne: 13 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs, 3 buts)
2010 Politehnica Timișoara (ROU) (Prêt) 13 matchs, 3 buts
2010/11 Politehnica Timișoara (ROU) 9 matchs, 1 but
 
Le digne héritier de Dan Petrescu. Arrière droit ultra-offensif, Cosmin Contra n'a pas vraiment été apprécié à sa juste valeur.
 
Découvert à Alavés, il a participé à cette folle aventure en coupe de l'UEFA 2001 qui s'est achevé par une défaite douloureuse 5 buts à 4 face au Liverpool de Michael Owen et Steven Gerrard. Élu footballeur de l'année en Roumanie cette année-là, il signe en Italie au Milan AC mais ne réussira jamais à s'imposer en Lombardie. Passé ensuite par l'Atlético Madrid, il rejoint un autre club de la région. Pas le Real, Getafe. Il y devient un des éléments moteurs de la plus belle période des Azulones. Squattant le milieu de tableau de la Liga, les Bleus ont ainsi participé à deux finales de Copa del Rey en 2007 et 2008 – dont une que Contra terminera en tant que gardien après l’expulsion de l'argentin Roberto Abbondanzieri – alors que le club n’avait jamais passé le cap des huitièmes jusque-là. Son attitude irréprochable sur le terrain et sa motivation jamais démentie en ont fait un joueur très apprécié du public espagnol, de même que sa fidélité pour le club de Getafe qu’il ne quittera que pour retourner dans son premier club, le Poli Timisoara. International à 73 reprises, il a réussi à mettre un triplé contre le Luxembourg pour les qualifs du Mondial 2002 (aucun pénalty). Il était aussi capable de mettre des buts d'anthologie comme celui inscrit dans le derby milanais en 2001 ou face au Bayern Munich en quarts de finale de la C3 2004 sur un fantastique exploit personnel. Il dribble trois joueurs sur l’aile puis repique dans l’axe avant d'envoyer un missile dans la lucarne d’Oliver Kahn.
 
PALMARÈS
 
Finaliste de la Coupe UEFA en 2001 (Alavès)
Finaliste de la Coupe Intertoto en 2004 (Atlético Madrid)
Vice-champion de Roumanie en 1999 (Dinamo Bucarest) et 2011 (FC Timişoara)
Finaliste de la Coupe d'Espagne en 2007 et 2008 (Getafe)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
 
Nommé dans l'équipe type UEFA de l'année en 2001

16/12/2021
0 Poster un commentaire

Daniel Prodan

Daniel Prodan.jpg

Photo: ©Chris Cole/Getty images


Daniel Prodan

 

Né le 23 mars 1972 à Satu Mare (ROU)

Décédé le 16 novembre 2016 à Voluntari (ROU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png Roumain, Défenseur central, 1m88

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png 54 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 21 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 16 sélections)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 10 sélections, 1 but)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 2 juin 1993 contre la Tchécoslovaquie (2-5)

Dernière sélection : le 30 avril 1997 contre l'Eire (1-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png espoirs: 10 sélections

 

1991/92 Olimpia Satu Mare (ROU) 43 matchs, 3 buts
1992/96 Steaua Bucurest (ROU) 121 matchs, 10 buts
1997/98 Atlético Madrid (ESP) 44 matchs, 4 buts
(Championnat d'Espagne: 34 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Espagne: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs)
1998/2000 Rangers (ECO)
2000 Steaua Bucurest (ROU) (Prêt)
2000/01 Rocar Bucurest (ROU) (Prêt) 15 matchs, 3 buts
2001 Naţional Bucurest (ROU) 5 matchs
2002 Messine (ITA) 5 matchs, 1 but
2002/03 Naţional Bucurest (ROU) 7 matchs
 
Grand artisan du beau parcours des Roumains lors de la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis, Daniel Prodan a fait les beaux jours du Steaua Bucarest et de l’Atlético de Madrid.
 
Formé dans sa ville natale, à l’Olimpia Satu Mare, il est très vite repéré et rejoint le Steaua en 1992, avec un salaire record pour un si jeune joueur (environ 7 500 dollars par an). Quintuple champion de Roumanie de 1993 à 1997 avec les Rouge et Bleu, ce défenseur central a disputé 121 rencontres sous le maillot du club de l’Armée. Il se distingue particulièrement par son élégance et ses performances défensives qui lui ouvre la porte des "Tricolorii". Pilier de la Națională roumaine jusqu'en 2001, il honore au total 54 capes internationales. Sa sélection, qui comptait notamment Gheorghe HagiDan Petrescu et Gheorghe Popescu, signe son meilleur résultat dans une grande compétition en atteignant les quarts de finale du Mondial 1994 après avoir créé la surprise en éliminant l'Argentine 3 buts à 2 en huitièmes. Il signe ensuite à l'Atlético Madrid en 1997. Pourtant tout bascule quelque mois après: Daniel Prodan est opéré d’une entorse du ménisque externe. Il ne retrouvera plus jamais son niveau. Après deux saisons sans jouer au Glasgow Rangers, il revient vers son ancien club, le Steaua, avec lequel il ne touche toujours pas le ballon. Prodan débarque alors au Rocar Bucarest, un modeste club promu en D1 situé dans le quartier de Berceni. Cette équipe aujourd’hui disparu lui permet de retoucher un petit peu au football et même de marquer trois pions en une saison, et de revenir jouer en équipe nationale en tant que capitaine. Une dernière sélection en guise d’adieu. Car son état empire, et il se retrouve contraint de jouer au Național Bucarest, avec une parenthèse italienne du côté de Messine. Entre 2001 et 2003, Prodan ne dispute que dix-sept matchs officiels. Il raccroche les crampons à la fin de la saison 2002-2003. Il succombe malheureusement à un infarctus le 16 novembre 2016 dans sa maison de Voluntari, près de Bucarest, après avoir occupé depuis plusieurs années les fonctions de directeur technique de la Fédération Roumaine de football. L’histoire retiendra un destin footballistique anéanti mais qui a contribué tout de même à la plus grande fierté du ballon rond roumain.
 
PALMARÈS
 
Champion de Roumanie en 1993, 1994, 1995, 1996 et 1997 (Steaua Bucarest)
Champion d'Écosse en 1999 (non-joué) (Rangers)
Vainqueur de la Coupe de Roumanie en 1996 et 1997 (finale non-jouée) (Steaua Bucarest)
Vainqueur de la Supercoupe de Roumanie en 1995 et 1996 (Steaua Bucarest)
 
SOURCES/RESSOURCES
 

13/11/2021
0 Poster un commentaire

Ion Pîrcalab

Ion Pircalab.jpg
Photo: ©Robert Legros/L'Équipe

 

Ion Pîrcălab

 

Né le 5 novembre 1941 à Bucarest (ROU)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png Roumain, Ailier droit, 1m71

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png 26 sélections, 3 buts

(Matchs amicaux: 14 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 7 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 5 sélections)

 

1ère sélection : le 8 octobre 1961 contre la Turquie (4-0)

Dernière sélection : le 6 novembre 1968 contre l'Angleterre (0-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png B: 4 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5338111_20151209032918.png olympique: 12 sélections, 2 buts

 

1958/61 UTA Arad (ROU) 38 matchs, 13 buts
1961/70 Dinamo Bucureșt (ROU) 194 matchs, 53 buts
1970/73 Nîmes Olympique (FRA) 93 matchs, 21 buts
(Championnat de France: 83 matchs, 20 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)

 

Nommé meilleur footballeur roumain de l'année en 1965, Ion Pîrcălab était une ancienne gloire du Dinamo Bucarest dans les années 60.

 

Né le 5 novembre 1941 à Bucarest, le Bronson des Carpates (pour sa ressemblance avec l'acteur) débute à l'UT Arad (1958-61), un club familial pour lui puisque le frangin aîné, ex-international aussi, prend les commandes de l'équipe en cours de route. Cadet d'une famille de six enfants, Ion n'est pas le dernier sur un terrain et atterrit naturellement dans l'un des deux meilleurs clubs de la ville, du pays aussi, le Dinamo Bucarest. Petit à petit, Pircalab grimpe les échelons et remporte quelques trophées au passage: quatre titres consécutifs de champion (de 1962 à 1965) et deux coupes de Roumanie (1962 et 1968). Rare joueur autorisé par les communistes à partir à l'étranger, "la flèche des Carpates" débarque à Nîmes au début des années 70 avec son compatriote Florin Voinea du Steaua. Si il n'ajoute plus rien d'autre à son palmarès, il va rapidement s'imposer et devenir l'idole des Crocos. Surnommé "Piccolo" par le public, le dribbleur fou enflamme les soirées du stade Jean-Bouin durant trois saisons. Il est même devenu l'homme à abattre par ses adversaires. Ce qui arrive malheureusement le 11 mars 1973 contre le stade de Reims en huitième de finale de la coupe de France. L'international roumain (38 sélections) est grièvement blessé (rupture du tendon d''Achille) par le champenois Richard Krawczyk et ne s'en remettra jamais. L'ailier droit retourne en Roumanie en juin 1974, (un jubilé sera organisé en son honneur le 3 janvier de la même année) mais laissera un très beau souvenir dans le cœur des anciens qui l'ont vu joué à Nîmes.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Coupe des Alpes en 1972 (Nîmes Olympique)

Vice-champion de France en 1972 (Nîmes Olympique)

Champion de Roumanie en 1962, 1963, 1964 et 1965 (Dinamo Bucarest)

Vice-champion de Roumanie en 1967 et 1969 (Dinamo Bucarest)

Vainqueur de la Coupe de Roumanie en 1964 et 1968 (Dinamo Bucarest)

Finaliste de la Coupe de Roumanie en 19619 et 1970 (Dinamo Bucarest)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES

 

Élu meilleur joueur roumain de l'année en 1965


02/11/2021
0 Poster un commentaire