FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Jozsef Bozsik

Jozsef Bozsik.jpg

Jozsef Bozsik

 

József Bozsik

Né le 28 novembre 1925 à Budapest (HON)

Décédé le 31 mai 1978 à Budapest (HON)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4864331_201505283930779.png Hongrois, meneur de jeu

Surnom: Cucu

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4864331_201505283930779.png 101 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 64 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 3 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 8 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 1 sélection)

(Coupe Internationale: 15 sélections, 2 buts)

(Jeux Olympiques: 5 sélections, 1 but)

(Coupe des Balkans: 5 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 17 août 1947 contre la Bulgarie (9-0)

Dernière sélection : le 18 avril 1962 contre l'Uruguay (1-1)

 

1943/62 Kispest FC Honved (HON) 447 matchs, 33 buts

 

Surnommé "Cucu" (prononcé "tsoutsou") par sa mamie, Jozsef Bozsik fait partie de la puissante Hongrie des années 50 et se situe parmi les meilleurs meneurs de jeu de cette époque. Bien que parfois éclipsée par les exploits de buteur de Sándor Kocsis et le génie total de Ferenc Puskás, il avait de la subtilité technique et contrôler le jeu avec aisance, jouant plus de 20 ans pour le Budapest Honved et représentant son pays une centaine de fois en sélection. Même si il souffrait d'un manque de rythme, tout est chez lui au bénéfice de l'art pur, du style caractérisé par l'intelligence, de l'élégance, de l'efficacité, fruit d'un travail patient qui accélère le rayonnement de la personnalité et du génie. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_6205421_201609221355535.jpgNé a Kispest, l'un des quartier de Budapest, il grandi sur un terrain de football local avec son meilleur ami d'enfance et futur footballeur Ferenc Puskás. À 11 ans, il attire l'oeil du Kispest et signe chez les équipes jeunes, il ne quittera plus jamais le club. En 1943, il fait ses débuts à tout juste 17 ans en équipe première contre le Vasas SC. Alors que son ami Puskás débute avant lui en sélection (en 1945), lui commence avec l'équipe nationale le 17 août 1947 contre la Bulgarie (victoire 9 buts à 0), et devient un membre régulier durant plus d'une décennie. Il remporte un titre olympique en 1952 et gagne tous ses matchs durant quatre saisons, sauf celui qu'il ne devait pas perdre, la finale de Coupe du Monde perdu contre la RFA à Berne (2 buts à 3), au cours de laquelle il a été exclu. Malgré ce coup cruel du destin, Bozsik continue à ciseler ses oeuvres comme un orfèvre. Il prend part au deux victoires historiques contre l'Angleterre (6 buts à 3 et 7 buts à 1), inscrivant un but lors de la première rencontre le 25 novembre 1953 à Wembley. Considéré comme le milieu créatif le plus intelligent du football hongrois, il totalise 101 sélections pour 11 buts et obtient sa dernière cape contre l'Uruguay le 18 avril 1962 (1-1). Pour l'anecdote, il est devenu en 1961 le troisième joueur de l'histoire (après l'anglais Billy Wright et le norvégien Thorbjorn Svenssen) à atteindre les 100 sélections en équipe nationale. Avec son club, il remporte cinq titres de champion d'Hongrie et une coupe Mitropa en 1959 battant en finale son ennemi juré, le MTK Budapest. Le meneur de jeu hongrois décide de raccrocher les crampons à la fin de la saison 1961-62, après avoir joué 477 matchs de championnat pour Honved. Il est devenu par la suite membre du conseil d'administration de son ancien club. Footballeur d'élite, aussi bien au regard de l'autorité qu'à ce lui du peuple, Jozsef Bozsik a été assimilé, au temps de sa plénitude sportive, au grade social des Stakhanovistes - les ouvriers qualifiés de la communauté hongroise. Il a également dirigé l'équipe pendant 47 matches entre Janvier 1966 et Septembre 1967, après quoi il est retourné à son poste au conseil. En 1974, il a été choisi pour gérer l'équipe nationale hongroise, mais la maladie l'oblige à démissionner peu de temps après. Il décède dans sa ville natale à l'âge de 52 ans d'une insuffisance cardiaque. "Bozsik possédait le don le plus précieux dans le football contemporain: la patience. Il avait l’aptitude et le calme suffisants pour attendre la bonne opportunité et exécuter ce que peu d’autres à part lui pouvaient réaliser ", écrit le blogueur Rob Fielder. À une époque où de telles qualités sont une denrée rare, Bozsik aurait été sans égal.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1954 (Hongrie)

Médaille d'or aux Jeux Olympiques d'Helsinki en 1952 (Hongrie)

Vainqueur de la Coupe Mitropa en 1959 (Kispest FC Honved)

Champion de Hongrie en 1950, 1952, 1954, 1955 et 1956 (Kispest FC Honved)

Vice-Champion de Hongrie en 1951, 1953 et 1958 (Kispest FC Honved)

Finaliste de la Coupe de Hongrie en 1955 (Kispest FC Honved)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur footballeur hongrois de l’année en 1952

Élu athlète hongrois de l'année par le journal sportif "Nemzeti" en 1954

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1954

À reçu l'Ordre du mérite de la République Hongroise en 1951

Nommé citoyen d'honneur de Budapest en 2013 à titre posthume

 

DIVERS


- Depuis le 1er octobre 1986, le stade du Honved FC se nomme Bozsik Stadium en son honneur.



SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©HonvedFC

- 2ème photo: ©Mikó László

 

VIDÉO




12/02/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1089 autres membres