FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Leonel Sanchez

Leonel Sanchez.jpg
Leonel Sanchez

 

Leonel Sánchez Guillermo Lineros

Né le 25 avril 1936 à Santiago de Chile (CHL)

Chili.png Chilien, ailier gauche, 1m74

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5342741_201512111015853.png 85 sélections, 24 buts

 

1953/69 Universidad de Chile (CHL) 411 matchs, 166 buts

1970 Colo-Colo (CHL) 31 matchs, 2 buts

1971 Palestino (CHL) 15 matchs, 10 buts

1972/73 CD Ferroviarios (CHL) 11 matchs, 7 buts

 

En 1962, le Chili organisait la coupe du Monde. Le grand artisan de l'inattendue troisième place de la Roja : l'ailier gauche, Leonel Sanchez. Fin dribbleur, fort en jambes, Sanchez éliminait, orientait et frappait avec la même classe. Virtuose du pied gauche et adepte des chevauchées déroutantes, le numéro 11 fait partie des joueurs chiliens les plus brillants de l'histoire aux côtés de Marcelo Salas et Ivan Zamorano. Il débute à l'Universidad de Chile, où il y passe près de 17 saisons et devient l'icône du "Ballet Azul" ("ballet bleu"). Avec les rouges et bleus, il remporte six championnats du Chili (1959, 1962, 1964, 1965, 1967 et 1969) et deux tournois métropolitains (1968 et 1969). C'est tout simplement qu'il fait ses débuts avec la sélection du Chili le 18 septembre 1955 face au Brésil lors de la Copa Bernardo O'Higgins à l'âge de 20 ans. Leonel Sanchez.jpgAvec la "Roja", il dispute deux coupes du Monde en 1962 et 1966. Lors de cette première à domicile, Leonel Sanchez se fera remarquer et emmènera son équipe jusqu'en demi-finale du Mondial. L'une des plus belles performances de la nation touché deux ans auparavant par le seisme de Valdivia qui provoquèrent de nombreuses victimes (environ 2000) et de grandes quantités d’immeubles effondrés. Pourtant le Chili n'a pas était gâté tombant dans un groupe très difficile avec l'Italie, l'Allemagne de l'Ouest et la Suisse. Le 2ème match face à l'Italie est connu dans le monde entier comme "la bataille de Santiago". Un match d'une rare violence bien que seuls deux joueurs sont expulsés par l'arbitre anglais Ken Aston, le match voit des tentatives délibérées et répétées des joueurs des deux côtés de nuire à l'adversaire. Durant le match, Leonel Sanchez tente un "coup du crapaud" face au défenseur Mario David. L’Italien frappe dans l’ensemble sans se poser de questions. Le chilien, pas en reste, lui décoche un direct du droit en pleine tête. Mais l'arbitre anglais, entouré par 50 000 Chiliens, n’ose pas sortir Sanchez. Sauf que deux minutes plus tard, David tacle le même Sanchez à la nuque. Par contre, aucun problème ici, David est expulsé sur-le-champ. Equité tout ça… Le Chili s'impose en fin de rencontre deux buts à zéro, et se qualifie pour la suite du tournoi aux dépens de son adversaire. Après avoir battu l'Union Soviétique de Lev Yachine en quart de finale, le Chili affronte le grand Brésil en demi-finale. Les chiliens délivrent en 1ère mi-temps un jeu d’attaques obligeant la Seleção à se recroqueviller devant son but. Mais ils ne concrétisent pas leurs actions comme s’ils étaient inhibés pour conclure face à leur idole vénérée… les brésiliens en profitent pour marquer 2 buts sur des contres meurtriers de Garrincha. Le Chili marque bien un but juste avant la pause par Jorge Toro mais dès le retour en seconde période, Vava inscrit le 3ème but brésilien. À la 61ème, Leonel Sanchez marque un penalty avant que Vava clôt la marque. Le score de 4 buts à 2 pour le Brésil fut flatteur tant que les chiliens aurait pu mieux faire avec un peu moins de complexe d’infériorité vis-à-vis du champion du Monde en titre. Pour le match de la troisième place, le Chili s'impose face à la Yougoslavie (1 à 0), grâce à un but du milieu Eladio Rojas à la 90ème minute. Devant 67 000 personnes acquises à sa cause, le Chili prend la troisième place, sa meilleure performance en coupe du Monde. Il finit même co-meilleur buteur de la compétition avec 4 buts inscrits (aux côtés de Vava, Garrincha, Albert, Jerkovic et Ivanov). Quatre ans après, il ne réedite pas l'exploit en Angleterre malgré le brassard de capitaine. Après l'exploit de 1962, il reçoit des offres de toute l'Europe: le Real Madrid, Benfica ou encore le Milan AC. Ce dernier était parvenu à un accord mais le transfert n'a pas eu lieu. En 1969, le club de Santiago est contraint de vendre l'idole des supporters à Colo-Colo, ennemi juré avec lequel il remporte son dernier championnat en 1970. Après un dernier passage à Palestino et au CD Ferroviarios, il met un terme à sa carrière de joueur en 1973 à l'âge de 37 ans. Avec l'équipe nationale chilienne, il honore 85 sélections, un record qui a tenu près de 40 ans avant d'être battu le 10 octobre 2014 par le gardien Claudio Bravo. Le 27 août 1968, il dispute son dernier match avec le Chili lors d'un amical face au Mexique (3 buts à 1). Il entraîne par la suite son club de toujours, l'Universidad de Chile durant une courte période.

 

PALMARÈS


3ème place de la Coupe du Monde en 1962 (Chili)

Champion du Chili en 1959, 1962, 1964, 1965, 1967, 1969 (Universidad de Chile) et 1970 (Colo-Colo)

Vice-champion du Chili en 1957, 1961 et 1963 (Universidad de Chile)

Vainqueur de la Coupe Francisco Candelori en 1969 (Universidad de Chile)

Vainqueur du Torneo Metropolitano du Chili en 1968 et 1969 (Universidad de Chile)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


3ème meilleur joueur de la Coupe du Monde en 1962

Meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1962 (4 buts)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1962

 

Leonel Sanchez.jpg



11/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 994 autres membres