FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Francisco Gento

Francisco-Gento--3-.jpg

Francisco Gento

Francisco "Paco" Gento Lopez

Né le 21 octobre 1933 à Guarnizo (ESP)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png Espagnol, Ailier gauche, 1m71

Surnoms: Galerna del Cantábrico (Tempête de Cantabrique), La Boule de feu

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png 43 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 23 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Euro: 7 sélections, 3 buts)

 

1ère sélection : le 18 mai 1955 contre l'Angleterre (1-1)

Dernière sélection : le 15 octobre 1969 contre la Finlande (6-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4923051_201506181132842.png B: 1 sélection

 

1951/53 Racing Santander (ESP) 14 matchs, 2 buts

(Championnat d'Espagne: 10 matchs, 2 buts)

(Coupe d'Espagne: 4 matchs)

1953/71 Real Madrid (ESP) 618 matchs, 182 buts

(Championnat d'Espagne: 428 matchs, 128 buts)

(Coupe d'Espagne: 74 matchs, 22 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 89 matchs, 30 buts)

(Coupe des Coupes: 6 matchs)

(Coupe Intercontinentale: 2 matchs, 1 but)

(Coupe Latine: 4 matchs, 3 buts)

(Petit Coupe du Monde des clubs: 6 matchs)

 

En France, Francisco Gento est un nom seulement connu par les puristes du football. Au contraire, c'est une véritable légende de l'autre côté des Pyrénées. Francisco Gento est l'un des meilleurs ailiers gauches espagnols de l'histoire du football, comme en atteste son palmarès époustouflant avec douze championnats d'Espagne remportés et dix-huit saisons passées au Real Madrid. Mais surtout, Gento est le seul homme dans l'histoire du football à avoir remporté...six Ligue des Champions! Pourtant au départ, rien dans les origines de Gento ne laissait présager un avenir aussi radieux. Issu d'une famille modeste où le père est chauffeur, le gamin est obligé de quitter l'école dès l'âge de 14 ans pour aider les siens à survivre. C’est à Guarnizo, un village situé dans la verdure de Cantabrie, que le petit Francisco apprend à taper dans le ballon. C'est en marquant neuf buts dans un match de championnat régional qu'il se fait remarquer pour la première fois par le Racing Santander. Francisco Gento.jpgIl fait ses débuts avec le club espagnol en première division lors de la saison 1952–1953. Mais l'expérience ne dure qu'une saison car il convainc le Real Madrid de le faire signer, dont il va devenir un joueur légendaire avec le numéro 11. Au coté d'Alfredo Di Stefano et José Santamaria, il va largement contribuer à la légende du club madrilène. Ailier gauche très rapide et technique, l’ailier surnommé "Galerna del Cantabrico" ("Tempête de Cantabrie") connaît des débuts difficiles mais garde une conduite exemplaire sur et en dehors du terrain. Surnommé également la "boule de feu" (chronométré en 11 secondes 7 au 100 mètre balle au pied) pour sa vitesse hors du commun, il semble plus limité sur le plan technique. On parle même déja d'un départ. Le destin se charge alors de donner un coup de pouce à la carrière madrilène de Gento, avec l'arrivée du milieu offensif Héctor Rial. Aux côtés de l'Argentin, Gento apprend à dominer le ballon, à maîtriser ses courses et à peaufiner ses débordements. Passer maître dans l'art des passes décisives grâce à des centres remarquable de précision, le madrilène était également capable de se muer en buteur. Champion d'Espagne dès sa première saison, les Merengues conservent leur titre la saison suivante et remporte la Coupe Latine en 1955. Ensuite, les Madrilènes enlèvent la première édition de la Coupe d'Europe des clubs champions et initient ainsi cinq années de domination européenne, un exploit resté inégalé. Reims, la Fiorentina, le Milan AC, le Stade une nouvelle fois et l'Eintracht Francfort échoueront tous à faire chuter le Real de son piédestal. Les allemands notamment se prendront une fessée 7 buts à 3 en 1960 qui reste encore aujourd'hui le plus gros score dans une finale de Coupe d'Europe. Les espagnols exercent une hégémonie totale sur la scène européenne comme personne d'autre ne l'a fait depuis. En 1960, la Casa Blanca dispute la première édition de la Coupe intercontinentale, face aux Uruguayens de Peñarol. Après un nul en Amérique du Sud, une victoire 5 buts à 1 en terre madrilène, au cours de laquelle Gento inscrit le cinquième but, leur assurent le titre mondial. Gento est le seul joueur à avoir disputé 15 Coupes d'Europe consécutives. Sur ces 15 participations, il a joué huit finales et en a gagné six. C'est un record absolu qui tient toujours, comme celui du nombre de Ligas qu'il a remportés, à savoir 12. Oui, douze. Il a disputé 618 matchs sous la tunique blanche en 18 saisons, inscrivant au passage la bagatelle de 182 buts. L'importance de Gento à Madrid est tellement immense qu'on hésite pas à le rappeler pour la finale de Coupe des Coupes en 1971 alors qu'il à mis fin à sa carrière un an auparavant. Malheureusement, le joueur alors âgé de 36 ans ne peut empêcher la défaite contre les anglais de Chelsea lors d'une finale à rejouer (1-1 puis 2 buts à 1). Il raccroche définitivement les crampons après cette finale perdue. Côté sélection, il n'obtient pas le succès escompté. En 43 sélections pour six buts inscrits, l'ailier est notamment sélectionné pour les Coupes du Monde de 1962 et 1966, et dispute en tout cinq rencontres durant les deux tournois. La Roja se fera sortir vite fait sans briller à chaque fois. Durant les qualifications pour l'Euro 1964, Gento marque un but, mais c'est une blessure qui le privera de la liste du sélectionneur Carlos Lapetra pour la grand-messe du football européen, qui a lieu cette année-là en Espagne. L’Espagne remporte cet Euro, qui sera son premier titre international. Il a été pendant de nombreuses années le joueur le plus capé de la Roja. Après avoir raccroché les crampons, le mythique ailier gauche se reconvertit alors en entraîneur. Il officie sur les bancs de Castilla, Castellón, Palencia, Grenade et enfin à la tête des jeunes du Real Madrid. Sa réussite en tant que technicien sera modeste. Le Real Madrid lui rend désormais hommage à différentes occasions en reconnaissance de ses loyaux services. C'est à ça qu'on reconnaît une légende et Francesco Gento en est une vraie.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d’Europe des Clubs Champions en 1956, 1957, 1958, 1959, 1960 et 1966 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe d’Europe des Clubs Champions en 1962 et 1964 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1960 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe Intercontinentale en 1966 (Real Madrid) 

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1971 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe Latine en 1955 et 1957 (Real Madrid)

Vainqueur de la petite Coupe du Monde des clubs en 1956 (Real Madrid)

Champion d’Espagne en 1954, 1955, 1957, 1958, 1961, 1962, 1963, 1964, 1965, 1967, 1968 et 1969 (Real Madrid)

Vice-Champion d’Espagne en 1959, 1960 et 1966 (Real Madrid)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1962 et 1970 (Real Madrid)

Finaliste de la Coupe d’Espagne en 1958, 1960, 1961 et 1968 (Real Madrid)

 

 DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu légende sportif du journal espagnol "Marca" en 2007

Élu parmi les "légendes" du foot par Golden Foot en 2005

À reçu le trophée "Triana Monchin" pour son esprit sportif en 1966

À reçu la Médaille d'or du mérite sportif de Cantabrie en 1996

À reçu la Médaille de l'Ordre de Cisneros de la ville de Madrid

 

DIVERS


 

- Il a fait partie également de la sélection mondiale qui a rencontré l'Angleterre à Wembley en 1963 pour célébrer le centenaire de la création de la Fédération anglaise. Outre Gento, la sélection mondiale comptait notamment Lev Yachine, Raymond Kopa, EusébioPelé et Ferenc Puskas.

 

SOURCES/RESSOURCES


- FIFA

- 1ère photo: ©DR

- 2ème photo: ©Keystone/Getty images



26/12/2014
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1089 autres membres