FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Robert Rensenbrink

Robert-Rensenbrink--2-.jpg

Robert Rensenbrink

Pieter Robert Rensenbrink

Né le 3 juillet 1947 à Amsterdam (HOL)

Décédé le 24 janvier 2020 à Oostzaan ( HOL)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png Hollandais, ailier gauche, 1m80

Surnoms: Rob, Robbie, Snake man

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png 46 sélections, 14 buts

(Matchs amicaux: 15 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections)

(Coupe du Monde: 13 sélections, 6 buts)

(Qualif Euro: 8 sélections, 5 buts)

(Euro: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 30 mai 1968 contre l'Ecosse (0-0)

Dernière sélection : le 2 mai 1979 contre la Pologne (0-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4870730_201505312500409.png olympique: 4 sélections, 2 buts

 

1965/1969 DWS Amsterdam (HOL) 132 matchs, 37 buts

(Championnat des Pays-Bas: 120 matchs, 32 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 12 matchs, 3 buts)

1969/71 FC Bruges (BEL) 72 matchs, 37 buts

(Championnat de Belgique: 55 matchs, 24 buts)

(Coupe de Belgique: 7 matchs, 8 buts)

(Coupe des Coupes: 6 matchs, 2 buts)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 3 buts)

1971/80 Anderlecht (BEL) 348 matchs, 202 buts

(Championnat de Belgique: 260 matchs, 143 buts)

(Coupe de Belgique: 42 matchs, 26 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 10 matchs, 7 buts)

(Coupe des Coupes: 27 matchs, 23 buts)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)

(Supercoupe de l'UEFA: 4 matchs, 3 buts)

1980 Portland Timbers (USA) 18 matchs, 6 buts

1981/82 Toulouse (FRA) 12 matchs, 1 but

 

Figure des Pays-Bas dans les années 70, Robert Rensenbrink aux dribbles ensorceleurs, à son pied gauche magique et au démarrage instantané a fait également les grands jours d’Anderlecht. Sa maîtrise de balle lui a permis souvent d'économiser ses ressources physiques. D'allure un peu souffreteuse avec son visage amaigri, l'auteur du millième but en Coupe du Monde est pourtant un athlète de belle taille. Impressionnant buteur, 202 buts pour 348 matches disputés avec le club bruxellois, où il est considéré encore aujourd'hui comme le plus grand joueur de l'histoire, "Robbie" ou "Rob" est indissociable de la plus grande époque de la sélection Oranje. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4401406_201412243510521.jpgFinaliste des Coupes du Monde en 1974 et 1978, ce tireur hors-pair des coups de pieds arrêtés et surtout des penalties a avoué que sa technique était simple : "Cibler un côté des yeux et des jambes, mais tirer en force au milieu ". Natif de la banlieue d'Amsterdam, il débute au DWS où il apprend le métier de footballeur dans l'ombre du grand Ajax. Il connaît aussi là-bas sa première sélection contre l'Écosse en 1968. Il débarque ensuite pour deux saisons en Belgique, au FC Bruges, où il devient une pièce maîtresse de l'équipe belge. Il remporte son premier trophée: la coupe de Belgique. Pas mal mais Rensenbrink voit plus grand. En 1971, il rejoint Anderlecht. Le club phare du royaume. Pendant neuf saisons, il s'est forgé un palmarès conséquent. Deux titres de champion de Belgique (1972 et 1974), quatre coupes nationales (1972, 1973, 1975 et 1976) et surtout deux Coupe des Coupes remportés en 1976 à domicile au stade du Heysel aux dépens de West Ham (4 buts à 2) et une seconde en 1978 face à l'Austria Vienne au Parc des Princes (4 buts à 0) ainsi que les Supercoupe de l'UEFA ces deux mêmes années. Deux victoires qui place Robbie parmi les meilleurs joueurs mondiaux à l'époque et l'installe pour l’éternité comme le meilleur buteur de l’histoire de la C2 avec 25 buts. Avec les Bataves, il dispute donc deux finales consécutives de Coupe du Monde dans une équipe symbolisée par Johan Cruyff. Perdant l'une contre l'Allemagne en 1974 mais surtout celle contre l'Argentine en 1978 où Rensenbrink aurait pu être le héros de tout un pays. Dans le temps additionnel de la finale, le score étant toujours à 1-1, il reprend entre deux défenseurs argentins une longue transversale de Johan Neeskens. Alors que le gardien Ubaldo Fillol était battu, la frappe de Rensenbrink s'écrase sur le poteau droit du portier argentin. Juste après, l'arbitre siffle la fin du temps réglementaire puisque l'action est terminée. Les prolongations se terminent sur un score de 3 buts à 1 en faveur des argentins avec un festival signé Mario Kempès. Lors de cette édition, il a été le meilleur joueur néerlandais avec cinq buts et trois passes décisives sur l'ensemble du tournoi. Mince consolation quand même pour un joueur qui méritait bien plus encore. "Si ma frappe avait eu une trajectoire différente de cinq centimètres, nous aurions été champions du Monde. Accessoirement, j'aurais était meilleur buteur et peut-être meilleur joueur du Mondial en effectuant le même match. C'est pourquoi je relativise ". Explique le placide Robbie qui avait pris les clés du camion en l'absence - volontaire - du meneur et capitaine Johan Cruyff. Il avait endossé ses habits de leader technique, sa grande ressemblance physique et son talent l'y avaient aidé. Il ne lui manquait qu’un mental de gagneur et le goût du commandement. C’est pourquoi, dit-on, il avait choisi de faire carrière dans le championnat belge, moins exigeant a priori que son homologue néerlandais. Rensenbrink compte au total 46 capes pour 14 buts inscrits avec les Pays-Bas. À la fin des années 80 et passer la trentaine, il quitte Bruxelles pour tenter sa chance aux USA. Sur le déclin, il a moins brillé sous les couleurs des Portland Timbers où il disputera dix-huit rencontres. Il termine sa carrière en France au Toulouse FC. Malgré le titre de champion de D2, son passage a été discret avec seulement une douzaine d'apparitions sous le maillot violet. Il s'est éteint le 24 janvier 2020 à l'âge de 72 ans des suites d'une longue maladie. Un dribbleur talentueux qui n'a jamais manquait un seul penalty dans sa carrière. À noté qu'il a été également le premier lauréat du Onze d'or.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe du Monde en 1974 et 1978 (Pays-Bas)

3ème de l'Euro en 1976 (Pays-Bas)

Vainqueur de la Coupe des Coupes en 1976 et 1978 (Anderlecht)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1977 (Anderlecht)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1976 et 1978 (Anderlecht)

Champion de Belgique en 1972 et 1974 (Anderlecht)

Vice-Champion de Belgique en 1970, 1971 (FC Bruges), 1976, 1977, 1978 et 1979 (Anderlecht) 

Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1970 (FC Bruges) 1972, 1973, 1975 et 1976 (Anderlecht)

Finaliste de la Coupe de Belgique en 1977 (Anderlecht)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue Belge en 1973 et 1974 (Anderlecht)

Finaliste de la Coupe de la Ligue Belge en 1975 (Anderlecht)

Champion de France de D2 en 1982 (Toulouse)

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d’argent en 1976

Ballon de Bronze en 1978

Onze d’or en 1976

Onze de Bronze en 1978 et 1979

Meilleur buteur de tous les temps de la Coupe des Coupes (25 buts)

Meilleur buteur du Championnat de Belgique en 1973 (16 buts) (Anderlecht)

Meilleur buteur de la Coupe des Coupes en 1976 (8 buts) (Anderlecht)

3ème meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1978 (5 buts)

Élu Soulier d’or Belge en 1976

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1974 et 1978

Nommé au FIFA 100

Élu meilleur joueur étranger ayant joué dans le championnat de Belgique par un jury d'anciens entraîneurs en 2007

Élu meilleur joueur étranger du championnat de Belgique par "Sport/Foot magazine" en 2015

Élu meilleur joueur de l'histoire du RSC Anderlecht en 2008

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©DR

- 2ème photo: ©Peter Robinson/EMPICS

 

VIDÉO




24/12/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1078 autres membres