FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Jorge Valdano

Jorge Valdano.jpg
Jorge Valdano

 

Jorge Alberto Francisco Valdano Castellanos

Né le 4 octobre 1955 à Las Parejas (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant, 1m88

Surnom: El Filósofo (Le philosophe)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 23 sélections, 7 buts

(Matchs amicaux: 7 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 5 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 4 buts)

(Copa America:  1 sélection)

(Copa Newton: 1 sélection, 2 buts)

 

1ère sélection : le 18 juin 1975 contre l'Uruguay (3-2)

Dernière sélection : le 28 mars 1990 contre l'Écosse (0-1)

 

1973/75 Newell’s Old Boys (ARG) 49 matchs, 12 buts
1975/79 Alavés (ESP) 120 matchs, 21 buts
(Championnat d'Espagne de D2: 105 matchs, 20 buts)
(Barrages D2: 2 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 13 matchs, 1 but)
1979/84 Real Saragosse (ESP) 172 matchs, 72 buts
(Championnat d'Espagne: 143 matchs, 47 buts)
(Coupe d'Espagne: 23 matchs, 21 buts)
(Coupe de la ligue espagnole: 6 matchs, 4 buts)
1984/87 Real Madrid (ESP) 121 matchs, 56 buts
(Championnat d'Espagne: 85 matchs, 40 buts)
(Coupe d'Espagne: 8 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue espagnole: 2 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 21 matchs, 11 buts)
 
Il est considéré comme un des plus grands attaquants argentins de l'histoire. À juste titre. Jorge Valdano faisait partie de la légendaire Argentine de Diego Maradona qui a conquis la Coupe du Monde au Mexique en 1986. Avant-centre massif (1,88 m), joueur technique et élégant, l'histoire de Valdano avec le Mondial aurait pu tourner au vinaigre. Jorge Valdano.jpgEn 1982, il n'avait disputé que deux petits matches avant de se blesser. Un mauvais souvenir pour lui et pour l'Argentine, passée à côté de son tournoi. À 26 ans, il croit avoir laissé passer sa chance. À tort. Quatre ans plus tard, "El Filósofo" va être un des atouts majeurs de l'Abiceleste sacrée sur le sol mexicain. Avec son compatriote "El Pibe de Oro" comme point d'appui, Jorge Valdano a inscrit quatre buts lors de cette douzième édition du Mondial. Un doublé d'entrée face à la Corée du Sud et une réalisation contre la Bulgarie ont d'abord guidé la formation de Carlos Bilardo en phase de poule, avant un dernier but au combien important en finale contre la RFA dirigée par le Kaiser, Franz Beckenbauer. Menant 1 à 0 après un but de José Luis Brown inscrit en première période, les Argentins vont doubler la mise grâce à leur avant-centre, suite à un magnifique décalage de son coéquipier Hector Henrique. Seul face au but d'Harald Schumacher, légèrement excentré côté gauche, Valdano ajuste parfaitement le portier allemand d'un plat du pied droit imparable. Revenus pourtant au score en l'espace de sept minutes dans le dernier quart d'heure - par Rummenigge puis Völler- la Nationalmannschaft va finalement céder trois minutes plus tard sur un but décisif du Nantais Jorge Burruchaga. S'il n'a pas vraiment pesé lors de la phase à élimination directe, l'Argentine s'en remettant grandement au talent de Diego, le Merengue s'est réveillé au bon moment pour placer son pays sur le toit du Monde. Une courte carrière internationale (23 sélections pour 7 buts), mais des plus efficaces puisqu'il figure au panthéon du football albiceleste. En club, Jorge arrive au centre de formation argentin des Newell's Old Boys à l'âge de 16 ans, et rejoint l'équipe première à 18. Il domine le jeu aérien, mais brille également dans ses déplacements et sa frappe de balle. Ses qualités ont suscité l'intérêt du gérant du Deportivo Alavés, le légendaire capitaine madridista José María Zárraga, qui l'a fait signer en 1975. Ses bonnes performances au cours des quatre saisons qu'il a disputées l'ont mené au Real Saragosse, et à partir de 1984, au Real Madrid. Sur le terrain, l’Argentin est pendant trois saisons l’un des vétérans qui encadre "La Quinta del Buitre" . En tant que Madrilène, il a remporté quatre titres, parmi lesquels deux Coupes de l'UEFA. C’est une hépatite B qui le contraint à raccrocher les crampons plus tôt que prévu. Retraité à 31 ans, le champion du monde 86 se tourne vers une carrière d’entraîneur, avec toujours la même réussite. Pour sa première saison sur le banc merengue, l’ancien attaquant met un terme à l'hégémonie de la Dream Team de Johan Cruyff. Coach, il lance de jeunes pousses formées au club, à l’image de Raúl et Guti. L’ex-compère de Maradona et Burruchaga en sélection a décidément du nez, devenu directeur sportif dans les années 2000, il contribue aux venues de Sergio Ramos et Cristiano Ronaldo notamment.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Monde en 1986 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Newton en 1975 (Argentine)
Vainqueur de la Coupe UEFA en 1985 et 1986 (Real Madrid)
Champion d’Espagne en 1986 et 1987 (Real Madrid)
Champion d’Argentine en 1974 (Met.) (Newell's Old Boys)
Vainqueur de la Coupe de la ligue espagnole en 1985 (Real Madrid)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu meilleur joueur étranger du championnat d’Espagne en 1986

VIDÉO



29/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 956 autres membres